Martouf le synthéticien
 
 

<- retour au sommaire: La décroissance, un nouveau projet de société
<- précédent : L'agriculture et l'alimentation

Les besoins en énergie

  • un autre besoin de base, c'est se loger se chauffer => énergie
  • économiser de l'énergie

L'activité humaine consomme de l'énergie. Le but est donc ici de gérer une production énergétique, mais aussi de diminuer sa consommation.

En effet, l'énergie la mieux utilisée, c'est celle que l'on ne consomme pas !

La société à 2000W

La société à 2000w est un concept qui part du principe que les ressources énergétiques de la planète sont limitées. Que si l'on veut pouvoir tenir avec ces ressources tout en partageant équitablement l'énergie produite, chaque personne peut consommer une puissance instantanée de 2000W.

Ce concept a été pensé par des physiciens. Pour qui la notion de puissance est claire. Mais pour le commun des mortels, la notion de puissance n'est pas claire du tout.

Chaque fois que je parle de la société à 2000W, mon interlocuteur me demande: mais 2000W sur combien de temps....

Le temps est déjà inclu dans la notion de puissance. Une puissance, c'est une quantité d'énergie divisée par un temps:

P = E/t

Une puissance c'est l'équivalent d'un débit dans un circuit hydraulique. C'est la taille du tuyau qui laisse passer l'eau.

Il faut savoir qu'actuellement, un suisse consomme en moyenne 6000W. L'objectif de la société à 2000W en suisse est donc de diviser par 3 la consommation d'énergie. Ainsi c'est beaucoup plus clair.

Quelle est la consommation énergétique d'une personne en suisse ?

Voici quelques chiffres fournis par le programme novatlantis:

Pour une personne vivant en famille dans une maison de classe moyenne dans une aglomération on peut dire que:

Besoin en énergie: en  KWh par an et par personne en Watt par an et par personne
habitat 13 542 1545
mobilité 12 847 1466
alimentation 6 944 793
besoins publics* 18 056 2061
loisir et divers 4 167 476
Total 55 556 6342 W
* consommation d'énergie à but publics, par exemple l'éclairage routiers et les bâtiments publics.

Cette consommation d'énergie de 2000W correspond à l'énergie qui était consommée en 1960.

Ce concept prend également en compte tout ce qui est de l'énergie grise. C'est à dire de l'énergie qui n'est pas directement consommée par nous même, (en s'éclairant avec une ampoule par exemple), mais l'énergie qui est consommée par la fabrication et le transports des objets que nous utilisons.

Le problème, c'est que ce concept ne tient compte que de la suisse. Ainsi, l'énergie grise des objets fabriqués pour nous, mais en chine n'est pas prise en compte !..... heureusement, il n'y a pas beaucoup d'objets fabriqués en chine de nos jours...... ;-)   (ainsi, si l'on voulait tenir compte de l'énergie grise de nos objets chinois, le suisse moyen consomme plutôt 9000W en permanence plutôt que 6000W...)

Cette part est non négligeable. Dans la ville où j'habite. (Boudry, 5000 habitants) L'électricité consommée par la commune est répartie pour moitié par les ménages et pour l'autre moitié par seulement 17 entreprises !

Un excellent moyen de réduire sa consommation d'énergie est donc de limiter sa consommation d'objets !

Offir une seconde vie (ou plus) à des objets est un excellent moyen de limiter notre consommation énergétique.

Ainsi, mon discours va principalement sur la modification du système économique pour faire des économies d'énergie. Il faut sortir de ce système économique qui a pour dogme la croissance du PIB.

Ce n'est pas juste de culpabiliser les gens qui utilisent des ampoules à incandescence au lieu d'ampoule économique, quand de l'autre côté on encourage les gens à renouveler de plus en plus vite tous leurs objets !

C'est ce dogme de la croissance économique qui nous pousse à "bouffer" autant d'énergie. Qui nous pousse à penser que l'on est obligé de construire de nouvelles centrales de production d'énergie.

Etre dans l'accueil plutôt que dans la prédation

En ce qui concerne les sources d'énergie. Je suis d'avis qu'il y a deux approches:

  • la prédation
  • l'accueil

Le monde actuel est dominé par la prédation. On va chercher de l'énergie dans les sous-sol. Principalement du pétrole, du gaz, du charbon, de l'uranium...

C'est la prédation, car on détruit ces ressources, on les exploites, et au passage, on crée des dommages collatéraux (sociaux).

De nombreux pays qui ont des sols riches en sources d'énergie, sont des pays pauvres et politiquement instables. C'est le meilleur moyen pour les prédateurs d'énergie de venir se servir !

La prédation c'est tout une philosophie !

Tout comme l'accueil.

Nous avons déjà à disposition toute l'énergie dont nous avons besoin. Mais il faut savoir être dans l'accueil et non dans la prédation. Le soleil, l'eau, l'air, la chaleur du sol... ce sont des sources d'énergie qui sont bien mieux réparties sur la planète. Il suffit de savoir les accueilir.

Le meilleur exemple, c'est d'observer la nature qui nous entoure. Le soleil fait pousser les plantes. Il y a beaucoup d'énergie à disposition. Les arbres ne sont pas petits !

Mais la principale différence entre un arbre et un humain, c'est le rythme de vie. Un arbre pousse lentement, mais peut vivre des siècles. La race humaine veut aller toujours plus vite, toujours plus loin. C'est notre rythme effréné qui nous transforme en grand consommateur d'énergie.

En ralentissant notre rythme, et relocalisant nos activités. Nous sommes en mesure d'accueilir l'énergie suffisante à nos besoins.

Le nucléaire

On peut résumer le problème du nucléaire à la phrase:

Jusqu'ici tout va bien....

Le nucléaire est une merveilleuses technologie, mais qui produit des déchets dangereux tellement longtemps qu'aucune civilisation humaine n'est capable de durer aussi longtemps. De même, il existe toujours un risque d'accident nucléaire. L'exemple de Tchernobyl nous a montré qu'un petit aperçu de ce qu'un catastrophe nucléaire peut être.

(Puis l'accident de Fukushima à rafraichit les mémoires à l'occasion du 25ème anniversaire de Tchernobyl...  Je n'en avais pas parlé, vu que ce texte a été écrit en automne 2010)

Le nucléaire est une technologie qui jusqu'à présent à été relativement bien gérée. Mais dans la durée c'est une catastrophe. On ne peut rien assurer de la sécurité d'installation nucléaire pour les prochaines centaines de millénaires !

Contrairement à ce que le lobby du nucléaire veut nous faire croire. Faire de l'électricité nucléaire émet aussi du CO2.

Il y a plusieurs facteurs à prendre en considération:

  • La construction de la centrale. (Principalement le béton et l'acier émettent pas mal de CO2)
  • Le cycle du combustilbe Uranium. (~60g de CO2/kWh, selon le chercheur Storm van Leeuwen )
  • Le conditionnement et le stockage des déchêts pour quelques centaines de millénaires va forcément émettre du CO2.

Pour avoir une bonne explication de la méthode de calcul voici un excellent rapport:

Voir aussi cette explication vulgarisée à propos des émissions de CO2 du nucléaire.

Pour faire quelques comparaisons d'émission de CO2, voici le tableau suivant (extrait du rapport de Storm van leeuwen):

comparaison co2 source energie.pngD'après ce même rapport, il semble qu'il faut entre 6 ans et 12 ans (suivant les technologies) pour qu'une centrale nucléaire produise l'énergie qu'elle a utilisé à sa construction. (Energy payback).

Pour du solaire photovoltaique on arrive à 2.7 ans pour la suisse.

Le pétrole

Courbes cumulées de production de pétrole (schéma datant de 2005)

Tout le monde sait que les réserves de pétroles arrivent au bout. Il reste encore de nombreux conflits de spécialistes sur la date de ce qu'on appelle le pic du pétrole. Le  Pic de Hubbert. Le moment où la quantité de pétrole disponible cesse de croitre et commence à diminuer.

On trouve des estimations de cette date du pic entre 2005 et 2030. Pour les détail, voici la synthèse des estimations de nombreuses personnes et organisations.

En bref, le pic du pétrole, c'est maintenant !

Le pétrole est à la base d'environ 100'000 dérivés. (plastiques, amoniaques, médicaments, engrais, colles, etc...) La fin du pétrole va donc remettre en cause sérieusement l'organisation de toute notre société.

Il est donc temps d'économiser. De ne plus utiliser de pétrole quand il existe des alternatives. L'exemple le plus démonstratif reste le chauffage. Pourquoi bruler du pétrole, alors que l'on peut se chauffer par de nombreux autres moyen, même au solaire?

L'énergie solaire

Les automobilistes suisses sont habitués à payer chaque année une vignette pour avoir le droit d'utiliser le réseau autoroutier.

Les utilisateurs des autoroutes de l'information, devraient prendre, eux aussi, l'habitude d'acheter, chaque année, leur vignette solaire.

La vignette solaire, est une idée qui a été trouvée pour sponsoriser la production d'énergie solaire.

Il est proposé à tout possesseur d'un ordinateur portable (les autres aussi ont le droit) d'acheter une vignette à CHF 50.- qui correspond au cout, en énergie solaire, d'une année d'utilisation d'un ordinateur portable. (50kwh)

Ces vignettes peuvent être commandées sur le site web: http://www.vignettesolaire.ch

Ainsi, en achetant une vignette solaire, je sais que l'énergie que consomme mon ordinateur est au moins produite quelques part en énergie solaire. En utilisant mon ordinateur portable, je ne vais donc pas faire augmenter la demande en énergie et favoriser ainsi la construction de nouvelles centrales nucléaires ou favoriser la prolongation de leur durée de vie.

En achetant une vignette solaire je sponsorise un projet de création d'énergie propre et d'énergie produite par des panneaux solaire installés par des jeunes.

Production d'énergie en suisse

En suisse, nous avons la chance d'avoir une majorité de notre électricité qui est produite de manière renouvelable. Ceci par ce que nous avons beaucoup d'usines hydroélectriques. La production hydroélectrique représente 58,4 % de la production d'électricité en suisse contre  40,7 % pour le nucléaire, et seulement 0,9 % pour les autres sources de production d'électricité. La production d'énergie solaire est donc ridiculement petite. Il faut que ça change !

Libéralisation de la production d'électricité

les rapaces du marché de l électricité.jpgEn suisse le contexte du marché de l'électricité a beaucoup changé ces derniers temps et il va encore beaucoup changer.

Le 22 septembre 2002, la loi sur le marché de l’électricité (LME) était rejetée par 52,5% du peuple suisse. Cette loi proposait une libéralisation du marché de l'électricité. Le peuple n'en a pas voulu. Cependant, quelques gros consommateurs d'électricité voulant faire quelques économies (d'argent pas d'énergie !) ont invoqué la loi contre les cartels devant le tribunal fédéral pour libéralisé le marché. Ils ont gagné !

Cette victoire au tribunal fédéral a de facto libéralisé le marché de l'électricité, obligeant le parlement à faire une loi. Cette fois-ci. En tenant compte du débat de 2002. La loi a été conçue pour ne libéraliser que la production d'énergie et non son transport. Ainsi il est possible de garantir que les réseaux seront bien entretenus. Ce qui était une des plus grande crainte lors de la votation de 2002.

De plus un petit su-sucre a été offert pour faire passer la nouvelle loi: un fond pour sponsoriser les énergies renouvelables.

C'est ainsi que cette nouvelle loi sur l'approvisionnement en électricité (LApEI) a été accepté sans référendum.

Elle est entrée en vigueur le 1er janvier 2009. Libéralisant le marché de la production d'électricité pour les consommateur de plus de 100'000kWh.

Cinq ans plus tard, donc le 1er janvier 2014 le marché sera aussi libéralisé pour tout le monde.

Conséquences de la libéralisation

Beaucoup de gens ont vu dans cette libéralisation un moyen d'augmenter la concurrence et donc un moyen de faire baisser les prix. Mais c'est totalement faux !

Ce qui c'est passé, c'est une augmentation de 25% des prix ! (très variable suivant les régions..)

La concurrence sur la production de l'électricité ne peut pas fonctionner.

En effet, l'électricité, avant de suivre les lois de l'Etat, suit les lois de la physique! L'électricité est un flux d'électron qui emprunte toujours le chemin le plus court !  Ceci signifie que l'on consomme toujours l'électricité qui a été produite le plus près de chez soi.

Ainsi, avec cette nouvelle loi (LApEI), on est libre d'acheter à n'importe quel producteur de l'énergie. Mais on consomme toujours l'énergie produite localement ! Beaucoup de gens ne comprennent pas ce paradoxe, et ça ce comprend !

Sur ma facture il est écrit que mon électricité provient d'énergie hydroélectrique produite dans les pays nordiques   Mais en réalité je consomme de l'électricité provenant d'usines hydroélectriques des gorges de l'Areuse à quelques kilomètres de chez moi ou de l'électricité de la centrale nucléaire de Mühleberg.

Ainsi, ce que l'on a mis en place lors de la libéralisation de la production d'électricité en suisse, ce n'est pas une modification de notre réseau électrique. C'est une modification au niveau de la facturation de la production électrique.

Il y a donc un producteur chez qui on va acheter une certaine quantité d'énergie et il y le producteur local qui va nous la fournir. Entre temps il y tout un réseau de transport de cette énergie dont le financement est assuré par le droit de timbre. une taxe qui permet de financer l'entretient du réseau électrique (certaines communes taxent encore, en plus, un droit de passage). Pour calculer tous ces flux d'énergie qui passent, mais pas forcément par où il sont payés, il y a une nouvelle société, swissgrid qui a été crée pour s'occuper de gérer le transport d'électricité en suisse.

L'augmentation des prix de l'électricité avec la libéralisation s'explique probablement par le financement de cette nouvelle société swissgrid et par le calcul à la hausse du droit de timbre par les transporteurs d'énergie.

Financement des énergies renouvelables

éolienne en bout de champ.jpgQu'est devenu le su-sucre ? Que devient le financement de la production d'énergies renouvelables à prix coutant ? Les gens intéressés à recevoir une partie de 320 millions attribués pour que l'on reprenne à prix coutant l'énergie renouvelable qu'ils produisent était tenus de s'annoncer dès le 1er mai 2008 à swissgrid. Le 2 mai à 14h on comptait déjà 3750 demandes chez swissgrid alors que le 1er mai était un jour férié vu que c'était le jeudi de l'ascension!

Swissgrid a très vite été débordé par les demandes. Le tri a été fait, les petites installations ont été très vite rejetées. Puis les fonds d'encouragement pour le courant vert sont arrivés au bout. Ceux qui ont fait leur demande trop tard sont sur liste d'attente !

Pour tenter de débloquer la situation, en août 2009, le parlement a décidé de maintenir pour 2010 une taxe de 0.45ct par kWh pour reconstituer un fond pour financer les gens sur la liste d'attente des rétributions à prix coutant.

C'est une bonne nouvelle pour les grosses installations, surtout dans la géothermie et dans l'hydroélectrique. Mais ça ne résout pas le problème des petites installations. De tous les particuliers qui ont investi pour installer des panneaux solaires sur leur toit.

L'énergie solaire a été passablement délaissée par cette loterie au subventionnement.

La situation est encore pire qu'avant la libéralisation. Il y a un certain flou juridique autour du statut des gens qui ont été rejetés du subventionnement. Les distributeurs d'électricité sont quand même tenus de reprendre l'électricité qu'ils produisent mais à quel prix?

Jusqu'à présent il y avait pas mal de systèmes qui faisaient juste tourner le compteur électrique dans l'autre sens. Ainsi c'était un moyen simple de décompter l'électricité produite au même prix que celle qui est consommée. Avec la libéralisation quel est le prix? Souvent on applique le même principe vu que la libéralisation n'est pas encore effective pour les petits consommateurs d'énergie. Mais que ce passera-t-il en 2014? Est ce que l'on pourra se faire payer au prix du producteur d'énergie que l'on aura choisi ?

Etrange tout ça !

D'autres pistes de financement de l'énergie solaire

Toujours est il que les gens qui ont installé des panneaux photovoltaïques sur leurs toits par ce qu'on leur promettait de les payer au prix coutant ont l'impression de s'être fait arnaquer !

Certains cherchent d'autre sources de financement. La vignette solaire en est une.

L'hébergement de site web sur un serveur web alimenté en énergie par des panneaux photovoltaïque en est une autre. C'est ce que fait la société Horus.

Perspectives d'avenir

panneau solaire à la cabane rambert.jpgL'avenir est à la production d'énergie locale. Il faut toujours  avoir en tête que l'électricité emprunte toujours le chemin le plus court! Donc l'installation de production qui aura le moins de perte de transport sera toujours la plus proche.

Une production locale permet également de maintenir des compétences locales et des emplois locaux.

L'énergie va devenir un secteur de plus en plus stratégique. Produire sa propre énergie, c'est garantir la sécurité de son avenir.

L'énergie solaire est inépuisable, elle est présente partout. Les panneaux solaire sont fait en silicium, c'est l'élément le plus courant sur la croute terrestre après l'oxygène. (le sable est principalement composé de silicium)

L'énergie solaire est donc la source d'énergie la plus durable et la plus propre que l'on puisse utiliser.

Une mine d'or à propos des énergies. Le solar club du cern.

Isolation des bâtiments

Le potentiel d'économie d'énergie le plus grand est certainement dans le domaine des batiments.

En général, quand on assainit un batiment existant on arrive à diminuer de 60% sa consommation énergétique.

Il est possible actuellement de construire des batiments qui n'ont pas de chauffage. On utilise le chauffage au solaire passif. Combiné avec l'inertie thermique d'une énorme cuve d'eau que l'on chauffe l'été grâce à des panneau solaire thermique. L'hiver le batiment est chauffé par la simple utilisation de cette réserve thermique.

Eclairage

La meilleures lumière que l'on puisse avoir est la lumière solaire. Ainsi, il est abérrant de construire des maisons avec des pièces qui n'ont pas de fenêtre où qui ont des fenêtres qui ne laisse passer que peu de lumière.

Parfois, ce n'est pas facile d'obtenir de la lumière via une fenêtre suivant la configuration des pièces. Cependant, il existe des solutions quand même. La lumière n'est pas obligée de passer au travers de fenêtres, il est possible de la faire passer au travers de puits de lumière.

Voici, un lien vers les quelques notes que j'ai prises à propos des différentes techniques qu'il existe pour pour de l'éclairage solaire indirect.

Voilà une solution simple, pour éclairer des pièces sombre qui vaut bien mieux que de tenter de diminuer la consommation d'un système d'éclairage !

C'est à mon avis un système que l'on devrait appliquer dans de nombreux supermarchés qui sont trop souvent borgnes !

Réduire la consommation d'énergie en éteingant la lumière

Tout le monde sait que l'on eut écomiser de l'énergie en éteignant la lumière. Beaucoup de gens pratiquent ce principes chez eux. Mais qu'en est il des innombrables enseignes lumineuses qui restent allumée tout le temps. Est-ce vraiment nécessaire de laisser allumé une enseigne lumineuse, un panneau publicitaire (encore les méfaits de la pub), une vitrine de magasin entre minuit et 6h le matin ?

Les pêcheurs d'énergie ont trouvé un moyen efficace de diminuer la consommation énergétique. Il suffit d'éteindre les enseignes lumineuses... à voir en vidéo.


Pêcheurs d'énergie
envoyé par pecheursdenergie. - L'info internationale vidéo.

 

Voir les arguments sur les sites:

Relocaliser la production d'énergie

La vision politique privilégie bien trop souvent la version centralisée pour résoudre les problèmes. En effet, pour un politicien (ou une politicienne), il est bin plus simple de dire qu'il faut construire une ou deux centrales nucléaire, que de gérer la construction de 20 000 installations photovoltaiques !

Donc c'est trop souvent le choix de la production centralisée qui est favorisé. C'est une erreur.

Il est bien plus profitable à tout le monde, de manière économique, comme de manière écologique de répartir la production d'énergie.

L'idée force là derrière c'est de mener une politique qui vise à créer des régions à autonomie énergétique. Ainsi l'on se rend mieux compte de ce que représente l'énergie que l'on consomme.

L'idée n'est plus de trouver la source d'énergie miracle qui va remplacer toute les autres. Mais d'exploiter toute les sources d'énergies possibles dans un bon mixe. (donc un mixe où l'énergie fossile prend le moins de place possible...)

Si l'on prend l'exemple du canton de Neuchâtel, actuellement, en 2011, c'est près de 20% de la consommation d'énergie électrique qui est produite sur place. (les usines hydroélectriques des gorges de l'areuse produisent 10% ... le barrage du chatelot et centrale à gaz doit faire le reste... à vérifier.)

La Société Suisse pour l'Energie Solaire, pense que le canton peut se donner les moyens d'être autonome en énergie électrique en exploitant tous les potentiels:

  • solaire: 35%
  • éolien: 25%
  • hydraulique: 25%
  • biomasse: 15%

Pour se faire une idée, pour faire ces 35% d'électricité cantonale au solaire, il faut une surface de 3km2, ce qui correspond au potentiel de toutes les surfaces de toiture.

Par comparaison, La surface occupées par des routes est d'environ 20km2 !!

suite => Les transports

blog comments powered by Disqus
 
 
 
 
 
login
Identification

loading loading