Futur de l’informatique épisode 5 – Convergence web et informatique

Convergence web et informatique

La reprise de l'innovation dans le monde du web à conduit à dépasser le modèle originel du web: le web des documents, pour l'étendre au web des applications, ce que l'on appelle souvent le web 2.0.

Ainsi, avec le web 2.0, le web devient donc une nouvelle plateforme applicative. Les applications de bureau traditionnelles sont de plus en plus migrées vers le web.

Le navigateur web prend de plus en plus d'importance, il devient l'unique application nécessaire sur le système d'exploitation d'un ordinateur.

Le web est donc en train de conquérir le domaine des applications de bureau. (Est ce pour protéger windows et son écosystème que microsoft à tout fait pour torpiller le web?)

Les applications web sont donc en train de remettre en cause tout un modèle d'habitudes de fonctionnement de l'informatique.


Google pousse l'idée encore plus loin avec Chrome OS: un système d'exploitation complet qui est basé sur des application web. Est ce que l'idée va prendre ?

Chrome OS screenshot sdres 0001 App-Menu.png

Une application sur Chrome OS n'est qu'un site web encapsulé dans un navigateur web qui n'affiche qu'une seule page.

Le concept n'est pas nouveau. C'est aussi ce que propose la fondation Mozilla avec Prisme qui n'est qu'une version allégée de firefox pour encapsuler un site web dans quelque chose qui ressemble aux applications natives actuelles.

De son côté, Apple propose ce concept dans les widgets dashboard. Des mini applications pour Mac OS X.

Avec l'arrivée de la nouvelle norme du format web, HTML5. Il existe des mécanismes de stockage et de synchronisation qui directement dans les navigateurs web leur permettent de faire fonctionner une application web, même si aucune connexion réseau n'est disponible.

Ainsi on voit clairement que l'avenir sera encore plus aux applications web.

Il reste juste une inconnue: l'énorme succès des applications natives pour iPhone. (et bientôt pour iPad) Bien souvent il aurait été possible de faire une application web à la place, mais qu'est ce qui pousse les gens à développer plutôt une application native ?

Parfois c'est uniquement pour avoir le droit d'accéder à l'accéléromètre de l'iPhone. Ce que ne font pas les applications web. Ou plutôt ne faisaient pas. Car depuis le 21 janvier 2010. Firefox 3.6 est sorti avec le support de l'accès à l'accéléromètre !  ..... mais pas pour iPhone... vu que la license de ces bestioles n'autorise pas les applications pouvant interpréter du code, et donc un navigateur web interprétant du javascript.... donc pas de firefox sur iPhone ! Dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :