la publicité, le moteur du consumérisme

<- retour au sommaire: La décroissance, un nouveau projet de société
<- précédent : comprenons ce qu’est la croissance pour comprendre la décroissance

La publicité

Pourquoi est ce que les médias nous parlent souvent de la croissance du PIB ?
Car c’est le moteur de l’économie. Car pour faire fonctionner le système, il faut que nous y croyons. Il faut que chacun soit porteur du système.

Ainsi le système s’auto-entretient, il assure sa propre survie avec la soutiens de tous.

Les médias véhiculent l’idée de croissance car ils véhiculent l’idée dominante du moment. Les médias véhiculent l’idée de croissance, car pour une bonne partie, ils sont financés par ce système de croissance économique.

Une énorme partie des médias est financée par la publicité. Certains médias, en plus d’être financé par la publicité sont également en mains de groupe industriels. L’exemple le plus parlant est probablement celui de la chaine de télévision française TF1 qui appartient au groupe industriel Bouygues.

En observant ces liens de filiation, il devient facile de comprendre pourquoi, le journal de TF1 a fait une émission spéciale  du journal sur la construction de la mosquée Hassan II à Casablanca. Ce reportage « culturel » n’est en fait qu’une publicité déguisée pour montrer les grandes réalisations du groupe de construction Bouygues.

Ce qu’il y a de bien chez TF1, c’est que cette réalité de la domination de la publicité sur le contenu est clairement assumée. Cette réalité est en tout cas assumé par l’ancien PDG de TF1, Patrick Le Lay lorsqu’il affirmait:

Soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. (…) Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible.

La plupart des patrons de médias ne sont pas aussi directs que ça. Consciemment ou inconsciemment d’ailleurs. D’une manière générale, les journalistes de la presse écrites sont des gens intègres qui n’aiment pas trop la publicité et qui ont toujours tenté de séparer le contenu informationnel de leur journal avec le contenu publicitaire qui n’est qu’un apport financier pour faire vivre leur journal.

Cette pratique de séparation est d’ailleurs contraire à ce que l’on voit sur le web où google, la principale régie publicitaire sur le web, tente de contextualiser le contenu de la publicité avec le contenu de la page web sur laquelle elle se trouve !

Lors de chaque récession, on remarque que le premier budget qui passe à la trappe est celui de la publicité. Ainsi les journaux se vident drastiquement des publicités et en même temps des revenus qui les font vivre.

C’est là que l’on voit que la frontière entre information et publicité est très fine. L’une ne vit pas sans l’autre. Cependant, il y a quand même une bonne différence de marge de manoeuvre entre un quotidien comme le courrier qui tente de garder son indépendance pour apporter une véritable information et un quotidien gratuit comme 20 minutes, qui n’est qu’un support publicitaire supplémentaire, qui vise à utiliser le temps de cerveau disponible des gens, pendant qu’ils voyagent dans les transports publics.

Mais pourquoi est ce que le système économique a besoin de la publicité ?

Pour répondre à cette question, je vais laisser la parole à caius saugrenus, illustre personnage de l’album des aventures d’Astérix le gaulois intitulé: Obélix et compagnie. (J’ai déjà réalisé une analyse complète de cette bande dessinée qui est un démonstration parfaite du fonctionnement du capitalisme.)

campagne de marketing pour les menhir.jpg

Dans cette bande dessinée, Caius Saugrenus a trouvé un moyen de vaincre les irréductibles gaulois. Il les fait travailler à la fabrication de menhirs et les achètes à prix d’or.

Le plan fonctionne tellement bien, que Jules César est envahi de menhirs totalement inutiles dont il ne sait que faire. Caius saugrenus a donc un nouveau plan. Il faut vendre les menhirs.

Comment faire pour vendre de l’inutile ?

– Il faut faire une campagne de marketing !

Comme le dit Caius Saugrenus: Il faut provoquer le besoin chez le consommateur.

Ainsi le système capitaliste doit pousser le plus loin possible son absurdité productiviste. Comme il faut pouvoir vendre à tout prix. Il faut que les gens achètent à tout prix, que l’objet qu’on leur vend soit utile ou non.

Le but de la publicité est donc de faire vendre ce qui a été produit.

De plus, comme on veut de la croissance, on produit toujours plus. Il faut donc des publicités toujours plus efficaces pour augmenter la consommation.

Si vous voulez vendre un produit qui est absolument indispensable, c’est très facile, pas besoin de publicité. Les gens qui ont besoin de ce produit viennent d’eux mêmes. Donc on peut même pousser le raisonnement et dire que la publicité est là uniquement pour faire vendre ce qui est inutile.

Quels sont les mécanismes de la publicité

Le collectif des renseignements généreux a fait une brochure intitulée: Pub: la conquète de notre imaginaire. Comme la brochure est très bien faite, je ne vais pas répéter tout ce qu’elle dit ici. Je me contenterai de résumer les points principaux et vous incite à télécharger cette brochure au format pdf et de lire les 28 pages qu’elle contient. (ce n’est pas long)

La publicité s’appuie sur la psychologie humaine. La publicité utilise la jalousie, l’envie et le besoin de reconnaissance des autres.

mécanisme de la pub.png

Dans l’album Obélix et compagnie, Saugrenus explique que les gens achètent:

  • Ce qui est utile
  • Ce qui est confortable
  • Ce qui est amusant
  • Ce qui rend jaloux les voisins

Ce sont quelques moyens de susciter l’envie d’achat.

D’une manière générale le mécanismes est toujours le même.

La publicité est là pour susciter une frustration chez l’individu, pour créer un manque.

La publicité va réveiller le plus grand désir qui sommeil en chaque humain: le désir de pouvoir.

Ce désir se réveille avec tout ces désirs associés; la supériorité, la jouissance, la beauté, la santé, l’intelligence, la capacité amoureuse, etc…

L’étape suivante va consister à associer ce désir de pouvoir avec le produit que l’on veut vendre.

Avoir rime avec pouvoir !

Une fois que le désir d’achat devient irrésistible, c’est là que l’on se fait avoir et que l’on achète le produit. Cette action de consommation calme, apaise. Mais pas pour longtemps…

En effet, le but de la publicité est également de vous montrer que le produit que vous avez acheté ne rempli pas totalement vos besoins. Il faut provoquer une certain désillusion pour mener à une nouvelle frustration et recommencer le cycle de consommation.

Avec les produits technologiques c’est de plus en plus facile de provoquer la frustration, de vous montrer que votre téléphone portable n’est pas de toute dernière génération. Qu’il est devenu trop lent, qu’il ne possède pas d’appareil photo, de lecteur de musique ou autre gadget embarqué.

Le progrès technologique et le cycle de consommation-frustration de la publicité est un couple qui s’entend bien !

Quelques exemples de manipulation utilisée dans les publicités

Oui, il s’agit bien de manipulation. De lavage de cerveau.

  • Comme les avocats et le banquiers, la pub utilise la cravate et le ton grave pour énoncer des vérités inébranlables.
  • la pub fait sont show à l’aide de son et de lumière vive pour vous mettre en trance hypnotique
  • la pub utilise les connotations des mots pour vous guider sur des rails. Les mots liberté, bonheur, démocratie vous attire, les mots, guerre, racisme, mort vous repoussent.
  • le message publicitaire est enfantin, et ne va jamais à l’encontre de la morale majoritaire.
  • la pub utilise le principe d’identification: je suis comme vous, faites comme moi
  • la récupère des symboles. Che Guevara vends des voitures. Gandhi fait de la pub pour une agence de placement ou des stylos !
  • la pub utilise l’humour. Tout le monde aime rire. Celui qui n’aime pas la pub s’exclu !
  • la pub donne l’illusion du choix et de la liberté pour mieux formetter ! Les slogans: Sois toi même! Deviens qui tu es! libère toi ! sont courrant. Sur des pages web, il a été remarqué qu’une majorité de gens préfère cliquer sur un lien qui vous dit: Soyez libre de cliquer ici, que sur un lien ou il est simplement écrit cliquez ici.
  • la répétition, le martellage, il n’y a que ça de vrai pour faire rentrer un slogan. Le soleil vient de se lever…..

Allez faisons encore un test de l’état de votre lavage de cerveau avec quelques slogans à compléter:

  • avec ovomaltine ça va pas mieux….
  • Quand y’en a marre….
  • Have a break, have a …
  • Il faut secouer sinon la pulpe….
  • always..

Et si vous ne trouvez pas, c’est que vous êtes moins atteint par la pub que moi. Il ne vous reste plus qu’à vous rattraper en allant apprendre les slogans sur slogandepub.fr 😛

Des chercheurs ont montré que dès l’âge de 18 mois, les enfants sont capables de reconnaître le logo d’une entreprise et d’y associer un produit.

La télévision principal outil de formattage culturel

Ce résultat de lavage de cerveau est surtout rendu possible par l’influence de la télévision. C’est LE média de masse. C’est un média accessible à tous et facile d’utilisation. N’importe qui sait utiliser une télévision.

Tout le monde regarde le même programme en même temps. La télévision crée une culture commune et donc des liens entre les gens. Ce qui peut paraitre comme une bonne chose est également détourné par la publicité.

Durant ces 50 dernières années, la télévision a pris une telle importance qu’elle s’impose comme une autorité qui est capable de faire faire tout et n’importe quoi à tout le monde.

C’est ce qui à montré la nouvelle version de l’expérience de milgram. Plus de 80% des gens sont prêts à tuer pour gagner un jeu TV ! Pour plus d’info à ce sujet, j’ai déjà décrit et analysé toute cette expérience de Milgram sur mon blog.

Un français regarde regarde en moyenne la télévision 3h45 par jour ! Si il dort 8h par jour. Un rapide calcul nous montre que la télévision représente 20% de son activité diurne.

Heureusement, depuis l’avènement des connexions internet haut-débit et permanentes, la télévision est en large recul chez les jeunes. L’interactivité du web est un atout majeur face à la passivité qu’oblige la télévision.

La TSR estimait la moyenne d’âge des gens qui regardent le téléjournal est d’environ 56 ans ! La télévision reste tout de même utilisée par les jeunes, mais surtout comme radio avec des images (de rappeurs avec des filles dénudées) pour passer de la musique comme ambiance de fond.

Pour ne pas perdre de part de marché, la télévision riposte de manière encore plus dure en flattant tous les bas instincs humains. La télévision propose des émissions de voyeurisme avec la généralisation de la télé-réalité.

Bref, pour lutter contre la publicité, le mieux à faire n’est de plus regarder la télé.

Catégorisation, stigmatisation, sexe et cliché

publicité la femme objet.jpgA la télévision, on retrouve tous les sujets et techniques de manipulation utilisés par la publicité. Les mondes de la publicité et de la télévision sont effectivement fait pour bien s’entendre ! Dans ces deux mondes on tente d’épargner aux gens une réflexion trop ardue. On emploie des codes déjà connus, on catégorise les gens, chacun a sa place. Dans une émission de télé-réalité on ne sélectionne que des caraicatures de personnage. Et surtout on use et abuse du sexe pour faire vendre !

Combien de publicité présentent des jolies filles pour vendre des produits qui n’ont absolument rien à voir ?

La publicité est sexiste. Elle renforce l’image de la femme objet.

La publicité cible les jeunes

La publicité est principalement conçue pour appâter les jeunes, pour leur donner une vision de la réalité voulue par les publicitaires.

Dans le film 99 francs, qui critique le monde de la publicité. On nous dit que depuis la naissance jusqu’à l’âge de 18 ans. Un individu a déjà regardé 350 000 spots publicitaires !

Un enfant qui regarde tous les jours une publicité dans laquelle on lui dit que boire une boisson sucrée pétillante est sympa, bon, agréable, aura acquis cette vérité !

En 2003, une étude sur le comportement des consommateurs avait déjà montré que le shopping représente la plus importante activité de loisir pour 85% des adolescents.

(Etude de Petra Oggenfuss et Thomas Bamert)

La pub est une victoire culturelle complète. Une majorité de jeunes aiment vivre dans le monde et dans l’imaginaire de la publicité.

Impact de la publicité sur la politique

En imposant une culture, la publicité impose également une vision politique.

Tout d’abord la publicité fait l’apologie de la philosophie capitaliste. La philosophie de l’individualisme. La technique est simple. Il faut créer des classes et une lutte des classes.

La publicité montre l’objectif à atteindre: le beau gosse bien bronzé et musclé qui séduit la jolie jeune fille grâce à sa grosse voiture et son parfum de luxe.

Cette image du bonheur parfait raisonne en chacun de nous comme un bonheur inaccessible. Je ne suis pas autant bien que le gars de cette pub, il y a un fossé entre lui et moi.

Les riches peuvent s’offrir cette vie, et moi pas !

Ce genre de réflexion crée et renforce une hiérarchie de classe qui n’existait pas forcément. Les gens déjà défavorisés sont en général les plus sensible à ce genre de publicité.

L’habitude d’un système de classes véhiculé par la publicité détruit la démocratie. Dans une démocratie chacun est sur un pied d’égalité avec les autres. Cependant cette habitude de classe va créer le sentiment d’avoir une élite de politicen et une basse caste du peuple.

L’autre impact de la publicité sur la vie politique est la passivité. La publicité nous habitue à la passivité, aux messages pré-mâchés. Au slogan tout fait qui disent ce que l’on doit faire.

Dans la vie politique, il faut faire des choix soi-même. Ne pas se faire dicter ses choix par une affiche. Pourtant c’est ce qui arrive bien trop souvent par habitude !

Les politiciens ont bien compris qu’une bonne campagne de publicité c’est le succès de faire passer ces idées. En politique, on ne parle pas de publicité. On parle de communication.

Voici une citation de Nicolas Sarkozy qui résume tout:

La communication est à l’action ce que l’aviation est à l’infanterie ; l’aviation doit passer pour que l’infanterie puisse sortir ; c’est lorsqu’on a gagné la bataille de la communication qu’on peut commencer à agir.
Nicolas Sarkozy, interviewé dans L’Express, 17 novembre 2005

La décroissance une culture alternative

La publicité est donc autant un moteur pour entretenir le consumérisme, qu’un moteur culturel pour nous associer à la philosophie capitaliste, la philosophie du profit individuel. Une philosophie qui isole, qui prône, la concurrence, la performance, la croissance.

Le mot décroissance, à l’image du mot débourser qui signifie sortir de sa bourse, signifie sortir de la croissance. Sortir de ce système économique basé sur une machine thermique qui transforme de manière irréversible des ressources naturelles en déchets.

La décroissance, est une philosophie opposée ce système basé sur la croissance. La décroissance c’est une nouvelle culture, avec d’autres valeurs. Des valeurs plus humaines.

Le combat frontal contre la publicité est une possibilité, mais le plus efficace est de prôner une alternative. La décroissance, c’est la joie de vivre. Comme est intitulé le journal édité par Vincent Cheynet.

Il est temps pour la décroissance de remettre au goût du jour des valeurs humaines telle que:

  • le partage
  • la gratuité
  • la diversité
  • la coopération
  • la collaboration
  • la vie en communauté
  • la création de biens communs
  • use de tout, n’abuse de rien !

La philosophie grecque avait pour pire ennemi la démesure. Il y a certainement de quoi s’inspirer la dedans !

La publicité accélère l’épuisement des ressources naturelles

En tant que moteur de la consommation effrénée, la publicité peut être tenue pour responsable de l’épuisement accéléré des ressources naturelles de notre planète.

Pour découvrir le monde de la publicité sentez vous libre de regarder le film 99F:

 


Téléchargez la présentation faite à propos de la publicité pour le cours à l’université populaire. (pdf 12.3Mo)

suite => Epuisement des ressources naturelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :