la cuisine amusante

YopYop – apprendre la cuisine amusante

Voilà, j’ai trouvé une manière d’exprimer de mon originalité, de pratiquer ma passion de la photo et de déguster régulièrement des bons petits plats !

Je me suis mis à la cuisine amusante et j’ai créer un nouveau site web: YopYop.chApprendre la cuisine amusante !

logo-cuisine-amusante-carré.png

Ceux qui me connaissent bien auront remarqué que j’en ai profité également pour faire un remix de plus du singe aux yeux kawai.… Voici le singe cuisinier.

Donc pour en expliquer un peu plus à propos de ce site…. j’ai toujours fais dans l’originalité.. et en cuisine c’est pareil…

Et oui, c’est en cuisinant des fondues dans des endroits insolites et inhabituels que je me suis retrouvé dans la rubrique culinaire de nombreux médias !!

Comme quoi, il n’y a pas toujours besoin de savoir bien cuisiner pour passer dans les rubriques culinaire.... faire une fondue dans un cinéma, sur une chute d’eau , dans un canoë… ou sur la flamme olympique.. ça suffit !

Pour en savoir plus sur ces 10 ans de fondue voir le site: extremefondue.ch

fondue extrême sur la flamme olympiqueMathieu et Noémie mangent une fondue sur la chute des esserts à Boudry

2011-06-28-M6-extremefondueMatin-Bleu-Fondue-piscine

Alors je lance une nouvelle expérience…
Je diffuse mes recettes de cuisine amusante pour lancer une nouvelle mode….
Voici quelques exemples..
Les souris faites en radis…cuisine amusante souris.jpgMais aussi..

 

père noël en fraise

bonhommes en pâte

une aligée de pingouins

saumon pour un buffet

père noël babybel

Bonne visite sur yopyop.ch pour apprendre la cuisine amusante…..

Récolte de mon jardin à mi novembre

La récolte dans mon jardin à mi novembre

Il y a beaucoup de gens qui pensent que l’on ne peut récolter à manger dans son jardin que l’été. Effectivement, il y a beaucoup de choses en été. Mais il y a aussi beaucoup de choses que l’on peut récolter plus tard.

Voici un aperçu de ma récolte à mi-novembre 2013.

La vitamine C du cynorrhodon

Tout d’abord, pour bien passer l’hiver il faut manger des fruits pour avoir de la vitamine C et ne pas avoir les dents qui tombent à cause du scorbut... bon.. C’est vrai que de nos jours les magasins sont pleins de fruits… le scorbut n’est plus le problème de santé public numéro 1… mais bon.. peut être qu’un jour on aura plus de pétro-fruit toute l’année…

cynorrhodon gelé.JPG

églantier avec plein de fruit.JPG

Alors il est utile de savoir que l‘égalantier est un arbre qui a plein de petits fruits rouge fantastiques (enfin il parait que techniquement ce sont des faux fruits…), connus sous le noms de gratte-cul par les écoliers qui font des farces à leur camarades en leur frottant sur la peau les poils urtiquant de ce fruit…

Ce fruit rouge est aussi connu par les amateurs de thé sous le nom de cynorrhodon.

Et donc pourquoi est ce que ce fruit est si fantastique ?? … et bien c’est par ce qu’il est bourré de vitamine C. Il semble bien qu’il y en a 20 fois plus que dans les agrumes !!

Donc quand on aura plus de pétrole et qu’on ne fera plus venir des oranges de très loin… on se ruera un peu plus sur les grattes-cul pour manger notre dose quotidienne de vitamine C.

Moi j’en mange tous les jours.

Il suffit de presser sur le fruit une fois qu’il a gelé pour voir sortir un peu de chaire acidulée qui est délicieuse. J’avais même remplacé la tomate dans la pizza par cette chaire… bon.. c’est très très long à faire… il faut une énorme quantité de fruit !

Les topinambours pour réchauffer l’atmosphère

Quand le jardin parait mort…. et bien non, il y a encore plein de racines.. la plus connue.. c’est la carotte !

récolte de mini carottes.JPG

C’est le meilleur moyen de conserver des carottes, il suffit de les laisser en terre et de les récolter quand on en a besoin. Bon… il y a les limaces qui aiment aussi les carottes.. donc il est possible de les stocker à la cave dans un tas de sable. C’est ainsi que faisaient nos grand-parents… avant d’abuser de l’usage du frigo !

Mais dans les racines il y en a qui sont moins connues que les carottes. Voici le topinambour… On en parle souvent comme d’un cousin de la patate… mais en fait… ça ressemble plutôt à un tournesol !!

racine de topinambour.JPGtopinambours lavés.JPG

Bon… on le compare à la patate, par ce que l’on mange le tubercule et pas la fleur. Dans la patate sa réserve de sucre… de glucide c’est l’amidon. Dans le topinambour, c’est l’inuline. C’est une forme de sucre que notre organisme ne semble pas assimiler… du coup… hop… ça ressort sous forme de gaz… Après une bonne platé de topinambours entre amis, c’est la foire au pets ! 🙂 (bon.. il semble que si l’on cuit le topinambour avec une branche de céleri ou du bicarbonate de soude.. ça va.. plus d’effet…. à tester..)

Le raifort plus fort que le wasabi

Une autre racine qui se cache sous des feuilles toutes flétries, c’est le raifort !

feuilles de raifort.JPG

Le raifort, comme son nom l’indique, c’est fort ! .. c’est un condiment qui a du goût… Je me souviens d’un repas au château de Boudry ou pour l’anniversaire des 300 ans de Jean-Jaques Rousseau on avait mangé de la truite fumée accompagnée de raifort, une recette provenant du cahier de recette de Mme Rousseau…

Le raifort est une racine que l’on râpe pour la manger. A l’autre bout du monde, au japon on utilise une plante cousine, le wasabi ! …aussi connue comme condiment très fort !…. moi je vais dans mon jardin.. c’est moins loin qu’au Japon !

Le maïs arc-en-ciel inca

Cette année, je me suis lancé dans le maïs. Je cherchais à faire une céréale dans mon jardin.. et le maïs, c’est quand même plus facile à manger que le blé qu’il faut transformer en farine…. J’ai acheté des graines de maïs arc-en-ciel inca chez Kokopelli. Histoire de ne pas sponsoriser les 10 multinationnales qui possèdent 73% des semences et cherchent à nous fourguer des OGM…

mais arc-en-ciel inca kokopelli.JPG

Je suis très très heureux du résultat. Ça n’a pas été facile… la grèle du 20 juin à tout détruit.. coupé les tiges.. haché menu tout ce qu’il y avait…. mais tout à poussé.. avec un peu de retard. Mais j’ai quand même eu de maïs. J’en ai gardé un épi que j’ai séché pour avoir des graines pour l’année prochaine.

mais arc-en-ciel inca kokopelli séché.JPG

Voilà, comme ça je sais ce que je mange comme maïs…. et en plus avec ces couleurs violettes, ce maïs est super beau !

mais arc-en-ciel inca kokopelli cuit.JPG

Avec le retard du à la grêle, il y a des maïs qui ne sont pas arrivés à maturité. Mais même petits ils sont très bons à manger.. c’est comme les petits maïs au vinaigres avec lesquels ont mange la raclette !!

mini maïs.JPG

Les tomates jaunes naissent dans les choux

Et.. oui, c’est ce que j’ai découvert… J’observais un petit chou rouge. J’écartais ses feuilles… et qu’est-ce que je trouve dedans…. une mini tomate jaune !!!

les tomates naissent dans les choux.JPG

J’en déduis que les tomates jaunes naissent dans les choux !

(bon, c’est peut être aussi que la tomate est tombé du plan de tomate qui était juste à côté… mais qui a séché et est tombé entre temps… donc que je ne voyais plus)

Voilà… donc le jardin est vivant toute l’année… Pendant l’hiver ça pousse moins. Mais ça pousse quand même. Et surtout, il est important de laisser une couverture. De ne pas laisser le sol à nu… sinon la pluie et la neige de l’hiver va finir par emporter la bonne terre dans l’eau des rivières plus loin… toute la richesse perdue…

Recette des chaussons aux pommes

Voici la recette des chaussons aux pommes héritée de notre grand-mère.

Pour les pommes, il y a deux techniques qui s’affrontent…. mettre de la purée de pommes… (comme dans la vidéo) ou mettre directement des lamelles de pommes.

nourriture végétarienne

Comment se nourrir en végétarien sans avoir de carence

L’alimentation des humains à beaucoup changée au cours du temps.

Il y a eu l’époque des chasseurs cuilleurs. Donc je suppose que la viande était fréquente… mais est-ce vraiment la réalité ? … à creuser.

Puis il y a eu toute la période depuis l’invention de l’agriculture jusqu’il y a 50 ans.

Durant toute cette période de près de 10 000 ans. La viande n’était pas très courrante. Elle était consommée épisodiquement.

Puis le niveau de vie des gens a augmenté… et l’on a commencé manger beaucoup plus de viande et de protéine animales dérivée comme les oeufs, le lait, les fromages, etc..

Après 50 ans de cet exercice dans le monde occidental, on se rend compte que finalement l’exès de protéine animale n’est pas la panacées comme on le croyait. Il semble bien que plus on mange de protéine animal plus on a de problème cardio vasculaire !  (retrouver le documentaire à ce propos…)

Donc voilà, il semble donc bien que l’on mange trop de protéine animale. (ce qui ne m’étonne pas trop)

Comme je n’ai jamais été tellement fan de viande, ça ne me dérange pas du tout d’être végétarien.

En fait, je suis végétarien quand j’achète et cuisine moi-même et je suis omnivore quand je mange un peu partout. C’est ce que les suisses-allemand appellent « flexi-vegi » ! Mais je ne connais pas le nom en francais…. et après de nombreuses recherche, je crois qu’il n’y pas de mot.

En gros, je ne suis pas du genre à faire une crise quand il y a 3 mini lardon dans des roesti ou du jambon sur ma pizza.

Bref… Vu le nombre de fois que je ne mange pas chez moi et que l’on me donne de la viande. Je ne risque pas d’avoir des carence en protéine…

… mais là aussi c’est un mythe et c’est là que je voulais en venir.

La science analytique ne voit pas tout ce que la science holistique voit

Pendant 10 000 ans, des humains on vécu sur cette planète sans manger de la viande tous les jours, il ne sont pas tous morts de faim !

Même si une certaines science pense que si l’on ne mange pas de viande on va avoir des carrances, ce n’est pas vrai.

Voilà un exemple des méfaits de la science analytique. Une science qui découpe tout (racine du mon analyse: délier)

Petit rappel sur nos besoins alimentaires.

Nous mangeons des acides aminés car nous en sommes composés. Nous avons besoins d’une vingtaine d’acides aminés. Pour certain, tout va bien. A l’image des plantes, nous arrivons à les synthétiser à partir des atomes de base.

Mais pour 8 acides aminés. Nous sommes obligé d’aller les cherchers ailleurs.

Ces 8 acides aminés indispensables doivent être présents dans notre nourriture. Il s’agit de l’isoleucine, la leucine, la lysine, la méthionine, la phenylalanine, le tryptophane, la valine et la thréonine.

L’apport de ces 8 acides aminés doit être équilibré pour que notre corps puisse les assimiler. Nous devons manger ces éléments en même quantité et en même temps (plus ou moins sur une journée). Si un élément manque. C’est un facteur limitant. C’est la plus petite quantité qui limite la quantité globale.

C’est comme si je dois embouteiller du vin… j’ai besoin de bouteilles et de bouchons. Si je n’ai que 10 bouchons et 500 bouteilles.. je ne pourrai livrer au final que 10 bouteilles fermées. Le reste ne sert à rien.

La quantité de bouchon est un facteur limitant.

Ainsi, les scientifiques spécialiste de l’analyse on séparé et comparé chaque type de protéine séparément et conclu que les protéine animales sont les plus proches de la protéine idéal qui est parfaitment équilibrée et donc la plus nourrissante. (la protéine la plus proche de l’idéale est le lait maternel)

Il s’en est suivi des campagnes de gavage d’enfant au lait de vaches…. aux oeufs, à la viande…..  mais c’était occulter toute une autre approche.

L’approche holitistique du problème.

Il est possible de manger plusieurs protéine en même temps. Nous ne sommes pas obligé de trouver une seule protéine qui fait tout !!!

Donc il est possible de combiner plusieurs protéine végétale et d’avoir aussi bien, vois mieux qu’avec des protéines animales !

Si l’on observe la cuisine traditionnelle partout dans le monde. C’est ce que l’on fait. On couple toujours une céréale et une légumineuse !

  • Inde => riz et lentilles
  • Italie => pâtes et haricots
  • Maghreb => blé (froment) et pois chiches
  • amérique du sud et centrale => mais et haricots rouges
  • chine => riz et soja

Voilà donc le secret (connu partout depuis des millénaires) qui permet de manger sans viande et sans carences alimentaires.

Surout, c’est également un moyen de réduire son empreinte écologique. Sachant qu’il faut 15kg de protéine végétale pour faire 1kg de viande de boeuf….  ou mieux 4 kg de protéine végétale pour faire 1kg de poulet…

Donc autant manger directement les protéines végétale. Là je crois que l’on aura une véritable révolution verte qui n’aura pas usurper son nom.

Pour en savoir plus à propos de la cuisine pour végétarien voici un site très complet sur les protéines végétales.

Recettes végétariennes mélangeant céréales et légumineuses

Il est temps maintenant de passer à la pratique. Je vais commencer à expérimenter plusieurs recette sur ce principe.

J’ai envie de manger des choses bonnes, pratique et simple à faire.

Donc voilà où en sont mes expérimentations. Je ne sais pas si je vais dans la bonne direction. Mais ce sera l’occasion de tester.

Riz et lentilles aux carottes

  • une tasse de riz (250g)
  • une mesure d’eau (0.5l)
  • un cube de bouillon de légume
  • une boite de lentilles
  • quelques carotte
  • un oignon
  • Faire bouillir l’eau et le bouillon.
  • mettre le riz à cuire à couvert.
  • environ 18-19 minutes plus tard l’eau est à peu pré complètement évaporée.
  • le riz est prêt

En parrallèle:

  • couper l’oignon
  • couper les carottess
  • les faire revenir dans un wok… (oui, j’aime bien la cuisine au wok)
  • quand les légumes sont prêts, les placer sur le bord du wok
  • ajouter les lentilles au millieu du wok
  • ajouter un peu d’eau
  • laisser chauffer un moment
  • et voilà.. tout est prêt à être mise dans des assiettes et à se régaler.

C’est très bon !

Construire un four à de camp

Construire un four de camp avec un tonneau

IMG_5497.JPGLorsque l’on est en camp scout, on aime bien manger. Cependant, il n’est pas toujours facile de réaliser tous les menus, sachant que l’on a une cuisine qui n’as pas tous les ustensils standards d’une cuisine.

Mais avec un peu d’imagination, d’expérience et de volonté, on arrive à se faire une cuisine de camp qui n’a absolument rien à envier à une cuisine agencée. Expérience faite, on arrive souvent, même, à faire une cuisine de camp bien plus pratique et efficace pour faire à manger pour 100 personnes, que les cuisines de certaines salles polyvalentes qui sont censée faire l’affaire !

Voici ici, une explication sur la réalisation d’un four de camp, construit avec un tonneau.


IMG_5426.JPGIMG_5432.JPGTout d’abord, il faut faire une tranchée dans la terre un peu plus étroite que le tonneau.

Dans une pente c’est mieux. Ainsi tu peux accéder plus facilement dans le foyer pour mettre du bois. Sinon tu seras obligé de couper ton bois très petit.

Puis, tu poses le tonneau.
Il faut garder un espace derrière pour mettre une cheminée. Le tirage est un grand plus.

Pour faire tenir le tuyau de la cheminée, on utilise des clous de charpentier que l’on plante dans la terre au fond. Le tuyau est posé dessus.

La première fois que l’on avait fait un four avec cheminée, c’était la terre qui tenait la cheminée, et quand elle sèche elle se rétracte et plouf… le tuyau tombe et la cheminée ne sert plus à rien !

IMG_5433.JPGDe plus elle est très chaude… et tu ne peux pas la toucher. (parfois même il y avait des flammes qui sortaient de la cheminée !)

Après avoir installé le tonneau et la cheminée, tu peux mettre la terre que tu as sortie du trou sur le tonneau. Ça crée la masse d’inertie du four.

Comme la terre sèche, il est utile de mettre quelques pierres aux endroits stratégiques pour ne pas que ça s’effondre.

Dans le four, on utilise une grille à grillade pour poser ce que tu veux cuire.

Comme le four est fermé, mais qu’il n’a pas de vitre, il n’est pas facile de voir à l’intérieur où en est la cuisson de son gâteau préféré… pour éviter de tout brûler, on a installé une sonde de température. (un thermomètre avec une tige pour les rôtis certainement, acheté pas cher à la coop)

Pour avoir l’affichage permanent de la température, j’avais fait un petit trou sur le côté du four et la sonde est glissée dedans.

IMG_5576.JPGComme on le voit sur la photo, le thermomètre indique 218 °C.

Le but était de rester autour des 220°C pour cuire notre gâteau.

Pour contrôler la température, il faut déjà faire un bon feu avec plein de feuillus pour faire des bonnes braises. Là tu as une bonne base de chaleur stable. Puis tu ajoutes un petit peu de sapin pour augmenter rapidement la température et comme ça brûle vite la température se module en fonction de l’apport de bois de conifère !

C’est un four très très efficace. Tout autant qu’un four normal de cuisine. Même un peu trop, quand tu fais un bon feu il était facile d’atteindre les 400°C dans le four ! (même si théoriquement le thermomètre n’était pas censé être capable d’afficher cette valeur.. il l’était quand même !)

IMG_5574.JPGIMG_5581.JPG


Il est recommandé d’avoir une lampe frontale pour aller observer ce que tu cuis dans le four… vu qu’il n’y a pas de lumière dedans c’est pratique ! Sinon tu dois toujours sortir le truc pour voir si c’est cuit. Et donc tu perds du temps et tu refroidis ton four en le laissant ouvert !

Durant le camp, nous avons fait plusieurs pains, des tresses, des gâteaux, des sèches. C’était très pratique.

IMG_5498.JPGIMG_5763.JPGIMG_5765.JPG


Pour aller plus loin, voici encore un article sur scoutwiki, l’encyclopédie scoute, à propos de la construction d’un four:

http://fr.scoutwiki.org/Four_baril

Recette des gaufres belges

Recette des gaufres belges

Voici la recette utilisée par Odette, une cousine belge, pour faire des gaufres.

Ingrédients

  • 500g de beurre fondu
  • 250g de margarine
  • 1Kg de sucre (voir plus)
  • 1,25Kg de farine
  • 8 – 10 oeufs dont on sépare les jaunes et les blancs pour monter en neige les blancs.
  • 7.5dl de lait

Recette de la limonade de sureau

Recette de la limonade de sureau (et/ou tilleul)

sureau en fleur.JPGDepuis mon plus jeune âge, au printemps, je bois de la limonade de sureau faite maison. Voici la recette que l’on se transmet de génération en génération… 😀

Ingrédients

  • 5l d’eau cuite refroidie
  • 500g de sucre
  • 1 poignée de sureau (ou tilleul)
  • 2 gros citrons coupé en tranche (non traité)
  • un peu de vinaigre
  • 1 poignée de raisins secs
  • 1 cuillière à soupe de riz

Actions

  • Mettre le tout dans un grand récipient (seau), mélanger.
  • Laisser reposer ~3 jours
  • filtrer et mettre en bouteille (des bouteilles avec un bouchon tenant la pression. Comme la bière artisanale)

Attention, il y a une fermentation qui se produit. Les bouteilles sont mises sous pression. Il n’est pas rare que la limonade saute littérallement hors de la bouteille quand on l’ouvre !

ombelle de sureau.JPGbouilloire.JPGingrédients pour fabriquer la limonade de sureau.JPGcitron vert.JPGlimonade de sureau en fabrication.JPGlimonade après 3 jours de massération.JPGpassoire.JPG


Anecdote à propos du récipient

Ma mère a utilisé avec succès, pendant des années, le même seau en plastique pour faire le mélange. Puis un jour elle a changé et ça n’as jamais marché. Le mélange a tourné et est devenu imbuvable !

Ce genre de mélange est sensible, il faut trouver un récipent adéquat. Certain parlent de récipient en grès. Je n’ai jamais testé. Actuellement, j’utilise un grand récipient en plastique que j’ai acheté avec un kit pour faire de la bière.

bouteille de limonade de sureau.JPG


Une manière de se souvenir de la recette

  • 2 fleurs : sureau et tilleul
  • 2 grains : riz et raisins secs
  • 2 acides : citron et vinaigre
  • 2 ingrédients de base de la limonade: eau + sucre

culture permanente

Il est ennuyant de devoir replanter chaque année des plantes pour pouvoir les manger. Qu’est ce qu’il existe comme plante que je peux garder d’une année à l’autre.

Voici un article à ce propos.

Actuellement dans mon jardin j’ai:

  • la consoude (des énormes massif) On mange les jeunes feuille en beignets.
  • la bourrache (on mange les fleurs)
  • les fraises
  • les framboises
  • les mûrs
  • les taupinambours (il faut que je vérifie cette année.. j’avais vu un tubercule, mais je ne le retrouve plus)
  • la rhubarbe
  • les raisinets
  • les groseilles
  • les noisettes
  • les pruneaux fellenberg
  • les berudges
  • les poires
  • la menthe
  • ciboulette
  • (égopode… c’est pas très bon)
  • oseille
  • oignons blanc
  • raifort
  • sauge
  • thym
  • absinthe
  • surreau

A ajouter (acheter chez kokopelli. Voir le catalogue):

  • arroches voir: http://floradiane.canalblog.com/archives/2007/04/25/4734613.html => ok arroche rouge opéra
  • ail d’ours
  • asperges
  • artichaud
  • brocoli vivace
  • chou d’aubenton
  • bardane => ok Bardane Tokinogawa
  • cardon
  • cerfeuil tubéreux (bulbe à goût sucré chataigne !) !!! feuille toxique !!
  • ciboule de chine
  • épinard-fraise
  • fenouil (j’en ai, mais il ne me semblait pas être commestible)
  • oignon rocambole
  • plantain corne de cerf => ok Laitue Romaine Plantain Cornes de Cerf
  • poireau des vignes
  • pourpier (Il me semble que j’en ai déjà… à voir…) => ok Pourpier Doré
  • La poire de terre ou yacon
  • L’oca du pérou
  • L’apios americana
  • bettrave

A compléter avec la liste des légumes perpétuels d’ekopédia

A voir encore:

Non permanents qu’il me faut encore

  • fèves (planter sept-oct récolter en mai) => ok Fève Witkeim
  • panais à alterner avec les carottes.
  • oignons (je n’ai que des oignons blanc actuellement) à planter dès mars pour juillet. Protège les fraises ! => ok Oignon Densité jaune
  • ail
  • luzerne (pompe à azote vivace. Faucher régulièrement)
  • pois => ok Pois Douce Provence
  • mais doux => ok Maïs Doux Arc en ciel Inca

Non permanents que j’ai

  • poireaux (planter de mai à juillet pour étaler la récolte d’octobre à mars) => ok Poireau Géant d’Hiver (planté fin juin)
  • salade
  • oeillet et souci (1 par mètre. Protège des parasites)
  • radis => ok Radis Rose de Chine (il me semble que ce n’est pas ceux là que j’ai planté !? .. à vérifier)

Recette du pain gâteau: Hermann

Recette du pain gâteau: Hermann

voici une recette..

pain gâteau Hermann.jpgPréparation : 10 jours

Cuisson : 1h30

Ingrédients

Pâton (base du gâteau) :

  • 1,5 cube à fermentation naturelle
  • 200 ml de lait
  • 125 g de farine
  • 200 g de sucre
  • 1/2 verre d’eau tiède

Contenu du gâteau

  • 50 ml d’huile
  • 3 oeufs
  • 250 g de farine
  • 200 g de sucre
  • 1 sachet de levure chimique
  • 2 cuillères à café de cannelle
  • 200 g de fruits secs ( raisins secs, noix, etc…)
  • une grosse pomme

Préparation

Hermann n’est pas un petit animal domestique comme vous pourriez le penser, mais un gâteau trèèèèès original. En effet, cette ‘chose’ lève en 10 jours et nécessite un petit entretien journalier.

Normalement, la recette n’existe pas vraiment, car vous recevez la pâte d’amis ou de personnes que vous connaissez, et il n’y a plus qu’à s’en occuper. Mais pour vous, j’ai mis cette recette au point.

Hermann est une pâte à fermentation naturelle qui lève en 10 jours. La base en est une pâte que vous recevez aujourd’hui (ou que je vais vous aider à préparer !).

Préparez le cube en le mélangeant au verre d’eau tiède, puis l’incorporer au reste des ingrédients mélangés selon l’ordre donné.

Voila pour la pâte. A présent, voici comment on soigne Hermann (ce sont ces instructions que vous donnerez à la prochaine personne qui s’appropriera la recette):

NE PAS METTRE AU FRAIS, IL DOIT AVOIR CHAUD !

NE PAS LUI METTRE DE COUVERCLE,MAIS UN TORCHON POUR QU’IL RESPIRE.

1° jour: Vous recevez ou préparez Hermann. Il faut le mettre dans un gros saladier.

2° jour: Le mélanger plusieurs fois avec une cuillère en bois.

3° jour: Même chose que pour le 2° jour.

4° jour: Hermann a son premier petit creux. Il faut le nourrir avec 200 ml de lait , 125 g de farine et 200 g de sucre.

5° jour: Le mélanger plusieurs fois avec une cuillère en bois.

6° jour: Même chose.

7° jour: Même chose.

8° jour: Même chose.

9° jour: Hermann a encore faim, il faut ajouter à la pâte la même chose que le quatrième jour, couper la pâte en 4 et distribuer les parts à 3 personnes de votre choix de façon à ce qu’il vous reste une part.

Dernier jour : On lui donne à manger pour la dernière fois. Compléter le quart restant avec l’huile, les oeufs, la farine, le sucre, la levure chimique, la cannelle, les fruits secs et la pomme en morceaux.

Bien mélanger, beurrer un moule à cake, le saupoudrer de sucre, et y verser la pâte.

Faire cuire 90 mn au four, thermostat 3 (170°C).

18 Jul 2007 : 11:44

Energie de la nourriture

Energie de la nourriture

Etrange, dans un société où l’on parle de plus en plus de la consommation énergétique… de pétrole.. d’électricité…

On ne remarque plus que notre corps à besoin d’énergie pour fonctionner. Cette énergie, nous l’obtenons en mangeant !

Et de ce coté là, il me semble que la crise énergétique des grandes famines du moyen âge n’est plus tellement d’actualité. Dans notre société occidentale, c’est plutôt les problème d’obésité qui arrivent !!!

Nous avons trop d’énergie !

Mais peu de gens sont capables de vraiment se rendre compte de ce que signifie les indications énergétiques qui sont bientôt presque partout sur les emballages de nourriture.

Pour rester dans le SI, système international d’unité. On représente l’énergie sous forme de Joule.

Le Joule est défini comme étant le travail fourni par une force de 1 newton dont le point d’application se déplace de 1 mètre dans la direction de la force.

Concrètement, par un exemple, un Joule, c’est l’énergie nécessaire à soulever un objet de 102g d’une hauteur de 1 mètre. Un objet connu qui fait 100g, c’est une plaque de chocolat !

Une plaque de chocolat MBudget aux noisettes peut fournir 2280KJ !

Donc.. pour utiliser l’énergie d’une plaque de chocolat, il faut la soulever d’un mètre 2280 000 fois !!! Donc, 2 millions de fois !!!!

Y’en a de l’énergie dans une plaque de chocolat !!!!

7 Jul 2006 : 12:09

Posts navigation

1 2