Le système de brevet est une entrave à l’innovation

Les brevets, une entrave à l'innovation ?

Le système de brevet est un système mis en place il y a plus d'un siècle pour encourager l'innovation et garantir aux inventeurs un revenu financier sur leurs inventions afin de continuer à innover.

Le but du système de brevet est de garantir l'innovation.

A l'époque le système était adapté, maintenant il ne l'est certainement plus !

De plus en plus, on observe des disfonctionnements, des dérives de ce système.

L'arrivée dans l'ère de l'information accentue encore le problème étant donné que l'industrie ne produit de plus en plus que de l'information, information qui souvent, juridiquement ne peut pas être protégée par un brevet mais plutôt par la propriété intellectuelle.

Donc il y a plusieurs problèmes majeurs que je vois :

  • les brevets logiciels
  • la brevetabilité du vivant
  • l'accélération de la durée de conception
  • le financement de l'Etat par des taxes sur les brevets
  • les politicens qui associent l'état de l'innovation de leur pays avec le nombre de brevets déposé

Les brevets logiciels

Historiquement un brevet est déposé pour protéger une invention qui a une application industrielle. L'industrie actuelle est entrée dans l'ère de l'information. Les inventions se font de plus en plus souvent dans le domaine de l'information: de l'informatique.

Une entreprise active dans l'informatique ne produit bien souvent que du code de programme. Cette production sort du cadre de protection des brevets.

Au USA, on a adapté le droit des brevets pour l'appliquer aussi à l'informatique, en Europe ce n'est pas le cas et tant mieux !

Des essais on été fait pour tenter de breveter des choses autant utilisée que le double clic ! Une telle pratique déssert totalement l'innovation elle est faite uniquement pour tenter de trouver une source de revenu.

Le brevet logiciel est une entrave à l'innovation.

La brevetabilité du vivant

L'ère de l'information ce n'est pas que l'informatique, mais c'est aussi l'industrie pharmaceutique et le génie génétique.

Cette industrie dépose des brevets sur tout et n'importe quoi. Au point d'en arriver à s'approprier des plantes utilisées depuis des générations par des peuples qui ne connaissent pas les brevets.

C'est un pillage systèmatique du vivant qui est en cours. En arrivera-t-on au point de voir des humains qui sont brevetés par une firme ?

Le système de brevet indroduit aussi des effets pervert sur les pratiques des industries pharmaceutique. Pour éviter d'avoir des pertes de revenu sur un médicament dont la moélcule du principe actif arrive en bout de période protégée par le brevet, la firme pharmaceutique se lance dans la création d'un nouveau médicament avec une nouvelle molécule brevetée et abandonne l'ancien médicament.

C'est son droit me direz vous... mais le pire dans cette histoire, c'est que la nouvelle molécule brevetée n'est pas nouvelle, ce n'est que la molécule énantiomorphe de celle du médicament précédent. C'est la même mais retournée. La différence est la même qu'entre une main gauche et une main droite. Au niveau des brevet c'est une autre molécule, mais on ne peut s'empêcher de penser que l'on s'est fait arnaquer !

La brevetabilité du vivant et la brevetabilité des molécules est une entrave à l'innovation.

L'accélération des durées de création

Un brevet protège une invention pour une durée de 20 ans. Si c'était tout a fait adapté dans le contexte de l'époque, actuellement ça ne l'est plus.

Si l'on reprend le cas de l'informatique, 20 ans c'est les deux tiers de la durée de l'histoire de la micro informatique, si l'on avait breveté chaque évolution de logiciel, on n'en serait pas là où on est maintenant. L'évolution n'aurait jamais été aussi fulugrante.

Dans tous les domaines inudustriels on observe une accélération du développement des innovations. Mais la durée du brevet n'a pas changée.

Actuellement, le mythe de l'inventeur tout seul qui crée une invention révolutionnaire n'a plus vraiment court. La plupart du temps, l'infrastructure nécessaire à créer de nouvelles choses est trop énorme pour qu'une personne toute seule puisse l'assumer. (autant financièrement qu'au niveau des connaissances nécessaire)

Les brevets sont donc très souvent déposé par des industries avec des infrastructures énorme.

Ceci pose un problème dans le domaine de la pharamceuthique, car trop souvent, avant même de commencer une recherche, il faut mettre une batterie d'avocat en marche pour trouver si par hasard dans notre nouvelle recherche on ne serait pas en train de violer les brevets d'un concurrent.

Souvent pour un détail juridique une recherche ne peut pas avoir lieu. De plus en plus les universités qui sont sensées être des endroits neutre et soutenir la recherche sont confrontée à ce même genre de problèmes. Comme elles ne peuvent bien souvent pas se payer un service juridique, souvent la recherche dans le domaine de la biologie sont abandonnée !

Les brevets induisent un composantes juridique qui ne devrait pas être le métier d'un chercheur. Le brevet est une entrave à l'innovation.

Les brevets sources de revenu pour l'Etat

Les politiciens et l'Etat ne vont pas être en défaveur du système de brevet, vu que ce système assure des revenus grâce aux taxes perçues sur les brevets !

En 2007, il semble que ce n'est pas moins de 300 millions d'euros d'annuité qui ont été récolté par l'office des brevets européens. (source: Magazine numerama)

Donc qui va se charger de dire que ce système de ne fonctionne pas et qu'il est de plus en plus à l'encontre de son but premier de favoriser l'innovation ?

La réponse est peut être du côté des employés même du service des brevets !

En effet, en septembre 2008, ce sont les employés même de l'office européen des brevets qui sont venus manifester dans la rue pour dénoncer les dysfonctionnements du système des brevets.
(source: Magazine numerama)

De plus, les politiciens qui traitent des sujets de la recherche et de l'innovation se base très souvent sur le nombre de brevet déposé pour estimer l'efficacité de la recherche et de l'incitation à la recherche et à l'innovation dans leur pays.

Très souvent on nous dit que les USA innovent plus, car ils déposent plus de brevet, alors que souvent c'est simplement du au simple fait que le brevet logiciel est reconnu au USA et pas en europe. Donc forcément qu'il y a une différence !

Donc le système de brevet induit une image déformée de l'état de la recherche dans un pays. Il ne permet donc pas aux politiciens de prendre de bonne décision. Le brevet est donc une entrave à l'innovation.

Quelle alternative ?

Il est bien beau de tapper sur le système de brevet, mais alors comment favoriser l'innovation ? Comment réformer ce système que proposer ?

Des solutions existent, il semble que la simple économie de marché est une solutions qui favorise plus l'innovation que le système du brevet.

Une étude dirigée par Peter Bossaerts avec des chercheur de l'EPFL et de Caltech montre que l'innovation est favorisée en utilisant le système d'économie de marché pour récompenser tous les acteurs qui ont contribué à une innovation, qu'ils soient les premiers ou les second à proposer cette innovation. (source: ibcom)

Le système de brevet est trop exclusif, le second à se lancer sur le marché n'a droit à rien, tout est gardé pour le premier, celui qui dépose le brevet.

Cette apporche trop restrictive entrave l'innovation. Utiliser l'économie de marché en vendant des technologies permet un échange, qui permet une collaboration et des améliorations. Les améliorations qu'apporte le second à utilser la technologie peuvent même être totalement bénéficiaire au produit du premier !

A l'ère de l'information on communique, on échange, on partage. L'ère de l'exclusivité et de l'individualisme est révolue et ça c'est une innovation !

 

Incroyable, 2 jours avant moi, le Dr Goulu sur son blog parle également des dérives des brevets.....  du bervet sur le vaisseau spatial et sur la roue !!

Voici comment mettre en commun dans un espace collaboratif plein de brevets logiciel:

http://www.openinventionnetwork.com

Mathieu Despont

Mathieu Despont

(Merci de faire juste dans l'orthographe de mon nom... c'est pas facile pour tout le monde ! :p )

portrait Mathieu Despont Martouf le visionnaire.jpg

Mini biographie

mathieu Despont photomaton.jpg

Contact

Parfois je reçois beaucoup de mails et je ne répond que longtemps après... à voir mon humeur du moment et mon intérêt à votre message. Mais ça me fait toujours plaisir de recevoir des messages.

Mon compte tipee est aussi une source d'infos à mon propos...

Je suis un cartographe de l'imaginaire

J'aime observer les choses dans leur globalité. Voir la carte de haut. Pour bien voir où je vais.
J'aime explorer de nouveaux territoires, et en ramener une carte pour les autres.

Je suis une sorte d'explorateur. Mais pas tout à fait comme on l'imagine au premier abord.

Je suis surtout un explorateur de l'imaginaire.
Je cartographie les territoires imaginaires, des images dans l'air....

Ce qui m'intéresse le plus, ce sont des territoires imaginaires qui sont en même temps, très proches et très lointains: ce sont les structures mêmes de nos sociétés.

J'explore le fonctionnement de nos sociétés dans le passé, le présent et surtout dans le futur.

Voici une bonne conversation sur The SwissBox, (un média avec lequel je collabore). Cette conversation permet d'avoir un bon aperçu de ma personne. 😉

Martouf le synthéticien

Certains de mes amis disent que je suis une encyclopédie interactive à moi tout seul !

C'est vrai que je m'intéresse à tout... donc je fini forcément par savoir beaucoup de choses. Mais je n'en suis encore pas au stade de l'encyclopédie.

Comme le dit si bien l'astrophysicien Hubert Reeves, Ce que je sais est fini, ce que je ne sais pas est infini...

Donc il y a toujours de quoi s'émerveiller devant ce que l'on ne connait pas !

Mais j'aimerai bien pouvoir être polymathe... Une personne qui a une connaissance approfondie de nombreux domaines. Une sorte de Leonard de Vinci moderne.

La connaissance de nombreux domaines différents permet de les relier entre eux. De nos jours, il y a trop de spécialistes isolés dans leur spécialité.

Notre science analytique découvre le monde en le découpant, en le décomposant. Bien que cette méthode fonctionne bien, je suis persuadé que l'on ne peut pas tout découvrir ainsi.

En découpant, et en isolant on ne peut pas découvrir les phénomènes d'émergence, les phénomènes issus des liens entre des éléments.

Mon but n'est pas le bourrage de crâne pour savoir le plus de choses possible. L'idée est de comprendre les mécanismes, les structures et les processus de base de toute choses.

Je milite pour une science holistiqueune science basée sur la synthèse et non l'analyse.

C'est ainsi que j'ai pris comme nom pour ce site: Martouf le synthéticien.

Le terme de "synthéticien" vient du roman "Tous à Zanzibar" écrit par John Brunner. Le personnage principal est un synthéticien, un agent dormant, spécialiste de la veille, de l'intelligence économique, à l'écoute de tout et de rien et qui le moment venu est capable de faire du lobbying pour la juste cause....

Quelques qualités qui me caractérisent

ouvert drôle respectueux aventureux plein d'idées calme serviable expressif original énergique confiant imaginatif attentionné sage juste aimable courageux motivé authentique actif coopératif intelligent novateur spontané encourageant unique artistique créatif ingénieux sociable capable attractif humoristique penseur engagé gentil

Cette liste de qualité a été réalisée en jouant au jeu voilà image positive. Une trentaine de personnes m'ont décrit chacune avec 3 qualités à partir d'une liste de qualités humaines. Ce nuage met en évidence les qualités suivant le nombre de fois qu'elles ont été citées.

portrait Mathieu Despont pull où est la girafe.jpg

Mes centres d'intérêts....

La page d'accueil décrit très bien et de manière plus récente que le texte ci-dessous, mon état d'esprit du moment et mes centres d'intérêts du moment.

Ci-dessous, on retrouve un peu un historique. Car oui, je change, j'évolue dans ma vision du monde. A ce propos le modèle de la spirale dynamique colle bien à mon évolution de vision du monde.....

Les expériences qui m'on amenées à devenir qui je suis

Un créateur de cultures

J'aime créer et lancer des expériences.

Je suis le fondateur du site web extremefondue.ch et j'ai guidé l'équipe pendant une dizaine d'année afin de réaliser les fondues les plus insolites dans les endroits les plus inhabituels possibles !

Je suis le créateur de la "marque publique", Où est la girafe ?. Une expérience qui vise à observer comment se diffuse un dessin à travers le vaste monde. Les autocollants et t-shirts étant des vecteurs privilégiés.
(Car le t-shirt gratuit est la plus grande force de l'univers selon Cortex le génie et minus son abrutis de compère)

C'est une expérience qui a pour but de favoriser la culture du remix, une culture basée sur le partage et la coopération, une culture en opposition avec la société capitaliste basée sur l'individualisme et la concurrence.

Le petit frère de la girafe est un "singe aux yeux kawaii", qui lui aussi est un dessin qui voyage sur le web et ailleurs... Il a été téléchargé plus de 17000 fois en une année et demi sur openclipart... et depuis voyage bien plus loin sur toute sorte d'objets.

Je suis également le créateur d'une plateforme de partage d'objets entre particuliers....

J'ai créé cette plateforme après avoir participé à un reportage TV à la déchetterie à propos de la décroissance. Le but de cette plateforme est de favoriser une économie de fonctionnalité, une économie basée sur l'échange de droits d'usage sur des objets par opposition à une économie basée sur la production d'objet jettable qui bouffent inutilement nos ressources naturelles.

Pour faire fonctionner l'échange d'objet j'ai également lancé une monnaie alternative le kong.

Mais par manque de temps, j'ai recyclé ce projet.... il y a des gens qui se sont mis à faire la même chose sans que je m'en occupe. Le but est atteint. Allez voir sur https://e-syrent.ch

ou... sur https://www.pumpipumpe.ch qui propose de partager des objets entre voisins. Il suffit d'indiquer ce que l'on a à disposition avec des auto-collants sur ça boite aux lettre.

J'ai recyclé le nom de domaine https://yopyop.ch pour y mettre mes recettes de cuisine amusante. Des recettes drôles, jolies et délicieuses.

logo-newsletter.png


Pour reprendre le terme de "créateur de cultures" dans son sens premier. Je tiens à préciser que j'aime cultiver mon jardin, j'expérimente les techniques permettant de retrouver l'agriculture du jardin d'Eden. Une agriculture basée sur l'exemple de la forêt qui fait pousser des arbres de plusieurs dizaine de mètres de haut, sans engrais, sans pesticides, sans labours, et sans irrigation !

logo-girafe-autocollant.png

Un type engagé

Scoutisme

Depuis mon enfance, je suis membre du groupe scout Marfaux, à Boudry.

portrait Mathieu Despont méditation sous un arbre.jpgQu'est ce que le scoutisme ?
Quand on nous pose la question spontanément, il est toujours difficile de décrire ce que l'on fait aux scoutes. Les footballers, il font du foot, les hockeyeurs, du hockey, les judoka, du judo et les scouts, ils scoutent ??

Les scouts font de tout. Du judo au foot en passant par la grimpe, la natation etc... Le scoutisme est surtout une méthode pédagogique, une école de vie basée sur la vie en groupe, la débrouillardise, la réalisation de projets, la prise progressive de responsabilités.

Un des fondements de la méthode scoute est la loi scoute. Celle-ci décrit comment devrait se comporter un scout. Une des recommandation de cette loi est de s'engager !

Ainsi, depuis de nombreuses années, je m'engage dans le mouvement scout, toujours selon une progression de ses capacités.

Etant maintenant devenu un vieux crabe dans un mouvement de jeunesse, je suis plutôt engagé dans des activités de soutient aux groupes (logistiques, financier, et en communication).

C'est ainsi que, depuis plusieurs années, je suis responsable du stand des scouts neuchâtelois à la fête des vendanges de Neuchâtel, histoire de gagner de l'argent pous sponsoriser des projets scouts.

Je suis également engagé depuis plusieurs années dans l'équipe qui gère le camping du festival neuchâtelois: Festi'Neuch.

C'est ainsi que j'ai appris a développer des compétences dans mille domaines, de la gestion de projets, à la gestion d'un bar, en passant par le bucheronnage, la cuisine, la construction de jaccuzzi, de pont de corde, de piste de bowling ou de sarrasine !

Politique

Une autre manière de s'engager, c'est la politique. J'ai la chance d'habiter un pays où chacun(e) à le droit de donner son avis, de participer au processus politique de construction d'un "vivre ensemble".

C'est ainsi que j'ai été élu 3 fois au conseil général, au législatif de la commune de Boudry.

J'y ai été président du législatif de juin 2012 à juin 2013. J'ai cessé ces activités politiques en automne 2013 à cause de mon déménagement.

Au niveau d'une commune, la politique est souvent peu partisanne. Nous traitons surtout de problèmes de mise en oeuvre de décisions cantonales ou fédérales.

Mais il nous reste suffisemment de marge de manoeuvre pour orienter la politique selon nos idées et tenter de développer des projets.

Cet engagement politique m'a appris beaucoup de choses. Je sais maintenant jouer avec des motions et faire des amendements à des rapports. J'ai acquis des compétences en comptabilités à force de lire des pavé de budget et comptes.

Un engagement politique permet aussi de se rendre compte du fonctionnement d'une commune et de comprendre pourquoi il faut plus de 12 ans pour réaliser un projet de micro-centrale hydroélectrique. (qui verra peut être prochainement le jour...)

Le point le plus important d'un engagement politique, est certainement le fait que l'on rencontre beaucoup de monde. C'est l'occasion de découvrir et d'échanger avec de nombreuses personnes très intéressantes !

Un nouveau projet de société

Penser global, agir local !

penser global agir local.jpgMon action politique locale ne me confine pas à penser uniquement dans mon petit coin de monde.

Il faut aussi avoir l'esprit ouvert au vaste monde.

C'est ainsi que ces dernières années, j'ai développé de plus en plus d'intérêt envers les problèmes globaux de notre civilisation.

Depuis 2006, je m'intéresse au nouveau projet de société qui se cache souvent derrière le nom souvent discuté de "décroissance".

La définition de ce à quoi devrait ressmbler notre civilisation est passionnant. Pour en savoir plus sur le sujet, je vous recommande de lire mon "Livre Web" à propos de la décroissance.

Afin de faire connaitre et de débattre à propos de décroissance, je me suis engagé dans le ROC, le Réseau d'Objection de Croissance neuchâtelois. Mais j'ai cessé mes activité au ROC-NE en changeant de canton en automne 2013.

Durant quelques années, j'ai donné des cours à propos de décroissance dans diverses universités populaire de suisse romandes. (Neuchâtel, Moutier, La Chaux-de-Fonds, Payerne et Lausanne)

C'est un moyen permettant de rencontrer des gens qui sont également intéressés par tous les problèmes globaux de notre civilisation.

Si vous cherchez quelqu'un pour parler de décroissance, je peux faire l'affaire. C'est un sujet que je connais et sur lequel je suis capable de faire une présentation et/ou de débattre.

Moins de biens, plus de liens !

Afin d'être en accord avec mes idées de réduction de mon empreinte écologique. J'ai opté pour le vélo couché comme moyen de transport principal. Si vous croisez un étrange ORNI, un Objet Roulant Non Identifé rouge dans la région de Neuchâtel, il y a de grandes chances pour que ce soit moi !

On avance, on avance, on a pas besoin d'essence...

Mathieu Despont à vélo couché dans la neige

Malheureusement pour mon vélo, suite à mon déménagement au bord d'un autre lac en automne 2013, la distance entre mon bureau et mon domicile est devenue trop grande pour que la parcoures à vélo ! Du coup je pratique beaucoup plus souvent le télétravail.

J'ai d'ailleurs participé en juillet 2013 avec mes collègues à l’émission « On en Parle » en direct à la Radio pour expliquer notre pratique du télétravail.

L’émission étant très très courte, nous n’avons pas eu le temps de dire grand chose. Voici donc un article que j'ai écrit sur le blog d'ecodev pour compléter ce qui a été dit et tout savoir sur notre pratique du télétravail.

Revenu de Base Inconditionnel

Lors de mes cours à l'université populaire à propos de décroissance, quand j'expliquais que pour réduire notre empreinte écologique, il faut consommer moins. On me rétorquais souvent que ça ne peut pas se faire sans supprimer des emplois... Cette réflexion m'a conduit à penser que le soucis de notre société c'est de vouloir à tout prix intégrer les gens par le plein emplois. Donc de favoriser le plein emploi à tout prix !

C'est là que pour casser ce cycle je me suis mis à militer pour l'introduction d'un Revenu de Base Inconditionnel.

Je fait partie de "Génération RBI" une équipe qui vise à faire passer l'idée du Revenu de Base Inconditionnel lors de la votation qui aura lieu en suisse bientôt.

Si vous cherchez un conférencier pour parler de Revenu de Base Inconditionnel. Je peux faire l'affaire. J'ai déjà donné plusieurs conférence sur le sujet.

Citations préférées

  • Les fous ouvrent les chemins que les sages empruntent par la suite...
  • Use de tout, n'abuse de rien...
  • On peut vivre sans savoir comment les choses fonctionnent, mais on vit tellement mieux quand on sait....

De plus, j'aime bien créer ou populariser des "petites phrases". Ainsi si par hasard vous entendez... Il fait beaux, les oiseaux chantent.... ou Ça pourrait être pire, il pourrait pleuvoir.....  ou encore Il n'y a pas de mauvaises conditions, il n'y a que des gens mal équipés....

Si vous entendez une ou plusieurs de ces phrases, c'est que probablement je ne suis pas loin....
... il arrive parfois que l'on retrouve un remix de mes phrases dans les journaux.

Dossier de presse

Il m'est arrivé de nombreuses fois de me retrouver dans divers médias (radio, tv, journaux) pour divers sujets variés des plus loufoques aux plus sérieux !

Voici un article qui retrace la liste de mes apparitions dans les médias.

DONs...

On ne sait jamais, si par hasard quelqu'un avait envie de me donner plein d'argent voici mon numéro de compte postal:

IBAN: CH36 0900 0000 1855 5865 5

CCP: 18-555865-5

Voici mon compte tipeee..... sur tu veux me faire un don par là...

Je suis aussi très friand de lectures. Donc, il est aussi possible de m'offrir des livres. Voici ma liste de cadeaux que j'aimerait bien ! 😀

Il est également possible de me faire un don en monnaie libre Ğ1 en cliquant sur le bouton:

duniter_button

martouf dans la verdure.jpg

Photo prise à Châtillon au jura, avec en arrière plan à gacuhe, le chêne des Bosses, arbre souvent considéré comme le plus vieux chêne d'europe. Les habitants du village disent qu'il a mille ans. Un dendrochronologue pense qu'il a plutôt 400 ans. Dans tous les cas, c'est remarquables !

Mathieu 248975_156582294410900_100001773923212_338572_142595_n.jpgMathieu Despont.jpg

La musique que j'écoute

Mathieu baroudeur du désert avatar-pola.jpg

Pour en savoir (encore) plus sur moi...

martouf magicien.jpg


Mathieu Despont... une autre photo

Quelques liens intéressants

Documentation sur les DRM (Digital Right Management)

Documentation sur les DRM

Sur cette page, je vais tenter de faire une liste de lien traitant du sujet de DRM.

L'essentiel sur les DRM en bref

  • Les DRM ça ne sert à rien et c'est néfaste pour tout le monde... (Maintenant j'explique pourquoi..)
  • Le sujet devient ubuesque:  En suisse, avec la situation actuelle, on a une loi qui favoriser la création des auteurs jusqu'à 70 ans APRES leur mort !! ... Comme c'est pas très respecté, on protège la loi avec des DRM, des mesures techniques qui ne fonctionnent pas... et donc on crée une loi qui interdit de créer et acquérir (pas utiliser) des logiciels qui contournent les DRM afin de protéger ces mesures techniques de protection de loi de protection de droit d'auteur qui ne marchent pas...
  • A quand la prochaine étape ?
  • Les DRM c'est quoi ?
  • Mettre un système de DRM sur un contenu, c'est comme mettre le contenu dans une enveloppe avec un cadenas et coller la clé du cadenas derrière l'enveloppe.
  • Ensuite, on espère que vous êtes assez stupide pour ne pas trouver la clé, mais que votre iPod, lecteur DVD, ou autre appareil sache que la clé est derrière l'enveloppe !
  • Bilan:
  • - les gens mal intentionnés arriveront toujours à contourner les DRM!
  • - le commun des mortels ira engorger le service après-vente des magasins par ce qu'il a besoin d'une utilisation légale mais non prévue par le système de DRM... et il finira tôt au tard par se dire qu'il est plus facile de pirater le contenu.... La simplicité gagne toujours !
  • Les DRM ça n'est pas fiable, voici quelques exemples ci-dessous de systèmes de DRM qui ont foiré.... virgin, google, microsoft, wallmart, sony, etc...

Les DRM c'est quoi ?

Digital Right Management. Voilà ce que signifie DRM. Gestion numérique des droits. Sous l'accronyme de DRM on parle donc d'un système pour décider de qui a accès à quel contenu à quel moment et quelles conditions.

Où sont les DRM

Les DRM ça ne marche pas et c'est néfaste pour tout le monde

Les dangers des DRM

Si un magasin ferme, la musique achetée est illisible !

Aucun service n'est éternel, même chez les grandes multinationnales que sont Google, Sony, Virgin, et Wal mart !

Les DRM techniquement ça ne fonctionne pas

Pour résumer, mettre un système de DRM sur un contenu, c'est comme mettre le contenu dans une enveloppe avec un cadenas et coller la clé du cadenas derrière l'enveloppe. Ensuite, on espère que vos êtes assez stupide pour ne pas trouver la clé, mais que votre iPod, lecteur DVD, ou autre appareil sache que la clé est derrière l'enveloppe !

Les utilisateurs honnêtes ont plus de problème que les pirates

Les plateformes de musique en ligne ne veulent plus des DRM imposées par les Majors

Steve Jobs, le patron d'Apple et donc du plus gros magasin en ligne de musique, l'iTunes Store a écrit une lettre ouverte pour expliquer que ce sont les majors qui brident la musique et pas les plateformes de vente. Cette lettre a été le point de départ de la suppression des DRM sur la musique.

Mécontentement de majors

Faiblissement et négociation

Les Majors suppriment les DRM

Questions et perspectives pour l'avenir

C'est fait

ça marche bien

Fin des DRM sur iTunes Store

... et donc probablement la fin des DRM sur la vente de musique en ligne en général ! smile rire

Plein de lien à voir dans cet article.. http://www.20minutes.fr/article/149687/20070403-High-Tech-Apple-et-EMI-applaudis-d-une-seule-main.php

 

Les DRM sur la musique c'est fini, mais ça ne fait que commencer sur les livres. 🙁

Le premier lecteur mp3 populaire, le Rio 500, a été mis sur le marché en 1999, l'iPod est arrivé en 2001 et n'a cessé d'être le baladeur leader du marché musical. Donc le marché de la musique numérique dématérialisée (donc plus liée a un support spécifique) a déjà une dizaine d'années de maturité.

Diverses solutions ont été proposées, d'abord sans DRM, puis avec et enfin sans DRM.

Actuellement le marché du livre commence à se dématérialiser seulement une dizaine d'année après celui de la musique. Malheureusement les acteurs du livre semblent faire les mêmes erreurs que celles qui ont été faites avec le marché de la musique.

Les DRM sont de retour en force sur les livres électroniques vendus pour être lu sur des bouquins électroniques.

Le problème des DRM c'est principalement l'incompatibilité avec tout ce qui n'est pas conçu pour. Donc le marché du livre électronique est en train de se segmenter. Il faut avoir le lecteur compatible avec le contenu. Il n'est pas possible d'acheter un livre n'importe où.

Les livres électronique vendu sur Amazon ne sont lisibles que sur le kindle. Les livres vendus sur mobipocket.com ne sont lisibles qu'avec des bouquins électroniques qui comprennent les DRM de mobipocket. Les livres vendus avec des DRM de adobe ne sont lisibles qu'avec des bouquins électroniques comprennant ces DRM et pour couronner le tout, souvent il n'est pas possible d'avoir un bouquin électronique qui fait cohabiter différents types de DRM.

C'est l'exemple que l'on a avec le "Cybook Opus" de Bookeen.

Toute la souplesse du livre dématérialisé est massacrée par les DRM.

Les DRM dans les livres

Contourner les DRM, que dit la loi:

En suisse, on a pas le droit de contourner les DRM, sauf pour les cas d'utilisation licite. Donc la copie privée. Cependant, la création ou l'importation d'outil permettant de contourner les DRM est interdit... donc ça devient pas facile !

Au Danemark, la copie privée est autorisée, mais le contournement de DRM est interdit ! Que faire ?

Un internaute s'est dénoncé après avoir contourné des DRM de DVD pour faire des copies privée. Il n'a pas été poursuivi, mais le paradoxe juridique existe toujours.

21-01-2100: Et voilà que c'est au tour d'IrexTechnologies d'être coincé avec la stupidité des DRM et de licences exclusives qui vont avec !

Il faudra choisir entre les DRM de Adobe et les DRM de mobipocket ! Donc, il faudra également choisir entre un modèle ou un autre de bouquin électronique, car iRex n'avais pas une telle souplesse de choix à la base avec l'iLiad. Ce bouquin électronique n'avait à la base pas été conçu pour utiliser des DRM. Puis il a été modifié pour supporter spécialement les DRM de mobipocket.

Personnellement, je n'ai jamais fais la mise à jour qui permettais d'installer le support des DRM. Je préfère me tenir hors de cette technologie désastreuse.

Les DRM font exploser le service après vente

En effet, les DRM ça pose tellement de problèmes d'utilisation non habituelle (ne pas utiliser le soft standard pour ouvrir un format de fichier) que finalement c'est le service après vente qui doit expliquer comment lire le contenu qui a été vendu !

Voici les constatations qui ont été faites sur immateriel.fr

Oui, on peut vendre des livres sans DRM sans impacte négatif sur ses ventes...

David Pogue a tenté l'expérience en vendant un livre sous forme de pdf sans DRM.

Oui, il y a un plus grand nombre de copies "pirates" qui se baladent sur le net et que de nombreux lecteurs ne payent pas...

Mais ce n'est pas mauvais pour les ventes ! Il n'y a pas moins de ventes... il y en a même plus !

Le piratage fait de la pub ! => http://www.actualitte.com/actualite/14189-comment-piratage-vendre-plus-ouvrages.htm

Les DRM nuisent plus que le piratage:

http://www.actualitte.com/actualite/10447-romance-DRM-ebooks-avenir-lecture.htm

Mon expérience personnelle d'achat de livre sans DRM

Il est très difficile d'acheter des livres électroniques. Il y a tellement de piège avec les DRM que je n'ai jamais installé de système de DRM sur mon iLiad.

Donc dès le début, j'ai lu tout ce qui était à disposition dans le domaine public ou par des auteurs qui offrent leur livres. Mais je n'ai que très peu acheté.

J'ai quand même trouvé quelques rares auteures qui distribuent eux même leur livre et ceci sans DRM. Parfois avec un pdf dans lequel est inscrit le nom de la personne qui achète à l'image de ce qui se fait avec la musique sur itunes store.

J'ai testé l'achat d'un livre de Pierre Fraser. (Ancienne version de sa théorie des tendances.)

J'ai également acheté croisade et le peuple des connecteurs chez l'auteur Thierry Crouzet directement. En ePub et pdf.

Croisade est le premier roman que j'ai trouvé publié directement par son auteur. En général ce sont plutôt des livres de société qui sont vendu ainsi, mais rarement des fictions.

Voir la photo de croisade sur mon iLiad..

J'ai également acheté le Roman Siècle Bleu de Jean-Pierre Goux.

Je l'ai acheté en ePub et transformé moi même en PDF pour mon vieil iLiad qui ne lit pas de ePub... avec des DRM... ça n'aurait pas été possible de modifier moi même le format..

Ma liseuse aurait été considérée comme trop vieille et incompatible.... Le DRM favorisent l'obsolescence programmée. C'est maaal !

Propriété intellectuelle dans l’ère de l’information

Propriété intellectuelle dans l'ère de l'information

Le droit d'auteur est de plus en plus en contradiction avec les moyens de communication de l'ère de l'information....

Avec les législations actuelles.. qu'est il possible de faire ?

Propriété privative et propriété intellectuelle

La tendance actuelle est souvent de confondre propriété matérielle et intellectuelle. Ce n'est pas pareil ! La propriété matérielle est privative, alors que la propriété intellectuelle ne l'est pas !

Pascal Nègre, qui est à la tête de la maison de disque Universal, tente souvent semer la confusion lorsqu'il compare le piratage de musique sur internet au vol de pain dans une boulangerie. (voir: framablog pour les citations)

But du droit d'auteur

Le droit d'auteur est une carotte qui permet à un auteur d'être encouragé à créer. Actuellement, majoritairement cette carotte se fait par la rétribution en argent d'une partie du prix de vente d'une oeuvre. Mais ce n'est qu'un choix du législateur qui peut être changé !

Il existe d'autres méthodes. Par exemple, le redevance radio tv en est une. Tout le monde disposant d'un récepteur fourni une contribution au producteur de contenu.

Le prix de vente de support mémoire vierge contient également un montant destiné à être versé à des créateurs de contenu ou des projets visant à favoriser la création.

Copie Privée

En suisse le téléchargement d'oeuvre a usage privé est légal. Il est assimilé a de la copie privée. En revanche, il est interdit de mettre à disposition de tout le monde des oeuvres dont on ne détient pas les droits.

Droit de citation

USA

Aux USA, on parle de fair use.

France

En france on a un droit de citation, mais qui ne concerne que l'écrit, pas les imges.

Suite à un procès contre certaines pratiques sur les sites web de NRJ, il est maintenant défini qu'en France, un morceau de musique de 30 secondes sur un site web n'est pas considéré comme un droit de citation. C'est une tolérance vis à vis de la propriété intellectuelle... mais 30s (sur un total moyen de 3 à 4 minutes) semble trop long !

Suisse

En suisse, le droit de citation concerne l'écrit comme le contenu audiovisuel. Pour ce qui est des beaux-art ou de la photographie, différentes interprétations de la loi existe. La notion de citation de photographie est donc floue ! (une vignette est elle une citation ??)

Il est autorisé de faire une citation, mais pas un extrait ! La différence ce situe dans l'utilisation. Une citation entre dans un travail personnel externe pour illustrer un propos. La citation est donc dans un contexte et le début et la fin de la citation doit être indiquée. (une mention dans un générique de film ne suffit pas.) Un bête extrait n'est pas autorisé, car il n'est dans aucun contexte et est juste une bête copie, il ne sert pas à faire de la valeur ajouté dans un contenu original.

L'auteur d'une citation doit toujours être indiqué. Il doit être possible de la retrouver dans l'oeuvre originale.

Il n'y a pas de règle concernant la longueur d'une citation, cependant, une citation est toujours plus courte que l'oeuvre originale. Pour être valablement reconnue, une citation ne doit être qu'une partie insignifiante de la nouvelle oeuvre dans laquelle elle apparaît.

Dans le domaine des médias, il est possible de librement enregistrer et diffuser des oeuvres comme compte rendu d'actualité ! (voir l'art 28 LDA)

=> Là je comprends qu'il est autorisé de filmer un concert et de le diffuser si j'étais au concert avec une caméra et que je prépare un téléjournal.. c'est ça ??

Pour une information sur des faits d'actualité, il est autorisé de publier des extraits de reportage ou d'article pour autant que l'auteur soit mentionné. (c'est ce qui permet de faire des revue de presse)

=> est ce que cela signifie que malgré l'interdiction formelle publiée sur le site de swissinfo.org, il est possible de copier des extraits d'article et de les diffuser ? (il n'y a pas la mention de tout ou partie, donc je suppose que la différence se situe là. Il est interdit de tout mettre à disposition, mais on a le droit de fournir des extraits)

=> comme je comprend cette loi, il est autorisé, pour un compte rendu d'actualité, de diffuser un extrait et non plus une citation qui est liée à un contexte. Mais c'est presque pareil.

Oeuvre publique

En suisse, selon l'art 27 LDA il est possible de reproduire une oeuvre qui est en permanence accessible au publique. J'ai donc le droit photographier et diffuser les photos d'un monument. Par contre je dois pas faire une trop bonne reproduction, il faut que la copie ne puisse remplacer l'original !!!! (l'oeuvre copiée ne doit pas être reproduite en 3D... est ce que l'on parle aussi de 3D dans un monde virtuel ? J'ai le droit de reproduire une statue pour la mettre sur second life ou l'utiliser dans google Earth ??)

Référence

Reverse engineering

En suisse, il est autorisé de décomposer un logiciel de toutes ces parties pour en comprendre le fonctionnement et afin d'avoir des informations pour développer ou assurer l'interopérabilité d'un autre logiciel.

Résumé de ce qui est légal ou pas légal en suisse

Légal

  • Télécharger une oeuvre soumis au droit d'auteur (texte, film, image etc..). Uniquement pour un usage personnel ou de gens très proche.
  • Mettre à disposition une oeuvre à sa famille ou des amis très proches.
  • Graver des oeuvres sur CD ou DVD tant qu'ils restent dans la sphère familiale ou d'amis proches.

Pas légal

Références

En général

Suisse

France

augmentation de la durée de protection des droits voisins ?

Allemagne

modifications importante en suisse.... une nouvelle loi est adoptée le 5 octobre 2007....

Volonté du G8 de durcir la propriété intellectuelle....

Livre sur le sujet

Monde étrange...

Comme l'a mis Thierry Crouzet sur twitter...
- Viol de groupe: j'en ai pris pour 7 mois. - Vol à main armée: 1,5 an. - J'ai filmé un film en salle: 2 ans.

http://www.numerama.com/magazine/15131-deux-ans-de-prison-pour-avoir-filme-the-dark-knight-au-cinema.html

Nouveau paradigme de travail collaboratif

Nouveau paradigme de travail collaboratif

Travailler à plusieurs sur un même projet n'est pas une nouveauté. Cela fait des lustres que des groupes de projet existent, que des gens travaillent ensemble pour un but commun. La réussite d'un projet collaboratif dépend souvent de la qualité de la communication au sein de l'équipe de travail.

L'évolution dans le domaine des technologies de l'information a permis à plusieurs reprises d'améliorer et surtout d'accélérer la communication entre les membres d'un groupe de travail.

Plusieurs évolutions d'outils ont donc eu lieu au fil des années. Le but ici est de présenter les avantages de la dernière évolution en date des outils de collaboration.

Approche traditionnelle

Par approche traditionnelle, on sous-entend déjà approche informatique traditionnelle. Le but n'est pas ici de refaire l'histoire des outils de communications. On suppose que les membres de notre groupe de travail disposent déjà d'un ordinateur ainsi que d'une connexion internet.

L'approche traditionnelle est donc ici celle qui utilise comme outils principaux des logiciels de bureautique qui produisent des fichiers ainsi que la communication par e-mail.

Echange de document

La gestion d'un projet amène toujours à la création et l'utilisation de beaucoup de documents. Ces documents sont créés par une ou plusieurs personnes et doivent être diffusés à l'intérieur du groupe.

Selon cette approche traditionnelle, l'auteur d'un document va utiliser un logiciel de bureautique (souvent word) afin de créer son document. Une fois celui-ci terminé, il va mémoriser son document sous la forme d'un fichier informatique. Puis, pour partager ce document avec les autres membres du groupe de travail, il va envoyer son fichier sous forme de pièce jointe dans un e-mail.

Dans le cas où un document doit être écrit par plusieurs personnes c'est le même processus qui est utilisé, chaque fois qu'une personne a fini son travail elle envoie le fichier contenant sa dernière version aux autres auteurs qui eux complètent le document et retournent leur nouvelle version.

C'est une véritable partie de ping-pong qui se joue. L'arbitre de ce match doit faire attention de garder une vision d'ensemble et de savoir quelle est la dernière version du document. Si le nombre de contributeurs est grand ou qu'ils écrivent souvent en même temps on arrive vite à devoir gérer plusieurs versions du même document qui sont différentes et devoir fusionner les ajouts dans un même document pour garder une certaine cohérence.

Le risque d'erreur augmente avec le nombre d'échanges, en effet, à chaque fois c'est un e-mail qui arrive et l'on se retrouve au bout d'un moment à avoir un grand nombre de versions du même fichier. Il est facile de s'y perdre et d'échanger le mauvais fichier.

Approche moderne

La nouvelle approche que l'on va expliquer ici a pour but de pouvoir également créer et échanger des documents, mais les outils utilisés ne sont pas les mêmes qu'avec la méthode traditionnelle.

Cette nouvelle approche se base sur le fait que les connexions internet haut débit sont de plus en plus répandues. Ceci est particulièrement vrai en suisse qui occupe la 3ème place des pays les plus ''connectés'' de l'OCDE. Ceci derrière le Danemark et les Pays-Bas.

Avec cette nouvelle approche, l'édition d'un document se fait à l'aide d'une application web d'un type particulier que l'on nomme wiki. Le wiki est une application équivalente à une application de bureautique, mais elle a la particularité de se trouver non plus, en local sur l'ordinateur de l'auteur, mais sur un site web. C'est pour cette raison qu'une connexion réseau haut débit permanente est requise.

Ainsi, chaque auteur de document va utiliser la même application au travers de son navigateur web et de sa connexion internet. Le fait d'utiliser tous la même application permet déjà de s'affranchir d'éventuels problèmes de compatibilité de documents entre les différentes applications de bureautiques que l'on utilisait dans la solution traditionnelle.

Partage de document

Lors qu'un auteur veut créer un document, il se connecte sur le wiki au travers de son navigateur web et rédige directement son document. A chaque sauvegarde, le document est directement accessible pour les autres utilisateurs du groupe de travail au travers de leur propre navigateur web. L'auteur n'a pas besoin de se soucier d'envoyer son document une fois qu'il a terminé de le rédiger.

Si un autre auteur veux ajouter ou corriger le document, il lui suffit de l'éditer directement sur le wiki. La modification est ainsi directement accessible à tout les membres du groupe.

Le wiki garde un historique de toutes les modifications qui ont été effectuées sur un document, ainsi que l'identité de l'auteur de ces modifications. En cas de besoin il est donc toujours possible de revenir à une version antérieur du document.

Notifications

Plus haut nous avons dit que dès qu'un nouveau document est enregistré sur le wiki il est accessible pour les autres membre du groupe de travail. Ceci est vrai, mais faut il encore savoir qu'un nouveau document ou qu'une modification de ce document est disponible.

Il faut que le wiki notifie les membres du groupe des événements les concernant. Pour ce faire, on utilise ce que l'on nomme des flux Atom ou encore des flux RSS.

Sous ce nom on désigne une liste de modifications du wiki. Pour lire cette liste on va utiliser une application que l'on appelle un agrégateur ou un lecteur de flux. Cette application réside en local, sur son propre ordinateur et va régulièrement voir la liste des modifications pour laquelle on s'est abonné (s'abonner à un flux rss signifie juste: enregistrer une adresse web dans le lecteur de lux).

Dans le cas où une modification aurait lieu sur le wiki, le lecteur de flux va donc le signaler. Cette notification est du même genre de celle qui est faite lorsque l'on reçoit un e-mail. D'ailleurs, parfois les applications de gestion de e-mail sont aussi des lecteurs de flux. C'est le cas pour Mail.app d'Apple et pour Thunderbird de Mozilla.

L'utilisateur peut, en général, personnaliser la fréquence à laquelle et la manière dont il veut être notifié des modifications. Il est possible, par exemple, de faire apparaître un bandeau transparent en bas de l'écran qui comporte le titre et le début du document modifié.

Liste de diffusion

Le concept de flux peut être étendu à large échelle. En effet, pour autant que l'accès soit autorisé, un nombre infini de personnes peuvent s'abonner à un flux atom/rss. Ainsi on peut imaginer qu'une page spéciale d'un wiki est réservée pour placer des informations qui doivent être diffusées à un grand nombre de personne. On peut ainsi aisément créer l'équivalent d'une lettre de nouvelle comme on le fait par e-mail. L'avantage de la méthode par flux est que c'est l'abonné lui même qui va gérer son abonnement. Plus besoin de gérer des adresses e-mail. Les gens qui veulent s'abonner enregistrent l'adresse dans leur lecteur de flux et si le contenu ne les intéresse plus, ils peuvent eux même se désabonner.

Les navigateurs web modernes sont capables de signaler l'existence d'un flux lorsqu'ils visitent un site. Il est donc devenu très simple de s'abonner à un flux.

Organisation des fichiers

Sur le wiki, il est possible de gérer un grand nombre de documents. Comme toujours, plus le nombre de documents est grand plus le risque de ne plus retrouver ce que l'on chercher est grand.

Pour cette raison, il est possible d'attribuer des mots-clés à chaque document. Une simple recherche dans le moteur de recherche du wiki permet de retrouver rapidement un document précis dans la masse sur le simple critère de ses mots-clé.

Les documents récents ou les plus utilisés sont également mis en évidence afin de faciliter leur accès.

La gestion des documents sur un wiki est donc bien conçue et permet de proposer un endroit unique pour tout le monde de retrouver tous les documents dans leur version la plus actuelle.

Fini les pertes de documents, les documents illisibles ou non compatibles ainsi que les malentendus à cause de l'utilisation d'un version différente du même document.

En généralisant l'utilisation des wiki et des notifications par flux, on peut imaginer que l'on ai plus besoin de recourir au e-mail et aux centaines de spam qui vont avec. De plus on s'affranchit également d'une suite bureautique, qui pour beaucoup de monde signifie une redevance financière à microsoft !

Conclusion

Le wiki couplé à des flux de notification sont des outils qui peuvent grandement favoriser une meilleure communication au sein d'un groupe de travail collaboratif et donc favoriser la réussite d'un projet!

Parallèlement, si l'on se passe de l'utilisation du e-mail et de suite de bureautique en local, on tue microsoft ! Plus besoin de Microsoft Office et plus besoin de hotmail ! C'est donc une raison de plus de favoriser cette solution !

Distributeur de billets des TN

Vraiment utiles les nouveaux distributeurs de billets des TN?

Les transports publics neuchâtelois viennent de s'équiper de 205 nouveaux distributeurs de billets. (voir le mode d'emploi)

Ceux-ci sont vantés comme un progrès par les responsables des TN, cependant dans la populations tout le monde n'est pas content de ces nouveaux distributeurs !

.... et je pense que tout n'est pas faux !

Les griefs les plus courants que l'on entend à propos de ces machines sont surtout liées à l'écran tactile: En plein soleil on ne voit rien!

Ca c'est bien vrai, et il n'y a pas besoin d'être en plein soleil, la simple lumière du jour suffit pour que l'on ne puisse pas voir grand chose ! Sans compter que la dépense en énergie est énorme pour alimenter tout ces écrans !!

A l'heure ou l'on parle économie d'énergie, à l'heure où l'on s'attend à une hausse de 30% des prix de l'électricité.... ce n'est pas très malin d'avoir installé ce genre d'appareil !

.. C'est ici que le plus parfait remplaçant est le papier électronique! La technologie n'est encore qu'à ses débuts mais elle est déjà très très prometteuse.

Un écran en papier électronique (genre e-ink) ne consomme pas d'énergie tant qu'il n'est pas modifié, (ce qui est le cas 98% du temps pour un distributeur de billet!), de plus, plus il y a de lumière, mieux il est visible. Donc plus aucun problème de visibilité en plein soleil.

Pour s'en convaincre, voici un petit article à propos du bouquin électronique que je possède depuis maintenant deux ans. (Prochainement il faudra que j'en parle un peu plus sur ce blog!)

windows xp sur distributeur de billet tn.jpg

Pour en revenir aux distributeurs de billets des TN, ce que j'ai également souvent entendu, c'est que la machine est très lente, beaucoup plus lente qu'avant !

Pourtant c'est étonnant !! Vu la bête de course qu'il y a là dessous !

Ces machines ne sont ni plus ni moins que de vulgaires PC avec une imprimante que l'on case dans une boite!

La raison de la lenteur est certainement due au fait que ces PC tournent sur windows XP !! En effet... le grand démon microsoft a pris le contrôle de la vente de billet de bus ! .... et visiblement ce n'est pas pour le meilleur! (comme souvent)

Maintenant un distributeur de billet peut planter comme on peut le voir sur la photo ci-jointe que j'ai prise début novembre en face de la gare de Neuchâtel. Le distributeur est bloqué sur l'écran de démarrage de windows XP!

Ce n'est pas top... mais ça pourrait être pire... le distributeur pourrait être bloqué sur le message: Hors Sérvice dont l'orthographe douteuse à fait l'objet d'un article dans un quotidien gratuit....

Tout ces merveilleux progrès technologiques pour la modique somme de CHF 8,6 millions!

Merveilleux, sachant que ces machines ne seront utilisée que par 15% des usagers des transports publics !!.... Et oui... 85% des usagers des TN ont des abonnements!! (voir les TN en chiffre, et le communiqué de presse sur les comptes 2007)

D'ailleurs, vu l'emplacement du module pour les cartes multi-courses, sur le côté en dehors du corp de l'automate, on se dit que ça doit être une extension faite sur mesure..... extension qui doit coûter très cher pour le 3% des usagers qui utilisent ce module !

D'autant plus que ce module n'est pas capable de manger plus de 6 cases de la carte... alors qu'il existe encore de vieilles cartes comportant 12 cases !! (comme les cartes écoles qui viennent d'être supprimées.. c'est vrai qu'il est plus facile de timbrer 20 fois; une fois par élève, qu'une seule fois par classe !)

Voici toutes ces merveilleuses informations à méditer en attendant mon billet suivant à propos des transports public neuchâtelois qui tentera de prouver que l'on ferait mieux de rendre les transports publics gratuits, que ça coûterait probablement moins cher que de les garder payant !!!

(si l'on compte un investissement de 8,6 millions pour juste les distributeurs sans la maintenance de ces appareils qui vont rapporter seulement 4 millions par année.... sur les 12 millions de recette que font les TN dans leur budget annuel de 35 millions... Plus des 2/3 du budget est déjà subventionné par le contribuable ! ... les détails au prochain épisode...)

La concurrence existe-elle vraiment ?

L'illusion de la concurrence

Nous vivons dans un monde merveilleux ! Il est riche et varié, il y a de nombreux paysages visibles aux quatre coins de la planète. Il y a des milliards d'espèces animales qui se font concurrences pour leur survie.

Dans le monde économique, c'est pareil, il y a de nombreux marchés aux quatre coins du monde avec des milliards d'entreprises qui se font concurrences pour leur survies. De nombreux économistes libéraux vous dirons que toute cette diversité est là grâce à la libre entreprise et qu'elle entraîne une saine concurrence pour le bien des consommateurs qui bénéficient ainsi des meilleures innovations aux meilleurs prix.

Bam !

Faut arrêter de rêver, ce libéralisme n'existe pas !
La concurrence n'existe pas!
C'est la loi de la jungle qui est la règle: le plus gros bouffe les petits!

Plus un pays est dit développé moins il y a d'indépendants et plus il y a de salariés. Dans un pays développé, on est proche des 90% de salarié. Le rêve libéral de la libre entreprise ne concerne pas grand monde dans une économie capitaliste.

La concurrence n'existe pas, car ce sont des grands groupes qui dirigent la plupart des entreprises. La publicité est là pour nous montrer un monde diversifié plein de nom différents et de marques différentes. Mais il suffit de creuser un peu pour découvrir qu'un même groupe (au nom peu connu) contrôle de nombreuses marques.

Finalement il n'y a que quelques grands groupes en nombre trop peu suffisant pour que la concurrence joue selon la théorie libérale.

C'est particulièrement dans le domaine de l'industrie de l'information que l'on voit les groupes les plus grands. Il n'est pas rare de voir un groupe détenir un grand nombre de titres de journaux ou de chaîne de TV. Ainsi, des groupes contrôlent l'information du contenu à sa diffusion. Il devient ensuite très facile d'orienter la pensée du public sur un sujet ou un autre et de la détourner des sujets qui pourraient menacer l'existence du groupe.

Lorsque l'on entre dans un librairie Payot et que l'on voit les livres classés par éditeur, on a l'impression de voir un paysage diversifié. Mais quand on apprend qu'autant Hachette, Grasset, Fayard ou encore Larousse ainsi que la chaîne de librairie Payot font tous partie du groupe Lagardère, on remarque que la diversité se réduit fort vite. Les groupes entretiennent l'illusion de la diversité. Peu importe vos goûts et votre style, au final les profits arrivent toujours au même endroit. Ainsi Lagardère a su s'accaparer des publications aussi hétéroclites que le magazine people Paris Match et le dictionnaire Larousse !

C'est à l'image de la fameuse réplique de Jean Marais quand il interprétait le rôle du chevalier Lagardère au cinéma: Si tu ne viens pas à lui, Lagardère viendra à toi !

Dans les loisirs c'est pareil, dernièrement j'entendais des gens tout content de participer à un concours à Aquaparc pour lequel le premier prix est une entrée pour toute la famille au parc Astérix. Génial. Bon coup de pub et le coût est nul pour l'organisateur. En effet, autant Aquaparc que le parc Astérix appartiennent à la Compagnie des Alpes. Celle-ci est spécialisée dans les stations de ski et les parcs de loisirs. Ainsi que vous alliez passer vos vacances au parc Astérix ou Walibi, au grand aquarium de St-Malo ou au musée Grévin, c'est toujours à la compagnie des Alpes qu'ira votre argent.

Et si lors de vos vacances de ski à Verbier, il fait trop moche pour skier et que vous vous rabattez sur Aquaparc, c'est tout bénéfice pour la compagnie.

En faisant du tourisme dans différentes station de ski en suisse, on remarque qu'il y a différents types de stations. Dans le val d'anniviers on observe des petites stations avec des tarifs familiaux attractifs et des installations qui sont souvent beaucoup des téléskis. A Verbier ou à Saas-Fee, on observe une tarification unique, pas de rabais famille. Les installations sont souvent lourdes. Ce sont d'énormes cabines, téléphérique, métro-alpins et télésièges débrayables, mais que de très rares téléskis.

Comment expliquer la différence entre ces stations? La compagnie des alpes détient les installations de Verbier et Saas Fee, comme un douzaine d'autres stations dans les alpes suisses et françaises.

Dans l'alimentaire, les groupes sont aussi très présents, les groupes Nestlé et Danone se partage le gros du gâteau (c'est le cas de le dire) de tout ce qui est de l'alimentaire industriel tels que les produits laitiers, les céréales pour petits déjeuner, les chocolats, les produits instantanés et surgelés, l'eau en bouteille, la nourriture pour animaux, les cafés, les glaces et les produits cosmétiques. Ainsi c'est une énorme palette de produits qui sont tous détenus par quelques grands groupes. En entrant dans un super marché, on a l'impression d'une diversité énorme, alors que finalement la majorité des produits appartiennent au même groupe.

Décortiquer les plages de publicité à la TV est très révélateur. Il n'est pas rare de voir dans la même tranche, de la publicité pour de l'eau, vittel, contrex, san pellegrino, des produits cosmétiques Garnier ou L'Oréal, ainsi que des céréales et des plats maggi ou findus, et des yogourts sveltesse.

Tous ces produits appartiennent au groupe Nestlé, il est donc fort probable que Nestlé ait des tarifs préférentiels en réservant l'entier d'une plage publicitaire pour présenter un échantillons de ses produits !

En ce qui concerne la distribution de ces produits, elle est souvent assurée par une poignée de groupes au travers de leur nombreuses chaînes de supermarché.

En suisse, nous connaissons bien les deux géants orange que sont Migros et Coop. Leur statut de coopérative à pour conséquence qu'ils n'ont pas d'actionnaire à nourrir. Donc la plupart des bénéfices sont utilisé pour acheter les concurrents. Ainsi Migros à racheté Interio, globus, Le shop, la majorité de Denner.

Et c'est également ainsi que Coop a racheté, Waro, Fust, interdiscount, Radio TV steiner et Carrefour suisse abandonné par le géant européen Carrefour et les frères Maus propriétaire de Manor et Placette.

Le marché de la distribution en suisse est donc largement partagé entre deux groupes beaucoup trouvent que c'est trop, mais à l'échelle du monde la suisse ne pèse pas grand chose. Le groupe carrefour même si il n'a jamais vraiment réussi à s'implanter en suisse est nettement plus grand.

Le groupe carrefour comporte des enseignes comme Ed, Dia, GB, GS, Di per Di, Champion, Proxi, Norte, Shopi et 8 à Huit Le monde est donc dominé par de grands groupes dont je n'ai relaté ci-dessus que quelques exemples. Il faut donc arrêter de croire que nous vivons dans un monde où il y a de nombreuses entreprises qui sont en concurrence. Il n'y a pas de vrai concurrence dans de nombreux domaines. Il y a des cartels partout. Il y a des lobbies partout!

Pour tenter d'avoir une vision un peu plus claire de ces groupes qui dirigent l'économie mondiale, j'ai tenté de représenter de manière visuelle les liens entre les entreprises et les marques. Le lien d'appartenance d'une marque à un groupe n'est pas non plus toujours très rigide. Les grandes entreprises sont souvent cotées en bourse et donc leur propriété est souvent morcelé entre plusieurs groupes!

On observe ainsi des galaxies et des constellations mouvantes d'entreprises. Il y a des fusions, des joint-ventures, des séparations, des participations au capital qui fluctuent, des ségmentations pour cause de lois anti-trust, des holdings qui tentent des OPA et des marques sous licence pour certaines zones géographiques!

Faire un tel graphe et surtout le maintenir n'est pas chose facile! D'autant plus que les groupes derrière les marques ne parlent pas énormément d'eux. La publicité est là pour mettre en avant les marques et pas les groupes. Sur les sites web des marques et entreprises, il n'est donc pas toujours aisé de trouver des informations sur leur propre structure.

Dans cette recherche wikipedia est un outils très pratique, notamment la page: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cartographie_des_marques_par_groupe

Cependant, il faut toujours vérifier les informations fournies, souvent elle ne sont plus à jour et souvent il y a des liens erronés suite à la confusion entre le nom de la marque et le nom du groupe qui détient la marque. (par ex: TF1 et le Groupe TF1).

Pour tenter de comprendre les méandres des groupes voici donc l'énorme graphe au format pdf, ainsi que le fichier source de sa création au format de description de graphe DOT.

C'est un format qui permet de décrire des liens entre deux chaines des caractères. Le logiciel Graphviz est ensuite capable de reprendre cette description pour dessiner et arranger correctement des bulles de graphe.

Mise à jour du 10 août 2009

Le monde étant en pleine mouvance. Quelques changements ont eu lieu dans le monde des groupes.

En effet, la compagnie des Alpes vient de céder (fin juillet 2009) sa participation de 20% dans le capital de téléverbier, à la commune de Bagnes. (la commune sur laquelle se trouve verbier)

Ainsi les habitants des lieux redeviennent majoritaire dans la possession des installations de ski de Verbier.

Ce désengagement de la compagnie des Alpes est du au fait qu'elle n'avait pas la possibilité de prendre une plus grande part au capital et qu'elle avait un besoin urgent de liquidité. (avec 21 millons de CHF ça devrait aller mieux).

Cette fin des activités de la compagnie des Alpes à Verbier est déjà le remake de la fin de ses activités du côté de Riederalp. En effet, là bas aussi la Compagnie des Alpes a revendu dernièrement les 20% de capital qu'elle détenait.

Ainsi la compagnie des Alpes est moins présente en suisse. Elle ne détient plus qu'une partie des installations de ski de Saas-Fee et le parc de loisir Aquaparc.

Il faudra donc mettre à jour le graphe du groupement des marques par groupes.

Cartographiez votre région

Cartographie libre

La cartographie sur internet est à la mode depuis que google l'a démocratisée avec google maps.

Cependant, en suisse, les cartes de swisstopo sont nettement mieux, mais il n'existe pas de site web pratique pour utiliser ces cartes.

L'Etat de neuchâtel, par exemple, propose des cartes de swisstopo sur son guichet cartographique. C'est bien mais pas top. Les données sont bien, mais techniquement, Cartoweb (qui est le moteur utilisé pour afficher les cartes sur le web ) se fait vieux!

Un jour peut être l'Etat de neuchâtel migrera son guichet cartographique de Cartoweb à mapfish son successeur... Là ce sera plus fluide, mais ça ne résoudra pas un autre problème frustrant. Les données des cartes ne sont pas libre de droit.

Dans ce cas, l'Etat de neuchâtel achète les données chez swisstopo et n'a presque rien le droit de faire avec!

Les mises à jour chez swisstopo se font tous les 6 ans! Les cartes google sont imprécises, et la route devant chez moi vient de changer, 2 giratoires ont remplacé un pont !!

Les cartes se mettent gentiment à jour, mais tout se passe lentement.... bon que faire, c'est pas compliqué, laissez moi triturer vos cartes, c'est pas compliqué de remplacer un pont par 2 giratoires... le boulot en vrai a été fait plus rapidement que de changer le dessin sur la carte !

C'est une intention très louable que j'ai de vouloir les aider... mais ce n'est pas comme ça que ça se passe.... il y a le droit d'auteur.. pas le droit de modifier la carte. Elle est la propriété de swisstopo.

Bon, alors je fais quoi ?? .. et bien je crée ma propre carte ! Folie ? ... comment faire autant bien que cette grosse machine swisstopo qui a de nombreux employés, qui est financé par nos impôts et par les données que l'on achète quand on veut les utiliser!

... et bien ce n'est pas si fou que ça de faire sa propre carte. Ce n'est pas si difficile, et pour contrer la grosse machine de cartographes professionnels, le plus simple c'est de s'associer avec d'autres gens... plus on est de fous plus on rit.. en mutualisant nos effort à travers le monde entier, on peut créer une carte du monde entier. Avec énormément de gens, qui font peu de chose on fait toujours plus qu'une poignée de gens qui font beaucoup !

C'est le principe de openstreetmap.org. C'est l'application du principe du wiki à la cartographie. Chaque personne contribue en dessinant sa région et au final on a une carte de plus en plus étendue et précise !

Pour ce faire, juridiquement toutes les données utilisées pour faire les cartes sont libres de droits. Il n'est donc pas possible de reprendre les données de swisstopo qui sont soumise au droit d'auteur. Dommage, ce serait bien de mettre ces données dans le domaine public ! Comme c'est le cas aux USA ! Ce serait profitable à tous.. et de toute façon ce sont quand même nos impôts qui financent une partie de swisstopo !

Vu que les données ne sont pas libres, on est obligé de tout reprendre à zéro. Il faut faire des mesures. Le principe est donc d'utiliser un récepteur GPS, de faire des traces des rues que l'on parcours, de les envoyer sur openstreetmap.org, puis à partir de ces traces de dessiner concrètement la carte.

C'est pas mal de boulot, mais finalement c'est pas si long que ça. Ci-dessous voici le résultat de la carte qui est en cours de création.

J'ai centré la carte sur la région de Neuchâtel qui est pour une bonne partie le fruit de mon travail. J'espère maintenant que je serais rejoint par de nombreuses autres personnes pour corriger mes erreurs et améliorer l'étendue et la précision de la carte !

Ce n'est pas compliqué, pour bien débuter le wiki d'openstreetmap.org est super bien fait et il y a de nombreuses indications en français !

Alors c'est parti cartographions ensemble !

... et pour varier, l'hiver au lieu de cartographier les rues, il est possible de cartographier les pistes de ski !!! Pour c'est faire c'est sur openpistemap.org que ça se passe !! Ce sont les mêmes données de bases qu'openstreetmap.org, mais le site est dédié aux pistes de ski !

Les heureux possesseurs d'un GPS garmin qui veulent utiliser les données d'openstreetmap.org sur leur bête peuvent trouver les données déjà toutes prêtes à l'emploi sur le site de http://www.osm4you.com.

Posts navigation

1 2 3 4
Scroll to top