Martouf le synthéticien
 
 

En 1983 l'auteur Suisse alémanique P.M. publiait BOLO’BOLO, un esssai d'écologie politique, sous une approche assez ouverte, concrète et hors du commun, considérée par certains comme d'influence anarchiste.

 

Bolo urbain suisse800.gif
Par "P.M.". — http://www.lyber-eclat.net/lyber/bolo/images/urbain_suisse800.gif, CC BY-SA 3.0, Lien

 

Dans sa préface à l’édition de 2013, il explique. : « … un bolo étant un autre mot pour une relation de "voisinage" culturellement améliorée ».

Le projet bolo'bolo a évolué ces dernières années... maintenant ça a donné.. "Redémarrer la suisse".

Redémarrer la suisse

Depuis 2010, l’association Redémarrer la Suisse anime le débat, comment les villes et les quartiers peuvent retrouver une qualité de vie basée sur le partage et les échanges, l’alimentation de proximité et l’écologie.

Cet été, j'ai lu le livre "Redémarrer la suisse". Ce livre à pour vocation de répondre à de nombreuses questions de l'organisation de la Suisse post-pétrole:

Comment allons-nous vivre quand il n’y aura plus de pétrole ? Il est préférable de se préparer à cette réalité quand il est encore possible de l’envisager sereinement et de se préparer à l’ère post-fossile. Diminuer le transport des marchandises, repenser la vie locale et régionale, en se centrant sur la communauté de voisinage et l’agriculture de proximité : autant de pistes explorées par Redémarrer la suisse pour atteindre une société à 1000 watts.

Voici le livre en pdf
=> http://www.apres-ge.ch/sites/test.intranetgestion.com/files/Redemarrer_la_Suisse.pdf

Imaginer ce que l'on veut comme avenir

Ce qui m'a attiré dans cette démarche, c'est de réfléchir au monde dans lequel on a envie de vivre. Voilà un exercice qui vise à montrer une possibilité. J'ai été aussi très intéressé par la vision de différents niveaux de zone de vie:

En tenant compte d’une exploitation des ressources respectueuse de l’environnement et eu égard aux différents modes d’organisation possibles, un budget global peut se construire autour de six modules de gestion sociale:

  1. Des voisinages comptant environ 500 personnes associés à des exploitations agricoles d’environ 80 ha ; LMO (Life Maintenance Organisation = organisation de maintien de la vie).
  2. Des quartiers coopératifs et des petites villes d’environ 10 000 à 50 000 personnes ;
    CA (Communal Area = commune de base).
  3. Des régions agro-urbaines de 100000 à quelques millions d’habitants (ville et ses environs ; Zurich ou Shanghai) ; AUR (Agro-Urban Region = région agro-urbaine).
  4. Des territoires autonomes de 5 à 10 millions d’habitants et d’une surface d’environ 50 000 km2 pour les industries et les réseaux de transport régionaux ; AT (Autonomous Territory = territoires autonomes).
  5. Des zones de coopération sous-continentales pour l’industrie, la recherche, les transports, par ex. l’Amérique du Nord, l’Europe, l’Inde/le Pakistan; SN (Subcontinental Networks = réseaux souscontinentaux).
  6. Une organisation planétaire pour la répartition des ressources, de l’aide en cas de catastrophes, etc.;
    PO (Planetary Organisation = organisation planétaire).

La société à 1000 watts

En ce qui concerne la vision énergétique, je crois qu'il y a là des réflexions intéressantes (extrait de la p.69):

Si nous voulons vivre dans un environnement durable, notre objectif doit être la société à 1000 watts.

Tout d’abord, vivre avec 1000 watts signifie vivre sans voiture privée, sans voyage en avion et sans appareils électroménagers privés.

Ce qui ne veut pas dire qu’on n’aura pas accès à ces derniers: il sera possible de les emprunter. La mobilité sera réduite à l’équivalent de 9,34 kilomètres par personne en train et par jour, un voyage en Europe de 2000 km et un voyage outremer en bateau de 12 000 kilomètres par an. Chacun peut se promener et faire du vélo autant qu’il le souhaite.

Les repas proviennent de la cuisine centrale et sont uniquement réalisés à base de légumes de saison provenant de la région et de peu de viande (18 kg par personne et par an).

Les vêtements et les meubles proviennent de dépôts de seconde main,

tout est lavé dans une blanchisserie centrale, avec une consommation de seulement 70 litres d’eau par jour (la moyenne suisse actuelle est de 160 litres, sans compter la consommation industrielle). Un journal suffit pour dix habitants. Chacun dispose d’une vingtaine de mètres carrés de logement privé dans un bâtiment compact bénéficiant de toutes les technologies écologiques. De cette façon, chaque citoyen à 1000 watts génère une nuisance environnementale de 26 729 nano points et une consommation d’énergie de 17,5 térajoules par an: les deux chiffres étant environ cinq fois plus faibles que la moyenne suisse actuelle. La consommation d’énergie constante correspond à 1008 watts par personne. Voilà pour la bonne nouvelle.

Pour tous ceux qui estiment que cet avenir est trop sombre, rappelons leur qu’aujourd’hui déjà, une Éthiopienne s’en sort avec seulement 100 watts par jour.

J'ai trouvé intéressant l'idée de partage des ressources et de la mises en commun des appareils dans un quartier. Ça fait un moment que j'imagine le projet de lancer des "outils-thèques" de quartiers. Je pense que le Fab-lab est un bon modèles pour démarrer et implanter des ateliers ouverts à tous dans tous les quartiers.

Pas besoin d'avoir tous une perçeuse pour les 7 trous annuels qui sont fait dans un ménage. (il me semble bien avoir vu une fois une statisique qui parlait des 7 trous qu'une perçeuse fait par année... à moins que ce soit dans sa vie !! )

Le projet pumpi-pumpe est déjà une belle concrétisation du partage entre voisins d'objets que l'on utilise rarement.

Un retour à la vie un peu plus communautaire, sans pour autant supprimer l'intimité d'un bon petit chez-soi me semble une piste intéressante. Ça va également de concert avec une relocalisation de l'économie et de la vie en général.

extrait p73:

Un microcentre avec son stock d’aliments intégrerait idéalement au même endroit un restaurant (également pour les manifestations ou comme cantine interne), un bar, des services de confort (blanchisserie, vêtements, réparations, soins corporels), des services d’information (bureau de poste, médiathèque, panneaux d’affichage, ordinateurs), un four, l’administration, une pension ou des chambres d’hôtes. Il ne s’agit pas d’un centre de quartier, mais d’un espace semi-public qui fait la jonction entre la vie intime et la vie sociale.

Aujourd’hui, une personne occupe près de 50 m2 de surface habitable. À Zurich, par exemple, 23% des appartements de quatre pièces sont habités par une personne seule.

On y retrouve certains projet de coopérative d'habitation qui ont des espaces de vie en communs. Les collocations sont de plus en plus nombreuses. On va dans ce sens.

Le côté obscure de ce Redémarrage de la Suisse

J'ai bien aimé de nombreux aspects de ce livre, de cette vison du monde et d'autres m'ont vraiment fait peur.
Je suis finalement mitigé sur le bilan total.
En tout cas le projet tel qul.. je ne suis pas pour.

L'urbanisme me parait intéressant, les réflexions énergétiques aussi... mais il y a un embryon de dictatures militaire dans le projet... c'est ça qui me fait peur !

Je m'explique.

Imposer sa vision du monde par des théroapies sociomilitaires !

L'auteur prétend que notre démocratie suisse a été imposée par Napoléon... (ce qui n'est pas totalement faux).... et donc que l'on peut aller imposer la démocratie partout... même par la force ! ... c'est pour leur bien !
=> ça je suis totalement contre ! .... cet auteur n'a visiblement jamais entendu parlé de la notion d'évolution des consciences. On n'impose pas un changement de vision du monde, de consciences !

Même si ça parait louable d'amener la démocratie partout. C'est souvent sous ce prétexte que des guerres d'invasion ont eu lieu. Qui peut juger de savoir si un régime doit être renversé par la force où non ?

Ça me semble juste une source de conflit interminable et non un bienfait pour l'humanité.

extrait de la p122:

Napoléon avait ordonné des assemblées primaires de mille hommes qui élisaient des délégués qui siégeaient à l’assemblée supérieure, etc. C’est ainsi qu’au final est née la démocratie «suisse».

Le fait que la nouvelle République, ostensiblement dirigée contre les mafias familiales régnantes, ait pris le nom d’une obscure tribu celte appelée les Helvètes, illustre l’ironie de toute cette opération. L’origine illégitime et violente de ses institutions démocratiques n’a pas empêché la Suisse de les conserver – plus ou moins – et encore moins d’en être fière.

(...)

Le territoire «Suisse» doit au monde, en plus de ses efforts diplomatiques, une participation à de telles interventions : elles sont le dernier (et non le premier) moyen de guérison, des «thérapies sociomilitaires», même si cette déclaration peut sembler euphémique, voire cynique.

Tous les habitants doivent devenir des universitaires

Dans le domaines scolaire aussi il y a des positions dans lesquelles je ne me retrouve pas.

Il y a une envie de centralisation et de formatage des pensées qui me dérange.
Donc dans un sens, dans le côté urbanistique du projet, les différents niveaux doivent être autonome et décider de leur destinées... et de l'autre on a le droit d'imposer sa vision du monde à ses voisins et il faut centraliser de nombreux services et décision à l'échelle de la suisse.

Là... il me semble y avoir des incompatibilités....

extrait de la p. 107, 108 à propos de l'Académie territoriale:

Si nous voulons redémarrer la Suisse, une action d’envergure dans le domaine de l’éducation est indispensable. C’est là qu’il faudra investir les sommes économisées dans les départements de la police, de l’armée, de l’administration fiscale, etc.

Si l’accès de chacun à l’ensemble des réalisations scientifiques et culturelles nous tient vraiment à cœur, tous les habitants du territoire devront devenir des «universitaires».

(...)

À l’âge de six ans (ou en fonction de la maturité scolaire), tous les enfants entrent dans cette Académie. Avant cela, ils sont accueillis dans un jardin d’enfants. Tous les enseignants, de l’école primaire à l’université, sont employés par le territoire. Ils sont ainsi à l’abri de toute tentative d’influence ou même de corruption. Ils peuvent enseigner à différents niveaux et de façon plus mobile. Tous les programmes d’études peuvent être harmonisés de sorte à écarter les doublons.

Ce système exclut le soi-disant choix de l’école, qui n’a de liberté que celle qu’on peut se permettre financièrement.

Quand pourra-t-on à nouveau donner un enseignement digne de ce nom en sixième plutôt que de préparer la course aux lycées? Et l’enseignement précoce de l’allemand, de l’anglais, du chinois est-il vraiment nécessaire?

p108

Toutes les écoles doivent devenir «alternatives». Ce qui a fait ses preuves dans de nombreuses écoles alternatives doit être appliqué dans les écoles publiques.

Les écoles primaires font partie intégrante du centre de quartier ou de commune de base.

Le principe pédagogique de base vise à «encourager plutôt que sélectionner»

Ensuite, tous les élèves entrent dans un Gymnasium Helveticum, qui dure six ans.

extrait p.112:

En Suisse, seuls 20% des jeunes terminent leurs études avec un baccalauréat, alors que dans d’autres pays – en Finlande, c’est 95%, et en France, 80% –, c’est le cas de la presque totalité de la jeunesse. Au lieu d’envoyer tous les enfants dans la «bonne école», le lycée, nous les répartissons dans une myriade de collèges, d’écoles techniques, d’écoles moyennes, d’écoles secondaires, d’écoles régionales, d’écoles professionnelles et d’écoles de maturité professionnelle, etc.

Nous faisons le tri et produisons de nombreux drames sociaux et psychologiques.

Personnellement, j'ai droit l'impression du contraire. Les drames psychologiques c'est de forcer tout le monde à suivre une voie accadémique. On voit bien que c'est un universitaire qui a écrit ce livre ! ... et comme il trouve que c'est la meilleure voie il veut l'imposer à tout le monde !

Il me semble également que le bac français n'est pas franchement très réputé. Si justement tout le monde l'a... c'est peut être que c'est un bac au rabais. Un nivellement par le bas ?

Il y a réellement des gens qui sont très scolaire et d'autres pas du tout. Est-ce que c'est vraiment la bonne solution de le mettre ensemble ? C'est louable de vouloir le meilleur pour tous. Mais est-ce que l'enseigment académique est vraiment le meilleur ?

Personnellement, je privilégie une toute autre forme d'enseignement basée sur les petites groupes qui expérimentent. Sur l'envie de créer un projet, qui débouche sur l'apprentissage de tout ce qu'il est nécessaire de savoir (et de pratiquer) pour arriver à concrétiser son projet. C'est nettement plus motivant qu'un cours ex-cathédra n'abordant que de la théorie.

Le système actuel, est certes peut être complexe. Mais il permet à tout le monde de suivre sa voie à son rythme, avec sa méthode. Il est possible à une personne ayant emprunté la voie de l'apprentissage, d'ensuite faire une maturité et de rejoindre des hautes écoles. Notre monde actuel est fractal, complexe. Le système d'étude est justement le reflet de ce monde fractal. Ce n'est pas en forçant tout le monde a être universitaire, à forcer le monde à être simple qu'il va le devenir.

Mais l'auteur ne semble pas comprendre ceci:

extrait de la p114:

L’argument selon lequel on peut, aujourd’hui déjà, entrer dans une haute école spécialisée avec une maturité professionnelle est en vérité un argument qui va à l’encontre du système dual, puisqu’il fait croire qu’un détour est un avantage.

Certes, les écoles de maturité professionnelle actuelles sont en partie excellentes et les titulaires d’une maturité professionnelle sont souvent plus matures que des lycéens du même âge. Mais pourquoi faire ce détour?

Pour s'adapter à la maturité de chacun, à des vocations plus tardive que d'autres. A un rythme personnel ?

Tous égaux... tous semblables... communisme 2.0 ?

L'auteur semble aimer le nivellement, tuer la diversité. En tout cas, c'est ce qu'il me semble comprendre de sa vision après être passée au formatage de l'uni:

extrait p.117:

Les diplômes universitaires n’existeront plus puisque chacun en aura un: le «master». Et il pourra s’agir d’un master en gestion, en polymécanique, en langue anglaise, en médecine, en couture, en tactique d’infanterie, en théologie ou en boulangerie. Comme c’est le «service général» – c’est à dire le peuple – qui finance tout l’enseignement, il n’y a aucune raison pour que toutes ces professions n’aient pas aussi le même salaire.

Un engagement extraordinaire peut encore et toujours se voir récompensé en sus.

Bon, vous l'aurez compris, votre "master en tactique d'infanterie" ne vous fera pas gagner plus d'argent qu'un "master en boulangerie".... sauf si vous avez un engagement extraordinaire.....  une petit guerre pour imposer la démocratie aux voisins ?

Un livre inspirant: toi aussi imagine ton futur préféré et montre le nous

Voilà pour mes réflexions après avoir lu ce livre.

Je le trouve très.. surprenant. J'ai de la peine à voir un tout cohérent. Il y a des idées intéressantes, mais j'ai de la peine à m'enthousiasmer pour le projet global.

J'ai pourtant beaucoup entendu de bien sur "redémarrer la suisse". Mais je me demande combien de personnes ont vraiment lu le livre dans sont intégralité ?

J'ai trouvé très peu de compte rendu, de critique.

Bref.. ça me motive à moi aussi écrire ma version de Redémarrer la Suisse. :)

Dans ma vision des choses, il y aura quelques principes de cellule organique de base qui s'auto-organisent, rien de centralisé. De la permaculture. On va aussi faire attention au type de code monétaire utilisé. (ma prréférence un Système Monétaire Equilibré) Dans redémarrer la Suisse, très peu de chose est dit à propos de la monnaie. On sait juste que: "La solution n’est donc pas la création de monnaies alternatives, mais bien la création de cycles alternatifs pour l’utilisation des ressources sociales. " (p. 60)

Le but est une démonétisation de la société, en utilisant beaucoup le service civil, mais en même temps on nous parle de banque qui peuvent octroyer des crédits... mais seulement avec l'aval démocratique et sur la base de critères d'utilités, de faisabilité, d'impact environnemental, et de contribution au bonheur de la société. (p. 59)

Bref... c'est un peu comme maintenant quand un législatif (qui a déjà ses critères dans les rapports) se voit obliger d'accepter une demande de crédit pour rembourser un autre crédit.... J'ai pas l'impression que ça change grand chose.

Là il y a fondamentalement du ménage à faire. Peut être que l'association redémarrer la suisse devrait participer à un jeu de la monnaie ?

Pour conclure, j'encourage tout le monde à lire ce livre. Ici j'en ai fait qu'une description très très brève. J'ai surtout mis en évidence ce qui m'a fait tiquer, voir sauter au plafond !. Mais il y a encore de nombreuses idées dont je n'ai pas parlées qui mérite d'être connues.

Peut être que j'ai mal interprété les propos de l'auteur de ce livre ?

Dans tous les cas je trouve sain que tout le monde puisse se faire son propre avis. Mais également que tout le monde soit inspiré par cette excellente démarche que d'être pro-actif et transmettre sa vision d'un futur souhaitable plutôt que de taper sur ceux qui agissent (un peu ce que je fais là ? :P .. mais il me semble que je ne fais pas que ça... ce site comporte plus de 600 pages de réflexion en tous genres... )

tags: suisse, écologie, futur, redémarrer,

D'autres articles intéressants à lire...

 
 
 
 
 
login
Identification

loading loading