Visualisation du graphe de mes amis facebook

Depuis longtemps déjà, je suis fasciné par l’étude de mon réseau d’amis. Qui connait qui…, comment, combien j’ai d’amis ?, etc…
En 2006, j’avais tenté de définir ce qu’est un « ami », une connaissance, un contact…

Puis, en 2007, je suis arrivé sur facebook. Là mon réseau social est devenu beaucoup plus visuel. J’ai eu la possiblité de voir les amis en commun que j’ai avec d’autres personnes.

Dernièrement j’ai encore franchi une étape supplémentaire dans la visualisation et la compréhension de mon réseau d’amis.

Voici le graphe de mon réseau d’amis facebook.

Déjà, je remarque qu’il est assez homogène. Il y a quelques électrons libres autour de la masse de mes amis. Mais sinon il y a une continuité.

Il faut que j’explique un peu ce que représente ce graphe. Tout d’abord, ce qui est assez évident, c’est que chaque cercle représente une personne. Puis chaque personne a des liens avec les gens avec qui elle est amie.

Plus le cercle est grand, plus la personne a de connexions, donc d’amis. Je vois ainsi que les personnes qui ont des grands cercles sont les personnes avec qui j’ai le plus d’amis en commun.

Chaque réseau est souvent composé de sous réseaux qui sont des communautés. Ici, j’ai voulu voir comment mon réseau d’amis se catégorise en grandes communautés d’amis.

Je dois dire que le résultat saute aux yeux !

En rouge, c’est la communauté de mes amis d’enfance et locaux, des gens avec qui j’étais à l’école primaire et des gens de la commune dans laquelle j’ai habité pendant plus de 30 ans: Boudry. C’est potentiellement les gens avec qui je fais la fête à la Boudrysia. La fête villageoise pendant laquelle je retrouve tout ces gens que je ne croise pas forcément à d’autres moments.

En bleu, c’est la communauté de mes amis scouts !

En vert, c’est la communauté de mes amis avec qui je refais le monde: mes amis politicien(ne)s

En violet, en haut, c’est la communauté de mes amis d’études. Plus j’ai avancé dans mes études, plus je me suis éloigné de mon lieu d’enfance et ainsi on voit que dans mes amis d’étude il y a ceux qui sont en lien avec les « rouges » mes amis d’enfance. Ils viennent de la même région. Mais il y a aussi un groupe totalement déconnecté, seul nos études forment un lien entre nous.

Il y a encore une communauté très discrète, par ce que peu nombreuse. Elle se situe en bas de la communauté verte. Il y a quelques points rouge. Il s’agit de la communauté de mes amis d’armée.

amis facebook Martouf grandes communautés.png

Voilà. Vous croyez avoir tout compris à mes amis ?

… et bien accrochez-vous, c’est beaucoup plus compliqué que ça !

Voici le même graphe, mais découpé en plus petites communautés:

amis facebook martouf micro communautés.png

 

Aaarg… c’est tout différent !

Non, il y a quand même des invariants. Il y a toujours les mêmes électrons libres et les communautés qui sont très homogènes et déconnectées des autres. Ainsi, rien n’a changé pour mes amis d’étude ou mes amis d’armée.

En revanche les communautés de mes amis scouts et de mes amis boudrysans ne sont plus si claires. En fait il se trouve que ces communautés sont complètement entremêlées.

Dans mes amis d’enfances, j’ai beaucoup de scouts ! … et dans mes amis Boudrysans, j’ai également beaucoup de gens avec qui j’ai fait de la politique locale !

Puis dans mes amis scouts, il y a étonnament plusieurs groupes d’âges qui se connaissent bien entre eux, et moi je fais souvent le lien entre ces tranches d’âge. Mais aussi entre différentes régions géographiques.

Il y a aussi des cours de formation différents (voilà), qui créent des liens plus fort entre certains groupes. (assez lié aux tranches d’âge)
Ainsi, j’observe que le maillage du réseau de la communauté scoute est plus fort que celui des autres communautés. Chaque personne a, en moyenne, plus de connexion avec d’autres personnes que dans d’autres communautés.

Tous les scouts se connaissent bien entre-eux et de diverses manières. Voilà enfin un moyen clair et scientifique d’expliquer cette impression que tous les scouts ont, de faire partie d’une communauté plus soudée que dans d’autres millieux.

Puis j’observe une communauté assez inattendue pour moi. En vert clair, entre ma communauté géographique d’origine et les politiciens. C’est une communauté que j’appelle de personnalités locales.

Ce sont des gens qui sont des petites star locales. Des gens qui ont beaucoup d’amis (en tout cas sur facebook), j’y retrouve des artistes, musiciens et auteurs locaux, des tenanciers de bars bien connus, des organisateurs de festivals et de fêtes populaires, des journalistes… (quand ils ne se cachent pas dans la communauté des politiciens !)

J’observe que la communauté des politicien(ne)s neuchâteloi(e)s (en violet) est très homogène. Peu importe les partis !

J’ai des gens de tout l’échiquier politique dans mes amis facebook, et ils sont quand même tous reliés entre eux. Les frontières entre les partis ne sont pas si claires. Donc ça confirme bien l’existence d’une classe politique !

De même que les journalistes sont souvent bien mélangés à la classe politique. Il existe d’ailleurs une blague de politicien qui dit que les journalistes sont des politiciens refoulés !

Je vois ici des journalistes qui sont clairement bien mélangés dans la communauté politicienne, de la même couleur. Alors que d’autres journalistes sont dans la couleur verte des « star locales », mais également perdus au milieu de la classe politique ! (en tout cas on les repères bien !)

Dans l’homogénéité, j’observe quand même que les individus des partis d’extrême gauche sont à la limite d’être intégré dans la classe politique, ils se séparent parfois entre la communauté politique en violet et la communauté alternative en orange. (anarchistes, squatteurs, gratiferia, etc..)

Puis, à gauche de la classe politique neuchâteloise, il y a une communauté bleue. Ce sont des gens de la communauté politique suisse romande. Puis de la même couleur, il y a mes amis militants pour un Revenu de Base Inconditionnel qui sont souvent (pas toujours) intégrés dans la communauté des politiques de Suisse romande.

Voilà, on a fait le tour des principales communautés de gens avec lequelles je suis en contact.

Limitation de cette visualisation

Une limitation que j’observe, c’est que ce graphe montre les communautés. Mais ne montre pas les communautés avec lesquelles je suis le plus actifs. Le graphe ne montre qu’un lien, même s’il est mort. J’ai des amis d’enfance avec qui je ne discute jamais, des politiciens qui sont amis avec tout le monde juste par ce qu’ils en avaient besoin pour une élection, mais qui ont maintenant un compte à l’abandon !

D’après Olivier Glassey, sociologue spécialiste des médias sociaux avec qui j’avais participé à un café scientifique à l’Uni de Neuchâtel en 2012, la plupart des gens ne communiquent pas avec plus de 5 à 15 personnes sur les réseaux sociaux.

Ainsi, ça explique le succès d’application comme WhatsApp qui permettent de créer des groupes de discussions, sans avoir à créer tout le reste du décorum de facebook qui doit montrer que l’on est l’élite de la nation. (facebook provient quand même de l’uni de Harvard…)

La discussion en groupe est l’outil communautaire qui monte. Désolé.. facebook c’est has been

Donc pour plus tard, il serait intéressant que je refasse un graphe qui met en évidence l’interaction que j’ai avec mes amis facebook. Ce qui permettrait de montrer avec qui j’ai le plus d’échanges. Qui sont mes meilleurs amis !

… mais en fait, je crois que tout ça je le sais déjà ! 😛

Comment réaliser un tel graphe de ses amis facebook ?

Si vous avez aussi envie de vous lancer dans l’exercice, ce n’est pas très compliqué.

C’est ici qu’il faut que je remercie Martin Grandjean de m’avoir fait connaitre l’outil Gephi et son utilisation dans un beau tutoriel.

Pour réaliser un graphe semblable à celui que je présente ci-dessus, il sufit de réaliser le tutoriel de Martin Grandjean avec les données de ses propres amis facebook que l’on peut récupérer grâce à l’application facebook: Netvizz.

Amusez-vous bien et dites m’en des nouvelles. Que l’on compare la structure de nos réseaux d’amis.

 

Comment se faire des amis

Comment se faire des amis… vaste question…. mais ici on ne parlera que du résumé du livre de Dale Carnegie « Comment se faire des amis (et influencer les gens)«  qui nous explique les rouages des relations sociales… et donc comment se faire des amis… mais c’est valable pour toute relation sociales.

Ce livre a été publié en 1936… et depuis c’est plus de 40 millions d’exemplaires qui ont été vendus !

Voilà pour en savoir plus sur ce livre Comment se faire des amis de Dale Carnegie. (en cherchant pas longtemps sur le net on trouve aussi une version pdf…)

comment se faire des amis dale canergie.jpg


Voici une vidéo d’un gars qui résume ce que dit ce bouquin en 60 secondes…..  « On est apprécié.. par les gens que l’on apprécie ! »

 

Résumé du livre de Dale Carnegie, « Comment se faire des amis ».

Voilà ce que Dale Carnegie recommande.

  • Savoir ménager l’égo des autres
  • complimenter
  • s’intéresser aux autres
  • si vous voulez récolter du miel, ne bousculez pas la ruche
  • chacun se sens toujours dans son droit. Chaque a l’impression d’avoir toujours juste.
  • Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas
  • pour amener une personne à effectuer une action, la meilleure manière est de susciter en elle le désir de cette action.
  • le désir d’être reconnu est le plus profond de la nature humaine.
  • chercher les vraies qualités des autres et leur faire part de l’admiration que nous avons pour ses qualités.
  • la seule façon d’influencer son voisin est de lui parler de ce qu’il veut et lui montrer comment il peut l’obtenir.
  • « Nous nous intéressons aux autres quand ils s’intéressent à nous ». Publius Syrus
  • souhaitez les anniversaires des personnes que vous connaissez.
  • souriez. (ça veut dire: je suis content de vous voir) (note perso: et en plus il semble bien que ce mouvement physique influence bien notre humeur !)
  • James Farley, agent électoral de Roosevelt savait les prénoms de 50 000 persones !
  • Chacun préfère son nom à tous les autres noms !
  • Saluez les gens par leur prénom. Salut Robert…  (oh.. je ne l’ai vu qu’une fois.. et il se souvient de moi !) (note perso: ça fait déjà longtemps que j’ai remarqué que le politicien neuchâtelois Jean Studer pratique cette technique… et on voit qu’il est un des politiciens les plus populaires de ces dernières années…)
  • pour avoir une conversation appréciée, sachez lui accorder une attention exclusive quand elle s’exprime.
  • parlez à votre interlocuteur de sa passion.
  • le meilleur moyen d’emporter une controverse, c’est de l’éviter !
  • => un homme convaincu malgré lui garde toujours son avis !
  • => ne pas écraser l’adversaire… sinon on risque de s’en faire un ennemi
  • accueillir le différend
  • Théodore Roosevelt disait qu’il n’a qu’au maximum 75% du temps raison. => nous n’avons que rarement raison donc il faut éviter de commencer ses phrases par: je vais te prouver que..  (Ça revient à dire… je suis plus malin que toi !)
  • commencez vos phrases par: Il est possible que je me trompe, mais il me semble que…. examinons la chose ensemble, voulez-vous ?
  • => la personne ne peut rien objecter !
  • Nous cherchons plus à défendre notre amour propre que nos idées. Donc en tournant la phrase en étant sur de se tromper, on ménage son amour propre !
  • Ne dits jamais à votre interlocuteur qu’il a tord.
  • Que faire quand vous avez tort ?
  • => il faut se fondre en excuse et insister sur sa culpabilité.
  • => la personne va toujours tenter d’affirmer son importance, donc elle va se montrer magnanime ! 🙂
  • c’est par le coeur qu’on parvient à l’esprit.
  • le secret de socrate: pour convaincre quelqu’un, ne pas aller sur les questions sur lesquelles vous êtes en opposition, soulignez les terrains d’entente. Puis montrez que l’on est proche et que l’on poursuit le même but. Seule la méthode est différente.
  • escalade de l’engagement: faire dire oui à son interlocuteur histoire de le mettre dans un état d’esprit. Ensuite, pour conserver son amour-propre, l’interlocuteur ne pourra pas se contredire. (Ex: la miss du porte à porte… vous lisez chez vous ? oui… Vous pensez qu’il est bien que les enfants lisent ? oui… ça tombe bien france loisirs est là…. :P)
  • laisser l’autre parler, vider son sac. Ne pas parler trop.
  • suggérer des idées et laisser l’autre faire la conclusion. Les idées que nous découvrons nous même nous inspirent plus confiance que celles présentées tout cuit.
  • efforcez-vous de sincèrement voir les chose du point de vue de votre interlocuteur. Pour lui, il a toujours raison.
  • La phrase magique « Je comprends très bien votre attitudes, si j’étais vous, j’aurai la même. »
  • mettre en avant chez l’autre ses motivations honorable, idéales, plutôt que les vraies !
  • faire des démonstration spectaculaire. Comme l’exemple du journal publié comme un livre pour montrer le prix dérisoire du journal.
  • pour déclencher une réaction, stimuler le désir de mieux faire, de se surpasser. Lancez un défi.
  • Soyez un leader. modifiezl l’attitudes des autres sans irriter
  • Pour corriger une faute: donnez un compliment avant les excuses.
  • Ex: des ouvriers qui fument sous le panneau interdiction de fumer. Le patron leur offre des cigares et les invites à aller fumer dehors… => pas moyen de résister. On te fais un cadeau et on ne dit rien de l’infraction !
  • Pour faire remarquer des erreurs à d’autres, ne pas faire de remarque directe. Faire remarquer ses propres erreurs.
  • Personne n’aimer recevoir d’ordres. Mais les personnes acceptent plus facile un ordre si elles ont pris part à la décision qui est à son origine. => poser des question pour donner des ordres: Pensez-vous que ce serait bien de … ?  Voulez-vous faire ceci ? Pourriez-vous étudier cela ?
  • Ménager l’amour propre de son interlocuteur. Ne pas dire ou faire quelque choses qui diminue un homme à ses propres yeux.
  • Faites l’éloge des moindres progrès. Nous sommes tellement plus enclin à dire ce qui ne va pas que ce qui va bien !
  • Comment inciter l’autre à se dépasser ?
  • => le complimenter sur son potentiel, sur ses coup d’éclat passé. Donner un belle réputation à mériter.
  • Comment favoriser les progrès ?
  • => Encourager les gens, faites augmenter leur confiance en ce qu’il font. En rabaissant les gens ça leur coupe les ailes !

 

En résumé, pour motiver les autres..

  • soyez sincère. => pas de fausses promesses. Concentrez vous sur l’intérêt de votre interlocuteur.
  • sachez exactement ce que vous voulez que votre interlocuteur fasse.
  • mettez vous à la place de votre interlocuteur
  • Pensez aux avantages que votre interlocuteur peut retirer en accomplissant ce que vous lui proposez.
  • faites que ces avantages soient en accord avec les désirs de votre interlocuteur.
  • formulez les propositions en faisant ressortir l’avantage personnel que votre interlocuteur va en retirer.

Combien je connais de personne ?

Combien je connais de personne ?

Je me suis souvent demandé combien de personnes est ce que je connais ???

C’est très difficile à évaluer.

Il faut déjà définir ce que l’on appelle une connaissance. Il y a plein de catégories de gens.

  • les gens que l’on connais de vue
  • les gens que l’on connais de noms, mais que l’on a jamais vu
  • les gens que l’on a perdu de vue
  • les gens que l’on voit tout le temps
  • les gens que l’on connait mais que l’on en voit jamais
  • les gens que l’on ne connait pas, mais que l’on croise tout le temps.
  • les anciens camarade de classe.
  • Il y a les amis
  • Il y a les collègues
  • Il y a les amis des amis
  • Il y a les célébrités que l’on connais sans connaitre !
  • etc…

Bref.. comment faire ?

Les personnes que l’on ne connait que de nom ne sont pas très nombreuse. En général, quand on connait une personne, on la reconnait aussi ! C’est à dire que son visage nous est famillier.

La meilleures méthode est donc de compter combien de visage connu est ce que j’arrive à répertorier !

Pour faire l’enquête, ça va être un peu étrange. Je n’ai pas de photo de tous les gens que je connais !

L’expérience me tente, je vais essayer de réunir le couple noms et photos de chaque personnes que je connais. Le fait d’avoir une photo démontre déjà une certaine qualification d’une connaissance plus proche qu’une autre.

C’est dans le seconde étape de l’enquête que je vais tenter de créer des catégorie de gens et des liens entre eux. Qui connais qui ?? ça doit être un graphe d’une complexité énorme.

27 Oct 2006 : 20:17
Heureusement qu’il y a facebook maintenant pour aider à comptabiliser ses amis. J’en ai 565 en mai 2011.
Mise à jour le 20 avril 2012.
J’ai:

  • 676 amis facebook
  • 692 contact dans mon carnet d’adresse
  • 720 visages reconnus par picasaweb

L’ordre de grandeur est assez proche, même si ces groupes ne se recoupent pas vraiment. (en grande partie quand même !… intéressant de voir quelle proportion)