Généalogies des navigateurs web

Généalogie des navigateurs web

Cette page est un bloc note pour stocker des informations relative à l’historique des navigateurs web.

Le navigateurs web est vraiment le logiciel incontournable actuellement. Tout ce fait de plus en plus sur le web. Cependant, peu de personne savent vraiment ce qu’est un navigateur web, (sans même entrer dans le côté technique.). En effet, énormément de personne confondent déjà le web et internet.

Pour beaucoup de gens, internet, c’est la petite icone bleue en forme de e, alors quand on leur explique que le web n’est qu’un des nombreux service d’internet, il ne comprennent pas forcément !

Pour utiliser ce service qu’est le web, il faut un navigateur web. Actuellement (en 2006), les navigateurs les plus courants sont Internet Explorer, FireFox, Safari,opera.

Mais il en existe beaucoup d’autres, et il en a existé beaucoup d’autres. Leur histoire est complexe, les enjeux sont énormes, et souvent le grand publique ne sais rien. J’ai donc commencé à faire quelques recherches pour tenter de faire un arbre généalogique des navigateurs web.

Quelques dates:

  • 1990 Tim Berners-Lee lance le 1er navigateur Web appelé World Wide Web qui tourne sur NeXT
  • mars 1993 Lancement de Lynx
  • 1993 Mosaic (navigateur mode texte) tourne sur X-Windows, Unix et Mac
  • décembre 1994 Netscape crée Mozilla qui servira de base au navigateur Netscape 1.0
  • août 1995 Internet Explorer est inclus dans Windows 95
  • septembre 1995 Netscape Navigator 2.0
  • 1996 Internet Explorer 2.0
  • 1996 Première version d’Opera
  • août 1996 Netscape Navigator 3.0
  • août 1996 Internet Explorer 3.0
  • juin 1997 Netscape Navigator 4.0
  • mars 1999 Netscape Navigator 4.5
  • mars 1999 Internet Explorer 5
  • septembre 1999 Netscape Navigator 4.7
  • novembre 2000 Netscape Navigator 6
  • juin 2002 Mozilla 1.0
  • novembre 2006 Internet Explorer 7.0
  • 1983 Editeur SGML Grif (appelé plus tard Thot) GRenoble Interactive Formatter
  • 1990 WorldWideWeb
  • 1992 Erwise, ViolaWWW, pc: Midas, Mac: Samba
  • 1993 NCSA Mosaic (université de l’Illinois) et Lynx. => image(Mosaic 0.10) ; formulaires interactifs (Mosaic 2.0pre5)., Arena de HP
  • 1994 Netscape Navigator 1.0. Cello, IBM WebExplorer, Cyberdog (date pas fiable), Spyglass Mosaic on April 5th (début du travail), Navipress (aussi éditeur)
  • 1995 Microsoft Internet Explorer 1.0 et 2.0. => formatage tabulaire (Netscape Navigator 1.1b1), documents multi-cadres (Netscape Navigator 2.0b1), Java, JavaScript (Netscape Navigator 2.0b3). HotJava, OminWeb (pour next), w3m (texte)
  • 1996 Netscape Navigator 2.0 et 3.0 ; Internet Explorer 3.0 ; Opera
  • 1997 Netscape Navigator 4.0 ; Internet Explorer 4.0. Amaya 1
  • 1998 Netscape Navigator 4.5 ; projet Mozilla. => AOL rachète netscape qui a perdu la guerre !
  • 1999 Internet Explorer 5.0. Grail (mort?)
  • 2000 Netscape 6.0, K-Meleon, OmniWeb (pour osx)
  • 2001 Internet Explorer 6.0. Elinks (texte), Off By One
  • 2002 Mozilla 1.0. Netscape 7.0, Phoenix (en développement)
  • 2003 Safari, Phoenix devient FireBird
  • 2004 Netscape 7.2 (basé sur mozilla 1.7),Mozilla Firefox 1.0 (9 nov 2004 (anciennement phoenix et firebird), mais développement depuis 2002 par david Hyatt !)
  • 2005 Netscape 8.0 (basé sur firefox 1.0), sleipnir
  • 2006 Mozilla Firefox 1.5. et 2. Opéra 9 et IE7 (grande année)

Liens d’héritage

  • NCSA Mosaic => (c’est juste les màªme gens, mais pas le code) Netscape Navigator => Netscape Communicator (avec module composer et mail) => Mozilla Gecko(pas encore sorti il est déjà la base de netscape 6)
  • Mozilla => Netscape 6 (onglets et bloc popup)
  • Mozilla 1.7.12(Gecko) => K-Meleon (utilise une GUI windows et pas XUL.. pour àªtre plus léger !)
  • Mozilla => Beonex ??? (win et osx)
  • Mozilla => Chimera => Camino
  • Mozilla => Galeon => Epiphany (pour gnome)
  • Mozilla => Skipstone
  • Mozilla => Salamander (fin dec 2003)
  • Mozilla => Phoenix => Mozilla Firebird => Mozilla Firefox => Flock
  • Mozilla => SeaMonkey (été 2005 suite de mozilla mais plus par la fondation)
  • Firefox => MadFox (2005 et déjà abandonnée. Le but était d’ajouter des fonctionnalité de IE à firefox !)
  • Firefox 1.0 => Netscape 8.0
  • Grift/Thot (editeur sgml) => Symposia (editeur html) => Amaya
  • Arachne (navigateur pour DOS)
  • Dillo (ne supporte pas javascript. source de 400ko !)
  • HotJava
  • NCSA Mosaic => Spyglass Mosaic (un accord existait pour avoir le code, mais il n’a pas été utilisé !)
  • Spyglass Mosaic => Microsoft Internet Explorer
  • Microsoft Internet Explorer => MyIE (MyIE2) => Maxthon (mais peux aussi utiliser Gecko !)
  • Microsoft Internet Explorer => Avant browser (surcouche IE)
  • IE => kioware
  • GUI Avant Browser + moteur Gecko => Orca Browser
  • Konqueror (khtml) => Safari (webCore) => omniWeb (depuis février 2003)
  • konqueror => Abrowse …. pour AtheOS ? Syllable
  • Safari (webkit) => Shiira
  • Safari (webkit) => Sunrise browser (webcore et le moteur et webkit le moteur + des API)
  • Safari (webkit) => TrailBlazer (2004)
  • Safari (webkit) => KidsBrowser
  • Safari (webkit) => BumperCar
  • Safari (webCore) => Atlantis
  • icab
  • Comppuserve
  • Ie5 mac (tasman)
  • Gecko=> AOL mac

linux

  • SkipStone
  • Konqueror
  • Galeon
  • Epiphany

En 2002: En tout, 115 navigateurs différents, sous plusieurs versions (Evolt).

(OmniWeb est l’inventeur du blocage de popup)

NCSA = National Center for Supercomputing Applications

  • Line Mode Browser un client pour les terminaux fonctionnant en mode ligne (développé au CERN) ;
  • Cello un client pour les PC sous Windows (développé à Cornell Law School);
  • Chimera un client pour l’environnement X-Window, utilisant les Athena’s Widgets ;
  • tkWWW un client pour l’environnement X-Window utilisant la boîte à outils tk.

Nom des principaux moteurs

  • mozilla => Gecko
  • safari => khtml/webcore
  • IEmac => tasman
  • IE => trident
  • Opera => Elektra puis presto

Superbe comparaison sur wikipédia en

Voici l’arbre généalogique des navigateurs web en pdf.

Aperçu du rendu de différents navigateurs web début 2007

Voici un aperçu du rendu de différents navigateur web que j’ai réalisé avec les mêmes pages de référence.

Tout d’abord le site du groupe scout marfaux. Qui est une page moderne faite avec différents style css subtiles, qui peuvent être une difficulté pour les navigateurs anciens ou pas très futés. Il y a du positionnement fixe, de la transparence avec le style opacity, des arrondis de bordure. Ce sont les principales différences sur lesquelles les navigateurs ont des comportement différents.

La seconde page est le page wikipedia qui concerne les navigateur web. C’est une page qui est sensé s’affiche de manière correcte pour une majorité de navigateur.

Dans les navigateurs actuels, il existe des familles de navigateurs qui utilisent le même moteur. Et parfois des navigateur totalement indépendant avec leur propre moteur de rendu.

Sans trop entrer dans les détails subtils d’héritage et affiliation, Les grandes familles sont:

  • Gecko de Mozilla
  • Trident (windows) et Tasman (mac) de Microsoft
  • WebKit d’Apple
  • Presto moteur d’Opera

J’ai réalisé ces captures d’écran sur un mac osx 10.4.9 avec des navigateurs web qui fonctionnent sur cette plateforme. Ce ne sont pas forcément les versions les plus récentes. Mais au moins ils fonctionnent.

Les moteurs indépendants

Amaya

C’est le navigateur officiel du w3c, ce n’est pas vraiment un navigateur utilisable, c’est plutôt un outils expérimental pour tester diffèrentes nouvelles spécifications. Ce navigateur est également un éditeur de page HTML. Ce qui correspond à la philosophie originelle du WorldWideWeb de Tim Berners Lee. Le web est accessible en lecture et écriture. Cette philosophie, n’a jamais vraiment démarrée et le web est plutôt devenu une vitrine de document non éditable. Mais ces dernières années, la philosophie lecture/écriture est revenue avec l’avènement du wiki ! L’internaute devient un acteur. Mais avec le wiki, ce n’est plus le navigateur qui permet l’édition de page, c’est plutôt le document web lui même qui devient une application pour s’auto-éditer.

En effet, le web originel fait de documents statiques devient de plus en plus une plateforme applicative.

Capture d’écran de Amaya 9.2.2 2007_04_12_11_13_amaya_9_2_2_marfaux.png 2007_04_12_11_34_amaya_9_2_2_wikipedia.png


Opera

Opera est un navigateur multiplateforme. Son moteur s’appelle presto. Ce moteur est surtout présent dans des applications embarquées comme certains téléphones portables ou la nintendo DS et la wii. Il est également utilisé par Adobe dans la creative suite.

Capture d’écran de opera 8.54 2007_04_12_11_37_opera_8_54_marfaux.png 2007_04_12_11_37_opera_8_54_wikipedia.png


iCab

iCab est un navigateur web qui est développé pour mac depuis 1999. Il est issu d’un navigateur fonctionnant sous Atari. C’est actuellement le seul navigateur qui est développé pour les macs sur processeur 68k.

Capture d’écran de iCab 3.0.2 2007_04_12_11_42_icab_3_0_2_marfaux.png 2007_04_12_11_43_icab_3_0_2_wikipedia.png


Internet Explorer

Internet explorer pour mac est sorti en début 2000. (pour Mac OSX) C’est le premier navigateur web a implémenter presque complètement css1. (Même si actuellement, ce navigateur parait ne pas bien supporter les css) Le moteur Tasman est utilisé pour cette version d’Internet explorer mac. Donc, ce navigateur n’a rien en commun avec la version d’internet Explorer pour windows qui lui utilise le moteur trident.

Capture d’écran de IE 5.2 pour mac avec le moteur Tasman 2007_04_12_11_44_internet_explorer_5_2_mac_marfaux.png 2007_04_12_11_45_internet_explorer_5_2_mac_wikipedia.png


Gecko

En 1998, sur la fin de la guerre des navigateurs web, la société Netscape à l’agonie, ouvre le code source de son navigateur à la communauté. Le Projet mozilla est créé, il reprendre le travail sur Gecko pour l’améliorer. A l’aide de toute une communauté de développeur, ce moteur devient en quelques années un des plus performant, et il équipe actuellement toute une famille de navigateur web.

Netscape

Netscape est le navigateur phare de la période de grande expansion des débuts du web. (c’est compréhensible ce que je dis ?? en gros.. 1994 1998) Nestcape est le grand perdant de la guerre des navigateurs. Guerre perdue à cause des pratiques commerciales de microsoft pour imposer IE, mais aussi un peu à cause du manque de volonté de la part des dirigeants de netscape de vouloir implémenter des standards comme css.

Toujours est il que Gecko et toute la famille de navigateurs basés dessus doivent tout à Netscape, et paradoxalement le Netscape actuel doit tout à Mozilla et Gecko, vu qu’il utilise maintenant le moteur développé par la communauté. Toutefois, la part de marché est devenue anecdotique, en regarde des autres navigateurs utilisant Gecko.

Capture d’écran de Netscape 7.2 Gecko/20030208 2007_04_12_11_50_Nestscape_7_2_Gecko_20030208_marfaux.png 2007_04_12_11_51_Nestscape_7_2_Gecko_20030208_wikipedia.png


Mozilla

Mozilla est donc plus ou moins le Netscape de 1998 renommé et rendu opensource. Cependant, depuis, il a fait du chemin. Le moteur s’est beaucoup amélioré. Mais le principe de l’application reste le même: un gros tout en un qui fait navigateur web, client e-mail, irc, aim et web composer.

Capture d’écran de Mozilla 1.7.13 Gecko/20060414 2007_04_12_11_52_Mozilla_1_7_13_Gecko_20060414_marfaux.png 2007_04_12_11_56_Mozilla_1_7_13_Gecko_20060414_wikipedia.png


SeaMonkey

SeaMonkey n’est qu’un renommage de Mozilla. (SeaMonkey 1.0 = Mozilla 1.8). En 2005, la fondation mozilla à annoncé qu’elle avait l’intention de cesser le développement de Mozilla et de se concentrer sur Firefox et Thunderbird qui sont équivalents au tout en un Mozilla, mais dans des applications séparées.

Une communauté de développeur ne voulant pas abandonner Mozilla s’est mobilisée pour reprendre la direction du projet sous le nom de SeaMonkey. La version 1.0 est sortie début 2006.

Capture d’écran de Seamonkey 1.5a Gecko/20060822 2007_04_12_11_54_seamonkey_1_5a_Gecko_20060822_marfaux.png 2007_04_12_11_55_seamonkey_1_5a_Gecko_20060822_wikipedia.png


Firebird

Dès le printemps 2002, un projet expérimental tend à simplifier Mozilla et séparant ses différentes composantes. Le projet ne garde que la partie navigateur web et devient le navigateur web Phoenix. Le 14 avril 2003, pour des raisons de droit des marques, Phoenix change de nom et devient Firebird. En fait, le nom est plus précisément Mozilla Firebird pour faire la distinction avec FirbirdSQL qui est un gestionnaire de base de donnée. Finalement suite à un manque de visibilité à cause de ce problème de nom, le 9 février 2004 Mozilla Firebird devient officiellement Mozilla Firefox.

On peut donc actuellement considérer que ce navigateur est une vieille version de Firefox.

Capture d’écran de Firebird 1.4a Gecko/20030728 2007_04_12_13_43_Firebird_marfaux.png 2007_04_12_13_44_firebird_wikipedia.png


Firefox

Firefox est l’illustre descendant de du projet Phoenix/Firebird, lui même descendant de Mozilla et donc de Netscape… (voir ci-dessus pour les détails) Firefox est actuellement le navigateur en vogue. Actuellement (avril 2007), sa part de marché se situe entre 20% et 30% suivant les statistiques.

Firefox est devenu le produit phare de la fondation Mozilla et c’est également un des logiciels Open Source les plus connu. La grande force de ce navigateur par rapport à d’autres est la possibilité de créer des extensions, ce qui permet de combler tous les besoins des utilisateurs dans le domaine de la navigation web.

Capture d’écran de Firefox 2.0.0.3 Gecko/20070309 2007_04_12_13_47_firefox_2_Gecko_20070309_marfaux.png 2007_04_12_13_48_firefox_2_Gecko_20070309_wikipedia.png


Camino

Camino, à l’instar de Firefox est un projet qui tend simplifier Mozilla pour ne garder que la partie navigteur web de l’application. Comme son demi-frère Firefox, camino a changé de nom, au début, il s’appelait chimera. Camino est vraiment le demi-frère de Firefox, c’est même son grand demi-frère ! En effet, chimera comme FireFox a été conçu par David Hyatt (entre autre). David est un développeur très prolixe, en février 2002, il participe à la création de chimera/camino, puis au printemps il participe au début du projet phoenix/firebird/firefox, et en été, il s’en va chez Apple développer Safari !

Camino est donc le demi-frère de Firefox, ils utilisent tous deux le moteur Gecko. Cependant, Camino est exclusivement conçu pour mac avec les API coca. Il s’intègre donc mieux au mac que firefox. (avantage qui tend à s’effacer avec les progrès fulgurant de Firefox)

Capture d’écran de Camino 1.01 Gecko/20060427 2007_04_12_13_50_camino_1_01_Gecko_20060427_marfaux.png 2007_04_12_13_51_camino_1_01_Gecko_20060427_wikipedia.png


Flock

Flock est un navigateur web qui est issu de firefox. Le but est d’intégrer directement des fonctionnalités dites web 2.0. C’est à dire que flock intègre des outils pour gérer des blogs, que les favoris sont directement importés d’un compte del.icio.us … etc..

Capture d’écran de Flock 0.7.6 Gecko/20060929 2007_04_12_13_54_flock_0_7_6_Gecko_20060929_marfaux.png 2007_04_12_13_54_flock_0_7_6_Gecko_20060929_wikipedia.png


Webkit/webcore

Le webkit est carrément encore un demi-frère de FireFox ou camino. C’est également un création dans laquelle David Hyatt a participé…. et participe toujours ! Mais en même temps, le webkit.. ou plutôt le webcore est plutôt un cousin, car il n’est pas du tout basé sur Gecko et l’héritage Netscape/Mozilla. Le webcore est une création basée sur khtml, le moteur de rendu de du navigateur Konqueror qui lui fait partie du projet KDE d’interface utilisateur graphique pour linux.

Le webcore est le moteur de rendu html-css. Le webkit est un framework qui inclu le webCore et javascriptCore. Le webkit permet à toutes les applications sur mac d’utiliser facilement des technologies web.

C’est Apple qui est à l’origine de projet du webcore/webkit. C’est durant l’été 2002 que David Hyatt à rejoint apple pour développer la base du nouveau navigateur web devant équiper tous les macs. (à l’époque Internet explorer était le navigateur phare aussi sur les mac ! … même si chimera et omniweb commençais à apporter une lueur d’espoir, le monde était bien sombre sous la coupe de microsoft)

Le 7 janvier 2003, Apple annonce Safari et le Webcore/webkit, le même jour la communauté a été informée des modifications faites dans khtml pour obtenir le webcore.

Le webcore est actuellement un des meilleurs moteur de rendu html. Il équipe aussi toute une famille de navigateurs et d’application sur les macs et ailleurs. Le webcore est aussi à la base du navigateur S60 de nokia qui équipe des téléphones mobiles, ainsi que de l’environnement de développement d’application Appollo d’adobe.

Le webcore a aussi permit d’améliorer son parent direct: khtml, et donc aussi la navigation web avec konqueror. (Même si la collaboration ne s’est pas toujours fait sans heurts)

Safari

Safari est sorti en janvier 2003, c’est le navigateur maison d’apple. (mais il ne faut pas oublier la communauté qui est aussi impliquée dans le projet webkit) C’est un navigateur qui est destiné aux macs et qui a permis à Apple de ne plus distribuer Internet explorer sur les macs ! C’est actuellement un des meilleurs navigateurs existant. Il est également capable de lire nativement du pdf.

Capture d’écran de safari 2.0.4 AppleWebKit/419.3 2007_04_12_13_58_safari_2_04419_3_marfaux.png 2007_04_12_13_59_safari_2_04419_3_marfaux.png


OmniWeb

OmniWeb est un navigateur méconnu, mais qui a déjà une longue histoire. La première version est apparue en 1995 sur NeXTStep, puis a été porté sur Mac OSX en 2000. Jusqu’à l’arrivée de safari, omniweb était un des navigateurs phare sur mac (surtout pour les gens ne voulant pas IE).

En février 2003, juste après la sortie de Safari, OmniGroup a décidé d’abandonner son moteur html propriétaire et d’adopter le WebCore comme moteur. OmniWeb est le premier navigateur à intégrer une fonction anti-popup !

Capture d’écran de OmniWeb 5.1.3 AppleWebKit/125.4 2007_04_12_14_01_omniweb_563_66125_4marfaux.png 2007_04_12_14_02_omniweb_563_66125_4wikipedia.png


Shiira

Shiira est un navigateur web qui est à Safari ce que Flock est à Firefox ! Ce qui signifie que Shiira est un navigateur très semblable à safari, mais qui dispose de plein de petites fonctions supplémentaires comme le glissé-déposé pour réorganiser les onglets.

Shiira est développé depuis 2005 par des japonnais.

Capture d’écran de shiira 2 AppleWebKit/419 2007_04_12_14_04_shiira419marfaux.png 2007_04_12_14_05_shiira419wikipedia.png


Sunrise Browser

Sunrise browser est un navigateur basé sur le webkit. Il permet de voir que depuis l’avènement du webkit, il n’est plus très difficile de concevoir un navigateur web pour mac!

Sunrise Browser dispose de fonctions spéciales pour régler l’opacité et la taille des fenêtres.

Capture de sunrise breoser AppleWebKit/ 2007_04_12_14_06_sunrise_browser_marfaux.png 2007_04_12_14_07_sunrise_browser_wikipedia.png


Webkit (presque Safari 3)

Le webkit est continuellement en développement, mais il sort une nouvelle version de safari tous les 2 ans ! Donc pour bénéficier d’une version de safari avec un moteur web des plus récent et performant, il suffit de télécharger la dernière version du webkit.

Il est donc possible de changer tous les jours sa version de safari. (en fait, safari ne change pas, c’est juste le webkit à l’intérieur qui change)

Depuis février 2007 cette version du webkit est stabilisée en vue de l’intégrer tout prochainement à la nouvelle mouture de Mac OS 10.5 qui sortir d’ici peu.

Ce nouveau webkit apporte principalement le support natif de SVG ainsi que la personnalisation des boutons et formulaires via du css et une foule d’améliorations dans le support de feuille de style, css2 et css3. (les bordures arrondie, des images comme bordure de boites, l’affichage de texte multi-colonne)

C’est certainement le moteur html le plus abouti. Il est tout a fait conforme au standard w3c (avec de nombreuses fonctionnalités css2 et css3), passe le test acid2, dispose d’objets provenant du WHATWG comme l’objet canevas, il est capable de lire nativement du pdf et du svg, de plus, il est très rapide !

Capture d’écran de Safari 2 AppleWebKit/522 2007_04_12_14_09_webkit_522_marfaux.png 2007_04_12_14_10_webkit_533_wikipedia.png


Internet Explorer

Cette comparaison ne serait pas complète si j’oubliais de montrer le navigateur qui malheureusement (propos pas du tout objectif smile langue bleue) détient encore la première place dans le classement des parts de marché. (en mars 2007: IE6 42% et IE7 24% selon les statistiques de ce site) Il s’agit d’internet Explorer 6 pour windows. (Il ne fonctionne que sur windows)

J’ai donc du rien que pour l’opération dégotter un pc avec windows pour faire une capture d’écran des mêmes pages de tests sur IE6.

A première vue, il n’y a pas une grande différence me direz vous. En fait, la capture d’écran c’est bien mais pas top ! ça permet de voir certaines choses, mais pas tout. Ici on peut quand même voir que la petite étiquette noire collée en haut à droite du site marfaux est vraiment noire sur IE6 et non transparente comme elle le devrait.

Mais une capture d’écran fixe ne permet pas de voir, qu’IE6 ne supporte par le positionnement fixe relatif à la fenêtre. En effet, si l’on descend dans la page avec l’ascenseur, sur tous les navigateurs ci-dessus (même IE5 mac) l’étiquette reste fixe en haut de la fenêtre et donc visible tout le temps.

Avec IE6, ce site utilise une bidouille (un hack en anglais) pour transformer le positionnement fixe en positionnement absolu. Ce qui a pour effet de juste placer l’étiquette en haut de la page, mais si l’ascenseur descend, l’étiquette n’est plus visible.

Ce qui arrive fréquemment c’est que vu la part de marché d’internet explorer, la plupart des développeurs web (dont je fais partie) renoncent à utiliser (en tous cas à grande échelle) certaines fonctionnalités comme le positionnement fixe et la transparence des images (png et css). (et encore d’autres fonctionnalités)

Ce raisonnement est tout à fait malheureux, car les utilisateurs d’internet explorer ne se rendent ainsi pas compte des grandes lacunes de leur navigateur. Mais ceci est en train de changer. Le succès de Firefox à obligé Microsoft à reformer l’équipe de développement d’internet Explorer qui avait été dissoute en 2001 ! (on remaqure bien ici l’intérêt de microsoft pour le web)

Microsoft a donc ainsi sorti sa riposte à Firefox sous forme d’un nouveau navigateur web: Internet Explorer 7. Il corrige les quelques bugs importants décrit ci-dessus. Avec les mises à jour automatiques, IE7 a considérablement réduit la part de marché d’IE6 (~20%-25%). Cette opération a pour effet d’inverser la donne dans les parts de marché de navigateur web supportant la transparence et le positionnement fixe.

Il n’y a plus que ~42% (peut varier entre 20% et 60% suivants les sites !) des gens qui surfent avec un IE6 et donc ne voient pas la transparence, le positionnement fixe et bien d’autres choses. Au vue de cette statistique, et suivant les sites, il est possible pour les développeurs de se risquer à utiliser les fonctionnalités si longtemps délaissées.

Personnellement, j’espère que beaucoup de développeurs s’y risqueront et que l’effet boule de neige va faire son oeuvre. Finalement le reste du parc d’IE6 installé va paraitre encore plus obsolète (dans certain cas IE7 aussi même s’il vient de sortir !) et que la migration vers firefox (ou d’autres excellents navigateurs) se fera encore plus.

Capture d’écran de Internet Explorer 6: Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 6.0; Windows NT 5.1; SV1; .NET CLR 1.1.4322) 2007_04_13_08_56_IE6_marfaux.png 2007_04_13_08_57_IE6_wikipedia.png

Logiciels pour bien débuter sur mac

Applications pour mac

La vocation de cette page est de montrer les « trucs indispensables » pour bien débuter sur mac…

Indispensable dépend toujours de ce que tu fais avec ton ordi, mais globalement ça donne des idées. (même pour les gens qui ne débutent pas !)

En gros, il y a déjà de nombreuses applications d’Apple installées en standard qui sont très pratiques.

  • Mail pour recevoir et envoyer tes e-mail.
  • Safari pour te balader sur le web. (.. et firefox pour compléter… moi j’utilise les 2)
  • iTunes pour lire de la musique, t’abonner aux podcast des émissions de la RSR ou de canal-Alpha.. ou autres..
  • Carnet d’adresses pour stocker les infos sur tes contacts, imprimer des étiquettes. Il communique très bien avec mail et adium, il ne faut donc pas hésiter à mettre les adresses là dedans. Mail les utilise pour écrire des e-mail et il affiche aussi la photo des gens qu’il connaît quand tu reçoit un mail.
  • iCal pour organiser ton emploi du temps. Il est possible de lui demander d’afficher les anniversaires des gens qui sont dans ton carnet d’adresse.
  • Quicktime player. Permet de lire toutes sortes de vidéos. En ajoutant quelques bibliothèques de codecs supplémentaires comme flip4mac (voir ci-dessous), il est possible d’étendre ce qu’il est capable de lire.
  • Aperçu: C’est l’outil à tout faire avec des images et des PDF. Il est possible de recadrer des images ou des PDF. De faire des copier coller d’extrait. C’est un outil indispensable.
  • TextEdit. C’est un petit logiciel de traitement de texte très basique. Il est suffisant pour écrire des lettres, mais plus, ça devient compliqué. Par contre en lecture il est beaucoup plus fort, il lit plein de formats différents qui n’ont pas grand chose à voir comme les fichiers word et html.
  • iPhoto: pour faire joujou avec tes photos…
  • iMovie pour faire du montage vidéo.
  • iDVD pour graver très simplement un DVD avec un superbe look de ton film que tu viens de monter avec iMovie.
  • La suite iWork. Qui est la suite de bureautique de Apple. Moi je n’utilises pas, car je fais très peu de bureautique. Mais par exemple Antoine est un fan de Pages le traitement de texte. (Pages, Numbers et Keynote) Keynote est superbe, si tu veux faire une présentation fait là avec keynote plutôt qu’avec power point… au besoin tu peux exporter en powerpoint.. mais c’est tellement plus beau et plus facile de faire une présentation avec keynote qu’il serait bête de s’en passer.
  • Dashboard… et tous ces widgets… c’est plein de nouvelles mini applications. La météo c’est sympa. Il y a moyen aussi de mettre là dessus un bout de page web que tu visite souvent. Par exemple, la page météo radar de landi.ch pour voir l’évolution des précipitations dans les 10 minutes.

Après les applications Apple déjà sur ton mac… il y a encore des milliards d’autres applications qui peuvent être très utiles !

 

Voici une liste d’applications open source pour mac qui sont vraiment bien.

http://www.opensourcemacsoftware.org

 

Cette liste est probablemetn plus à jour que le mienne ci-dessous qui date un peu:

 

Voici ci-dessous une liste avec le descriptif, les noms et liens sur quelques applications que je trouve bien.

Bureautique

  • Keynote 4.0.1 (*****): remplace agréablement MS PowerPoint.
  • OpenOffice (*****): L’alternative OpenSource et gratuite à MS office. Traitement de texte, tableur et base de donnée. Ce logiciel est capable de lire tous les formats microsoft. (même les docx que de vieille version de MS office ne sont pas capable de lire) Avec OpenOffice, plus besoin de microsoft.
  • Graphviz:(*****) Ce logiciel est un visualiseur de graphe au format Dot. La technique de création de graphe au format dot est une technique pour geek ! Tout se fait en créant des liaisons entre des chaînes de caractère dans une syntaxe texte. Mais ensuite, l’avantage énorme que l’on a en utilisant graphviz est que le placement des bulles d’un énorme graphe se fait tout seul et de manière très jolie. Il est possible ensuite d’exporter le graphe dans de nombreux formats. (PDF, svg, png, etc..) Omnigraffle est également capable de comprendre le format Dot, vu qu’il utilise graphviz pour faire le placement automatique de graphe.
  • OmniGraffle: (*****) Le logiciel par excellence pour faire de la mise en page de diagramme ou schémas. L’interface graphique d’omnigraffle est un exemple pour tout concepteur d’interface graphique tellement elle est bien faite! Omnigraffle permet d’assembler des images bitmap ou vectorielle avec des blocs de texte. Une de mes utilisation principale de ce logiciel est la création de circulaire sympa pour des camps ou manifestation.

PDF

  • Skim (*****) Lecteur de PDF qui fait pareil qu’Aperçu, mais parfois en mieux et surtout ne tient pas compte des protections des pdf. 😛
  • PDFLab (*****): outils indispensable pour bidouiller du pdf. Très utile pour assembler des pages. Un petit passage d’un pdf protégé contre le copié coller dans pdfLab permet de faire sauter la protection! => plus supporté depuis snow leopard 🙁
  • PrinceXML (*****): outils en ligne de commande (pour geek) qui permet de générer des PDF à partir de document xml, xhtml, svg, mathml. Pour la mise en page, tout est basé sur le CSS. Il comprend très bien les feuilles de style, notamment celle destinée au média print. PrinceXML dispose aussi d’une API en php (et dans la plupart des autres langages) Ce qui permet de l’intégrer dans une application web.
  • wkhtmltopdf(*****): un outil équivalent à princeXML, mais gratuit et openSource. Il est basé sur webkit, le coeur du moteur de safari et de chrome. Donc il connait bien l’html 😀 Mais il manque parfois de quelques fonctionnalités dédiée au média papier que princeXML connait. (les sauts de page, remettre une entête de colonne quand un tableau est coupée). Par contre, il dispose de fonction pour générer automatiquement une table des matière et page de titre qui sont très agréable.

Photo

  • Photomatix: (***) C’est le logiciel de référence pour faire de la photo HDR. Par contre sont ergonomie laisse un peu à désirer !
  • Hydra : C’est l’alternative à Photomatix pour faire de la photo HDR. Un énorme effort a été fait au niveau de l’interface graphique. Il est donc ainsi beaucoup plus agréable a utiliser que photomatix.
  • DoubleTake: (*****) Logiciel d’assemblage de photo pour faire des panoramas. Ce logiciel est superbe, il suffit de glisser la série de photo pour qu’il assemble le panorama. Pas besoin de se préoccuper des angles de recouvrement du nombre de photo il fait tout tout seul ! DoubleTake permet aussi de créer des posters. Il est capable de découper une image pour la répartir sur de multiples pages, ainsi que de fournir des traits de coupe.
  • GraphicConverter: (*****) L’incontournable outil de conversion d’image dans tous les formats ! C’est le seul outils vraiment efficace que l’on a sur mac pour gérer le classement de photo avec des mots-clés IPTC. Le moteur de ce logiciel est vraiment bien et très personnalisable. Cependant, au fil des années l’interface graphique est devenue vieillotte et très peu homogène. Pour gérer des photos, il faudrait le moteur de GC et l’interface de iPhoto ! 😛 L’interface vient d’être refaite, ça va dans le bon sens. Mais je suis un peu perdu dans la nouvelle version ! 😛
  • MacOSaiX: (*****) Ce logiciel permet de faire des mosaïques d’images. On lui fourni une image à reproduire en mosaïque et plusieurs sources de données avec des milliers d’images (dossier, flickr, google image). Le logiciel va piocher dans les milliers d’images à disposition pour les assembler de telle manière à reproduire l’image voulue. Pour se faire une idée voici un exemple. (le calcul peut prendre plusieurs heures suivant les réglages.)
  • Seashore: (****) Petit logiciel de retouche de photo basé sur le code de Gimp, le photoshop libre. Seashore a été conçu dans le but d’être simple. Il s’intègre très bien dans l’interface du mac. Il fournit toutes les fonctions de base d’un logiciel de retouche. (recadrage, redimensionnement, sélection, texte, pinceau, doigt, tampon, dégradé, système de calque, quelques filtres, flou, etc..) Seashore a aussi un module d’importation SVG, ce qui lui permet de piocher dans la superbe bibliothèque d’openclipart.
  • Picasa: (****): Le logiciel de gestion de photo de google. C’est un concurrent de iPhoto. Je lutilise principalement pour faire la synchronisation de mes photos avec le pendant online de picasa, picasaweb. J’ai augmenté mon espace disponible de 1Go à 81 Go pour la modique somme de 20$ par an afin d’avoir un endroit où j’ai toute mes photos online. ça me sert également de moyen de sauvegarde.

Agrégateur de Flux

  • NetNewsWire: (*****) C’est l’agrégateur de flux Atom, RSS par excellence. Il est très complet et personnalisable. Il y a moyen de voir les pages web liées directement dans NetNewsWire, mais sans le flash, ce qui est très pratique pour éviter de faire mouliner le mac à cause de la pub !
  • RSSMenu: (*****) Petit agrégateur de flux atom et RSS qui est très pratique pour être notifié d’une modification sur un site web ou un wiki. Couplé avec Growl, à chaque modification d’un flux, il y a un événement growl qui est fait. Pour chaque flux, il est possible de régler la durée entre 2 rafraîchissement. Par défaut RSSMenu mets à jour les flux toute les 30 minutes. RSSMenu se présentent comme une icone dans la barre de menu.
  • Actuellement, j’utilise surtout google reader, pour la possibilité de pouvoir partager mes lectures intéressantes dans ma liste de partage. Les liens vers mes dernières lectures sont visibles sur la page d’accueil de ce site dans le cadre doré.

Navigateur web

Hormis Safari qui est par défaut sur tous les macs il existe de nombreux autres navigateurs web, voici quelques uns.

  • FireFox: (*****) Basé sur gecko, c’est mon navigateur préféré en terme de fonctionnalité, il comporte de nombreuses extensions utiles. Il devient parfois un peu lent par rapport aux évolutions de safari et chrome. Mais c’est temporaire tellement ça change vite dans le domaine. La barre intelligente est tellement bien que c’est le critère qui fait de firefox mon navigateur par défaut.
  • Camino: (*****) Basé sur gecko, Camino est le grand frère oublié de Firefox. Il est parfois mieux intégré au mac que firefox tout en restant très semblable.
  • Shiira: (****) Basé sur webkit Shiira est clone de Safari.
  • Flock: (****) Navigateur basé sur gecko, il intègre tous les outils pour mieux gérer les réseaux sociaux et site communautaire de photos, vidéo etc…
  • Chrome (*****): Navigateur de google, basé sur webkit. Il est vraiment bien, malgré le fait qu’il ne comprend pas les flux rss par défaut !

Graphisme

  • Inkscape: (*****) Logiciel de dessin vectoriel. Inkscape est le logiciel par excellence pour créer des dessins vectoriels au format SVG. Depuis peu, il permet également d’éditer des PDF. Inkscape se couple aussi directement avec la bibliothèque d’images libres openclipart.org. Avec ce principe d’échange d’image, il devient très facile de devenir un artiste de talent. Il est possible de récupérer des morceaux d’image intéressant un peu partout pour en faire une nouvelle image tout à fait adaptée à ses besoins. (voir à ce propos mon article sur la culture du remix et sur la girafe et le singe qui sont des dessins très populaire que j’ai fait.) Vive les images vectorielles. Seul bémol dans l’utilisation d’inkscape sur mac, c’est qu’il ne fonctionne que dans un serveur graphique X11 et non avec l’interface native aqua, il faut donc s’habituer à faire des copier coller avec ctrl-c et non pomme-c !
  • PixelMator: (*****) Bonne alternative à photoshop.

Réseau

  • Adium: (*****) Excellent logiciel de messagerie instantané qui comprend un peu plus d’une douzaine de protocoles. Ce logiciel est très pratique pour avoir tous ces contacts de plusieurs messagerie dans la même application. Adium s’intègre très bien avec le mac. Il communique avec le carnet d’adresse. Il est possible de dire que l’image du carnet d’adresse provienne de l’image d’avatar des messageries instantanées; ainsi, mes amis peuvent changer eux-même leur image dans mon carnet d’adresse. Il existe une quantité incroyable de plugin et de skin pour adium. Ainsi chacun peu personnaliser ce logiciel à sa guise. Adium utilise intensément les événements Growl ce qui est très pratique. Le seul bémol d’adium est qu’il ne gère pas les vidéos conférences.
  • aMSN: (***) Ce logiciel de messagerie instantanée n’est pas aussi bon qu’Adium (surtout par ce que c’est un clone du clien msn original), mais il a l’énorme avantage de pouvoir gérer les vidéos conférences sur la messagerie MSN.
  • Colloquy: (*****) Pour les vieux dinosaure qui savent encore ce que c’est, Colloquy est un client irc ! (Internet Relay Chat) Forme d’antique messagerie instantanée basée sur des canaux de conversation.
  • CyberDuck: (*****) Excellent client ftp et sftp. Qui s’intègre très bien avec le mac et qui permet de sauver des réglages de connexion.
  • KompoZer: (***) Logiciel permettant d’éditer des pages html de manière visuelle. Il intègre un client ftp ce qui est pratique pour éditer des pages directement sur un serveur.

Vidéo / TV

  • CocoaJT: (****) Ce logiciel est conçu à la base pour télécharger les émissions de tv mises à disposition par certaines chaînes de TV. CocoaJT connaît de nombreuses chaînes de tv à travers le monde, cependant au fil des changements de liens, de nombreuses chaînes ne fonctionnent plus. On remarque de part le monde que c’est la Télévision suisse romande qui est la télévision qui propose le plus de contenu sur internet! Mon utilisation de cocoaJT est surtout pour sa fonction magnéto qui permet d’enregistrer sur son disque dur une émission de tv proposée en streaming au format real media (rm) ou window media (wmv). Pour effectuer un tel enregistrement, il suffit de fournir le lien de la vidéo à la fonction magnéto. Cette adresse peut être obtenue à l’aide du menu contextuel en cliquant sur la vidéo sur le site web officiel de distribution de l’émission. (par exemple tsr.ch)
  • Flip4mac: (*****) Ce plugin quickTime permet de lire des vidéos au format windows Media (wmw) directement dans le lecteur quickTime.
  • Perian: (*****): le couteau suisse de la vidéo suir mac. Il ajoute plein de codec.
  • VLC: (*****) Lecteur vidéo mulimédia libre qui lit tous les formats du divx au DVD! Un indispensable!
  • Miro: (*****) Agrégateur de vidéo podcast et outils de téléchargement de vidéos sur des plateformes comme youtube. Miro tente de montrer un nouveau modèle pour la diffusion et la consommation de vidéos. Avec les podcast, chacun peu concevoir sa chaîne de TV et miro est l’application qui permet de rassembler les canaux intéressants. Miro fait la promotion d’un modèle libre de consommation de vidéo contrairement à ce que les studios de cinéma aimeraient faire avec des batteries de DRM pour enfermer les utilisateurs ! Il faut donc soutenir Miro et rappeler que les studios hollywoodiens se sont construit en plein désert juste pour être le plus loin possible de Thomas Edison et des ses brevets sur le matériel de production cinématographique! Voilà que maintenant les brigands d’autrefois accusent les amateurs actuels de cinéma, pourtant souvent dans leur bons droits, de pirater des films!
  • Zattoo: (*****) Pour regarder la télévision en direct comme devant une vrai TV, mais sur son ordinateur via internet grâce à une diffusion en peer to peer. Zattoo propose un nombre de chaînes variables suivant la localisation géographique. C’est en suisse que nous avons le plus grand nombre de chaine de TV. 😀

Musique

  • Last.fm: (****) Client officiel de scrobbling pour le site communautaire de musique last.fm. Les statistiques de musique que l’on écoute dans iTunes sont envoyées sur son compte last.fm. Il est possible d’écouter sa playlist en streaming. Seul bémol, ce client officiel n’utilise pas les événements growl. (last.fm est devenu payant depuis avril 2009 🙁 )
  • iscobbler: (*****) Alternative au client officiel spécialement développé pour mac. Il utilise les événements growl et dispose d’une fonction de présentation des statistiques d’écoute très bien faite.
  • iEatBrainz: (****) Ce logiciel permet de remplir automatiquement les ID3Tag des fichiers mp3 grâce à une base de donnée de musique. En gros, ce logiciel écoute votre musique et remplit les méta-données si il reconnaît le morceau !

Maintenance du Mac

  • Monoligual: (*****) Mac OSX et les applications qui peuplent votre mac sont souvent multilingues. Un paquet du genre monapplication.app est dossier qui contient de nombreux fichiers d’interface utilisateur dans toutes les langues. Etant donné que je parle couramment français, anglais, allemand, espagnol, mandarin, suomi, magyar, turc, klingon et polonais… 😉 Il est justifié que j’utilise des applications dans chacune de ses langues. Pour tout les gens qui n’ont pas la chance de parler 54 langues, il est possible de supprimer les langues que l’on utilise pas pour gagner de l’espace disque. Il est conseillé cependant de toujours garder l’anglais qui est souvent la langue principale de l’application. Après une installation à neuf, comme les petits ruisseaux font les grandes rivières, il est possible de gagner environ 1Go de mémoire sur le disque dur après un passage de monoligual. Il ne faut pas oublier de relancer de temps en temps l’application; lors des mises à jour les langues inutiles reviennent !
  • Disk inventory X: (*****) Cette application permet de voir, avec des blocs de couleur, le contenu du disque dur. La couleur des blocs dépend de du type de fichiers. Il est ainsi possible de repérer les gros fichiers inutiles et de les supprimer si besoin. C’est comme ça que je vois que la moitié de mon disque dur est remplis de photos !
  • Onyx: (*****) Permet d’effectuer de nombreuses tâches de maintenance du mac comme la réinitialisation de l’index spotlight, ou le lancement manuel des scripts de nettoyage.
  • Carbon Copy Cloner: (*****) Comme son nom l’indique cette application sert à cloner un disque dur sur un autre. On l’utilise régulièrement couplé avec l’assistant de migration pour mettre à jour le système et les applications d’une machine.

Autres

  • Roméo: (*****) Permet de piloter un mac à l’aide de son téléphone portable via bluetooth.
  • Stellarium: (*****) Merveilleux logiciel de planétarium. Permet de voir en temps réel ou au moment et lieu voulu le ciel étoilés. Ce logiciel OpenSource est utilisé dans des planétariums. Il permet de se former à l’astronomie ou de regarder une éclipse que l’on aurait loupé !
  • Tunnel: (****) Version mac du jeu phare sur les calculatrice HP48 de pilotage d’un bolide dans un tunnnel. Le jeu en soit n’est pas très intéressant. Les graphismes sont minimalistes au possible. Mais ce qui est intéressant dans ce jeux c’est qu’il se pilote en inclinant son MacBook !! En effet, il se base sur les informations de l’accéléromètre qui détecte choc pour protéger le disque dur en cas de chute du mac !

Cartographie

  • GPSBabel: (*****) Permet de communiquer avec n’importe quel GPS et de convertir des dizaines de formats utilisé avec des GPS. Un des exemples les plus pratique est la conversion d’un fichier trace GPS du format GPX au format KML pour le voir avec Google Earth. Ainsi pas besoin d’avoir la version payante de Google Earth pour afficher les traces enregistrées avec son GPS.
  • GoogleEarth: (*****) Le fameux logiciel de google pour voir la terre (et le ciel) sous toutes ses coutures! Il est ainsi possible à l’instar d’une université allemande de faire une statistique sur l’orientation la plus courante des vaches. Où plus sympa, de regarder son parcours à ski tracé à l’aide d’un GPS et converti avec GPSBabel.

Pour s’intéresser un peu à la communauté autour du Mac et d’Apple. Il y a le site: http://www.macgeneration.com

Qui est quasi la référence en français.