notion d’échelle

Notion d’échelle

  • la notion d’échelle
  • la récursivité
  • les fractale
  • les équilibres immuables

.. plein de chose de même nature qu’il faudra que j’étudie..

Notion d’échelle

plus on zoom sur une étoile dans le ciel plus on on observe qu’en fait ce n’était pas une mais plusieurs étoiles..

c’est le cas pour l’étoile polaire. Donc le flou qui est ainsi créé est une limitation de la quantité d’information par masquage d’échelle.

C’est le zoom qui nous permet de changer d’échelle et donc d’obtenir de nouvelles information. => la notion d’échelle est en relation avec l’information.

notion d’échelle dans la sagesse des massses

Le lien hypertexte fonctionne de manière fractale. Derrière chaque lien peut se cacher un réseau complet.

C’est amusant d’observer comment les gens remplissent les places assises dans le tram. C’est la même méthode que le remplissage des couches électroniques des atomes !!! Comme quoi.. peu importe l’échelle, les schéma sont toujours les mêmes.

Les systèmes politiques démocratique sont également conçu selon un système d’échelle. Il y a toujours un représentant d’une partie de populations. C’est un masquage d’échelle de la masse.

Pour ce qui est d’une langue c’est souvent aussi le cas.. un mot n’est que l’abstraction d’une idée.. c’est le représentant de l’idée qui agit par masquage de toute la complexité des idées qu’il y a là derrière…

On remarque bien ce phénomène sur le web avec les liens hypertextes, je peux donner un simple mot pour exprimer une idée, et si l’idée n’est pas connue du lecteur, il y a moyen d’avoir une explication. Par exemple je peux parler de fractale et si l’on clique sur le mot, c’est la page de wikipédia expliquant ce qu’est une fractale qui s’affiche.

Les mathématiques sont des construction dans le même genre. On crée des postulats… ont les tritures dans tous les sens pour vérifier leur validité.. et ensuite si la validité est avérée, on obtient un théorème. Ca devient une vérité inébranlable.

Puis on recommence à l’étage en dessus.. à une autre échelle. On mélange des théorème pour en faire de nouveaux.

La forme

Tout est en relation avec la notion de forme, de paradigme, de modèle, de schéma de base etc…
On reconnait les différentes échelles d’un système fractale par leur forme identique.

Un réseau de neurone fonctionne sur le principe de reconnaissance de forme. Les informations d’entrées fournies par les différents capteurs d’un réseau de neurone ne donne de résultats pertinents en sortie que si ces informations corresponde à un schéma connu.

L’intelligence est donc les fait de pouvoir adapter une forme, un schéma, un paradigme d’une situation à une autre situation.

Cette situation à pour corrolaire le fait que pour être intelligent il fait connaître le plus grand nombre posssible de modèle, de forme, de paradigme. D’où viennent ces paradigmes ? Sont ils inné ? Peut-on les apprendre ? Ou est-ce un mélange des deux ?

21 Jan 2007 : 15:15

La perspective

Pourquoi est ce que l’on voit ce qui est loin plus petit que ce qui est près ?
C’est une manière de prendre de la place dans notre espace visible. Plus un objet prend de la place, plus il a de l’influence sur nous. Donc, ce qui est près a de l’influence.
Une étoile lointaine à moins d’influence sur nous que le gros chien avec des grosse dents juste devant soi. Même si le chien est plus petit que l’étoile !

Notion de réseau

La notion de réseau

Voici quelques idées notées avant qu’elles ne s’envolent…

  • La notion de réseau est de plus en plus présente..
  • les structures hiérarchiques disparaissent
  • les entreprises modernes s’organisent en structure à plat et plus hiérarchique
  • les associations qui avaient toutes une hiérarchie: président, caissier, secrétaire, se transforment en réseau de commission, de groupes de travail.
  • le web est un réseau de lien hypertexte
  • toutes les infrastructures importante d’une civilisation sont des réseau. Route, train, communication, eau, électricité, commerces…
  • c’est le reflet de notre pensée associative issue de la structure en réseau de notre cerveau.
  • pour organiser les données du web, on utilise de moins en moins de structure de taxinomie fixe. On utilise des tags, des mots-clés. Quand tous ces tags attribués de manière personnelle à des ressources sont mis en commun, on fait ressortir les liens les plus pertinent. C’est le principe de la folksonmie. C’est une structure fractale.
  • le réseau est UN. C’est un tout. Tout est UN. Mais il a une forme mouvante. Plusieurs chemins linéaires sont possibles dans le reséau. Ce même UN est visible sous plusieurs facettes.
  • On ne le voit pas toujours au premier abord, mais une carte est un réseau. C’est une manière de positionner des éléments par rapport les uns aux autres. Il y a toujours un système de coordonnées. Il est souvent relatif. Une maison est entre la route et la forêt, après la rivière. Même les coordonnées absolues ne sont qu’une manière de se positionner dans un réseau de maillage géodésique.
  • La monnaie est une struture hiérarchique. Elle pose beaucoup de problème pour s’adapter aux échanges. Il en manque toujours plus, ce qui crée les crises économique. Notre manière de créer l’argent uniquement par le crédit bancaire est une mauvaise manière. Il faut trouver un moyen de décentraliser la création monétaire. Prochainement on va certainement arriver dans un monde où les différentes monnaie vont proliférer. Fini la monnaie unique !
  • étrangement, quand des idées se forment dans la struture en réseau de mon cerveau, je sais qu’elles sont là. Je sens qu’il y a quelque chose, qu’il y a plein de lien. Mais pour vraiment m’en rendre compte. Je suis obligé de parcourir le graphe. De choisir un chemin linéaire qui va vraiment cristaliser les idées sous jacentes dans un même ensemble. Finalement je crois que je catégorises toutes ces idées dans un même groupe, avec le même tag. Je crée des liens entre elles.
  • le flux chronologique des événements est uen manière quasi automatique de lier des idées entre elles. De former un liens, un même groupe entre plusieurs idées, événements. ça c’est passé au moment où je faisais ça… Je remarque que j’ai une manière de mémoriser qui est très liée au flux temporel. Je lie facilement les choses de manière temporelle car c’est une liaison automatique. Naturellement les factures s’empillent de manière chronologique sur mon bureau !
  • un réseau est une structure fractale. Un seul lien cahe un réseau entier.
  • faut il un leader ? La structure hiérarchique a toujours un chef qui a un lien avec tous les éléments (souvent unidirectionnel). Dans une structure en réseau, il n’y a plus vraiment de chef, de leader. Est ce que c’est un manque ?
  • Au 19ème puis au 20ème siècle, on voit l’émergence d’Etat nation. Un Etat s’impose sur une région. On crée des frontières très fortes. L’Etat est une hiérachie, il impose des lois uniques et une administration unique. Puis on a choisi une langue unique pour communiquer entre les citoyens et l’administration. Pour le commerce, on a imposé une monnaie unique. A cette époque on a créé une structure très hiérarchique pour succéder à la structure hiérarchique souple du moyen âge où il n’y avait pas de hiérarchie absolue, mais une hiérarchie faite de liens entre des suzerains et des vassaux. A la find u 20ème siècle et au 21ème on observe gentiment un retour à ce modèle réparti. Les patois locaux sont réintroduit comme langue officielle, des régions et parlement régionaux sont créer. Il y a de plus en plus un modèle de région autonome. On observe une multitude de revendication d’indépendance de pays tout petits. En ex yougoslavie, ces petits pays sont une réalité. Pour la bretagne et certaines parties d’espagne ce n’est que partiel et pour la chine c’est tout à fait hors de question. (ex: ouigour et tibet). En afrique, un redécoupage politique par région ethnique et non selon le découpage arbitraire de la colonisation serait certainement mieux pour tous.
  • Une structure en réseau englobe une structure hiérarchique qui n’est qu’un cas particulier d’un réseau ! Donc un leader n’est qu’un noeud de réseau qui a, à un moment donné, beaucoup de liaison.
  • La mode est aux réseaux sociaux tel que facebook. Je vois facebook comme un média moderne. Un média en réseau. Au lieu de s’abonner à une seule source hiérarchique. On s’abonne aux sources que l’on veut. Chacun peut diffuser de l’info c’est ça l’avantage. Ce principe n’est pas nouveau. Un agrégateur de flux fait pareil en plus ouvert. Cepedant, facebook propose une manière simple de faire plusieurs sortes de lien. (tag dans les photos, commentaires sous les publications) Demander à quelqu’un de s’abonner à facebook est plus simple que de lui expliquer le fonctionnement d’un agrégateur de flux, d’avoir un blog et de faire des trackback. Mais en fait c’est pareil !
  • la pensée crée le monde, car elle crée une relation entre toutes les pensées sous-jacentes. Elle fait émerger une modèle qui existait déjà mais qu’il n’étais pas focrément visible.
  • La création d’énergie a été très centralisée avec l’arrivée des centrales nucléaire. Actuellement il faut que l’on apprenne a décentraliser notre production d’énergie. Il faut que l’on produise le plus possible localement avec des microcentrales hydroélectrique, des mini éolienne et des panneaux solaire.
  • un réseau n’est rien sans un chemin pour le parcourir. Sur le web il y plusieurs moyen d’obtenir un chemin. Ce sont les moteurs de recherche, les flux atom des blog et sites que l’on suit et les recommandations de nos amis sur les réseaux sociaux.
  • la civilisation aborigène est une civilisation nomade. Chacun parcours la terre, le réseau, en suivant ce que raconte une chanson. La chanson peut changer au fil des rencontres, on peut copier un bout de chanson pour aller se balader ailleurs.

 

 

Voici un commentaire que j’ai fait sur le blog de Thierry crouzet

« Faut lire Semprini… il répond pas mal… La troisième partie de mon livre parle de l’individuation. »

Je vais commander la société des flux de Semprini, mais faudra attendre un peu… Je ne le trouve qu’en version papier. A l’état solide! 😉

Par contre j’ai téléchargé la première partie de l’alternative nomade et je l’ai lue sur mon bouquin électronique. Merci de faire une telle version c’est très agréable à lire.

En lisant ce livre j’y a mieux compris ce qu’est le Flux avec un F majuscule. Je ne suis pas certain que tout le monde comprenne vraiment dès le début ce qu’est le Flux. (comme on le voit avec Daniel Schneidermann dans la ligne jaune, qui dit qu’il n’a rien compris. Mais je pense qu’il n’a pas tout tort. Il faut comprendre le terme pour ensuite comprendre ses implications.)

Le Flux est décrit parfois comme un écosystème et parfois une époque ou même un concept. C’est là que la confusion se fait pour moi.

Dans ma compréhension, je vois le Flux tout d’abord comme un réseau. Ainsi on peut expliquer la mort de l’ancien modèle hiérarchique qui impose des lois strictes. Le modèle en réseau réparti englobe le modèle hiérarchique. Il va plus loin. C’est, je pense, une manière d’expliquer que ce nouveau modèle de Flux va plus loin.
C’est à l’image de ce que l’on apprend en cours de programmation: la structure de donnée en graphe est la généralisation de l’arbre. Avec le graphe on englobe l’arbre.

Si j’avais écrit ce livre, j’aurai certainement parlé de réseau plutôt que de Flux. Ceci principalement pour éviter des confusions avec les flux rss et atom. Mais le mot Flux a aussi un avantage par rapport au mot réseau. C’est qu’il apporte une connotation de mouvement. Ce qui permet facilement d’expliquer que ce mouvement est du aux propulseurs. (terme que je trouve très bien)

Pour moi, le réseau est unique. Il est en constant changement, mais c’est comme si il n’existait pas tant que l’on n’as pas de moyen de le lire. La première fois que j’ai débarqué sur le web j’étais très excité… mais je ne savais pas quoi aller voir.. où?
Alors on m’a aiguillé sur altavista qui était le moteur de recherche populaire du moment mais pas très pertinent. Puis l’annuaire de yahoo était plus pratique pour trouver du contenu pertinent et ensuite google et son pagerank a encore augmenté la pertinence et maintenant ce sont facebook et twitter qui commence a être les portes d’entrées du web.

Le réseau est unique, mais les chemins pour le parcourir sont infini. (les chansons des aborigènes. Très bonne image!)
Pour moi, ce sont ces chemins que j’appelle des flux. Car ce sont souvent des flux rss ou atom. (anciennement ce sont des moteurs de recherche et dans la structure en réseau ce sont les recommandation de nos amis ou de sources connues.) Les propulseurs sont les nomades du web qui laissent des traces sous forme de flux.
C’est probablement pour ça que ce terme de Flux ne me convient pas très bien. Car ça entraine que le Flux est composé de flux!

Pour l’aspect mystique, dans les religions orientales, il y a souvent une notion que dieu est tout, qu’il est UN et mais qu’il a de multiples avatars et que tout est lié. C’est typiquement le même sujet que celui dont nous parlons. Nous sommes dans un réseau unique mais qui a plusieurs facette suivant comment on le parcours. Tout est lié.

Suite à cette lecture, je comprends maintenant la notion d’individuation qui est inhérente à la fluidification. Effectivement si l’on est un vrai nomade qui s’intéresse à tout. Avec un grand nombre de sources on est capable de se forger sa propre opinion et d’être fidèle à soi même. On est capable d’être l’original et de ne pas chercher à être la copie. C’est très bien. C’est le seul moyen d’être un libre penseur. Librement influencé par de nombreuses sources.

Cependant, pour en revenir à la notion de temps. J’ai l’impression que le fait d’individualiser les repas ou tout autre moment collectif casse des liens sociaux avec des milieux différents qui pourrait nous apporter une ouverture d’esprit. Le risque du réseau de source que l’on se choisi soi-même est de ne suivre que les infos de son propre milieu, de devenir homophile.

L’avantage du média hiérarchique est qu’il impose à notre connaissance des points de vue différents du notre, ce qui permet parfois de sortir de sa tour d’ivoire pour regarder le monde tel qu’il est en absolu.

C’est un risque, mais je crois qu’il dépend aussi de l’ouverture d’esprit d’une personne et pas uniquement du média.

Voilà, c’était l’avis d’un habitant d’un village suisse où l’on mange encore tous en même temps, à midi, et où tous les jours je souhaite un bon appétit aux gens en fin de matinée !