Bientôt la fin du pétrole ?

Bientôt la fin du pétrole ?

Depuis le temps qu’on l’annonce, est ce que l’on arrive bientôt vers la fin du pétrole ?

Est-ce qu’il y aura prochainement un nouveau choc pétrolier ?

Voici quelques éléments d’information et des réflexions qui permettent de faire le point sur la situation.

Début 2005, le film « 2013, la fin du pétrole » est sorti. Il montre ce à quoi pourrait ressembler une brusque fin du pétrole dans notre société… Dans le film, la date de cette fin du pétrole est le 3 janvier 2013…. C’est tout bienôt. Est-ce que ça se confirme ou pas ?

Voici la premières partie de ce film sur dailymotion:

Le film est en 3 parties:

Le synopsis du film est basé sur le fait qu’un gros attentat sur un certain nombres de points stratégiques d’approvisionnement en pétrole paralyse temporairement l’économie mondiale.

Ce choc pétrolier soudain révèle qu’en fait les réserves de pétrole étaient sur évaluées et donc que la fin du pétrole est toute toute proche sans que personne ne rende compte.

Est-ce que ce scénario est plausible ??

Plus j’y réfléchi, plus je me dit que ce n’est pas le moins improbable !

L’idée de départ est assez astucieuse, contrairement à d’autres films qui montrent la fin du pétrole sans dire comment on il disparait du jour au lendemain. (Je pense particulièrement à « Scénario catastrophe et si le pétrole venait à manquer? »  Je trouve que ce film a une vision très américaine. Il manque plein de paramètre et est peu plausible.)

Est-ce que les réserves de pétrole sont sur-évaluées ?

Effectivement les chiffres des années 1980 montrés dans le films sont exact. L’irak a bel et bien doublé ses réserves du jour au lendemain sans trouver de nouveaux puits !

Saddam Hussein était en pleine guerre avec l’Iran. Il avait besoin d’argent et de soutiens ! C’était un moyen facile pour obtenir tout ça.

Depuis, la guerre est finie et les deux suivantes aussi !!! Mais la situation de la transparence des réserves du moyen orient n’est toujours pas claire. Parfois on nous parle de 2/3 des réserves mondiales… et d’autres sources pensent plutôt avoir la moitié voirun tiers provenant de cette région…. dur dur…

Le problème provient souvent des définitions. Qu’est-ce qu’une réserve prouvée ? Quand il y a un puits qui l’exploite comme aux usa ? Quand il y a une certitude, mais pas de puis commen en arabie séoudite, ou quand on a des sables bitumineux à disposition comme au Canada et au Vénézuela ?

La situation n’est vraiment pas claire….  du coup le scénario de sur-estimation massive des réserves me parait assez plausible !

Ce qui est certain, c’est que le pic du pétrole conventionnel est derrière nous ! Nous l’avons probablement passé en 2006.

Et bien souvent, personne n’y a rien vu sur le moment.

(Voir les prévision toujours plus à la baisse de Total.)

Mes notes de recherches

Quelles sont les réserves mondiales de pétroles ?

Page wikipédia intéressante:

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_p%C3%A9troli%C3%A8re

Entre 1859 et 1968, la consommation totale de pétrole fut de 200 milliards de baril (31 km3). En 2006, la consommation mondiale approche les 30 milliards de barils par an2.

On est à 35% des réserves de tout le pétrole qu’il y a a pu avoir sur cette planète…
=> donc, il reste du pétrole pour combien de temps ??

Securities and Exchange Commission surveille les estimations. Shell a du réévaluer ses réserve en 2001-02

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_r%C3%A9serves_de_p%C3%A9trole_prouv%C3%A9es

la version 2011 de la cia n’indique pas la même chose !

https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/rankorder/2178rank.html => vénézuella 211 milliards….  => chavez joue avec 85 milliards !

  • Vénézuela : 296 milliards de baril => 25% réserves mondiales
  • Arabie séoudite: 264 milliards de baril => 19%
  • canada 12%
  • irak + iran + koweit + EAU = 37%
  • russie = 5%

En fait ces points stratégiques de la polique du pétrole en afrique ne représentent pas grand chose:

  • Nigeria = 2.69%
  • Tchad = 0.11%
  • Soudan = 0.49%
  • angola = 0.97%

=> brésil: en 2010 découverte de gisements offshore géants…  ex: libra: ~8 à 25 Gbbl !

2009: 14 milliards de barils…. => 2014 (le temps d’officialiser) => 35 milliards de barils pour le Brésil !

La saudi Aramco est la compagnie qui contrôle les plus grandes réserves de pétrole mondiales.

Les réserves sont des actifs pour les compagnies pétrolières. Ainsi elles ont tout intérêt à annoncer des grandes réserves. C’est là que la Securities and Exchange commison (SEC) des USA tente de vérifier les réserves. Mais cette commission ne peut pas tout vérifier. En russie il y a un même principe, mais une autre agence !

Les réserves du canada sont passées d’un coup de 5 à 179 milliards de baril juste en faisant une méthode de comptage différent: en incluant les sables bitumineux qui sont maintenant exploitable grâce à l’augmentation global du coût du baril et quelque amélioration technologique. (on estime qu’il faut au moins un baril à 20$)

La technologie a permit de réduire le coût du baril de 30$ à 10$ … et voilà…

L’Alberta est riche en pétro dollars…

Schiste bitumineux… après le pétrole conventionnel et les sables bitumineux

http://fr.wikipedia.org/wiki/Schiste_bitumineux

En plus des sables bitumineux, il y a les schiste bitumineux (qui ne sont pas des schistes !) Les USA sont riches en schiste bitumineux (1000 milliards d’équivalent barils), mais leur extraction est une catastrophe environnementale, (on peut obtenir 40l de pétrole par tonne de roche !)

Ains il ne sera pas exploité avant d’avoir fini d’exploiter les sables bitumineux de l’Alberta….

Avec l’ALENA, il est facile pour les USA d’avoir accès au marché canadien. Donc tout va bien.

Enfin, si les chinois piquent pas tout… ils ont déjà investi dans un pipeline pour obtenir le pétrole canadien..

Ce type de schiste bitumineux est répandu dans le monde. Notamment en europe. On en trouve surtout en estonie. Ce type de source d’énergie a déjà été utilisée en france et en Ecosse à la fin du 19ème siècle.

Les réserves de schiste bitumineux sont plus grandes que les réserves de pétrole… donc on peut encore tenir un siècle de plus à griller des énergies fossiles… mais ce sera au prix d’une dégradation encore plus grande de l’environnement !

…. et surtout, j’ai l’impression qu’économiquement le charbon sera plus avantageux !!

.. à moins que l’on passe enfin au solaire !

——-

Voici quelques informations complémentaires à propos de l’augmentation exponentielle de la production de gaz et de pétrole de schiste aux USA… certains y voient l’autonomie énergétique des USA d’ici 2020…  la solution pour repousser très loin de pic de pétrole…  et d’autres voient déjà la fin et ceci par une bulle qui va éclater très rapidement en faisant effondrer les capitaux financiers qui auraient permi de faire une transition vers des énergies plus propre…

Vénézuela

Le vénézuela est semble-t-il premier ou second pays en terme de réserves de pétrole. Mais cette affirmation n’est pas totalement confirmée. La société nationale de pétrole du vénézuela n’envoyant plus ses données à l’autorité de contrôle US, la SEC. Ainsi les estimations peuvent très bien être des moyens pour Chavez de faire croire qu’il est plus important que ce qu’il n’est !

Le principe de ces estimations est du même genre que pour le canada et ses sable bitumineux de l’Alberta. Au Venezuela on a les sables de l’Orénoque.

Il est toujours difficile de dire si se sera vraiment exploitable ?

Toujours est il que le Vénézuela reste un des principaux (2ème ou 3ème) fournisseur de pétrole des USA.

Un nouveau choc pétrolier va-t-il arriver ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_choc_p%C3%A9trolier

Le premier choc pétrolier du début des années 1970 est une combinaison de facteur.

C’est tout d’abord un changement de système monétaire !  En 1971, la convertibilité en or du dollar est abandonné. Ce qui fait dévaluer cette monnaie et donc chuter les gains des pays producteurs de pétrole.

Puis, c’est également en 1971 que les états-unis ont passé leur pic de production de pétrole. C’est donc à cette période que le plus grand consommateur et producteur de pétrole perd son autonomie. Les importations de pétrole commencent.

Suivant ce constat en 1973, l’OPEP décide de montrer sa force en augmentant les prix de 70% et en imposant un embargo en réaction au soutiens occidental d’israel.

Les facteurs majeurs de ce choc sont des événements se déroulants sur plusieurs années. L’événement de moindre influence est cet embargo.

Mais étrangement, les causes sont perçues à l’envers !

C’est l’embargo de 5 mois qui semble être la cause principale. C’est tout simplement par ce que l’on peut mettre une date sur un événement soudain qui change tout.

Le prix du pétrole quadruple en 5 mois. C’est la fin du monde !!!

Cette augmentation du prix globale est aussi une excellente nouvelle pour permettre l’exploitation rentable de pétrole de gisement geostratégiquement mieux placé mais technologiquement moins bien placé !

On parle surtout des gisement offshore. (du golf du mexique par exemple)

Certains disent que cette augmentation du prix a été soufflée au roi Fayçal à travers James Akins.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Deuxi%C3%A8me_choc_p%C3%A9trolier

Le second choc pétrolier est du à la révolution islamique en Iran. (1979)

Cet événement fait doubler le prix du pétrole.

On observe ainsi que les choc pétroliers sont surtout des coups médiatiques apporté par un événement extraordinaire lié, mais pas forcément de grande influence.

Cet événement met en lumière un problème de fond et souvent on lance une rupture technologique depuis ce moment.

C’est suite aux chocs pétroliers que la France a opté massivement pour l’énergie nucléaire. (qui en fait ne résout rien aux problèmes de dépendance au pétrole !)

On remarque que l’accident nucléaire de Fukushima a également été un choc qui a fait changer la politique nucléaire de quelques pays. (notamment la suisse. La conseillère fédérale Doris Leuthard était d’abord favorable à la construction de nouvelle centrale nucléaire, puis elle a décidé d’abandonner le nucléaire !)

On retrouve ici le principe de la stratégie du choc pour faire avancer les choses ! (clin d’oeil à Naomi Klein et la stratégie du choc)

J’ai commencé cette page en novembre 2012… et voilà qu’en janvier 2013. On parle pas mal du détroit d’Ormuz, cette petite bande de mer qui voit passer 17 millions de Baril de pétrole par jour, soit 22% de la consommation mondiale actuelle.

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/le-detroit-d-ormuz-cristallise-les-inquietudes-de-l-institut-francais-du-petrole.N190633

Il semble que l’iran s’intéresse pas mal à la région et qu’on y observe des mouvements de troupe !

J’avais déjà entendu Yves Cochet parler du détroit d’ormuz dans une conférence au parlement européen en novembre 2012. Si les iraniens décident de miner le détroit. On est devant une crise majeur du pétrole dans le monde !

Dans cette même conférence,  , indique que l’union européenne a des réserves de pétrole pour 120 jours. Voilà donc le temps qu’une crise pétrolière ne doit pas excéder !

Démographie de l’Arabie séoudite

Il y a une chose dont je n’avais encore jamais entendu parlé et qui a été évoqué au début de cette conférence au parlement européen en novembre 2012. C’est le fait que l’arabie séoudite est un des principaux consommateur de pétrole. Pour eux, ce n’est pas grave, c’est également un des principaux producteur. Mais ce qui change la donne, c’est que la population de ce pays est en pleine explosion. Ainsi le pays deviendra de moins en moins exportateur !

=> Donc ça change la donne pour les autres. Même s’il existe des réserves importante. Peut être qu’elle ne seront pas disponibles quand même.

A mon avis les facteurs politiques sont nettement plus fragiles que les bête calculs… on a des réserves… et voilà on les réparti partout. Quand une ressource devient rares, on sait très bien que ça réveille, les nationalismes. Que l’on ne partage plus !

=> à creuser !

Le coût de l’inaction

Souvent on comptabilise le coût d’un investissement. Mais rarement, le coût de l’inaction. Si l’on ne fait rien est-ce que ça ne va pas nous coûter plus cher ???

Dans cette conférence au parlement européen, on nous dit qu’en 2000, l’europe consacrait 1% de son PIB pour importer des énergie fossile pour faire tourner l’économie. En 2011, cette part est passée à 4%. L’europe est de plus en plus dépendante en énergie de l’extérieur. Surtout de la Russie !
On passe de 100 milliards en 2000 à 500 milliards en 2011. Ainsi on peut dire que l’économie européenne à perdu un flux financier proche de 40 milliards par années ces 10 dernières années.

Est-ce qu’avec tout cet argent, on aurait pas mieux fait de financer la transition ? D’isoler les batiments. On peut aisément économier 60% de l’énergie d’un batiment en l’isolant !

Noé n’a pas construit son arche sous l’eau !!! Il faut agir en avance !

D’ailleurs, d’après les simulations faite en wallonie, il ressort que la formation des corps de métiers capables de faire ces isolations, de concevoir des batiments zéro énergie est primordiales. La formation ça prend du temps. Il faut agir tout de suite.

Dans les autres simulations faite en wallonie, on remarque que si l’on rapproche la population de son lieu de travail. On évite beaucoup de déplacement inutile et on économise ainsi 20% d’énergie !

L’effet de la relocalisation n’est donc pas négligeable.

C’est un facteur important de la transition.

Conclusions

Le scénario du film me semble tout à fait plausible sur le choc qu’un événement soudain peut provoquer. Je pense que la fin du pétrole conventionnel est beaucoup plus proche que ce que la plupart des gens ne pensent.  Vers 2020 ?

Les compagnies pétrolières sont déjà en train de passer à la suite en passant à l’exploitation du pétrole des sables bitumineux.

Mais ensuite, on va très vite arriver au bout de ses réserves. Depuis le premier choc pétrolier, le prix du pétrole ne cesse d’augmenter, ce qui permet à des réserves inexploitable économiquement de le devenir.

Mais jusqu’à quand cette logique peut tenir ?

J’ai l’impression que l’on va faire le pas du pétrole issu de sable bitumineux, (c’est déjà en cours) mais qu’enseuite passer le pas du schiste bitumineux ne sera pas possible.

A ce moment, il y a deux options. Soit le solaire devient vraiment un acteur majeur dans l’énergie. Soit le charbon augmente largement sa place.

Il ne faut pas oublier que 40% de l’électricité mondiale est déjà faite avec du charbon. Ainsi, va continuer, ce qui est une catastrophe pour les émissions de gaz à effet de serre. Le charbon émétant du méthane lorsqu’il brûle, ce gaz a 20 fois plus d’effet que le Co2 sur l’effet de serre !!

Pour passer le cap de la fin du pétrole dans l’automobile, on va remplacer moteur à essence par des moteurs électrique. On aura des abonnements mobilité. On choisira le véhicule adapté à chaque usage. On aura des voitures électriques pour les trajets quotidiens et des hybrides pour les grandes distances. (peut-être aussi des voitures à gaz. En argentine au début des années 2000 c’était courrant pour contourner le pétrole)

La voiture électrique à l’avantage de se passer de pétrole… mais ne se passe pas de combustible fossile… Derrière il faut bien faire l’électricité. A l’échelle mondiale se sera de l’électricité au charbon. La France sera le seul pays à avoir une source majoritairement nuclaire…  mais le parc actuel ne suffira pas ! … Les centrales à gaz vont proliférer ces temps surtout dans les pays anti-nuclaire.

Bref.. l’avenir est à la voiture au charbon !

Mais je préférerai largement la voiture solaire…. le vélo… et j’espère que cette époque sera là aussi pour mettre en avant se genre de solutions.

Il y a plein de choses qui se font dans le solaire ces derniers temps. Le photo voltaique n’est pas le seul moyen d’utiliser l’énergie du soleil.

Des pistes intéressantes arrivent ces temps avec notamment la « Photolyse ». Le soleil est utilisé directement pour séparer l’hydrogène de l’eau. Ainsi, on obtient de l’hydrogène que l’on peut stocker et l’utiliser quand on veut dans une pile à combustible.

Peut être qu’une partie du monde roulera à la voiture à hydrogène produit par des panneaux solaire ?

Un prochain événement déclencheur ?

Quand au prochain choc, difficile de savoir quand et que sera-t-il ?

On a eu des chocs pétroliers, des chocs nucléaires….  quand est-ce que le solaire prendra ? au prochain de ces chocs ?

Attentat ? embargo ? guerre dans un pays producteurs ?

Les krachs financiers ne changent rien, en général c’est plutôt un frein à l’économie et donc à la consommation de pétrole. Le prix du barril chute avec la demande… ce qui permet de faire comme si on remontait dans le temps de quelques années ! Ce n’est pas une crise financière qui va faire un changement structurel de l’approvisionnement en énergie.

Quel sera l’événement qui fera la fin du pétrole ?

Sheikh Yamani : « L’âge de pierre ne s’est pas terminé par manque de pierres. L’âge du pétrole ne s’achèvera pas avec le manque de pétrole »135.

Ma liste de liens à propos du pétrole

et encore quelques pdf..

http://peakoil-europaction.eu/L%27europe_picp%C3%A9trolerBrochure_FR_GND%20LR.pdf

http://peakoil-europaction.eu/Rapport%20Annexe%201_R%C3%A9serves%20et%20production.pdf

http://peakoil-europaction.eu/Rapport%20Annexe%202_Zoom%20sur%20l%27Europe.pdf

http://peakoil-europaction.eu/Rapport%20Annexe%203_Classification%20hydrocarbures.pdf

Fin de l’ère du pétrole

Fin de l’ère du pétrole

Voici quelques informations suite à une semaine de l’émission histoire vivante consacrée à la fin de l’ère du pétrole.

  • les sociétés pétrolières ne savent plus quoi faire des bénéfices. Elle les donne aux actionnaires. Il n’y a plus de puits à creuser.
  • on a une société basée sur le pétrole, et on se préoccupe juste de savoir si on en aura pour 30 ou 50 ans ! Donc c’est la fin de la société. On ne doit plus lécher l’assiette, il faut passer au repas suivant.
  • le recensement des réserves est faux. En 1986 l’opep a augmenté brutalement de 300 milliards de barils (65% de leur réserve) leur réserve par une simple écriture. Toute l’estimation de la durée du pétrole est donc fausse.
  • Dernière découverte en Arabie séoudite => 1967
  • livre « la face cachée du pétrole » Plon. Eric Laurent

fusion:

  • BP-Aboco
  • total-pretofina-elfaquitaine
  • exxon-mobil =>…déjà ensemble jusqu’en 1911 vu que c’était l’empire rockfeller

pas de loi anti-trust mondiale…

  • prog énorme en chine. pour l’instant 2/3 autonome.. jusque dans 15 ans

Mon père était chamelier,moi je conduis une voiture, mon fils pilote son jet, mon petit fils, lui, se déplacera en chameau.

King Hubert, c’est le nom du pic de production. pic oil dans les année 1970 aux états unis.

Quand on arrive au pic de la consommation de son verre… quand il est à la moitié.

Il est plus facile de trouver une alternative au pétrole dans le domaine énergétique que pétrochimique !

compagnie suisse: atanor

réserve: 1000 milliards consommation annuelle: 25 milliards

on a pas d’autre moyen que le pétrole pour faire voler des avions de lignes

colin campbell .. gourou des pétrolier géologue qui annoncent la fin du pétrole.

depuis 2004, la production des gisement de la mer du nord à chutée de 10% puis 17%… et encore plus vite chaque année…

100 000 objets sont directement fait à base de pétrole et 300 000 indirectement.

L’agriculture à base d’engrais (non bio) n’est qu’une transformation des hydrocarbure pétrolier des engrais en hydrate de carbon comestible!

12 Feb 2007 : 15:09

Retour au jardin d’Eden: comment jardiner sans effort

Voilà.. c’est le printemps… la nature se réveille…. il est temps de retourner s’occuper du jardin… C’est fou ce qu’il y a de différences entre mars et avril…..

pano jardin 26 mars 2011.jpg

pano jardin 17 avril 2011.jpg

Cela fait quelques lustres qu’avec ma famille nous exploitons ce petit bout de terre pour cultiver des plantes et légumes en tous genres. Ceci avec plus ou moins de succès.

Ainsi, j’ai été sensibilisé dès mon enfance à la provenance de notre alimentation, au travail que ça demande de produire de beaux légumes avec un vrai goût.

C’est parfois frustrant quand une récolte n’est pas à la hauteur de nos espérances. Mais c’est toujours un plaisir de savoir ce que l’on mange.

L’histoire de l’agriculture, c’est l’histoire de l’humanité

Ces dernières années, et spécialement ces derniers mois, je me suis documenté de plus en plus à propos de l’agriculture, de son histoire, des ses techniques, de son importance sur la vie humaine, sur l’environnement. J’ai exploré l’histoire de l’agriculture dans son passé lointain, mais également dans les possibilités de son futur.

(Pour les possibilités du futur, je recommande vivement la brochure « Pour un avenir alimentaire viable » publiée par le fond norvégien pour le développement)

Le sujet est terriblement vaste, personne ne pourra jamais en avoir une connaissance complète, mais il est tout de même possible de se faire une idée des tendances globales que je résume ainsi:

L’histoire de l’agriculture, c’est l’histoire de l’humanité !

Le futur de l’humanité, c’est le futur de l’agriculture !

Et oui, c’est finalement ce que j’ai compris. L’activité principale de l’humanité sur cette planète est de survivre, donc de se nourrir. L’agriculture tient logiquement une place importante dans l’histoire.

champ de blé.jpg

Au commencement les humains vivaient au jardin d’Eden. Il suffisait de se servir dans l’abondance pour se nourrir.

« Le Jardin d’Eden » Par Lucas Cranach der Ältere

Les premiers hommes vivaient de chasse (aux rennes) et de cueillette. Puis trouvant un climat favorable aux légumineuses (vers -12000), les humains se sont sédentarisés.

Comme manger du blé dur cru n’est pas très facile, on l’a écrasé et mélangé avec de l’eau. Puis cuit sur les parois de trous dans la terre, au fond desquels, on faisait du feu. Le pain est né. (vers -9000)

En observant la terre cuite au bord des feux, la poterie est née. Puis d’autres outils.

L’amélioration de la nourriture dans ces villages a permis une explosion démographique.

Revers de la médaille, il est devenu plus difficile de trouver de la nourriture dans les environs des villages. Il faut aller exponentiellement plus loin pour trouver à manger. Ce n’est plus rentable.

On se retrouve devant un problème de complexité due à l’échelle. Pour résoudre ce problème, les gens ont commencé à créer des jardins proche des villages.

Une nouvelle technologie est née: l’agriculture est née. Le temps du jardin d’Eden est révolu. Il faut cultiver et s’occuper de son champ. Il ne suffit plus seulement de récolter.

Il est écrit dans le livre de la genèse: … Le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie […]. C’est à la sueur de ton front que tu mangeras ton pain.

L’agriculture est le début de la notion de travail. Mot qui tire son origine étymologique des notions de tourments et souffrances. De même pour le labour de la terre qui a donnée le mot labeur, synonyme d’un dur travail.

Les mots de sont pas anodins. Pourquoi parle-t-on d’exploitation agricole ? … exploitation est parfois un synonyme d’esclavage….. Esclavage que l’on retrouve souvent au cours de l’histoire pour faire tourner des exploitations agricoles !

Dès ses débuts, l’agriculture, n’est qu’une lutte, contre le sol pour le cultiver et contre les autres humains pour leur extorquer de meilleures terres.

L’histoire humaine découle des technologies agricoles, et réciproquement. L’exploitation des mines découle directement d’un besoin en outils agricoles ou d’armes.

De nombreuses révolutions politiques sont une réaction à une mauvaises gestion agricole. Le mot révolution revient souvent lié à l’agriculture.

La dernière révolution d’envergure dans le domaine de l’agriculture est ce que l’on appelle, la révolution verte.

ferme paysage.png

La révolution verte ou l’agriculture basée sur le pétrole

La révolution verte est arrivée dans la seconde moitié du 20ème siècle. Elle a révolutionné les techniques agricoles avec les principes de bases suivants:

  • utilisation exclusive de variétés à haut rendement
  • on nourrit les plantes avec des engrais minéraux (NPK)
  • on élimine avec des pesticides tout ce qui pourrait nuire à la plante. (le terme de pesticides rassemble les insecticides, les fongicides, les herbicides, les parasiticides)

Cette révolution verte est responsable d’une augmentation massive du rendement des cultures (+229% entre 1960 et 1980) et par conséquent d’une augmentation massive de la population mondiale ! ( ~1.6 milliards vers 1900 à 6,7 milliards en 2010)

Cette augmentation de population est un phénomène analogue au phénomène qui a mené l’humanité à créer l’agriculture. C’est paradoxalement ce qui permet à un plus grand nombre de mieux manger qui met en danger tout le système !

Voici un nouveau problème de complexité d’échelle.

En effet, il ne faut pas oublier que:

réservoir de pétrole dans le port de Dakar.jpg

Ainsi le système agricole de la révolution verte est un système fortement dépendant du pétrole. D’autant plus que dans une agriculture mondialisée, on utilise non seulement le pétrole pour faire pousser les cultures, mais également pour faire voyager les récoltes autour du monde.

Ce système agricole empoisonne le monde avec des pesticides. Ce système agricole a détruit toutes les variétés de plantes qui étaient localement adaptées à leur environnement. Par exemple, des plantes qui avaient besoin de peu d’eau.

Rendements du blé dans les pays en développement, 1950-2004

On se retrouve donc maintenant avec des plantes standardisées qui produisent beaucoup, mais seulement dans des conditions particulières qui ne sont pas présentes partout.

Le fond de commerce de l’industrie de la bio-technologie, après avoir été de faire des plantes résistantes aux pesticides, est de faire des plantes qui s’adaptent à des environnements difficiles, comme les zones arides.

Bref, après s’être employé pendant 50 ans à détruire les variétés adaptées que l’on avait. L’industrie veut maintenant les recréer pour les revendre sous forme d’OGM !

Le modèle d’agriculture proposé par la révolution verte ne fonctionne plus. Il n’est pas durable. Les rendements stagnent. Les dégradation sont plus importantes que les bénéfices. Ce modèle est en bout de course.

Vu que l’histoire de l’humanité, c’est l’histoire de l’agriculture et donc que le futur de l’humanité est le futur de l’agriculture….

Si notre système agricole est en bout de course, il n’est pas faux de dire que l’avenir de l’humanité est en jeu !

Retour au jardin d’Eden

Pour assurer la survie de l’humanité, il est temps de trouver un système agricole est capable de nourrir la population mondiale de manière durable et sans causer de dégâts.

Joie et bonheur… Ce système existe !

Forêt verte.jpg

Allons faire un tour à la forêt…. observons l’écosystème d’une forêt.

La forêt pousse très bien toute seule. Personne ne l’arrose, personne, ne lui donne des engrais, personne ne va l’asperger de pesticides. Pourtant la forêt pousse bien et les arbres ne sont même pas tout petits !!

Quel est le secret de la réussite de l’écosystème de la forêt ?

Et bien justement c’est son écosystème ! La forêt est un tout et tout est lié.

Dès l’origine de l’agriculture, l’humain considère qu’il doit se battre contre le sol, que cultiver des plantes c’est difficile.

Qu’il faut supprimer tous les concurrents de la plante que l’on cultive pour obtenir en rendement maximum.

Cette idée est entretenue depuis le livre de la Genèse dans la Bible, jusqu’à maintenant dans l’industrie de la bio-technologie. Industrie qui propose comme modèle une agriculture dans laquelle, on cultive des champs à perte de vue, avec une seule et unique plante. Cette plante est la seule sensée résister à la pluie de pesticide que l’on impose à notre environnement pour tuer tout le reste.

Il y a tout un système de valeur à changer. Il faut sortir de ce modèle de concurrence extrême et favoriser la collaboration. Les plantes entre-elles collaborent !

Il n’y a pas de mauvaises herbes. On peut trouver à toutes une fonction. C’est un écosystème complet. Il faut favoriser cet écosystème pour favoriser ses propres cultures.

Cultiver c’est facile, les plantes poussent toutes seules. Elles ne demande qu’à recouvrir le sol. C’est l’humain qui a pris l’habitude de qualifier de nombreuses plantes de mauvaises. C’est l’humain qui a choisi de se crever à retourner et labourer le sol. Ce qui a pour conséquence d’être un travail, un labeur.

Le pire, c’est que ce dur labeur des laboures est contre productif. On détruit la base de l’écosystème en détruisant le sol !

Alors quel est le jardin le plus vivant ?

IMG_2150 salade au milieu du désert.JPGIMG_2148 consoude.JPG


Ainsi, il et temps de passer à une agriculture où l’on se fatigue un minimum, une agriculture où l’on favorise la vie plutôt que de la tuer.

Le grand principe de base de cette agriculture est de se rapprocher le plus possible de l’écosystème d’une forêt. Les techniques sont exactement celles dont j’avais déjà parlé l’été dernier dans un article où je parlais de remettre la forêt au milieu du système agricole.

Les grands principes de base sont:

  • Protéger le sol
  • Reconstituer le sol
  • Favoriser la biodiversité

Ainsi, on ne laisse jamais un sol nu !

On utilise du paillage pour protéger le sol. Parmi les nombreux avantages du paillage, on peut citer la protection contre le soleil. Le sol reste humide. Sinon après un arrosage il est fort probable que l’eau s’évapore rapidement.

IMG_2137 fraisier sous le paillage.JPGIMG_2139 paillage pour côte de bête.JPG


Le paillage peut être fait avec de nombreux matériaux, comme sont nom l’indique c’est souvent de la paille. De l’herbe coupée. Mais ça peut aussi être du carton et dans les serres industrielles du plastique, mais là encore on dépend beaucoup trop de pétrole !

Le meilleur paillage que l’on puisse faire c’est avec du Bois Raméal Fragmenté. Ce sont des copeaux de bois jeunes. (d’où l’intérêt d’avoir des haies à tailler)

C’est de cette manière que l’on va réintroduire l’écosystème de la forêt dans le sol du jardin. Le bois est composé du meilleur engrais que l’on puisse trouver: La lignine.

IMG_2034 champignon sur le bois.JPGLa lignine est en quelque sorte de l’humine préfabriquée c’est la base de la construction de l’humus du sol. Contrairement à l’agriculture basée sur des engrais pour les plantes, ici le but est de créer le meilleur humus possible qui lui va nourrir les plantes.

Le problème de la lignine, c’est que c’est une molécule très solide. (Ce n’est pas pour rien que l’on construit des maisons en bois !)

Seuls certains champignons de la famille des basidiomycètes arrivent à décomposer la lignine.

Pour reconstituer le sol, le principe est simple, il faut créer le plus de biomasse possible. Puis on va tout laisser sur place. Ainsi il faut toujours recouvrir le sol avec de cultures, même l’hiver.

Tout d’abord, ça le protège contre l’érosion, puis ça permet d’avoir toute une masse de végétaux dès le printemps que l’on peut utiliser comme paillage. On utilise souvent ce que l’on appelle des BioMax, pour biodiversité maximale.

Comme on le voit bien dans les couches géologiques, un sol, c’est un empilement de biomasse. Les roches sont bien souvent des végétaux ou des animaux fossilisés. Pourquoi creuser ? Les couches doivent s’empiler. On ne devrait jamais avoir à creuser !

Mais l’humain à pris l’habitude de vouloir creuser pour aller chercher des métaux ou du pétrole (qui n’est rien d’autre que des vieilles plantes mal décomposées…)

insecte.jpg

Ainsi le bon principe à utiliser est de toujours recouvrir, construire le sol en posant de la biomasse par dessus.

Le paillage peut avoir certains défaut aussi. Par exemple, il va fournir un abri aux limaces qui vont venir manger mes salades !

Mais là il faut compter sur le fait que je ne vais plus retourner le sol, donc je ne vais plus tuer les oeufs de carabes et ces coléoptères vont pouvoir se développer et venir manger les limaces !

Les vers de terre sont aussi très importants dans l’écosystème du sol. Ce sont eux qui aèrent le sol en creusant des galeries. C’est pourquoi, il ne sert à rien de labourer. C’est contre productif, ça compacte les galeries !

Le gouvernement irlandais a estimé que le travail d’aération de la terre fait par les vers de terre vaut entre 700 millions et 1 milliard d’euro par année !

ferme-isométrique.pngFavoriser la biodiversité est donc une bonne chose. Bien meilleure que de vouloir se battre contre. La diversité favorise le résilience. Un jardin qui a une bonne biodiversité est donc une jardin qui ne crains pas les maladies et en a très peu.

Mon jardin, mieux que FarmVille

Tout me montre que pour avoir un bon jardin, il suffit que je laisse la nature faire. S’il l’on me dit que mon jardin est une sacré jungle. C’est un compliment !

Voici donc l’orientation que je vais donner à mon jardin.

Comme la transition prend un peu de temps. Me voici dans une année expérimentale, et comme pour toute expérience, je vais écrire un journal de bord de mon jardin où vos pouvez suivre mes expériences.

Voilà, avec ce journal, je pourrai enfin faire concurrence à mes amis Facebook qui étalent leurs exploits à FarmVille…

Mon jardin a un avantage sur Farmville, c’est que, moi au moins, je peux vraiment manger mes récoltes !

Scroll to top