Comment écrire un titre accrocheur – La recette scientifiquement prouvée en 6 étapes et à la portée de n’importe qui

Il est toujours difficile d’attirer l’attention. De faire un titre accorcheur qui va donner envie d’en savoir plus.

Les gens qui font des titres pour les manchettes de journaux, les gens qui font du marketing par e-mail sont devenus des maîtres dans l’art d’écrire une phrase qui va vous donner envie d’en savoir plus.

Petit exemples…

  • « Comment une grand-mère de 90 ans.. a jailbreacké un iPhone »
  • « Comment avoir une cargaison de patate sans mettre les pieds dans son jardin »

 

Voici la recette (secrète) que ces maîtres utilisent….

La recette pour écrire un titre accrocheur

Les ingrédients pour faire un titre accrocheur sont les mêmes que pour faire une histoire dont tout le monde se souvient.

Le livre « Ces idées qui collent » décrit dans le détail la recette d’une histoire à succès.

Ici on va s’inspirer de cette recette pour écrire juste un titre accrocheur.

Les ingrédients pour fabriquer une histoire dont on se souvient:

  • simplicité => Il ne faut garder que l’essence même de l’idée. S’il y a trop d’arguments, si l’idée est trop enrobée on l’oublie.
  • inattendu => Il faut déjouer l’intuition du mental pour attirer l’attention. C’est aussi un des mécanismes de l’humour. De plus la forme énigme va tenir en haleine le lecteur jusqu’à la fin.
  • concret => Une métaphore, c’est concret. Il faut donner une image, du détail, des exemples, du mesurable.
  • crédibilité => Si un médecin vous annonce que vous avez une maladie incurable, il aura plus de crédibilité que le marchand de glace du coin ! (mais c’est parfois un piège)
  • émotion => Ce qui nous intéresse le plus, c’est nous même. Il faut s’imaginer progresser, apprendre. Il faut que l’histoire puisse avoir un bénéfice personnel. (pour vendre selon se principe… faite imaginer le bénéfice que le produit apporte… et hop.. l’achat n’est qu’une modalité.. c’est comme si VOUS l’aviez déjà). Un milliard de gens crèvent de faim.. ne nous intéresse pas. Le gars que tu connais personnellement crève de faim. Ça te touche. Nous ne sommes pas sensible aux statistiques.
  • histoire => Il faut correspondre à un archétype d’histoire. (voir monomythe de Campell) Le faible est mis dans une difficulté impossible à résoudre. Mais il triomphe quand même. C’est une histoire qui inspire, qui motive à agir. De plus c’est une simulation qui montre comment agir. (pourquoi et comment)

Dit autrement, pour qu’une idée colle, il faut susciter l’Attention (inattendu) de celui qui l’écoute, l’aider à la compréhension (simplicité) et la mémorisation (mémoriser en utilisant tous les sens et le concret). Il faut que l’histoire soit crédible. (autorité, sincérité, honnêteté), il faut impliquer émotionnellement l’auditeur. (Les politiques qui utilisent le storytelling montrent la vie d’un chômeur pour parler de chômage en général), il faut impliquer l’auditeur dans l’histoire. L’histoire doit inspirer une volonté d’agir. Elle doit être un exemple qui donne espoir, qui indique le pourquoi agir et qui montre un comment agir.

L’art de faire un titre va surtout tenter de faire lire l’histoire au complet. Donc on va se concentrer sur les premiers ingrédients suivant la longueur du titre que l’on veut faire. Mais il est possible de tout mettre dans un seul titre !

  • transmettre l’essence de l’idée de l’article. (simplicité)
  • utiliser un mécanisme qui sort des schémas qui fait appel à l’inattendu pour retenir l’attention. Ex: utilisez une combinaison paradoxale de mots: « un papy de 93 ans jailbreak un iPhone » (inattendu)
  • entrer dans le concret. Les chiffres sont parfait pour ça. « 3 astuces pour » (concret)
  • ajouter un zeste d’autorité « scientifiquement prouvé », « vu à la tv » (crédibilité)
  • impliquez le lecteur: « Spécialement pour vous », « Vous n’êtes pas seul a avoir ce problème », indiquez le bénéfice personnel: « qui vous fera gagner du temps »
  • Montrer qu’un obstacle insurmontable a pu être franchi par un personnage improbable.

Essai concret:

« Comment un papy de 93 ans peut vous aider à jailbreaker un iPhone grâce à 3 nouvelles méthodes scientifiquement prouvée…« 

  • Simplicité: comment jailbreaker un iPhone
  • Inattendu: placer un paradoxe: un vieux qui sait jailbreaker de iPhone.. jamais vu ça !
  • concret: 3 méthodes
  • crédibilité: les méthodes sont scientifiquement prouvées !
  • émotion: Comme un papy peut Vous aider. Il y a un bénéfice personnel à retirer de l’histoire.
  • histoire: même la personne la plus improbable comme un vieux de 93 est capable de jailbreaker un iPhone. C’est inspirant pour tous.

J’ai encore ajouté l’ingrédient surprise, la cerise sur le gâteau, le mot: « nouveau ». Ainsi même si le lecteur s’est déjà fait aider une fois par ce fameux vieux pour jailbreacker son iPhone et que ça n’a plus rien d’inattendu pour lui… il va quand même lire l’article. 🙂

 

La nouveauté est une autre forme d’inattendu !

Ppour en savoir plus sur pourquoi le mot « nouveau » nous attire et encore d’autres pièges dans lesquels ont tombe. Voici mon résumé du livre: Le petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens.

Voici encore quelques idées pour écrire des histoires à succès...

Recette pour créer, organiser et gérer une organisation qui va changer le monde

Recette pour créer, organiser et gérer une organisation qui va changer le monde

Les humains créent au travers d’organisations. Ils créer ce que l’on appelle juridiquement des « personnes morales », et que l’on appelle dans l’ésotérisme des « formes pensée ».

Une organisation est une entité dédiée à un but (ré)-créatif.

Voici une recette qui liste les méthodes et les outils nécessaire pour faire vivre une organisation.

Une organisation a 3 aspects possibles:

  • être
  • avoir
  • faire

Etre

Sous quelle forme l’organisation est-elle ancrée dans la société ?

Comment trouver un nom à l’organisation ?

  • Page au hasard sur wikipedia
  • Un nom qui n’a rien à voir ? … Amazon, Apple, LaFraise…
  • Un nom qui a un lien avec ce que l’on fait… cuisine, restaurant, etc..
  • trouve un slogan.

Quelles sont les valeurs de l’organisation ?

Quelle est l’identité graphique de l’organisation ?

  • Logo / blason  => https://openclipart.org/
  • identité graphique
  • mascotte
  • un site web, qui est la vitrine sur le monde virtuel

Qui sont les membres de l’association ?

  • liste de membre
  • carte de membre

Avoir

Une organisation a potentiellement des ressources.

Forces humaines, des employés, des membres, des collaborateurs, des co-créateurs.

(ambiguë, par ce que l’organisation « est » et « a » des membres. Même si à la création d’une organisation il est nécessaire d’avoir des humains. Je considère que l’organisation a sa propre vie en dehors des humains qui la compose. Donc elle « a » des membres. En effet, une organisation est capable de vivre au delà de la vie de ses fondateurs.

Des ressources financières.

  • Un compte en banque

Des biens

  • des objets, du matériel, des livres
  • des terrains
  • des locaux

Des idées

Faire

L’organisation est en général crée dans le but de faire quelque chose. Elle a un but. Une organisation a 3 types de but (elle peut en pratiquer un ou plusieurs à la fois):

  • récréatif
  • club de rencontre de gens qui partagent un intérêt commun
  • créatrice d’un ou plusieurs projets, donc axée sur une efficacité de tous les membres.

Dans tous les cas de buts, il y a des projets. Même si l’intensité et le niveau d’engagement demandé n’est pas le même.

Outils d’aide à la création et la gestion de projets

Pour lancer un projet, il faut:

  • des idées (brainstorming, rêve du dragon, world café, forum ouverts)
  • des ressources (recruter des membres, trouver de l’argent, dons, activités lucratives)
  • une stratégie, une direction, un pourquoi
  • une méthode d’organisation, de gouvernance pour résoudre les problèmes, les conflits, les jeux de pouvoirs entre les membres de l’organisation. (autorité centralisée, distribuée, démocratie, sociocratie, holacracy)
  • des outils de gestion et de coordination du travail, des indicateurs de l’avancement. (gtd)
  • des outils de communication, de discussion et d’archivage d’information. (facebook, wiki, skype, hangout, jabber, mail, etc..)
  • des outils de motivation, de cohésion du groupe
  • présenter et fêter le travail accompli

Reprenons ces thèmes plus précisément

Méthodes pour générer et capturer des idées

Recruter des nouveaux membres

  • offrir de l’information ou des objet en échange d’une adresse de contact
  • distribuer des affiches et des flyer
  • faire des conférences
  • faire des partenariats avec d’autres organisation pour informer ses membres respectifs de l’existence de l’autre organisation
  • organiser des sondages et des possibilités de donner son avis sur une création interne
  • organiser des réunions virales (réunion tupperware)

Gagner de l’argent

  • trouver une activité lucrative dans la vente de biens ou de services (en direct ou affiliation)
  • demander des dons d’une manière générale
  • chercher des sponsors, des mécènes pour financer des projets précis
  • utiliser le crowd funding, le financement participatif pour un projet, voir la précommande d’un produit.
  • les cotisations de membres
  • les abonnements

Direction et stratégie

  • savoir où l’on va, quel est le but de l’organisation, sa raison d’être
  • savoir pourquoi, cette raison d’être.
  • le leader n’explique pas comment faire les choses, mais pourquoi !
  • diriger n’est pas gérer. => diriger c’est regarder la boussole pour vérifier que l’on va dans la bonne direction. Il est possible d’avance très bien, dans la mauvaise direction.
  • définir des étapes intermédiaires au but avec des délais et des objectifs

Gouvernance

  • concevoir le « design » de son organisation, en département, en secteur, en rôle, en cercle, en commission, en groupe de travail, en cellule, etc…
  • autorité centralisée, hiérarchie
  • démocratie
  • tirage au sort
  • élection sans candidats
  • test des objections, pour éviter de tourner en rond avec des croyances.
  • sociocratie
  • holacracy
  • 6 chapeaux

Gestion

  • outil collectif de gestion de tâches (les noms de projets sont des objectifs) Dans le but que tous puissent voir l’avancement des projets et en ajouter
  • outil individuel de gestion des tâches qui nous sont attribuées. (GTD)
  • processus d’attribution et de traitement des tâches
  • définition d’indicateurs pour un tableau de bord commun.
  • méthode itérative
  • philosophie du premier pas.. et du défi Marshmallow

Outils de communication, de discussion et d’archivage d’information

  • e-mail
  • lettre de nouvelles par e-mail
  • facebook, groupe, page de fan et événement
  • autres réseaux sociaux, google+, twitter..
  • pinterest pour stocker des idées sous forme de photos
  • drop-box
  • skype
  • hangout, et archivage sur youtube
  • voip
  • jabber
  • wiki
  • open-atrium
  • wordpress blog et tous les plugins utiles (buddypress)
  • sondage google
  • calendrier

Outils de motivation et cohésion d’équipes

Outils de présentation et de fête du travail accompli

Cette recette peut être reprise (sous licence cc-by-sa), améliorée, simplifiée, adaptée à vos besoins.

Mettez un lien vers cette page avec l’attribut rel= »parent » pour garder une trace de l’ordre des « remix » et ainsi créer un énorme réseau de remix de recette d’organisation qui peuvent inspirer et aider les gens.

En aidant les gens à s’organiser, nous les aiderons à réaliser leur projets, nous les aiderons à changer le monde.

Recette des chaussons aux pommes

Voici la recette des chaussons aux pommes héritée de notre grand-mère.

Pour les pommes, il y a deux techniques qui s’affrontent…. mettre de la purée de pommes… (comme dans la vidéo) ou mettre directement des lamelles de pommes.

nourriture végétarienne

Comment se nourrir en végétarien sans avoir de carence

L’alimentation des humains à beaucoup changée au cours du temps.

Il y a eu l’époque des chasseurs cuilleurs. Donc je suppose que la viande était fréquente… mais est-ce vraiment la réalité ? … à creuser.

Puis il y a eu toute la période depuis l’invention de l’agriculture jusqu’il y a 50 ans.

Durant toute cette période de près de 10 000 ans. La viande n’était pas très courrante. Elle était consommée épisodiquement.

Puis le niveau de vie des gens a augmenté… et l’on a commencé manger beaucoup plus de viande et de protéine animales dérivée comme les oeufs, le lait, les fromages, etc..

Après 50 ans de cet exercice dans le monde occidental, on se rend compte que finalement l’exès de protéine animale n’est pas la panacées comme on le croyait. Il semble bien que plus on mange de protéine animal plus on a de problème cardio vasculaire !  (retrouver le documentaire à ce propos…)

Donc voilà, il semble donc bien que l’on mange trop de protéine animale. (ce qui ne m’étonne pas trop)

Comme je n’ai jamais été tellement fan de viande, ça ne me dérange pas du tout d’être végétarien.

En fait, je suis végétarien quand j’achète et cuisine moi-même et je suis omnivore quand je mange un peu partout. C’est ce que les suisses-allemand appellent « flexi-vegi » ! Mais je ne connais pas le nom en francais…. et après de nombreuses recherche, je crois qu’il n’y pas de mot.

En gros, je ne suis pas du genre à faire une crise quand il y a 3 mini lardon dans des roesti ou du jambon sur ma pizza.

Bref… Vu le nombre de fois que je ne mange pas chez moi et que l’on me donne de la viande. Je ne risque pas d’avoir des carence en protéine…

… mais là aussi c’est un mythe et c’est là que je voulais en venir.

La science analytique ne voit pas tout ce que la science holistique voit

Pendant 10 000 ans, des humains on vécu sur cette planète sans manger de la viande tous les jours, il ne sont pas tous morts de faim !

Même si une certaines science pense que si l’on ne mange pas de viande on va avoir des carrances, ce n’est pas vrai.

Voilà un exemple des méfaits de la science analytique. Une science qui découpe tout (racine du mon analyse: délier)

Petit rappel sur nos besoins alimentaires.

Nous mangeons des acides aminés car nous en sommes composés. Nous avons besoins d’une vingtaine d’acides aminés. Pour certain, tout va bien. A l’image des plantes, nous arrivons à les synthétiser à partir des atomes de base.

Mais pour 8 acides aminés. Nous sommes obligé d’aller les cherchers ailleurs.

Ces 8 acides aminés indispensables doivent être présents dans notre nourriture. Il s’agit de l’isoleucine, la leucine, la lysine, la méthionine, la phenylalanine, le tryptophane, la valine et la thréonine.

L’apport de ces 8 acides aminés doit être équilibré pour que notre corps puisse les assimiler. Nous devons manger ces éléments en même quantité et en même temps (plus ou moins sur une journée). Si un élément manque. C’est un facteur limitant. C’est la plus petite quantité qui limite la quantité globale.

C’est comme si je dois embouteiller du vin… j’ai besoin de bouteilles et de bouchons. Si je n’ai que 10 bouchons et 500 bouteilles.. je ne pourrai livrer au final que 10 bouteilles fermées. Le reste ne sert à rien.

La quantité de bouchon est un facteur limitant.

Ainsi, les scientifiques spécialiste de l’analyse on séparé et comparé chaque type de protéine séparément et conclu que les protéine animales sont les plus proches de la protéine idéal qui est parfaitment équilibrée et donc la plus nourrissante. (la protéine la plus proche de l’idéale est le lait maternel)

Il s’en est suivi des campagnes de gavage d’enfant au lait de vaches…. aux oeufs, à la viande…..  mais c’était occulter toute une autre approche.

L’approche holitistique du problème.

Il est possible de manger plusieurs protéine en même temps. Nous ne sommes pas obligé de trouver une seule protéine qui fait tout !!!

Donc il est possible de combiner plusieurs protéine végétale et d’avoir aussi bien, vois mieux qu’avec des protéines animales !

Si l’on observe la cuisine traditionnelle partout dans le monde. C’est ce que l’on fait. On couple toujours une céréale et une légumineuse !

  • Inde => riz et lentilles
  • Italie => pâtes et haricots
  • Maghreb => blé (froment) et pois chiches
  • amérique du sud et centrale => mais et haricots rouges
  • chine => riz et soja

Voilà donc le secret (connu partout depuis des millénaires) qui permet de manger sans viande et sans carences alimentaires.

Surout, c’est également un moyen de réduire son empreinte écologique. Sachant qu’il faut 15kg de protéine végétale pour faire 1kg de viande de boeuf….  ou mieux 4 kg de protéine végétale pour faire 1kg de poulet…

Donc autant manger directement les protéines végétale. Là je crois que l’on aura une véritable révolution verte qui n’aura pas usurper son nom.

Pour en savoir plus à propos de la cuisine pour végétarien voici un site très complet sur les protéines végétales.

Recettes végétariennes mélangeant céréales et légumineuses

Il est temps maintenant de passer à la pratique. Je vais commencer à expérimenter plusieurs recette sur ce principe.

J’ai envie de manger des choses bonnes, pratique et simple à faire.

Donc voilà où en sont mes expérimentations. Je ne sais pas si je vais dans la bonne direction. Mais ce sera l’occasion de tester.

Riz et lentilles aux carottes

  • une tasse de riz (250g)
  • une mesure d’eau (0.5l)
  • un cube de bouillon de légume
  • une boite de lentilles
  • quelques carotte
  • un oignon
  • Faire bouillir l’eau et le bouillon.
  • mettre le riz à cuire à couvert.
  • environ 18-19 minutes plus tard l’eau est à peu pré complètement évaporée.
  • le riz est prêt

En parrallèle:

  • couper l’oignon
  • couper les carottess
  • les faire revenir dans un wok… (oui, j’aime bien la cuisine au wok)
  • quand les légumes sont prêts, les placer sur le bord du wok
  • ajouter les lentilles au millieu du wok
  • ajouter un peu d’eau
  • laisser chauffer un moment
  • et voilà.. tout est prêt à être mise dans des assiettes et à se régaler.

C’est très bon !

Recette des gaufres belges

Recette des gaufres belges

Voici la recette utilisée par Odette, une cousine belge, pour faire des gaufres.

Ingrédients

  • 500g de beurre fondu
  • 250g de margarine
  • 1Kg de sucre (voir plus)
  • 1,25Kg de farine
  • 8 – 10 oeufs dont on sépare les jaunes et les blancs pour monter en neige les blancs.
  • 7.5dl de lait

Recette de la limonade de sureau

Recette de la limonade de sureau (et/ou tilleul)

sureau en fleur.JPGDepuis mon plus jeune âge, au printemps, je bois de la limonade de sureau faite maison. Voici la recette que l’on se transmet de génération en génération… 😀

Ingrédients

  • 5l d’eau cuite refroidie
  • 500g de sucre
  • 1 poignée de sureau (ou tilleul)
  • 2 gros citrons coupé en tranche (non traité)
  • un peu de vinaigre
  • 1 poignée de raisins secs
  • 1 cuillière à soupe de riz

Actions

  • Mettre le tout dans un grand récipient (seau), mélanger.
  • Laisser reposer ~3 jours
  • filtrer et mettre en bouteille (des bouteilles avec un bouchon tenant la pression. Comme la bière artisanale)

Attention, il y a une fermentation qui se produit. Les bouteilles sont mises sous pression. Il n’est pas rare que la limonade saute littérallement hors de la bouteille quand on l’ouvre !

ombelle de sureau.JPGbouilloire.JPGingrédients pour fabriquer la limonade de sureau.JPGcitron vert.JPGlimonade de sureau en fabrication.JPGlimonade après 3 jours de massération.JPGpassoire.JPG


Anecdote à propos du récipient

Ma mère a utilisé avec succès, pendant des années, le même seau en plastique pour faire le mélange. Puis un jour elle a changé et ça n’as jamais marché. Le mélange a tourné et est devenu imbuvable !

Ce genre de mélange est sensible, il faut trouver un récipent adéquat. Certain parlent de récipient en grès. Je n’ai jamais testé. Actuellement, j’utilise un grand récipient en plastique que j’ai acheté avec un kit pour faire de la bière.

bouteille de limonade de sureau.JPG


Une manière de se souvenir de la recette

  • 2 fleurs : sureau et tilleul
  • 2 grains : riz et raisins secs
  • 2 acides : citron et vinaigre
  • 2 ingrédients de base de la limonade: eau + sucre

Recette du pain gâteau: Hermann

Recette du pain gâteau: Hermann

voici une recette..

pain gâteau Hermann.jpgPréparation : 10 jours

Cuisson : 1h30

Ingrédients

Pâton (base du gâteau) :

  • 1,5 cube à fermentation naturelle
  • 200 ml de lait
  • 125 g de farine
  • 200 g de sucre
  • 1/2 verre d’eau tiède

Contenu du gâteau

  • 50 ml d’huile
  • 3 oeufs
  • 250 g de farine
  • 200 g de sucre
  • 1 sachet de levure chimique
  • 2 cuillères à café de cannelle
  • 200 g de fruits secs ( raisins secs, noix, etc…)
  • une grosse pomme

Préparation

Hermann n’est pas un petit animal domestique comme vous pourriez le penser, mais un gâteau trèèèèès original. En effet, cette ‘chose’ lève en 10 jours et nécessite un petit entretien journalier.

Normalement, la recette n’existe pas vraiment, car vous recevez la pâte d’amis ou de personnes que vous connaissez, et il n’y a plus qu’à s’en occuper. Mais pour vous, j’ai mis cette recette au point.

Hermann est une pâte à fermentation naturelle qui lève en 10 jours. La base en est une pâte que vous recevez aujourd’hui (ou que je vais vous aider à préparer !).

Préparez le cube en le mélangeant au verre d’eau tiède, puis l’incorporer au reste des ingrédients mélangés selon l’ordre donné.

Voila pour la pâte. A présent, voici comment on soigne Hermann (ce sont ces instructions que vous donnerez à la prochaine personne qui s’appropriera la recette):

NE PAS METTRE AU FRAIS, IL DOIT AVOIR CHAUD !

NE PAS LUI METTRE DE COUVERCLE,MAIS UN TORCHON POUR QU’IL RESPIRE.

1° jour: Vous recevez ou préparez Hermann. Il faut le mettre dans un gros saladier.

2° jour: Le mélanger plusieurs fois avec une cuillère en bois.

3° jour: Même chose que pour le 2° jour.

4° jour: Hermann a son premier petit creux. Il faut le nourrir avec 200 ml de lait , 125 g de farine et 200 g de sucre.

5° jour: Le mélanger plusieurs fois avec une cuillère en bois.

6° jour: Même chose.

7° jour: Même chose.

8° jour: Même chose.

9° jour: Hermann a encore faim, il faut ajouter à la pâte la même chose que le quatrième jour, couper la pâte en 4 et distribuer les parts à 3 personnes de votre choix de façon à ce qu’il vous reste une part.

Dernier jour : On lui donne à manger pour la dernière fois. Compléter le quart restant avec l’huile, les oeufs, la farine, le sucre, la levure chimique, la cannelle, les fruits secs et la pomme en morceaux.

Bien mélanger, beurrer un moule à cake, le saupoudrer de sucre, et y verser la pâte.

Faire cuire 90 mn au four, thermostat 3 (170°C).

18 Jul 2007 : 11:44

Mousse au chocolat de tante Thérèse

Il semble que c’est pour faire un dessert pour au moins 6 personnes.

  • 3 jaunes d’oeuf
  • 3 c. à café de sucre

=> battre pendant 15 minutes (c’était du temps où le batteur électrique n’existait pas !)

  • 1 plaque de chocolat amer (100g)
  • 1 cuillère d’eau

=> Fondre au bain marie, refroidir

Dans un grand récipient, mélanger et ajouter:

  • 3-4 dl de crème fouettée dure.
  • mettre au frais

Recette des crêpes

Recette des crêpes

Ingrédients (versions 1+1+1…)

Quantité (pour 2 crêpes par personne):

  • pour 1 personne
  • 50g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1oeuf
  • 1dl de liquide (mi lait-mi eau)

Marche à suivre

  • Mettre la farine et le sel dans une terrine.
  • Ajouter le lait, l’eau et les oeufs.
  • Délayer, fouetter et former des belles boucles.
  • laisser reposer 30 minutes
  • faire cuire une poche de pâte dans une poêle.
  • faire sauter la crêpe pour la retourner !
  • manger.. avec tout ce que l’on veut comme garniture.

Posts navigation

1 2