Qu’est ce qu’un flux Atom-RSS

Flux Atom / RSS

icon_atom_feed.png

Un étrange symbole

Je pense que toute personne qui se balade régulièrement sur le web a déjà remarqué la présence, à de nombreux endroits, du symbole orange qui se trouve ci-à-côté.

Parfois il n’est pas orange, mais bleu, parfois le symbole avec les arcs de cercle est réduit à un petit rectangle orange ou bleu arborant les lettres: RSS ou Atom ou encore XML.

Mais que signifie ce symbole étrange?

C’est tout simplement le symbole indiquant la présence d’un flux de syndication de contenu. En cliquant sur le symbole on peut obtenir l’adresse de du flux.

Un flux: c’est quoi ?

Bien, maintenant je sais que je peux avoir un flux en cliquant sur ce symbole orange…. mais c’est quoi un flux ?

Une page web, c’est un document qui est présenté au format xhtml. C’est le nom du format que l’on utilise pour indiquer la structure du document. Ceci est un titre de niveau 1, ceci est un lien, ceci est un paragraphe etc…

Un flux, c’est souvent les mêmes informations que la page web, mais présenté dans un autre format. Historiquement le format RSS et actuellement le format Atom.

On peut donc dire simplement qu’un flux est une page web mais dans un autre format.

C’est un format qui est lisible plus facilement par un robot que le xhtml et surtout c’est un format qui contient des dates de publication et de modification.

Un flux: ça sert à quoi ?

Quand un ami m’a expliqué en 2002 le principe du flux RSS, je n’ai pas compris à quoi ça allait m’être utile. Pourtant actuellement j’utilise des centaines de flux chaque jour! Un flux a donc une utilité. Mais cette utilité je ne l’ai pas vue tout de suite, car en 2002 je passais beaucoup moins de temps sur le web et ce dernier était bien différent du web d’aujourd’hui.

Ceci n’explique toujours pas à quoi sert un flux, mais c’est une bonne introduction au contexte. Alors entrons dans le vif du sujet.

Un flux ça sert à quoi ?
Un flux permet d’être informé automatiquement des modifications d’une source de donnée.

La source de donnée est en général un site web. Mais c’est surtout un type particulier de site web qui roposent des flux: les blogs.

En effet, c’est l’arrivée de la mode des blogs (2004-2005) qui a popularisé massivement l’utilisation de flux. C’est pour cette raison qu’en 2002 je n’avais pas vraiment compris l’utilité. Le web de l’époque ne proposait que peu de site avec une activté frénétique capable de changer plusieurs fois par jour.

En 2002, quand j’arrivais sur le web j’allais voir mes 2-3 sites préférés et en 5 minutes chaque jour j’arrivais a être informé des moindres changement de ceux-ci.

En 2009, je tente de suivre beaucoup plus de site web qu’en 2002 et leur contenu change beaucoup plus vite. Rien que pour avoir un ordre de grandeur, je m’informe régulièrement des modifications et nouveautés d’environs 70 blogs tenus par des amis, des connaissances ou des bloggeurs intéressants.

Après une brève estimation, si je dois taper l’adresse de chacun de ces blogs dans mon navigateur web et vérifier sur chacun les nouveautés. J’en ai pour plus d’une heure et je ne suis pas certain d’avoir vu des nouveautés!

Il faut donc automatiser le travail de recherche des nouveautés. C’est donc ici qu’intervient le flux. Le format Atom et RSS avant lui est un format qui permet d’indiquer des dates de publication et de modification du contenu.

On va donc utiliser un agrégateur de flux pour faire le boulot de recherche des nouveautés. Cet agrégateur va régulièrement aller vérifier tous les flux des sites web et blog qui m’intéresse. Si un ami ajoute un billet sur son blog, mon agrégateur, lors de son passage, va voir qu’il y a un billet supplémentaire et il va me le dire.

S’abonner à un flux

J’ai souvent remarqué, en expliquant le principe du flux à certaines personnes, que le terme d’abonnement est parfois mal compris. On parle de s’abonner à un flux pour dire que l’on introduit l’adresse de ce flux dans la liste des flux à vérifier de son agrégateur.

Un abonnement à un flux n’a donc rien à voir avec le fait de payer quoi que ce soit, ou de s’enregistrer quelques part. On parle d’abonnement à un flux juste par analogie à l’abonnement à un journal. Dans les deux cas, on reçoit régulièrement de nouvelles informations.

S’abonner à un flux signifie donc enregistrer l’adresse du flux dans son agrégateur. Où trouve-t-on l’adresse de ces flux ?
Et bien on retombe sur le début de ce texte, l’adresse du flux est indiquée grâce au symbole orange ou bleu que l’on trouve sur beaucoup de site web.

De plus, la plupart des navigateurs web modernes (Firefox, Safari, Opéra, Chrome) sont aussi des agrégateurs de flux. Ils sont donc capables de détecter un flux qui est présent dans la page web, et de le signaler par un petit symbole (orange ou bleu) à droite de la barre d’adresse. En cliquant sur ce symbole le flux est chargé, et il est possible de l’enregistrer dans le navigateur web ou de copier l’adresse pour l’enregistrer dans un autre agrégateur.

Les agrégateurs de flux

Bien, maintenant je sais que je peux utiliser un agrégateur de flux pour automatiser la recherche de nouveautés sur mes sites préférés, mais je trouve ça où un agrégateur ?

Déjà il existe deux sortes d’agrégateurs, les applications web et les applications de bureau.

L’agrégateur en application web le plus connu est google reader, et c’est également un des meilleurs agrégateurs.

Dans les agrégateurs de flux pour Mac nous avons:

  • NetNewsWire: C’est l’agrégateur de flux Atom, RSS par excellence. Il est très complet et personnalisable. Il y a moyen de voir les pages web liées directement dans NetNewsWire, mais sans le flash, ce qui est très pratique pour éviter de faire mouliner le mac à cause de la pub !
  • RSSMenu:  Petit agrégateur de flux atom et RSS qui est très pratique pour être notifié d’une modification sur un site web ou un wiki. Couplé avec Growl, à chaque modification d’un flux, il y a un événement growl qui est fait. Pour chaque flux, il est possible de régler la durée entre 2 rafraîchissement. Par défaut RSSMenu mets à jour les flux toute les 30 minutes. RSSMenu se présentent comme une icone dans la barre de menu.
  • Mail: C’est l’application de mail standard du mac. Elle présente les flux de la même manière que les e-mail ce qui est très pratique. (Thunderbird de Mozilla propose aussi cette fonction et depuis plus longtemps que mail)

Dans les agrégateurs de flux pour windows nous avons:

  • FeedDemon: C’est le même éditeur que NetNewsWire.
  • noopod: Qui est également très semblable au fonctionnement de NetNewsWire.

Pour linux nous avons entre autres:

  • Lifera Qui est l’agrégateur le plus populaire dans l’environnement Gnome.

… et il y a encore des centaines d’autres agrégateurs de flux qui sont disponibles sur le marché…

Le futur des flux

D’après moi, l’histoire des flux ne fait que commencer. Historiquement ce sont surtout les sites de news qui ont commencé à proposer des flux pour suivre les modifications fréquentes de l’actualité. Puis ce sont les blogs qui ont popularisé les flux pour suivre la mise à jour des billets qui n’est pas toujours régulière.

Ensuite, le flux a été utilisé pour notifier l’arrivée d’une nouvelle chanson ou vidéo. C’est ainsi que le podcast est né. En plus des informations textuelles, il est maintenant possible de s’abonner à ces flux particuliers que sont les podcast ou vidéocast pour disposer de véritables chaines de télévision et radio personnalisées. (via iTunes ou Miro pour les vidéos youtube également)

Le flux est également très utilisé sur les systèmes de wiki. Il est ainsi possible aux utilisateurs de voir passer chaque modification et de réagir en cas de vandalisme. C’est ainsi que toute modification récente de wikipedia est auscultée par des dizaines de milliers de personnes.

Les flux sont de plus en plus présents dans les applications web. Pour partager des données entre différents services. Toute notification peut être diffusée sous forme de flux.

Il est également possible de s’abonner au flux des modifications de statut de ses amis sur facebook. Ainsi toutes les demi heures, je suis informé, par un petit message growl en bas de mon écran, des modifications de statut de mes amis.

Mon but maintenant est de faire la promotion du flux comme moyen de remplacement du e-mail. Le e-mail est une solution conçue il y a plus de 40 ans qui ne correspond plus aux besoins actuels. Le flux peux avantageusement remplacer le e-mail.

Tout d’abord c’est la news letter qui doit disparaître. Pour s’inscrire à une newsletter, il faut toujours donner son adresse e-mail. Après on ne sait jamais à quoi elle sera utilisée. Malgré toutes les garanties de protection des données fournies par l’expéditeur de la newsletter, l’utilisateur ne maitrise pas son inscription. Il est parfois difficile de se désincrire d’une newsletter car on a perdu ses codes d’accès.

En utilisant un flux à la place d’une newsletter par e-mail. La personne qui veut être tenue informée peut l’être de la même manière que par e-mail (dans le même logiciel sous la même forme, comme dans Mail et Thunderbird). Donc il n’y a aucune différence pour l’utilisateur. Cependant il maitrise sont inscription. Si il désire se désabonner, il suffit d’enlever l’adresse du flux de son agrégateur.

Du côté de l’expéditeur de la newsletter, ce n’est pas facile non plus. Il faut tenir à jour une liste d’adresse e-mail. Il faut envoyer une lettre qui ne soit pas trop moche sur tout les e-mailer du marché qui ne sont vraiment pas tous égaux en capacité d’affichage. Et surtout il faut envoyer des milliers de e-mail sans passer pour un spammeur (ce qui est quand même un peu le cas!).

L’infrastructure technique et de gestion des adresses est très lourde à faire pour un résultat qui est au final pas mieux que celui qu’on obtient avec un flux Atom.

Donc banissez moi ces newletter et mettez des flux Atom à la place !

Pour remplacer les communications privées par e-mail, le principe est de concevoir une architecture comportant des blogs privés pour chacun de ses contacts et des flux pour être notifié des modifications sur les blogs.

La technologie est là. Il suffit de faire les bons assemblages et de convaincre suffisamment de ses contacts d’utiliser ce principe pour que cette solution l’emporte sur le mail. Elle a plus d’avantage et moins d’inconvénient que le e-mail. Un seul exemple: le spam.

L’abonnement au flux dépendant uniquement du désir de la personne qui s’y abonne. Il n’est donc pas possible d’être obligé de lire un flux. Donc personne n’est obligé de s’abonner au courrier indésirable. Le problème du spam est résolu!

Flux pour ce site

Je ne peux quand même pas terminer ce document sans parler des possibilités de flux de ce site. Ce site est conçu pour fournir au format Atom toutes les pages avec leur contenu complet. Dans l’adresse de la page, il est possible en tout temps de remplacer l’extension .html par .xml pour obtenir le contenu courant au format Atom. (ce qui n’est pas utile pour être notifié d’un nouvel article.. mais peut être pour intégrer la page dans un autre système)

En utilisant les tags il est possible de se construire sa propre adresse de flux selon la catégorie qui nous intéresse. Ainsi je peux m’informer uniquement des nouvelles photos qui arrivent sur le blog en utilisant le flux suivant:

Alors que le flux des documents publiés pour le blog est à l’adresse:

Pour les commentaires il est possible de s’abonner au flux de tous les commentaires ou de ceux d’un document en particulier:

Parfois l’extension .php est utilisée, car certains agrégateurs plantent si on leur fourni une adresse se terminant en .xml qui contient des paramètres !

Après toutes ces explications, profitez bien des flux Atom et ajoutez le flux de ce blog dans votre agrégateur favori…  😀