Obligation pour l’Etat de se financer par les banques commerciales

Depuis les années 1970, un nouvelle doctrine monétaire est arrivée à maturité pour être déployée un peu partout.

Il s’agit de l’interdiction pour les banques centrales de financer l’Etat.

Ce qui a pour conséquence d’obliger l’Etat à se financer via le crédit des banques commerciales. Crédit qui se pratique avec des intérêts (ce qui n’était pas le cas avant). On voit ici qu’il y a un intérêt (!) certain à la mise en place d’un tel système pour les banques commerciales.

La création monétaire est le droit du souverain

Historiquement, la création monétaire est un droit régalien, un droit du souverain, du roi, du seigneur.

Le droit de frapper la monnaie donne un pouvoir énorme. Dès que l’on a besoin de financer quelque chose, il suffit de créer la monnaie dont on a besoin. On appelle ce droit de créer la monnaie, le droit de seigneuriage.

Pendant très longtemps, la monnaie reposait sur des métaux précieux, sur l’or par exemple. Cette contrainte empêchait les seigneurs féodaux de créer trop de monnaie. (mais encourageait les conquêtes des voisins pour leur piquer leur or et les mettre en esclavage dans les mines)

Depuis les années 1970, la monnaie a été découplée de sa couverture or. (Surtout suite à la fin de la convertibilité en or du Dollar US annoncée par Nixon le 15 août 1971)

frapper la monnaie celtes

La fin de la couverture or et la peur de l’inflation

Une conséquence de ce découplage a ouvert un nouveau risque, celui que le souverain puisse créer de la monnaie sans limite, et donc créer une inflation gigantesque.

Dans les années 1970, le souverain, dans la plupart des cas, n’est plus un seigneur féodal, mais une collectivité publique qui émet de la monnaie par l’intermédiaire d’une banque centrale.

Cette peur que les politiques abusent de la création monétaire et créent de l’inflation a justifié la mise en place de l’interdiction à l’Etat de se financer par sa banque centrale. Les banques centrales sont devenues totalement indépendantes du pouvoir politique. Un ilot hors démocratie.

Interdiction à l’Etat d’exercer son droit de souverain

Dans le monde francophone, on entend régulièrement l’histoire de la mise en place de ce principe d‘interdiction de financer l’Etat par la banque centrale, sous le nom de « loi Pompidou – Giscard – Rothschild de 1973« .

En effet, c’est le ministre de l’économie, Valéry Giscard d’Estaing qui a mis en place cette loi en 1973 sous la présidence de Georges Pompidou, ancien directeur de la banque Rothschild. Quels sont les intérêts là derrière ? Empêcher l’inflation ou donner un avantage aux banques commerciales ? Ou donner plus d’autonomie à la banque centrale ? Ou une conjonction de tout ça ?

Des études récentes montrent que la fameuse loi de 1973 n’est que la formalisation d’une évolution commencée sous Michel Debré, 7 ou 8 ans plus tôt. C’est-à-dire la volonté d’un jeune inspecteur des finances, Jean-Yves Heberer, de « démanteler le circuit du trésor« , comme il l’explique dans un entretien fait en 1995:

« C’est-à-dire tous ces mécanismes automatiques, qui faisaient que le Trésor, sans bouger le petit doigt, était irrigué de liquidités qui lui arrivaient de tous les circuits financiers français. (On) va peu à peu l’obliger à vivre comme un emprunteur, c’est-à-dire à se poser les questions de l’emprunteur sur le coût de l’emprunt et le service de la dette. »

Pour en savoir plus, c’est à la p99, de la Thèse de Benjamin Lemoine : « Les valeurs de la dette. L’Etat à l’épreuve de la dette publique »

Ce principe inscrit ans la loi de 1973 a été repris dans le traité de Maastricht à l’art 104. Puis encore repris dans le traité de Lisbonne à l’art 123.

Donc toute l’union européenne est soumise à ce principe. Mais en Suisse, qu’en est-il ?

Suite à quelques recherches d’un petit groupe, la BNS nous a renseigné sur le sujet.

En suisse, c’est l’article 11, alinéa 2 de la loi fédérale sur la banque nationale suisse qui nous dit:

« La Banque nationale ne peut ni accorder de crédits et de facilités de découvert à la Confédération, ni acquérir, à l’émission, des titres de la dette publique. Elle peut autoriser, contre des garanties suffisantes, des découverts de compte en cours de journée. »

La raison de ce texte obscure est indiquée de manière plus claire au chapitre 8, (p 23) de la brochure, « La Banque nationale suisse en bref ».

On nous dit:

L’indépendance financière englobe l’autonomie budgétaire, qui découle de la forme juridique sous laquelle la BNS a été constituée, et l’interdiction d’accorder des crédits à la Confédération (art. 11 LBN), ce qui empêche l’Etat de «faire tourner la planche à billets».

L’effet pervers du système

Voilà, nous sommes sauvés, la création monétaire n’est plus en mains du peuple, donc plus soumise au risque du populisme. Seule une élite triée sur le volet aura le droit de créer de la monnaie.

A priori, tout va bien. Mais que se passe-t-il quand l’Etat veut investir massivement dans un grand projet ? Il va devoir trouver de la monnaie. Il va demander un crédit. Quand l’Etat était le souverain, il pouvait soit créer la monnaie nécessaire (avec un risque d’inflation), soit emprunter à sa banque centrale sans intérêt.

Mais avec l’interdiction de la créer, l’Etat est obligé de se financer via les banques commerciales et ceci avec des intérêts. Ce qui change toute la donne.

Voici un petit extrait d’une conférence de Patrick Viveret, ancien membre de la cour des comptes française, qui explique ce système pernicieux :

La véritable origine de la dette publique, c’est le fait de créer de la monnaie avec des intérêts auprès de banques commerciales, ce qui oblige les Etats à s’endetter auprès de ces banques commerciales et à payer des intérêts à ces banques en plus du capital à rembourser.

Ce fait a mis la part des intérêts composés comme étant la part majeure de la dette publique. Si je prends l’exemple français que je connais le mieux, sur les 1500 Milliards de dette publique de la France, il y en a 1350 Milliards qui sont des a des intérêts composés.

Si par hypothèse on n’avait pas changé de mode de création monétaire, s’il continuait à y avoir de la création monétaire publique sans intérêts, la dette française serait aujourd’hui de 150 Milliards et non pas de 1500 Milliards d’euros, ce qui change tout !

Contrairement à une croyance bien ancrée, l’explosion de la dette publique n’est pas due à une mauvaise gestion du budget de l’Etat, mais plutôt aux intérêts composés versés aux banques.

Il n’est pas rare de voir des collectivités publiques demander de nouveaux crédits pour financer le remboursement d’anciens crédits !

Ainsi vos impôts servent essentiellement à financer les banques avant de financer les collectivités publiques.

Un sytème comme celui-ci n’est pas dangereux pour l’Etat tant qu’il a un budget équilibré et qu’il ne se finance pas à crédit. Mais voilà une coïncidence intéressante qu’on observe en France, c’est qu’en 1973 l’interdiction de financer l’Etat par la banque centrale est mise en place, puis Giscard demande un gros crédit, et en 1974 c’est le premier d’une longue série de budgets déficitaires qui commence…  Etait-ce voulu ?

Historique de la mise en place de l’interdiction du financement de l’Etat par la BNS en Suisse.

Bien que la doctrine fût dans l’ère du temps, qui, personnellement, a mis en place en Suisse cette interdiction à l’Etat de se financer avec sa propre monnaie  (art 11. al. 2 LBN) ?

La question a été posée à la BNS et voici la réponse:

Cher Monsieur

Nous vous remercions de votre intérêt pour la Banque nationale suisse.

Vous m’avez posé ce matin une question pour savoir qui est l’auteur (personnellement) de l’alinéa 2 de l’article 11 de la loi actuelle sur la Banque nationale suisse. Cette question n’est pas facile à répondre parce que la loi sur la BNS était élaborée dans l’Administration Fédérale sous les auspices un groupe d’Expert. C’est donc l’œuvre d’un collectif.

Avant d’entrer en matière il est important de rappeler l’histoire :

L’article mentionné fait partie de la loi Fédérale sur la Banque nationale suisse du 3 octobre 2003 (entrée en vigueur le 1er mai 2004, version actuelle du 1er mars 2012).

Dans les années 1995 à 2004 la Suisse a complètement renouvelé son droit monétaire. Sur la base de la Constitution Fédérale (totalement revisée) de 1999 (article 99 ),  la loi sur la Banque nationale fut totalement ré-écrite. L’alinéa mentionné n’apparaissait pas encore dans les versions prédécesseurs de cette loi (voir la loi du 23 décembre 1953 )

Art.11, al. 2 est donc une innovation de 2004 et n’a rien à faire avec les idées pour une banque centrale à l’époque de la fondation de la Banque nationale suisse en 1905/1907.

Un exposé de l’histoire de la loi actuelle se trouve dans le chapitre 9 de l’ouvrage commémoratif écrit à l’occasion du centenaire de la BNS en 2007 (voir plus bas).

Quel est le sens de l’article 11, al. 2 : « La Banque nationale ne peut ni accorder de crédits et de facilités de découvert à la Confédération, ni acquérir, à l’émission, des titres de la dette publique. Elle peut autoriser, contre des garanties suffisantes, des découverts de compte en cours de journée. » ?

Cette alinéa veut assurer l’indépendance financière de la BNS envers l’état : c’est l’interdiction explicite de financer l’état.

Les explications à cet alinéa se trouvent dans le message du Conseil Fédéral concernant la révision de la loi sur la BNS de 2002 et, un aperçu, dans l’ouvrage commémoratif de 2007 déjà mentionné.

« Le groupe d’experts** mit en évidence – conformément à la doctrine* – quatre aspects de l’indépendance d’une banque centrale : son indépendance fonctionnelle, son indépendance institutionnelle, son indépendance financière et l’indépendance des membres de son organe de direction. » (BNS 1907-2007, p.546)

* Quant à la « doctrine », on cite l’essai de A. Alesina et L. Summers dans le « Journal for Money, Credit and Banking » vol. 25(2) 2003, p.151-162 : « Central Bank Independence and Macroeconomic Performance: Some Comparative Evidence ». La constitution de la Banque Centrale Européenne a aussi joué un certain rôle.

** Avec le « Groupe d’experts », la citation désigne le Groupe d’Experts « Réforme du Régime Monétaire » (Suisse) qui a été installé par le chef du Département Fédéral des Finances (Suisse) Kaspar Villiger avec la tâche de préparer les messages au Parlement pour une révision des articles concernant le régime monétaire dans la Constitution et les révisions des lois sur la monnaie et le moyens de paiement et sur la Banque nationale suisse. La loi sur la BNS a été formulé par l’Administration Fédérale.

Les membres de ce groupe étaient :

  • Ulrich Gygi (président, directeur de l’Administration des Finances),
  • Peter Klauser (co-président, directeur à la Banque nationale suisse),
  • professeur Ernst Baltensperger (université de Berne),
  • G.A. Colombo (délégué de l’Administration des Finances),
  • professeur M. Giovanoli (conseiller juridique de la BRI et professeur extraordinaire à l’Université de Lausanne),
  • prof. Ulrich Kohli (Université de Genève),
  • P. Merz (directeur à la BNS),
  • U. Plavec (chef de section à l’Administration Fédérale des Finances),
  • Georg Rich (directeur à la BNS).

L’article 11, al. 2 restait incontesté lors de la vote au Parlement en 2003.

Pour en savoir plus, voir mes sources :
Message concernant la révision de la loi sur la Banque nationale

Ouvrage commémoratif : « Banque nationale suisse 1907 – 2007 »  ou bien les anciens ouvrages…

– « La Vie économique » 03/2003 « La révision de la loi sur la Banque nationale :
http://www.seco.admin.ch./dokumentation/publikation/00007/00021/01583/index.html?lang=fr

J’espère que votre question soit répondu avec mes explications.

Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de notre considération distinguée.
____

Christian Inäbnit
Coordination de la recherche et éducation économique
Bibliothèque

Conclusions

Cet article 11 al2 LBN  a été rédigé par un groupe d’experts nommé par le chef du département des finances de l’époque Kaspar Villiger.

Celui-ci, après sa carrière au Conseil fédéral, est devenu, en 2009, le président du Conseil d’administration de la plus grande banque du pays.. l’UBS.

Coïncidence ou récompense ?

On observe que dans le cas de la France ou de la Suisse, il y a toujours un lien entre la personne qui met cette loi en place et le monde bancaire qui est le bénéficiaire principal !

Bilan du quinquennat de François Hollande

Je me suis toujours intéressé la politique, mais étant suisse, beaucoup moins à la politique française. Mais voilà que ces derniers temps, les incoérences sont tellement flagrante que je m’y suis intéressé… et c’est pas franchement très beau à voir..

Il est toujours intéressant de vérifier les promesses électorales, les faits en rapport avec les discours. C’est le seul moyen de se faire son avis personnel.

François Hollande, début décembre 2016 annonce ne pas vouloir se représenter à sa succession. Il profite de l’occasion pour présenter un petit bilan, plutôt flatteur de son quinquennat.

Un copain disait que cette intervention montre celle d’un homme qui a essayé de faire quelque chose…. mais pas pu !

Là je suis allé regarder les fait. Qui est François Hollande, qu’a-t-il proposé pendant son mandat et qu’est-ce qu’il en dit dans son discours ici.

Heu… certes… le monsieur a peut-être essayé…. mais essayé quoi ?

Je ne suis pas dans ses baskets… donc dur à dire ce qu’il pense vraiment. Mais si l’on observe son bilan. On voit que:

  • soit il a totalement échoué…
  • soit il a très bien réussi…

Donc… tout est relatif. Si l’on se place du côté des intérêts US et des intérêts des multinationales… ce gars est parfait ! Il a accompli sa mission. (d’où peut être sa récompense de « Homme d’Etat de l’années donnée par une fondation US… »)

Mais du côté du peuple français, son mandat est une catastrophe sociale, économique, démocratique, et pour la paix dans le monde.

Modernisation de la démocratie

Il dit dans son discours avoir modernisé la démocratie….. surtout avec les nouvelles régions.

Moderniser ne veut pas dire aller dans le sens de la démocratie !!

Regardons certaines modifications qu’on attendait de lui qu’il n’a pas fait… et d’autres qu’on attendait pas du tout de lui… et qu’il a osé proposer..

  • modification du temps de parole des candidats à l’élection présidentielle… « pour plus d’équité »… alors l’équité version Hollande, c’est donner plus de poids à ceux qui sont déjà en place… et moins à ceux qui ne sont pas connus. Voir les calculs… http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/01/temps-de-parole-vers-une-presidentielle-plus-inegalitaire_4894005_4355770.html
  • Il n’a pas donné suite à la proposition de « parrainage citoyen » pour les 500 signatures de présentation d’un candidat à l’élection présidentielle.
  • Instauré la publication en direct de qui donne une signature à qui… Alors que c’était juste un échantillon qui était donné rétrospectivement. Ce qui va dans la direction du contrôle des partis sur les attributions des signatures, alors que justement De Gaulle avait créé se système pour court-circuiter les partis ! (ce ne sont pas des parrainages, ça n’engage pas le vote. C’est un filtre à candidat farfelus.) Si l’on avait voulu empêcher la démocratie et favoriser la dictature des grands partis, on aurait pas fait mieux !
  • On rappellera le passage en force avec le 49.3 de la « loi travail » pour court-circuiter l’assemblée nationale. Pendant qu’une pétition contre cette loi a atteint 1 million de signatures. La loi se dit être pour « la sécurisation des parcours professionnels« … ce qu’elle demande… faciliter les licenciements.. Novlangue sort de ce texte !!!
  • On rappelle le projet avorté de vouloir étendre la déchéance de la nationalité française aux binationaux nés français. L’extrême droite en rêvait sans jamais avoir osé le proposer…. le président socialiste l’a fait… et dans son discours il dit qu’il a tout fait pour éviter la division des français et l’amalgame suite aux attentats !!!! … puis il avoue qu’il regrette d’avoir fait cette proposition !

François Hollande est un va-en-guerre

La guerre est toujours histoire de propagande. Difficile de savoir ce qu’il en est vraiment…

Mais il y a des signes qui montrent que Hollande applique un programme de guerre au service de l’OTAN dirigée par les USA… et pas dans les intérêts de la France.. et surtout de la paix.

Voici un article qui démonte la manipulation des médias français sur la situation en Syrie:

https://martinbernard.org/2016/10/06/alep-deluge-de-propagande/

Voici que Hollande a accompli le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN... Que de Gaulle l’avait quitté pour garder une France libre de savoir qui sont ses ennemis. Maintenant ce sont les USA qui décident de qui sont les ennemis de la France !

=> Voici un excellent mini documentaire qui explique l’histoire d’amour/haine entre la France et l’OTAN (qui est et a toujours été au service des USA…. et ne cesse de s’agrandir alors que son ennemi théorique à disparu il y a 25 ans ! )

https://www.youtube.com/watch?v=qk0G_7AZae4

François Hollande Homme d’Etat de l’année

A la surprise de l’ensemble des Français, François Hollande a été nommé « Homme d’Etat de l’année » par une fondation US…

https://fr.sputniknews.com/international/201605271025364129-hollande-homme-etat-annee-fondation-usa/

C’est là qu’on peut vraiment se poser la question de savoir pour qui il roule….

François Hollande un habitué du double jeu…

En 1983, il se fait passer pour un responsable de droite dans les médias…

https://www.les-crises.fr/quand-francois-hollande-se-faisait-passer-pour-un-leader-de-la-droite/

Il était déjà adepte des fourberies politiques !

François Hollande un Young leaders

François Hollande fait partie du programme « Young Leaders » de la French-American Foundation.

(Tout comme Macron, NKM, Juppé, Montebourg, Moscovici, Belkacem…. et coté US… le couple Clinton…  et bien d’autres…)

Bref… quand le président et une bonne partie des ministres d’un gouvernement font partie d’un « programme »…   Je pense que le fameux programme… a pas mal de chance d’avancer…

Mais il reste une question... Ils sont programmés à faire quoi ?

La France attaquée

L’Etat d’urgence introduit suite aux attentats divers a permis des perquisitions de nombreuses personnes qui dérangent... et qui précédemment étaient protégées par la loi. (2700 persquisitions le 1er mois)

François Hollande annonce fièrement dans son discours que la grande conférence écologique COP21 s’est tenue à Paris. Il oublie de dire que l’Etat d’urgence a pas mal perturbé la manifestation. Surtout le côté démocratique. Il est a rappelé que l’Etat d’urgence a permis d’assigner à domicile des militants écologistes. Ce sont eux les dangereux terroristes ?

https://www.youtube.com/watch?v=uq72XHngz9M

Parfois ça arrange bien l’état d’urgence… et sa prolongation… Une année après sa mise en place, la France est toujours sous l’Etat d’urgence. Et ceci jusqu’en janvier 2017… à priori..

Sans tomber dans le conspirationnisme, la vague d’attentat pose de nombreuses questions qui dérangent.

Une question sans réponse. Pourquoi le ministre de l’intérieur, sous le sceau du secret défense, empêche les enquêteurs de savoir d’où viennent les armes utilisées dans le massacre de Charlie Hebdo ?
=> L’avis officiel…

Dans le cas l’attaque de Nice, qui est survenue droit au bon moment pour prolonger l’état d’urgence qui touchait à sa fin…. Il semble maintenant qu’on a pas eu affaire à un attentat, mais juste à un acte isolé d’un déséquilibré sadique qui avait juste envie de faire un carnage…. au nom d’une mouvance terroriste plus par mode que par intérêt au message.

François Hollande au service de la finance

Côté social… Avec un président socialiste ça doit être top !?  non ?

La TVA intermédiaire est passée de 7 à 10% … et le taux normal de 19.6% à 20% (mais c’est pas lui.. c’est en fait le programme de l’Union européenne que les Etats membres doivent appliquer.. tout comme les privatisations des services publics, des barrages, de la sécu… et les délocalisations. )

La loi travail passée en force a été promulgué en août 2016. Elle offre de plus nombreuses possibilités de licenciements, c’est comme ça qu’il faillait interpréter le nom de la loi de « sécurisation des parcours professionnel« .

Et pour terminer… je crois que l’on peut monter le plus bel exemple de la catastrophe de la politique de François Hollande pour le peuple…. Durant sa campagne électorale il s’était positionné comme un ennemi de la finance. Mais là… je crois que les actionnaires le voient maintenant comme un ami !

Dans ce discours il dit que l’aide à l’emploi ne passe que par l’allégement des charges des entreprises. Je pense qu’il parle donc du CICE, le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi.

Mesure censée créer 1 million d’emplois….. ça n’a pas marché.. mais le entreprises ont quand même encaissé la subvention.

Donc le CICE = un don de 48 milliards d’euro aux actionnaires.

https://www.youtube.com/watch?v=gY3LtMjyFgc

=> la France est ainsi parvenue en 2015 à la 3ème place mondiale en distribution de dividende !

…. alors qu’en 20 ans, elle est passée de la 2ème à la 22ème place de l’indice de développement humain !

Conclusion

Il a essayé…. ouais…

Soit le système bride n’importe quelle personne…. soit il est fourbe !

En tant que Young leaders on peut se demander si il est fourbe…. et à propos de la TVA, et d’une économie toujours plus libérale, c’est aussi les conséquences de l’union européenne qui décide de tout et impose tout aux pays membres.

C’est ainsi que se développent des partis comme l’UPR de François Asselineau qui pragmatiquement renonce à faire une autre europe et proposent la sortie de l’union européenne pour maitriser son destin. Ceci non par isolationisme, mais surtout pour éviter de subir la dictature de la commission européenne qui concentre des pouvoirs exécutifs et législatifs !
(Il est aussi bon de rappeller que les comissaires ne sont pas élus.. mais désignés par les chefs d’Etat, 1 par Etat membre, le parlement européen pouvant contrôler et censurer les commissaires… mais pas les désigner.)

Le Brexit ne faisant que confirmer l’intérêt de cette voie.

La France est en guerre contre les USA

Voici mon résumé de cette vidéo…

« Qu’avait donc découvert François Mitterrand après 14 ans à l’Elysée ? »

Il avait découvert que la France est en guerre contre les USA….. une guerre silencieuse… sans morts apparemment…. mais seulement apparement….

Petit retour en arrière sur les différences de conception du monde entre les USA et la France (et d’une manière générale l’europe)

  • au 18ème siècle.. Le roi d’angleterre cherche de l’argent..
  • son ministre lui dit qu’il faut taxer les colons.. ça ne se voit pas…
  • => taxe sur la « compagnie des indes britanique »
  • réaction => 16 décembre 1773  « Boston tea party »
  • => indépendance des USA…
  • => révolution avec pour intention la liberté de commerce….
  • France => révolution pour les droits de l’homme. Pour l’abolition des privilège…
  • => pendant ce temps aux USA… les riches ont des esclave..
  • pendant la guerre napoléonienne … les USA attaquent le canada pour l’envahir…
  • => ça ne marche pas. La maison du président des USA est incendiée … et sera reconstruite et repeinte… => white house
  • 1854 => changement de stratégie… => guerre secrète (Andrews)
  • => corruption des institution du canada
  • => modéré l’opposition
  • => tranquilliser l’opinion publique
  • => éviter le débat sur les traités de libre échange….
  • … finalement ça avance…. il y a des traces de document qui disent que les USA veulent annexer le canada… ou un traité de libre échange !
  • => Donc c’est pareil ?
  • => oui… car une fois le marché roi… ce n’est plus la politique nationale qui décide… mais le marché !
  • => la construction européenne se fait pareil… on limite les droits des etats.. on crée une pseudo constitution qui est un règlement commercial !
  • Depuis les 13 colonies. Les USA se sont construit en achetant des territoires….  (Louisianne 1/3 des usa.. 1803, Arizona au mexique 1853, alaska aux russe 1867, ile de guam 1888 à l’espage, ile philipines 1897 au large du vietnam, porto rico 1898, hawai suite à des accords de libre échange 1898, ile caroline, ile marianne, ile vierge en 1917.. )
  • => donc c’est toujours la logique commerciale qui domine dans ce pays.
  • => transition démocraphique finie pour la France.. mais pas pour les anglaise
  • 1952 déclaration de Robert Schumann. créateur de l’europe..
  • Cette déclaration ressemble beaucoup, un peu trop avec la déclaration en1888 de Scherman, sénateur de l’Ohio…   à propos du canada… proposition amicale.. réalisation concrète… pas d’un coup…
  • => la guerre par le libre échange !
  • Dans les années 1950… le parti communiste français disait que la construction européenne est une construction des USA…..
  • => eux ils avaient les sources géopolitiques de moscou.. l’alternative !
  • => on peut se demander ce qu’il en est actuellement…
  • => dans le daily télégraphe.. le 19 septembre 2000 il y a un article à propos d’un document déclassifié… on nous dit que les fondations ford et rockfeller.. ont financés des employés pour faire la construction européenne…  => via schumann et d’autres…
  • En 1965, une note du département d’état US… demande à ses employés de parler d’une union monétaire en europe…..
  • => L’idée de l’euro est née…
  • Pourquoi on ne parle jamais de ça ???
  • Jean Monnet a passé toute la guerre aux USA…  il était conseiller du président…. avant de devenir un des fondateurs de l’europe..
  • Les USA étaient contre de Gaulle… car il était pour l’indépendance nationale…
  • Qui a eu l’idée d’une constitution européenne…   c’est le chef de l’OTAN Einsenhover…. en 1951 avant d’être élu présent des USA en 1952.