Comment parcourir le labyrinthe de la cathédrale de Chartres

Le labyrinthe de la cathédrale de Chartres est très connus. C’est même l’emblème de cette cathédrale.

Le labyrinthe de la cathédrale de Chartres fait 888 pieds romains de long… soit ~261m.
Il a été dit tout et n’importe quoi sur le labyrinthe et sur la cathédrale de Chartres. La version que je trouve la plus sérieuse, c’est celle de Stéphane Cardinaux.

labyrinthe cathedrale de chartres

Stéphane Cardinaux est un architecte dont je vous en ai déjà longuement parlé dans quelques articles. Notamment celui sur l’archéologie du futur grâce aux réseaux telluriques.

Pour savoir ce qu’il dit à propos de la cathédrale de Chartres et de son labyrinthe, c’est à la p122 pour la cathédrale et plus précisément à la p133 pour le labyrinthe de son livre génial « Géométrie sacrée tome 2« . (Le pdf ici ~50Mo … mais oublie pas d’acheter la version papier !)

Voici également une page spéciale sur les labyrinthes sur son site….

Le labyrinthe de la cathédrale de Chartres est un parcours de charge du biochamp humain

Le labyrinthe comporte une cheminée cosmo-tellurique en son centre, elle a des bras positifs. Il y a également un croisement majeur du réseau tellurique fer qui passe au centre du labyrinthe.

La conjonction des deux fait passer les gens sur une alternance de points positifs et négatifs pour le biochamp humain. Le parcours du labyrinthe a pour effet de faire un parcours de charge, un parcours qui fait grandir le bio-champ humain.

C’est très bien conçu. Les retournements de sens sont en général placé sur des points positifs. Ainsi le pellerin va passer plus de temps sur les points positifs et ainsi faire un vrai parcours de charge et pas de décharge !

pieds de Martouf dans labyrinthe cahedrale chartres

Le labyrinthe de la cathédrale de Chartres (mais aussi et surtout tout le reste de la cathédrale, voir à ce propos les parcours proposé dans le livre ) peut servir de parcours de charge du biochamp. Ce qui permet de renforcer sa santé.

labyrinthe cathedrale chartres stephane cardinauxLes 7 cercles du centre sont en fait 7 cercles liés au 7 chakras principaux. Ils permettent des ré-équilibrer les chakras.

centre du labyrinthe de la cathedrale de chartres

Comment bien parcourir le labyrinthe de la cathédrale de Chartres

Sur place à Chartres, j’ai vu beaucoup de gens s’intéresser surtout au centre du labyrinthe, mais pas aux différents cercles autour !! dommage !
Le centre du cercle est certes intéressant, il y a une cheminée, mais l’intérêt c’est surtout le parcours.

Tout comme j’ai vu plein de gens faire le tour du labyrinthe dans l’autre sens…. bon ça c’est pas grave. Mais logiquement, on commence par l’entrée !!! … soit l’ouverture du côté de la porte. Puis on sort du labyrinthe en face en ligne droite en allant en direction du choeur de la cathédrale qui continue le parcours de charges, avec notamment le vortex qui se trouve dans le saint des saints…. là où il est interdit de marcher. (là où il y a la grosse étoile)

Information pratique qui a son importance, le labyrinthe est dégagé des chaises seulement le vendredi ! Donc si tu veux le parcourir, il faut t’y rendre le vendredi.

Pour aller plus loin dans cette vision du monde étonnante qui renoue avec des connaissances perdues lors de la peste noire de 1350, voici mon article fleuve qui explique comment j’ai changé de vision du monde…. peut être qu’il t’inspirera ?

Garde l’esprit ouvert, le monde est fascinant !

Le nombre d’or comme base d’un système d’unité de mesure

Aujourd’hui, je vais te parler du nombre d’or.

L’article wikipedia sur le Nombre d’Or étant déjà jugé comme un bon article, pour éviter de réinventer la roue, il est déjà possible de se référer à cet article , mais j’avais envie de présenter ce nombre à ma manière. De mettre en avant ce qui m’intéresse moi dans ce nombre. C’est à dire surtout une structure fractale du monde qui me questionne. Et surtout, ce qui ne passe pas sur wikipedia, l’utilisation du nombre d’or comme système de mesure universel, très ancien, et même liée au mètre !

Cet article est une base amenée à évoluer, tellement le sujet a du potentiel à se développer.

Le nombre d’or est fréquemment représenté par la lettre grecque Phi, Φ, φ, (Suivant la fonte utilisée on voit 2 caractères différents ici)

Définition du nombre d’or

Le nombre d’or est une proportion, définie initialement en géométrie comme l’unique rapport a/b entre deux longueurs a et b telles que le rapport de la somme a + b des deux longueurs sur la plus grande (a) soit égal à celui de la plus grande (a) sur la plus petite (b).

C’est à dire lorsque (a+b)/a = a/b

nombre d'or en ligne

Voici la même définition avec d’autres mots: Trois points alignés, déterminant deux segments forment une section dorée (un rapport égal à Phi), s’il y a de la petite partie à la grande, le même rapport que de la grande au tout.

Le nombre d’or est le seul rapport qui met en résonance la partie avec le tout. On peut donc le voir comme étant une résonance (fractale) entre la créature et son créateur.

C’est pour cette raison que ce rapport est souvent appelé: La divine proportion.

On peut construire ce rapport dans un rectangle d’or. (le format carte de crédit !)

construction du rectangle d or

La construction s’effectue en construisant un carré. Puis en piquant un point au milieu du côté du carré. Là on place son compas. On l’ouvre sur la distance au coin et on obtient ainsi une longueur de côté qui permet de faire un rectangle d’or.

Valeur du nombre d’Or

Les anciens, et les visuels, préfèrent faire des mathématiques à travers la géométrie. Il est possible de faire de nombreuses choses acec juste une équerre et un compas. Mais le monde actuel préfère rendre les mathématiques abstraites en usant et abusant d’algèbre. Qui est capable de se représenter ce qu’est une racine carrée ? Et bien c’est tout simplement la longueur de la diagonale d’un carré !

Donc observons le nombre d’or dans une vision algébrique des mathématiques.

Le nombre d’or φ est irrationnel. Il est l’unique solution positive de l’équation x² = x + 1. Il vaut exactement (1+√5)/2

Soit environ 1.6180339887…

Un nombre irrationnel est un nombre qu’il n’est pas possible de réduire en ratio, soit en fraction. Contrairement à π, φ n’est pas un nombre transcendant (un nombre transcendant n’est racine d’aucune équation polynomiale)

φ est un rapport naturellement présent dans de nombreuses constructions géométriques.

Le pentagone, et l’étoile à 5 branches est une source sûre pour trouver le nombre d’or.
Observe, on y voit un grand triangle isocèle qui point p2 depuis p5 et p3. On voit également le même triangle à une échelle différente. C’est la définition d’une fractale, l’auto-similarité. C’est le petit triangle isocèle qui point p2 et fait avec la ligne p4 – p1 qui coupe le grand triangle isocèle. En bref, une des branche de l’étoile.

Chaque branche de l’étoile est en fait un triangle d’or. Si l’on divise la longueur du grand côté par le petit on obtient le nombre d’or φ.

On a donc ici un rapport φ dans la construction des triangles d’or. Mais il y a 2 niveaux de triangle. Et si l’on compare les longueurs des côtés de ces triangles d’une échelle à l’autre, c’est aussi φ qui ressort !

nombre d'or pentagramme

Équations remarquables

On peut déduire plusieurs particularités de l’équation  x² = x + 1 dont la solution et φ et vaut (1+√5)/2:

φ² = φ + 1 ≈ 2.6180339887

1/φ = φ – 1 ≈ 0.6180339887

√5 = φ + 1/φ ≈ 1.6180339887 + 0.6180339887 ≈ 2.236067977

C’est marrant, on peut mélanger les multiplications et les additions !!  … un peu comme le but des logarithme qui nous permet avec des additions de gérer des multiplications. (le principe de la règle à calcul)

Progression géométrique et arithmétique

Grâce aux équations remarquables ci-dessus, le nombre d’or est certainement le seul nombre pour lequel on peut faire coïncider une progression géométrique et une progression arithmétique.

x-3 x-2 x-1 x0 x1 x3
1/φ3 1/φ² 1/φ 1 φ φ² φ3
0.235 0.382 0.618 1 1.618 2.618 4.236

La progression géométrique s’obtient en augmentant la puissance (comme sur l’exemple théorique de la première ligne. La deuxième ligne montrant concrètement ce que ça donne dans le cas de Phi) Le résultat approché est indiqué en notation à virgule sur la troisième ligne.

La progression arithmétique s’obtient en additionnant deux nombres successifs de la suite pour trouver le suivant.

Par exemple: 0.618 + 1 = 1.618 → 1.618 + 1 = 2.618 … etc.

Attention, sur la 3ème ligne se sont des valeurs approchées, l’exemple d’addition marche bien, car c’est le moment de la suite où le chiffre 1 intervient et qu’il est donc facile de l’additionner. Pour les autres il faut utiliser la valeur exacte.

Suite de Fibonacci

La suite de Fibonacci a été découverte par Léonardo Fibonacci en étudiant la croissance des générations de lapins.

La suite de Fibonacci est une suite d’entiers dans laquelle chaque terme est la somme des deux termes qui le précèdent. Elle commence généralement par les termes 0 et 1 (parfois 1 et 1) et ses premiers termes sont: 0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, etc.

Les quotients de deux termes consécutifs de la suite de Fibonacci sont les meilleures approximations du nombre d’or.

0 1 1 2 3 5 8 13 21 34 55 89 144 233 377 610 987 1597 2584 4181 6765 10946 17711

C’est à partir du quotient de 144/89 que l’approximation atteint la précision qui est couramment utilisée du nombre d’or.

144/89 = 1.617977

Ainsi, dans la nature, un monde fini et concret et pas un monde mathématique parfait, c’est une approximation du nombre d’or qui est utilisée très souvent. La meilleure approximation est la suite de Fibonacci.
(En d’autre mot, par exemple un écran d’ordinateur un a nombre fini de pixel, ainsi un design doit avoir un nombre entier de pixels, il n’est pas possible de faire des fractions de pixels. Donc pour afficher un idéal mathématique, on fait une approximation Dans la nature c’est pareil.)

La spirale de Fibonacci

En construisant une structure faite uniquement de lignes droites (Très masculines), il est possible de construire une superbe spirale avec une belle courbe (très féminine).
Il s’agit à la base d’un rectangle d’or qui est découpé en un carré et ….. un autre rectangle d’or ! (On reconnait ici le côté fractal du nombre d’or !)

Il suffit de faire un cercle au compas dans chaque carré. (de la longueur du côté du carré)… et voilà, il y a une superbe spirale qui est ainsi construite.

spirale fibonacci

Ça se semble toujours incroyable qu’on puisse faire des cercles qui correspondent chacun à leur échelle et que pouf… à la jonction ça passe si harmonieusement !!  C’est la magie des fractales…

GoldenSpiralLogarithmic_color_in

La spirale d’or est très utilisée dans la nature.

nombre d'or spirale nombre d'or spirale

Le nombre d’or en phyllotaxie

La nature utilise fréquemment la suite de Fibonacci comme base de construction. (pétale, pomme de pin, etc..)

On parle de phyllotaxie.  Il y a plein d’exemples sur cette page.

Il faut se souvenir que le nombre d’or φ est un rapport. Donc au lieu de faire des rapports entre des longueurs des droites comme on l’a fait jusqu’à présent. On va ici faire un rapport sur des bouts de circonférence de cercle.

Donc la circonférence c = a + b

a/b = c/a = φ

(Donc le rapport entre la grande portion de la circonférence et la petite portion de la circonférence qui reste est égale au rapport entre la circonférence complète et la grande partie de la circonférence .. et la seule valeur de rapport possible, c’est φ)

On obtient donc un angle d’or.

Si l’on détermine l’angle en degré qui correspond on arrive à ≈ 137,5°  (C’est donc l’angle en rouge)

angle d'or

Les feuilles se positionnent très souvent de cette manière. Tous les 137° une nouvelle feuille pousse…
(Il semble que ça marche avec 80% des plantes. Selon p.74 de: Jean-François Morot-Gaudry, Biologie végétale : Croissance et développement, Dunod, )


phyllotaxie nombre d'or

Sur cette pomme de pin, on observe qu’il y a un nombre de spirales qui tournent dans un sens (rouge) et un nombre dans l’autre (bleu). Le nombre de spirale dans un sens et dans l’autre est tombe toujours sur une suite de 2 nombres consécutifs de la suite de Fibonacci.

(En 1968 le mathématicien Alfred Brosseau a observé 4290 de pommes de pin et conclu que c’était vrai à 98.2%. Le botaniste Roger V. Jean a refait une telle étude en 1992 avec plus de 12750 pommes de pins de différents genres et il est arrivé à 92% de pives arrangées ainsi. Source: p132 du livre: Le nombre d’or: le langage mathématique de la beauté )

Phyllotaxie nombre d'or pomme de pin

Le nombre d’or en astronomie

Le nombre d’or semble aussi utilisé dans l’agencement des planètes !

En effet, c’est étonnant. Si l’on divise le nombre de jours (terrestres) que la Terre met pour faire sa révolution (sidérale) autour du soleil, par le nombre de jours (terrestres) que Vénus met pour faire sa révolution (sidérale), on obtient comme résultat: le nombre d’or φ (à 99.53%).

Si t’as pas compris la phrase ci-dessus, je fais en bref: le temps que met la terre pour faire un tour autour du soleil / le temps que met vénus pour faire un tour autour du soleil = φ.

J’ai tenté de faire le même calcul avec les autres planètes… mais ça marche pas !
(Mais c’est quand même intéressant. On a une valeur qui est dans une fourchette assez précise. Il semble y avoir une progression régulière. Il y a pourtant un bug, un grand saut dans cette progression entre mars et jupiter. Comme il y a là une ceinture d’astéroïde, je me dis qu’il y avait peut être là une ancienne planète détruite et que si on l’incluait on resterai dans la fourchette que j’ai découverte là…. à creuser… mais pas maintenant)

nombre d'or rapport révolution sidérale planètes

Je suis persuadé que l’on trouve encore le nombre d’or dans beaucoup d’endroits en astronomie. Ne serait que les galaxies en spirale ? .. C’est une spirale d’or ? Il y a tout un débat là dessus… je te laisser chercher si ça t’intéresse…

Comment construire à base du nombre d’or

Le nombre d’or est souvent utilisé en géométrie sacrée. Voici quelques exemples…

Plus haut on a déjà vu la construction du rectangle d’or.

Voici des petits tuto de construction géométrique pour utiliser le nombre d’or φ. Le pentagone contient naturellement en lui tout ce qu’il faut pour avoir le nombre d’or inscrit plusieurs fois sous plusieurs forme.

dessiner un pentagone nombre d'or

La mandorle est aussi une figure fréquente dans la géométrie sacrée. On peut la construire en la calibrant sur le nombre d’or.
nombre or mandorle crop circle

Unité de mesures basées sur le nombre d’or

Il existe plusieurs manière de faire des systèmes de mesures dit « universels ».

Le mètre

De nos jours, on utilise majoritairement le système métrique et le système international d’unité qui en découle. On est habitué aux rapports en base 10 entre les différents « niveau » des unités. On a même donnée des noms aux préfixe des unités qui sont des puissance multiple de 3… (ça parait hyper compliqué dit comme ça… mais c’est simple)

Ce sont les fameux: kilo, Méga, Giga…. utilisé pour 1000, million, milliard…. et en symétrie pour ce qui est petit: milli, micro, nano, femto, ato..   mille fois plus petit que 1, un million de fois plus petit… etc..  (donc la nano technologie, c’est ce qui est 1 milliard de fois plus petit que l’unité métrique)

Les rapports sont donc simples, car notre système de numération est en base 10. (et celui de ordinateur en base 2..)

Bon une fois qu’on sait diviser un mètre en millimètre…. ou le multiplier en kilomètre…  Il ne reste plus qu’à savoir quelle est la longueur d’un mètre.

Alors on défini le mètre comme étant la 10 millionièmes part du quart du méridien terrestre.
(Donc du quart de la circonférence de la terre qui passe par les pôles. Car dans l’autre sens c’est pas pareil et en fait la définition du méridien a changée depuis !)définition du mètre

La légende dit que c’est lors de la révolution française que l’on a voulu se débarrasser des unités de mesures anciennes basées sur la longueurs des pieds et des coudes des rois et adopté un étalons de mesure universel donc basé sur la taille de la Terre ce qui ainsi met sur un pied d’égalité tous les habitants de la planète.

Je dis que c’est une légende, car plus je creuse l’histoire, plus je découvre qu’en fait c’est pas tout à fait exact ! En effet, c’est bien lors de la révolution française qu’on a adopté massivement cette unité de mesure et que Napoléon s’est chargé de la diffuser par la force dans toute l’Europe.

Mais plus je me document, je vérifie et je mesure des lieux anciens, plus j’observe que le mètre était déjà largement connu avant la révolution française !

De plus, la mesure de la planète Terre, donc en racine grecque La « géo-métrie » semble se faire depuis des temps très anciens. On se souvient d’Eratosthène qui a mesuré la terre il y a plus de 2000 ans, avec une erreur de 1%.

Et il semble que l’idée d’utiliser la mesure de la Terre comme unité de mesure est très ancienne aussi.

En 1780, Alexis-Jean-Pierre Paucton disait déjà dans son Traité de Métrologie:

« Je prouve que les Anciens avoient un étalon naturel de mesure, pris dans la grandeur d’un degré du méridien, & que dès les temps ses plus reculés, à remonter même avant la fondation de Ninive, de Babylone & des Pyramides d’Egypte, la circonférence de la Terre avoit été mesurée aussi exactement qu’elle l’a été dans ce siécle ; démontre que cet étalon immatriculé dans la nature & de la valeur de la quatre-cent-millieme partie d’un degré du méridien , étoit universel & commun à l’Asie, à l’Afrique & à l’Europe, à quelques exceptions près ; qu’il étoit celui des Perses, des Arabes, des Juifs, des Egyptiens, des Espagnols qui l’ont conservé jusqu’à ce jour presque dans son intégrité, des Gaulois , des Bretons & des Germains ou Allemands, chez qui on le retrouve encore aujourd’hui dans la plupart des Villes les plus considérables ; compare , d’après les rapports donnés par les Ecrivains, cette Mesure universelle aux nôtres & aux autres Mesures particulières de l’Antiquité, qui font les Mesures Romaines, les Mesures Grecques Olympiques, les Mesures Grecques Pythiques & Maríeilloises qui sont encore en uíàge aujourd’hui en plusieurs Villes de la côte de France qui confine à la Méditerranée, & nommément à Marseille, à Gênes & à Montpellier, & enfin les Mesures des Tongres ou des Bataves, qu’on retrouve également dans le Brabant, la Hollande & ailleurs. »

A méditer sur l’histoire officielle…
… et si ça t’intrigue, fait comme moi, va voir la pierre angulaire qui est dans le sol de la Cathédrale de Fribourg... elle fait bien 1m de diagonale !
… Et bien plus loins dans le passé on trouve le disque de Nebra qui fait 1m de circonférence et Stonehenge qui fait 100m de circonférence….

Bon.. ici n’est pas l’objet de mon article, donc on va revenir au nombre d’or, et je ferai un prochain article sur l’histoire du mètre.

Donc si l’on est habitué au système décimal pour réalisé une division des échelles de l’unité de mesure. On peut aussi faire autrement.

La canne des bâtisseurs de cathédrale

Les bâtisseurs de cathédrale utilisaient un système basé sur le nombre d’or pour définir les unités de longueurs de base:canne des batisseurs de cathedrale

  • La paume  → 34 lignes
  • La palme → 55 lignes
  • L’empan → 89 lignes
  • Le pied → 144 lignes
  • La coudée →  233 lignes

Voici une canne des bâtisseurs pour mémoriser la longueur de ces unités de longueurs.

Ces différent noms correspondent aux rapports de longueur entre différentes partie d’une étoile à 5 branches inscrite dans un pentagone.

Comme on l’a vu plus haut, cette géométrie contient intrinsèquement le nombre d’or à de multiples endroits. On peut aisément observe aussi le changement d’échelle fractal qui est possible avec l’étoile à l’intérieur de l’étoile…. (mais inversée…)

Une bonne approximation pour réaliser une canne des bâtisseurs, est d’utiliser la suite de Fibonacci. Ainsi à chacune des unités de mesure correspond un nombre de la suite de Fibonnacci. Ce nombre peut représenter des lignes.

Ainsi on arrive à faire correspondre des rapports idéaux basées sur le nombre d’or, et les réaliser concrètement grâce à une addition d’une unité des base qui est la ligne. Mais il faut se rendre compte que la suite de Fibonacci est une approximation. On trouve beaucoup d’incompréhension chez les gens qui cherchent à calculer ces unités de la façon moderne sans avoir compris l’idée des rapports du nombre d’or.
(Ils cherchent à arriver aux rapport en faisant des additions de lignes basées sur le grain d’orge sensé faire 4 lignes)

Voici une page web qui fait les calculs à propos de ces unités de mesures basées sur la suite de Fibonnaci.

unité basée sur le nombre d'or paume palme empan pied coudee

unite_nombre_dor paume palme empan coudée pied

Pourquoi est-ce que ces rapports de longueur portent des noms de partie du corps ?

Il est vrai que c’est pratique dans la vie de tous les jours de mesurer un pied ou une coudée. On l’a toujours sur soi. Ça évite d’être coincé car on a oublié son double mètre !

Personnellement, je m’étonne de voir que, hormis le pieds qui est sur une autre partie du corps, le système de longueurs colle passablement bien avec les rapports de proportion.

Quand on voit ci-dessus que le nombre d’or est présent partout dans la nature. Est-ce que finalement le corps humain ne serait-il pas lui même basée sur le nombre d’or ?

C’est aussi l’avis exprimé par Léonard de Vinci avec l’homme de Vitruve, qui exprime l’hommme aux proportions parfaite qui s’inscrit parfaitement dans les mesures de l’univers. (inscrit dans un carré et un cercle, souvent symbole de la terre et de l’univers.)

C’est aussi ce que l’architecte Le Corbusier avait exprimé avec son Modulor. (Qui est indiqué en hommage sur les ancien billet de 10 francs Suisse)

Il y a tout un débat sur ce sujet.

Je pense qu’il est temps de se questionner sur la légende de la création du mètre pour remplacer des unités de mesures « arbitraire » basées sur les mesures du roi ?
Est-ce que finalement l’origine de ce système ne serait pas beaucoup plus élégant et pas juste calqué sur taille du pied ou du coude du roi ?

Peut être que c’est une dérive à la longue d’individus assoiffé de pouvoir qui ont imposé leur membres comme référence, sans avoir compris le système mathématique et à la mesure de l’Homme en général qui sous-tend ce système ? On parle de la mesure du corps humain de façon statistique.

Je me questionne passablement là dessus ces temps, sans avoir réussi à vraiment prendre le temps de faire des recherches plus poussées. Il y a plein d’études statistiques qu’il serait bon de faire.

J’ai notamment aussi entendu parler de la taille moyenne d’un enfant à la naissance qui est « par hasard » très proche de la taille de la Coudée Royale égyptienne, soit 52,36 cm ! (Il y a un lien entre la coudée royales égyptienne, le mètre et le nombre d’or… j’y reviendrai !)

Et le poids de l’enfant à la naissance qui approche le nombre π en kg ! Soit environ 3.14 kg.

Bon, alors maintenant on a une manière de subdiviser une unité de mesure, mais ça ne nous donne toujours pas l’échelle utilisée.

Que vaut une coudée ?

Il y a une manière simple de faire. C’est de prendre le Roi, de mesurer la longueur de son coude et de calibrer ainsi tout le système sur cette longueur. On peut ainsi se souvenir qu’une Coudée fait 233 lignes et ainsi redéfinir toute les unités de mesure intermédiaire avec leurs correspondance en lignes selon l’approximation de la suite de Fibonacci.

Ça explique peut être pourquoi il y a des coudées locales, et il y a la Coudée Royale.
Mais avec cette technique on voit que le Roi était un peu difforme…. sauf pour la coudée !

Mais on peut aussi baser l’échelle sur un lien entre le corps humain et la taille de la planète !

L’empan

La première fois que j’ai entendu parler de l’empan, c’était quand j’étais ado. Mon grand père m’avait offert les oeuvres de Rablais. J’y ai vu un livre avec un langage aux tournures de phrase très anciennes et aux innombrables notes de bas de page pour expliquer tout le contexte.

Il y avait l’empan comme unité de mesure. J’y ai appris en note de bas de page qu’un empan vaut 20 cm. J’ai trouvé ça très pratique. Depuis j’utilise régulièrement l’empan comme unité de mesure quand je n’ai pas sur moi mon double mètre !

empan humain unité mesure nombre d'or

Et là j’ai rapidement remarqué que 5 empan = 1 mètre.

Donc pour calibrer mon système de coudées, etc… pourquoi ne pas dire qu’un empan, soit 89 lignes = 1/5 de mètre ? Le mètre étant le 10 millionième du quart du méridien terrestre (circonférence)

Et voilà !

=> Là j’entend tout de suite ceux qui me disent…. « C’est pas possible… car le mètre a été inventé à la révolution française ! »

Voilà voilà…. c’est pour ça que j’aimerai creuser cette légende…. Car il y a un faisceaux de faits qui montrent que cette fable ne colle pas. qu’il y avait une connaissance plus ancienne du mètre. Ou du mois, d’une unité de mesure qui a un lien avec la circonférence de la terre et qui fait que « par hasard » on retombe sur la même chose !

Alexis-Jean-Pierre Paucton nous dit bien en 1780 qu’il existe une unité de mesure qui vaut « la valeur de la quatre-cent-millieme partie d’un degré du méridien« . (Il ne dit pas le nom de cette unité !!)

A la page 110, de son Traité de Métrologie, il dit qu’il utilise la grande pyramide de Gizeh comme élément de comparaison pour retrouver les valeurs des unités historique. (Il n’y a pas beaucoup de monument mesurés précisément tout au fil de l’histoire de l’humanité qui existe encore !)

traite metrologie paucton p109

Paucton nous dit que selon Héron d’Alexandrie (Je crois bien que c’est celui-là de Héron !), 1° du méridien terrestre vaut: « 16 2/3 Schenes, 66 2/3 milliaires Egyptiens & Phéniciens, 500 stades, 200000 coudées, 300000 pies philétériens, 360000 pieds Romains, 400000 pieds géométriques, & 533245 1/3 spithames. »

Je m’étonne de voir autant de valeurs rondes. (même les 2/3 sont « ronds »: ex: 16 2/3 => c’est 50/3)
C’est pour « arrondir » et donc montre une imprécision, ou alors justement ça montre bien que le ° de méridien est une unité fondamentale sur laquelle on a construit d’autres unités de mesure ?

Puis il nous dit que « le côté de la base de la grande pyramide d’Egypte pris cinq cents fois (…) » « (…) chacun en particulier est précisément la même mesure d’un degré« .

« D’où je conclus que le côté de la base de la grande pyramide étoit d’un stade juste tel qu’il est défini par Marin de Tyr, par Ptolémée & par Héron. »

traite metrologie paucton p110Donc pour résumer:

Un degré de méridien vaut 500 stades, soit 500 fois le côté de la base de la grande pyramide de Gizeh.
→ le côté de la base de la grande pyramide vaut 1 stade
→ un degré de méridien vaut 500 fois le côté de la grande pyramide.

(On aurait donc construit la grande pyramide sur la base de ce coté qui vaut 1/500 de 1° de méridien ?)

Si on reprend ce qu’il disait au début du livre, alors il doit exister une unité de mesure ancienne qui vaut la 1/400 000 d’un degré de méridien.
→1/400 000 de 500 fois le côté de la grande pyramide. (440 Coudée Royales Egyptienne soit ~230m)

Donc d’après les ~230m, je trouve que cette fameuse unité ancienne vaut 28.75 cm.
C’est dans l’ordre de grandeur de ce qui correspond à un pied. (mais c’est pas le pieds des bâtisseurs qui vaut plutôt ~32.3 cm)

Donc sachant qu’un pied, c’est 144 lignes. Je peux calibrer le reste de mon système de mesure.

Ceci à partir d’un écrit de ~2000 ans repris dans un écrit d’il y a ~200 ans….

A creuser…..

La Coudée Royale Egyptienne

Vu qu’on parlais de coudée, voici un des plus célèbre. Ça nous permettra aussi d’en savoir un peu plus sur le calcul fait ci-dessus en utilisant une taille de pyramide en coudées.

Alors la Coudée Royale Egyptienne vaut entre 52 cm et 54 cm selon ce que l’on peut lire sur wikipedia. C’est la version officielle, basée sur les différents « bout de bois » qui représentent la coudée qui ont été retrouvé.

Les unités de mesure ne sont pas pour moi quelques chose totalement dénué de sens, qui sortent de nulle part. Elles sont souvent très réfléchie. Il y a un sens derrière une unité. C’est un symbole. Ici, c’est une explication mathématique qui a nous permettre de retrouver la définition de la Coudée Royale Egyptienne.

Comme dit plus haut, j’aime bien voir les maths de manière géométrique.

Nous allons ici construire une joli hexagone bien régulier. Depuis que je suis gosse j’aime bien faire ça. C’est surtout depuis que j’ai découvert que c’est tout simple, avec juste un compas.

Il suffit de faire un cercle. De garder le même écartement. (donc le rayon du cercle) et de dessiner des portions d’arc avec le même écartement.
Là on remarque une particularité mathématique, ça me donne exactement 6 parts égales si je coupe ma circonférence avec des tranches de la taille du rayon !

Tout simple de faire un hexagone. Mais quelle lien avec la coudée Royale Egyptienne ?

hexagone

Et bien le lien est simple. Le fameux écartement de compas que j’ai utilisé pour faire mon hexagone me donne 2 choses:

  • L’écartement lui-même, soit une droite entre 2 points. C’est la longueur d’un côté de l’hexagone. (en plus d’être le rayon du cercle)
  • Une portion de circonférence du cercle. Soit 1/6 du cercle.

Et voilà…. la Coudée Royale Egyptienne, c’est cette portion d’arc. Ce sixième de la circonférence d’un cercle.

Comment on calcule la circonférence d’un cercle ?
C = 2 π * le rayon = le diamètre du cercle * π

Donc la Coudée Royale Egyptienne, c’est π/6 fois le diamètre. C’est la partie représentée ici en vert.

Coudée Royale Egyptienne

Ok, bon…  En math géométrique abstraite, on voit bien ce que c’est. Mais pour les gens qui aiment les math avec des chiffres… ça fait quoi π/6 ?=> 0.52359877559….

Ok, mais, 0.523 quoi ?
C’est o.523 fois le diamètre du cercle !! On a un juste un rapport. C’est vrai que c’est pas simple de mesurer quelque chose comme ça. Il faut un lien avec la réalité.

Et si je prenais 1 mètre comme diamètre ? ça me donne donc tout de suite une valeur pour la Coudée Royales Egyptienne en mètre.
Donc la Coudée Royale Egyptienne vaut 0.52359877…. mètre ! 
→ On est bien dans les mesures des bâtons retrouvé qui font entre 52 et 54 cm !

Voilà, c’est très bien. On a retrouvé la valeur théorique de la Coudée Royales égyptienne.

…. mais comme plus haut, j’entends déjà les cris……   mais c’est pas possible… t’as pas le droit de faire ça…. T’es en train de me dire que tu calibres la coudées royale égyptienne sur le mètre !! … donc un truc qui a été utilisées il y a des milliers d’années par une unité inventée il y a 200 ans lors de la révolution française. C’est pas possible !

Ouais, en effet, ça pose un soucis ! C’est pour ça que cette explication n’est pas officiellement admise par l’archéologie, que la page wikipedia n’en parle pas. (Mais il y a un débat sur la page de discussion)

Mais alors pourquoi ça marche ? Certains vous dirons que c’est Dieu…. et d’autres le hasard… (ce qui est assez proche… évoquer le hasard pour tout ce que l’on comprend pas ça ressemble à une religion… alors qu’il est si simple de dire: « Je ne sais pas ». )

Comme dit plus haut. Je ferai bientôt un article là dessus, car il commence à y avoir beaucoup de coïncidences.  Le hasard fait vraiment bien les choses, il place le mètre dans bon nombre d’objets, surtout dans des cathédrales et observatoire astronomique anciens.

Selon le même principe, le pied druidique c’est 1/10 de la circonférence d’un cercle de 1m de diamètre. → soit π/10 en mètre…..  Donc il y a plein d’unités liées au mètre.

One more thing…

Ce n’est pas tout… On est bien ici en train de parler d’unité de mesure basée sur le nombre d’or ! Et bien il se trouve que la Coudée Royale Egyptienne a aussi un lien avec le fameux nombre φ.

On a vu plus haut que la Coudée Royale c’est le bout vert du cercle, soit  π/6. Le reste du cercle, le bout en rouge, vaut donc 5 * π/6.

En nombre ça donne:

5 π/6 ≈ 2.61799387799

Ça te rappelle pas quelques chose écrit tout en haut ?

φ² = φ + 1 ≈ 2.6180339887

En effet, à un cheveu près, c’est pas « exact » ce qui génère de grand débat, la partie rouge du cercle vaut φ².

Si c’est la précision mathématique que l’on cherche, c’est pas parfait. Mais si c’est pour une construction. La différence est minime, quand je dis à un cheveu près…. c’est déjà très gros un cheveu. Là on est à un centième de mm d’écart si l’on se base sur le cercle de 1m !

Liens mathématiques entre le nombre d’or et des nombres « spéciaux »

Cette petite in-exactitude me questionne beaucoup et elle fait aussi couler beaucoup d’encre (ou de pixels) chez les sceptiques.

Il faut quand même dire que l’on mélange là des nombres très spéciaux. Les nombre φ et π sont irrationnels. Il ne se mélangent pas facilement à d’autres. Pire, π est transcendant. Donc réussir à faire quelques chose qui mélange ces deux nombres, c’est peut être juste pas possible ?

Sur un plan philosophique le nombre d’or est souvent vu comme la perfection a atteindre, et les constructions qui en découlent sont généralement réalisées avec une approximation à l’aide de la suite de Fibonacci, car c’est le moyen accessible dans l’imperfection du monde.

Ainsi la coudée royale égyptienne est peut être la meilleure approximation possible du lien enter le π et φ ?

Le problème de la quadrature du cercle est un problème de mathématique qui a occupé les mathématiciens pendant des millénaire. Il s’agit de construire avec les outils du géomètre, un carré de même air, qu’un cercle donné. Pour faire un carré, on a besoin de sa diagonale, et il se trouve que cette diagonale comme je l’ai mentionné plus haut, c’est la racine carrée. Et là il faut trouver la racine carré de π.
Comme π est un nombre transcendantal, et bien il est impossible de réaliser cette opération par une construction géométrique, juste avec un compas et une équerre.

J’ai cherché si il y des liens connus entre ces deux nombres spéciaux. J’ai trouvé un document qui mentionne une solution approximative à 1% près et une à 0.02% près en passant par le nombre i , soit l’unité imaginaire des nombres complexes. Il est intéressant que cette solution fasse intervenir le nombre e ! un autre nombre étrange !

φ² + e² + (i/e)² = π²

Donc effectivement, la Coudée Royale Egyptienne semble vraiment la meilleure approximation de ce lien entre π et φ .

Conclusions

J’ai ouvert beaucoup de portes dans cet article. Le nombre d’or fascine depuis des millénaires, et je crois que ce n’est pas fini.

Je pense qu’il y encore beaucoup à redécouvrir à propos de la compréhension des anciens à propos de ce nombre, de ce rapport que l’on trouve partout dans la nature, et qui semble une référence universelle. Donc c’est bien compréhensible qu’on ai voulu l’utiliser comme base d’unités de mesure.

J’ai l’intuition, qu’il y a encore quelque chose à découvrir autour du mètre. Est-ce que cette unité est naturelle ? Elle est calibrée par rapport à la planète, mais est-ce qu’il y a quelques chose de plus ? Tout comme on a vu qu’il y a un lien fractal entre les triangles dans une étoile à 5 branches. Il y a peut être un lien fractal entre la dimension de la terre et la dimension humaine et de là découlent des unités de mesure naturelle à échelle humaine, comme à échelle planétaire, voir universelles…. ?

C’est en tout cas suggéré par Leonard de Vinci dans son homme de Vitruve…

A méditer.

Da_Vinci_Vitruve_Luc_Viatour

 

Comment le web change la société et fait s’effondrer les pouvoirs en place

Il y a huit ans j’écrivais sur mon blog un article pour fêter les 10 ans du passage à l’an 2000….
L’an 2000 était le symbole du futur pour toute la fin du 20ème siècle..
« on aura des voitures volantes en 2000 »

Là je faisais un bilan en disant que les voitures volantes… on en voit toujours très peu…. mais par contre ce que l’on avait pas trop imaginé c’est une nouvelle révolution dans le domaine de l’information. Et à chaque fois ça a été de grands changements.
L’invention de l’écriture a figé le droit, et créé la notion d’Etat..

J’y écrivais:

« La dernière révolution dans le domaine des technologies de l’information c’était il y a 500 ans. C’était l’invention de l’imprimerie. La diffusion massive de bible a entrainé la réforme. La fin de la main mise toute puissante de l’église catholique.

Que va changer l’utilisation massive du web ? »

Et bien en 2010, j’étais incapable de répondre à cette question. En 2018, je commence à voir une direction.
C’est la fin de nombreuses autorités établies.
Le pouvoir ne peut plus se baser sur l’information.
L’information circule librement et il y a un gros boom de l’information alternative. (même si seulement une minorité de gens ne s’informent que par ce biais… ça change)

Il y a des communautés entières qui se créent autour de sujets qui étaient marginaux et qui ainsi trouvent la force d’exister.

Déclin du journalisme

Le marché des magazines papiers spécialisés s’est effondré avec l’arrivée des blog.
Le journalisme est en crise depuis que l’information circule gratuitement en ligne.
La réaction de la presse a été de créer des quotidiens gratuits… grave erreur… on a sabré la presse et tout sacrifié à l’espace publicitaire.
Les journaux vont de réduction budgétaire en réduction budgétaire.
En Suisse, le magazine l’Hebdo a fait grand bruit lors de sa disparition.

L’effondrement de la presse comment à faire bouger les politiques. Voici ce que disait Ada Marra fin 2017:

Disparition de L’Hebdo, licenciements au Temps, menace de disparition de la version papier du Matin, fusion des rédactions de 24 heures, Tribune de Genève et du Matin Dimanche, fusion des rédactions du Matin et de 20 minutes, ou encore fusion annoncée des agences ATS et KEYSTONE: «à terme, il est à craindre qu’il ne reste plus grand chose de la presse écrite, mettant en danger la diversité des informations et de ce fait, la démocratie»

La centralisation des médias est devenue encore plus grande car c’est le seul moyen pour survivre…. ou selon un autre point de vue.. pour faire du fric détriment de la vraie information... Au final ça ne change rien c’est un effondrement des médias d’information !

Voici un historique intéressant de Tamedia qui domine la presse suisse. Le groupe s’est diversifié dans les outils web tout en monopolisant la presse suisse (en suisse romande surtout depuis 2009) ce qui lui permet de faire des économies d’échelle en fusionnant les rédactions. Ainsi la diversité journalistique n’est qu’une vitrine.

Voici un aperçu des médias français. On voit qu’une poignée de milliardaires détiennent le gros des médias.

https://martouf.ch/wp-content/uploads/2018/01/media-sarkozy-proprietaire-medias-en-france-milliardaires.jpg

Même si ils s’en défendent souvent, il ont une influence sur l’opinion publique. Ne serait qu’en favorisant l’info sur leur activités (le reportage sur Tf1 de la construction de la grand mosquée de Casablanca par Bouygues) et en ne parlant pas de certains sujets. (les « no news » qu’Olivier Berruyer tente de faire passer sur son site les-crises.fr )

medias france miliardaires

Puis, il y a des initiatives digne de l’inquisition qui émergent comme l’outil Decodex du journal le monde. Un outil pour mettre à l’index de façon arbitraire et unilatéral les concurrents avec qui ont est pas sur la même ligne politique !!

Voici quelques articles qui montrent les dérives du Decodex. Il est illusoire de penser qu’on peut bannir une source par qu’une fois elle a fait une erreur. L’information est à analyser au cas par cas. Ainsi le journal le Monde lui même devrait avoir une mauvaise note car il a aussi par le passé relayé des infos par forcément exacte.

.. il est quand même à rappeler que l’origine de la presse se trouve justement dans la politique. Histoire d’expliquer sont point de vue sur l’actualité. Un journal n’a jamais vraiment été neutre et objectif comme on tente de nous le faire croire.

Alors ainsi, il y a un frange de la population qui ne crois plus au journaliste et aux médias…
Les médias s’effondrent et le complotisme prend de l’essor (ce sondage est quand même largement critiqué pour ses questions biaisées..). C’est souvent un terme péjoratif qui est utilisé par les médias pour qualifier les gens qui ne croient plus en l’avis consensuel médiatique global.

Après il y a quand même des « vrais » complotistes qui voient une machination partout et ne croient vraiment en plus rien… ça peut devenir maladif, même si à la base c’est sain de douter.

Il y a des outils comme captainfact.io qui commence a émerger pour aider les gens à faire un travail de journaliste et recouper des infos. Vérifier des affirmations.

Le journaliste comme personne d’autorité dans la société, c’est en déclin.

Déclin de l’autorité politique

La politique change… si on parle de fake news c’est suite à la campagne de Trump… (le terme est arrivé sur wikipedia en février 2017 !)
Wikilieaks et ses révélations sur Clinton on certainement eu de l’influence.
Car on voit là un mauvais score d’élection pour Trump.. Sa victoire a surtout été la défaite de Clinton.

Trump a gagné grâce au système de grand électeur, mais en terme de population il n’est pas soutenu. L’anamorphose ci-dessous permet de le voir un peu mieux.

trump USelection2016Cartogram

En France aussi… Macron est le plus mal élu des présidents français..
23% au premier tour.. avant d’agiter la peste comme alternative.
(Pour info le revenu de base inconditionnel a fait 23% de OUI en suisse… et ça a été vu comme une défaite…   alors est-ce que 23% de soutiens est une victoire ?)

La confiance dans la politique s’effondre….

Remise en cause de l’école ?

L’école change, le bourrage de crâne ne sert à rien quand on a le web dans sa poche….. Il faut apprendre à trier l’information et que chaque personne fasse un travail de journaliste.

L’école utilise une forme d’apprentissage qui est très ancienne et date de l’époque de la révolution industrielle.
Avec toutes les tensions que j’entend de la part d’enseignants et de parents… je pense que ça va péter prochainement… mais c’est encore bien en place.

Effondrement du système monétaire

Le système monétaire est également sur le point d’imploser… Ces 10 dernières année depuis la crise financière ce qui était une non information devient une information. Il y a de plus en plus de gens qui savent comment fonctionne le système monétaire et que ce n’est pas à son avantage.
De nombreux pionniers ont créé d’autres systèmes. Il y a deux courants. Les cryptomonnaies et les monnaie locales complémentaires.
Le système en place résiste, devient agressif. Il tente de conserver ses privilèges. (bail-in, réduction du cash) Mais quand on voit qu’en suisse une initiative arrive pour proposer une modification du système monétaire… (initiative monnaie pleine) il y a un raz de marrée de changement qui arrive. D’une manière où d’une autre les gens réagissent !

Et tout ça c’est du à l’information qui circule… via des groupes qui n’existent que sur le web.. via des vidéos sur youtube… via d’innombrables blog.. et relayé par des réseaux sociaux.

Ainsi c’est là le je pense le changement qui nous arrive avec cette révolution dans le domaine de l’information.

Les 12 principes de la permaculture

Voici les 12 principes de la permaculture et comment je les ai compris:

  1. Observer et créer des interactions (Chaque élément a plusieurs fonctions et chaque fonction est assurée par plusieurs éléments)
  2. Capter et stocker l’énergie. (Notamment placer les éléments utilisés fréquemment dans les zones visitées fréquemment)
  3. Obtenir une production, créer de la richesse. (l’étymologie de richesse étant « Puissance créatrice »…)
  4. Appliquer l’auto-régulation et accepter les réactions.
  5. Utiliser les ressources et services durables.
  6. Ne pas pas produire de déchets.
  7. Concevoir le design d’ensemble avant d’en venir aux détails.
  8. Intégrer plutôt que séparer.
  9. Adopter des solutions à une échelle gérable. (donc souvent à échelle humaine, à petite échelle, et s’armer de patience)
  10. Favoriser la biodiversité.
  11. Valoriser les effets de bordure. (1+1 = 3, comme dans un couple ! Il y a chaque partie et ce qui émerge de là.)
  12. Réagir au changement de manière créative.

C’est David Holmgren qui est à la base de ces principes de la Permaculture. On en trouve plusieurs versions et parfois je trouve que c’est soit mal traduit, soit qu’il en est pas assez dit pour bien comprendre… à voir si je fais mieux ? 😛
(sans explication c’est de toute façon pas simple)

https://martouf.ch/wp-content/uploads/2017/08/12-principes-permaculture.jpg

Voici ce que donne l’application de ces principes de permaculture dans le concret. Ça fait envie non ?
(Il s’agit de la video de teaser du MOOC des colibris sur la permaculture..)

Qui décide des transactions a intégrer dans la blockchain du bitcoin ?

… et pas seulement dans le bitcoin, mais dans toutes les blockchains.
J’ai fais mon enquête… et je vois que finalement la blockchain ne résout de loin pas tout et repose de manière forte la question éternelle… Qui décide ?

Contexte: le bitcoin et la blockchain en bref, c’est quoi ?

Je vois que le bitcoin et ses envolées spéculatives fait beaucoup parler de lui.

Puis de nombreuses autre Blockchain sont apparues. Et certains auteurs parlent déjà de la future révolution des blockchain qui vont coloniser le monde et remplacer tout type de base de données que l’on utilise partout. Voir même de remplacer le web et l’internet.

Pour rappel, une blockchain, c’est pas très compliqué. Ce n’est finalement qu’un tableau d’affichage public géant sur lequel ont peut y déposer des post-it. Mais plus jamais les supprimer.

dazibao

Quand on crée une monnaie comme le bitcoin, ce tableau d’affichage sert à y mettre toutes les transactions qui sont faites. Ainsi il est possible de vérifier que personne ne triche et ne dépense plusieurs fois ces bitcoins.

Mais un tableau d’affichage, ça sert à plein de choses. C’est là que certains imaginent appliquer le principe partout. Comme par exemple pour les actes notariés, les testaments, etc.… Tout ce qui a besoin d’une base de donnée qu’il est impossible de falsifier.

Finalement on retombe très vite dans le problème éternel: qui décide !

Qui décide de quoi afficher sur le panneau ? qui vérifie que personne ne triche ?

C’est toute la question de l’autorité qui remise en question ici.

Dans le bitcoin, c’est la loi du plus fort qui décide

Pour bien comprendre ceci, j’ai eu envie de me plonger à fond dans les détails pour vraiment comprendre comment fonctionnent les blockchains.

Je cherchais à comprendre des aspects très technique sur le fonctionnement de la preuve par le travail des blockchain…. et j’ai trouvé.

J’avais déjà joué avec le bitcoin en 2011… quand la blockchain faisait 20Mo… (elle fait maintenant 120Go) c’était facile… mais j’ai pas laisser tourner mon soft assez longtemps…. avec ce que l’on me promettait à l’époque en bitcoin je serai millionnaire si j’avais continué !!! 

Au delà de bitcoin j’observe aussi le développement de Ethereum qui me semble avoir là le potentiel de la fameuse révolution blockchain dont on nous parle tant…

Ethereum est vraiment une plateforme de developpement. D’ailleurs la version électronique de la monnaie locale le Léman est basée sur ethereum.

Et surtout ethereum a annoncé que la blockchain allait passer de la preuve par le travail à la preuve par l’enjeu.. mais ils cherchent encore l’enjeu !!

Donc, question ressources, c’est plutôt bon signe. Car la révolution blockchain, à mon avis, ne peut pas se faire avec un tel gaspillage de ressources comme on le voit avec le principe de la preuve par le travail qui demande le gaspillage d’une énergie colossale !

Voici à quoi ressemble une ferme de bitcoin en Islande… pays intéressant car il y fait froid (donc moins besoin de refroidir les ordinateurs) et l’électricité n’est pas chère à cause de sa production en géothermie…

Comment fonctionne la Preuve par le travail (proof of work) ?

Le principe de base, c’est que la chaine de block est unique. (donc centralisée contrairement à beaucoup de gens qui disent qu’une blockchain est décentralisée. Voir à ce propos mon article sur la centralisation du bitcoin)

La blockchain est centralisée, mais répartie. Chaque noeud a une copie. (il y a actuellement ~ 8000 noeuds https://bitnodes.21.co/  ça grimpe un peu.. ça avait chuté drastiquement jusqu’à ~5000)

Comment faire pour décider de qui a le droit d’ajouter des blocs à la blockchain ? En cas de conflit de version de branche qui décide quelle est la vraie chaine, la juste ?

On suppose que les gentils vont mettre plus de ressources à disposition pour protéger la blockchain. C’est le principe de la preuve par le travail.

Ainsi on fait travailler les gens qui utilisent le système. Et ceux qui travaillent plus que les autres ont le droit de choisir les blocs qu’ils ajoutent à la blockchain.

Concrètement, le travail qui est fait c’est de résoudre des hash sha-256

Le hash est une fonction à sens unique qui est très utilisée en informatique. On utilise, md5, sha1 ou sha256…  mais pour comprendre un simple sinus suffit.

Le sinus de 30° = 1/2 …  mais 1/2 .. c’est le sinus de quel angle ? ….. ça peut être 30°.. mais ça peut aussi être 150° !! et on peut envisager avoir un angle qui fait plusieurs tours du cercle…  donc impossible de savoir quel était la valeur entrée dans la fonction quand on connait seulement le résultat.

C’est ce principe qui est utilisé pour les systèmes de mot de passe. Le système qui vérifie le mot de passe ne connait pas le mot de passe. Il ne connait que le résultat du mot de passe passé à travers une telle fonction.

Ainsi, si la base de données d’un serveur qui vérifie des mots de passe est piratée, ça ne donne toujours pas accès au mot de passe.

Cependant, il y a des gens qui ont fait des dictionnaires de tous les mots et leur correspondance avec le résultat de fonction comme md5…  histoire de faire des attaques dictionnaire !

C’est pour ça que de nos jours, il faut faire des phrases de passe très longues et plus des mots de passe.

Donc pour revenir aux blockchains. Plus particulièrement au bitcoin qui utilise la fonction de hash sha 256. Le but c’est de trouver un hash qui a un résultat qui commence par un certain nombre de 0

Ex: 0000423efa46afc7…

Comme on ne connait pas comment arriver à un résultat voulu. Il faut faire des essais. Il faut arriver à un hash qui correspond à la condition donnée en utilisant les données du bloc et en faisant varier quelques caractères aléatoirement jusqu’à y arriver.

La difficulté s’adapte à la puissance de calcul… (le nombre de 0 qui débutent le hash)

Donc quand il y a une course à la puissance des gens qui gèrent le réseau et reçoivent des bitcoins en échange, et bien on arrive vite aux limites physiques de ce qu’il est possible de faire. Ainsi ce ne sont plus des ordinateurs standards qui sont utilisés pour gérer le bitcoin, comme je le faisait en 2011… mais ce sont des circuits intégrés (ASIC) spécialisés dans le hashage !

Il faut de nos jours en moyenne 200 milliards d’essais pour tomber sur un hash qui correspond au critère qui lui permet d’être accepté.

Ça prend du temps ! et ça consomme beaucoup d’électricité... pour …. rien faire d’utilesauf montrer que l’on est prêt à gaspiller plus d’énergie que les autres pour assurer que le bitcoin fonctionne correctement.

Voici à quoi ressemble une ferme de minage de bitcoin en chine…  moi ça me fait peur !

Si un méchant forge un bloc qui lui permet de dépenser plusieurs fois le même bitcoin, il doit être très très rapide. Comme les blocs sont chainés, il doit recalculer tous les blocs depuis sa transaction et les imposer tous de manière plus rapide que le reste du réseau de noeuds. Ainsi il doit mettre exponentiellement plus de ressource que les autres qui suivent l’algorithme gentil.

Comme on est aux limites de ce qu’il est possible de faire en calcul. Avoir exponentiellement plus de ressource est impossible. Tout la fiabilité de la preuve du travail repose là dessus.

Mais si il est impossible par ce moyen de tricher…. ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres moyens…

Que se passe-t-il si un méchant contrôle la majorité de la puissance de calcul des noeuds ?

C’est ce que l’on appelle  l’attaque des 51%.

Si la majorité des gens qui ont la puissance de calcul sont gentils ça marche. Mais si un jour un méchant détient au moins 51% des ressources en calcul des noeuds. Alors là… il peut potentiellement faire ce qu’il veut.

C’est pour cette raison que la mutualisation des ressources de différents noeuds dans des fermes de serveur est souvent observée de près. Il y a la crainte que si beaucoup de gens s’associent, ils risquent d’avoir 51% de la puissance de calcul !

C’est ce que l’on observe avec le cas Ghash.io qui a eu tellement de succès en 2014 que cette ferme de noeuds concentrait 42% de la puissance de calcul du réseau bitcoin. Ils ont donc du faire profile bas et on promis de ne jamais dépasser 40%.

Comment se passer de la preuve par le travail ?

Donc quand je vois le gaspillage de ressources qui est fait. Je me dis que le système de preuve par le travail n’est pas viable à long terme. (proof of work) Ethereum va passer à la preuve par l’enjeu. (proof of stake) Mais quel enjeu choisir ? qui a le droit de décider de valider les blocs ?

Il y a des idées de devoir investir un peu de monnaie. D’avoir une certaine ancienneté, de détenir un certain montant dans le monnaie de la blockchain ce qui prouve que l’on veut que le système fonctionne.

Bref, on retombe dans le classique problème de savoir qui dirige. La preuve par le travail, c’est la loi du plus fort. Et celui qui a le plus de monnaie, c’est le vote censitaire de l’époque.

On peut la remplacer par la noblesse. Donc par des autorités désignées par ce qu’elle est sont désignés autorité avant les autres. C’est le cas avec les certificats SSL, avec les Etats... et c’est justement ce que veulent éviter les blockchains.

Dans le cas du FairCoin, qui veut faire la promotion de la coopération, en juillet 2017 le système vient de passer à la ProofOfCooperation…  les noeuds qui décident sont ceux qui coopèrent le plus ! … mais ça ressemble beaucoup à une aristocratie entre pairs qui se certifient entre eux selon des règles consensuelles…  donc pas simple. Mais ça existe.

Comme il existe le tirage au sort en politique, il y a aussi l’idée de tirer au sort les acteurs qui ont le droit d’ajouter des blocs dans la blockchain, comme dans le système de CICADA.

Il y a plein de pistes. Donc comment faire ?

Ce n’est pas si simple.

La solution est probablement un mélange de tout ça et à adapter à la blockchain en particulier à son utilisation comme monnaie uniquement ou comme plateforme de développement d’application.

Personnellement c’est surtout ce frein qui me fait douter de l’avenir de la révolution Blockchain.

Après, il y a des aberrations comme Macron qui dit qu’il est pour les blockchains, qu’il légifère pour…. et qui veut favoriser la création de blockchain privées.

je ne comprends pas très bien à quoi ça sert ?

Heu... par définition une blockchain est et doit être publique ! …. sinon ça ne marche pas.

On retombe toujours dans qui décide ! … donc Macron aimerait une blockchain où il peut décider qui y met quoi !?

Petite explication en vidéo si tu n’as pas compris cette importante subtilité….

Pourquoi tout centraliser dans une blockchain ?

La centralisation des transactions dans une seule blockchain me pose aussi des questions. Je ne suis pas trop pour tout centraliser. Est-ce que c’est vraiment utile ?

La base du web est décentralisée, l’idée c’est que chaque personne qui veut publier quelque chose le peut. Sans demander l’avis à personne. Avec une blockchain. Il y a une autorité qui décide de qui va pouvoir publier quoi.

On voit que le qui décide n’est pas clair. Il y a la preuve par le travail et la preuve d’enjeu.

Avec les blockchain privées. C’est juste une base de données privées. Tout à fait classique. Ou alors j’ai mal compris ce que c’est !? le mot désignait autre chose ?
Il me semble que justement ce qui a fait le succès du bitcoin et par là de la blockchain, c’est qu’il n’y a pas d’autorité centrale. Le bitcoin est une monnaie sans banque centrale.

A quoi ça sert d’avoir une base de données dont le contrôle peut se répartir si on veut centraliser le pouvoir ?

Je vois bien arriver les puissants de ce monde qui décident de remplacer le web où toute personnes peut publier quelques chose par une blockchain qui demande une validation. Il seront certainement là pour y mettre un mécanisme qui détermine qu’ils ont leur mot à dire sur le contenu.

On retombe dans les travers, d’avoir un système du même genre qu’un facebook qui sert de principale interface de publication à beaucoup de gens.

Le web, le email, et l’Internet de base sont conçus pour être décentralisés. (et qui se centralisent un peu trop à mon goûts)

Donc on verra de quoi l’avenir sera fait. Si la révolution blockchain aura vraiment lieu ou pas…

Personnellement, je trouve très intéressant les blockchains, mais pas encore franchement abouti, et absolument pas nécessaire dans tous les domaines.

Je pense qu’il y a beaucoup d’autres solutions pour gérer des bases de données. Et aussi beaucoup de solutions tout à fait novatrices pour savoir qui décide dans une organisation….

Non, notre destin n’est pas tout tracé par la génétique

En 1948, le transistor est inventé. C’est le composant à la base de la révolution électronique et informatique.

En 1953, l’ADN est découverte. C’est le code source de la vie. La génétique révolutionne la façon de voir les êtres vivants.

Ces deux découvertes / inventions majeures du 20ème siècle vont s’entraider pour évoluer très rapidement l’une et l’autre. C’est le début d’une nouvelle vision du monde et d’une nouvelle ère: l’ère de l’information.

L’informatique est la science de la gestion de l’information. La génétique permet de voir les êtres vivants comme des machines qui exécutent le code source programmé dans leur ADN.

De cette vision du monde découle des nombreuses questions existentielles. Est-ce que le destin de chaque être vivant est programmé dans ses gènes ?

Les auteurs de fiction se sont largement inspirés de ce thème.

Le film Bienvenue à Gattaca montre un univers dans lequel les naissances sont contrôlées par la génétique. La place sociale des individus dépend de leur patrimoine génétique.

Le 14 juin 2015, le peuple suisse s’est prononcé sur une modification de la Constitution et de la loi sur la procréation médicalement assistées, afin d’étendre le diagnostic préimplantatoire.

Le peuple Suisse a accepté cette modification, surtout car il permet de détecter des maladies génétiques avant la naissance. C’est un pas dans le sens de l’eugénisme du film Bienvenue à Gattaca: vouloir ne faire naitre que des personnes dans la norme de santé acceptée.

Le médecin, chirurgien, Laurent Alexandre fait de très belles conférences où il explique les tendances actuelles de la technique et vers quoi va le monde.

Il décrit très bien la main mise des GAFA  (Google Amazon Facebook Apple) sur le monde de l’information et de son traitement. Etant dans le domaine médical, il fait très bien le lien entre l’informatique et le domaine médical. Les gens dans le domaine technique ne font pas souvent le lien avec le domaine médical, ils ne parlent que des géants de l’informatique en ce qui concerne l’informatique et les télécom.

Laurent Alexandre est le co-fondateur du site web médical très connu: Doctissimo. Il est donc très au fait de ce que les techniques de l’information peuvent apporter comme révolution dans le domaine médical.

Ainsi il met en garde contre les GAFA qui détiennent la majorité des alogorithmes et des données qui vont permettre tout bientôt de faire des percées dans le domaine médical. Par exemple, en recoupant des énormes bases de données, il est possible de faire des diagnostiques de manières plus rapide et plus fiable que ce qu’un médecin est capable de faire.

IBM a déjà développé le robot Watson qui montre que cette idée est plus avancée qu’un concept.

Avec Google Flu trends, google propose des statistiques sur l’avancée de la grippe saisonnière qui sont plus rapide que les réseaux officiles basé sur les médecins. En effet, à l’heure de l’information, c’est sur google que vous allez rechercher les symptômes de la grippe, avant de prendre un rendez-vous chez votre médecin.

Si l’on combine tout ça avec la génétique, on va encore mille fois plus loin.

Laurent Alexandre est l’auteur d’un livre qui s’appelle: La mort de la mort.

Il est persuadé que l’homme qui vivra mille ans est déjà né. Que nous sommes à l’aube d’une révolution médicale qui vient du couplage de l’informatique et de la médecine. C’est aussi la vision du transhumaniste du monde qui est en vogue dans la silicon valley.

Laurent Alexandre parle du séquençage de l’ADN humain qui a beaucoup évolué, qui ne demande plus d’énormes ressources et des années de calcul. Il nous promet que bientôt, nous auront des séquenceurs ADN qui nous fournions le résultat en quelques secondes, à l’image de ce que l’on voit dans le film Bienvenue à Gattaca.

Du coup, comment peut évoluer un monde dans lequel le séquençage ADN est si rapide ?

Comment vous se comporter les assureurs ?

Est-ce que l’on va vers l’eugénisme et la tyrannie du destin génétique des individus ?

Laurent Alexandre dit dans toutes ses conférences qu’il aimerait bien un débat de société sur le sujet. Mais il ne précise jamais que cette vision du destin complétement verrouillé par les gènes n’est pas exacte !

…. Mais c’est vrai, ce n’est pas forcément dans son intérêt..

Il faut aussi savoir que Laurent Alexandre est le propriétaire de l’entreprise DNAvision, une entreprise belge spécialisée dans le séquencage ADN.

Donc Laurent Alexandre à tout intérêt à voir des gens passionnés pour le séquençage ADN.

Mais j’ai appris, grâce au biologiste français, Joël de Rosnay, dans sont livre  » Et l’homme créa la vie » (disponible en pdf pour le lire sur bouquin électronique comme je l’ai fait.) que le « Destin génétique » n’existe pas.

Les gènes sont des ressources que l’organisme utilise pour se construire. Mais il n’est pas obligé d’utiliser tous les gènes.

En effet, tous les gènes de notre ADN ne sont pas activés.

Voici une brève explication bien faite de Joël de Rosnay qui explique ce qu’est l’épigénétique et comment fonctionne le mal nommé « Junk DNA », l’ADN poubelle…

Ainsi le bon peuple Suisse qui vote oui à l’extension du diagnostique préimplantatoire pour aller tranquer les maladies génétiques et éléminer les porteurs de gènes incriminés avant leur naissance n’a pas tout compris…..

Le fait qu’un gène soit présent dans l’ADN, ne veut pas dire qu’il va être activé.

En effet, il y a le code génétique, mais il y aussi le lecteur du code. Le lecteur peut choisir s’il veut activer où non les gènes.

L’imaginaire collectif n’a pas encore intégré toutes ces nouvelles découvertes scientifiques. Joël de Rosnay semble dire que c’est autour de 2010 que l’on a précisé ces mécanismes de lecture de gènes.

Pour bien faire comprendre le principe, il prend l’exemple des abeilles.

Toutes les abeilles ont le même code génétique. Or, suivant avec quoi la larve est nourrie, elle va évoluer sous une forme où une autre. Ainsi une larve d’abeille nourrie à la gelée royale devient une reine sexuée, alors qu’une autre devient une ouvrière assexuée !

Ainsi au lieu de supprimer des foeutus potentiellement porteur de gènes non désirés… on ferait mieux de se demander comment les gènes des maladies génétiques sont activés ?

Est-ce que ce ne serait pas à cause du stress de notre société, de la malbouffe généralisée ?

Sachant que c’est notre environnement et nos réactions à celui-ci qui activent où non les gènes, l’humain garde son libre arbitre ! Non le destin n’est pas dans les gènes.

la voiture autonome sans chauffeur est le prochain saut technique qui va transformer notre société

Il y a 20 ans, en 1995 j’ai vu pour la première fois un « Natel D » un téléphone numérique GSM. C’était une révolution, nous l’avions en camp scout. C’était la première fois qu’étant perdus au milieu d’une forêt, nous avions un lien direct avec le reste du monde.

pub natel D 1993.jpg

Le Natel D est le premier téléphone numérique en GSM qui était disponible en Suisse. Il est sorti en 1993, mais il a fallu attendre au moins 1995 pour que la couverture du territoire soit suffisante pour que ce soit utilisable. Voici un reportage de la RTS au moment de la sortie du Natel D.

C’était ma première expérience avec cette technique disruptive qui a changé notre société.

Une technique disruptive

En effet, la pénétration des mobiles a été très rapide. En 1998, la libéralisation du marché à eu lieu, en fin d’année le premier concurrent est arrivé (DiAx) et un quart de la population suisse était équipée d’un mobile ! Puis d’autres concurrents sont arrivées (orange en juillet 1999) et fin 2001 les 3/4 de la population suisse disposait d’un téléphone mobile dans sa poche ! … et la même révolution numérique se faisait en même temps partout dans le monde.

Des régions entières qui n’avaient même pas le téléphone ont été couvertes par la téléphonie mobile: le monde s’est rétréci.

Cette nouvelle technique est dite disruptive, car elle produit une véritable rupture avec le monde d’avant.

Il y a des effets partout, dans tous les domaines.

Un exemple simple que j’ai observé chez les jeunes générations: le rendez-vous clair et précis pour passer une soirée entre amis ne se fait plus.

Il y a des plans changeants… toute une discussion en « temps réel » avec plusieurs groupes et du papillonnage pour aller voir un moment un groupe, un moment un autre. Les lieux ne sont pas prévus à l’avance.

« – Je t’appelle tout à l’heure pour préciser où l’on sera.. »

À l’autre bout de mon monde, chez les bergers d’Afrique de l’Ouest, plus besoin de faire des heures de marches avec son troupeau pour aller vendre quelques têtes au marché. Les transactions se font directement par SMS et seule la livraison se fait. Par ce même principe, des banques pratiquant par SMS se sont mises en place.

téléphone mobile en afrique de l ouest en 2011.jpg

Puis l’arrivée des smartphones a confirmé le fait que le monde est vraiment petit. Il est possible à tout moment d’avoir toute sa tribu dans sa poche.

Ainsi une technique disruptive est une même technique qui s’applique en masse partout dans le monde et qui induit partout des ruptures avec la manière de vivre d’avant.

Quelle est la prochaine technique disruptive ?

Selon moi… d’ici 5, 10 ans…  la voiture autonome sans chauffeur va révolutionner notre société. Voici pourquoi…

google cars voiture autonome.jpg

Les Google cars

Après quelques vagues tâtonnements et prototypes isolés, c’est en 2010 que l’histoire de la voiture autonome s’est accélérée lorsque Google a annoncé avoir développé un équipement qui permet de rendre une voiture autonome et que leur flotte avait déjà roulé ainsi plus de 800 000km !

800px-Jurvetson_Google_driverless_car_trimmed.jpg

Cette annonce relance l’imaginaire, bien que le système de l’époque n’est pas totalement autonome, le parcours nécessite d’être préalablement fait une fois. Ensuite, la voiture est capable de le refaire en tenant compte de la signalisation.

Seul « bug » majeur, la voiture reconnait toutes les signalisations sauf celle d’un policier qui gesticule au milieu de la rue. Donc on espère que les feux ne tombent pas en panne !

Au fil du temps le seul frein qui retient les google cars de se balader sur les routes n’est plus un problème technique, mais un problème légal.

radar de voiture autonome.jpg

Un problème légal plutôt que technique

Du coup, s’enclenche un processus de légalisation de la conduite pour les robots.

Séduits par l’opportunité des retombées économiques et de la baisse annoncée du nombre d’accidents, de nombreux États adaptent leur législation.

Aux USA, en mai 2012, l’État du Nevada est le premier État des USA à avoir adapté sa législation routière aux véhicules autonomes et à avoir homologué un véhicule: une Toyota Prius modifiée pour Google. (Avec 150 000$ d’équipement supplémentaire, dont la moitié pour uniquement le radar laser.)

Cependant, cette législation n’est pas totale, elle requiert qu’un conducteur humain soit prêt à reprendre le volant à tout moment.

Dans la foulée, la Floride, le Michigan et la Californie ont également autorisé les essais de voitures autonomes sur leurs routes. Une dizaine d’autres états des USA sont en train de légiférer sur le sujet et dans 9 autres l’autorisation a été refusée.

Ainsi des travaux sur le cadre légal ont déjà été faits dans plus de la moitié des États des USA en seulement 3 ans. Le sujet est en constante évolution voici un wiki tenu à jour à propos de l’évolution des législations US en matière de véhicules autonomes.

carte des Etats des USA qui autorisent les google cars et les véhicules autonome sans chauffeur.jpg

Qu’en est-il en dehors des USA ?

L’Europe, siège de nombreux constructeurs d’automobiles n’est pas en reste.

En mai 2015, le gouvernement suisse a autorisé l’opérateur de téléphonie Swisscom à rouler sur les routes suisses avec des voitures autonomes, mais uniquement si un humain est prêt à reprendre le volant.

voiture autonome de swisscom.jpg

Les véhicules utilisés ne sont pas des Google cars, mais des véhicules allemands Volkswagen issus du laboratoire Autonomos Labs de l’université libre de Berlin.

Voici une vidéo des essais de voitures autonome faits par Swisscom en Suisse:

Google n’est pas seul dans la course

Au Salon de l’auto de Genève en 2015, après la voiture écologique, la voiture autonome est le nouveau sujet de discussion.

Plusieurs constructeurs ont profité de faire des annonces. Volvo annonce qu’en 2017 ses véhicules autonomes seront livrés à 100 clients en Suède.

En France les voitures autonomes seront autorisées en test dès 2015PSA a annoncé vouloir commercialiser une voiture autonome en 2018, mais attention autonome n’a pas le même sens pour Peugeot-Citroën que pour Google.

La stratégie du constructeur français est d’assurer la sureté et donc de progresser pas à pas vers un véhicule de plus en plus autonome, mais pas directement du 100% autonome.

Ainsi l’automatisation a déjà commencé avec l’automatisation du parcage.

Cette stratégie me fait penser que c’est peut-être une formulation pour ne pas avouer qu’ils sont largués techniquement !? … Google et les constructeurs allemands ont des voitures autonomes qui roulent vraiment !

voiture autonome de swisscom avec un volant.jpg

Mais cette automatisation progressive n’est pas stupide.

Dans cette vision on peut imaginer que des véhicules autonomes soient autorisés en premier sur les autoroutes. C’est un environnement qui ne présente pas trop de surprise et qui est largement maitrisé par les véhicules autonomes. De plus, on sait que la monotonie des autoroutes est justement le danger pour les conducteurs humains. Il semble qu’un tiers des accidents mortels en France soit dû à la fatigue sur les autoroutes.

Cette idée de commencer par les autoroutes est loin d’être une idée imaginaire, puisque c’est le ministre allemand des Transports Alexander Dobrindt qui a annoncé début 2015 que la Bavière allait autoriser l’autoroute A9 aux voitures autonomes.

Affaire à suivre…

autoroute à villeneuve.JPG

Les concepteurs de l’application controversée de covoiturage / taxi, Uber se sont aussi lancés dans la course des voitures autonomes, et on comprend la stratégie. La source de leur ennui est justement la concurrence déloyale entre les chauffeurs de taxi professionnels et les chauffeurs amateurs.

Si la flotte de taxi Uber n’a plus de chauffeur, fini les ennuis …. ou pas !
Nous reviendrons ci-dessous sur les conséquences sociales de la voiture autonome.

« One more thing… »  La rumeur dit qu’Apple prépare en secret une iCar… (ou iMove..)

On avait déjà eu ce genre de rumeurs fantaisistes qui annonçaient la sortie d’un iPhone….  ça a été démenti par Apple… mais quelques années plus tard l’iPhone a fait un raz de marée…

Google reprend la tête de la course

Face à cette concurrence internationale, Google reprend la tête de la course en poussant le concept de la voiture autonome encore plus loin: la bulle.

Au lieu d’équiper une voiture existante, Google revoit tout le concept et crée ses propres Google cars, sans volant, sans commande manuelle. La nouvelle Google car est une voiture électrique en forme de bulle qui roule à 40km/h avec une autonomie de 130 km.

Google ne fait pas un prolongement de ce qu’est une voiture en l’automatisant, mais réfléchi à ce que va devenir la mobilité du futur avec ce genre de techniques, et donc le mieux était de concevoir depuis le début une véritable auto-mobile (une voiture qui roule toute seule dans le vrai sens de « auto »)

Voici un vidéo des essais de Google cars.. (mai 2014)

Pour les fans qui veulent suivre toutes les annonces faites par Google à propos de leur Google Cars voici la page du projet.

La commercialisation de cette google car version bulle est prévue pour 2020. (bien qu’un temps google parlait de 2017 pour ses « google cars »… peut être il y aura deux phases ? une pour les véhicules normaux modifié et une pour les google cars « bulle » ?)

En poussant le concept encore plus loin, Google se heurte à nouveau à une limite légale. Toutes les législations nécessitent qu’un humain puisse reprendre le contrôle du véhicule à tout moment.

Du coup depuis l’été 2015, les Google cars « bulle » roulent sur les routes de Californie, mais avec des pédales et un volant amovible.

Ces voitures ont beau être toutes récentes, elles ont déjà roulé autant que ce qu’un américain moyen a roulé dans sa vie quand il atteint l’âge de 75 ans.

Les enjeux autour des véhicules autonomes.

Les enjeux des véhicules autonomes dépassent largement le domaine des transports. Comme ça l’a été avec les appareils photo au moment du passage au numérique, ce ne sont pas forcément les entreprises traditionnelles du domaine qui sont les plus à même de définir ce que sera la mobilité du futur.

Pourquoi Swisscom, une entreprise de télécommunication s’intéresse à la voiture autonome ?

Swisscom dit clairement dans son communiqué qu’elle n’a pas envie de devenir un constructeur de voiture.

Swisscom a envie de développer un internet mobile des objets. Un internet dans lequel les objets eux-mêmes envoient des informations. Par exemple, on peut imaginer que les places de parc indiquent si elles sont libres où non. Ainsi une voiture autonome qui arrive sur un parking peut directement réserver son emplacement et se parquer sans perdre du temps à tourner en rond dans le parking.

The-art-of-clean-up ursus wherli parking.jpg

Swisscom se projette comme gestionnaire de ce genre de ressources. Ainsi on peut imaginer un partage beaucoup plus souple et à grande échelle des places de stationnement dans une ville entière. La voiture étant autonome, elle peut vous laisser juste devant la porte et aller se parquer à quelques centaines de mètres plus loin dans une place qu’elle aura négociée suivant les critères que vous lui aurez donnés. (Temps de stationnement, fourchette de prix, distance pour économise le carburant, etc..)

Que vont devenir les agents de police ?

Ça me fait penser aux gags de Gaston Lagaffe qui trouve toujours un moyen, une invention, pour piéger l’agent Longtarin qui s’apprête à lui mettre une contravention pour dépassement du temps de stationnement.

gaston lagaffe longtarin parcomètre.jpg

Et oui, d’ici 5 ans votre voiture ira peut-être elle même changer de place de parc toutes les heures pour éviter une contravention !

Une telle gestion d’information n’est pas le métier de base des constructeurs automobile. Ainsi on comprend pourquoi des opérateurs de télécom se pressent aux créneaux.

Swisscom se projette dans le futur et tente de savoir quel rôle pourra avoir un véhicule s’il n’est plus nécessaire de le conduire ?

Est-ce que la voiture deviendra un espace de travail ? Un cinéma ?

Du coup, il faut concevoir la technique qui permettra de fournir des films à haut débit sur toutes les routes !

Opel a déjà réfléchi à cette problématique et propose OpelOnStar, un système Wifi intégré dans chaque véhicule. L’abonnement de téléphonie pour connecter le véhicule est même offert la première année !

On retrouve ici un concept qui est déjà en vigueur depuis quelques années dans les cars postaux suisses qui sont tous équipés de wifi gratuit pour les passagers.

2009_08_19_18_15_edition_carte_openstreetmap_josm_wms_neuch.jpg

De plus l’enjeu de la voiture autonome est aussi très lié à la cartographie. Swisscom annonce qu’ils font de la cartographie des positions anonymisées des téléphones mobiles afin d’améliorer leur couverture.

Google s’est récemment associé avec la start-up Aclima pour faire une cartographie en « temps réel » de la pollution dans les villes. Et là, la voiture autonome est intéressantes pour relever les données. Le but est de savoir où sont les problèmes pour pouvoir y mettre des parcs avec de la verdure….

aclima et google cartographient la pollution.jpg

Google est en avance sur les autres dans le domaine des véhicules autonomes, justement parce que Google maitrise bien la cartographie.

Mais Google ne détient pas forcément les données de base de la cartographie. Dans ce domaine, historiquement il y a deux sociétés leader Tele Atlas et NavTeq qui depuis longtemps ont numérisé le monde. Et dans cette guerre de la cartographie, avec l’émergence massive des GPS les deux ont été rachetés pour des raisons stratégiques. TomTom a racheté Tele Atlas et Nokia a racheté Navteq….  mais voilà que pendant la rédaction de cet article (début août 2015), un consortium de constructeur automobile Allemand, BMW, Daimler et Audi (du groupe Volkswagen) a racheté toute la division cartographie (Here) de Nokia pour la modique somme de 2.8 Milliards d’euros !

La guerre de la cartographie bat son plein pour être maître de la mobilité du futur !

Les données sont continuellement mises à jour par des camping-cars bourrés de caméras qui scannent les panneaux de signalisation.

Pourquoi un camping-car ? .. et bien par ce que le chauffeur doit bien dormir à un moment donné !

Si le véhicule pour se déplacer tout seul, plus besoin d’humain, plus besoin de camping-car…

 camping car van-tele-atlas cartographie.jpg

Google a collecté déjà beaucoup de données avec son projet streetview. On peut imaginer que ça peut intéresser le géant de l’information de s’étendre dans le domaine de la cartographie, de se libérer de ses fournisseurs et d’avoir une flotte entière de google cars qui cartographient automatiquement le monde entier !

Dans ce domaine Uber a annoncé un partenariat avec l’université de Canergie Mellon. Une université qui est spécialisée en robotique et qui a déjà à son actif le pilotage de rover sur mars.

Ainsi Uber se met un peu en porte à faux avec Google en s’intéressant aux voitures autonomes et à la cartographie. En effet, Google se trouve être un des investisseurs (258 millions de $ en 2013) et partenaire de Uber. Car Uber a besoin d’un service de cartographie pour proposer son service de covoiturage.

Et à l’avenir Uber se voit bien remplacer la Poste, Fedex et DHL par un service de livraison automatique. Qui gagnera les drones d’Amazon ou la voiture autonome ? (ou encore.. le coursier à vélo 😛 )

drone pour livrer les paquets test de la post allemande en 2013.jpg

La guerre des véhicules autonomes est lancée.

Conséquences sur les emplois

Les conséquences sur le remaniement du monde des transports va surtout se faire sentir pour les emplois qui sont liés aux transports… et il y en a pas mal.

Aux USA, chauffeur de camion (Truck Driver) est devenu en quelques années, l’emploi le plus fréquent dans de nombreux Etats. Ceci car, c’est un des rares emplois qui ne nécessite pas de compétences particulières et qui ne se délocalise pas.

2015-05-18-carte des métiers les plus communs aux USA- conducteur de camion-map.png

En France, si l’on croit l’Organisation de Transporteurs Routiers il y a près de 630 000 emplois qui sont liés au domaine des transports routiers.

Au niveau mondial il semble que près de 30% des emplois sont dans le secteur des transports !!

camion de bière.JPG

Dans ce tas, on peut compter les camions, les autocars, les livreurs en tous genres (La poste), les taxis, mais aussi les véhicules des magasiniers dans les gros entrepôts, et aussi les énormes camions utilisés dans les mines à ciel ouvert. Le secteur des transports est très vaste.

Comme toujours avec l’automatisation des emplois, ce sont les moins qualifiés qui sont remplacés. Voici une liste de boulot en voie de disparition à cause de l’automatisation.

Les ingénieurs spécialisés en robotique sont très recherchés.. mais pour 1 emploi d’ingénieur créé, ce sera 300 chauffeurs de taxi qui vont perdre leur emploi !

On compte que 70% des nouveaux emplois créés par l’automatisation demandent des compétences que seul 20% de la population détient.

Que va-t-on faire des 80% de gens qui se font piquer leurs emplois par des robots, mais qui n’ont pas les compétences nécessaires pour retrouver un emploi ?

Moi, j’ai une proposition…. J’y viendrai un peu plus bas…

Travis Kalanick, le patron de Uber a déjà annoncé clairement que son but était d’éliminer ce qui coute cher dans son service: l’autre gars qui est dans la voiture.

flotte de taxi a nuremberg.JPG

Les taxis ne sont de loin pas le seul domaine concerné. Les chauffeurs poids lourds ont de gros soucis à se faire.

Les chauffeurs font des milliers de km au volant, souvent sur l’autoroute. Il ne font rien de très compliqué 99% du temps. C’est au chargement et au déchargement qu’il faut de la main-d’oeuvre. Le pilotage de camion ne pose aucun souci technique.

Depuis mai 2015, le premier camion autonome roule sur les routes du Nevada !

Actuellement, comme pour les voitures, un chauffeur est requis pour reprendre la main en cas de besoin. Mais d’ici 10 ans, c’est quasi certains que les chauffeurs ne seront plus nécessaires !

Aux USA, il y a 4000 morts par an à cause d’accident du à des camions et dans 90% des cas, c’est à cause d’une erreur humaines.

Dans le domaine des transports publics. Il existe déjà de nombreux métros sans chauffeur, comme celui de Lausanne. La technique est au point. Le prochain pas, ce sont les bus. Toujours à Lausanne, le campus de l’EPFL expérimente ces temps des bus sans chauffeur.

Les profs d’auto-école

Autre effet collatéral… s’il n’est plus nécessaire de savoir conduire une voiture pour l’utiliser. Alors qui aura encore besoin de permis de conduire ? Qui va apprendre à conduire ?

Les profs d’auto-école ont certainement du souci à se faire. Une profession de plus menacée. L’automatisation est déjà un souci dans de nombreuses professions. On assiste ces derniers temps à une automatisation massive.

Le secteur des transports est peut-être la « Goutte d’eau qui va mettre le feu aux poudres » 😛 qui va massivement mettre des gens au chômage et faire plonger tout le système.

Il est grand temps de modifier la manière dont on intègre tout le monde dans notre société. Actuellement l’emploi est autant une source de revenu pour vivre qu’une place sociale. Dans notre société, sans emploi, on est rien.

Ces temps je m’intéresse de plus en plus au Revenu de Base Inconditionnel qui est une manière élégante de garantir tout le monde d’avoir un revenu qui permet de vivre et ainsi d’aller sereinement dans un monde où l’emploi est rare.

Revenu de Base inconditionnel et chaise longue illustration Malizia.png

Ainsi on éviterait peut-être des tensions comme celle des chauffeurs de taxi qui manifestent contre Uber dans de nombreuses villes.

Si l’on donne à chacun(e), via un Revenu de Base Inconditionnel, les moyens en temps et en argent de se créer son propre emploi, il est possible de dynamiser le tissu économique pour aller vers l’avenir, pour traverser cette crise de l’automatisation.

Heureusement qu’en même temps que l’automatisation du monde des véhicules arrive, l’idée du Revenu de Base Inconditionnel conquiert le monde aussi ! Comme en Suisse où une initiative populaire fédérale a été déposée et le peuple Suisse votera sur l’introduction du Revenu de Base Inconditionnel dans la constitution.

Les assurances

Un des gros objectifs de la voiture sans chauffeur, c’est de supprimer les risques d’accident. En 40 ans, le nombre de morts sur les routes a beaucoup diminué. La sécurité des véhicules s’est bien améliorée. Mais il reste un seuil incompressible.

Avec l’automatisation, plus de soucis de fatigue, d’inattention due aux smartphones, et de conduite en état d’ébriété.
Mais alors, s’il n’y a plus d’accident que vont faire les assureurs ?

Ils vont certainement trouver de nouveaux risques à assurer…  Là aussi il y a du chamboulement en vue.

Le véhicule autonome, un pas vers l’économie de fonctionnalité ?

Un des objectifs de Uber est d’être meilleur marché que le fait de posséder son propre véhicule.

Ainsi on arrive directement dans l’économie de fonctionnalité. Une économie basée sur le fait de vendre un service, une solution, plutôt qu’un objet.

Au passage, l’économie de fonctionnalité permet de supprimer l’obsolescence programmée. Une entreprise qui fournit un service à tout intérêt à avoir du matériel fiable et efficace sur le long terme et qui se répare.

Il y a quelques années j’ai déjà écrit un article à propos du futur de la mobilité et je prédisais que l’on arriverait à terme à un abonnement de mobilité qui permet un accès à tout type de véhicules. Au moyen de transport adapté à ses besoins du moment.

Et.. Bien c’est chose faite !

Le SwissPass vient de sortir en été 2015…  c’est un abonnement CFF pour tous les transports publics en Suisse… et il est possible de charger sur la même carte un abonnement à la coopérative mobility qui donne accès a divers types de véhicules partout en Suisse.

On peut se demander comment la coopérative mobility va tirer son épingle du jeu avec l’arrivée des voitures autonomes ?

voiture mobility.JPG

Le mieux pour elle, c’est d’acquérir aussi une flotte de véhicules… mais est-ce qu’elle arrivera à faire concurrence à Uber, Google et autres qui sont aussi les concepteurs des algorithmes et les propriétaires des données des cartes qui guident les véhicules ??

Alors… en 2020 le boum des voitures autonomes ?

On verra…

Dans tous les cas vous retrouverez cet article dans ma rubrique « archéologie du futur », avec mes autres essais de prospective.

Les géopolymères une nouvelle technologie déjà présente dans l’antiquité

Je me plonge dans l’étude des géopolymères. C’est passionnant…

Un plastique minéral

Quand on parle de polymères, en général, c’est pour fabriquer du plastique… et bien dans le domaine des géopolymères, on fabrique des pierres !

En effet, au lieu de d’utiliser du pétrole pour construire des grosses molécules (le polymère), on va utiliser des matrières minérales comme la silice (du sable) ou l’alumine (oxyde d’aluminium).

Ainsi, on obtient des matériaux très très solides et résistant.

Cette science des géopolymères est très récente elle a à peine plus de 30 ans et s’applique plutôt depuis une vingtaine d’année. C’est le professeurs Joseph Davidovits qui a inventé ce terme et développé cette science.

Un « béton » écologique

BneWstTerminalExt.jpgLes géopolymères commencent à sortir des applications très spécialisées pour devenir des matériaux plus standards, notamment dans la construction. En effet, il est possible de remplacer le béton par des géopolymères, une opération qui économise beaucoup d’énergie grise.

En septembre 2014, le nouvel aéroport « Brisbane West Wellcamp » a été inauguré en Australie. Pour la construction de cet aéroport, ce n’est pas moins de 70 000 tonnes de « béton » géopolymère qui ont été utilisés. Si du béton traditionnel avait été utilisé à la place, ce serait 6600 tonnes de CO2 de plus qui auraient dégagées.

Une science redécouverte

Oichoneo in bucchero etruria meridionale, fine VII, inizio VI secolo ac.

La science des géopolymères est très récente, mais voilà qu’elle permet de résoudre de vieilles énigmes. Comme celle de la fabrication des Buccheros étrusques. Des vase noirs fabriqués 500 à 600 ans avant J.-C.

La fabrication de ces vases est restée un mystère pendant longtemps. Les archéologues ont expliqués la couleurs noires par une cuisson de ces poteries dans un four avec une atmosphère particulièrement chargée en carbone.

Mais cette théorie ne tient pas, car les fours devrait être très performants pour monter à haute température tout en maintenant cette atmosphère particulière. Ça semble très peu probable. Les essais qui ont été fait pour prouver que cette technique marche n’a été pratiquée que jusqu’à des température inférieur à 500°C… et du coup on obtient en effet, une belle poterie noire, mais elle ne tient pas l’eau !

Alors comment expliquer qu’un grand nombre de ces poteries ont pu résister 2500 ans enfouies dans le sol ?

Ce n’est qu’avec la théorie des géopolymères que Joseph Davidovits a pu expliquer la fabrication des Buccheros avec des cuissons à moins de 500°C. Il s’agit simplement d’un mélange d’argile et d’une solution basique composée de chaux et de certains sels que l’on trouve naturellement dans tous le pourtour de la méditerranée.

Ces vases noirs très solides me font beaucoup penser aux 40 000 vases égyptiens qui ont été trouvés sous la pyramide de Saqqarah et qui sont très très durs.

Tellement durs, plus dur que du métal, que la technique de fabrication par forage ne fonctionne pas pour les vases de ce type. D’autant plus que ces vases sont lisses, et ont des formes qui interdisent de les forer. (comment faire passe l’outil par l’étroit goulot ?)

Avec la connaissance des géopolymères, je me dis que l’on tient une piste intéressante: tous les objets en pierre ne sont pas taillés, il est possible de les mouler !

Et voilà qu’une stèle retrouvée à Abydos semble aller dans ce sens. Le chef des artisans, scribe et sculpteur Irtysen y décrit ses connaissances:

« Je sais faire des pigments, des produits qui fondent sans que le feu les brûle, et en outre insolubles à l’eau. Personne n’en aura connaissance, excepté moi seul et mon fils aîné, le dieu ayant ordonné qu’il pratique en initié, car j’ai remarqué sa compétence en tant que chef des travaux dans toutes les matières précieuses, depuis l’argent et l’or jusqu’à l’ivoire et l’ébène. »

Ainsi on peut imaginer que la fonte et le moulage de pierre puissent être connu à cette époque.

Les pyramides d’égypte ont été moulées

Si l’on devait de nos jours construire une grande pyramide dans le genre de celle de Chéops, comment est-ce que l’on s’y prendrait ?

Il est fort probable qu’on la construise avec des blocs de béton.

The_Great_pyramid_of_Gizeh,_a_tomb_of_5,000_years_ago,_from_S.E._Egypt._(17)_(1904)_-_front_edited_-_TIMEA.jpg

Pour un architecte au fait de l’existence des géopolymères, il est fort probable, qu’il décide de remplacer le béton par un géopolymère.

Vue que la technique des géopolymères semble connue dans l’égypte antique au vu de ce qui est écrit sur la stèle d’Irysen, est-il possible que les pyramides d’Egypte soient faites de géopolymères ?

Le professeurs Davidovits travaille sur cette hypothèse depuis longtemps. Il s’est même amusé à piéger des archéologues avec des géopolymères en leur demandant de donner l’âge de pierre qu’il venait de mouler.
On imagine bien le dialogue: « Cette pierre a été taillée il y a 4000 ans …. et bien non… je l’ai moulée il y a une semaine dans mon labo ! »

Il semble bien en effet, qu‘il n’est pas possible de dater une pierre. Il est possible de dater son errosion, ce qui se trouve autour (les coraux pour les pierres sous marines), les matières organiques avec du carbon 14, les pierres en fonction de la couche sédimentaire dans laquelle on les trouve. Mais la pierre toute seule elle même…. pas possible !

Une étude du paléomagnétisme des pierres de la pyramide de Chéops publiée en 2012, montre qu’effectivement il y a de nombreuses pierres qui ont été moulées !

KhufuPyramidCasingStone-BritishMuseum-August19-08.jpgL’idée utilisée dans cette étude consiste à se dire que si la pierre a été moulée sur place directement, les moments magnétiques sont identiques dans toute la pierre et orienté nord sud. Si la pierre a été taillée et donc déplacée et tournée, les moments magnétiques des composants de la pierre sont aléatoires.

L’étude arrive à la conclusion qu’il y a des blocs qui ont été taillés (à la base de la pyramide de Kephren en tout cas) et des blocs qui ont été moulés.

Effectivement on imagine qu’il est beaucoup plus simple de transporter des gravats, des petits matériaux et de mouler les blocs sur place que de manipuler des blocs énormes !

Le film « La révélation de Pyramides » (dont voici mes notes) qui pose beaucoup de questions pertinentes sur la construction des pyramides mentionne aussi la création des « fondations » des pyramides. Du socle sur lequel elles sont posées. Une constructions très complexe à elle toute seule vu que le socle doit être hyperplat !

Si on imagine que le socle a été moulé, c’est tout de suite plus facile pour faire un sol plat !

Ce film évoque qu’aux 4 coins du monde, il y a des artefacts qui ont été construit avec des pierres énormes et très bien ajustées. L’hypothèse du moulage des pierres expliques pas mal de choses.

Il y a de nombreuses pierres qui semble être taillées avec une logique qui compliquerait le travail (des bosses!). Mais en prenant l’hypothèse du moulage tout devient évident !

Mur_Inca_Cuzco pierre moulée.jpg

Chose que je ne comprends pas, c’est que les auteurs du film « La révélation des pyramides » ne parlent pas de géopolymères, bien que sur une radio ils ont évoqué le fait d’avoir rencontré Joseph Davidovits et connaissent ces théories. Alors pourquoi ne pas avoir intégré ceci dans le film ? Ce n’est pas assez sensationnel ? L’hypothèse est trop réaliste ?

(Edit… octobre 2015.. Dans le film Gizeh 2005 les Jacques Grimault explique qu’il n’affirme que ce qu’il a pu vérifier lui même. Comme il lui manque toujours une autorisation pour tester une pierre de la grande pyramide, il n’a pas pu tester lui même et donc ne montre rien dans le film. Mais cette hypothèse est plus qu’une hypothèse, c’est une des 8 techniques de constructions qu’il a repéré pour la grande pyramide.)

Voilà c’était donc un petit aperçu de nouvelles techniques (ou anciennes) dont on ne parle pas assez à mon avis !

mur pierre moulée égypte film gizeh 2005.jpg

mur pierre moulée 10374515_1020518.jpgmur pierre moulée 103563.jpg


Un petit film qui expose la même hypothèse de bloc moulés

Juste après avoir écrit ce texte, je découvre sur youtube ce petit film, qui présente cette théorie de construction des pyramides à l’aide de géopolymères moulés. On y parle aussi de la stèle de Irtysen alors que j’avais trouvé l’info tout ailleurs et que j’avais recoupé les idées. Donc c’est parfait je ne suis pas le seul à avoir fait le rapprochement. Ce qui conforte la théorie.

Dans le film il est aussi mentionné une autre stèle qui indique la recette de pour la création de géopolymère.

Pour terminer, je me dis qu’il est normal que l’idée de mouler des pierres émerge dans un pays où l’on construit depuis toujours des maisons avec des briques moulées avec de la boue séchée !

Artisanat industriel

Sans que l’on s’en rende encore vraiment compte, le monde de la fabrication d’objets change. Les pièces du puzzle d’un artisanat industriel se mettent en place.

Mais déjà, avant d’aller dans le futur, comment est-ce que l’on fabrique des objets maintenant ?

Pour bien comprendre, faisons un petit retour historique.

Nous voici dans un passé lointain, ou les humains grâce à leurs mains munies d’un pouce opposable se mettent à utiliser des objets. Tout d’abord il s’agit d’objets ramassés. Trouvés en l’état. Puis ils commencent à être façonnés. C’est le début de l’artisanat.

Un artisan réalise un objet du début à la fin, et il réalise ce travail chez lui.

Puis arrive la révolution industrielle. Pour des raisons d’efficacité, on invente la division du travail, la spécialisation et ceci débarque sur le travail à la chaine. Comme on ne peut pas faire une chaine qui traverse toute une ville. On invente l’usine !
(quoique, comme l’a relevé Marx, La Chaux-de-Fonds montre le contraire. La ville entière est une usine d’horlogerie!)

usine val de travers.jpg

Ce modèle industriel est tellement efficace que petit à petit, il remplace quasi complètement l’artisanat.

Au passage, ce modèle industriel induit de profonds changement sociaux. Il crée des classes. Des ouvriers, des cadres et des patrons.

C’est la glorieuse époque de la lutte des classes.

Karl_Marx.jpgEt l’on arrive à Karl Marx que tout le monde connait et associe au communisme. Mais qu’a vraiment dit Marx ?

En très bref, il a écrit (mais ne l’a pas terminé) un bouquin qui s’appel le Capital. Dans lequel il explique le fonctionnement de l’économie capitaliste issue de la révolution industrielle:

  • pour produire, il faut des moyens de production
  • des moyens des productions (une usine) c’est très cher. Il faut donc du capital
  • => seuls les riches peuvent être propriétaires des moyens de production
  • les autres, les prolétaires sont condamnés à travailler dans les usines pour produire en échange d’un salaire
  • quand l’usine a été rentabilisée. Le bénéfice de la production va uniquement dans les poches du patron. Il devient donc un esclavagiste !
  • => c’est ce dernier point qui va lancer l’idée du communisme: la propriété des moyens de production aux ouvriers !

Et voilà que de simples divergences d’opinions sur la manière d’organiser une production industrielle d’objets va modeler toute la politique du 20ème siècle !

La querelle ne remet même pas en cause le mode de production, juste son organisation.

Ceci montre bien à quel point la production d’objets est capable de changer le monde !

Quelle influence aura sur le monde le changement que je vais te décrire dans quelques instants ? Ce n’est pas un simple changement d’organisation de la production. C’est un véritable changement du mode de production. Comme l’a été le passage de l’artisanat à l’industrie.

J’ai dit ci-dessus que les techniques de production d’objets influencent terriblement le monde. Mais il y a des techniques qui influencent encore plus le monde. Il s’agit des techniques de l’information:

  • l’invention de l’écriture à engendré le droit, l’Etat.
  • l’invention de l’imprimerie a engendré la réforme. La démocratisation des Bibles a libéré la société de l’emprise de l’église
  • l’invention du web est toujours en train de transformer notre monde pour engendrer quoi ? … c’est encore flou. Mais il est indéniable que l’accès a l’information est totalement différent de ce qu’il était avant.

=> ajout en mai 2018: On commence à voir les pouvoirs que remet en cause l’arrivée du web….. journalistes, politique, monnaie, écoles, etc..

la bible.jpg

Tous les domaines d’activités lié à l’information ont complètement été chamboulé. La presse, les télécom, la diffusion de musique, de film, de livre, etc…

Convergence entre le monde de l’information et le monde de la production d’objets

Cette vague de chamboulement que le monde de l’information a vécu ces 20 dernières années arrive dans le monde physique, dans le monde des objets.

Voilà la grande révolution que j’appelle l’artisanat industriel.

Pour découvrir ce qui nous attend dans le monde de la production d’objets, il suffit d’y appliquer les recettes qui sont utilisées dans le monde de la production d’objets dématérialisés, d’objets du monde de l’information.

On bref, nous allons vers..

  • la personnalisation des objets
  • le financement par les foules
  • les communautés de co-créateurs à la place des entreprises.

Les 3 goulets d’étrangelement des biens physiques

Observons les conditions que doit remplir un objet pour exister dans une société industrielle.

vitrine boutique habit mode fashion.jpg

Pour exister, un objet doit être….

  • assez demandé pour être fabriqué
  • assez demandé pour être en magasin
  • assez demandé pour que sa promotion soit assurée. (savoir où le trouver et qu’il existe.. pub, vitrine…)

Le web a déjà permi de faire sauter 2 de ces goulets avec des sites comme Groupon, qui permettent de se mettre ensemble pour acheter un produit avec un fort rabbais. Donc la promotion est assurée et la demande en magasin est assurée.

=> Il ne reste que le goulet de fabrication à faire sauter. C’est ce qui est en train d’arriver.

Ceci grâce à de nouveaux outils de productions.

Imprimante 3D et découpeuse laser

Ce qui révolutionne le monde des objets est le fait que pour une somme accessible aux particuliers, il est possible d’acheter une usine à tout faire !

C’est ici que l’on parle de l’imprimante 3D. A notre époque, quasi tout le monde a chez soi une imprimante qui permet de déposer sur papier du texte et des images. L’imprimante 3D, comme son nom l’indique, ajoute une troisième dimmension. Elle est capable d’imprimer des objets à partir d’un modèle 3D.imprimante 3d fablab neuchâtel.jpg

Il existe de nombreuses variantes d’imprimantes 3D capables d’imprimer des objets de toutes tailles, de quelques micron à la taille du fuselage d’un avion. Si la plupart des imprimantes 3D fabriquent des objets en plastique, certaines impriment des matières aussi diverses et variées que le chocolat ou des cellules souches !

Voici de quoi imaginer ce à quoi ressemblera notre futur. Nous mangerons des steaks imprimés chez nous avec des protéines d’insecte élevé à la maison. Les plus grands « food designer » concevrons les plats les plus rafinés que vous pourrez télécharger.

Un problème de rein… allons en imprimer un nouveau et changeons-le. C’est n’est pas tellement de la science fiction, il existe déjà une homme qui vit avec une vessie imprimée !

La technique de l’impression 3D est dans ce domaine un concurrent direct de la biologie de synthèse dont j’ai déjà parlé il y a un peu plus d’une année dans un article. On est dans la même logique: créer un objet physique à l’aide d’une description numérique.

Hormis l’imprimante 3D, il y a un autre outil qui a beaucoup de succès. On en parle moins car c’est moins impressionnant. Mais c’est très utile. Il s’agit de la découpeuse laser. Là on reste dans la 2d. Mais On trouve des découpeuse laser qui coupent tout, du papier au métal.

Bon, les matériaux les plus populaires sont plutôt le bois et le plexiglas.

découpeuse laser fablab neuchâtel.jpg

Les Fab-labs

Bien que le coût de ces usines à domicile soit abordable, c’est encore cher. Heureusement, il exise le principe des Fab-lab. Ce sont des laboratoires de fabrication qui sont ouverts au public. N’importe qui peut y venir utiliser les machines !

Bien que le concept se répend un peu partout. Il n’y a pas de fab-lab à chaque coin de rue. Cependant, j’ai eu la chance de découvrir qu’il y en a un à 5 minutes à pied de mon bureau !

fab-lab neuchâtel.jpg

Le Fab-lab de Neuchâtel: fablab-neuch.ch est situé en face de la gare. De manière générale, le mecredi matin les machines sont en accès libre. Le mercredi après-midi. Pour une modique sommes CHF 70.- il est possible de réserver les machines.

Je sens que mon imagination bouillonnante va pouvoir bientôt matérialiser des objets !

L’usine au bout du clic

Si l’on est un « nerd » enfermé chez soi et que l’on a pas envie de participer à l’ambiance collaborative d’un Fab-lab, il est toujours possible de ne pas mettre les mains dans la camboui (bien que le camboui est rare) et de rester uniquement dans la conception numérique et de confier la réalisation physique à des usines en ligne.

En effet, il y a des entreprises qui se sont montées autour du principe de la réalisation d’objet à la demande avec des imprimantes 3D.

  • ponoko.com est une usine au bout du clic. A l’image des photos que l’on fait imprimer dans un labo. Ponoko imprime en 3D (ou découpe) et vous envoie les objets que vous avez conçus et dont vous avez envoyé les fichiers.
  • shapeways.com est un concurrent de ponoko. On peut aussi se créer sa boutique avec les objets que l’on crée et met en vente à la demande. (Tout comme je le fais avec ma boutique de t-shirts: http://girafe.spreadshirt.net )

Pour les gens qui n’y connaissent rien à la conception d’objets il existe même un service pour les gens qui n’ont que des idées !

  • quirky.com est une manière pour les inventeurs de voir leur invention réalisées sans avoir à ne rien faire d’autre que d’avoir une idée.

girafe-t-shirt-fille.pngQuirky fonctionne ainsi:

  • un inventeur a une idée…
  • il la soumet à la communauté
  • si l’idée est populaire
  • elle est conçue dans les détails par l’équipe de quirky
  • elle est commandée à la fabrication à une usine
  • l’inventeur reçoit une part des bénéfices de son idée

La personnalisation

La grande nouveauté de cet artisanat industriel et ce pourquoi je l’appelle ainsi, c’est la personnalisation.

  • dans l’artisanat, chaque objet est unique. C’est le produit du savoir faire d’un artisan.
  • dans le monde industriel, les objets sont fabriqués en grand nombre.

coque iPhone imprimante 3d fablab neuchâtel.jpgL’artisanat industriel mélange ces deux mondes. Il possible de faire chez soi, des objets personnalisés, comme du temps de l’artisanat. Mais c’est une réalisation faite par une machine, donc plutôt industrielle.

Si, comme dit plus haut on transpose ce qui est arrivé au monde de l’information dans le monde physique. La personnalisation va de soi.

Petit exemple, sur facebook, chacun a un flux d’information personnalisé !

Cette réflexion sur l’avenir de la fabrication d’objets est inspirée par la lecture du livre Makers, la nouvelle révolution industrielle écrit par Chris Andersen.

livre makers chris andersen.jpgPour en savoir plus, voici le site web du livre: http://www.makers-revolution.com ainsi que mes notes à propos de ce livre.

Chris Andersen est déjà l’auteur du livre: La longue traine. Dans lequel il explique que grace aux boutique web, il est possible de faire tourner une boutique sans vendre des produits de masse. Mais en vendant des produits de niche.

Le principe de la longue traine s’explique bien avec une librairie. Une petite librairie dispose d’une place de vente et de stockage limitée.

Donc elle ne va vendre que des « best-seller » des livres qui se vendent bien. Elle ne va pas s’encombrer de livres dont on ne vend qu’un seul exemplaire par année.

Une librairie comme Amazon a une place de stockage qui ne coûte pas cher et un magasin virtuel infini. Donc elle se permet de vendre des livres qui ne sont vendus qu’une fois par an. Et finalement le potentiel de vente de livres différents mais rarement vendu est autant voir plus grand que de vendre beaucoup d’exemplaires d’un nombre restreint de livre.

amazon.jpg

  • Ancien modèle: beaucoup d’exemplaires de peu de livres.
  • modèle longue traine: peu d’exemplaires de beaucoup de livres différents.

Chris Andersen nous annonce que ce principe arrive dans le monde industriel grâce aux imprimante 3D et découpeuses laser qui permettent de fabriquer des petites séries d’objets pour pas cher.

C’est ainsi que fonctionne les usines au bout du clic ponoko.com et shapeways.com.

Le financement par les foules

On a vu que l’ère industrielle a favorisé les riches. Des gens capables d’acheter des moyens de production.

Si l’on a pas la chance d’être riche mais que l’on veut quand même se lancer dans l’industrie, le système capitaliste à développé plusieurs mécanismes:

  • le crédit
  • le capital risque du type start-up
  • la bourse

Ces systèmes sont effectivement utilisables, mais il ne sont pas accessible à tous et ont certains désavantages.

Le crédit est un moyen de concentrer à un moment donné un capital et d’étaler le payement sur du long terme. Mais il est lié à des intérêts. Du coup, sur le long terme on va dépenser 3 fois plus d’argent, et il y a un sérieux risque de ne pas pouvoir rembourser si l’on se plante.

crédit bancaire.jpg

Si l’on est une start-up qui a l’air intéressante, il y a peut être un gentil investisseur qui va vous donner de l’argent pour démarrer en espérant un jour en gagner avec ce que vous aller réaliser. Mais en échange, il va demander une partie de votre entreprise et surtout des revenus de celle-ci !

La bourse utilise le même principe, mais au lieu d’avoir un seul investisseur, on découpe le capital de l’entreprise en de nombreuses parts que l’on vend à de nombreux investisseurs !

(Avec en plus la possibilité de spéculer sur la valeur des parts d’entreprise! … donc faire de l’argent en étant totalement déconnecté du monde industriel.)

2010_05_28_22_50_cotation_bourse_aapl_2004-2010.png

On voit que le nombre de riche étant limité, ces outils se sont répandus très vite et finalement de nos jours 97% des flux monétaires sont financiers et plus industriels !

La révolution industrielle a conduit à l‘invention du monde banquaire et financier. La prochaine révolution industrielle va probablement chambouler ce monde de la finance.

Bref, avec ces mécanismes on perd toujours quelque chose et on est pas certain que l’idée marche vraiment.

Comment faire pour éviter ces mécanismes ?

Pour trouver la solution, observons la solution qu’ont trouvé des agriculteurs pour vendre leur production. L’agriculture contractuelle.

La production de nourriture est achetée à l’avance par les consommateurs. Ils achètent un panier. L’agriculteur ne produit pas s’il n’est pas certain d’avoir sa production écoulée.

Dans le domaine des biens d’information (toujours notre modèle à transposer sur le monde physique), on trouve des sites web qui permettent de réaliser une opération similaire à l’agriculture contractuelle. On a appelle ceci le financement communautaire (crowdfunding)

Si je veux réaliser un film. Je présente mon projet sur le site http://www.kickstarter.com . J’indique le montant qu’il me faut pour réaliser le film. Le site m’impose un délai durant lequel trouver des gens qui font des promesses de dons pour financer mon film. Si j’arrive à la somme voulue dans les délais. Les gens doivent payer et le projet démarre. En revanche, si la somme n’est pas atteinte, c’est probablement que le projet n’est pas bon et qu’il faut le revoir.

monnaie.jpg

On observe de plus en plus que cet outil est détourné pour financer non pas des biens d’information avec des dons. Mais des objets physiques.

pocket-spacekraft.jpgUn exemple étonnant. Tu veux acheter une sonde spatiale pour aller explorer la lune ? … C’est par ici….

Le site de financement communautaire permet de faire une étude de marché pour voir si le produit aura du succès, ainsi que de prendre des pré-commande.

Ainsi, on limite les risques de se planter, on a déjà des clients et on ne doit pas partager son entreprise. Dans le monde de demain, on a tout avantage à faire du financement par les foules.

Ça implique que les banquiers perdent de leur pouvoir de décision sur ce qu’ils veulent financer ou non en accordant des crédits.

Les communautés de co-créateurs

Un artisan travaillait généralement seul. Avec la révolution industrielle et la création d’usine, la notion d’entreprise est devenue importante.

Avec l’artisanat industriel, est ce que l’entreprise est toujours utile ?

D’un point de vue financier, on vient de voir que non. Il n’est plus nécessaire d’avoir une entité juridique à vendre pour se financer.

D’un point de vue de la production d’objets, vu que l’automatisation y est pour beaucoup. Pas besoin d’être beaucoup de monde et donc pas besoin de créer un groupe de gens appelé entreprise.

2011_03_25_20_36_idee.pngC’est du point de vue de la conception qu’il est intéressant de regrouper ses forces, d’avoir un brassage d’idée avec beaucoup de monde. Mais est-ce que le cadre d’une entreprise est nécessaire ? Je ne le pense pas.

Pour s’en convaincre, on va encore une fois transposer dans le monde physique les pratiques du monde de l’information numérique.

Il faut surtout observer le monde du développement de logiciel. Il existe de nombreux logiciels qui sont « open source ». Donc les sources sont ouvertes et le développement du logiciel est fait par une communauté, pas par une entreprise. Les exemples les plus connus sont linux, firefox, libre-office, etc... et bien souvent tous les logiciels cachés au grand public mais qui sont la base de l’internet, du web, du e-mail….

Les communautés de concepteurs sont l’avenir de la création d’objets.

La communauté fédère les forces mieux que l’entreprise

Il y a beaucoup d’entreprises leader dans leur domaine se vantent d’avoir recruté les meilleurs chercheurs du domaine. Souvent elles oublient de préciser… les meilleurs qui ont bien voulu venir….

Le cadre proposé par une entreprise est souvent très exclusif. On ne doit travailler que pour une seule entreprise. Il est aussi très contraignant. On doit travailler dans un lieu précis, avec des conditions précises… beaucoup de gens refusent de changer de vie pour aller se mettre au service d’une entreprise.

communauté collaboration ExtendedCommunityCircle.png

Ce n’est pas le cas dans une communauté de co-créateurs. Si l’on observe les commautés de logiciel libre, les développeurs viennent de partout. Certains sont salariés, d’autres non. L’attache n’est pas exclusive.

Si l’on observe le monde des moteurs de rendu pour navigateur web. Il y a deux grands projet open source, il s’agit de Gecko qui propulse Firfox et Webkit qui propulse Safari, Chrome et depuis peu Opéra.
Opéra développait son propre moteur de rendu pour son navigateur web. Mais probablement que cette entreprise n’a pas pu régatter face à la force des deux grands géants open source.

Il reste encore microsoft qui est dans la course avec son moteur Trident. Mais avec beaucoup de retard par rapport aux géants open source. Comme quoi, même un géant de l’informatique ne peut pas régatter contre des communautés de créateurs.

En ce qui concerne l’exclusivité, on observe parfois que des gens contribuent aux deux projets concurrents. Parfois pour tester deux manières différentes de faire. Ce qui permet plus tard de savoir quelle est la meilleure.

chômage.jpgUn autre facteur en faveur des communautés réside dans le fait que les entreprises, pour des raisons de budget ne peuvent pas forcément engager un grand nombre de chercheurs.

Peut être qu’elle ont LE meilleur chercheur tout seul. Mais la communauté accepte tout le monde, elle a peut être pas LE meilleur, mais les 9 meilleurs suivants !

Il y a des domaines dans lesquels on forme beaucoup de gens, mais on engage peu. Ainsi, la communauté offre un lieu où ces gens peuvent s’exprimer.

C’est ce que l’on peut voir avec l’exemple du métier de designer en automobile. Beaucoup de designer aimeraient travailler dans se domaine, mais peu sont engagés par l’industrie automobile. Les designers non sélectionnés finissent donc par concevoir d’autres choses comme des brosses à dent et des stylos et ceci pour avoir un travail pour vivre.

Mais si on leur propose un projet de conception de voiture open source tel que wikispeed, il est fort probable que ça les intéresses de participer à cette communauté de co-créateurs.

wikispeed.jpg

Construis tes rêves… ou bien quelqu’un d’autre va t’embaucher pour construire les siens !

Tout comme la révolution industrielle a modelé notre société actuelle, son économie, ses institutions politiques, son réseau de transport et de communication, cette nouvelle révolution industrielle risque de chambouler pas mal de chose.

Comme tout est lié, il est difficile de dire quel est l’avenir que l’on aura. Chaque modification fait bouger tout l’édifice comme dans une partie de mikao.

Cependant, il ne faut pas oublier que notre société n’est que le reflet de ce que l’on veut. De tout temps les sociétés humaines ont été guidées par des prophètes et des visionnaires…

Il est possible de constuire un projet de société autour de ces nouvelles possibilités.

Nous entrons dans l’ère de la créativité, de la collaboration et du partage.

Voici quelques réflexions qui vont dans ce sens et que j’ai déjà abordé sur ce site:

créativité.jpg

Etat des lieux des réseaux sociaux

Etat des lieux des réseaux sociaux

.. ou quelles sont les alternatives à facebook ? Comment créer sa propre application de réseau social ?

Les réseaux sociaux sont à la mode, ils sont vu comme l’aboutissement de l’évolution de ce que l’on fait de mieux pour interagir entre des gens à l’aide de l’Internet.

Du point de vue social, dans l’évolution de l’internet et du web on a:

  • le e-mail permet d’avoir une adresse à soi dans ce nouvel espace qu’est Internet. Il est possible de recréer un annuaire. Le e-mail est une « killer app » qui justifie le fait d’avoir une connexion internet. C’est LE service Internet indémodable 40 ans d’utilisation !
  • le web débarque, c’est un web de documents. Le site perso est son pendant social.
  • le web 2.0 débarque. On installe des applications web.
  • le forum est une manière de réunir une communauté d’utilisateurs autour de sujets de discussions.
  • le blog arrive et diffuse le point de vue et le profil d’une seule personne. Le commentaire crée le lien entre les blogs.
  • MSN chamboule la messagerie instantanée en permettant de diffuser son humeur à tous ses contacts.
  • Les fermes de blogs arrivent. C’est l’époque du skyblog. On crée des liens vers ses amis depuis son blog. On pique à ses amis des textes et des images pour les republier sur son propre blog.
  • Myspace réuni des communautés autour de la musique. On voit l’apparition du concept de page de fan. Des groupe de musique voient leur page myspace plus visitée que leur site web officiel. Des groupes sont découverts sur myspace.
  • Twitter permet de poster son humeur du moment depuis un téléphone mobile. D’où la limitation à 160 caractères des messages pour être compatible avec les SMS. Etonnamment, cette limite technique doit lui avoir été plus positive que négative. Toute une culture s’est crée autour de cette limitation. Les #hastag, les raccourcisseurs d’url, l’avantage d’être bref et d’aller droit au but. Mais à l’heure actuelle, est-ce que cette limite ne va pas être un frein ?
  • Youtube se propose d’héberger des vidéos. Après son rachats par google, youtube se développe et deviendra un véritable réseau social composé de chaines de tv amateur.
  • Facebook débarque avec une véritable approche de profile personnel sous son vrai nom. C’est à mon avis ce qui a fait son succès. Facebook est un véritable annuaire de gens. Facebook permet de « taguer » les gens sur les photos. C’est un des points important de son succès. La photo est toujours au centre de la stratégie facebook.
  • Facebook évolue et bouffe tout ce qui se faisait auparavant en fusionnant tous ce que font ses concurrents. Le mur fusionne le blog et l’humeur du jour. La messagerie instantanée et intégrée. Les pages de fan sont créées. => skyblog, MSN et Myspace se vident !
  • foursquare crée un réseau social basé sur la géolocalisation. Il faut faire des Check-in dans des lieux physiques.
  • facebook mise sur le mobile. Grâce aux smartphone on peut tout faire sur le mobile. Pas de limitation technique comme sur twitter. La géolocalisation est intégrée à chaque post sur facebook. (en 2013 60% de visiteur de facebook le sont depuis des mobile)
  • facebook refont sa notion de groupe de discussion, crée le concept d’événement facebook et généralise le « like » sur tout objet à l’intérieur de facebook et à l’extérieur grâce à l’open graph protocol.
  • Microsoft rachète Skype, le leader de la conférence vidéo. Ainsi Skype va fusionner avec facebook le partenaire de microsoft.
  • Pinterest crée un réseau social de collectionneur. Chaque collection est une collection de photos. Il est possible d’ajouter des photos ou de « repiner » (ré-épingler) dans une de ses collections une photo trouvée chez quelqu’un d’autre.
  • instagram crée un réseau social pour partager les photos issues de son application smartphone de filtres artistiques de photos.
  • facebook achète instagram. Une volonté de prendre le contrôle de la création de photo à la source pour bloquer la progression inquiétante de pinterest ? (facebook héberge en octobre 2012 près de 219 milliards de photos!) On estime que 20% des photos prises dans le monde (380 Milliards en 2011) finissent sur facebook !
  • Google modifie son algorithme de pagerank le 18 décembre 2013 pour tenir compte de l’activité google+ en plus de l’historique de l’utilisateur. Ainsi il favorise son propre réseau social google+.
  • Facebook achète Whatsapp (février 2014) et surtout la base de données de 450 millions de Numéros de téléphone…
  • Facebook achète Oculus VR, (25 mars 2014) un casque de réalité virtuelle. Facebook aurait peur de se faire devancer par google et ces google glasses ?

Le roi facebook

On voit que facebook a eu la chance de démarrer avec un concept d’annuaire de gens sous leur vrai nom et agrémenté de photos. (et la confiance accordée des anciens de l’université de Harvard) Facebook a ainsi réussi à devenir un réseau social qui a une masse critique suffisante pour devenir incontournable. Selon la loi de Metcafle. L’utilité du réseau augmente au carré du nombre de ses membres.

En octobre 2012 facebook est passé la barre du milliard d’utilisateurs actifs ! On peut ainsi en déduire sa valeur !

Fort de sa base d’utilisateurs facebook a toujours su intégrer les innovations de ses concurrents pour se maintenir en tête et attirer encore plus d’utilisateurs. En 2012, facebook devient également le site le plus visité de la planète en dépassant google !

Financement

Le financement des réseaux sociaux n’est pas bon marché. Les projets que l’on voit son souvent financés par des investisseurs qui placent un capital risque.

C’est une sorte de loterie, l’influence ne suffit pas à gagner de l’argent. Il faut avoir un bon modèle de monétisation.

C’est très souvent la publicité qui monétise le web. Google est la principale régie publicitaire du web. Facebook est également financé par de la publicité, mais encore plus ciblée que celle de google.

Facebook met en avant son service de publicité avec cet exemple du photographe de mariage qui peut cibler les jeunes femmes entre 20 et 30 ans qui sont fiancées pour proposer ses services.

Pour faire crever facebook, il suffit de dire à tout le monde d’installer adblock sur son navigateur web. Plus de pub affichée, plus de facebook !

En ce qui concerne Twitter, je n’ai jamais compris comment ils comptent monétiser leur réseau social ? Il n’y a pas de pub. Il y a des investisseurs qui ne rechignent pas à allonger les dollars de rallonge en espérant un jour trouver des moyens de monétisation ? (Il me semblait avoir lu qu’il y a eu jusqu’à 1 milliard de $ investi)

Un des moyens qui existe est le financement par google pour fournir le contenu temps réel de twitter directement dans les recherches temps réel du moteur de google.

=> finalement une nouveauté est arrivée pour financer Twitter.. il y a des tweet sponsorisés qui apparaissent sur les fils d’actualité d’un grand nombre de monde…  du coup Twitter doit aussi favoriser le fait que tout le monde passe par la même interface centralisée.. ce qui n’était pas du tout le cas avant. C’est même ce qui avait fait son succès, notamment en Iran pendant des manifestations où le pouvoir en place coupe des sites comme twitter… mais qu’il y a d’autres plateforme pour y accéder, donc à moins de couper l’internet en entier, il n’est pas possible de couper l’information.

On verra si ce mode de financement à de l’avenir chez twitter.

Pinterest qui est le petit réseau qui monte…. et il monte tellement que maintenant il y a plus d’utilisateur pinterest que twitter !. Ce réseau a un potentiel intéressant de financement en liant des magasins derrière les images à collectionner. C’est l’idée du moment, à suivre.

Quelles sont les fonctions d’un réseau social

Le nom de « réseau social » est utilisé à toutes les sauces. C’est une mode. Mais quels sont les composants de base d’un réseau social ?

  • chaque utilisateur a son profil avec ses données liées
  • un réseau social est un réseau. Donc il faut pouvoir créer des liens entre les utilisateurs. Une liste d’amis !

Voici la base d’un réseau social. Ensuite, il y a les à côtés qui suivant servent les buts du réseau. Comme la liste des voisins sur last.fm qui permet de trouver des gens avec des goûts musicaux proches.

Il y a quand même des fonctions que l’on retrouve quasi partout:

  • les messages privés entre utilisateurs
  • la notion de groupe de discussion. (ouvert, sur demande, caché) (le descendant du forum)

Facebook comporte un grand panel de fonctions:

  • la timeline qui enregistre toute notre vie. Il est possible d’ajouter des posts liés à une date passée. (voir une date futur dans les pages de fan)
  • galerie de photos avec tagging des photos avec les noms de gens. (facebook connait ainsi les visages de centaines de millions de gens)
  • les groupes (privés, adhésion sur demande, caché)
  • les événements. (last.fm aussi permet de se déclarer présent à un concert mais c’est une « killer app » rarement rencontrée) Facebook est ainsi capable de dire: « alice devient amie avec bob après avoir été à l’événement anniversaire de Charlie ». Là on se sent vraiment espionné !
  • rappel des anniversaires et événements locaux. Que vais-je faire ce soir ? … facebook peut le dire ! (les cinémas et chaine de TV n’ont pas encore su exploiter ce créneau.)
  • le commentaire sur tout type de posts. (texte, photos, etc..)
  • le « like » de tout objet (texte, photos, commentaire, tout objet sur le web décrit avec open graph protocol) (depuis le 21 avril 2010)
  • une api permettant de créer des applications dans le réseau social. Ainsi facebook est une énorme plateforme de jeux! (ce qui fait le bonheur de zynga qui arrive à gagner 400 millions de $ par an en vendant des objets virtuels à ces 300 millions de joueurs uniques mensuels. Ceci même après que Zynga ait payé une redevance à facebook. 12% des revenus de facebook proviennent de Zynga !)
  • lancement de sondages (est-ce que facebook veut se lancer dans la démocratie en ligne ?)

D’une manière générale, on remarque que facebook comporte un grand nombre d’outils de gestion d’information capable de remplacer certains services traditionnellement laissé à l’Etat !

Tout d’abord facebook est une énorme base de donnée d’Etat civil qui est capable de noter les événements de la vie de chacun. De la naissance à la mort en passant par les mariages, les écoles suivies, les multiples changement de domicile, les liens familiaux, etc…

Le flicage photo est d’ailleurs nettement supérieur à tout ce qui c’est fait par le passé. Heureusement il n’est pas (encore) utilisé par un état totalitaire. Facebook détient les meilleurs algoritmes de reconnaissance faciale !

Facebook offre divers moyens de communication: messagerie, téléphonie (vu l’accord avec skype). C’est traditionnellement la poste qui avait un mandat d’assurer les communications dans un pays.

Facebook a une monnaie. Elle n’est pas très connue, mais elle existe surtout pour payer les jeux.

Avec les sondages facebook s’est doté d’outil de démocratie en ligne. De nombreux concours sur le web se font grâce aux « like » qui sont comptabilisé comme vote. De nombreux sites web délègue la gestion utilisateur de leur site à facebook en utilisant facebook connect.

Cependant facebook n’est pas une démocratie. C’est même plutôt une autocratie du roi Zuckerberg.

Beaucoup rechignent.. (on veut un « j’aime pas », on veut changer la couleur du site…) mais peu quittent vraiment le réseau ! (Contrairement à Twitter qui a beaucoup de compte en déshérence)

Application de réseau social libre (code et/ou données)

Pour éviter l’autocratie de facebook de nombreux projet alternatifs on vu le jour. Mais aucun ne prend vraiment.

Il y a deux point sensibles dans le concept de réseau social libre.

On peut vouloir un code de l’application libre au sens de l’Open source. Afin de voir le fonctionnement, de pouvoir installer l’application sur son propre serveur.

Si facebook publie son code source, on en comprendra mieux le fonctionnement, mais les données seront toujours centralisées. Ce qui amène à la seconde compréhension du concept d’un réseau social libre.

On peut vouloir des données privées hébergées uniquement dans un endroit sûr que l’on maitrise. Ainsi le seul moyen de garantir le contrôle de ses données personnelles est de jouer la carte du réseau social réparti.

Comme il faut quand même partager des informations avec ces amis. Le problème ce résout par l’invention d’un protocole de communication commun comme l’est le e-mail par exemple !

En effet, on a tendance à l’oublier, mais le e-mail est un système réparti. Même si gmail, hotmail et yahoo centralisent beaucoup de e-mail, n’importe qui peut monter son propre serveur e-mail et communiquer avec les autres serveurs.

Quelques rares projets planchent sur la définition de protocole permettant de créer un réseau social réparti.

Voici un panel de réseau sociaux alternatifs aux mastodontes en place.

Application de réseau social open source que l’on peut installer soi même

Comment créer son propre réseau social ? Il existe de nombreuses applications open source, libres en voici quelques unes.

Buddypress

Une des manières les plus simples de mettre en place un réseau social est l’extension Buddypress qui transforme un wordpress en réseau social. Vous voici ainsi parti pour concurrencer facebook !

Ce que Buddypress peut fournir:

  • un profil d’utilisateur pour chaque personne
  • une notion de groupe de discussion. (3 types: ouvert, sur demande, invisible)
  • des connexions entre « amis »
  • des messages privés
  • des blogs
  • un flux global d’activités avec notifications par e-mail et flus rss

Status.net

Status.net est une application qui permet d’installer chez soi une sorte de Twitter.

Point positif, il est compatible avec Twitter et permet aussi de faire du microblogging réparti.

Comment installer status.net.

Movim

Movim est l’accronyme de « My Open Virtual Identity Manager », c’est un réseau social réparti basé sur le protocol XMPP. Il est possible d’installer son propre serveur Movim que l’on appelle un Pod.

http://movim.eu

movim0.5.png

Buddycloud

Buddycloud est un réseau social réparti également basé sur XMPP. Il existe également des versions pour smartphones qui sont en développement. (Android en version alpha et ios en projet) Voir le détail du projet sur https://buddycloud.org

Pour tester, c’est par ici: http://buddycloud.com

Un aperçu sur youtube par là

Diaspora

Diaspora est vu comme une alternative à facebook pouvant être installée chez soi et communiquant avec d’autres instances pour faire un réseau social réparti.

Diaspora utilise de la cryptographie pour les échanges. Il est aussi possible de s’y connecter via le réseau d’anonymisation TOR. (Facebook aussi a fait une version accessible via tor)

Disapora dispose également d’un système d’application pour étendre ses possibilités.

La première application tournant sur diaspora est cubbi.es une application permettant de collectionner des photos sur le web. Cette application rappelle beaucoup Pinterest ! Un moyen de concurrencer facebook ?

Après une longue attente, diaspora est prêt et fonctionne sur plusieur POD.

Le premier service:

http://diasporaproject.org/

.. est actuellement complet. Et ne prend plus de nouvelles inscriptions. Ainsi il vous faut rejoindre un autre pod.

Pour les francophones, le pod intéressant est https://framasphere.org

Voici un tutoriel pour bien débuter sur diaspora.

Il est important de préciser que diaspora est compatible avec facebook.. donc pas besoin de quitter facebook…. Diaspora peut poster ses articles sur facebook….

Diaspora_latest.png

Friendica

Un réseau social libre, réparti qui permet de se connecter sur de multiples passerelles, dont facebook, twitter, StatusNet ainsi que des flux rss. Oui, on peut être amis avec un flux rss !!! Donc recevoir les infos de n’importe quel blog dans son flux global.

Friendica permet aussi de poster des infos sur un blog WordPress, Livejournal, Tumblr ou Posterous. C’est un véritable hub pour gérer de multiples comptes.

http://friendica.com

Screenshot_of_Friendica.jpg

Tent.io

tent.io est un projet qui défini un protocole de communication entre réseaux sociaux réparti. Le but est d’envoyer des messages d’activité selon le même modèle que le ferait un e-mail.

tent.is est la première implémentation du protocole Tent.io. Ce site web peut héberger votre compte tent.

Ostatus

Dans tout ces protocoles voulant gérer les réseaux sociaux, le W3C, l’organisme de édictant les normes du web, propos ostatus.

http://ostatus.org

Jappix

Encore un protocole d’échange basé sur xmpp… Mais c’est plus proche du chat que du réseau social…

http://jappix.org

jappix-social.png

App.net

App.net est un projet visant à faire un réseau social sans publicité. Ici le nerf de la guerre, c’est de voir l’utilisateur passer avant l’annonceur.

Donc, on ne peut pas vraiment installer son propre app.net, mais on nous garanti que le fonctionnement sera fait pour les utilisateurs et non pour les annonceurs.

Ce projet est une réaction face à l’évolution de Twitter qui était une plateforme très ouverte grâce à son API et qui devient de plus en plus fermée forçant les gens à utiliser de plus en plus l’interface officielle de Twitter. Est-ce une idée pour centraliser l’affichage et donc la publicité ?

Il faut rappeler que Twitter cherche toujours un moyen de monétisation pour son réseau. Mais est-ce une bonne idée. Le succès de Twitter est aussi issu du fait qu’il a été utilisé pour communiquer vers l’extérieur par des lanceurs d’alerte anonymes dans des pays totalitaires qui tentent d’interdire l’accès aux réseaux sociaux.

Avec une API ouverte n’importe quel site peut devenir facilement un proxy, un intermédiaire pour laisser un message sur twitter. Donc en se fermant Twitter perd un de ses atouts !

app.net veut garder sa liberté d’action en étant financé par ses utilisateurs. Ainsi c’est un réseau social payant !

https://join.app.net

OpenAtrium

http://openatrium.com est un outil très souple pour crée un outil collaboratif. Ça peut ressembler à un réseau social…

C’est un plugin Drupal. Il permet de créer des pages et d’y greffer des discussions dedans avec des notifications par e-mail.

On peut aussi y gérer des événement, des documents, des gestionnaires de tâche, ça fonctionne sur des mobiles.. etc…

Faire interagir les réseaux sociaux entre eux

Le service IFTTT (If This Then That) permet de créer des recettes pour automatiser des tâches entre les réseaux sociaux. Une cinquantaine de canaux sont à disposition pour les utiliser comme source ou destination d’actions.

Un exemple de recette peut être: si la température est en dessous de 3°C twitt « attention au verglas » sur mon compte. On peut faire pareil avec twitter.. ou par sms.. des flux rss, facebook, les chansons qui passent sur last.fm ou de nouvelles photos sur instagram.

C’est un début du web sémantique dans l’idée de Tim Berners Lee où les services communiquent entre eux.

https://ifttt.com

Les réseaux sociaux morts

SocialZ est là pour montrer que tous les beaux projets peuvent aussi mourir. Le monde des réseaux sociaux est impitoyable. Quand un réseau a un milliard d’utilisateur régulier que faut-il faire pour le concurrencer ? Est-ce que créer un clone est une bonne idée ?
Voici une des rares trace de ce projet => http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=446190

Et voici encore d’autres réseaux sociaux morts…

Sources intéressantes

Encore à creuser… (plein de réseaux sociaux libres…)

Oui, c’est un vaste sujet en plein évolution… je ne sais pas tout, mais j’ai encore pleins de liens à suivre, de document à lire et d’applications à tester.

A quoi servent les réseaux sociaux ??

Beaucoup de gens ne comprennent pas à quoi sert un réseau social. Dans les nombreux réseaux populaires, quelles sont les différences ? Voici une petit explication traduite d’une célèbre image qui circule sur le net

Donc à quoi sert une réseaux social et quels sont les différentes manières de les utiliser:

  • Twitter => Je mange une pomme
  • facebook => J’aime les pommes
  • foursquare => C’est ici que je mange une pomme
  • instagram => Voici une photo « vintage » de ma pomme
  • youtube => Voici une vidéo de moi qui manger une pomme
  • linked in => Manger une pomme est une de mes compétences
  • pinterest => Voici une recette de pomme à la cannelle
  • last.fm => En train d’écouter: « Pomme » (pom pom pom pooom…)
  • Google+ => Je suis un employé de google qui mange une pomme

a quoi sert un réseau social pour une apple addict.jpg


Posts navigation

1 2 3