L’avenir est au cinéma 3D

….ça c’est fait… depuis la sortie du film Avatar il est quasi certain que l’avenir du cinéma passe par la 3D.

En effet, depuis quelques temps, l’industrie du cinéma cherche à enrayer la tendance au piratage qui diminue la fréquentation des cinémas et la vente de DVD.

La 3D est une aubaine pour faire retourner les gens au cinéma.

L’industrie du cinéma a enfin compris qu’il ne fallait pas se reposer sur ses lauriers, mais innover !

Le succès d’Avatar confirme ma théorie qui dit que les gens ne se bougent pas pour la qualité, mais pour la quantité ou la nouvauté .

Ou autrement dit, les gens sont plus motivés par la nouveauté que par l’amélioration de la qualité. Cela fait des années que presque toute l’industrie du cinéma est passée au numérique. Du tournage au montage et à la distribution en DVD.

Seule la projection dans les cinémas se faisait encore majoritairement en analogique. Cela fait des années que l’industrie du cinéma tente de convaincre les propriétaires de cinéma d’installer des projecteurs numériques en leur promettant une meilleure qualité d’image. Mais rien n’a bougé….. jusqu’à l’arrivée d’Avatar et la 3D.

Le public n’en a rien à faire de voir des différences de luminosité, des taches, des griffures et les fameuses brûlures de cigarette qui ont été popularisée par le film fight club. Le public supporte aisément tout ces petits défauts de la pellicule et n’est pas prêt à payer plus pour ne plus avoir ses désagréments.

Par contre le public est prêt à payer plus pour tester la nouveauté. Le cinéma 3D numérique.

Le cinéma 3D à la maison ?

home cinéma.jpgDonc l’industrie du cinéma se réjoui de pouvoir à nouveau faire déplacer les gens au cinéma grâce à la nouveauté de la 3D. Mais est ce que ça va durer longtemps ? Est ce que l’on pourra bientôt regarder des films en 3D à la maison ?

Moi je pense que oui. On va très prochainement voir les home cinema. Passer à la 3D. Comme la télévision noir et blanc est passée à la couleur. (mais c’est un petit peu plus compliqué)

Pour assurer une démocratisation de la technologie de cinéma 3D à la maison. Il y aura probablement quelques étapes technologiques à faire. Car il y a de nombreuses manières de projeter un film en 3D. Faisons donc un petit tour des technologies de cinéma 3D.

Les technologies de cinéma 3D

Le temps des anaglyphes (lunettes vertes et rouges) est terminé. On utilise des techniques un peu plus sophistiquées pour projeter des images 3D.

« Le Rêve », appareil stéréoscopique français, 1904

Le principe de base est toujours le même et il n’est pas nouveau. Pour voir en 3D, chaque oeil doit voir sa propre version du film. Donc au moment du tournage, il y a toujours deux caméras en parallèle qui filment la même scène mais avec un décalage horizontal de 6,5cm qui est la distance moyenne entre des pupilles humaines.

En soit le cinéma 3D n’est pas une nouveauté. Il y a quelques années j’avais même déjà vu des films en 3D à Neuchâtel, notamment The revenge of the shogun women lors du NIFF. Le producteur avait misé tout son budget sur la 3D et quasi rien sur l’histoire. Bref, la 3D c’était pas top. Avec Avatar, c’est une autre dimension qui s’ouvre. C’est l’ère du cinéma 3D numérique.

Avec l’ancienne technique on utilisait deux projecteurs en parallèle pour avoir une image pour chaque oeil. Avec le cinéma 3D numérique. On utilise une seul projecteur. Mais on alterne temporellement les images destinées à l’oeil droit ou à l’oeil gauche.

Pour un cinéma

Actuellement, on trouve plusieurs techniques de cinéma 3D qui s’affrontent:

  • realD: avec des images polarisées
  • dolby 3d: avec des couleurs de base rouge, vert et bleu différentes pour chaque oeil.
  • 3D Xpand: avec des lunettes actives qui masquent pour chaque oeil l’image qui ne lui est pas destinée.

XpanD shutter glasses

Le système 3D Xpand n’est pas très pratique pour des salles de cinéma. Avec 400 places, il faut 400 paires de lunettes ! Il faut les nettoyer. Ce sont des lunettes bourrées d’électronique. Il y aura facilement des pannes. Ce n’est pas la bonne technologie pour des cinémas. En revanche c’est probablement la plus simple pour la maison. On y reviendra.

Pour les cinémas, la technologies Dolby 3D semble être sympa, mais elle requiert des filtres assez complexes pour filtrer par interférence les longueurs d’onde des couleurs qui sont destinées à l’autre oeil. Le filtre est un mille-feuille de 50 couches et il atténue pas mal la lumière. Moi j’étais au premier rang, je n’ai pas remarqué, mais il semble que si l’on est loin de l’écran, la luminosité n’est pas terrible. Surtout que le projecteur numérique a déjà moins de luminosité qu’un projecteur pour film argentique.

RealD glasses.

Le système qui semble le plus populaire pour les cinémas, c’est le système de reald qui fonctionne avec une lumière polarisée. Chaque oeil reçoit l’image qui lui est destinée par l’intermédiaire d’une paire de lunette avec des verres polarisés. Les lunettes sont moins complexes et donc moins chères.

La subtilité de la lumière polarisée, c’est que dès qu’elle est réfléchie, elle risque de changer de polarisation. Ce qui n’est pas du tout ce que l’on veut si l’on projette l’image sur un écran !

Donc l’écran doit être spécial pour utiliser un système reald. Il est fait avec de l’argent ou de l’aluminium pour réfléchir la lumière sans changer sa polarisation. (de toute façon avec un projecteur numérique qui émet moins de lumière il faut changer l’écran)

Pour aller plus loin dans la technique: lire le pdf détaillé du fonctionnement du système 3D de RealID

Pour la maison

Si dans les cinémas, la 3D semble être à maturité, pour ce qui est des technologies utilisables à la maison. Rien n’est encore joué.

Ce qui est certain, c’est qu’il faudra se ré-équiper. Mais avec quoi ? Il y a plusieurs possibilités:

Dans un avenir très proche, le système qui va l’emporter est certainement celui pour lequel il y a le moins de matériel à changer. Donc c’est probablement un système de lunettes à obturation comme celui de Nvidia qui va se populariser.

Si dans un cinéma devoir gérer des centaines de paires de lunette active pose un problème, à la maison gérer juste quelques paire semble tout à fait possible.

L’étape suivante sera certainement l’écran LCD à lumière polarisée. Actuellement il n’existe que l’écran Zalman Trimon. Mais dans un proche avenir d’autres écrans de ce type vont arriver.

Ainsi seules de simples lunettes polarisées sont nécessaires pour regarder un film 3D.

Puis l’étape ultime sera l’écran autostéréoscopique comme celui d’ Alioscopy. Cependant on ne verra pas ce genre d’écran  pour le grand public avant 2015. Actuellement les prix sont prohibitifs. On ne trouve ce genre d’écran uniquement dans des aéroports chinois comme écrans publicitaires !

Les formats

Vu qu’il y a de nombreux systèmes, il y a aussi de nombreux formats de films 3D. ça va être de plus en plus la jungle pour convertir des formats et pouvoir les lire sur le bon lecteur dans le format approprié.

On trouve déjà des programmes qui permettent de convertir ou de lire différents formats de film 3D.

L’industrie du cinéma va aussi probablement utiliser l’argument de la 3D pour lancer le nouveau support de donnée BlueRay qui peine à décoller, la plupart des gens de voyant pas l’avantage par rapport au DVD. Comme pour les cinémas, c’est l’effet nouveauté qui va être mis en avant pour vendre des blueRay.

On verra si le BlueRay décolle. Si ce n’est pas le cas, c’est que l’ère des supports de données physique est révolue et que c’est le téléchargement via internet qui est le moyen le plus utilisé par l’utilisateur lambda. Mais ça ne me semble pas encore être le cas.

Rupture de stock de matériel pour cinéma 3D

Cela fait quelques temps que le cinéma numérique en 3D progresse gentiment, car il y a de plus en plus de films qui sont potentiellement visible en 3D. ( Coraline, L’age de glace 3, Là-haut, Numéro 9, Destination finale 4…)

Mais c’est seulement à l’occasion de la sortie de Avatar que la plupart des cinémas se sont équipés de système de projection 3D. Beaucoup de cinémas se sont donc équipés pour la 3D à l’occasion de la sortie d’Avatar qui s’est faite pratiquement le même jour partout dans le monde. (le 16 décembre 2009 à Neuchâtel)

La question que je me pose est: Est ce que cette soudaine demande en installation de cinéma 3D a posé des problèmes aux sociétés qui fournissent et installent les installations 3D ?

Est ce qu’il y a eu des ruptures de stock ? Des cinémas qui n’ont pas pu être équipé à temps d’un système 3D ?

Il semble qu’il y a eu des ruptures de stock de lunette 3D. Mais je n’ai eu aucune source m’indiquant qu’il y a eu une rupture de stock de projecteur.

Pourtant l’étrange expérience que j’ai faite à Neuchâtel me montre que c’est peut être le cas.

Changement de système de projection 3D à Neuchâtel

Le 21 décembre 2009, je suis allé à Neuchâtel au cinéma des Arcades pour voir Avatar. J’y ai vu le film avec des lunettes Dolby 3d. Des lunettes avec filtre de couleurs.

Quelques jours plus tard, en discutant avec mon ami kiki. Nous avons découvert qu’il est allé voir le film le 29 décembre au même endroit, mais qu’il n’a pas eu les mêmes lunettes !

Le système en place était le système de RealD avec des lunettes polarisées.

Pourquoi changer de système juste deux semaines après l’installation ?

Est ce que c’est par ce que le système Dolby 3D est jugé décevant par rapport au système RealD ?

Où est ce que c’est par ce qu’il n’y avait pas de système RealD disponible pour la sortie d’Avatar et qu’il a fallut installer temporairement un système Dolby 3D?

Vital Epelbaum.jpgPersonnellement je penche pour la seconde solution.

Simplement, par ce que dans le journal de la télévision régionale canal alpha du 15 décembre 2009, Vital Epelbaum, le propriétaire des cinémas de Neuchâtel déclare que l’on pourra acheter les lunettes. Mais seulement dans quelques jours !

En effet, lorsque je suis allé voir Avatar, je n’ai pas eu le choix d’acheter mes lunettes dolby 3d, alors que deux semaines plus tard il était possible d’acheter les lunettes polarisée RealD.

Cette petite phrase de Vital Epelbaum me fait penser qu’il savait que le système serait changé entre temps !

Si quelqu’un à des infos à ce sujet, je suis preneur.
En attendant, bon film…. en 3D.

Après Avatar, c’est certainement le très attendu Alice au pays des merveilles qui va encore plus populariser le cinéma 3D… on en reparle dans un mois !

Le pouvoir se trouve chez le distributeur

Le pouvoir se trouve chez le distributeur

Dans un système de consommation c’est toujours le distributeur qui a la position de pouvoir.

Un système de consommation a pour but de faire consommer par le plus grand nombre. Que ce soit de la nourriture, des objets ou de l’information (film, journaux..).

On remarque que ce sont toujours les intermédiares, les distributeurs qui sont en position de force. Le consommateur préfère avoir le minimum d’interlocuteur pour obtenir ce qu’il veut. Il n’y a qu’à voir le succès des supermarchés par rapport au petits commerce spécialisé.

De son côté le producteur est déjà tellement occupé par sa production. Qu’il est bien content de livrer sa production au même client. Mais il s’en rend ainsi dépendant. Il n’y a qu’à voir la pression que met la Migros sur les prix d’achat aux paysans.

Dans le monde de l’information, c’est pareil. Les maisons de disques ont toujours raflé plus que les musiciens.

Les journaux profitent du contenu de crée leur journalistes et pigistes pour vendre de la publicité à des annonceurs qui veulent profiter du réseau de distribution du journal pour atteindre le plus grand monde.

Mais voilà que la technologie évolue. Le monde de la pub se transforme. Les sociétés qui ont le plus grand potentiel de faire des liens de distribution de l’information sont les moteurs de recherche et les réseaux sociaux. Google et facebook maitrisent les nouveaux réseaux de distribution.

Google tire sont profit de l’influence qu’il a comme distributeur d’information, de mise en commun du producteur et du consommateur.

Est il possible de sortir de ce modèle ?

Faut il toujours qu’il y ait un canal unique de distribution privilégié ? Le modèle réparti n’est il pas possible ?

 

Un article à propos de la polémique de friendfeed qui tente de devenir un distributeur en profitant des sources de contenus:

http://fr.readwriteweb.com/2009/07/27/analyse/friendfeed-cest-mal/

cinéma en 3d

Cinéma en 3D

Les technologies

Actuellement (début 2010), il y a 3 technologies qui s’affrontent.

  • reald: avec des images polarisées
  • dolby 3d: avec des couleurs de base rouge, vert et bleu différentes pour chaque oeil.
  • 3D Xpand: avec des lunettes actives qui masque pour chaque oeil l’image qui ne lui est pas destinée.

Le système 3D Xpand n’est pas très pratique pour des salles de cinéma. Avec 400 places, il faut 400 paires de lunettes ! Il faut les nettoyer. Il y aura facillement des pannes. Ce n’est pas la bonne technologie pour des cinémas. En revanche c’est probablement la plus simple pour la maison. On y reviendra.

Pour les cinéma, la technologies Dolby 3D semble être sympa, mais elle requiert des filtres assez complexes pour filtrer par interférence les longeurs d’onde des couleurs qui sont destinées à l’autre oeil. Le filtre est un mille-feuille de 50 couches et il atténue pas mal la lumière. Moi j’étais au premier rang, je n’ai pas remarqué, mais il semble que si l’on est loin de l’écran, la luminosité n’est pas terrible. Surtout que le projecteur numérique a déjà moins de luminosité qu’un projecteur pour film argentique.

Le système qui semble le plus populaire pour les cinémas, c’est le système de reald qui fonctionne avec une lumière polarisée. Chaque oeil recoit l’image qui lui est destinée par l’intermédiaire d’une paire de lunette avec des verres polarisés. Les lunettes sont moins complexes et donc moins chères.

La subtilité de la lumière polarisée, c’est que dès qu’elle est réfléchie, elle risque de changer de polarisation. Ce qui n’est pas du tout ce que l’on veut si l’on projette l’image sur un écran !

Donc l’écran doit être spécial pour utiliser un système reald. Il est fait avec de l’argent ou de l’aluminium pour réfléchir la lumière sans changer sa polarisation. (de toute façon avec un projecteur numérique qui émet moins de lumière il faut changer l’écran)

Tous les détails sur le site web:

http://tpe3d.e-monsite.com/accueil.html

 

A neuchâtel

A l’occasion du film avatar, deux salles à Neuchâtel et à la Chaux-de-fonds ont été équipée de projecteurs 3D.

Le 16 décembre 2009, la première projection 3D publique a eu lieu. Cependant j’avais déjà vu des films en 3D à Neuchâtel, notamment The revenge of the shogun women lors du NIFF. Mais ce film ne fonctionnait pas du tout sur le même principe. D’ailleurs il était nul ! C’est pour ça qu’il était présenté ! Le producteur à mis tout son budget sur la 3D et quasi rien sur l’histoire. Bref, la 3D c’était pas top. Avec Avatar, c’est une autre dimension qui s’ouvre.

J’ai vu Avatar le 21 décembre 2009. Le système utilisé était celui de Dolby 3D avec des couleurs. Le 29 décembre un ami est retourné au même endroit et il a eu droit à des lunettes polarisée pour le système reald ! Il semble que c’était le premier jour après le changement !

Pourquoi avoir changé de système 2 semaines après la sortie du premier ?? C’était un système de remplacement en attendant le système définitif ?

A la maison

Est ce que l’on peut aussi regarder des films en 3D à la maison ?

Enfin, depuis de nombreuses années, les cinémas on repris une longueur d’avance sur les home cinéma. Il était devenu tellement facile de se faire un cinéma de meilleure qualité à la maison avec un bon beamer. C’était le comble, avec une majorité de cinéma encore équipés de projecteurs argentiques, le cinéma numérique de la maison était meilleur.

Maintenant l’innovation est là. ça relance la course ! Bien !

Donc que peut on faire à la maison ?

Avec le matériel courant, pas grand chose !  Quelques vieux anaglyphes. (rouge et vert)

Sinon, il faut se rééquiper, mais avec quoi ? Il y a plusieurs possibilités:

  • Le projecteur 3D
  • Les lunettes à obturation. Nvidia propose des lunette de ce type avec une cartegraphique qui décode les films 3d
  • Un écran polarisé et des lunettes polarisées simples. (mais pas la même polarisation que pour le cinéma !  circulaire et non linéaire) Dans le genre, il existe l’écran Zalman Trimon.
  • L’écran autostéréoscopique (genre Alioscopy). Il n’y a pas besoin de lunette pour le regarder !

Tous les détails sur ce site:

http://tpe3d.e-monsite.com/rubrique,les-lunettes-a-obturateur,505574.html

Conclusions

Le cinéma en 3D est là. Pour éviter le piratage l’industrie du cinéma va tout sortir en 3D ces prochaines année. C’est finalement la 3D et pas la qualité d’image qui a poussé les cinémas à s’équiper de projecteurs numériques. Ce qui confirme ma théorie qui dit que les gens ne se bougent pas pour la qualité, mais pour la quantité.

Avec du numériques, les cinémas pourront se lancer dans d’autres événements que les projections de film. Il pourront profiter de faire des retransmissions numériques en direct comme des concerts ou du sport. Est ce que lors des multiples événements sportifs de 2010 on verra ce genre de chose ? (JO, coupe du monde de foot et coupe de l’américa)

La 3D à la maison ça va venir. Dans les premières année, il me semble que les lunettes à obturation pourront avoir facilement du succès, vu qu’il suffit d’un équipement qui synchronise l’obturation avec le film. Pas besoin de changer d’écran !

Peut être que de plus nombreux constructeurs vont se lancer dans les écrans 3D ?

Quand la technologies sera vraiment au point et pas chère. On verra des écrans autostéréoscopiques partout. C’est le plus agréable. Il n’y a pas besoin de lunette.

D’ici là il faudra se mettre d’accord sur les formats de film en 3D.

Sur ce site, on trouve déjà quelques infos sur les player et format de vidéos 3D:

http://www.berezin.com/3D/sp_features.htm

Quelques liens:

Premier pas avec un iLiad

Premier pas avec un iLiad

Grand fan du concept du papier électronique depuis de nombreuses années… (je me suis sérieusement intéressé au sujet depuis 1999)…. J’ai sauté sur l’occasion dès que j’ai appris la commercialisation d’un véritable papier électronique. J’ai donc fait l’acquisition fin décembre 2006 de l’iLiad d’iRextechnologie.

L’iLiad est ce que l’on peut appeler un livre électronique. En très bref, c’est une boite qui contient un mémoire pour mettre toute sa bibliothèque et du papier électronique, basé sur la technologie d’e-ink pour afficher les livres.

Je suis persuadé que le papier électronique a un énorme avenir. On est à l’aube d’un nouveau bond de la révolution numérique. Ce bon va être encore plus spectaculaire que les précédents. Le papier électronique permettra une mobilité encore accrue de l’information. Et surtout une meilleure symbiose entre le monde de l’information numérique et le monde humain.

Le papier électronique est une avancée majeure en tant qu’interface homme machine.

Bref, assez parlé de ces quelques réflexions sur l’avenir du monde numérique… passons à mes essais de l’iLiad !

Réception et installation

Après 3 semaines d’attente une fois ma commande passée sur le site d’iRex…. UPS arrive enfin avec un joli paquet…

Il est donc temps d’ouvrir le paquet et de découvrir le magnifique écrin dans lequel se trouve la bête. Une fois la boite ouverte, il y a, à l’intérieur, un feuille de papier (tout ce qu’il y a de plus ordinaire) qui donne les infos en image pour faire ses premiers pas avec l’iLiad.

2006_12_29_21_39_IMG_4791.jpg 2006_12_29_21_42_IMG_4792.jpg


2006_12_29_21_56_IMG_4794.jpg

  • vérifier le contenu… entre autre les 3-4 modèles d’adaptateur secteur pour tous les pays du monde !
  • Brancher l’iLiad à une prise électrique pour recharger les accus, pendant au moins 3 heures !
  • Enfin, allumer la bête.
  • découvrir l’usage des différents bouton.
  • Lire le guide d’utilisateur rapide… et le complet (un peu plus tard)
  • s’amuser un peu avec le stylet pou prendre des notes.
  • s’inscrire se créer un compte sur le site d’irex pour obtenir un mot de passe.
  • entrer les paramètres réseau pour se connecter sur le net (via wifi pour moi)
  • entrer les paramètres d’identification du compte irex.
  • faire les dernières mise à jour de l’os via le wifi.

Il est donc temps de suivre les indications pour que tout se passe bien !


2006_12_29_22_09_IMG_4795.jpg 2006_12_29_22_10_IMG_4797.jpg 2006_12_29_22_35_upgrade_iliad.jpg

Le contenu est donc là… Mon iLiad reçu à midi pile… a passé l’après-midi en charge. Puis j’ai enfin pu allumer la bête et observer pour la première fois en vrai la texture du papier électronique. Grand moment !

Puis c’est le moment de jouer un peu avec la bête, de lire les pdf qui constituent le guide de l’utilisateur, et de s’extasier devant le bouton/barre qui permet de tourner les pages.


Affichage en plein soleil

2006_12_29_22_14_IMG_4807.jpg Puis j’ai du vérifier un des principaux avantages du papier électronique: sa parfaite visibilité en plein soleil !

C’est effectivement étonnant pour nous autres homo technologicus habitués à la texture de l’affichage sur écran LCD !

Le papier électronique adore le soleil ! … la visibilité est meilleure en plein soleil que dans l’ombre ! Allez je vous montre le résultat en photo.

Sur cette photo, pour la petite histoire, c’est un rapport de l’ESA (agence spatiale européenne) qui étudie les idées issues de la littérature de science fiction pour trouver des nouvelles technologies applicables au domaine spatial.

Un écran LCD doit avoir un rétro éclairage pour que son contenu soit lisible. Ce qui est un sérieux désavantage en cas d’utilisation d’un ordinateur en plein soleil!

Le technophile actuel, accro au LCD est une personne de l’ombre. Avec l’avènement du papier électronique, il est enfin possible aux adeptes de la lecture numérique de prendre un peu des couleurs et de pouvoir profiter du soleil et des terrasses !

Et la nuit ?

Et oui… ce fut tout d’un coup une des inquiétudes de mon collègue à qui je montrais mon nouveau joujou… et la nuit, tu fais comment pour lire? Il y a un quand même un rétro-éclairage ??

2006_12_29_22_32_IMG_4811.jpg

.. et bien non! .. l’iLiad ne dispose pas d’un rétro éclairage intégré. C’est comme avec un bon vieux bouquin, il faut avoir une lampe de poche à disposition! Mais ça ne me dérange pas. D’autant plus que j’ai trouvé la parade.

En effet, j’ai plongé dans ma malle magique contenant tous mes gadgets de geek et j’ai trouvé l’accessoire indispensable à tout lecteur noctambule d’iLiad ! ….. la lampe de poche USB !

Et oui, l’iLiad disposant d’un port USB, il suffit de brancher la lampe dessus.. et c’est parti pour des heures de lectures nocturne (bémol, la lampe vide aussi les accus).


Remplir sa bibliothèque

L’iLiad est un livre électronique, mais c’est également une bibliothèque entière !

L’iLiad dispose d’une mémoire interne de 128Mo qui peut être remplie via une connexion USB sur un ordinateur. Si cette mémoire est trop faible (pour du texte, c’est déjà pas mal) l’iLiad dispose de slot pour accueillir des cartes mémoire mmc, (donc sd) et compact flash.

Les formats que l’iLiad est capable de lire sont le pdf et l’html. J’ai donc entrepris une expédition archéologique sur le disque dur de mon ordinateur pour retrouver tous les textes, livres, rapports et documents en tous genres en html et pdf afin de les lire sur papier électronique.

J’ai retrouvé 250Mo de documents qui attendaient (parfois depuis des années) d’être lu. La taille mémoire étant trop importante pour la mémoire interne de l’iLiad, j’ai cannibalisé une carte mémoire SD de 512 Mo provenant de mon appareil photo, pour y mettre ma nouvelle bibliothèque numérique.

Puis, après les entrailles de mon disque dur, j’ai également joué au rat de bibliothèque numérique pour dégotter des oeuvres rares qui désireraient trouver une nouvelle vie sur du papier électronique.

Il existe quelques bibliothèques intéressantes sur le web, pour obtenir des livres qui sont dans le domaine public et donc gratuit. J’ai tenté de faire une liste des meilleures adresses. On peut citer déjà, la bibliothèque nationale de France et le projet gutenberg pour les plus fourni.

Un livre tombe dans le domaine public 70 après la mort de son auteur, donc il va de soit que les livres ainsi obtenus ne sont pas les dernières sorties de l’année ! Mais ce n’est pas forcément un problème, des livres comme Alice au pays de merveilles ou 20000 lieues sous les mers sont indémodables !

C’est ainsi que j’ai ajouté une édition de 1913 des liaisons dangereuses à ma bibliothèque numérique.

2006_12_29_23_10_IMG_4821.jpg 2006_12_29_23_10_IMG_4820.jpg


Html ou pdf

Comme je l’ai dis plus haut, l’iLiad est capable de lire de l’html et du pdf. Mais que choisir ? Souvent, on ne choisi pas vraiment le format dans lequel on reçoit le document à lire. Cependant, il est toujours possible de faire des conversions.

Le pdf est un format très pratique, car il garde la même apparence partout. Cependant, c’est également un désavantage. Le pdf est un format issu du monde de l’imprimerie, il est donc lié à une taille de papier. Taille qui est souvent A4. L’iLiad a un écran qui est relativement petit. il est plus proche du A5 que du A4, donc, afficher un document pdf conçu pour une taille de papier A4 revient à afficher une miniature qui est difficilement lisible.

Le mieux est donc de concevoir un pdf de la bonne taille. manybooks.net est une bibliothèque en ligne qui fournit des pdf conçu pour l’iLiad ce qui est très pratique.

Pour les pdf, de taille plus grande, il est toujours possible d’utiliser le zoom de l’iLiad, mais ce n’est pas toujours très agréable. C’est à tester au cas par cas.

Pour ce qui est de l’html, c’est un format très pratique, le contenu s’adapte aux capacité de l’affichage, et il est possible de varier la taille du texte. Il est également possible de créer une feuille de style adaptée à l’iLiad, ce qui permet de personnaliser l’apparence du contenu!

En revanche, là où le bât blesse avec l’html, c’est dans le cas d’un long texte qui se trouve dans un fichier unique. L’iLiad ne voit toujours qu’une seule et unique page, il n’est donc pas possible de mémoriser précisément le paragraphe en cours de lecture si celle-ci est interrompue. Comme je ne connais pas grand monde qui est capable de lire un livre de plusieurs centaines de page d’une seule traite, c’est un problème qui est de taille !

La parade est de concevoir un fichier html avec une table des matière détaillée faite de liens qui permettent d’accéder directement a un découpage précis de chapitre court. Le problème de cette technique réside dans la création de cette table des matières, les documents disposants d’une telle structure ne sont pas légions !

Un bon compromis est donc probablement de disposer d’un document html personnalisé à l’aide d’une feuille de style, puis de convertir ce document en pdf pour le lire sur l’iLiad. Cette technique permet une personnalisation de l’apparence du contenu tout en disposant de la mémorisation de la page courante sur l’iLiad.

Personnellement, j’utilise aussi l’iLiad pour lire les articles que j’écris sur ce site. Je me suis créé une feuille de style adaptée à l’iLiad et le moyen d’enregistrer les pages dans un html adapté (taille du texte plus grande, marge gauche droite, pas de menu, couleur de liens adapté 16 niveaux de gris). Voir cette page en version iLiad.

Journaux

La lecture de journaux sur papier électronique est une des applications dont iRex tente de faire la promotion. l’iLiad est conçu pour télécharger tous les jours une nouvelle version d’un journal et le lire sur papier électronique.

C’est une utilisation du papier électronique qui est très alléchante, mais qui pour l’instant reste très peu pratique. En effet, la plupart des journaux ne proposent pas d’édition électronique qui adaptée à ce que l’iLiad est capable d’aficher. Souvent, les journaux sont de grande taille. Le document pdf qui est donc la source de ce qui est imprimé est adapté à cette taille qui est gigantesque par rapport à l’affichage dont dispose l’iLiad.

La lecture de journal en usant et abusant du zoom est assez désagréable, et donc ne risque pas de se populariser dans les conditions actuelles.

Les quotidiens gratuits ont en général un format papier qui est beaucoup plus petit, les journaux gratuits sont donc souvent plus lisibles sur l’iLiad !

Dans l’idéal, il est possible de créer une édition du journal adaptée à l’iLiad. Il s’agit de multiple fichier html. La une présente les articles en gros de loin… et en cliquant sur les articles ils deviennent visible en grand.

Ce format là est parfait, mais à ma connaissance, seul le journal chinois, le Yantaï Daily, propose depuis peu ce genre de format. Mon chinois n’était pas très étendu, j’aimerai bien qu’une journal francophone se lance dans ce défi !

Je reste persuadé qu’il y a un bon potentiel. Qu’une fois affranchi des lourdeurs et des contraintes de l’impression et de la distribution de kilo de papier, un journal peut devenir gratuit et proposer un contenu rédactionnel de qualité. La publicité devrait suffire à financer un travail journalistique de qualité.

Il ne reste plus qu’à équiper massivement la population de papier électronique! Cela semble compliqué, cependant, une fois la couleur disponible et la possibilité de pouvoir rouler des grandes surfaces de papier dans des rouleaux de petites taille, je ne vois pas ce qui pourrait retenir une diffusion massive de papier électronique, tellement cette technologie est prometteuse !

22 Feb 2007

Posts navigation

1 2 3