L’origine des runes se trouve dans le calendrier celtique

L’origine des runes est qui nous est racontée dans le poème Hávamál raconte que c’est le dieu Odin qui a acquis les connaissances cachées des runes lorsqu’il était suspendu, la tête en bas, à une branche de l’arbre monde Yggdrasil, durant neuf jours et neuf nuits, transpercé par sa propre lance!

yggdrasil-arbre-monde-odin-recois-les-runes
J’ai voulu me remettre en condition pour méditer sur l’origine des runes…

Au delà de cette légende (?) quelle est l’origine des runes ?
Ici je vais montrer qu’il y a de fortes chances que les runes soient une représentation des constellations célestes.

… et qui dit constellation, dit astronomie et qui dit astronomie dit: calendrier.

Et oui j’ai une sérieuse hypothèse qui montre que le calendrier celte décompose l’année en 24 parts de 15 jours.

Chacune de ces parts est associée à une rune. Et c’est n’est pas un hasard, c’est le dessin de la constellation dans laquelle se trouve le soleil à la période représentée par ce calendrier. (bref ce qu’on appelle un zodiaque !)

Voyons tout ça plus en détail.

Une division de l’année en 24 parts

C’est un article de Didier Lacapelle qui m’a inspiré cette recherche. Il présentait cette thèse du calendrier celtique lié aux runes et j’ai eu envie de creuser l’idée.

Nous avons l’habitude d’un calendrier avec une année divisée en 12 mois. Là c’est un calendrier avec l’année divisée en 24 parties.

C’est très proche de la pratique du calendrier védique qui découpe l’année en 27 nakṣatra. Chaque nakṣatra porte le nom de la constellation qui correspond. On reviendra plus loin sur le lien entre les runes et les constellation.

Donc si l’on découpe l’année en 24 parts chaque part a une durée d’une quinzaine de jours. C’est peut être là l’origine de notre habitude de compter les jours en quinzaine.

Lorsqu’une personne évoque une durée de temps de 2 semaines elle parle d’une quinzaine de jours. Pourtant 2 semaines ça fait 14 jours non ? Etonnant !

disque de Nebra
Sur le disque de Nebra, on trouve aussi des cycles de 15 jours, mais en lien avec le cycle de du déplacement apparent de Vénus

Comment construire un calendrier ? Sur quels cycles se baser ?

Les rythmes et cycles des calendriers humains sont généralement liés à des cycles astronomiques:

  • l’alternance jour/nuit
  • les cycles lunaires qui sont également les cycles menstruels féminin
  • les saisons qui influencent la végétation. (dépend de la latitude)
  • les solstices et équinoxes qui comme les saisons dépendent de l’inclinaison de la Terre.
  • des événements astronomiques divers comme la course des planètes et/ou certaines conjonctions et éclipses, des levers héliaques, notamment celui de Sirius.

L’alternance jour nuit est fondamentale et se retrouve dans tous les calendriers.

Puis ce sont les cycles lunaire et solaire qui sont les plus utilisés.

croissant de lune

Cycle lunaire = le mois

La lune tourne autour de la Terre et l’on considère en gros qu’un tour = un mois.

On voit la progression de ce cycle avec les 8 différentes phases de la lune. (la nouvelle lune ou lune noire qu’on ne voit pas + les autres phases croissantes jusqu’à la pleine lune et décroissantes ensuite. )

🌑🌒🌓🌔🌕🌖🌗🌘

Derrière l’expression « mois lunaire » il peut y avoir plusieurs variantes:

  • mois synodique, aussi appelé lunaison = 29,53 jours = 29j 12h 44min 2.8s = temps pour retrouver la même phase de la lune.
  • mois tropique = 27,321 58 jours  = temps mis pour retrouver la même longitude écliptique en tenant compte de la précession des équinoxes.
  • mois sidéral = 27,321 66 jours = période orbitale en référentiel fixe. = temps vu de la terre pour effectuer un tour complet et retrouver la même position par rapport aux étoiles.

Ouais, quand on creuse le sujet c’est pas si simple….

On peut considérer qu’un cycle c’est un tour de la lune autour de la Terre, soit la période sidérale de 27.32 jours ? D’où le fait qu’on considère qu’un cycle menstruel est de 28 jours ou 4 semaines de 7 jours…

Mais comme la Terre et la lune tournent autour du soleil, un tour simple ne suffit pas pour vraiment finir le tour. Il faut en plus ajouter le déplacement.

C’est pour ça que la lunaison, le cycle des phases de la lune se fait en 29,53 jours. Souvent arrondi à 30 jours. Une des raisons qui font qu’on a beaucoup de mois à 30 jours.

Cycle solaire = l’année

Le cycle le plus utilisé pour un calendrier est l’année. Soit le temps que met la Terre pour tourner autour du soleil.

Mais là aussi il y a des temps différents:

  • l’année tropique = 365,2421898 jours (365 jours 5 heures 48 minutes 45,198 secondes) C’est la périodicité des saisons terrestres. Donc c’est la définition la plus adaptée pour un calendrier. C’est le temps que met la Terre pour faire une révolution autour du Soleil dans un repère tournant lié à la ligne des équinoxes: le point vernal.
  • l’année sidérale = 365,256 365 67 jours (~20 minutes de plus que l’année tropique) C’est le temps qui sépare 2 tours de la Terre autour du soleil. On vise une référence par rapport à 3 étoiles lointaines.
coucher-soleil-creux-du-van-P4080346-HDR-1600px

La quadrature du cercle de la correspondance entre les cycles lunaires et solaires

Si on joue un peu avec tout ces cycles on voit bien que ce ne sont pas des multiple l’un de l’autre. On a jamais un nombre rond de cycles. On a 365 jours dans une année…. et ~ 1/4 de plus… ce qui fait que si on ne tient pas compte de cette petite fraction, chaque année on décale un petit peu plus les saisons... et quand on fête Noël en juillet… il ya un soucis !!!

Pour les correspondances entre les cycles lunaire et solaire c’est encore pire. Et quelle valeur du cycle je prends ?
Un mois lunaire c’est 28 ou 30 jours ?

Combien il y a de mois dans une année ?

On peut voir ça de différentes manières. On peut se dire que c’est 365 / 30 = 12 mois + 1/6 de mois..
On peut aussi se dire que c’est 365 / 28 = 13,0357 mois.

Notre calendrier le plus utilisé de nos jours a 12 mois dans l’année, mais l’exemple ci-dessus montre qu’on aurait pu choisir 13 mois sidéraux ça aurait été plus juste…. mais pas du tout plus simple a observer.

En effet, les phases de la lune (le mois synodique 29,53 jours) c’est plus facile à observer que le mois sidéral !

Les jours épagomènes ou hors du temps

On peut aussi imaginer que finalement, 365 jours c’est pas très pratique. Que 360 jours dans l’année ça aurait été tellement plus simple car c’est un nombre qui se divise beaucoup mieux !

Et bien c’est exactement ce qu’ont fait les égyptiens dans leur calendrier. C’est un calendrier de 12 mois de 30 jours = 360 jours + 5 jours en plus, hors du temps qu’on appelle des jours épagomènes. On en profitait pour en faire l’anniversaire des dieux principaux.

Ces jours épagomènes sont placés à la section dorée du nombre de jours entre les équinoxes. Soit de nos jours l’équivalent du 14 juillet. Je soupçonne que c’est pas un hasard que cette date a été choisie pour la fête nationale française vu le penchant pour l’égypte de certains dirigeants de l’époque… C’est la période de la campagne napoléonienne en égypte.

Calendrier égyptien sur un mur du temple de Sobek

Les aztèques ont utilisés le même principe dans leur calendrier. L’année a aussi 360 jours, mais divisé en 18 mois de 20 jours. + les 5 jours épagomènes.

Donc on voit là qu’il y a plein de manières différentes de construire un calendrier.

De nos jours encore, on a les années bissextiles qui permettent d’ajouter tous les 4 ans un jours dans l’année et ainsi de corriger (un peu, mais pas totalement) la durée de l’année qui n’est pas de 365 jours exactement, mais de 365 jours et environ 1/4 de jours… d’où le fait que tous les 4 ans ça fait un jours de plus !

On verra plus bas que cette histoire de jours supplémentaires, pourrait bien expliquer l’origine de la rune blanche dont l’origine et l’explication est toujours assez folklorique suivant les sources.

Quel cycle principal choisir pour construire un calendrier ? L’heure des choix ! ou pas…

Ci dessus on a vu qu’il y a des civilisations avec des calendriers qui ont 12, 18 ou 13 mois !

Je soupçonne même l’existence d’un calendrier avec 9 mois de 40 jours, ce qui expliquerait les nombreuses référence biblique à des « quarantaines » de jours. Mais je ne sais pas trop qui l’aurait inventé.

Donc si l’on a des durées de mois différentes, on voit bien qu’il n’y a plus forcément de correspondance à des vrais cycles lunaires. Ce sont des mois qui sont juste une division de l’année solaire.

Beaucoup de civilisations ont fait des choix. Quel est le cycles important le cycle lunaire du mois ou le cycle solaire de l’année ?

Ainsi on trouve des calendriers lunaires, comme le calendrier musulman, et des calendriers solaires, comme le calendrier grégorien qui est le plus utilisé.

C’est pour cette raison que le mois du Ramadan du calendrier musulman se retrouve décalé par rapport à l’année solaire. Parfois c’est en été, et parfois en hiver !

Est-ce qu’il existe un moyen de faire correspondre le cycle lunaire et le cycle solaire ?

C’est un problème qui a occupé de nombreux concepteurs de calendrier pendant des millénaires… et on a toujours une solution approchée.

C’est comme le fameux problème de la quadrature du cercle qui a occupé les mathématiciens pendant des millénaires !

L’idée de base c’est de réussir à faire un calendrier perpétuel. Un calendrier qui fonctionne tout le temps, qu’on a pas besoin de bricoler avec trop d’artifices comme ajouter des jours ou en enlever.

Si on veut conserver des liens avec le cycle lunaire et le cycle solaire, on peut se demander au bout de combien de temps, les mêmes dates de l’année solaire correspondent aux mêmes phases de la lune ?

Il se trouve qu’il y a une correspondance au bout de 235 mois synodiques lunaires. On arrive à une durée de 19 années tropiques. (solaires) + 1h 27 minutes et 33 seconde.

C’est ce que l’on appelle le cycle de Méton, du nom de l’astronome grec Méton qui a popularisé ce cycle vers – 432. (on retrouve des références en mésopotamie 200 ans plus tôt !)

On s’améliore. On a ainsi un calendrier « perpétuel » lunaire et solaire qui fonctionne pendant 312 ans !  ouais.. après il se décale d’un jour !

Cycle de Méton inscrit sur un manuscrit du 9ème siècle en Bavière Abbaye_Saint-Emmeran
Cycle de Méton inscrit sur un manuscrit du 9ème siècle à l’Abbaye de Saint-Emmeran en Bavière

On retrouve ce cycle de Méton inscrit sur la machine d’Anticythère, un ordinateur astronomique mécanique d’une grande précision qui a été réalisé dans l’antiquité.

Le cycle de Méton a aussi été utilisé pour calculer la date de pâques.

Ainsi il est possible de réaliser un calendrier luni-solaire. C’est le cas des calendriers hébraïques, tibétains ou chinois traditionnel.

Ce genre de calendrier fonctionne souvent avec des années lunaires de 12 mois, mais pour effectuer un correspondance avec le cycle solaire, 7 années du cycle de 19 ans se voient ajouter un mois supplémentaire. On parle de mois intercalaire ou mois embolismique !

Par exemple, dans les calendriers babyloniens et hébreux antiques, les années de rang 3, 6, 8, 11, 14, 17 et 19, sont les années de treize mois du cycle métonique.

Début du 3e mois lunaire dans le calendrier tibétain de Lhassa pour l’année du cochon d’eau en 1923/24

Ce que je constate, c’est qu‘il n’est pas simple de faire un calendrier qui concilie tous les cycles. Si on veut le faire, il faut concevoir un système de compensation sur plusieurs années.

Ainsi pour simplifier il y a des civilisations qui ont choisi de faire un calendrier avec un cycle principal.

C’est le cas de la civilisation romaine qui a crée le calendrier julien, qui a évolué en calendrier grégorien suite à des capacités techniques permettant des mesures plus précise.

Le calendrier grégorien est essentiellement un calendrier solaire. Ce qui est plus pratique pour l’agriculture car on garde un lien avec les saisons.

La durée des mois est variable, mais tourne autour de la valeur approchée d’un mois lunaire pour des raisons historiques. Tous les 4 ans on ajoute 1 jour pour ajuster le décalage annuel d’environ 1/4 de jour entre l’année civile standard et l’année astronomique tropique.

Puis tous les 400 ans on ajoute encore un jour. C’est l’innovation du calendrier grégorien. Depuis ça mise en place on a donc ajouté 2 jours. Un en 1600 et un en 2000.

Voilà, nous avons donc eu l’occasion de revoir plein de fondamentaux sur la fabrication de calendrier. Ainsi on part sur de bonnes bases pour ouvrir son imaginaire à tout plein de variantes possibles. Ça nous sera utile pour explorer les hypothèses de conception d’un calendrier celtique qui est finalement très peu connu.

Le calendrier Celte est tout d’abord un calendrier lunaire 🌒

On a retrouvé uniquement le calendrier gallo-romain de Coligny qui nous renseigne sur les pratiques gauloises. Mais ce sont déjà des pratiques influencées par la civilisation romaine dont nous sommes les héritiers. Ainsi il est difficile de s’extraire de notre vision du monde standard pour penser autrement.

Un des biais majeur étant justement de placer les fêtes celtes sur des dates liées à un calendrier solaire, alors qu’à l’origine elles étaient calées sur un calendrier lunaire.

Par exemple, il y a beaucoup de références sur web qui indiquent que les fêtes celtes de Samahin, Imbolc, Beltaine et Lugnasad sont respectivement les 1er novembre, 1er février, 1er mai et 1er août. C’est notamment le cas de la roue de l’année qui est utilisée dans la Wicca.

C’est très pratique de nos jours pour les néo-paganistes d’avoir des dates fixes dans le calendrier solaire Grégorien, mais ça cache souvent la véritable origine et le véritable sens de ces fêtes.

Ainsi on va explorer le calendrier avec les lunettes d’une vision du monde différente et se remettre dans le contexte d’un calendrier celte lunaire, voir luni-solaire selon mon hypothèse que je tente de vérifier en lien avec les runes.

Les grandes fêtes celtes

Comme dit plus haut, l’année du calendrier celte était découpé en 24 parts. Un peu comme des parts de pizza 🍕.

Chaque part représente la moitié d’un cycle lunaire synodique. (Les phases de la lune) Chaque part commence donc soit avec une pleine lune 🌕, soit avec une nouvelle lune 🌑 (donc une lune noire).

Ainsi 2 parts représentent un cycle lunaire synodique complet, une lunaison, soit 29,53 jours, arrondis à 30 jours. Une part c’est une quinzaine de jours.

L’année celte est marquée par 4 grandes fêtes:

Si on fait un dessin, on observe que ces fêtes forment une grande croix qui découpe l’année en 4 parties.

calendrier runique fêtes celtes

Il est souvent considéré que la fête de Samahain est la première des 4 grandes fêtes.

On va donc commencer depuis Samahain à découper l’année en 24 parts et associer à chaque part une rune.

On va commencer par associer la rune Fehu à la première quinzaine après Samahain. Le dernière rune juste avant Samahain sera othalaz.

rune fehu sur un galet
La rune Fehu

Déjà là, on commence a voir des correspondances intéressantes entre les runes et les périodes de l’année.

On va aussi associer une rune à chaque fête. On va associer à cette fête la rune de la quinzaine qui précède la fête.

On a donc:

Il est intéressant de voir qu’othalaz symbolise souvent l’héritage des ancêtres et la fête de Samahain et la nuit qui précède, halloween est en lien avec les ancêtres morts.

De plus la rune jera symbolise le cycle de l’année et se trouve au début de mai qui est dans plusieurs civilisation le début de l’année.

La rune kenaz symbolise la focalisation de l’énergie en voie d’une réalisation. C’est justement vers la période d’Imbolc que la nature va se réveiller après l’hiver pour focaliser l’énergie potentielle des graines vers des cultures.

Quand à Berkano qui a sa forme symbolise la femme enceinte, cette rune arrive lors de la fête de Lugnasad pendant laquelle on célébrait souvent les mariages.

On peut dire que tout ça est tiré par les cheveux, que c’est chercher des correspondances pour que ça marche, c’est peut être ça. Mais ça fait quand même réfléchir.

On verra ci-dessous des correspondances avec les fêtes solaires qui sont beaucoup plus explicites.

signification des runes galet

Origine de la rune blanche

Voilà on a divisé l’année en 24 quinzaines de jours. C’est bien. Mais un rapide calcul nous montre que 24 * 15 = 360. Il manque donc 5 jours pour faire un année solaire complète.

Ainsi on peut imaginer que le calendrier celtique est purement un calendrier lunaire. Mais à la longue il va se décaler comme le calendrier hégirien le fait. C’est pas grave de fêter Ramandan en été ou en hiver suivant les années.

Mais si on veut avoir des rythmes liés aux saisons. Un calendrier ajusté aux saisons est nécessaire. Et ceci n’est pas possible avec un calendrier purement lunaire.

Ceci se fait généralement en ajoutant un mois intercalaires ou des jours épagomènes, comme on l’a vu plus haut.

Il est à noter au passage que les premiers musulmans on explicitement supprimé le 13ème mois intercalaire qui se pratiquait par certaines tribus de la péninsule arabique avant l’hégire.

Le coran décrète qu’il n’y a que 12 mois dans l’année et qu’on ne peut en ajouter plus.

Ainsi le calendrier celtes devait probablement être un calendrier luni-solaire. Un calendrier avec des quinzaines suivant le cycle lunaire. Mais réajusté régulièrement sur le cycle solaire en ajoutant périodiquement des jours épagomènes.

La rune blanche correspond à une quinzaine intercalaire

Si l’on compte bien, il manque 5 jours par année pour passer de 24 quinzaines de jours à l’année de 365 jours. (+ 1/4 mais ceci ne semble pas de la précision atteinte à l’époque… ou alors c’était compensé autrement !)

Parfait, c’est bien pratique, la quinzaine est un multiple de 5. Donc on peut imaginer que tous les 3 ans, on a joute une quinzaine intercalaires et on compenser ainsi les 5 jours manquant chaque année.

Mais comment appeler cette quinzaine supplémentaire qui s’ajoute ?

Il se trouve que dans l’utilisation divinatoire des runes, il existe une rune blanche. Certain disent que c’est la rune du destin, le wyrd. Ça m’a toujours paru étrange, car il existe déjà a rune Perthro qui justement symbolise le destin. Pourquoi un tel doublon ?

D’autres disent que la rune blanche est une sorte de joker ! Et encore d’autres disent que la rune blanche est la rune qui signifie qu’il est temps d’arrêter de faire des tirages !

C’est bien gentil, mais ça ne tiens la route que pour les tirages et pas pour l’écriture, à moins que la rune blanche soit l’équivalent de la barre espace de nos claviers d’ordinateurs !! 😉

Il n’y a pas de consensus clair sur l’origine de la rune blanche.

Personnellement je pense que l’existence de la rune blanche est bien la preuve que l’origine des runes est un calendrier.

La rune blanche est justement cette rune qui représente la quinzaine intercalaire qu’on ajoute tous les 3 ans pour compenser la différence entre le cycle lunaire et le cycle solaire.

Voilà donc mon hypothèse un peu folle, que je n’ai jamais vu nulle part ailleurs, mais qui me semble tenir la route.

Le calendrier celtique est luni-solaire

En ajoutant la rune blanche comme quinzaine intercalaire pour compenser la différence entre les cycles lunaire et solaires. On crée ainsi un calendrier luni-solaire.

Il devient ainsi possible d’ajouter des correspondances solaires au calendrier celtique que j’ai présenté comme uniquement lunaire jusqu’ici.

Ainsi en plus de la croix des fêtes celtes majeures, Samahain, Imbolc, Beltaine, et Lugnasad on peut ajouter une nouvelle croix en lien avec des événements solaires, soit les solstices et les équinoxes.

pieds de Martouf cadran solaire solstice ete vatican
Cadran solaire du Vatican

Les solstices et les équinoxes sont intrinsèquement lié au fait que la Terre tourne autour d’un axe incliné à ~23°. Ce qui crée un angle d’incidence différent des rayons du soleil suivant l’endroit où la Terre se trouve dans sa révolution autour du soleil.

J’ai déjà écrit tout un article qui explique en détail ce que sont les solstices et les équinoxes.

La_Terre_au_solstice_dété
Solstice d’été
La_Terre_au_solstice_dhiver
Solstice d’hiver

Il est juste intéressant de se souvenir que le mot solstice veut dire « soleil arrêté« , c’est donc le moment où la course apparente du soleil s’arrête durant en moyenne 3 jours et repart dans l’autre sens.

Le solstice d’été est le moment où le soleil se couche le plus à l’ouest de l’année. Le solstice d’hiver étant le moment où le soleil se couche le plus à l’est de l’année.

Dans le langage courant on dit souvent que le solstice d’été est le jour le plus long de l’année et le solstice d’hiver le jour le plus court de l’année. (C’est juste mais c’est pas là l’origine du mot, et comme il y a un décalage entre l’évolution des lever et coucher de soleil, c’est difficile à mesurer. C’est une moyenne !)

Ainsi, pour revenir à notre calendrier, on va ajouter une nouvelle croix qui marque les solstices d’hiver et d’été.

calendrier runique fêtes celtes
La croix verte représente les solstices et les équinoxes, ainsi que les fêtes solaires

Au milieu entre les solstices, on va également ajouter les équinoxes. Ce sont les jours de l’année où la durée de la nuit et du jours sont de même durée, comme le nom équinoxe l’indique !

Avec cette nouvelle croix on crée de nouvelle fêtes. C’est ce que la roue de l’année de la Wicca, appelle les fêtes (sabbats) secondaire. Il s’agit des fêtes de:

  • Yule au solstice d’hiver, aussi connue en Irlande sous le nom de Nolagh ou de Nohel en gaulois. Ce nom vient du gaulois Noio Hel qui signifie nouveau soleil ☀️. Il est évident que l’on fête ici le renouveau (voir la résurrection !) du soleil. Le moment où les jours commencent à rallonger après une période de 3 jours d’arrêter et plusieurs mois de jours qui se raccourcissent. Il est évident que c’est en lien avec la fête chrétienne de Noël et de Jésus l’archétype du dieu solaire qui est mort 3 jours avant de renaitre !
  • Easter, la fête de la déesse Ostara à l’équinoxe de printemps. 
  • Litha au solstice d’été. La fête de la lumière, devenue la fête de la St-Jean avec ses feux. 
  • Westara ou Mabon lors de l’équinoxe d’automne.

Quel est le décalage entre la croix solaire et la croix lunaire ?

Si tu as bien suivi ce qu’on a dit ci-dessus, le décalage est variable. Mais on peut tester, comme dans mon schéma fixe, de mettre une quarantaine de jours en reprenant cette durée très utilisé dans la Bible.

(Le Carême c’est 40 jours avant Pâques et l’ascension 40 jours après.)

En plaçant ainsi les nouvelles fêtes solaires sur la roue de l’année, on peut leur associer également des runes. La plage dans laquelle tombe la fête est plus floue au vu du décalage. Mais la version de base que j’ai représentée sur mon schéma est suffisamment explicite pour me montrer que la piste est bonne à suivre.

Le solstice d’été tombe sur la rune Sowilo, qui justement représente le soleil ! si il y a une seule rune que j’associerai au solstice d’été c’est bien celle là !

Si on continue avec l’équinoxe d’automne, on tombe sur la rune Ingwaz qui représente une graine, un potentiel mis en dormance. C’est un symbole plausible pour le début de l’automne.

Le solstice d’hiver tombe sur la rune Ansuz qui symbolise le don des dieux. Pour le moment où le soleil qu’on croyait mort revient à la vie je trouve que c’est un bon don des dieux. De même que la sur-couche chrétienne place là le moment où les rois mages donnent des cadeaux à Jésus à l’occasion de sa naissance.

Enfin on termine avec l’équinoxe de printemps qui tombe sur la rune naudiz la rune du besoin. Celle dont le dessin représente une croix ᚾ, la même sur laquelle Jésus Christ a été crucifié en pleine pâques juive, fête qui a lieu à la première pleine lune 🌕 après l’équinoxe de printemps !
(les chrétiens ayant décalé au 1er dimanche d’après lors du concile de Nicée en 325.pour en savoir plus sur le calcul de la date de pâques j’ai déjà écrit tout un article sur le sujet.)

sacrifice-humain-de-jesus-de-nazareth-Schöne_Buchstabe_T

On est donc là droit à la bonne période, droit avec le bon symbole. Je ne vois pas comment on pourrait mieux tomber avec ce cycle de fêtes et les correspondances avec les runes !

Allez voici mes notes de travail, si t’arrives à lire…

calendrier runique fêtes celtes

Les runes sont des représentations des constellations

J’ai mentionné au début de cet article que les runes sont des représentations des constellations. On abordera bientôt cette partie. Mais je pense que ce sera dans un prochain article. D’une part, car cet article est déjà très long et dense. Mais aussi car je n’ai pas terminé mon travail d’investigation.

Je n’ai pas encore réussi à identifier toutes les runes avec des astérismes. Il y a déjà des gens qui ont fait le boulot d’identification. Mais ils n’arrivent pas tous au même résultat. Ce qui n’est pas très pratique !

Ainsi je vais approfondir le travail moi même pour me faire mon propre avis.

Voici déjà des pistes de travail si tu veux avancer….

Voici quelques correspondance entre runes et constellations…

Ici on a une correspondance entre rune et le zodiaque.

tout-est-lie-interconnecte-univers-spiritualite-atome-usukhbayar-gankhuyag-1003789-unsplash

Le zodiaque runique

Le principe de base de cette idée, c’est qu’un calendrier est forcément en lien avec l’astronomie. On l’a déjà largement vu ci-dessus.

Une des manière de savoir où l’on se trouve dans la course de la Terre autour du soleil est l’observation des constellations.

C’est le principe du zodiaque. On donne un nom à la période de l’année dans laquelle on se trouve en fonction du fond d’étoiles derrière le soleil.

mois zodiaque observation

Il y a plein de variantes à ça. Il y a notamment des traditions différentes qui utilise une version sidérale ou une version tropicale

Il y a aussi le fait que de regarder la constellation derrière le soleil n’est pas si simple en plein jour !! … donc est-ce qu’il serait pas plus simple de regarder la nuit ? Mais du coup à l’opposé ?

Ensuite, il y a la précession des équinoxes qui fait que ça décale tout avec les années. Ainsi un zodiaque n’est valable qu’à une période donnée.

Ainsi les signes astrologique que nous utilisons couramment pour les horoscopes sont décalés par rapport à l’origine du système ! On a pas les bons signes !

Donc si l’on ne connait pas exactement l’origine du calendrier celte runique… c’est pas si simple de savoir à quelle période regarder et quelles étoiles pour trouver la correspondance entre runes et des astérismes bien visibles.

Tout ce que je sais, c’est que la légende raconte que Odin a reçu les runes en restant suspendu la tête en bas à une branche de l’arbre monde Yggdrassil. Ainsi quand on a la tête en bas, c’est plus facile de regarder le ciel !! .. mais peut être qu’il a vu toutes les constellations à l’envers !!!

… Donc à méditer… Suite au prochain épisode !

4 thoughts on “L’origine des runes se trouve dans le calendrier celtique

  1. Répondre
    Marine - 18 juillet 2019

    Hello Martouf!
    Je trouve aussi que les runes ressemblent aux lettres de l’alphabet arabe!
    Merci,
    Marine

    1. Répondre
      Martouf - 18 juillet 2019

      YOp !
      J’avais jamais pensé à un lien…
      Vu que les lettres arabes sont toutes courbées et arrondie et les runes sont construite uniquement de traits droits. Ce qui me fait penser que ça dépend de la méthode d’écriture. Les runes utilisées sur de la pierre à tailler.. et l’alphabet arabe sur du papier à recouvrir d’encre..
      En y regardant de plus près, on peut voir parfois des similitudes. Notamment le alif arabe et la rune isa.. c’est un grand trait vertical comme l’est le I latin…
      ça ne prouve pas grand chose vu que faire un trait, c’est quand même la base de toute forme d’écriture !

      Il y a quelques autres correspondances. Mais j’y vois pas une systématique.
      L’alphabet arabes descend d’une lignée d’alphabet qui trouve sa source dans l’alphabet phénicien. L’origine commune d’une bonne partie des alphabets.

      Il y a des auteurs qui pensent que les runes viennent aussi du phénicien. Ça se tient pour pas mal de signes. Mais pas pour d’autres. Il y a peut être eu des sources diverses ? des apports, des compléments ?

      Il y a des formes qui sont quand même assez évidentes dès qu’on veut dessins une vingtaines de signes distincts et simple. Ex: n N O U W A … Z

      De ce que je sais, il y n’y a pas de consensus clair sur l’origine des runes. Plusieurs théories qui se tiennent mais n’expliquent pas tout.
      La plupart partent du principe que les runes sont une écriture avant tout.
      Personnellement je montre ici un autre chemin. Des symboles de calendrier, lié à l’astronomie, qui sont ensuite devenu une écriture…
      La théorie semble séduisante, maintenant j’ai encore un peu de boulot pour la démontrer.

      Mais en sortant du cadre habituel des recherches, peut être que je tiens quelques choses d’intéressant.
      Pour le disques de Phaistos, il y a aussi beaucoup linguistes qui cherche le sens de cette écriture… moi je pense que c’est aussi un calendrier. C’est la théorie d’Alan Butler.

      Bonne journée. Et j’espère que cet articles t’aura intéressé 🙂

  2. Répondre
    Didier - 21 juillet 2019

    « Puis tous les 400 ans on ajoute encore un jour. C’est l’innovation du calendrier grégorien. Depuis ça mise en place on a donc ajouté 2 jours. Un en 1600 et un en 2000. »

    oui mais 100 est divisible par 4 : il faut rappeler que les années centenaires ne sont exceptionnellement pas bissextiles (à l’exception des divisibles de 400 qui le sont).

    « On a retrouvé uniquement le calendrier gallo-romain de Coligny qui nous renseigne sur les pratiques gauloises. Mais ce sont déjà des pratiques influencées par la civilisation romaine dont nous sommes les héritiers. »

    Je ne vois pas Coligny influencé par « Rome ». Les trois nuits de Samon sont à la nouvelle lune. L’aspect « luni-solaire » apparaît déjà dans le fait de caler une année sur le nombre de lunes complètes dans une révolution solaire. Mais il faut en effet des quinzaines intercalaires pour ajuster.

    40 jours de décalage entre les deux croix zodiacales, j’avais. Par contre, l’association de la rune blanche à une quinzaine complémentaire et le fait que la rune naudiz soit une croix, c’est pour toi 😉

    A mon avis, il n’y a pas de tradition ancienne liée à un zodiaque sidéral. Tout cela est lié au folklore 19ème qui attribue une importance à la précession des équinoxes chez les égyptiens. La fameuse « grande année » de 1460 ans est la période entre deux conjonctions de deux calendriers : le 365 jours égyptien et le 365,25 jours julien. On est loin de la précision des années tropicale et sidérale vraies. Et pour un tas d’autres raisons : constellations de dimensions différentes, aux limites mal définies, la préférence pour les constellations alors qu’on veut approcher un cycle solaire et les saisons, une utilité concrète douteuse…

    1. Répondre
      Martouf - 27 juillet 2019

      Yop !
      Merci pour ton précieux commentaires.
      Et merci pour ton précieux apport avec ton article qui m’a inspiré celui-ci !
      Il y a donc évidement des idées que j’ai reprise et illustrée. (déjà tout simplement pour comprendre moi même..) puis tant qu’à faire.. partageons à tous. Ce site étant mon bloc note publique 🙂

      A propos du calendrier Grégorien. Justement 1600 et 2000 ont été des années particulières, normalement dans le cycle des années bisextiles… mais comme étant divisible pas 100 on fait pas… mais comme divisible par 400…. oui… Ce qui depuis l’introduction du calendrier grégorien fait bien 2 jours de plus que si on était resté au julien.

      Pour le calendrier de coligny c’est vrai que les lune noire étaient mentionnées. Faudra que je me plonge plus en détail dans ce calendrier.

      Pour le zodiaque sidéral dans des temps anciens, je note ton avis. C’est une partie pour laquelle je me documente.
      L’astrologie est tellement bouleversée dans tous les sens que c’est dur d’y voir clair. Mais il y a une approche orientale bien différente de l’approche occidentale. En Inde et en Chine on retrouve plus facilement de l’astrologie sidérale.

      Donc si je fait la part en astronomie, astrologie, les différents systèmes… à l’endroit ou à l’envers… un jour je vais trouver 🙂
      Je suis en train de lire ce document à propos des runes et de leur origine astronomique… http://racines.traditions.free.fr/runes1ge/index.htm

      Sinon, j’aime bien ton avis sur l’assimilation de la grande année à la précession des équinoxes, ça n’a peut être en effet rien à voir…

      Le bon sens montre bien que l’utilité c’est les saisons.. et un calendrier solaire colle beaucoup mieux.

      Bonne journée ensoleillée ☀️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :