L’origine des runes se trouve dans le calendrier celtique

L’origine des runes est qui nous est racontée dans le poème Hávamál raconte que c’est le dieu Odin qui a acquis les connaissances cachées des runes lorsqu’il était suspendu, la tête en bas, à une branche de l’arbre monde Yggdrasil, durant neuf jours et neuf nuits, transpercé par sa propre lance!

yggdrasil-arbre-monde-odin-recois-les-runes
J’ai voulu me remettre en condition pour méditer sur l’origine des runes…

Au delà de cette légende (?) quelle est l’origine des runes ?
Ici je vais montrer qu’il y a de fortes chances que les runes soient une représentation des constellations célestes.

… et qui dit constellation, dit astronomie et qui dit astronomie dit: calendrier.

Et oui j’ai une sérieuse hypothèse qui montre que le calendrier celte décompose l’année en 24 parts de 15 jours.

Chacune de ces parts est associée à une rune. Et c’est n’est pas un hasard, c’est le dessin de la constellation dans laquelle se trouve le soleil à la période représentée par ce calendrier. (bref ce qu’on appelle un zodiaque !)

Voyons tout ça plus en détail.

Une division de l’année en 24 parts

C’est un article de Didier Lacapelle qui m’a inspiré cette recherche. Il présentait cette thèse du calendrier celtique lié aux runes et j’ai eu envie de creuser l’idée.

Nous avons l’habitude d’un calendrier avec une année divisée en 12 mois. Là c’est un calendrier avec l’année divisée en 24 parties.

C’est très proche de la pratique du calendrier védique qui découpe l’année en 27 nakṣatra. Chaque nakṣatra porte le nom de la constellation qui correspond. On reviendra plus loin sur le lien entre les runes et les constellation.

Donc si l’on découpe l’année en 24 parts chaque part a une durée d’une quinzaine de jours. C’est peut être là l’origine de notre habitude de compter les jours en quinzaine.

Lorsqu’une personne évoque une durée de temps de 2 semaines elle parle d’une quinzaine de jours. Pourtant 2 semaines ça fait 14 jours non ? Etonnant !

disque de Nebra
Sur le disque de Nebra, on trouve aussi des cycles de 15 jours, mais en lien avec le cycle de du déplacement apparent de Vénus

Comment construire un calendrier ? Sur quels cycles se baser ?

Les rythmes et cycles des calendriers humains sont généralement liés à des cycles astronomiques:

  • l’alternance jour/nuit
  • les cycles lunaires qui sont également les cycles menstruels féminin
  • les saisons qui influencent la végétation. (dépend de la latitude)
  • les solstices et équinoxes qui comme les saisons dépendent de l’inclinaison de la Terre.
  • des événements astronomiques divers comme la course des planètes et/ou certaines conjonctions et éclipses, des levers héliaques, notamment celui de Sirius.

L’alternance jour nuit est fondamentale et se retrouve dans tous les calendriers.

Puis ce sont les cycles lunaire et solaire qui sont les plus utilisés.

croissant de lune

Cycle lunaire = le mois

La lune tourne autour de la Terre et l’on considère en gros qu’un tour = un mois.

On voit la progression de ce cycle avec les 8 différentes phases de la lune. (la nouvelle lune ou lune noire qu’on ne voit pas + les autres phases croissantes jusqu’à la pleine lune et décroissantes ensuite. )

🌑🌒🌓🌔🌕🌖🌗🌘

Derrière l’expression « mois lunaire » il peut y avoir plusieurs variantes:

  • mois synodique, aussi appelé lunaison = 29,53 jours = 29j 12h 44min 2.8s = temps pour retrouver la même phase de la lune.
  • mois tropique = 27,321 58 jours  = temps mis pour retrouver la même longitude écliptique en tenant compte de la précession des équinoxes.
  • mois sidéral = 27,321 66 jours = période orbitale en référentiel fixe. = temps vu de la terre pour effectuer un tour complet et retrouver la même position par rapport aux étoiles.

Ouais, quand on creuse le sujet c’est pas si simple….

On peut considérer qu’un cycle c’est un tour de la lune autour de la Terre, soit la période sidérale de 27.32 jours ? D’où le fait qu’on considère qu’un cycle menstruel est de 28 jours ou 4 semaines de 7 jours…

Mais comme la Terre et la lune tournent autour du soleil, un tour simple ne suffit pas pour vraiment finir le tour. Il faut en plus ajouter le déplacement.

C’est pour ça que la lunaison, le cycle des phases de la lune se fait en 29,53 jours. Souvent arrondi à 30 jours. Une des raisons qui font qu’on a beaucoup de mois à 30 jours.

Cycle solaire = l’année

Le cycle le plus utilisé pour un calendrier est l’année. Soit le temps que met la Terre pour tourner autour du soleil.

Mais là aussi il y a des temps différents:

  • l’année tropique = 365,2421898 jours (365 jours 5 heures 48 minutes 45,198 secondes) C’est la périodicité des saisons terrestres. Donc c’est la définition la plus adaptée pour un calendrier. C’est le temps que met la Terre pour faire une révolution autour du Soleil dans un repère tournant lié à la ligne des équinoxes: le point vernal.
  • l’année sidérale = 365,256 365 67 jours (~20 minutes de plus que l’année tropique) C’est le temps qui sépare 2 tours de la Terre autour du soleil. On vise une référence par rapport à 3 étoiles lointaines.
coucher-soleil-creux-du-van-P4080346-HDR-1600px

La quadrature du cercle de la correspondance entre les cycles lunaires et solaires

Si on joue un peu avec tout ces cycles on voit bien que ce ne sont pas des multiple l’un de l’autre. On a jamais un nombre rond de cycles. On a 365 jours dans une année…. et ~ 1/4 de plus… ce qui fait que si on ne tient pas compte de cette petite fraction, chaque année on décale un petit peu plus les saisons... et quand on fête Noël en juillet… il ya un soucis !!!

Pour les correspondances entre les cycles lunaire et solaire c’est encore pire. Et quelle valeur du cycle je prends ?
Un mois lunaire c’est 28 ou 30 jours ?

Combien il y a de mois dans une année ?

On peut voir ça de différentes manières. On peut se dire que c’est 365 / 30 = 12 mois + 1/6 de mois..
On peut aussi se dire que c’est 365 / 28 = 13,0357 mois.

Notre calendrier le plus utilisé de nos jours a 12 mois dans l’année, mais l’exemple ci-dessus montre qu’on aurait pu choisir 13 mois sidéraux ça aurait été plus juste…. mais pas du tout plus simple a observer.

En effet, les phases de la lune (le mois synodique 29,53 jours) c’est plus facile à observer que le mois sidéral !

Les jours épagomènes ou hors du temps

On peut aussi imaginer que finalement, 365 jours c’est pas très pratique. Que 360 jours dans l’année ça aurait été tellement plus simple car c’est un nombre qui se divise beaucoup mieux !

Et bien c’est exactement ce qu’ont fait les égyptiens dans leur calendrier. C’est un calendrier de 12 mois de 30 jours = 360 jours + 5 jours en plus, hors du temps qu’on appelle des jours épagomènes. On en profitait pour en faire l’anniversaire des dieux principaux.

Ces jours épagomènes sont placés à la section dorée du nombre de jours entre les équinoxes. Soit de nos jours l’équivalent du 14 juillet. Je soupçonne que c’est pas un hasard que cette date a été choisie pour la fête nationale française vu le penchant pour l’égypte de certains dirigeants de l’époque… C’est la période de la campagne napoléonienne en égypte.

Calendrier égyptien sur un mur du temple de Sobek

Les aztèques ont utilisés le même principe dans leur calendrier. L’année a aussi 360 jours, mais divisé en 18 mois de 20 jours. + les 5 jours épagomènes.

Donc on voit là qu’il y a plein de manières différentes de construire un calendrier.

De nos jours encore, on a les années bissextiles qui permettent d’ajouter tous les 4 ans un jours dans l’année et ainsi de corriger (un peu, mais pas totalement) la durée de l’année qui n’est pas de 365 jours exactement, mais de 365 jours et environ 1/4 de jours… d’où le fait que tous les 4 ans ça fait un jours de plus !

On verra plus bas que cette histoire de jours supplémentaires, pourrait bien expliquer l’origine de la rune blanche dont l’origine et l’explication est toujours assez folklorique suivant les sources.

Quel cycle principal choisir pour construire un calendrier ? L’heure des choix ! ou pas…

Ci dessus on a vu qu’il y a des civilisations avec des calendriers qui ont 12, 18 ou 13 mois !

Je soupçonne même l’existence d’un calendrier avec 9 mois de 40 jours, ce qui expliquerait les nombreuses référence biblique à des « quarantaines » de jours. Mais je ne sais pas trop qui l’aurait inventé.

Donc si l’on a des durées de mois différentes, on voit bien qu’il n’y a plus forcément de correspondance à des vrais cycles lunaires. Ce sont des mois qui sont juste une division de l’année solaire.

Beaucoup de civilisations ont fait des choix. Quel est le cycles important le cycle lunaire du mois ou le cycle solaire de l’année ?

Ainsi on trouve des calendriers lunaires, comme le calendrier musulman, et des calendriers solaires, comme le calendrier grégorien qui est le plus utilisé.

C’est pour cette raison que le mois du Ramadan du calendrier musulman se retrouve décalé par rapport à l’année solaire. Parfois c’est en été, et parfois en hiver !

Est-ce qu’il existe un moyen de faire correspondre le cycle lunaire et le cycle solaire ?

C’est un problème qui a occupé de nombreux concepteurs de calendrier pendant des millénaires… et on a toujours une solution approchée.

C’est comme le fameux problème de la quadrature du cercle qui a occupé les mathématiciens pendant des millénaires !

L’idée de base c’est de réussir à faire un calendrier perpétuel. Un calendrier qui fonctionne tout le temps, qu’on a pas besoin de bricoler avec trop d’artifices comme ajouter des jours ou en enlever.

Si on veut conserver des liens avec le cycle lunaire et le cycle solaire, on peut se demander au bout de combien de temps, les mêmes dates de l’année solaire correspondent aux mêmes phases de la lune ?

Il se trouve qu’il y a une correspondance au bout de 235 mois synodiques lunaires. On arrive à une durée de 19 années tropiques. (solaires) + 1h 27 minutes et 33 seconde.

C’est ce que l’on appelle le cycle de Méton, du nom de l’astronome grec Méton qui a popularisé ce cycle vers – 432. (on retrouve des références en mésopotamie 200 ans plus tôt !)

On s’améliore. On a ainsi un calendrier « perpétuel » lunaire et solaire qui fonctionne pendant 312 ans !  ouais.. après il se décale d’un jour !

Cycle de Méton inscrit sur un manuscrit du 9ème siècle en Bavière Abbaye_Saint-Emmeran
Cycle de Méton inscrit sur un manuscrit du 9ème siècle à l’Abbaye de Saint-Emmeran en Bavière

On retrouve ce cycle de Méton inscrit sur la machine d’Anticythère, un ordinateur astronomique mécanique d’une grande précision qui a été réalisé dans l’antiquité.

Le cycle de Méton a aussi été utilisé pour calculer la date de pâques.

Ainsi il est possible de réaliser un calendrier luni-solaire. C’est le cas des calendriers hébraïques, tibétains ou chinois traditionnel.

Ce genre de calendrier fonctionne souvent avec des années lunaires de 12 mois, mais pour effectuer un correspondance avec le cycle solaire, 7 années du cycle de 19 ans se voient ajouter un mois supplémentaire. On parle de mois intercalaire ou mois embolismique !

Par exemple, dans les calendriers babyloniens et hébreux antiques, les années de rang 3, 6, 8, 11, 14, 17 et 19, sont les années de treize mois du cycle métonique.

Début du 3e mois lunaire dans le calendrier tibétain de Lhassa pour l’année du cochon d’eau en 1923/24

Ce que je constate, c’est qu‘il n’est pas simple de faire un calendrier qui concilie tous les cycles. Si on veut le faire, il faut concevoir un système de compensation sur plusieurs années.

Ainsi pour simplifier il y a des civilisations qui ont choisi de faire un calendrier avec un cycle principal.

C’est le cas de la civilisation romaine qui a crée le calendrier julien, qui a évolué en calendrier grégorien suite à des capacités techniques permettant des mesures plus précise.

Le calendrier grégorien est essentiellement un calendrier solaire. Ce qui est plus pratique pour l’agriculture car on garde un lien avec les saisons.

La durée des mois est variable, mais tourne autour de la valeur approchée d’un mois lunaire pour des raisons historiques. Tous les 4 ans on ajoute 1 jour pour ajuster le décalage annuel d’environ 1/4 de jour entre l’année civile standard et l’année astronomique tropique.

Puis tous les 400 ans on ajoute encore un jour. C’est l’innovation du calendrier grégorien. Depuis ça mise en place on a donc ajouté 2 jours. Un en 1600 et un en 2000.

Voilà, nous avons donc eu l’occasion de revoir plein de fondamentaux sur la fabrication de calendrier. Ainsi on part sur de bonnes bases pour ouvrir son imaginaire à tout plein de variantes possibles. Ça nous sera utile pour explorer les hypothèses de conception d’un calendrier celtique qui est finalement très peu connu.

Le calendrier Celte est tout d’abord un calendrier lunaire 🌒

On a retrouvé uniquement le calendrier gallo-romain de Coligny qui nous renseigne sur les pratiques gauloises. Mais ce sont déjà des pratiques influencées par la civilisation romaine dont nous sommes les héritiers. Ainsi il est difficile de s’extraire de notre vision du monde standard pour penser autrement.

Un des biais majeur étant justement de placer les fêtes celtes sur des dates liées à un calendrier solaire, alors qu’à l’origine elles étaient calées sur un calendrier lunaire.

Par exemple, il y a beaucoup de références sur web qui indiquent que les fêtes celtes de Samahin, Imbolc, Beltaine et Lugnasad sont respectivement les 1er novembre, 1er février, 1er mai et 1er août. C’est notamment le cas de la roue de l’année qui est utilisée dans la Wicca.

C’est très pratique de nos jours pour les néo-paganistes d’avoir des dates fixes dans le calendrier solaire Grégorien, mais ça cache souvent la véritable origine et le véritable sens de ces fêtes.

Ainsi on va explorer le calendrier avec les lunettes d’une vision du monde différente et se remettre dans le contexte d’un calendrier celte lunaire, voir luni-solaire selon mon hypothèse que je tente de vérifier en lien avec les runes.

Les grandes fêtes celtes

Comme dit plus haut, l’année du calendrier celte était découpé en 24 parts. Un peu comme des parts de pizza 🍕.

Chaque part représente la moitié d’un cycle lunaire synodique. (Les phases de la lune) Chaque part commence donc soit avec une pleine lune 🌕, soit avec une nouvelle lune 🌑 (donc une lune noire).

Ainsi 2 parts représentent un cycle lunaire synodique complet, une lunaison, soit 29,53 jours, arrondis à 30 jours. Une part c’est une quinzaine de jours.

L’année celte est marquée par 4 grandes fêtes:

Si on fait un dessin, on observe que ces fêtes forment une grande croix qui découpe l’année en 4 parties.

calendrier runique fêtes celtes

Il est souvent considéré que la fête de Samahain est la première des 4 grandes fêtes.

On va donc commencer depuis Samahain à découper l’année en 24 parts et associer à chaque part une rune.

On va commencer par associer la rune Fehu à la première quinzaine après Samahain. Le dernière rune juste avant Samahain sera othalaz.

rune fehu sur un galet
La rune Fehu

Déjà là, on commence a voir des correspondances intéressantes entre les runes et les périodes de l’année.

On va aussi associer une rune à chaque fête. On va associer à cette fête la rune de la quinzaine qui précède la fête.

On a donc:

Il est intéressant de voir qu’othalaz symbolise souvent l’héritage des ancêtres et la fête de Samahain et la nuit qui précède, halloween est en lien avec les ancêtres morts.

De plus la rune jera symbolise le cycle de l’année et se trouve au début de mai qui est dans plusieurs civilisation le début de l’année.

La rune kenaz symbolise la focalisation de l’énergie en voie d’une réalisation. C’est justement vers la période d’Imbolc que la nature va se réveiller après l’hiver pour focaliser l’énergie potentielle des graines vers des cultures.

Quand à Berkano qui a sa forme symbolise la femme enceinte, cette rune arrive lors de la fête de Lugnasad pendant laquelle on célébrait souvent les mariages.

On peut dire que tout ça est tiré par les cheveux, que c’est chercher des correspondances pour que ça marche, c’est peut être ça. Mais ça fait quand même réfléchir.

On verra ci-dessous des correspondances avec les fêtes solaires qui sont beaucoup plus explicites.

signification des runes galet

Origine de la rune blanche

Voilà on a divisé l’année en 24 quinzaines de jours. C’est bien. Mais un rapide calcul nous montre que 24 * 15 = 360. Il manque donc 5 jours pour faire un année solaire complète.

Ainsi on peut imaginer que le calendrier celtique est purement un calendrier lunaire. Mais à la longue il va se décaler comme le calendrier hégirien le fait. C’est pas grave de fêter Ramandan en été ou en hiver suivant les années.

Mais si on veut avoir des rythmes liés aux saisons. Un calendrier ajusté aux saisons est nécessaire. Et ceci n’est pas possible avec un calendrier purement lunaire.

Ceci se fait généralement en ajoutant un mois intercalaires ou des jours épagomènes, comme on l’a vu plus haut.

Il est à noter au passage que les premiers musulmans on explicitement supprimé le 13ème mois intercalaire qui se pratiquait par certaines tribus de la péninsule arabique avant l’hégire.

Le coran décrète qu’il n’y a que 12 mois dans l’année et qu’on ne peut en ajouter plus.

Ainsi le calendrier celtes devait probablement être un calendrier luni-solaire. Un calendrier avec des quinzaines suivant le cycle lunaire. Mais réajusté régulièrement sur le cycle solaire en ajoutant périodiquement des jours épagomènes.

La rune blanche correspond à une quinzaine intercalaire

Si l’on compte bien, il manque 5 jours par année pour passer de 24 quinzaines de jours à l’année de 365 jours. (+ 1/4 mais ceci ne semble pas de la précision atteinte à l’époque… ou alors c’était compensé autrement !)

Parfait, c’est bien pratique, la quinzaine est un multiple de 5. Donc on peut imaginer que tous les 3 ans, on a joute une quinzaine intercalaires et on compenser ainsi les 5 jours manquant chaque année.

Mais comment appeler cette quinzaine supplémentaire qui s’ajoute ?

Il se trouve que dans l’utilisation divinatoire des runes, il existe une rune blanche. Certain disent que c’est la rune du destin, le wyrd. Ça m’a toujours paru étrange, car il existe déjà a rune Perthro qui justement symbolise le destin. Pourquoi un tel doublon ?

D’autres disent que la rune blanche est une sorte de joker ! Et encore d’autres disent que la rune blanche est la rune qui signifie qu’il est temps d’arrêter de faire des tirages !

C’est bien gentil, mais ça ne tiens la route que pour les tirages et pas pour l’écriture, à moins que la rune blanche soit l’équivalent de la barre espace de nos claviers d’ordinateurs !! 😉

Il n’y a pas de consensus clair sur l’origine de la rune blanche.

Personnellement je pense que l’existence de la rune blanche est bien la preuve que l’origine des runes est un calendrier.

La rune blanche est justement cette rune qui représente la quinzaine intercalaire qu’on ajoute tous les 3 ans pour compenser la différence entre le cycle lunaire et le cycle solaire.

Voilà donc mon hypothèse un peu folle, que je n’ai jamais vu nulle part ailleurs, mais qui me semble tenir la route.

Le calendrier celtique est luni-solaire

En ajoutant la rune blanche comme quinzaine intercalaire pour compenser la différence entre les cycles lunaire et solaires. On crée ainsi un calendrier luni-solaire.

Il devient ainsi possible d’ajouter des correspondances solaires au calendrier celtique que j’ai présenté comme uniquement lunaire jusqu’ici.

Ainsi en plus de la croix des fêtes celtes majeures, Samahain, Imbolc, Beltaine, et Lugnasad on peut ajouter une nouvelle croix en lien avec des événements solaires, soit les solstices et les équinoxes.

pieds de Martouf cadran solaire solstice ete vatican
Cadran solaire du Vatican

Les solstices et les équinoxes sont intrinsèquement lié au fait que la Terre tourne autour d’un axe incliné à ~23°. Ce qui crée un angle d’incidence différent des rayons du soleil suivant l’endroit où la Terre se trouve dans sa révolution autour du soleil.

J’ai déjà écrit tout un article qui explique en détail ce que sont les solstices et les équinoxes.

La_Terre_au_solstice_dété
Solstice d’été
La_Terre_au_solstice_dhiver
Solstice d’hiver

Il est juste intéressant de se souvenir que le mot solstice veut dire « soleil arrêté« , c’est donc le moment où la course apparente du soleil s’arrête durant en moyenne 3 jours et repart dans l’autre sens.

Le solstice d’été est le moment où le soleil se couche le plus à l’ouest de l’année. Le solstice d’hiver étant le moment où le soleil se couche le plus à l’est de l’année.

Dans le langage courant on dit souvent que le solstice d’été est le jour le plus long de l’année et le solstice d’hiver le jour le plus court de l’année. (C’est juste mais c’est pas là l’origine du mot, et comme il y a un décalage entre l’évolution des lever et coucher de soleil, c’est difficile à mesurer. C’est une moyenne !)

Ainsi, pour revenir à notre calendrier, on va ajouter une nouvelle croix qui marque les solstices d’hiver et d’été.

calendrier runique fêtes celtes
La croix verte représente les solstices et les équinoxes, ainsi que les fêtes solaires

Au milieu entre les solstices, on va également ajouter les équinoxes. Ce sont les jours de l’année où la durée de la nuit et du jours sont de même durée, comme le nom équinoxe l’indique !

Avec cette nouvelle croix on crée de nouvelle fêtes. C’est ce que la roue de l’année de la Wicca, appelle les fêtes (sabbats) secondaire. Il s’agit des fêtes de:

  • Yule au solstice d’hiver, aussi connue en Irlande sous le nom de Nolagh ou de Nohel en gaulois. Ce nom vient du gaulois Noio Hel qui signifie nouveau soleil ☀️. Il est évident que l’on fête ici le renouveau (voir la résurrection !) du soleil. Le moment où les jours commencent à rallonger après une période de 3 jours d’arrêter et plusieurs mois de jours qui se raccourcissent. Il est évident que c’est en lien avec la fête chrétienne de Noël et de Jésus l’archétype du dieu solaire qui est mort 3 jours avant de renaitre !
  • Easter, la fête de la déesse Ostara à l’équinoxe de printemps. 
  • Litha au solstice d’été. La fête de la lumière, devenue la fête de la St-Jean avec ses feux. 
  • Westara ou Mabon lors de l’équinoxe d’automne.

Quel est le décalage entre la croix solaire et la croix lunaire ?

Si tu as bien suivi ce qu’on a dit ci-dessus, le décalage est variable. Mais on peut tester, comme dans mon schéma fixe, de mettre une quarantaine de jours en reprenant cette durée très utilisé dans la Bible.

(Le Carême c’est 40 jours avant Pâques et l’ascension 40 jours après.)

En plaçant ainsi les nouvelles fêtes solaires sur la roue de l’année, on peut leur associer également des runes. La plage dans laquelle tombe la fête est plus floue au vu du décalage. Mais la version de base que j’ai représentée sur mon schéma est suffisamment explicite pour me montrer que la piste est bonne à suivre.

Le solstice d’été tombe sur la rune Sowilo, qui justement représente le soleil ! si il y a une seule rune que j’associerai au solstice d’été c’est bien celle là !

Si on continue avec l’équinoxe d’automne, on tombe sur la rune Ingwaz qui représente une graine, un potentiel mis en dormance. C’est un symbole plausible pour le début de l’automne.

Le solstice d’hiver tombe sur la rune Ansuz qui symbolise le don des dieux. Pour le moment où le soleil qu’on croyait mort revient à la vie je trouve que c’est un bon don des dieux. De même que la sur-couche chrétienne place là le moment où les rois mages donnent des cadeaux à Jésus à l’occasion de sa naissance.

Enfin on termine avec l’équinoxe de printemps qui tombe sur la rune naudiz la rune du besoin. Celle dont le dessin représente une croix ᚾ, la même sur laquelle Jésus Christ a été crucifié en pleine pâques juive, fête qui a lieu à la première pleine lune 🌕 après l’équinoxe de printemps !
(les chrétiens ayant décalé au 1er dimanche d’après lors du concile de Nicée en 325.pour en savoir plus sur le calcul de la date de pâques j’ai déjà écrit tout un article sur le sujet.)

sacrifice-humain-de-jesus-de-nazareth-Schöne_Buchstabe_T

On est donc là droit à la bonne période, droit avec le bon symbole. Je ne vois pas comment on pourrait mieux tomber avec ce cycle de fêtes et les correspondances avec les runes !

Allez voici mes notes de travail, si t’arrives à lire…

calendrier runique fêtes celtes

Les runes sont des représentations des constellations

J’ai mentionné au début de cet article que les runes sont des représentations des constellations. On abordera bientôt cette partie. Mais je pense que ce sera dans un prochain article. D’une part, car cet article est déjà très long et dense. Mais aussi car je n’ai pas terminé mon travail d’investigation.

Je n’ai pas encore réussi à identifier toutes les runes avec des astérismes. Il y a déjà des gens qui ont fait le boulot d’identification. Mais ils n’arrivent pas tous au même résultat. Ce qui n’est pas très pratique !

Ainsi je vais approfondir le travail moi même pour me faire mon propre avis.

Voici déjà des pistes de travail si tu veux avancer….

Voici quelques correspondance entre runes et constellations…

Ici on a une correspondance entre rune et le zodiaque.

tout-est-lie-interconnecte-univers-spiritualite-atome-usukhbayar-gankhuyag-1003789-unsplash

Le zodiaque runique

Le principe de base de cette idée, c’est qu’un calendrier est forcément en lien avec l’astronomie. On l’a déjà largement vu ci-dessus.

Une des manière de savoir où l’on se trouve dans la course de la Terre autour du soleil est l’observation des constellations.

C’est le principe du zodiaque. On donne un nom à la période de l’année dans laquelle on se trouve en fonction du fond d’étoiles derrière le soleil.

mois zodiaque observation

Il y a plein de variantes à ça. Il y a notamment des traditions différentes qui utilise une version sidérale ou une version tropicale

Il y a aussi le fait que de regarder la constellation derrière le soleil n’est pas si simple en plein jour !! … donc est-ce qu’il serait pas plus simple de regarder la nuit ? Mais du coup à l’opposé ?

Ensuite, il y a la précession des équinoxes qui fait que ça décale tout avec les années. Ainsi un zodiaque n’est valable qu’à une période donnée.

Ainsi les signes astrologique que nous utilisons couramment pour les horoscopes sont décalés par rapport à l’origine du système ! On a pas les bons signes !

Donc si l’on ne connait pas exactement l’origine du calendrier celte runique… c’est pas si simple de savoir à quelle période regarder et quelles étoiles pour trouver la correspondance entre runes et des astérismes bien visibles.

Tout ce que je sais, c’est que la légende raconte que Odin a reçu les runes en restant suspendu la tête en bas à une branche de l’arbre monde Yggdrassil. Ainsi quand on a la tête en bas, c’est plus facile de regarder le ciel !! .. mais peut être qu’il a vu toutes les constellations à l’envers !!!

… Donc à méditer… Suite au prochain épisode !

Le disque de Nebra, un ordinateur astronomique

Le disque de Nebra est un objet tout à fait passionnant à plusieurs niveaux:

  • Sa découverte est digne d’un roman: pilleurs de tombe, marché noir, guet-apens de la police pour le récupérer.
  • Sa simple présence remet en cause pas mal d’idées reçues dans l’archéologie:
    Non les européens de l’âge du bronze n’étaient pas si barbares que ça !
  • Il s’agit de la plus ancienne représentation astronomique connue. (1600 av J.-C) Plus vieille que les représentations égyptiennes.
  • …. et nous allons le voir ici, même les archéologues les plus ouverts d’esprit n’ont pas encore compris toutes les fonctions de ce disque.

disque de Nebra

L’histoire étonnante de la découverte de ce disque par des pilleurs de tombes (ou de sites militaires plus récents ?) a été déjà largement été racontée. Je laisse donc à d’autres le soin de raconter l’histoire de la découverte du disque de Nebra.

Arte a également diffusé un documentaire plein de mystères sur la récupération et l’authentification du disque de Nebra.

Les découvertes d’Howard Crowhurst sur les fonctions du disque de Nebra

Ici ce qui m’a poussé à écrire cet article, c’est plutôt un aspect pas (encore) reconnu officiellement par l’archéologie, mais qui me semble une piste très intéressante pour expliquer une utilisation de ce disque pour repérer des cycles astronomiques.

C’est en fait l’hypothèse de Howard Crowhurst qui s’exprime dans une vidéo sur NuréaTV.

Voici cette émission de NuréaTV à propos du disque de Nebra, et voici mes notes résumé de cette vidéos, avec mes compléments d’informations.

Des traces d’anciens liens entre l’astronomie et le temps

  • Les jours de la semaine sont dédié à des astres. Lundi  lune, Mardi  mars, Mercredi  mercure, jeudi → jupiter, vendredi  vénus, samedi  saturne, dimanche  soleil
  • les mois:  septembre → 7, octobre → 8, etc.. mais il y a un décalage  car on commençait à compter à partir de l’équinoxe

Le disque de Nebra dans le concret

  • disque de Nebra  date de 1600 av J.-C
  • fait avec de l’or et de l’étain provenant du sud du pays de Galles.
  • fait avec du cuivre venant des Alpes autrichiennes.
  • Le disque a été découvert à Nebra en Allemagne. A une latitude de 51.28° Ce qui est très proche de la latitude de Stonehenge ! (On a un ciel similaire)
  • soleil = 10cm de diamètre
  • lune = 13cm de diamètre
  • → On parle ici de cm précis… ils connaissaient ces unités ?

4-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst latitutde provenance or et etain cuivre

Représentation astronomique sur le disque de Nebra

Quand les Pléiades, célestes filles d’Atlas, paraîtront sur l’horizon, commencez à moissonner et quand elles commenceront à disparaître, labourez.

Elles restent cachées l’espace de quarante jours et quarante nuits, puis on les aperçoit rouler dans le ciel avec l’année, lorsque les moissonneurs aiguisent leur fer.

Hésiode, VIIIème siècle av. JC. « Les travaux et les jours » vers.383-388

band-of-zodiac-ecliptic

mois zodiaque observation

La représentation de l’angle entre les solstices

  • Il y a 2 bandes d’or de chaque côté du disque. (enfin, il n’en reste qu’une entière du côté de la lune. On devine l’autre)
  • Ces bandes peuvent être reliée par des droites pour faire une croix entre les deux.
  • on a un angle de 82° représente le battement du soleil sous cette latitude.
  • on a donc une représentation des solstices. (donc point le plus au nord et le plus au sud du soleil durant l’année.)
  • C’est cette observation qui a été déterminante pour attester que le disque de Nebra a est bien originaire de Nebra et qu’il n’a pas été rapporté « comme souvenir de vacances » d’égypte ! Ce qui a été discuté par les archéologues.
  • Si l’on positionne la bande côté lune à droite. On a:
    • en haut à droite la position du lever du soleil au solstice d’été
    • en bas à droite la position du lever du soleil au solstice d’hiver
    • en haut à gauche la position du coucher du soleil au solstice d’été
    • en bas à gauche la position du coucher du soleil au solstice d’hiver.
  • On a ici un « rectangle solsticial » les positions extrêmes du soleil. (2×41°)

6-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst angle solstice

  • A Carnac le triangle solsticial correspond à un triangle 3-4-5 (aussi appelé triangle d’isis)
  • Sur le disque de Nebra, le triangle solistical mesure 24cm x 21cm. Soit divisible en 8×7
  • Le demi angle = arc-tan (7/8)
  • la diagonale se déduit par pythagore =√ (21² + 24²) = 31.8904374382
  • Si l’on multiplie cette diagonale du rectangle qui est aussi le diamètre du disque on obtient donc la circonférence du disque soit: 100.186763976 ≈ 1mètre !
  • → la circonférence extérieure de Stonehenge est 100 fois plus grande… 100m.

9-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst diametre

39 trous autour du disque

  • Il y a 39 trous autour du disque.
  • 39 fois 1 pouce = 39×2.54 = 99.06 ≈ 1m … on a là donc un mélange d’unité pouce et mètre !!!
  • Il y a plusieurs manière d’orienter le disque:
  • nord en bas. (à la chinoise) il y a une barque solaire.
  • nord en haut (à l’occidental) il y a une voute céleste (comme la déesse Nout).
  • 39 trous = 3 x 13
  • C’est en cherchant à construire le disque que l’on peut tenter de comprendre la logique de sa construction.
  • On peut dessiner les trous grâce à un triangle 3-4-5
  • ça marche depuis le Nord = voute céleste. (trou 20) en partant à gauche. On réplique les triangles 3-4-5 qui marquent tous les 4 trous.
  • ça ne marche pas en bas à droite… 🙁
  • mais on peut quand même marquer en partant à droite tous les 4 trous avec cette méthode.

19-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst39 trous triangle 3-4-5

  • On a donc 9 secteurs de 4 espaces = 36 secteurs plus 3 espaces = 39
  • Pour marquer la moitié du côté opposé d’un triangle 3-4-5 on peut utiliser un triple-carré. (le côté du carré = 1/3 du coté adjacent)
  • (la diagonale d’un triple carré arrive au milieu du côté opposé d’un triangle 3-4-5) (il y a quand même une erreur de 0.05°)
  • on peut donc marquer ainsi tous les 2 trous.

21-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst39 trous triangle 3-4-5 triple carre

Mais pourquoi 39 trous autour du disque de Nebra ?

  • Observons cycle synodique de la planète mars.
  • Synode = rencontre.
  • cycle synodique = cycle entre 2 rencontres. C’est le temps entre deux rencontres où l’alignement apparent depuis la terre entre le Soleil-Terre-mars est identique. (contrairement à la période sidérale qui tient compte du faite qu’entre deux rencontre la Terre aussi a bougé !)
  • Opposition = Alignement Soleil-Terre-Mars = 779,965 jours ≈ 780 jours = 39 x 20.
  • On regarde souvent les oppositions car c’est plus facile que les conjonctions, donc quand mars est au Sud à minuit.
  • On sait que c’est là qu’on est opposé au soleil.
  • Entre 2 oppositions de mars on a 780 jours.

22-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst cycle de mars

  • On peut symboliser ce moment avec des pions à mettre dans les trous du disque de Nebra.
  • On mette le soleil au Nord.(trou sur la voute céleste)
  • On met mars à l’opposé, plein sud.
  • On considère le soleil fixe, vu qu’on l’observe toujours à minuit. (enfin, façon de parler :P)
  • donc le pion du soleil ne bouge pas.
  • le pion de mars va tourner (dans le sens horaire, d’est en ouest…) un trou tous les 20 jours.
  • au bout de 20 x 20 jours, il va arriver en conjonction avec le soleil. (le pion se mettent l’un sur l’autre)

23-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst oposition soleil mars

24-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst conjonction soleil mars

Traces de l’utilisation du comptage de vingtaines

  • Est-ce qu’il existe une preuve que l’on comptait les périodes de 20 ?
  • Il y a des restes dans le langage qui montre que la base 20 était utilisée, notamment avec le nombre 80… quatre-vingts. Qui se retrouve aussi en vieil anglais. Qui se retrouve aussi dans le mot « score » qui désigne un comptage de 20. (marquer… un but !)
  • Le calendrier Maya est très intéressant pour ces cycles:
  • les mayas ont aussi un calendrier « vigésimal » donc en base 20.
  • 20 noms de jours le UINAL = le mois maya
  • Le trecena comporte 13 jours numérot’é
  • l’année sacrée, le TZOLKIN = 260 jours. (combinaison des 2 cycles unial et trecena)
  • 3 cycles de 260 jours (TZOLKIN) = 780 jours le cycle de mars !

27-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst cycle calendrier maya

Application du déplacement d’un pion sur le disque de Nebra pour le cycle de Vénus

  • Le cycle synodique de vénus = 584 jours
  • on déplace un pion tous les 15 jours.
  • 584 jours = 39*15 -1
  • on a aussi une trace dans la langue d’un cycle de 15 jours. une quinzaine. Pourquoi 15 et par 14 ? la semaine fait 2×7 jours ! En gallois il y a un mot pour dire « quinze jours »
  • vénus étant une planète inférieure (en astronomie signifie que Vénus a une orbite plus petite que celle de la Terre, se positionne avant nous depuis le soleil.) on fait tourner le pion de vénus dans l’autre sens. (soit le sens anti-horaire)
  • Tous les 60 jours on a 4 trous pour vénus (4×15)
  • Tous les 60 jours on a 3 trous pour Mars (3x 20)

30-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst cycle venus

Utiliser le disque de Nebra pour mesurer les cycles de la lune et le temps de grossesse

  • Une grossesse dure 273 jours = 39 semaines
  • les occidentaux disent 9 mois solaire de 29 jours
  • les chinois parlent de 10 mois… lunaire de 27 jours
  • La lune fait 10 fois le tour de la terre en 273 jours.

Là j’ai du faire quelques recherches pour bien préciser les termes qui sont très vite différents.

Derrière l’expression « mois lunaire » il peut y avoir plusieurs variantes:

  • mois synodique, aussi appelé lunaison = 29,53 jours = 29j 12h 44min 2.8s = temps pour retrouver la même phase de la lune.
  • mois tropique = 27,321 58 jours  = temps mis pour retrouver la même longitude écliptique en tenant compte de la précession des équinoxes.
  • mois sidéral = 27,321 66 jours = période orbitale en référentiel fixe. = temps vu de la terre pour effectuer un tour complet et retrouver la même position par rapport aux étoiles.

Ainsi pour coller aux 273 jours. On peut utiliser le mois tropique ou sidéral. (De toute façon vu la précision on ne peut pas tenir compte de la précession des équinoxes.) C’est donc le temps que met la lune pour faire un cycle complet qui la repositionne au même endroit apparent par rapport aux étoiles. Mais la phase de la lune peut donc être différentes.

  • Donc si on déplace chaque semaine (7 jours) un pion. Au bout d’un tour on a 7 fois 39 = 273 = 10 mois lunaire sidéral.
  • 260 + 13 = 273 → Tzolkin + Trecena = 10 mois lunaires sidéral.

A propos du temps de grossesse, je trouve plusieurs méthodes de calcul:

Selon cette source…

  • 280 jours depuis les dernières règles = 40 semaines
  • 266 jours depuis la fécondation = 38 semaine
  • ce qui est considéré comme normal c’est entre 37 et 41 semaines d’aménorrhée

une autre..

  • → 273 jours.

Le jeu des 58 trous

Il existe un jeu très ancien qui semble courant au proche orient. Les archéologues l’appellent le Jeu de 58 trous ou encore le jeu du chien et du chacal.

Voici ce que le musée du Louvre dit sur ce jeu des 58 trous.

jeu du chien et du chacal

Il y a beaucoup de versions de ce jeu:

33-disque de Nebra NureaTV Howard Crowhurst jeu des 58 trous

La personne attentive remarquera qu’il y a en fait 59 trous !!! Pourquoi ne pas compter le gros au centre ??

En en fait, quand on observe, il y a deux groupes. Il y a un cycles de 20 trous et un autres de 39 trous….. ça nous rappelle pas quelque chose ?

  • le jeu des 58 trous (en fait 59… car il faut compter le gros trou)
  • 20 au milieu pour compter les vingtaines de jours
  • 39 autour
  • 59 = 2x 29.5 = 2 pleine lunes. (mois lunaire synodique) => encore une utilité de plus !
  • En commentaire en fin d’émission: 39 c’est le nom de dieu en gematrie.
  • (moi je vois « the organization and the solidarity of the Cosmos, being expressed by the harmony of the relations between the parts – 3 + 9 = 12. As triple thirteen, it is the individual initiative, nonfortuitous, but organized and harmonized« 

Est-ce que ça marche pour d’autres planètes ?

Périodes synodique, sidérale et tropique des planètes du système solaire

Planète

Période synodique (j)

Période sidérale (j)

Période tropique (j)

Mercure

115,8776

87,969256

87,968

Vénus

583,921361

224,6997056

224,695

Mars

779,9643

686,979852

686,973

Jupiter

398,8613

4 332,589

4 330,595

Saturne

378,0944

10 759,23

10 746,94

Uranus

369,654

30 685,4

30 588,740

Neptune

367,486

60 189,904

59 799,9

Donc que peut ont déduire pour les autres planètes ?

  • Mercure 39 * 3 -1 = 116
  • Jupiter 39 * 10 + 9 =  399
  • Saturne 39 * 9 + 27 = 378

Uranus et neptune ne sont pas visible à l’oeil nu. Donc je pense que ça ne sert à rien de les compter ?

C’est moins évident. Il va falloir que je commande le livre de Howard Crowhurst sur le disque de Nebra.

Conclusions

Le disque de Nebra, tout comme la machine d’Anticythère. Sont des artéfacts très anciens qui montrent que de tout temps les humains ont cherchés à concevoir des outils pour observer et mesurer les cycles astronomiques. (de nos jours Stellarium)

Je pense qu’il y a là de quoi s’y intéresser beaucoup plus que ne le font des archéologues qui sont parfois très frileux à remettre en cause ce qu’ils ont appris pendant leurs études !

L’histoire du disque de Nebra et du procès qui a obligé la justice à trancher pour savoir si ce disque est vrai ou faux est intéressante. Si on n’avait laissé les archéologues se battre entre eux. Probablement que ce disque ne serait toujours pas montré au public car il remet en cause la théorie communément acceptée.

On peut aussi tenter de demander aux archéologues de se pencher sur un autre disque:  le disque de Sabu…. pour savoir si c’est vraiment un vase comme il est présenté ! (dans lequel l’eau ne tient même pas vu que c’est un tube!)

Il y a certainement un peu d’ouverture d’esprit à faire naitre chez certaines personnes. (tout en restant critique) Ici on a quand même un disque qui montre sous plusieurs aspects des référence au système de mesure métrique !!  (qui est issu de la mesure de la terre.. Donc est-ce que la définition est plus ancienne que l’on ne croit ?)

Ici nous avons également évoqué des systèmes de comptages qui ont l’air répandu sur toute la planètes à toute les époques. (on a évoqué les mayas, la mésopotamie et l’europe.)

Donc gardons l’esprit ouvert !

Carpe diem

Henry David Thoreau disait:

La vie est trop courte pour que l’on soit pressé….

Le temps de nos ancêtres était cyclique. Il dépendait des cycles de la nature.

Puis la notion de progrès est arrivée. Le mot révolution à changé de sens. Au lieu de décrire un cycle dans lequel tout revient en place, comme la révolution de la terre autour du soleil, le mot révolution signifie un changement radical où l’on ne revient pas en arrière.

Avec la notion de progrès, où il faut toujours aller de l’avant, le temps cyclique laisse sa place au temps linéaire, au temps qui contient un début et une fin.

C’est la religion judéo-chrétienne qui a introduit les prémices de ce temps linéaire. Le temps biblique commence avec la genèse et se termine avec l’apocalypse, le temps des révelations.

Dès la genèse, il nous est conté l’histoire de la chute de l’homme. Adam et Eve sont chassés du jardin d’Eden. Ils sont chassés de ce paradis terrestre et n’ont aucune chance d’y revenir. C’est un événement irréversible. C’est le début du temps linéaire.

Dans les religions orientale, le temps est toujours cyclique, même si le cycle est très long.

De nos jours, le temps s’accélère. Il faut aller toujours plus vite. C’est la course à la vitesse. On invente des moyens de transports toujours plus rapides. Des processus de fabrication toujours plus rapides.

On invente une foule d’objets et d’outils qui sont sensés nous faire gagner du temps.

Les moyens de communication n’ont jamais été aussi rapide qu’actuellement. Un message peut faire le tour de la planète en moins d’une seconde.

Mais paradoxalement, tout ces moyens à notre disposition sensé nous économiser du temps ne nous libèrent pas. Au contraire, ils nous rendent prisonnier du « tout, tout de suite ».

Nos moyens de communication nous rendent esclave. Il est normal d’être atteingnable tout le temps.

De plus en plus, nous sommes obligé de devenir multi-tâche, de tout faire en même temps. Il y a de nombreux débat pour savoir si nous sommes capable d’assurer ce multitâche, ou si finalement, nous ne sommes qu’en train de perdre la capacité de concentration.

Nos moyen de communication sont tellement prenant, que la notion de lieu a tendance à disparaitre. Vu que nous sommes disponible tout le temps. Nous sommes là, tout le temps.

Chacun se balade avec sa tribu dans la poche.

Ainsi, la notion de rendez-vous n’a plus lieu d’être. Pourquoi se donner rendez-vous si vous êtes toujours en contact avec vos amis ?

Dans le même ordre d’idée, il devient tout d’un coup étrange que les magasins ayent des heures d’ouvertures. La suisse doit être encore un des rares bastions du monde occidental où l’on trouve des horaires.

C’est bien, nous sommes donc capable d’aller toujours plus vite. Mais où vas-t-on ?

Lorsque l’on se déplace vite on n’est pas capable de profiter pleinement de tout.

Jean-Jaques Rousseau disait que l’on se déplace en voiture, mais que l’on voyage à pied !

Ainsi le voyage inclu une découverte.

Savoir prendre le temps est une richesse. Savoir apprécier le moment présent sans être en train d’imaginer toute les contrainte du moment futur est une richesse.

J’entend souvent cette phrase: Je n’ai pas le temps….

Mais c’est souvent plutôt…. je n’ai pas pris le temps…

Apprenons à prendre le temps !

Scroll to top