Le système de vote électronique Suisse contient des failles !

Le système de vote électronique fait par l’entreprise espagnole Scytl et promu en Suisse par la poste contient au moins 2 failles sérieuses de conception !

.. Ça fait des années que la 1ère faille est connue (depuis 2017) et les concepteurs ne semblent pas pressés de combler la faille! pourquoi ?

faille vote électronique suisse 9 juin 2013
Votation du 9 juin 2013 via le système de e-voting neuchâtelois développé par Scytl

Les hackers éthiques n’ont pas le droit de parler des failles !

Pire…. un concours de hacker a été lancé en février mars 2019 pour trouver les failles… mais selon les termes du contrat, impossible de révéler au grand public l’existence des failles !!

… alors c’est hors concours qu’une experte en sécurité électronique dénonce cette faille.

black hat et white hat vote electronique
Chez les Hacker (bidouilleur en français), il y a les Black Hat, les chapeaux noirs qui oeuvrent pour le côté obscure. Et il y a les White hat, les chapeaux blancs qui sont engagés pour tenter de pirater des systèmes afin de les mettre à l’épreuve de découvrir les failles pour le corriger.

1ère faille de système de vote de Scytl concernant la vérifiabilité complète

Voici l’article de swissInfo qui nous parle de la découverte de cette erreur de conception du système de vote électronique de SYTL utilisé en Suisse.

Cette erreur de conception du système de vote de SCYTL permet de créer de fausses preuves de vote ! On peut donc réaliser l’équivalent électronique d’un bourrage d’urne. Ajouter des votes sorti de nulle part !

Il semble que cette erreur est présente depuis 2017 !! Rien n’a été fait pour corriger cette erreur ? Pourquoi ?

urne transparente vote

Pour les Geeks voici l’article scientifique (pdf) qui décrit la faille découverte:
The use of trapdoor commitments in Bayer-Groth proofs
and the implications for the verifiabilty of the
Scytl-SwissPost Internet voting system∗

*Depuis la publication de cet article, il a été découvert que la même faille du système de vote électronique Suisse de la poste avait aussi été découverte par Thomas Haines etRolf Haenni de la HES bernoise. Voici leurs articles scientifiques….

Seconde faille du système de vote de Syctl concernant l’anonymat du vote

One more thing….

Depuis que le monde s’intéresse à ce code. Une seconde faille a été découverte par une chercheuse de l’université de Melbourne en Australie qui utilise le même système de vote électronique de Scytl.

Cette seconde faille agit au niveau du chiffrage d’un vote. La méthode est sensée ne laisser aucune connaissance sur la clé de déchiffrage. Ce qui permet de garantir l’anonymat de votant. Mais voilà que cet algorithme laisse une trace de la clé.

faille securite vote electronique scytl e-voting anonymat

Donc il est possible d’imaginer qu’une personne puisse cibler des votes en particuliers et les rendre inactifs en les mettant dans un état « impossible ».

Cette attaque laisse une trace, mais fait son effet quand même. Il est possible de faire disparaitre des votes. Que faire si c’est détecté ? tout revoter ? Ce serait la meilleure solution… mais ça montre que le système actuel de Scytl ne fonctionne pas.

Voici le détail de cette faille dans un article scientifique en pdf…

relation argent martouf billet 1000 chf

Plusieurs voix s’élèvent contre le vote électronique

Alors que le débat était très silencieux ces dernières années, que les opposants au vote électronique étaient surtout des personnes issues du parti pirate, j’observe que ces derniers temps le débat prend de l’ampleur.

2008_02_06_17_48_744px_Pirate_Flag_of_Rack_Rackham_svg

L’Etat de Genève abandonne sa plateforme de vote électronique

Fin 2018 l’Etat de Genève annonce la fin de sa plateforme de vote électronique. Il ne restera donc plus que le système de la poste développé par l’entreprise espagnole Scytl. Cette perspective de monopole du vote électronique par une entreprise privée étrangère doit y être pour pas mal dans le réveil des conscience.

Ceci juste au moment où le conseil fédéral annonce qu’on arrive dans la phase finale de développement du vote électronique et que fin 2019 la solution de la poste/scytl sera certainement certifiée pour être utilisée avec 100% de la population !

vote electronique suisse

Baisse d’intérêt des cantons pour le vote électronique

Vaud

Le conseil d’Etat du canton de vaud, en apprenant les failles trouvées dans le logiciel de vote de la Poste/Scytl se déclare opposé à la modification de la loi sur les droits politique pour y inclue le vote électronique.

C’est aussi la perspective d’un monopole d’une entreprise étrangère qui ne convainc pas le conseil d’Etat vaudois.

Neuchâtel

Ça bouge aussi en terres neuchâteloise, là où le vote électronique a débuté en 2005.

chateau-de-Neuchâtel-au-lever-du-soleil

Le canton de Neuchâtel a été le tout premier client de l’entreprise Scytl dès 2004 avant qu’elle ne s’étendant de l’Australie aux USA, en passant par la norvège, l’Inde, la Russie, le Mexique, le Canada et l’Equateur, ainsi que dans de nombreuses entreprises comme McDo….

Il semble d’ailleurs que Scytl a fait quelques magouilles dans l’attribution d’un fond de 1.5 millions d’euro donné par le gouvernement espagnol pour développer des collaborations avec d’autres universités espagnoles. Cet argent aurait été utilisé exclusivement pour réaliser un prototype pour convaincre le canton de Neuchâtel !

C’est ce que nous révèle le magasine Suisse Republik, dans une enquête fouillées sur l’histoire et les pratiques pas toujours très nettes de SCYTL….

Par exemple, il semble que Scytl a eu des expériences désastreuses il y a 10 ans avec des machines à voter en Equateur. Que la Norvège a utilisé son système de vote électronique, puis découvert une faille et cessé de l’utiliser. Dans sa communication Scytl dit que la Norvège est heureuse de son système…

vote electronique bns

Quand il s’agit de publier le code source, exigence de l’art 7a de l’ordonnance sur le vote électronique, il semble qu’à priori Scytl n’en a pas envie du tout…. pourtant c’est un des fondements de tout système de sécurité informatique !

Nos amis Australiens sont très heureux que la loi Suisse ait permis de voir le code source de la solution de Scytl utilisée également en Australie. Ainsi ils ont enfin le droit de voir le code de l’outil qu’ils utilisent. Ils remercient le gouvernement Suisse !

Bref… Scytl est une entreprise commerciale. Elle a été financée par plusieurs fonds d’investissement pour 120 millions de $ …. Elle va chercher à rentabiliser son commerce, elle n’a pas envie de montrer le coeur de son activité… ce qui est contraire aux fondements de la sécurité informatique et très discutable pour une fonction aussi stratégique que le vote, dans autant de pays !

La Suisse étant un potentiellement un bon marché l’entreprise fait certainement des concessions !

bulletin vote electronique 17 juin 2007

Du coup, à Neuchâtel, il y a une interpellation qui a été déposée pour savoir le coût du système de vote Scytl et les détails du contrat qui ne sont pas connu. Surtout avec le fait que c’est le canton de Neuchâtel qui avait développé la solution de vote avec Scytl et qu’ensuite c’est la poste qui a repris la solution. Est-ce que le canton de Neuchâtel s’est fait voler son boulot?

Il y a un vrai manque de transparence ! Pas bon pour le vote !

De plus Scytl ne semble pas répondre quand on pose des questions à propos d’attaque par dénis de services: DDOS. (le concept est simple, c’est envoyer tellement de requêtes au serveur qu’il fini par être inutilisable. C’est souvent utilisé par les pirates pour rendre inutilisable un service qu’on arrive pas pirater.)

pirate informatique vote electronique scytl

Il est à noter que la question du coût du système de vote de Scytl est aussi sortie au conseil national, mais que l’on ne saura rien de plus, le vote étant de la compétence des cantons et que la confédération bien qu’étant propriétaire de la Poste n’a pas le droit de le dire si la Poste ne le veut pas !

Zurich

Du côté de Zürich, il y a un ralentissement à propos de l’intérêt pour le vote électronique. C’est trop cher pour ce que ça apporte. Il faudrait se mettre à jour tout le temps pour éviter de se faire pirater. Donc les budgets qui étaient prévu pour le vote électronique sont gentiment gelés.

Argovie

Dans le canton d’argovie une motion a été déposée pour demander de cesser le projet pilote d’élection fédérale par vote électronique.

Jura

En décembre 2018, le parlement du canton du Jura, après avoir de justesse accepté le texte en première lecture, a refusé le vote électronique en seconde lecture.

Le gouvernement du canton voulait proposer le vote électronique comme moyen officiel de vote dans la loi sur les droits politique. Ça ne sera pas le cas.

Les raisons évoquées pour refuser le vote électroniques sont, les failles de sécurité, les coûts et le fait que l’analyse du vote électronique est transmise à des experts qui ne sont pas élus. On perd un fondement démocratique.

Glaris

Le canton de Glaris a testé le vote électronique depuis 2015. La Landesgemeinde de 2017 a fourni un cadre légal pour aller plus loin. L’idée était de permettre aux citoyens d’utiliser le vote électronique pour les élections fédérales de 2019.

Fin 2018 c’est le système de la Poste/Scytl qui a été choisi. Mais voilà que le projet de vote électronique a été suspendu pour une durée indéterminée. Le vote électronique ne sera pas disponible pour les élections fédérales de 2019.

suisse moderne de 1848

Une initiative populaire fédérale demande un moratoire sur le vote électronique

Un comité comprenant des personnes de tout bords politiques a lancé une initiative populaire fédérale pour un moratoire sur le vote électronique a été lancée le 13 mars 2019...

Si ça t’intéresse Tu peux télécharger ici le matériel de signature…

L’ancien conseiller national Jean-christophe Schwaab discute pas mal de vote électronique ces temps. C’est une source à voir…

Au vue de tout ce qui précède, on voit que le vote électronique a du plomb dans l’aile…. Il est possible que le peuple se prononce en votation sur le sujet ! (et il faudra décider par vote électronique ? A Genève ça a été fait, il était possible de voter par vote électronique pour savoir si l’on veut du vote électronique !! :p )

bureau de vote electronique

Les grands principes du vote électronique

Il y a des grands principes qui sont valables dans le monde de la sécurité informatique et dans le monde du chiffrage des données. (souvent appelé cryptage)

Ainsi le vote électronique doit remplir un certain nombres de critères pour être considéré comme bien conçu. C’est pour ça que la mise en place du vote électronique avance gentiment depuis une quinzaine d’année.

Il y un cadre légal qui n’autorise qu’une portion de la population a participer au vote électronique

La vérifiabilité individuelle

La vérifiabilité individuelle, est la capacité personnelle à pouvoir vérifier que tout le processus de vote s’est passé de manière correcte pour un individu et que son avis sera bien pris en compte.

C’est l’équivalent de voir son bulletin de vote dans l’urne, et avoir l’assurance qu’il sera bien comptabilisé tel quel.

Cette vérification se pratique avec une comparaison de code qui sont fourni sur le papier reçu par la poste et sur le code reçu en fin de processus informatique.

accuse de réception vote électronique suisse scytl
code fourni lors d’un scrutin sur le système neuchâtelois en 2013

Pourquoi des codes transmis sur papier ? c’est pas le but du vote électronique de se débarrasser du papier ?

Bonne question… ici, l’idée c’est d’avoir un canal de communication différent. Ainsi on ne peut que très difficilement se faire passer pour quelqu’un d’autre !

Mais il est vrai que pour les gens étant en voyage, ça complique nettement le principe du vote !!! On pourrait certainement imaginer envoyer ces codes par SMS ? Le SMS étant souvent considéré comme un canal passablement sûr.

C’est ce que fait Scytl avec le même système de vote électronique en Australie, mais la Poste Suisse ne veut pas du canal SMS… (peut être par ce que c’est la poste qui fait les envois … postaux !!! un manque à gagner ? 😛 )

Voici l’explication de la vérifiabilité individuelle du vote en vidéo:

La théorie liée au processus de vérifiabilité du système de la poste/scytle est décrite dans ce document pdf..

Tous les documents et argumentaires pour le vote électronique sont disponibles sur cette page de la poste…

La vérifiabilité complète

Le but est actuellement de tendre à la vérifiabilité complète d’une urne. C’est à dire que l’on peut vérifier que tous les bulletins de vote sont bien dans l’urne et qu’ils n’ont pas été modifiés !
(donc que les bulletins soient les mêmes, sans modification… et aussi pas de bulletins sortis de nulle part !!)

On procède ainsi de façon mathématique à cette vérifiabilité complète.

e-voting hacked vete electronique

La faille de sécurité qui a été découverte dans le système de la poste/scytl est justement un problème de conception lié à la vérifiabilité complète.

Il est possible d’ajouter ou de supprimer des votes en cours de route sans que le système ne voit de problème ! C’est le principe du bourrage d’urne !

Voici un petit exemple de bourrage d’urne en Russie, (à Lioubertsi) la madame en bleu ne savait peut être pas qu’il y avait une caméra dans le bureau de vote !!?
(urne transparente et caméra pour assurer la transparence du processus …. une condition de base de tout système… on y reviendra ci-dessous)


Le gouvernement Suisse avait pour ambition de certifier le système de la poste scytl pour une utilisation avec potentiellement 100% des votants en 2019. Mais voilà que la découverte de cette faille remet en cause l’idée d’y arriver dans ces délais.

Ainsi les essais de vote électronique se poursuivent en Suisse, sur la base légale actuelle, comme depuis 2003, et donc avec une autorisation seulement partielle de la population, par paliers et pour 10 cantons. Ceci sans avoir de système qui garanti une vérifiabilité complète.

La chancellerie fédérale nous explique les base du vote électronique, notamment la « vérifiabilité individuelle » et la « vérifiabilité complète ».

La publication du code source

Une des règles fondamentales en sécurité informatique et en chiffrage de contenu est que la sécurité repose sur des clés secrètes et non sur un mécanisme secret.

Comme la serrure de ta maison. C’est par ce que tu as la clé que tu peux entrer, pas par ce que ta serrure est cachée…. (et c’est pour cette raison que les DRM ça ne fonctionne pas pour protéger des livres ou de la musique !!!)

cle

Ainsi le code source, le mécanisme d’un système de vote doit être connu de tous. Il doit être transparent (comme les urnes… ah c’est pas le cas en suisse ? pourquoi ?).

Donc quand on parle de mécanisme informatique, il s’agit du code source de l’application.

C’est ainsi qu’en février 2019, la poste Suisse a enfin décidé de publier son code source (développé par Scytl)

Le code source du système de vote de la poste/scytle est disponible sur ce dépôt de code, pour autant de s’identifier auprès de la poste. Je vois qu’il y a plus de 1600 personnes qui comme moi s’intéressent au projet… mais aucune ne semble voir quoi que ce soit du code !!

Car avant il faut faire une demande d’accès, fournir sa profession et les motifs de sa demande d’accès. Ainsi que son identifiant de compte gitlab. Il est précisé que c’est destiné aux chercheurs.

Dans les conditions d’accès je lis:
 » ACCORD D’ACCÈS AU CODE SOURCE DE LA SOLUTION DE VOTE ÉLECTRONIQUE L’accès au dépôt est limité à la durée du programme. Les accès au dépôt seront consignés. « 

=> ça veut dire quoi « limité à la durée du programme » ? la campagne de hacking ? ou autre chose ?

C’est bien mais pas top tout ça !

Quant au code du système de vote électronique genevois il est disponible par ici sur github sans avoir à s’identifier…

geek ecodev code source terminal

Personnellement je déplore que très très souvent, les systèmes de votes électronique sont totalement opaques ! Ce sont souvent des machines à vote dont on te dis justement que leur sécurité dépend du fait que seule une entreprise a le droit de voir le code !!!!

C’est une totale contradiction par rapport aux règles fondamentales de la sécurité informatique. Si t vois un tel système. Il est fort probable que ce soit pour tricher qu’il est utilisé !! C’est pas pour le bien des citoyens.

Dans le même genre on peut se poser la question de pourquoi c’est toujours l’armée française qui transportes les urnes par hélicoptères dans les anciennes colonies française africaines ?
Comment garantir que leur contenu n’est pas modifié en vol ?

Exemple de piratage du système de vote électronique genevois (2013)

Voici une conférence très intéressante de Sébastien Andrivet qui nous explique, en 2013, comment il s’est documenté sur le système de vote créé par l’Etat de Genève, comment il a monté chez lui une réplique de ce système de vote et comment il a trouvé le moyen de pirater ce système.

Il a réussi à bidouiller le système (Hacker en anglais) pour changer le vote de l’utilisateur à son insu !

Le principe utilise le fait que ce système de e-voting Genevois présentait la possibilité de changer de vote ! (contrairement à la version standard de glisser un bulletin dans une urne)

C’est ainsi la moitié du travail, fait pour hacker le système et changer le vote de l’utilisateur à son insu !

Sébatient Andrivet prétend qu’il a procédé ainsi car c’est le plus simple, mais qu’il y avait aussi des failles permettant également de changer le vote sans avoir à utiliser cette fonction permettant de changer son vote !


Mais… pourtant il y a eu des rapports et des audit qui montre que le système est sûr !!!???
En effet, mais en regardant bien, ces audits se sont concentrés sur le système de serveur interne à l’Etat. Mais en aucun cas au maillon réputé le plus faible… le matériel de l’utilisateur !

En effet, c’est bien souvent le navigateur web d’un utilisateur qui n’est pas à jour et c’est l’utilisateur final qui n’a pas forcément les compétences pour détecter une attaque.

Si on le fait utiliser un code qui n’est pas le bon. L’utilisateur ne va probablement rien voir. Et c’est la technique qu’a utilisée Sébastien Andrivet.

On parle ici d’une erreur de conception de l’application. Une erreur de design, d’architecture. Ce n’est pas banal, c’est difficile à corriger car il faut changer le fonctionnement, le principe même de l’application.

C’est pas juste une erreur de Cross-Site scripting (exécution d’un script issu d’un autre site) ou de buffer overflow du à l’emploi d’un mauvais type de variable ou la non vérification de la forme des données reçues. Soucis rapidement corrigé.

Quand c’est le principe de base qui ne fonctionne pas que faire ?

C’est exactement le même problème de design auquel est confronté le système de Scytl qui fait grand bruit ces jours. Si l’erreur n’a pas été corrigée depuis 2017, c’est que sa correction implique le changement du fonctionnement de l’application !!

Un système de vote à base de Blockchain

Au milieu de tous ces remous autour du vote électronique. Il y a aussi la notion de Blockchain qui sort des les discussions. Cette approche n’avait pas été pensée au début des travaux sur les systèmes de vote électronique, vu que la notion de blockchain est arrivée plus tard.

La blockchain est surtout connue pour être utilisée dans les cryptomonnaie comme le bitcoin. Voici un article dans lequel je tente de vulgariser un peu comment fonctionne une blockchain et qui peut prendre des décisions dans l’accès à cette forme de base de données.

dazibao
Une blockchain est finalement identique à un panneau d’affichage public

La blockchain est une base de données gérée de manière décentralisée. Chaque noeud d’un réseau dispose d’une copie de la Blockchain. Ainsi pour mettre à jour cette base de données, il faut suivre un protocole.

Très souvent c’est la preuve par le travail qui est utilisée. C’est à dire qu’on suppose que la majorité des noeuds du réseaux sont gentils. Ils investissent de l’énergie pour garantir que la base de données est fiable.

Un pirate qui veut modifier la base de données doit recalculer la chaine sur un bon nombre de transactions, ainsi il doit investir exponentiellement plus d’énergie que les autres participants. Ce qui est physiquement impossible sur une blockchain comme celle du bitcoin qui est arrivée au limites physiques des calculateurs. Ainsi la base de données est inviolable.

Une information qui y est inscrite ne pourra pas être modifiée. C’est ainsi un principe qui peut être fiable pour gérer une urne électronique.

blockchain

C’est sur ce principe que le canton de Zoug, (Surnommé parfois Crypto Valley) a testé une solution de vote électronique basé sur une blockchain. (avec 72 votants ! Le risque est pas gros.) C’était une démonstration faites en présence d’invités venus de Corée du Sud.

Oui, mais…. Le soucis que je vois avec une blockchain, c’est comment garantir le secret du vote ? Si chaque ajout dans la blockchain est tracé, alors le vote n’est pas secret. Avec le bitcoin pour avoir de l’anonymat on change d’adresse à chaque transaction. Il doit y avoir des moyens, mais c’est pas si simple !

Il semble y avoir des détracteurs qui trouvent qu’un système de vote électronique basé sur une blockchain peut être pire….

La sécurité du vote électronique n’est pas toujours critique là où on l’imagine….

D’une manière générale, en tant qu’ingénieur en télécom et conscient de la sécurité informatique, je suis très sceptique sur le vote électronique.

Finalement pas tant à cause de la technique. Il n’y a pas de solution fiable à 100%, il y a toujours un risque de fraude. Mais c’est pareil avec les systèmes sur papier. Et finalement comment se prémunir de la propagande électorale ? Ne serait-ce pas plus dangereux que la technique de vote elle même ?

affiche élections héros art-urbain

Personnellement je vois que le système de vote électronique se perfectionnent, qu’il devient plus sûr, qu’enfin le code source DOIT être publié selon la l’ordonnance sur le vote électronique, art 7., dès qu’on vise à avoir un système qui garanti la vérifiabilité complète (donc que l’urne ne soit pas bourrée !)

Seul un système qui garanti le secret du vote, la vérifiabilité individuelle et la vérifiabilité complète a le droit d’être utilisé avec 100% de la population. Sinon l’ordonnance sur le vote électronique ne permet qu’à une partie de la population de pouvoir utiliser le vote électronique.

Le risque de centralisation de l’urne

Donc en une vingtaine d’années de développement, j’ai bon espoir que les systèmes de vote électronique soient d’un niveau acceptables, tout comme les systèmes bancaires le sont devenus. Tout en sachant qu’un système parfait n’existe pas.

Cependant…..

Personnellement, je suis donc sceptique du vote électroniques surtout à cause de la centralisation du système. La corruption est plus simple avec UN système de vote au lieu d’un par commune…

Dans le canton de Neuchâtel par exemple, il y a une commission de 6 personnes à huis-clos qui dépouille le vote électronique de tout le canton. (4 députés, une juriste et la chancelière) C’est peu de monde à corrompre.… peu importe le système informatique utilisé ! Le risque est ailleurs !

Depouillement vote electronique geneve

La plateforme de vote électronique genevoise dont on vient d’apprendre qu’elle va être abandonnée gère dans la même urne, les votes électroniques de 4 cantons: Genève, Bern, Bâle ville et Lucerne… C’est contraire à la décentralisation structurelle de la Suisse !

Ainsi comme le relevait le parti pirate en 2012: Dans le cas du système de Genève, il suffirait d’avoir trois personnes dans la poche pour manipuler les résultats.

La plateforme de vote électronique genevoise a eu régulièrement des soucis, notamment lors des votations fédérales du 11 mars. Un électeur enregistré dans le canton de Lucerne avait alors pu voter deux fois via Internet avec la même carte de vote !

En mars 2015 un journaliste a montré qu’il avait pu voter 2 fois !! Comme récompense de ce rôle de lanceur d’alerte il a été condamné par un tribunal pour tricherie !!!!
Heureusement il a fait recours au tribunal fédéral et a été finalement acquitté !

Le leurre de l’augmentation de la participation

Très souvent je vois comme argument pour le vote électronique qu’il ferait augmenter le taux de participation des citoyens, notamment des jeunes !

Capture d’écran 2010-10-30 à 16.42.45 taux de participation élections complémentaire au conseil d'etat

Faux !

Les études sur ce sujet qui ont été réalisées à Genève, tout comme en Estonie, montrent que non. Ça ne change rien !

Le vote électronique ne va pas tout d’un coup rendre plus intéressant de donner son avis sur un scrutin... ou de choisir entre la peste ou le choléra à une élection !

taux abstention votation art urbain graffiti

Je pense que bien au contraire, si l’on reviens à la Landesgemeinde, à la grande manifestation publique qui réuni toutes la population d’un lieu le même jour au même endroit, comme ça se pratique encore rarement en Appenzell et à Glaris, et bien là on aura une augmentation de la participation.

Landsgemeinde_-_Glarus_2014_-_1

Permettre de voter depuis son canapé c’est d’une certaine manière désacraliser le vote, lui enlever le fait de faire partie d’une communauté et donc d’avoir un droit de décision dans cette communauté.

En quoi si je ne participe pas à la communauté je me sens concerné par les décision qu’elle prend ?

Le taux de participation à une votation est une question d’éducation civique, de vision du monde, de temps pris pour cette activité et non pas d’un moyen technique !

Si tout tes potes vont à la grande fêtes qu’est la Landesgemeinde personne ne va organiser en même temps une autre activité ce jour là. Personne ne va organise un week-end loin de là un jour de Landesgemeinde.

J’ai déjà observé quand j’étais gosse et au début de ma vie civique, quand le vote par correspondance n’existait pas que les dimanche matins de votation on allait boire l’apéro avec les gens qu’on croisait au bureau de vote. C’était un plaisir d’aller voter et ça créait du lien.

De nos jours, c’est plutôt le stress de devoir amener l’enveloppe de vote dans les délais… même si on a quasi 3 semaines pour ça !

Bref, une démocratie vivante ne se résout pas à coup de lien internet, mais plutôt avec du vrai lien social !

Un système informatique est forcément opaque et non intuitif

Nous vivons dans le monde réel (qu’est ce que LA réalité ? 😛 ), le monde de la matière. Nous avons des sens qui sont habitués à une certaine représentation du monde, avec des objets. Nous n’avons pas les capacités de bien se représenter les outils informatiques.

Ça reste toujours une boite noire (ou plutôt une boite jaune dans le cas du système de vote électronique de la poste !! 😉 ). Même si des mathématiciens ont posé des concepts mathématiques et que des informaticiens les ont utilisés pour créer des algorithme permettant de créer une foule d’applications. L’informatique reste toujours une sorte de magie abstraite !

urne voite electronique boite jaune poste suisse scytl

Même avec des concepts de vérifiabilité individuelle et complète. Ce n’est en rien pareil de comparer des codes dont on ne sait pas d’où il sortent et de voir son bulletin arriver une urne transparente scellée au milieu de scrutateurs humain de différents bords politiques.

récepicé vote 17 juin 2007

Quand une foule d’une landesgemeinde vote à main levée. C’est difficile de tricher !… Par contre il y a le biais de la pression sociale vu que le secret de vote n’existe pas.

vote a main levée

Publier le code source d’un système de vote électronique c’est très bien. Mais qu’est-ce qui me garanti que c’est bien le code source que j’ai vu qui est utilisé et pas un autre le jour de la votation ? Pas si simple à vérifier !!!

Encore une fois nous n’avons pas de capacité intuitive pour vérifier facilement ce genre de système de vote électronique !

J’ai également entendu une histoire racontée par une personne du parti pirate à propos du système de vote genevois. Je ne sais pas si cette histoire est véridique mais elle me parait tellement plausible qu’il faut en tenir compte.

Il semble que lors d’un scrutin, la commission de dépouillement observe le fonctionnaire chargé de dépouiller l’urne électronique, il ouvre un fichier. Le résultat s’affiche. Tout le monde repart.

Puis le fonctionnaire remarque qu’il s’est trompé de fichier !!! C’est le vote du scrutin précédent !!!

Il rappelle tout le monde et on recommence, en ouvrant un autre fichier informatique !!!

Est-ce que la commission de dépouillement sert à quelque chose ? Rien ne ressemble plus à un fichier informatique qu’un autre fichier informatique !!

icon fichier urne vote electronique
icon fichier urne vote electronique

Pour moi ce genre de récit est inquiétant !! C’est pas la démocratie Suisse vivante que j’ai envie de voir !

Conclusions: oui, mais non…

Ainsi j’observe de près le développement du vote électronique. Je l’ai testé personnellement depuis les tout début. Je n’y suis pas fondamentalement opposé. Mais n’y suis pas très favorable.

Je vois que techniquement il y a des améliorations. Je vois que juridiquement la Suisse a conçu un cadre légal qui est meilleur que dans bien des endroits dans le monde. On dirait que la démocratie semi-directe Suisse est toujours en avance.

tradition suisse cervela invisible pour les yeux

Mais malgré tout. Le vote électronique ne me fait pas du tout rêver.

Je pense que c’est une bonne solution marginale qui permet de faire voter les expatriés. Il y a là une réelle demande. En novembre 2018, l’organisation des Suisses de l’étranger a déposé une pétition avec 11 492 signatures de suisses de l’étranger (sur les 172 100 Suisses de l’étrangers inscrits dans des registres électoraux) qui demandent à pouvoir utiliser le vote électronique d’ici 2021.

Pourquoi pas pour ce cas précis. Même si c’est techniquement difficile, car les Suisses de l’étranger sont affiliés à une commune en particulier. Ainsi ils dépendent de nombreux cantons et communes avec des législations différentes et forcément c’est décentralisés. On devrait alors centraliser les votes des Suisse de l’étranger ?

Je trouve que le vote électronique est une solution tout à fait acceptable pour les expatriés. Mais j’ai vraiment tendance à me méfier de la généralisation d’un système de vote électronique qui par essence n’est pas intuitif.

Je suis nettement plus pour créer du lien social, un sentiment de communauté qui décide de son avenir et ainsi inclus le droit de vote dans cette vision. Là je pense que le moyen technique n’a aucune raison de se faire par un vote électronique.

Je suis pour une totale décentralisation du vote, qu’il soit électronique ou non. C’est là pour moi le risque majeur du vote électronique. C’est qu’on en profite pour faire une seule urne pour plusieurs cantons !!!

Une seule commission est trop vite corruptible par rapport à 2255 communes qui ont chacune leur commission !

centralisation decentralisation distribue reseau

Pour terminer j’aimerai aussi prendre de l’altitude, pourquoi est-ce que le vote serait le bon moyen de décider ?

Personnellement, plus ça avance, moins j’arrive à voter, car justement c’est ce principe que je trouve injuste.

bataille politique bastion carte suisse
Le vocabulaire est parlant, on utilise le mot « bataille« 

En fait on a rien changé depuis l’époque à laquelle deux armées se battaient sur un champ de bataille. Très souvent les plus nombreux gagnaient.

On a fini par supprimer la violence physique, on ne fait plus que compter les soldats de chaque côté. Le camp qui a le plus de monde gagne et l’autre n’a qu’à se taire.

bataille légion romaine vote sans violence

Est-ce un bon moyen de décider ? L’avantage de la bataille, c’est qu’à la fin, il n’y avait plus de minorité d’un avis différent. On était tous du même camp!

Personnellement, je me suis beaucoup intéressé à d’autres moyens de prise de décision comme la sollicitation d’avis (décision par une seule personne mais obligation d’avoir l’avis des personnes concernée et parfois de spécialiste.) et le consentement (personne ne dit non).

Ce sont des techniques de plus en plus utilisés en gouvernance partagée dans les organisations dites Opales. Elles permettent de faire grandir la conscience de communauté et de son propre pouvoir de décision en harmonie avec la communauté. On sort des clivages politique habituels des affrontement tout ou rien !
Ce sont des techniques beaucoup plus constructives.

En ce qui concerne les élections. J’aime bien le principe de l’élection par jugement majoritaire qui évite les stratégies de vote utile et d’avoir un élu qui ne représente que 20% de la population. On peut nuancer les seconds choix.

jugement majoritaire vote présidentielle france 2017

Il y a aussi l’élection sans candidat, qui permet d’éviter le classique: Pourquoi donner le pouvoir à ceux qui le demandent ?
Finalement en Suisse on a souvent une variante de l’élection sans candidat pour les élections aux exécutifs. C’est le cas de l’élection au conseil fédéral, mais aussi par exemple au conseil d’Etat vaudois. Une personne qui n’est pas candidate peut être élue !

De plus, je m’intéresse aussi beaucoup à la notion de tirage au sort en politique. Si on veut des représentants de la population, la meilleure manière d’avoir une bonne représentation statistique c’est de tirer au sort !

Je pense que ce genre de mode de décision et d’élection avancent bien et ils vont finir par se répandre dans la gouvernance d’Etat.

Les utopies nous font avancer !

Le contractualisme pour comprendre les tendances politiques

A quoi sert l’Etat ?

Il y a plusieurs réponses possibles. Et il y a déjà des réponses qui sont déjà bien anciennes. Les réponses les plus connues ont déjà été théorisées il y a bien longtemps, mais étonnamment on les retrouves toujours. Elles sont toujours bien vivantes.

Etat et police tuent

Les grands auteurs qui ont théorisé le rôle de l’Etat sont appelés: les contractualistes. 

On parle de:

Le contractualisme est un courant de philosophie politique qui voit l’origine de nos sociétés et de l’Etat comme étant un contrat social entre les humains:

« Je renonce à une partie de mes libertés, mais en échange on crée l’Etat qui me garanti certains droits »

Jeunes PLR valeur liberte moins etatCertaines personnes pensent qu’elle ont renoncés à trop de leurs libertés en faveur de l’Etat… et aimeraient les reprendre…

Et d’autres personnes pensent qu’il faut un Etat plus fort… afin d’assurer une meilleure solidarité.

ps Etat fort bières Jean Studer

 

En fait, le contractualisme, c’est simple, c’est la réponse à la question: pour toi l’Etat sert à quoi ?

Les trois idées de base sont:

  • Hobbes → garantir la protection physique des citoyens → Armée.
  • Locke→ garantir la liberté et la propriété privée → Donc on permet à l’économie d’exister
  • Rousseau → garantir l’intérêt général.On veut assurer l’égalité des chances

Sur wikipedia Il y a un tableau qui va plus en détail…

C’est marrant car si on résume ces valeurs, je croirais voir les slogans actuels des partis politiques...

  • Sécurité => UDC  (En France: FN)
  • Liberté => PLR (En France: Les Républicains)
  • « pour tous, sans privilège » => PS

Ensuite… Il y a des variantes et des nouveautés qui arrivent.

Par exemple: l’état qui a pour rôle de protéger l’environnement, c’est pour moi un nouveau contrat social qui émerge depuis quelques décennies. Il est surtout porté par le parti des verts.

Voici quelques exemples des slogans des partis politiques:

affiche UDC sécurite mouton

libre responsable plr affiche slogan nucleairepour tous sans privilege slogan ps

Comment concilier les différentes visions du rôle de l’Etat ?

Et bien c’est simple. A chaque élections les gens votent pour leur vision de l’Etat en votant pour les gens et les partis qui portent la même vision qu’eux.
… et on fait un mixe plus ou moins proportionnel de tout ça. On obtient un état qui a donc des rôles… mélangés… plusieurs visions du monde en parallèle…

Pour illustrer tout ça, voici la toute nouvelle composition des parlements cantonaux en suisse qui vient d’être mise à jour.
On voir bien que 2/3 de la politique fonctionne selon cette théorie…
Pour le PDC.. il y a la composante religieuse et conservatrice… mais sinon je pense que le plus proche doit être le PLR… ?

partis politique cantonal suisse 2018

Donc voilà, avec un Etat composé de plusieurs personnes qui sont issues de plusieurs tendances politiques, de plusieurs visions du rôle de l’Etat on arrive à faire une tendance représentative de la vision de l’Etat dans la population.

Le rôle de l’Etat tend vers des tâches similaires

En bref, tous les Etats de nos jours garantissent la sécurité de leur citoyens avec une armée et/ou une police. La plupart des pays dit développés, garantissent un Etat de droit, avec la garantie de la propriété privée et une grande liberté individuelle. (surtout les libertés économiques…. toutes les libertés ne sont pas garantie pareillement.)

On voit qu’il y a des litiges sur certaines formes de propriété, comme la propriété intellectuelle qui est primordiale pour certains Etats, notamment en poussant jusqu’à la reconnaissance des brevets sur les algorithmes des logiciels, ce qui est valable aux USA, mais pas en Europe.

slide-to-unlock patent apple really brevet logiciel

Alors que par exemple, la propriété intellectuelle sur des molécules de médicaments qui est reconnue par les pays Européens n’est pas reconnue par l’Inde qui ainsi se permet de créer de nombreux médicaments génériques à bas coûts.

brevet vivant

Dans certains pays, la corruption entrave l’économie, car la propriété privée n’est pas bien reconnue. Mais c’est encore pire avec la vision qui veut que l’Etat soit le garant de l’intérêt général.

Il y a de nombreux pays où le clientélisme est la règle. Les privilèges sont légion et pas du tout répartis équitablement.

Voici l’état de la corruption dans le monde en 2014:

Corruption_2014

Puis enfin, la vision que l’Etat a pour rôle de protéger l’environnement est encore tellement récente qu’une majorité d’Etat ne s’en préoccupent pas du tout.

On voit qu’il y a là une adoption progressive très lente des différentes idées de contrats qui apparaissent. C’est à mon avis le reflet de l’évolution des visions du monde qui évoluent lentement. Pour comprendre cette évolution j’aime bien le modèle de la spirale dynamique.

Comment concilier des visions du monde très différentes ?

Je remarque que l’on avance vers la complexité. La complexité d’intégrer toujours plus de vision du monde parfois opposées et de les concilier.

Pour réaliser cette conciliation entre plusieurs points de vue, on a des systèmes qui favorisent la vision dominante pour avancer, et quelques années après la vision dominante change et on déconstruit le travail des prédécesseurs. Dans d’autres systèmes on arrive plus vite au blocage, mais on tente de trouver des consensus, des compromis pour avancer tout de même, lentement mais sûrement…

Personnellement, je me questionne beaucoup sur comment faire un système qui nous permet à tous de vivre ensemble, dans un même système, même si l’on a des visions du monde différentes.

Ça fait déjà de nombreuses années, que je me passionne pour l’étude de nombreux systèmes politiques différents et nouvelles manière de réinventer la gouvernance dans les organisations.

J’observe que si on met ensemble des gens qui ont des visions du monde commune, c’est finalement facile. Mais j’ai pas (encore) trouvé de solution miracle quand il s’agit de faire vivre ensemble des gens qui ont des visions du monde totalement différentes !

Si t’as des idées… n’hésite pas à me les communiquer 🙂

 

Mon bref résumé de StarWars

Comme chaque fois qu’il y a un nouvel épisode de Star Wars qui sort je ne me souviens plus des autres…  la dernière fois que je me suis fait l’intégral..  J’ai pris de notes ! 🙂

Star Wars est typique d’une construction selon le Monomythe de Campbell. On y retrouve les mêmes personnages archétypaux que dans Harry Potter ou le seigneur des anneaux.
(L’orphelin élevé par son oncle qui a un grand destin, qui a un ami proche, un mentor qui meurt dans l’histoire mais qui réapparait comme fantôme, un ami poilu, un personnage à grande oreille pointue qui parle bizarrement et 2 personnages un peu clown…)

star wars r2d2 c3po leia

Episode 1: la menace fantôme

Voir la page sur wikipedia…

  • 2 chevaliers jedi (qi gong jinn et obi wang kenobi) sont ambassadeurs de la république pour négocier avant un conflit
  • la fédération du commerce envahi la planète Naboo
  • elle est dirigée en arrière plan par un mystérieux être noir.. (et son apprenti Darth maul)
  • les Jedi en s’enfuyant du piège rencontrent Jar Jar Binks…. un personnage drôle… et maladroit
  • l’équipe sauve la princesse (élue) Amidala qui dirige la planète et partent pour la planète corrucente, centre de la république pour plaider la cause de Naboo à la république.
  • En chemin le vaisseau est attaqué…
  • Il est sauvé par un droïde: R2d2
  • Mais le vaisseau est encore endommagé .. il faut des pièces de rechange.
  • La planète la plus proche est tatouine. (une planète de brigands, hors influence de la république) Il y a encore de l’esclavage
  • la monnaie de la république n’a pas cours.. du coup… pas d’argent pas acheter des pièces de rechange.
  • Les Jedi rencontre le jeunes Anakin Skywalker et sa mère.
  • Anakin propose une course de module pour gagner de l’argent.
  • Anakin a bricolé un module, mais aussi un robot: c3po
  • Les deux compères r2d2 et c3po sont donc réunis.
  • Anakin a la force avec lui ! Il a de quoi devenir un grand Jedi
  • Qi gong a parié la liberté de l’esclave Anakin en échange du module.
  • 1h…
  • Anakin gagne. Il est libre et part sur le vaisseau.
  • motion de censure pour changer de chancelier…. → Palpatine
  • la princesse retourne sur nabooo… et recrute les potes de Jar Jar Binks.. pour reprendre la planète.
  • Darth maule le sith est aussi là…
  • bataille
  • → dans l’espace
  • → sur le terrain
  • → dans le palais
  • → contre le sith
  • après une bonne bataille… tous les protagoniste semble être en mauvaise passe…
  • →.. et hop.. Anakin…. un peu par hasard détruit le vaisseau amiral..
  • → malheureusement Qi gon meurt au combat contre le sith
  • Obi wan kenobi reçoit le droit de former anakin… même si le conseil était contre avant… car Qi gon lui a demandé en précisant que c’est l’élu…

star wars Naboo

Episode 2: l’attaque des clones. → 10 ans plus tard

Voir la page wikipedia…

  • des mondes veulent quitter la république. Les Jedi sont débordé. Amidala (sénatrice) va demander à créer une armée de la république pour contrer les indépendantistes.
  • A son arrivée elle échappe a un attentat, qu’elle attribue au compte Dokku.
  • Obiwan kenobi et Anakin skywalker sont désigné pour la protéger. (anakin est un apprenti, un padawan, il porte une mèche de cheveux derrière comme signe.)
  • nouvelle attaque nocturne… poursuite de la tueuse, qui meurt au moment de révéler le nom du commenditaire.
  • Amidala, r2d2 et Anakin sont renvoyés clandestinement sur naboo pour être en sécurité. (attachement et possession sont interdit aux Jedi, mais Anakin aime Amidala )
  • Obi wan découvre que l’arme qui a tué la tueuse vient d’une planète « camino » dont la référence a été effacée des archives. Il s’y rend pour vérifier l’existence de cette planète.
  • Il découvre là bas qu’on l’y attend !! … pour lui livrer une armée de clone commandée par l’ancien grand maitre Jedi pour la république.
  • Le modèle de base est un chasseur de prime, louche… Obi wan le suit jusqu’à une planète ou les comploteurs se sont réunis.
  • Planqué dans un coin de paradis sur naboo… Anakin et Padmée filent le parfait amour…. enfin, ils tentent car c’est un amour impossible.
  • Il a des propos d’envie de dictature éclairée… ce qui fait peur..
  • Anakin fait un rêve à propos de sa mère… du coup il se rend (avec padmée) sur Tatouine… et aprend que sa mère a été capturée un mois plus tôt. Il la retrouve, mais elle meurt dans ses bras. → il devient très en colère…. et veut devenir tout puissant pour faire le bien…
  • Obi wan kenobi annonce au conseil Jedi qu’il a découvert une armée de droide prête à être livrée au conspirateur… il est capturé.
  • Le sénat veut répliquer avec une motion de lever une armée (celle de clone qui est déjà prête)
  • Padmée veut aider obi wan.. et part avec Anakin
  • Le conspirateur le compte Dokku est en fait un ancien Jedi, il a remarqué que la république est dirigée par un seigneur noir Sith et du coup il prépare l’indépendance… Obi wan ne veut pas le croire et le suivre.
  • Palpatine obtient du sénat les pleins pouvoirs et ordonne la création d’une armée de la république.
  • Anakin, Padmée et Obi wan manquent de se faire exécuter…. mais s’en sorte bien.. et sont sauvé in extrémis par yoda qui vient avec l’armée des clones.
  • le compte Doku est en fuite. Dans un combat contre lui Anakin se fait couper la main.
  • Anakin et Padmée se marient
  • La guerre des clones ne fait que débuter selon Yoda.

star wars yoda sabre laser

Episode 3: La revanche des Sith

Voir la page wikipedia...

  • Palpatine a été capturé.
  • 2 Jedi tentent de le récupérer.
  • C’est un piège, nouvelle bataille contre Dooku
  • Anakin tue Dooku sous les ordres de Palpatine.
  • r2d2 sauve la mise plusieurs fois aux héros
  • Anakin est au sommet de sa gloire.
  • Padmée est enceinte
  • La général Grievous est en fuite.
  • Anakin fait un rêve de padmé qui meurt en couche.
  • Yoda le prévient que la peur de perdre un proche mène au côté obscure.
  • Palpatine tente de faire d’Anakin son apprenti (il siège au conseil)
  • Palpatine prévient Anakin que les Jedi ne sont peut être pas très différents des Siths. Que le bien et le mal sont des notions relative.
  • Palpatine parle du seigneur sith qui a réussi à vaincre la mort grâce au côté obscure de la force.
  • Il propose d’utiliser ce pouvoir pour sauver Padmée.
  • Obi wan kenobi tue le général Grivous
  • Anakin annonce au Jedi que Palpatine est un seigneur sith
  • un combat en Palpatine et les Jedi a lieu. → grâc à Ankin Palpatine gagne.
  • Anakin devient → Dark Vador
  • Palpatine demande à Dark Vador d’éliminer les Jedi.
  • Palpatine devient empereur.
  • Akakine et obi wan se battent… Anakin est gravement brûlé et laissé pour mort par obi wan… il est sauvé par palpatine.
  • On lui place le masque mythique de Darth Vador
  • Padmée meurt en couche en donnant naissance a des jumeaux…. Luke et Leia.
  • Yoda place Luke sur tatouine.
  • Le sénateur de Alderand adopte Leia.
  • On se retrouve dans le vaisseau old style… face à l’étoile de la mort.

star wars étoile noire

Episode 3.5… Rogue One

C’est pas vraiment un star wars…. c’est un dérivé… mais c’est quand même la même histoire,…..

Je l’ai pas encore vu…. il sera là…… et d’ici là wikipedia est ton ami….

Episode 4: un nouvel espoir

Voir la page wikipedia…

  • la princesse Leia tente de restaurer la paix dans la galaxie.
  • Elle a récupéré les plans de l’étoile noire pour les donner aux rebelles qui se battent contre l’empire.
  • Elle a caché les plans de l’étoile noire dans la mémoire de R2d2.
  • R2d2 et c-3po se retrouvent sur tatouine, capturé par des marchands. Puis vendu à la famille de Luke sykwalker qui vit chez son oncle.
  • r2d2 diffuse un bout de message: la princesse demande de l’aide a obi wan kenobi.
  • L’oncle de Luke refuse de le laisser sortir trop loin.
  • Luke se fait attaquer par des hommes des sables.
  • Obi wan kenobi le sauve et lui révèle son identité, ainsi que l’histoire de son père, un chevalier Jedi tué par dark Vador..
  • Il lit le message qui demande de transmettre les plans sur Alderand.
  • Kenobi tente de convaincre Luke de l’aider.
  • 36 min.
  • Les marchands ont été massacré par les soldats de l’empire. Luke prend peur et se rend chez lui…. où son oncle et sa tante ont aussi été massacré.
  • Du coup, il accepte d’aider Obi wan
  • Ils partent chercher un vaisseau. Ils découvrent Han solo, leur pilote et Chewbacca.
  • Décollage poursuivi par l’empire.
  • Dark Vador et ses potes font un chantage sur la princesse Leia et font exploser sa planète, Alderand avec l’étoile noire !
  • En route pour Alderand discussion et entrainement de Luke au sabre laser. Han solo, ne crois pas à La force.
  • L’équipe sort d’hyperespace et tombe sur un champ d’astéroïdes. Les restes d’Alderaan.
  • Il y a là la base ennemie avec l’étoile de la mort. Ils sont attirés s’y posent.
  • Mais planqué dans le vaisseau, qui semble vide.
  • Ils s’introduisent déguisés dans la base ennemie.
  • r2d2 a les plans, il peut donc localisé beaucoup de choses:
  • → ce qui les empêches de décoller → Obi wan va résoudre le problème
  • → la princesse Leia enfermée → Luke et Han solo vont la délivrer
  • Dark Vador sent Obi wan via la force.
  • L’équipe est repérée. → Course poursuite dans la base.
  • Combat entre Obi wan et Darth Vador. → Obi wan disparait mystérieusement (mort ?) dans le combat. Juste avant il avait prévenu Dark Vador « Si tu me terrasse.. je serai plus fort que jamais« 
  • Course poursuite dans l’espace avec combats…
  • L’équipe arrive dans la base des rebelles (mais suivie avec un mouchard)
  • Les plans sont décodés et la faille pour faire sauter l’étoile de la mort, c’est d’approcher avec un petit vaisseau et de tirer à un endroit précis.
  • Les rebelles se préparent à ce coup.
  • Han Solo une fois payé… se défile et veut rentrer chez lui. → Luke lui reproche de ne se préoccuper que de lui.
  • Grande bataille emblématique de star wars
  • Quand tout espoir est quasi perdu, que Luke est le dernier espoir, Han solo réussi à tirer sur Dark Vador ce qu’il l’envoie tourbillonner loin dans l’espace.
  • Luke en se servant de la force (et pas de son ordinateur) a réussi à viser juste.
  • L’étoile de la mort explose → C’est gagné.
  • Les héros sont fêtés.

star wars vaisseau jungle vieux effets speciaux

star wars maquette laser

Episode 5 : L’empire contre attaque

Voir la page wikipedia…

  • On retrouve Luke sur une planète glacée (Hoth) qui sert de base aux rebelles.
  • Luke a disparu, il est n’est pas rentré à la base. Il a été capturé par une sorte de yéti.. il se libère mais se perd dans le froid.
  • En agonisant, il voit le fantôme de Obi wan Kenobi qui lui dit d’aller dans le système d’Agoba pour suivre l’enseignement du Jedi avec Yoda.
  • Han solo retrouve luke et le sauve.
  • L’empire détecte les rebelles
  • Une bataille s’enclenche → celle avec les géants à 4 pattes
  • évacuation des rebelles
  • Luke va sur agoba…
  • les autres traversent un champ d’astéroïde pour échapper aux croiseur de l’empire… ils s’arrêtent pour réparer le vaisseau. Han solo drague tout le temps Leia.. et là ils s’embrassent.
  • Il y a le thème musical de Star wars à chaque fois que l’on voit Darth Vador.
  • Luke et R2D2 sont tombés dans un marécage. Ils cherchent Yoda.
  • Darth Vador communique avec l’empereur qui lui révèle que Luke est le fils d’Anakin et qu’il est un grand danger pour eux. Il ne faut pas qu’il devienne un Jedi. Il doit s’allier ou mourir.
  • Luke s’entraine à devenir Jedi. → Super passage à 1h08:12 …
  • → Luke doit soulever le vaisseau avec la force… mais il pense que ce n’est pas possible. Yoda lui dit qu’il est plein de certitudes. Dans ton esprit ce n’est pas possible…. mais ce n’est pas différent d’une pierre. → ok.. Je essayer dit Luke. Non pas essayer, faire ou ne pas faire. Mais pas essayer.
  • La propulsion hyper espace du vaisseau de Han solo n’est toujours pas réparée… ils vont sur une planète proche voir Lando, un pote… afin de réparer tout ça.
  • Tout va bien jusqu’à ce que Vador s’invite à manger et commence à torturer Han solo. C’est un piège pour attirer skywalker…
  • Han solo est congelé
  • Skywalker est tombé dans le piège. → combat avec Dark Vador qui lui tranche la main.
  • 1h51 → la fameuse scène « Non, je suis ton père… » (et pas « Luke, je suis ton père« )
  • Vador tente de convaincre Luke de s’associer… mais Luke s’échappe.

star wars tournage luke je suis ton pere
Tournage de la fameuse scène où Luke apprend qui est son Père...

star wars jungle

Episode 6: Le retour du Jedi

Voir la page wikipedia…

  • Luke est revenu sur Tatooine pour aider son pote Han Solo qui a des ennuis avec Jabba. (il est congelé)
  • L’empire construit une nouvelle arme.
  • Toute l’équipe se trouve emprisonnée par Jabba.
  • Au moment le plus desespéré tout le monde s’échappe.
  • Luke retourne chez Yoda pour sa formation.
  • L’empereur et Darth Vador veulent toujours s’associer avec Luke.
  • Yoda meurt de vieillesse.
  • Le fantôme d’Obi wan kenobi lui annonce qu’il a une soeur. Luke devine que c’est Leia.
  • L’équipe se rend sur une planète forestière pour couper le générateur du champ de force qui protège l’étoile de la mort.
  • Course poursuite à « moto » volante
  • rencontre avec les Ewoks qui veulent les manger. Sauf c-3po qui, parlant leur langue est considéré comme un dieu, ainsi ils s’en sortent.
  • Luke révèle à Leila que Vador est leur père
  • Luke va sur la lune voir vador et l’empereur qui lui dit que l’attaque prévue par les rebelles est un piège.
  • combat dans l’espace
  • combat dans la forêt avec les Ewoks
  • Les rebelles prennent quand même le dessus et coupe le champ de force.
  • Luke se bat contre son père Vador, devant l’empereur qui l’incite a utiliser la haine pour arriver à ses fin et donc basculer du côté obscure.
  • Luke tranche la main de Vador qui du coup est hors de combat et couché dans un coin heletant.
  • L’empereur veux tuer Luke comme celui-ci ne veut pas rallier sa cause.
  • Quand tout est presque perdu et que Luke se tord de douleur sous les arcs électrique envoyé par l’empereur, Vador se relève et le peu d’amour qu’il reste en lui pour son fils lui donne la force de pousser l’empereur dans le vide…
  • Vador demande à Luke d’enlever son masque pour le voir de ses vrais yeux et meurt dans ses bras.
  • Les rebelles détruisent l’étoile de la mort.
  • Leia révèle a Han Solo que Luke est son frère. (lors d’un quiproquo sur… « vous l’aimez »)
  • Luke s’en sort on ne sait pas trop comment… On le retrouve en train d’allumer le bûcher funéraire de son père.
  • La galaxie entière fait la fête. (on remarque les ajouts en image de synthèse ajouté à la première version des films)

star wars briefing vieille techno

star wars maquette laser

Episode 7: Le réveil de la force

Voir la page wikipedia…

  • Luke, le dernier Djedi a disparu. Le Mal revient. Leia tente de retrouver son frère pour restaurer la paix et la justice dans la galaxie.
  • Elle envoie sont meilleur pilote sur Jakku, une planète sableuse.
  • une mémoire est donnée par un vieux…
  • Une attaque arrive. Il donne la mémoire à la nouvelle version arrondie de son droïde. (même scène que celle avec R2d2)
  • Le grand méchant masqué arrive. Kylo Ren
  • Ils tuent tout le monde.
  • Ils emmènent le pilote. (Poe)
  • Le petit droïde… s’est échappé.
  • Un des soldats « blanc » (stormTroppers) de l’ennemi n’a pas l’air dans son assiette. Il ne supporte plus les massacres. (FN-2187… → Finn) (il me semblait avoir lu fn-1587 ?)
  • Une jeune ferrailleuse découvre le petit droïde, elle le sauve des filets d’un ferrailleur.
  • Le soldat dissident (Finn) s’échappe avec le pilote Poe.
  • Ils s’écrasent sur Jakku.
  • Po ne semble pas avoir survécu. Mais il a juste eu le temps de dire à Finn que le droïde contient une carte qui donne accès a Luke Skywalker
  • Après un moment d’errance dans le désert, Finn tombe sur la fille (Rey) et le droïde.
  • Les méchants arrivent.
  • Il s’échappent en volant un vieux vaisseau. (qui ressemble étrangement au vaisseau de Han Solo !! 😛 )
  • Dans l’espace ils se font happer dans un gros cargo… ils se planquent… et qui voilà… Han Solo et Chewbacca !  C’est leur cargo.
  • Voilà qu’il y a une embrouille avec 2 bandes qui font des affaires avec Hans Solo et qui n’avaient pas l’air d’être contente.
  • Han Solo transportait des monstres tentaculaire. Rey les libères accidentellement, ce qui finalement sauve Han Solo des griffes des 2 bandes.
  • Toute l’équipe s’échappes avec le faucon millenium.
  • Les méchants (le 1er ordre) est averti par les bandes que Han Solo transporte le droïde recherché !
  • Une réunion de méchant entre le « Suprême leader »   Kylo Ren et un général.
  • On apprend que le méchant Kylo Ren est le fils de Han Solo !!
  • L’équipe se rend dans une sorte de Taverne sur une planète verte.
  • Fine veut s’échapper au delà de la bordure
  • Rey se fait attirer par le sabre laser ayant appartenu à Luke et anakin, il traine dans une boite au sous sol.
  • En le touchant Rey se retrouve propulsé dans un illusion où on la voit enfant séparée de sa famille.
  • La tenancière des lieux dit a Rey de prendre la sabre. Mais Rey ne veut pas et court dans la forêt.
  • Le 1er ordre détruit les planètes de base de la république avec une nouvelle arme. (le retour de l’étoile de la mort)
  • attaque de la taverne.
  • au moment où tout est perdu, où l’équipe (sauf Rey et le droide) sont fait prisonnier, la résistance arrive à la rescousse avec des vaisseaux.
  • Kylo Ren enlève Rey car elle a vu la carte.
  • Qui arrive avec la résistance….. Leia. → Han Solo lui dit qu’il vient de voir leur fils.
  • Sur la base de la résistance Fine retrouve Poe…. il n’était pas mort !
  • La carte est malheureusement incomplète et ne correspond à rien selon. c-3po. R2d2 est là aussi, mais en veille depuis la disparition de Luke.
  • Kylo Ren tente d’obtenir par LA force les données de la carte en lisant les pensées de Rey. → mais elle résiste car LA force est bien présente en elle.
  • Elle arrive a se détacher en obligeant son gardien de la faire grâce à la voix.
  • Le rebelle sont la prochaine cible de l’arme, il vont donc aller attaquer les points faibles et avant désactiver les boucliers. (scénario classique…)
  • Toute l’équipe se reforme. Maintenant ils tente de détruire la base.
  • Kylo Ren et Han Solo se rencontrent. Discutent. Han solo tente de faire revenir son fils à la raison. → Kylo Ren le transperce avec son sabre laser !
  • Les rebelles arrivent enfin à toucher le générateur et détruire la base.
  • Combat dans la forêt entre Rey et Kylo Ren. Ce dernier et mal en point.
  • R2D2 sort de veille et fourni la seconde partie de la carte.
  • Rey retrouve Luke et lui offre son sabre……
  • Le film se fini là dessus.

star wars kylo ren sabre laser

star wars effets spéciaux hologramme carte star wars armée stormtroopers

Episode 8 : Les derniers Jedi

On trouve la chose sur wikipedia…

  • • Evacuation de la base des gentils…  (la résistance qui veut remettre en place la répiblique)
  • Ils manquent de temps et se font assaillir par le général pas très fûté…
  • le grand méchant (Snoke) le manipule à son insu.
  • Il n’est pas très futé et les gentils en profitent pour détruire leur cuirassés et évacuer leur base.
  • Le grand méchant est déçu de Kylo ren.
  • Il se moque de son masque qui fait penser à Dark Vador, mais n’est pas Dark Vador
  • Kylo Ren détruit son masque et veut sa revanche.
  • Rey se trouve sur la planète du sactuaire des Jedi.
  • Elle a retrouvé Luke et lui offre son sabre. Mais il n’en veut pas,.
  • Luke ne veut pas revenir.
  • Rey est tenace.
  • Luke remarque qu’elle est spéciale…
  • Chewbaka veut le convaincre ça ne marche pas.
  • C’est finalement R2D2 qui montre un hologramme de la princesse Leïa qui demande de l’aide à Obi Wan Kenobi (épisode 4) et arrive à convaincre Luke de faire quelques chose.
  • Luke annonce a Rey qu’il veut bien lui enseigner la VOIX des jedi.
  • Pendant ce temps, les méchants avec Kylo Ren attaquent les gentils.
  • La passerelle est visée, toute l’élite des gentils meurt.
  • Seule la générale Leila organa s’en sort (grâce à un mystérieux pouvoir avec lequel même dans le vide elle arrive à se déplacer et revenir dans le vaisseau)
  • Finn est remis sur pied.
  • Il récupère la balise qu’avait leia et veut s’échapper du vaisseau.
  • Il est empêché de s’échapper par Rose.
  • Ensemble ils imaginent un plan pour monter à bord du vaisseau amiral ennemi pour déconnecter leur traceur hyper-espace. Ce qui laisse 6 minutes à la flotte de la résistance pour disparaitre.
  • Un plan caché de la nouvelle amirale qui remplace Leia.
  • Pour montrer sur le vaisseau il faut les codes.
  • Il faut donc trouver comment les cracker. Il y a un seul gars qui le peut.
  • Pendant ce temps Ray a des visions. Elle est en lien avec son ennemi Kyo Ren via la force.
  • Luke veut lui fait comprendre ce qu’est la force.
  • Ray est attirée par le trou sombre sous l’ile…. le côté obscure…
  • Luke est effrayé. La dernière fois qu’il a vu un tel appel c’était avec Ben solo… Kyo Ren.
  • Finn et Rose se retrouvent sur une planète casino. Ils cherchent le crackeur de code, mais se retrouvent en prison.
  • Là après, une course poursuite sur des animaux « chevaux » ils partent avec leur voisin de cellule qui leur avait promis qu’il est capable de cracker les codes…. et pour preuve, c’est lui qui a ouvert la cellule…
  • Ray et Kylo ren conversent via la force.
  • Kylo ren prétend que Luke a voulu le tuer quand il a découvert la force du jeune ben solo.
  • Luke a dit à Ray que c’est kylo ren qui a détruit le temple et tué les autres disciples.
  • Après plusieurs conversations. Ray et Kylo ren se rapprochent. Ils se touchent même la main.
  • Ray demande la vérité à Luke à la fin d’un combat entre eux.
  • Luke dit qu’il a perçu le côté sombre de ben solo.
  • Il a eu peur. Il a pensé l’espace d’un instant l’éliminer.
  • Il s’est ravisé, mais trop tard. Ben l’a vu et resenti et tout était fini…
  • Ray veut ramener Kylo Ren du bon côté de la force.
  • Elle quitte l’ile.
  • Yoda apparait et convainc Luke de ne pas perdre Ray.
  • Le vaisseau amiral de la résistance est bien mal en point. L’amirale ne fait rien.
  • Poe se rebelle… il veut faire avancer les choses.
  • Il relève l’amirale de ses fonctions.
  • Ray se rend sur le vaisseau amiral ennemi. Elle veut voir Kylo Ren.
  • Finn et Rose s’introduisent aussi sur le vaisseau amiral ennemi pour l’infiltrer.
  • ils se font prendre
  • poe se fait démettre de sa rébellion par leia
  • Ils partent avec des navettes de transport vers une cache secrète
  • Mais voilà que le cracker trahi se compagnons et indique l’existence des navettes.. elles se font tirer dessus
  • Ray se retrouve devant snoke. Il veut la tuer par le bras de Kylo Ren…
  • mais celui-ci se retourne contre snoke et le tue.
  • Il propose ensuite à Ray de laisser mourrir toute les vieilles histoires,. et de reconstruire une monde à eux 2…
  • l’amirale de la résistance lance une propulsion hyperluminique en face du vaisseau amiral ennemi… ce qui le coupe en 2….
  • … et du coup sauve Finn et Rose
  • … et sépare Kylo Ren et Ray..
  • La résistance ce cache dans une base souterraine. Et se fait assaillir… grosse bataille. Avec le gros 4 pattes…
  • chewback et Ray arrivent avec le faucon millenium.
  • Luke Skywalker débarque aussi et fait u combat avec kylo ren
  • .. mais en fait ce n’est qu’une image.
  • Il a permis de faire diversion. La résistance est sortie par un autre endroit de la mine. Grâce à Ray qui a déplacé des rochers grâce à LA force.
  • Loin sur son ile Luke s’est dématérialisé…
  • Tout est la pour recréer une nouvelle rébellion….

star wars vaisseau

Cadre légal de la création monétaire en Suisse

Le 10 juin 2018, nous allons voter sur l’initiative monnaie pleine qui propose une modification du système monétaire en Suisse. (en très bref et pas tout à fait exact, monnaie pleine permet d’avoir accès à de la monnaie électronique qui est reconnue comme « ayant cours légal »… alors que maintenant 90% de la monnaie est une reconnaissance de dettes des banques commerciales… et n’a pas la même qualité. Le détail plus précis en bas de cet article…)

Je vois qu’avant de comprendre la proposition faite par monnaie pleine, il y a déjà quasi personne qui comprend le fonctionnement actuel du système monétaire !!!

Donc ici, je vais tenter de faire comprendre le cadre légal de la monnaie en Suisse.

Voici une explication en mode audio (podcast): Fonctionnement du système monétaire suisse

La monnaie en Suisse selon la constitution

Perso, je pense que le sens de l’art 99 a probablement été changé en ….99 !!  … par rapport à ce qu’il était avant.

Avec la constitution de 1874 on avait un cadre dans lequel la confédération avait, il me semble, beaucoup plus de pouvoir. Autant sur tout le cadre monétaire, qu’aussi sur la BNS.

Voici un extrait de l’art 38:

« 1 La Confédération exerce tous les droits compris dans la régale des monnaies.
2 Elle a seule le droit de battre monnaie. »

L’art 39 est le texte de la votation de 1891 qui donne le monopole des billets de banques à la confédération. Cette dernière « peut » créer une banque pour exercer ce droit. Et c’est ce qui sera fait en 1907 avec la BNS.

Avec la nouvelle constitution de 1999. Maintenant on a:

« 1 La monnaie relève de la compétence de la Confédération; le droit de battre monnaie et celui d’émettre des billets de banque appartiennent exclusivement à la Confédération. »

Donc la compétence de mettre un cadre légal à la monnaie est de la compétence de la confédération. Mais ça n’interdit pas à d’autres de créer de la monnaie, sauf pour les billets de banques où c’est explicitement interdit.

J’ai aussi vu des gens qui interprètent « la monnaie relève de la compétence de la confédération » comme étant limité aux « pièces de monnaie ». Alors est-ce que l’on parle de monnaie au sens général ou de pièce de monnaie ?
Personnellement je le vois au sens général. Car sinon pourquoi repréciser dans la phrase suivante « le droit de battre monnaie…. appartient exclusivement à la Confédération » ?

Le vocabulaire autour de la monnaie est toujours très flou. Voici un lexique pour bien se comprendre..

J’ai l’impression que le texte de 1874 interdisait à d’autres que la confédération d’exercer un droit dans la régale des monnaies… alors que depuis 1999, il y a un flou en ce qui concerne la monnaie scripturale….

frapper la monnaie celtes

Plusieurs types de monnaie

Donc en fait LA monnaie n’existe pas. Il y a plusieurs types de monnaie avec des qualités différentes.

Il y a la « monnaie ayant cours légal » dont la définition est dans la LUMMP.

Soit: les pièces, les billets et les comptes de la BNS. Le reste n’est pas un moyen ayant cours légal.
Voici un article qui décrit ce qu’est le CHF ayant cours légal en détail…

définition CHF initiative monnaie pleine

« le reste » soit la monnaie scripturale des banques commerciales est dans une flou juridique.
Cette monnaie n’a pas de statut légal.

Le conseil fédéral a dit dans l’interpellation 12-3305 que ce sont des « substituts monétaires« .
… et qu’en créer est un business comme un autre garantit par le principe de la libre entreprise inscrit dans la constitution.

« La croissance des substituts monétaires est laissée à la libre appréciation des marchés, conformément à la conception du secteur privé ancré dans la Constitution »

Il faut être une banque pour avoir le droit de créer des substituts monétaires

Mais tout le monde n’a pas le droit de créer de la monnaie par le crédit.

Il faut être une banque, et donc être autorisé par la FINMA pour accepter des dépôts du public et avoir des engagements envers ses clients. (car un dépôt est une dette de la banque envers son client) (Ordonnance sur les banques OB art 5 al 1)

Le boom des Monnaies Locales Complémentaires de ces derniers temps amène la FINMA a être plus stricte avec la création monétaire… et les créateurs du Farinet et du Léman découvrent que le statuts des monnaies locales complémentaires est fragile. Le flou juridique là autour s’éclairci et un cadre légal strict et contraignant émerge.
(et je trouve qu’il est injustifié et disproportionné. Pourquoi ennuyer des gens qui couvrent leur billets à 100% avec du CHF… alors que la FINMA a en 2008 autorisé Crédit Suisse à se « prêter » à lui même CHF 10 milliards !! pour éviter la faillite ! Il me semble y avoir 2 poids et 2 mesures…  )

En 1891, le peuple suisse a voté le monopole des billets de banque pour la confédération. La BNS  a été créée pour ça en 1907.
Avant chaque banque créait ses propres billets de banque.

Puis avec l’évolution technique, la monnaie scripturale a pris le dessus et ainsi la monnaie la plus utilisée de nos jours à plus de 90% ce sont des « substituts monétaires ».

Petit souvenir, un Batz vaudois de 1828, avant que la constitution de 1848 n’interdise aux cantons de créer de la monnaie:

monnaie-batz-vaud

L’Etat est obligé de se financer via les banques commerciales et donc avec des intérêts

Ce qui a aussi favorisé cette évolution et là je trouve que c’est un hold-up. C’est l’art 11. LBN qui interdit à la confédération de se financer par la banque nationale.

Donc c’est une obligation pour l’état de se financer par la création monétaire privée. Par les substituts monétaires des banques commerciales.

Avant cette « doctrine » qui date des années 1970, l’Etat se finançait avec des crédits sans intérêt auprès de sa banque centrale. L’obligation de la couverture or limitait la création monétaire massive.

Mais avec l’abandon de l’étalon or par le USA en 1971 (pour payer la guerre du viet-nam!) la création monétaire est devenue sans limite. Et avec la peur d’avoir ainsi des politiques qui créent de la monnaie à tour de bras sans limite en générant de l’inflation. L’idée a été d’interdir à l’Etat de se financer directement.

Donc actuellement, ce sont les banques commerciales qui parasitent le financement de l’Etat en prenant leur commission au passage. Et les intérêts c’est pas une simple commission, mais c’est une exponentielle. Ça peut mener à payer plusieurs fois le crédit !

Venez jouer au Jeu de la monnaie pour bien comprendre…

Ainsi l’essentiel des dettes publiques est actuellement souvent composé d’intérêt à payer aux banques commerciales. Les dettes publiques seraient nettement moindre avec l’ancien système. Contrairement à une idée répandue, ce n’est pas la mauvaise gestion publiques qui crée l’essentiel des dettes publiques !

Voici une illustration avec la dette publique française comparée avec ou sans intérêt. (j’avoue que je n’ai pas vérifié le calcul moi même)

Dette_evolution_avec_et_sans_interets

Quand on étudie cette histoire, on a pas vraiment donné ce droit aux banques.. Elles se sont arrangées pour l’avoir.. où du moins, en Suisse, c’est sous l’impulsion de Kaspar Viliger que ça a été formalisé..

Et après avoir été président de la confédération, Kaspar Viliger est devenu président du conseil d’administration d’UBS….

Coïncidence ou récompense ??

kaspar_villiger_ubs

Le détail de l’histoire de ce genre d’interdiction en france comme en suisse est décrit ici…

Voilà. J’espère que maintenant le cadre légal monétaire en Suisse est plus clair.

Que propose l’initiative monnaie pleine

Il est donc maintenant temps d’étudier le texte de l’initiative monnaie pleine.

La question sous-jacente qui me semble fondamentale, c’est de savoir:
« Qui est légitime pour créer la monnaie ? »

Cette initiative veut donner le droit exclusif de créer ce que l’on appelle des francs Suisse CHF à la BNS.

Cependant, les banques commerciales seront encore libres de créer leurs propres substituts monétaires. Mais elles devront être plus transparentes. Comme l’est la banque WIR qui crée des WIR.

Donc UBS devra dire qu’elle crée des « francs UBS » et pas des francs… Actuellement lorsque l’on fait un dépôt dans une banque, ce dépôt est transformé en reconnaissance de dette de la banque. La banque inclus votre dépôt dans son bilan.

Cette reconnaissance de dette n’est valable que tant que la banque n’a pas fait faillite. Si une banque fait faillite, il y a actuellement une garantie de dépôt à CHF 100 000.-. Cependant d’où vient l’argent qui permet de rembourser ainsi CHF 100 000.- par compte ? Et bien il vient d’un fond fait par les banques elles-mêmes dans lequel il y a CHF 3 milliards.

Il y a donc CHF 3 milliards de CHF pour garantir CHF 1770 milliards de dépôts…. Ce système ne fonctionne qu’en cas de faillite de petites banques. Mais pas en cas de faillite de grosses banques.

Avec monnaie pleine, « les comptes de trafic de paiement » doivent être hors du bilan de la banque. Ainsi en cas de faillite. Même d’une grosse banque dite « to big to fail«  la monnaie sur les comptes de trafic de paiement ne disparait pas. Car ce n’est pas une reconnaissance de dette. C’est de la vraie monnaie qui a son existence propre: de la monnaie pleine ! (comme les pièces !)

De plus, l’initiative monnaie pleine donne la possibilité de distribuer la nouvelle monnaie crée directement aux citoyens. C’est ce qui est vu parfois comme une base d’un mécanisme de financement du Revenu de Base Inconditionnel. (Le montant n’est pas forcément suffisant pour vivre. Mais c’est un début.)

« Dans le cadre de son mandat légal, elle (la BNS) met en circulation, sans dette, l’argent nouvellement émis, et cela par le biais de la Confédération ou des cantons ou en l’attribuant directement aux citoyens. »

Le Jeu de la monnaie pour comprendre par la pratique

La théorie c’est très compliqué et c’est sujet à interprétation et controverse. Moi j’aime expérimenter.

Le jeu de la monnaie permet en 4x 10 minutes (étalé sur 2h30) de bien comprendre le mécanisme de la monnaie. D’où émerge le principe de la monnaie, comment ça marche et aussi vers quoi on peut aller pour le futur. Ceci au delà des arguments d’autorités et des croyances, juste avec son corps et ses émotions.

Voici la page facebook du jeu de la monnaie pour en savoir plus et trouver ou et quand se déroulent les prochaines parties.

https://www.facebook.com/jeudelamonnaie/

Il est également possible d’organiser des parties soi-même avec ses amis. Voici un kit de démarrage pour organiser un jeu de la monnaie…

jeu de la monnaie

Comment le web change la société et fait s’effondrer les pouvoirs en place

Il y a huit ans j’écrivais sur mon blog un article pour fêter les 10 ans du passage à l’an 2000….
L’an 2000 était le symbole du futur pour toute la fin du 20ème siècle..
« on aura des voitures volantes en 2000 »

Là je faisais un bilan en disant que les voitures volantes… on en voit toujours très peu…. mais par contre ce que l’on avait pas trop imaginé c’est une nouvelle révolution dans le domaine de l’information. Et à chaque fois ça a été de grands changements.
L’invention de l’écriture a figé le droit, et créé la notion d’Etat..

J’y écrivais:

« La dernière révolution dans le domaine des technologies de l’information c’était il y a 500 ans. C’était l’invention de l’imprimerie. La diffusion massive de bible a entrainé la réforme. La fin de la main mise toute puissante de l’église catholique.

Que va changer l’utilisation massive du web ? »

Et bien en 2010, j’étais incapable de répondre à cette question. En 2018, je commence à voir une direction.
C’est la fin de nombreuses autorités établies.
Le pouvoir ne peut plus se baser sur l’information.
L’information circule librement et il y a un gros boom de l’information alternative. (même si seulement une minorité de gens ne s’informent que par ce biais… ça change)

Il y a des communautés entières qui se créent autour de sujets qui étaient marginaux et qui ainsi trouvent la force d’exister.

Déclin du journalisme

Le marché des magazines papiers spécialisés s’est effondré avec l’arrivée des blog.
Le journalisme est en crise depuis que l’information circule gratuitement en ligne.
La réaction de la presse a été de créer des quotidiens gratuits… grave erreur… on a sabré la presse et tout sacrifié à l’espace publicitaire.
Les journaux vont de réduction budgétaire en réduction budgétaire.
En Suisse, le magazine l’Hebdo a fait grand bruit lors de sa disparition.

L’effondrement de la presse comment à faire bouger les politiques. Voici ce que disait Ada Marra fin 2017:

Disparition de L’Hebdo, licenciements au Temps, menace de disparition de la version papier du Matin, fusion des rédactions de 24 heures, Tribune de Genève et du Matin Dimanche, fusion des rédactions du Matin et de 20 minutes, ou encore fusion annoncée des agences ATS et KEYSTONE: «à terme, il est à craindre qu’il ne reste plus grand chose de la presse écrite, mettant en danger la diversité des informations et de ce fait, la démocratie»

La centralisation des médias est devenue encore plus grande car c’est le seul moyen pour survivre…. ou selon un autre point de vue.. pour faire du fric détriment de la vraie information... Au final ça ne change rien c’est un effondrement des médias d’information !

Voici un historique intéressant de Tamedia qui domine la presse suisse. Le groupe s’est diversifié dans les outils web tout en monopolisant la presse suisse (en suisse romande surtout depuis 2009) ce qui lui permet de faire des économies d’échelle en fusionnant les rédactions. Ainsi la diversité journalistique n’est qu’une vitrine.

Voici un aperçu des médias français. On voit qu’une poignée de milliardaires détiennent le gros des médias.

https://martouf.ch/wp-content/uploads/2018/01/media-sarkozy-proprietaire-medias-en-france-milliardaires.jpg

Même si ils s’en défendent souvent, il ont une influence sur l’opinion publique. Ne serait qu’en favorisant l’info sur leur activités (le reportage sur Tf1 de la construction de la grand mosquée de Casablanca par Bouygues) et en ne parlant pas de certains sujets. (les « no news » qu’Olivier Berruyer tente de faire passer sur son site les-crises.fr )

medias france miliardaires

Puis, il y a des initiatives digne de l’inquisition qui émergent comme l’outil Decodex du journal le monde. Un outil pour mettre à l’index de façon arbitraire et unilatéral les concurrents avec qui ont est pas sur la même ligne politique !!

Voici quelques articles qui montrent les dérives du Decodex. Il est illusoire de penser qu’on peut bannir une source par qu’une fois elle a fait une erreur. L’information est à analyser au cas par cas. Ainsi le journal le Monde lui même devrait avoir une mauvaise note car il a aussi par le passé relayé des infos par forcément exacte.

.. il est quand même à rappeler que l’origine de la presse se trouve justement dans la politique. Histoire d’expliquer sont point de vue sur l’actualité. Un journal n’a jamais vraiment été neutre et objectif comme on tente de nous le faire croire.

Alors ainsi, il y a un frange de la population qui ne crois plus au journaliste et aux médias…
Les médias s’effondrent et le complotisme prend de l’essor (ce sondage est quand même largement critiqué pour ses questions biaisées..). C’est souvent un terme péjoratif qui est utilisé par les médias pour qualifier les gens qui ne croient plus en l’avis consensuel médiatique global.

Après il y a quand même des « vrais » complotistes qui voient une machination partout et ne croient vraiment en plus rien… ça peut devenir maladif, même si à la base c’est sain de douter.

Il y a des outils comme captainfact.io qui commence a émerger pour aider les gens à faire un travail de journaliste et recouper des infos. Vérifier des affirmations.

Le journaliste comme personne d’autorité dans la société, c’est en déclin.

Déclin de l’autorité politique

La politique change… si on parle de fake news c’est suite à la campagne de Trump… (le terme est arrivé sur wikipedia en février 2017 !)
Wikilieaks et ses révélations sur Clinton on certainement eu de l’influence.
Car on voit là un mauvais score d’élection pour Trump.. Sa victoire a surtout été la défaite de Clinton.

Trump a gagné grâce au système de grand électeur, mais en terme de population il n’est pas soutenu. L’anamorphose ci-dessous permet de le voir un peu mieux.

trump USelection2016Cartogram

En France aussi… Macron est le plus mal élu des présidents français..
23% au premier tour.. avant d’agiter la peste comme alternative.
(Pour info le revenu de base inconditionnel a fait 23% de OUI en suisse… et ça a été vu comme une défaite…   alors est-ce que 23% de soutiens est une victoire ?)

La confiance dans la politique s’effondre….

Remise en cause de l’école ?

L’école change, le bourrage de crâne ne sert à rien quand on a le web dans sa poche….. Il faut apprendre à trier l’information et que chaque personne fasse un travail de journaliste.

L’école utilise une forme d’apprentissage qui est très ancienne et date de l’époque de la révolution industrielle.
Avec toutes les tensions que j’entend de la part d’enseignants et de parents… je pense que ça va péter prochainement… mais c’est encore bien en place.

Effondrement du système monétaire

Le système monétaire est également sur le point d’imploser… Ces 10 dernières année depuis la crise financière ce qui était une non information devient une information. Il y a de plus en plus de gens qui savent comment fonctionne le système monétaire et que ce n’est pas à son avantage.
De nombreux pionniers ont créé d’autres systèmes. Il y a deux courants. Les cryptomonnaies et les monnaie locales complémentaires.
Le système en place résiste, devient agressif. Il tente de conserver ses privilèges. (bail-in, réduction du cash) Mais quand on voit qu’en suisse une initiative arrive pour proposer une modification du système monétaire… (initiative monnaie pleine) il y a un raz de marrée de changement qui arrive. D’une manière où d’une autre les gens réagissent !

Et tout ça c’est du à l’information qui circule… via des groupes qui n’existent que sur le web.. via des vidéos sur youtube… via d’innombrables blog.. et relayé par des réseaux sociaux.

Ainsi c’est là le je pense le changement qui nous arrive avec cette révolution dans le domaine de l’information.

L’économie est une science humaine qui tente de se faire passer pour une science dure

L’économie est fondamentalement une science humaine. Cependant on trouve beaucoup de membre de cette science qui tentent de nous faire croire que l’économie est une science dure comme le sont les maths ou la physique.

Il y a plusieurs principes de manipulations qui sont utilisés pour arriver à ce but. (Les économistes aiment bien les cravates…. allez comparer  les habits des gens dans une fac de science économique et juste à côté dans une fac d’ethnologie…. Il n’y a pas photo.. et pourtant dans tous les cas on étudie les comportements humains !)

Voici en introduction une vidéo dans laquelle Bernard Maris (massacré avec ses potes de Charlie Hebdo), qui est lui même économiste, nous explique que l’économie tente de paraitre une science plus dur qu’elle ne l’est et que dans ses fondements, il y a deux oublis majeurs…. le temps et la monnaie.

Le faux « prix Nobel » d’économie

Alfred Nobel, pour se racheter de son invention de la dynamite qui a fait pas mal de dégât… a inventé et mis sur son testament le principe du prix Nobel qui récompense les gens qui ont « apporté le plus grand bénéfice à l’humanité » par des avancées dans plusieurs domaines: la physique, la chimie, la littérature, la médecine et la paix.

… mais pas l’économie. Nobel n’a jamais parlé de récompenser des économistes.

C’est une manipulation d’une caste qui veut faire passer sa branche comme plus importante que ce qu’elle est qui a inventé le Prix de la banque de Suède en science économique en la mémoire d’Alfred Nobel.  …. nom tellement long que forcément on l’abrège en Prix Nobel d’économie.. . ce qui est faux et incite à penser qu’il est lié aux autres !

economie science

Un formalisme mathématique pour masquer des failles de raisonnement

La science économique utilise beaucoup les mathématique pour formaliser ses théories. L’effet, est que toute théorie devient tout de suite moins discutable quand le raisonnement est mathématique.

  • C’est pas une théorie, c’est prouvé mathématiquement.….

economie science mathematique

Oui la la logique mathématique c’est bien, ça marche, mais faut il encore que le postulat exprimé mathématiquement soit juste ! .. et ça beaucoup l’oublient.

Voici une petite histoire qui illustre bien mes propos:

En 1997, MM. Merton et Scholes ont été récompensés en recevant le prix de la banque de suède en mémoire d’Alfred Nobel (comme quoi c’était vraiment bien !! :p ) pour leur contribution dans le modèle de Black-Scholes, un modèle mathématique sensé assurer des placements sûrs.

Forts de leurs croyances en ce modèle, MM. Merton et Scholes ont créé la société Long Term capital Management. Même le nom de cette société transpire de confiance absolue dans leur technique de prédiction de l’avenir. (c’est mathématique, ça ne peut pas foirer !)

Résultat, la logique du Titanic !

En 1998, (une année après leur récompense ! ) cette société est en quasi faillite. Faisant courir un risque majeur au système bancaire international. (La rumeur dit que c’est pour éponger les centaine de millions de perte à cause de la faillite de LTCM que UBS et SBS ont fusionnés... sinon il y avait une faillite bancaire systémique en Suisse..)

La toute puissance des mathématiques pour prédire l’avenir, et en laquelle croyaient beaucoup d’économistes, s’effondre. Ce ne sont pas les mathématiques qu’il faut blâmer, mais le fait que ces gens ont construit un modèle mathématique correct sur des hypothèses fausses !

Une déconnexion de la réalité humaine

Il y a un concept qui est très connu, c’est le concept d’homo-économicus. C’est un modèle simplifié du comportement humain dans l’économie. L’humain est sensé être rationnel !! (Si l’humain était vraiment rationnel ça se saurait !)

Est-ce que ce modèle est juste ? L’humain ne pense qu’à son profit personnel ?

homo economicus

Dans un cadre de compétition, où tout le monde est ennemi, ça marche…. mais dans un cadre de coopération, dans un couple ou dans une famille, on s’entraide. On pense au groupe pas qu’à soi.

C’est pour cette raison que les petites épiceries qui vendent de tout et n’importe quoi sont généralement tenues par des étrangers. Car c’est le seul moyen de faire des affaires. Si chaque client est un pote, alors chaque client vient demander un rabais…. « Vu que c’est moi, tu me fais un prix ! »

L’homo économicus n’est qu’une simplification grossière qui ne marche pas dans tous les cas. C’est quelque chose qui dépend beaucoup de la vision du monde de l’humain en question. Et il existe beaucoup de visions du monde différentes….

Une déconnexion de la réalité physique

Nicholas Georgescu-Roegen, un économiste des années 1940 disait que l’économie oublie que ce qui la fait tourner ce sont des machines thermiques… et donc que l’économie est liée à la notion d’entropie qui dégrade la qualité de l’énergie.

L’économie ne peut pas tourner indéfiniment comme un mouvement perpétuel. Il explique ça dans son livre « la décroissance« . C’est un des fondements théorique du mouvement décroissant.

C’est dans la vidéo ci-dessus ce qui peut être en lien avec les propos de Bernard Maris qui dit que les théories économiques majoritaires ne tiennent pas compte du temps.

Voici une petite citation d’un autre économiste qui résume bien l’absurdité de vouloir comme objectif économique majeur, la croissance (exponentielle) du PIB.
(oui exponentielle, même si on la déguise avec de taux de croissance en % car notre cerveau ne comprend pas les exponentielles)

« Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fousoit un économiste. »

Kenneth E. Boulding

La monnaie a été évacuée des modèles économiques majoritaires

En général, les économistes ne tiennent pas compte de la monnaie. Ils disent que c’est un voile sur les échanges. Que la monnaie est neutre. La monnaie est juste un moyen de simplifier l’échange de biens et services en fractionnant la valeur qu’elle représente.

Ils disent que l’économie, c’est un grand système de troc…. la monnaie c’est juste de l’huile pour que ça tourne plus facilement.

Au passage, la fable du troc a été inventé par Adams Smith, les anthropologues n’ont retrouvé aucune société qui a vécu avec du troc. Le troc est trop marginal pour faire système. Et pourtant quasi tous les bouquins d’économie disent quelque chose du genre « Tout commence avec le troc.. » pour reprendre l’expression de la p.5 de la brochure de la banque nationale suisse..

economiste monnaie neutre

Ainsi si on veut s’intéresser à la monnaie, il ne faut pas aller voir un économiste, mais un anthropologue. David Graeber, un anthropologue a écrit ce qui est probablement le meilleur livre sur l’histoire de la monnaie. Le livre s’appelle: Dette 5000 ans d’histoire. …..dont voici mon résumé. 

Personnellement, j’organise des Jeux de la monnaie, un jeu passionnant pour comprendre l’origine de la monnaie, voir par l’expérience que le troc ne fonctionne pas, découvrir que la monnaie n’est pas neutre du tout. Que le cadre de la monnaie, et surtout de la manière dont est créée la monnaie a une influence énorme sur le système économique en vigueur.

Ainsi la création monétaire par le crédit bancaire des banques commerciales, qui est le système majoritaire de nos jours, a une influence sur l’économie. Et que l’occulter c’est ne rien comprendre à l’économie.

Donc je doute toujours beaucoup quand une expert en économie vient nous raconter LA vérité. (car c’est mathématique !!)

L’économiste Steve Keen remet en cause l’économie néo-classique et il recommande aussi depuis quelques années de tenir compte de la création monétaire dans les modèles économiques:

« Pire encore, la plupart des modèles oublient de conceptualiser le rôle du crédit et de la monnaie, en omettant de faire apparaître les banquiers dans leurs calculs ! L’auteur, qui se définit comme « post-keynésien », utilise ses constats et ses découvertes pour déplorer la mainmise de la pensée néoclassique dans le débat universitaire, mais aussi et surtout politique depuis le début des années 1980. »

Pour bien comprendre les combats idéologiques entre économistes, je recommande la lecture de la BD Economix – La première histoire de l’économie en BD. C’est de cette BD que sont extraites les quelques illustrations de cet article.

Cette BD est un condensé de nombreux bouquins d’économie rébarbatifs pour en faire un contenu accessible, et même parfois très drôle. Ainsi après avoir lu cette BD, tu pourras prétendre être un expert en économie. (car ça suffit certainement pour comprendre l’économie mieux 90% de la population !)

Voici un extrait pdf de cette BD…

On peut encore dire que les économistes n’ont pas vu la crise des subprimes car il n’avait pas les outils pour la voir. (sauf quelques rares comme Steve Keen qui observait l’effet de la création de dettes de ce style dans ces modèles)
Pour bien comprendre le mécanisme de la crise des subprimes, il y a le film, The Big Short qui montre bien tous les mécanismes et l’aveuglement des économistes. Mais avant de regarder ce film, je recommande de regarder cette petite vidéo de la chaine Heu?reka qui nous donne les clés de lecture du film et des explications sur le jargon technique. Vraiment bien fait !
Puis pour aller plus loins, la chaine Heu?reka propose 3 épisodes pour bien comprendre les mécanismes et ce qu’il s’est passé dans la crise des subprimes:

Alors voilà, une fois que tu as suivi et compris ce parcours « origine des subprimes« , là tu peux mettre sur ton CV que tu as le « Prix Nobel d’économie« . Oui, si t’as compris ça, alors tu as compris plus de choses en économie que 99% de la population et même que de nombreux économistes ! (oui, oui.. tu peux mettre « Prix Nobel d’économie » vu que celui-ci n’existe pas, il n’est pas protégé !)

Etymologie du mot « économie »

Il est peut être bon de remonter à la source des mots et de comprendre ce que signifie le mot « économie« .

On peut résumé le sens du mot économie à « lois de la maison »:

  • « éco-«  vient du grec οἶκος, oîkos → « maison »
  • « -nomie » vient du grec νόμος, nómos→ « loi »

Donc l’économie est l’ensemble des règles qui régissent notre maison, notre environnement, notre habitant.

Le préfix éco est le même que dans le mot écologie qui est l’étude de notre environnement, habitat.

Ainsi, l’économie désigne les règles du jeu.

Mais la grande question est: qui fait les règles ? Est-ce qu’il est possible de jouer à un autre jeu ?

Le cours métrage « Jeu de société » présente très bien une fable de l’économie actuelle sous forme d’un jeu de plateau bien connu…. et il pose bien la question de savoir si l’on a le droit de changer les règles du jeu…

Les experts en économie, des politiciens déguisés

Si l’économie est bien l’ensemble des règles du jeu. Et bien qui décide des règles ?

Normalement, la théorie nous dit que c’est la politique qui décide des règles du jeu, que nous sommes en démocratie et donc que les règles du jeu sont choisies par le débat politique qui est formalisé dans des lois selon toute une série de processus.

En réalité, si l’on étudie un peu comment se fabriquent l’opinion publique, puis les lois, on remarque que la logique économique est souvent invoquée pour justifier les choix. (C’est pas moi qui le veut… c’est mathématique !!! Mais ça tombe bien les math prouvent ce que je veux !)

Là on a toute une armée d’agent Smith à cravate (l’autorité!), des économistes, des experts qui viennent nous dire comment il faut penser, quelle est LA seule est unique solution. (la fameuse pensée TINA, There Is No Alternative… appliquée pour faire passer une mesure horrible..)

Ils assènent des vérités en invoquant la science économique car leur science est juste et infaillible. C’est de la logique du bon sens, c’est mathématique !

Et qu’en plus la proposition est bonne pour l’humanité vu qu’il y a des « prix Nobel » d’économie…. ce n’est pas n’importe quoi c’est une méthode reconnue.

mr smith matrix economiste cravate

Ainsi la politique (un ramassis d’opinions utopiques) est souvent soumise aux « lois naturelles » de la science économique.

Finalement, le boulot d’un parlement se limite de plus en plus à juste allouer les ressources de l’Etat en votant un budget et des comptes. Mais de moins en moins à vraiment décider des règles du jeu, de l’économie. (je rappelle encore une fois que le mot économie signifie bien « règles de la maison« )

Il y a de nombreux économistes qui pensent et font croire que notre système actuel est un état naturel des choses.

Par exemple, l’économiste et conseiller politique (!!!) Alain Minc a déclaré:

« Le capitalisme, ne peut s’effondrer, c’est l’état naturel de la société. La démocratie n’est pas l’état naturel de la société, le marché oui. »

Voilà le genre de déclaration qui montrent que bon nombre d’économistes ne sont que des politiciens déguisés qui assènent des opinions sous le couvert de la science économique. (c’est pas moi qui le dit, c’est pas une opinion, c’est mathématique !!!)

Ce genre d’économiste, ne sont que des chiens de garde d’un système. Ils protègent les règles du jeu qui les favorisent, ainsi que leur amis.

Voici une petite vidéo (mainte fois censurée de youtube) faite par Usul et Linguisticae pour expliquer par l’exemple du débat sur les retraites, l’influence de la pseudo logique scientifique qui ne sert qu’à manipuler l’opinion publique. Une fois que l’opinion publique a gobé une affirmation donnée par des experts et économistes, elle fait sont chemin et devient gentiment une loi bien ancrée. une lois naturelle.

Conclusions positives

J’ai envie de conclure cet article de manière positive.

L’arme la plus puissante dans les mains de l’oppresseur est l’esprit de l’opprimé. Steve Biko

Après avoir lu (et compris) cet article, la manipulation opérée par les économistes pour faire de leur science quelques chose de plus fiable et sérieux qu’elle n’est devrait ne plus fonctionner.

L’économie est une simple science humaine.

La théorie des jeux permet de comprendre que le cadre souvent dit « naturel » n’est qu’une construction humaine. C’est un équilibre « naturel », mais dans un cadre donné construit. (ne pas confondre le cadre et l’effet du cadre)

Il n’y a pas de pensée TINA, il est possible de repenser le cadre, de sortir du cadre. D’inventer de nouvelles règles du jeu.

Tout est possible !

Si les économistes n’osent pas toucher à la monnaie, c’est peut être que justement c’est là qu’il y a des choses intéressantes à creuser, à comprendre. C’est là qu’il y a à innover pour inventer un nouveau cadre.

En tout cas le jeu de la monnaie, nous montre que le cadre n’est pas anodin, et le 4ème jeu qui propose l’utilisation d’un Système Monétaire Equilibré nous montre une piste intéressante pour repenser le cadre économique de notre société.

Alors, la prochaine fois que tu vois un agent Smith qui vient défendre la matrice…  réfléchis au lieu de le croire sur parole ! Eprouve le…. imagine ce qu’il n’est pas capable d’imaginer. Lui n’est qu’un programme…. toi tu as une âme….

Obligation pour l’Etat de se financer par les banques commerciales

Depuis les années 1970, un nouvelle doctrine monétaire est arrivée à maturité pour être déployée un peu partout.

Il s’agit de l’interdiction pour les banques centrales de financer l’Etat.

Ce qui a pour conséquence d’obliger l’Etat à se financer via le crédit des banques commerciales. Crédit qui se pratique avec des intérêts (ce qui n’était pas le cas avant). On voit ici qu’il y a un intérêt (!) certain à la mise en place d’un tel système pour les banques commerciales.

La création monétaire est le droit du souverain

Historiquement, la création monétaire est un droit régalien, un droit du souverain, du roi, du seigneur.

Le droit de frapper la monnaie donne un pouvoir énorme. Dès que l’on a besoin de financer quelque chose, il suffit de créer la monnaie dont on a besoin. On appelle ce droit de créer la monnaie, le droit de seigneuriage.

Pendant très longtemps, la monnaie reposait sur des métaux précieux, sur l’or par exemple. Cette contrainte empêchait les seigneurs féodaux de créer trop de monnaie. (mais encourageait les conquêtes des voisins pour leur piquer leur or et les mettre en esclavage dans les mines)

Depuis les années 1970, la monnaie a été découplée de sa couverture or. (Surtout suite à la fin de la convertibilité en or du Dollar US annoncée par Nixon le 15 août 1971)

frapper la monnaie celtes

La fin de la couverture or et la peur de l’inflation

Une conséquence de ce découplage a ouvert un nouveau risque, celui que le souverain puisse créer de la monnaie sans limite, et donc créer une inflation gigantesque.

Dans les années 1970, le souverain, dans la plupart des cas, n’est plus un seigneur féodal, mais une collectivité publique qui émet de la monnaie par l’intermédiaire d’une banque centrale.

Cette peur que les politiques abusent de la création monétaire et créent de l’inflation a justifié la mise en place de l’interdiction à l’Etat de se financer par sa banque centrale. Les banques centrales sont devenues totalement indépendantes du pouvoir politique. Un ilot hors démocratie.

Interdiction à l’Etat d’exercer son droit de souverain

Dans le monde francophone, on entend régulièrement l’histoire de la mise en place de ce principe d‘interdiction de financer l’Etat par la banque centrale, sous le nom de « loi Pompidou – Giscard – Rothschild de 1973« .

En effet, c’est le ministre de l’économie, Valéry Giscard d’Estaing qui a mis en place cette loi en 1973 sous la présidence de Georges Pompidou, ancien directeur de la banque Rothschild. Quels sont les intérêts là derrière ? Empêcher l’inflation ou donner un avantage aux banques commerciales ? Ou donner plus d’autonomie à la banque centrale ? Ou une conjonction de tout ça ?

Des études récentes montrent que la fameuse loi de 1973 n’est que la formalisation d’une évolution commencée sous Michel Debré, 7 ou 8 ans plus tôt. C’est-à-dire la volonté d’un jeune inspecteur des finances, Jean-Yves Heberer, de « démanteler le circuit du trésor« , comme il l’explique dans un entretien fait en 1995:

« C’est-à-dire tous ces mécanismes automatiques, qui faisaient que le Trésor, sans bouger le petit doigt, était irrigué de liquidités qui lui arrivaient de tous les circuits financiers français. (On) va peu à peu l’obliger à vivre comme un emprunteur, c’est-à-dire à se poser les questions de l’emprunteur sur le coût de l’emprunt et le service de la dette. »

Pour en savoir plus, c’est à la p99, de la Thèse de Benjamin Lemoine : « Les valeurs de la dette. L’Etat à l’épreuve de la dette publique »

Ce principe inscrit ans la loi de 1973 a été repris dans le traité de Maastricht à l’art 104. Puis encore repris dans le traité de Lisbonne à l’art 123.

Donc toute l’union européenne est soumise à ce principe. Mais en Suisse, qu’en est-il ?

Suite à quelques recherches d’un petit groupe, la BNS nous a renseigné sur le sujet.

En suisse, c’est l’article 11, alinéa 2 de la loi fédérale sur la banque nationale suisse qui nous dit:

« La Banque nationale ne peut ni accorder de crédits et de facilités de découvert à la Confédération, ni acquérir, à l’émission, des titres de la dette publique. Elle peut autoriser, contre des garanties suffisantes, des découverts de compte en cours de journée. »

La raison de ce texte obscure est indiquée de manière plus claire au chapitre 8, (p 23) de la brochure, « La Banque nationale suisse en bref ».

On nous dit:

L’indépendance financière englobe l’autonomie budgétaire, qui découle de la forme juridique sous laquelle la BNS a été constituée, et l’interdiction d’accorder des crédits à la Confédération (art. 11 LBN), ce qui empêche l’Etat de «faire tourner la planche à billets».

L’effet pervers du système

Voilà, nous sommes sauvés, la création monétaire n’est plus en mains du peuple, donc plus soumise au risque du populisme. Seule une élite triée sur le volet aura le droit de créer de la monnaie.

A priori, tout va bien. Mais que se passe-t-il quand l’Etat veut investir massivement dans un grand projet ? Il va devoir trouver de la monnaie. Il va demander un crédit. Quand l’Etat était le souverain, il pouvait soit créer la monnaie nécessaire (avec un risque d’inflation), soit emprunter à sa banque centrale sans intérêt.

Mais avec l’interdiction de la créer, l’Etat est obligé de se financer via les banques commerciales et ceci avec des intérêts. Ce qui change toute la donne.

Voici un petit extrait d’une conférence de Patrick Viveret, ancien membre de la cour des comptes française, qui explique ce système pernicieux :

La véritable origine de la dette publique, c’est le fait de créer de la monnaie avec des intérêts auprès de banques commerciales, ce qui oblige les Etats à s’endetter auprès de ces banques commerciales et à payer des intérêts à ces banques en plus du capital à rembourser.

Ce fait a mis la part des intérêts composés comme étant la part majeure de la dette publique. Si je prends l’exemple français que je connais le mieux, sur les 1500 Milliards de dette publique de la France, il y en a 1350 Milliards qui sont des a des intérêts composés.

Si par hypothèse on n’avait pas changé de mode de création monétaire, s’il continuait à y avoir de la création monétaire publique sans intérêts, la dette française serait aujourd’hui de 150 Milliards et non pas de 1500 Milliards d’euros, ce qui change tout !

Contrairement à une croyance bien ancrée, l’explosion de la dette publique n’est pas due à une mauvaise gestion du budget de l’Etat, mais plutôt aux intérêts composés versés aux banques.

Il n’est pas rare de voir des collectivités publiques demander de nouveaux crédits pour financer le remboursement d’anciens crédits !

Ainsi vos impôts servent essentiellement à financer les banques avant de financer les collectivités publiques.

Un sytème comme celui-ci n’est pas dangereux pour l’Etat tant qu’il a un budget équilibré et qu’il ne se finance pas à crédit. Mais voilà une coïncidence intéressante qu’on observe en France, c’est qu’en 1973 l’interdiction de financer l’Etat par la banque centrale est mise en place, puis Giscard demande un gros crédit, et en 1974 c’est le premier d’une longue série de budgets déficitaires qui commence…  Etait-ce voulu ?

Historique de la mise en place de l’interdiction du financement de l’Etat par la BNS en Suisse.

Bien que la doctrine fût dans l’ère du temps, qui, personnellement, a mis en place en Suisse cette interdiction à l’Etat de se financer avec sa propre monnaie  (art 11. al. 2 LBN) ?

La question a été posée à la BNS et voici la réponse:

Cher Monsieur

Nous vous remercions de votre intérêt pour la Banque nationale suisse.

Vous m’avez posé ce matin une question pour savoir qui est l’auteur (personnellement) de l’alinéa 2 de l’article 11 de la loi actuelle sur la Banque nationale suisse. Cette question n’est pas facile à répondre parce que la loi sur la BNS était élaborée dans l’Administration Fédérale sous les auspices un groupe d’Expert. C’est donc l’œuvre d’un collectif.

Avant d’entrer en matière il est important de rappeler l’histoire :

L’article mentionné fait partie de la loi Fédérale sur la Banque nationale suisse du 3 octobre 2003 (entrée en vigueur le 1er mai 2004, version actuelle du 1er mars 2012).

Dans les années 1995 à 2004 la Suisse a complètement renouvelé son droit monétaire. Sur la base de la Constitution Fédérale (totalement revisée) de 1999 (article 99 ),  la loi sur la Banque nationale fut totalement ré-écrite. L’alinéa mentionné n’apparaissait pas encore dans les versions prédécesseurs de cette loi (voir la loi du 23 décembre 1953 )

Art.11, al. 2 est donc une innovation de 2004 et n’a rien à faire avec les idées pour une banque centrale à l’époque de la fondation de la Banque nationale suisse en 1905/1907.

Un exposé de l’histoire de la loi actuelle se trouve dans le chapitre 9 de l’ouvrage commémoratif écrit à l’occasion du centenaire de la BNS en 2007 (voir plus bas).

Quel est le sens de l’article 11, al. 2 : « La Banque nationale ne peut ni accorder de crédits et de facilités de découvert à la Confédération, ni acquérir, à l’émission, des titres de la dette publique. Elle peut autoriser, contre des garanties suffisantes, des découverts de compte en cours de journée. » ?

Cette alinéa veut assurer l’indépendance financière de la BNS envers l’état : c’est l’interdiction explicite de financer l’état.

Les explications à cet alinéa se trouvent dans le message du Conseil Fédéral concernant la révision de la loi sur la BNS de 2002 et, un aperçu, dans l’ouvrage commémoratif de 2007 déjà mentionné.

« Le groupe d’experts** mit en évidence – conformément à la doctrine* – quatre aspects de l’indépendance d’une banque centrale : son indépendance fonctionnelle, son indépendance institutionnelle, son indépendance financière et l’indépendance des membres de son organe de direction. » (BNS 1907-2007, p.546)

* Quant à la « doctrine », on cite l’essai de A. Alesina et L. Summers dans le « Journal for Money, Credit and Banking » vol. 25(2) 2003, p.151-162 : « Central Bank Independence and Macroeconomic Performance: Some Comparative Evidence ». La constitution de la Banque Centrale Européenne a aussi joué un certain rôle.

** Avec le « Groupe d’experts », la citation désigne le Groupe d’Experts « Réforme du Régime Monétaire » (Suisse) qui a été installé par le chef du Département Fédéral des Finances (Suisse) Kaspar Villiger avec la tâche de préparer les messages au Parlement pour une révision des articles concernant le régime monétaire dans la Constitution et les révisions des lois sur la monnaie et le moyens de paiement et sur la Banque nationale suisse. La loi sur la BNS a été formulé par l’Administration Fédérale.

Les membres de ce groupe étaient :

  • Ulrich Gygi (président, directeur de l’Administration des Finances),
  • Peter Klauser (co-président, directeur à la Banque nationale suisse),
  • professeur Ernst Baltensperger (université de Berne),
  • G.A. Colombo (délégué de l’Administration des Finances),
  • professeur M. Giovanoli (conseiller juridique de la BRI et professeur extraordinaire à l’Université de Lausanne),
  • prof. Ulrich Kohli (Université de Genève),
  • P. Merz (directeur à la BNS),
  • U. Plavec (chef de section à l’Administration Fédérale des Finances),
  • Georg Rich (directeur à la BNS).

L’article 11, al. 2 restait incontesté lors de la vote au Parlement en 2003.

Pour en savoir plus, voir mes sources :
Message concernant la révision de la loi sur la Banque nationale

Ouvrage commémoratif : « Banque nationale suisse 1907 – 2007 »  ou bien les anciens ouvrages…

– « La Vie économique » 03/2003 « La révision de la loi sur la Banque nationale :
http://www.seco.admin.ch./dokumentation/publikation/00007/00021/01583/index.html?lang=fr

J’espère que votre question soit répondu avec mes explications.

Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de notre considération distinguée.
____

Christian Inäbnit
Coordination de la recherche et éducation économique
Bibliothèque

Conclusions

Cet article 11 al2 LBN  a été rédigé par un groupe d’experts nommé par le chef du département des finances de l’époque Kaspar Villiger.

Celui-ci, après sa carrière au Conseil fédéral, est devenu, en 2009, le président du Conseil d’administration de la plus grande banque du pays.. l’UBS.

Coïncidence ou récompense ?

On observe que dans le cas de la France ou de la Suisse, il y a toujours un lien entre la personne qui met cette loi en place et le monde bancaire qui est le bénéficiaire principal !

Le groupe de Bildgerberg veut mettre en place le Revenu de Base Inconditionnel

Ne vous inquiétez pas vous l’aurez bientôt le RBI….
En tout cas, les puissants de ce monde s’y intéressent !
Je ne sais pas si c’est une bonne ou une mauvaise nouvelle ! (et pour qui !)
A peine quelques jours après la votation sur le RBI en Suisse en juin 2016, en Allemagne avait lieu la réunion annuelle du très select club Bilderberg…
Qui vois-je dans la liste des invités ?
« Standing, Guy (GBR), Co-President, BIEN; Research Professor, University of London« 
Une des grandes figures de proue du Revenu de Base, le gars qui a co-créé le réseau international Basic Income Earth Network, le gars qui a mené et analysé les expériences de revenu de base en Inde ces dernières années.
« Beaucoup de gens ricanent devant l’idée du revenu universel, attaque-t-il. Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Cette idée n’est pas idiote d’instaurer des systèmes où les droits vont avec les individus et pas avec les statuts des personnes elles-mêmes. Dans cette société qui se transforme, il faut diminuer l’inquiétude des concitoyens, et imaginer de nouveaux systèmes de protection pour l’individu et pas pour leurs statuts« 
Il ne faut pas sous-estimer l’influence du Bilderberg…
En 2016, il lance son mouvement « En marche » domicilié au domicile personnel de Laurent Bigorgne directeur de l’institut Montaigne, un think tank libéral. Ce dernier invité au Bilderberg en 2015…
En 2017, Macron devient président de république Française et nomme comme 1er ministre. Edouard Philippe.… lui, invité au Bilderberg en 2016…
Le hasard existe-il vraiment ?
En Bref, les puissants de ce monde se rendent compte que le système en place s’effondre… que ce sera bientôt la révolution, et que pour calmer le jeu, ils feraient mieux de mettre en place un revenu de base, donner quelques miettes au peuple pour éviter que tout le système ne soit remis en cause.
Le RBI là dedans est le mécanisme qui permet de relancer l’économie en donnant du pouvoir d’achat à ceux qui n’en ont plus. Et ainsi redonner la confiance en l’avenir qui va permettre de relancer le crédit, alors qu’actuellement de moins en moins de monde demande un crédit… et ça pose un soucis quand on sait que le crédit est la principale manière de créer la monnaie !
Gérard Foucher l’explique bien dans cette vidéo:
On verra ce que l’avenir nous réserve…..

Bilan du quinquennat de François Hollande

Je me suis toujours intéressé la politique, mais étant suisse, beaucoup moins à la politique française. Mais voilà que ces derniers temps, les incoérences sont tellement flagrante que je m’y suis intéressé… et c’est pas franchement très beau à voir..

Il est toujours intéressant de vérifier les promesses électorales, les faits en rapport avec les discours. C’est le seul moyen de se faire son avis personnel.

François Hollande, début décembre 2016 annonce ne pas vouloir se représenter à sa succession. Il profite de l’occasion pour présenter un petit bilan, plutôt flatteur de son quinquennat.

Un copain disait que cette intervention montre celle d’un homme qui a essayé de faire quelque chose…. mais pas pu !

Là je suis allé regarder les fait. Qui est François Hollande, qu’a-t-il proposé pendant son mandat et qu’est-ce qu’il en dit dans son discours ici.

Heu… certes… le monsieur a peut-être essayé…. mais essayé quoi ?

Je ne suis pas dans ses baskets… donc dur à dire ce qu’il pense vraiment. Mais si l’on observe son bilan. On voit que:

  • soit il a totalement échoué…
  • soit il a très bien réussi…

Donc… tout est relatif. Si l’on se place du côté des intérêts US et des intérêts des multinationales… ce gars est parfait ! Il a accompli sa mission. (d’où peut être sa récompense de « Homme d’Etat de l’années donnée par une fondation US… »)

Mais du côté du peuple français, son mandat est une catastrophe sociale, économique, démocratique, et pour la paix dans le monde.

Modernisation de la démocratie

Il dit dans son discours avoir modernisé la démocratie….. surtout avec les nouvelles régions.

Moderniser ne veut pas dire aller dans le sens de la démocratie !!

Regardons certaines modifications qu’on attendait de lui qu’il n’a pas fait… et d’autres qu’on attendait pas du tout de lui… et qu’il a osé proposer..

  • modification du temps de parole des candidats à l’élection présidentielle… « pour plus d’équité »… alors l’équité version Hollande, c’est donner plus de poids à ceux qui sont déjà en place… et moins à ceux qui ne sont pas connus. Voir les calculs… http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/01/temps-de-parole-vers-une-presidentielle-plus-inegalitaire_4894005_4355770.html
  • Il n’a pas donné suite à la proposition de « parrainage citoyen » pour les 500 signatures de présentation d’un candidat à l’élection présidentielle.
  • Instauré la publication en direct de qui donne une signature à qui… Alors que c’était juste un échantillon qui était donné rétrospectivement. Ce qui va dans la direction du contrôle des partis sur les attributions des signatures, alors que justement De Gaulle avait créé se système pour court-circuiter les partis ! (ce ne sont pas des parrainages, ça n’engage pas le vote. C’est un filtre à candidat farfelus.) Si l’on avait voulu empêcher la démocratie et favoriser la dictature des grands partis, on aurait pas fait mieux !
  • On rappellera le passage en force avec le 49.3 de la « loi travail » pour court-circuiter l’assemblée nationale. Pendant qu’une pétition contre cette loi a atteint 1 million de signatures. La loi se dit être pour « la sécurisation des parcours professionnels« … ce qu’elle demande… faciliter les licenciements.. Novlangue sort de ce texte !!!
  • On rappelle le projet avorté de vouloir étendre la déchéance de la nationalité française aux binationaux nés français. L’extrême droite en rêvait sans jamais avoir osé le proposer…. le président socialiste l’a fait… et dans son discours il dit qu’il a tout fait pour éviter la division des français et l’amalgame suite aux attentats !!!! … puis il avoue qu’il regrette d’avoir fait cette proposition !

François Hollande est un va-en-guerre

La guerre est toujours histoire de propagande. Difficile de savoir ce qu’il en est vraiment…

Mais il y a des signes qui montrent que Hollande applique un programme de guerre au service de l’OTAN dirigée par les USA… et pas dans les intérêts de la France.. et surtout de la paix.

Voici un article qui démonte la manipulation des médias français sur la situation en Syrie:

https://martinbernard.org/2016/10/06/alep-deluge-de-propagande/

Voici que Hollande a accompli le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN... Que de Gaulle l’avait quitté pour garder une France libre de savoir qui sont ses ennemis. Maintenant ce sont les USA qui décident de qui sont les ennemis de la France !

=> Voici un excellent mini documentaire qui explique l’histoire d’amour/haine entre la France et l’OTAN (qui est et a toujours été au service des USA…. et ne cesse de s’agrandir alors que son ennemi théorique à disparu il y a 25 ans ! )

https://www.youtube.com/watch?v=qk0G_7AZae4

François Hollande Homme d’Etat de l’année

A la surprise de l’ensemble des Français, François Hollande a été nommé « Homme d’Etat de l’année » par une fondation US…

https://fr.sputniknews.com/international/201605271025364129-hollande-homme-etat-annee-fondation-usa/

C’est là qu’on peut vraiment se poser la question de savoir pour qui il roule….

François Hollande un habitué du double jeu…

En 1983, il se fait passer pour un responsable de droite dans les médias…

https://www.les-crises.fr/quand-francois-hollande-se-faisait-passer-pour-un-leader-de-la-droite/

Il était déjà adepte des fourberies politiques !

François Hollande un Young leaders

François Hollande fait partie du programme « Young Leaders » de la French-American Foundation.

(Tout comme Macron, NKM, Juppé, Montebourg, Moscovici, Belkacem…. et coté US… le couple Clinton…  et bien d’autres…)

Bref… quand le président et une bonne partie des ministres d’un gouvernement font partie d’un « programme »…   Je pense que le fameux programme… a pas mal de chance d’avancer…

Mais il reste une question... Ils sont programmés à faire quoi ?

La France attaquée

L’Etat d’urgence introduit suite aux attentats divers a permis des perquisitions de nombreuses personnes qui dérangent... et qui précédemment étaient protégées par la loi. (2700 persquisitions le 1er mois)

François Hollande annonce fièrement dans son discours que la grande conférence écologique COP21 s’est tenue à Paris. Il oublie de dire que l’Etat d’urgence a pas mal perturbé la manifestation. Surtout le côté démocratique. Il est a rappelé que l’Etat d’urgence a permis d’assigner à domicile des militants écologistes. Ce sont eux les dangereux terroristes ?

https://www.youtube.com/watch?v=uq72XHngz9M

Parfois ça arrange bien l’état d’urgence… et sa prolongation… Une année après sa mise en place, la France est toujours sous l’Etat d’urgence. Et ceci jusqu’en janvier 2017… à priori..

Sans tomber dans le conspirationnisme, la vague d’attentat pose de nombreuses questions qui dérangent.

Une question sans réponse. Pourquoi le ministre de l’intérieur, sous le sceau du secret défense, empêche les enquêteurs de savoir d’où viennent les armes utilisées dans le massacre de Charlie Hebdo ?
=> L’avis officiel…

Dans le cas l’attaque de Nice, qui est survenue droit au bon moment pour prolonger l’état d’urgence qui touchait à sa fin…. Il semble maintenant qu’on a pas eu affaire à un attentat, mais juste à un acte isolé d’un déséquilibré sadique qui avait juste envie de faire un carnage…. au nom d’une mouvance terroriste plus par mode que par intérêt au message.

François Hollande au service de la finance

Côté social… Avec un président socialiste ça doit être top !?  non ?

La TVA intermédiaire est passée de 7 à 10% … et le taux normal de 19.6% à 20% (mais c’est pas lui.. c’est en fait le programme de l’Union européenne que les Etats membres doivent appliquer.. tout comme les privatisations des services publics, des barrages, de la sécu… et les délocalisations. )

La loi travail passée en force a été promulgué en août 2016. Elle offre de plus nombreuses possibilités de licenciements, c’est comme ça qu’il faillait interpréter le nom de la loi de « sécurisation des parcours professionnel« .

Et pour terminer… je crois que l’on peut monter le plus bel exemple de la catastrophe de la politique de François Hollande pour le peuple…. Durant sa campagne électorale il s’était positionné comme un ennemi de la finance. Mais là… je crois que les actionnaires le voient maintenant comme un ami !

Dans ce discours il dit que l’aide à l’emploi ne passe que par l’allégement des charges des entreprises. Je pense qu’il parle donc du CICE, le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi.

Mesure censée créer 1 million d’emplois….. ça n’a pas marché.. mais le entreprises ont quand même encaissé la subvention.

Donc le CICE = un don de 48 milliards d’euro aux actionnaires.

https://www.youtube.com/watch?v=gY3LtMjyFgc

=> la France est ainsi parvenue en 2015 à la 3ème place mondiale en distribution de dividende !

…. alors qu’en 20 ans, elle est passée de la 2ème à la 22ème place de l’indice de développement humain !

Conclusion

Il a essayé…. ouais…

Soit le système bride n’importe quelle personne…. soit il est fourbe !

En tant que Young leaders on peut se demander si il est fourbe…. et à propos de la TVA, et d’une économie toujours plus libérale, c’est aussi les conséquences de l’union européenne qui décide de tout et impose tout aux pays membres.

C’est ainsi que se développent des partis comme l’UPR de François Asselineau qui pragmatiquement renonce à faire une autre europe et proposent la sortie de l’union européenne pour maitriser son destin. Ceci non par isolationisme, mais surtout pour éviter de subir la dictature de la commission européenne qui concentre des pouvoirs exécutifs et législatifs !
(Il est aussi bon de rappeller que les comissaires ne sont pas élus.. mais désignés par les chefs d’Etat, 1 par Etat membre, le parlement européen pouvant contrôler et censurer les commissaires… mais pas les désigner.)

Le Brexit ne faisant que confirmer l’intérêt de cette voie.

Financement des partis politiques suisses

Financement des partis politiques suisses

Dans la belle démocratie suisse, le financement des partis politiques en Suisse est un tabou. Mais il y a quand même des grands principes que l’on connait.

Les partis de gauche se financent via les cotisations de leurs membres, puis quand ils ont des élus par une rétrocession d’une partie des jetons de présence des élus. (voir des salaires pour les élus professionnels)

Les partis de droites se financent beaucoup par les entreprises.

L’UDC est connu pour avoir à sa tête des milliardaires qui financent une bonne partie de ses besoins.

Les banques financent les partis de droite (surtout PLR et PDC)

Selon le sondage réalisé par Actares sur le financement des partis en Suisse: « Pour 2012, deux sociétés font état de sommes plutôt élevées. Credit Suisse et UBS mettent chacune un million de francs par an à disposition de l’ensemble des partis« 

http://www.actares.ch/download/131013_ACTARES_Financement_Politique_2011-12.pdf

En 2007 UBS ne voulait pas donner de chiffres mais précisait: « UBS soutient des partis qui s’engagent pour l’économie de marché et un environnement favorable à l’activité économique »

http://www.actares.ch/Downloads/110713-Financement_Partis_2010_F.pdf

=> Cette indication nous précise que « L’ensemble des partis » ne concerne certainement pas les partis de gauche…

En 2013-2014:

UBS a fait des dons à des partis politique pour un montant total de CHF 1.8 millions aux partis suivants: PBD, PLR, PDC, PEL et UDC.

Quand à Crédit Suisse:

« Credit Suisse considère le soutien financier de partis politiques comme une part de « son engagement dans la société ». L’entreprise exige que le parti remplisse les conditions pour constituer un groupe parlementaire dans l’assemblée fédérale, et qu’il en fasse lui-même la demande. En revanche, l’orientation politique d’un parti ne joue aucun rôle. Dans les années 2013 et 2014, chaque fois jusqu’à près d’un million de francs ont été distribués, selon une clé de répartition basée sur le nombre de mandats cantonaux et fédéraux. Les partis les plus soutenus ont ainsi reçu jusqu’à 200’000 francs. »

 

http://www.actares.ch/fr/index.php/dossiers/analysis/smi-political-contributions-2013-14/

Des investissement rentables pour UBS

Ces investissements de la part d’UBS sont rentables. Ainsi comme on le voit, c’est grâce au conseiller fédéral Kaspar Villiger que la loi a officialisé le fait que l’Etat n’a pas le droit de se financer sans intérêts, mais doit passer par des banques commerciales.

A la fin de son mandat au conseil fédéral Kaspar villiger s’est retrouvé président du conseil d’adminstration d’UBS. Coïncidence ou récompense ?

Voici le détail de cette histoire….

Posts navigation

1 2 3 4
Scroll to top