Le pacte du 1er août 1291 est un faux !

Aujourd’hui on est le 1er août ! C’est la fête nationale Suisse !
Alors Joyeux anniversaire la Suisse.

Alice tient un drapeau suisse Chrisitan bouteill et Mathieu
Les 3 Suisses ? ……Oui.. je ressorts une vieille photo d’archive du temps d‘extremefondue.ch…

Mais pourquoi est-ce que l’on fête le 1er août ? et pas une autre date ?
…. et bien c’est en référence à la « date » indiquée sur le pacte de début août 1291.

Aaaah voilà.

L’histoire du pacte de 1219 ça fait partie du mythe fondateur de la suisse. C’est raconté partout. C’est expliqué sur wikipedia et sur le site de l’administration fédérale, c’est connu de tous les Suisses…

Et pourtant, c’est en allant voir ce pacte, le vrai, que j’ai découvert une toute autre histoire dont on ne parle jamais !
Le pacte de 1291 est un faux ! …. alors on va voir ça en détail.

Mythe fondateur Suisse

Il était une fois un peuple vivant qui refusaient l’ingérence des Habsbourg (la famille impériale) et de leur fonctionnaires arrogants (les baillis) dans leur vie quotidienne.
Ce peuple voulait juste vivre chez lui tranquille et ne pas se faire racketter par des puissants qui voulaient leur piquer les recettes du péage du col du Gothard.

gothard panneau

C’est ainsi que les gens de ces vallées se sont rebellés contre bons nombres de représentants de l’empereur du Saint-empire-romain-Germanique. L’empire qui dominait sur l’Europe à cette période. (le 13ème siècle)

La fable de Guillaume Tell raconte très bien cette histoire de rebelle qui veut se libérer de l’oppression.

Les gens de ces vallées ayant défié leur suzerain, ils devaient s’attendre à des représailles militaires. La confédération a donc été crée lors du serment du Grütli. (Les fameux 3 Suisses qui représentent les 3 vallées)

Le principe était de se porter assistance mutuelle afin de toujours rester libre. Cette rencontre mythique est une tradition orale et généralement on la situait en 1307.

Et voilà qu’un jour de 1724 un archiviste découvre à Schwytz un pacte de 1291 qui prévoit assistance entre 3 vallées en cas d’agression. Génial cette légende était donc vraie. On a un papier historique qui le prouve….

Alors oui, mais non…….

La fameuse prairie du Grütli
La fameuse prairie du Grütli

Donc en effet, nos amis les premiers Confédérés ont eu droit à quelques représailles pour avoir voulu se rebeller contre les représentants de l’empereur.

Le Duc Léopold 1er d’Autriche a envoyé des milliers de soldats. Mais ceux-ci ont été défait à la bataille de Morgarten par des paysans/soldats 2 fois inférieurs en nombre!

Après cet évènement, la confédération a grandi, ce qui n’était pas bien vu du Saint-Empire romain germanique. C’est ainsi donc que 73 ans après Morgarten, c’est à Sempach que les hostilités ont reprises. Et suivant le même modèle, les confédérés ont remporté la victoire. Leopold III perdant la bataille et la vie! (comme 15% de la noblesse alsacienne)

Depuis, la confédération Suisse vit tranquillement. La confédération est devenue une fédération de cantons. (tout en gardant le nom: confédération !)

Voilà pour la légende.

Remise en cause du mythe fondateur Suisse

Comme tous les mythes, celui de la Suisse est inspiré de faits réels, mais romancé.

Il semble bien qu’il y a eu des baillis pas très sympa. Il y a notamment eu comme dans la fable de Guillaume Tell un baillis nommé Gessler. Mais pas au même endroit !

Comme ce Gessler n’était pas aimé, son nom est devenu une sorte de nom commun pour désigner une bailli méchant. Lors de l’écriture de la fable de Guillaume Tell, c’est finalement le nom commun qui a été utilisé.

Il semble bien que les vallées ont conclus un voir plusieurs pactes d’alliance. Les batailles de Morgarten et de Sempach on bien eu lieu !

Mais il semble bien que le fameux pacte de 1291 est un faux !
(j’ai découvert ceci en allant le voir au musée des chartes à Schwytz.)

Pourquoi est-ce que le pacte de 1291 est un faux ?

En très bref, ce pacte présente plein de signes qui montrent qu’il n’est pas fait de manière conforme à l’époque:

  • le rédacteur est inconnu ! (peu de gens écrivaient les actes officiels ils étaient tous connus)
  • la date est floue…. (au début août…..  C’est pourquoi on fête le 1er août la fête nationale)
  • le pacte ne cite pas de document précédent précis (juste un vague…. « comme les anciens documents le montrent »)
  • le sceau de Unterwald est utilisé, alors qu’il n’existait pas en 1291… il n’y avait que des sceaux séparés pour les entités de Obwald et Nidwald.
  • Ce pacte n’existe qu’en un seul exemplaire. (Peut être que les autres ont été perdus… mais c’est louche)
  • Ce pacte n’est cité par aucun autre document plus récent jusqu’en 1891 où il est utilisé pour construire le mythe suisse (et ainsi fêter les 600 ans à cette date !) !  Avant 1891 on considérait que le pacte de Brunnen de 1315 était le véritable acte fondateur de la suisse.. (Suite à la bataille de Morgarten)
    (Le pacte de 1291 a été découvert par hasard dans les archives de Schwytz en 1724…)

pacte 1291 confederation suisse grutli

Etonnamment, seul le musée des chartes à Schwyz, sorte de coffre fort géant construit dans les années 1930 à la gloire de ce pacte de 1291, indique et explique pourquoi ce pacte est probablement un faux !

Le site web officiel de la confédération, ainsi que la page wikipedia du pacte n’indiquent en rien que ce pacte est un faux ! C’est certainement encore un tabou…
(Tout comme le fait que Guillaume Tell n’est pas un personnage historique.… et pire…. L’histoire est identique à celle plus vieille qu’on trouve dans une fable danoise…. Toko l’archer obligé de tirer une flèche dans une pomme sur la tête de son fils…. )
Pourtant… Guillaume Tell existe, je l’ai rencontré ! 😉

Mathieu et Adrien avec Guillaume Tell

 

Mais alors d’où vient ce pacte de 1291 ?

Le musée des chartes nous indique que le pacte de 1291 daterai de 1307, et serait une sorte de pièce jointe au CV d’un bailli qui voulait justifier d’une certaine indépendance historique de la région aux yeux du nouvel empereur du Saint-Empire Romain-Germanique.

Il aurait donc créé un faux pacte et l’a anti-daté histoire de justifier une continuité historique d’indépendance du lieu de tout intermédiaire entre le bailli et l’empereur. (alors qu’en général, il y avait toujours une famille noble en intermédiaire !)

Ça semble avoir fonctionné. En 1309, l’immédiateté impériale a été accordée par l’empereur Henri VII de Luxembourg. Donc une certaine autonomie, bien plus qu’ailleurs.

Je trouve cette histoire très intéressante, je ne vois pas pourquoi elle devrait être tabou ?

Les batailles de Morgarten et Sempach on réellement existées.

Il y a réellement eux plein d’autres pactes similaires à celui de 1291 qui ont véritablement créés la confédération helvétique.

En fait, c’est les idées nationalistes de la fin du 19ème siècle, puis les périls fascistes et communistes des années 1930 qui ont impulsé la création d’un mythe suisse. (et la construction du musée des chartes à Schwyz)

Qu’est-ce qui fait que la suisse est ce qu’elle est ?

C’est un pays qui n’est pas vraiment une nation homogène. Car il y a plusieurs langues, plusieurs religions et une grande diversité culturelle.

rostigraben
La recette des röstigraben c’est par ici...

=> La réponses saute aux yeux. La particularité de la Suisse c’est de mettre ensemble ce qui a priori ne va pas ensemble.

Le pacte de 1291 est l’emblème de cette idée. Il raconte l’histoire de 3 vallées qui se mettent ensemble.

« Unus pro omnibus, omnes pro uno« , un pour tous, tous pour un, est la devise de la Suisse.

Donc le mythe crée un égrégore qui devient une prophétie auto-réalisatrice. La suisse est bien un lieu où l’on arrive à mettre ensemble ce qui ne va pas ensemble à priori.

L’épisode politique de la république helvétique le montre bien.

Donc peu importe si le pacte de 1291 est vrai ou faux, les idées qu’il véhicule sont bien vivantes en Suisse !

vache-a-cornes identite suisse 1er aout

La république Helvétique

Après les batailles de Morgarten et Sempach qui garantissent une certaine autonomie à la confédération des cantons suisses. La confédération s’étend et colonise des territoires. Les cantons administrent des baillages communs. Il y a des cantons qui sont plus fort que d’autres. On peut notamment dire que le pays de vaud est une colonie du canton de Berne.
(C’est pour ça qu’il y a encore des traces d’un grand drapeau Bernois sur le mur extérieur du Château de Chillon)

Puis Napoléon est arrivé. Il a conquis la Suisse en 1798 pour créer la république Helvétique sur le modèle de la république Française.

  • Un législatif à deux chambres
  • Un  exécutif, le directoire
  • Une cours de justice supérieure
drapeau republique helevetique
Le drapeau tricolore de la république helvétique vert rouge jaune

L’innovation a également été de rendre tous les cantons égaux. Fini les baillages et les colonies.

Mais voilà… on ne gouverne pas la Suisse multiculturelle ainsi ! Comme dit plus haut le propre de la Suisse c’est de mettre ensemble ce qui ne va pas ensemble. Napoléon a bien du s’y résoudre.

En 1803 la république Helvétique c’est fini, place à l’acte de médiation.

Napoléon dira:

« La Suisse ne ressemble à aucun autre État, soit par les événements qui s’y sont succédé depuis plusieurs siècles, soit par la situation géographique, soit par les différentes langues, les différentes religions, et cette extrême différence de mœurs qui existe entre ses différentes parties. La nature a fait votre État fédératif, vouloir la vaincre n’est pas d’un homme sage. »

« Ce qui est en même temps le désir, l’intérêt de votre nation et des vastes États qui vous entourent est donc :

  • 1° l’égalité des droits entre vos dix-huit cantons
  • 2° une renonciation sincère et volontaire aux privilèges de la part des classes patriciennes
  • 3° une organisation fédérative, où chaque canton se trouve organisé suivant sa langue, sa religion, ses mœurs, son intérêt, son opinion. »

Donc voici une transition d’un Etat centralisé à un état fédéral qui est plus proche de l’habitude confédéral des Suisse. Ce qui permet de faire vivre ensemble ce qui à priori ne va pas ensemble.

Napoléon reste quand même à la tête de la politique Suisse. Surtout de la politique étrangère. Histoire de mener à bien ses idées sur le monde. (Ses conquêtes militaires !)

A la chute de napoléon et son empire. La Suisse s’émancipe vraiment et lors du congrès de Vienne, (Cette réunion d’une bande de potes qui refont le monde !) la Suisse devient officiellement Neutre.

C’est le système de la confédération des 22 cantons.

De la réforme de Napoléon à l’Etat fédéral Suisse moderne

Le parti radical démocratique prend de l’ampleur dans des cantons surtout urbains et protestants. Ils font passer des mesures anti-catholiques. Les cantons catholiques prennent peur et font une alliance secrète: le sonderbund. Ils cherchent à se faire protéger par l’Autriche, ce qui est contraire à la constitution.

C’est la guerre du Sonderbund qui éclate. Elle est très courte, trois semaines, et voit la défaite des catholiques.

A cette occasion une nouvelle constitution est adoptée, qui voit la création d’un véritable état fédéral. C’est la fin de la confédération, même si le nom est resté !

Les cantons sont souverains, mais délègues des compétences à la (con-)fédération. C’est ce que l’on appelle la suisse moderne de 1848 dont le système est toujours en vigueur.

suisse moderne de 1848

Conclusions

Alors en effet, il semble bien que le pacte de 1291 soit un faux. C’est un tabou !
Mais je trouve la véritable histoire encore plus passionnante.

Il y avait un bailli qui a créé ce pacte de toute pièce en 1307 et l’a anti-daté en 1291 afin d’avoir un document qui légitime la place privilégiée de la Confédération Suisse au sein du Saint-Empire romain germanique.

Ça semble avoir marché vu que cette confédération ne dépendait que de l’empereur et non d’une noblesse locale.

Les valeurs qui sont véhiculées par ce pacte sont toujours d’actualités. Même si ce pacte est un faux ça ne change rien. Il ne faisait qu’exprimer des valeurs bien vivantes et qui sont toujours vivantes des siècles plus tard.

Alors Joyeux anniversaire la Suisse !

croix suisse 1er août

Hop… une petite recette pour le 1er août…

la fusion froide

La fusion froide fait débat… est-ce que ça marche ?

Le débat est ouvert.

Voici Jean-Paul Bibérian qui explique que la fusion froide…. ça mérite de creuser le sujet…

à creuser….

Je complèterai plus tard…

La face cachée du cinéma par Patrice Pooyard

La face cachée du cinéma.

Patrice Pooyard, la face cachée du cinéma..

https://www.youtube.com/watch?v=9JkOXQr9-Mo&list=WL&index=378

  • le flickr…. c’est l’effet stroboscopique… ça c’est un état d’hypnose..
  • un film, c’est un bon sénario
  • le protagoniste
  • les personnes qui interagissent avec lui, ainsi on un aperçu de toute sa personnes
  • un antagoniste. => une force opposée qui ralenti la quête
  • le début = l’exposition
  • soigner les raisons de l’antagoniste pour être crédible
  • commencer par un bon décors « bienvenue au jurassic park »
  • il faut ensuite actionner l’empathie du public pour le protagoniste.
  • empathie = voir la scène au travers des yeux du personnage (ne signifie pas qu’il faut l’aimer)
  • un exemple du genre.. c’est seven.
  • suggérer… mais ne pas dire…. => l’inspecteur s’endors avec un métronome… ça montre tout de suite le genre de personnage.
  • si l’on veut dire que 2 persos se connaissent depuis 20 ans
  • => « eh… ça fait combien de temps qu’on se connait ? » => bof… ça arrive souvent en vrai ?
  • => la version dramatique: un perso renvers son café sur l’autre…. « bordel ça fait depuis qu’on est gosse que tu me renverse dessus !! »
  • puis après 15min… (pour le ciné US).. hop.. c’est la tuile.. qui pousse le protagoniste à partir à l’aventure.
  • C’est là que la question est posée: « arrivera-t-il à sauver le monde ? » « arriva-t-il a séduire sa belle »
  • L’histoire est cousue de fil blanc.. => cheminement trop visible jusqu’à la fin…
  • => on va gommer les coutures. Soit donner la réponse voulue.. mais d’une manière inattendue. => oui, va réussir… mais pas comme tu croyais.. 😛
  • le protagoniste doit tout le temps faire des choix pour avancer jusqu’à la scène finale.
  • La scène finale va le transformer à tout jamais. => et ainsi inspirer le spectateur.
  • une scène obligatoire => la confrontation entre le protagoniste et l’antagoniste.
  • éviter de le Deus ex machina… l’arrivée du dieu qui règles la situation à la place du protagoniste.
  • (ça me rappelle la fini du roman, l’aube de la nuit… après 2000 pages de course poursuite entre une bonne vingtaine de perso principaux, comme l’est harry potter, et une centaine de secondaire, comme le serait Ron.. voilà que pouf.. tout se résout en 10 page.. via un dieu qui résout tout !)
  • multiplier les significations dans plusieurs niveau => le psy qui a son cabinet dans un sous sol…. car il fait un travail en profondeur avec sa patiente. On le sait juste en voyant les ombres des jambes des passants au travers d’une soupirail.  => ne pas dire.. signifier
  • l’amour impossible… avec toujours un objet entre les deux… un vase… une grille… => dans le film Casablanca.
  • un film passe un message. Il est toujours utile pour ça.
  • => top gun… => un moyen de recruter des pilotes de chasse qui manquaient aux USA
  • => midnight express => un film qui montre la dureté de la prison en Turquie => juste au moment où les USA avaient besoin de l’opinion internationale en défaveur des turcs.
  • => tous les premiers film sur les indiens… ce sont des méchants… avant de nouveaux films plus réaliste.
  • => une fois la guerre froide finie, après la france n’ai pas voulu rejoindre l’armée US pour envahir l’Irak => les méchants sont souvent des français… => Matrix le mérovingien ! et un acteur français.
  • ET => révolutionne le point de vue sur un être extra terrestre. => il est gentil
  • ET est un archétype de la vie du christ. (comme beaucoup d’autre, voir Zeitgeist)
  • => il est venu du ciel, il guérit et fait des miracles par imposition des mains, il meurt et ressuscite. Il est entouré d’enfant. (tient Harry Potter aussi Ressuscite) => (c’est le monomythe de campbell… ce qui explique le succès) => ça donne envie d’attendre le retour du christ ou des ET…
  • ET a deux protagonistes. Ce qui permet une double identification selon l’âge du spectateur. Soit le gosse, soit l’adulte..
  • Avatar => une fable écologiste
  • => se fait griller un oscar par un film sur la guerre !!
  • => Jack représente l’humanité coupée dans son élan.. (il est paralysé des jambes)
  • => nétiri…= déesse de la nature chez les égytpiens
  • Avant avatar, Cameron a fait Terminator.. aussi une fable qui rappelle, le minotaure et Thésée.
  • Mowgli => une fable libertaire.. pas de chef..
  • Le roi lion => une fable du roi qui dirige le monde et tout le monde se prosterne.
  • PI => (aurait du s’appeler Phi..)  une fable à propos de la connaissance…. bataille entre des religieux. https://fr.wikipedia.org/wiki/Pi_(film) => la connaissance doit être vue et appréhendée doublement. Par le mental et l’expérience.
  • le grand bleu => comment un film avec un scénario si minimaliste a réussi a faire un tel carton ?
  • => la bataille entre le désir (veux se dépasser) et la volonté. (veux gagner)
  • Celui qui va se transformer pour et celui qui va transformer le monde pour le faire correspondre à sa volonté (l’apparence, la manipulation des autres.)
  • le grand bleu…. => de l’eau
  • les dents de la mer => de l’eau
  • => l’eau est depuis toujours associée à la mémoire inconsciente, à l’âme.
  • => ce qui explique l’impact du film. (qui n’a pas imaginé un requin arriver près de lui lors d’une baignade après avoir vu se film.. di di… di di… di di.. )
  • Luc Besson
  • => le dernier combat => on repart de zéro
  • => subway => sous terre…
  • => le grand bleu => sous l’eau
  • => nikita => explosion => passion amoureuse
  • => Léon => les grattes ciel… la plante => l’air
  • => terre, eau, feu, air… => 4 élément !
  • => Le cinquième élément !!  => la quintessence.
  • la noosphère.
  • Matrix
  • => Néo => nouveau => anagrame de ONE => l’élu
  • => question centrale; est-ce l’élu ?
  • => Morphéeus => Morphé dieu grec des rêves prophétique qui se balade avec un miroir à la main => comme les lunettes de morphéus ??
  • => trinity => la trinité des hermétistes et de toutes les religions => penser au delà de la dualité
  • => néo doit faire des choix tout le temps => sa vie rangée ou le hacker…. pilule bleu ou rouge, sauver morphéus ou non….  et là il révèle sa véritable nature.
  • des perles philosophique => la 1ère matrice était parfaite.. mais était un fiasco.
  • la fable:
  • => un système dirigé par des machines (des psychopathes ?)
  • => une quête pour l’énergie…
  • => au prix du fait de laisser des humains regarder un monde fictif
  • la propos de l’antagoniste (Smith) est bien vu:
  • => les humains sont un cancer qui détruit son propre environnement => il faut le maintenir en élevage pour assurer un avenir viable !
  • => c’est plausible, ça donne a réfléchir… et là c’est bingo… ça en devient un film inspirant.
  • divertir, instruire et donner à réfléchir => selon les hermétistes les critères de toute oeuvre d’art
  • le passeport de Néo expire le 11 sept 2001 !! => http://www.journaldugeek.com/2014/12/13/matrix-neo-11-septembre-2001/
  • => ce qui relance la discussion autour du film et le rend encore plus un film culte….. => sommes nous dans la matrice ? ce qui explique cette date ?
  • le 1er matrix => top
  • => les suivants au sénario moins top… on été un flop…
  • => conclusion, pour faire un bon film, avec un gros budget, les mêmes acteurs réalisateurs, et un même décors.. de l’action……  ça ne suffit pas si le scénario ne suit pas !!!

faire l’école à la maison en Suisse romande

Ces derniers temps je n’arrête pas d’entendre parler d’école à la maison ou de nouvelles manière de réformer l’école.

Du coup ça m’intérpelle et je trouve de plus en plus de choses intéressantes.

C’est tout d’abord lors du world café organisé par Génération Revenu de Base Inconditionnel en juin 2014 que ça a commencé. La question abordée par le world café était de trouver quels sont concrètement les organisations qu’il faut soutenir pour faire avancer durablement la société vers une société qui concrétise le Revenu de Base Inconditionnel.

Une des réponses a été, réformer l’école, notamment aller vers une école qui utilise une méthode pédagogique comme celle de l’école communautaire entrepreneuriale consciente, surtout présente au canada, mais qui commence à venir en Valais.

L’Ecole Communautaire Entrepreneuriale Consciente

L’idée est non pas de faire du bourage de crâne comme le fait le système pédagogique classique. « Tu verras bien un jour à quoi ça sert… » L’idée est de monter des projets. Puis de laisser les enfants découvrir de quoi ils ont besoin pour réaliser leur projets. Ainsi la motivation est beaucoup plus grande, l’utilisation directe pratique d’un concept théorique est mémorisé nettement mieux.

Donc on peut faire une école qui motives beaucoup plus et qui en moins de temps fait apprendre mieux !

De plus, on va vers une société de gens qui sont beaucoup plus responsable d’eux même, qui savent lencer des projets et les réaliser. Une société avec plus d’acteur et moins de consommateurs. C’est évidemment dans une telle société que le Revenu de Base Inconditionnel s’inscrit le mieux. Ainsi le world café a bien fonctionné pour extraire l’essentiel de l’intelligence collective. 🙂

L’école à la maison ou l’instruction en famille

Faire l’Ecole En Liberté, une organisation qui aide les parents qui veulent se lancer dans l’école à la maison dans le canton de vaud.

Les lois en Suisse romande:

  • Neuchâtel => peut se faire sur simple déclaration
  • Vaud => peut se faire sur simple déclaration, mais il y a des tests annuels auxquels participer.
  • Fribourg => peut se faire si les parents sont enseignants !
  • Valais => peut se faire uniquement si les déplacements professionnels des parents l’impose. (si tu vis dans un cirque..)
  • Genève => déclaration et mini contrôle
  • Jura => déclaration et contrôle

.. et la suite….. viendra bientôt…

 

… Il existe aussi un moyen de passer sa maturité fédérale sans passer par un gymnase ou un lycée.. mais en candidat libre…

Pour en savoir plus, voici le site web de l’Association d’étudiant-e-s autodidactes pour la Maturité fédérale…..

Comment écrire un titre accrocheur – La recette scientifiquement prouvée en 6 étapes et à la portée de n’importe qui

Il est toujours difficile d’attirer l’attention. De faire un titre accorcheur qui va donner envie d’en savoir plus.

Les gens qui font des titres pour les manchettes de journaux, les gens qui font du marketing par e-mail sont devenus des maîtres dans l’art d’écrire une phrase qui va vous donner envie d’en savoir plus.

Petit exemples…

  • « Comment une grand-mère de 90 ans.. a jailbreacké un iPhone »
  • « Comment avoir une cargaison de patate sans mettre les pieds dans son jardin »

 

Voici la recette (secrète) que ces maîtres utilisent….

La recette pour écrire un titre accrocheur

Les ingrédients pour faire un titre accrocheur sont les mêmes que pour faire une histoire dont tout le monde se souvient.

Le livre « Ces idées qui collent » décrit dans le détail la recette d’une histoire à succès.

Ici on va s’inspirer de cette recette pour écrire juste un titre accrocheur.

Les ingrédients pour fabriquer une histoire dont on se souvient:

  • simplicité => Il ne faut garder que l’essence même de l’idée. S’il y a trop d’arguments, si l’idée est trop enrobée on l’oublie.
  • inattendu => Il faut déjouer l’intuition du mental pour attirer l’attention. C’est aussi un des mécanismes de l’humour. De plus la forme énigme va tenir en haleine le lecteur jusqu’à la fin.
  • concret => Une métaphore, c’est concret. Il faut donner une image, du détail, des exemples, du mesurable.
  • crédibilité => Si un médecin vous annonce que vous avez une maladie incurable, il aura plus de crédibilité que le marchand de glace du coin ! (mais c’est parfois un piège)
  • émotion => Ce qui nous intéresse le plus, c’est nous même. Il faut s’imaginer progresser, apprendre. Il faut que l’histoire puisse avoir un bénéfice personnel. (pour vendre selon se principe… faite imaginer le bénéfice que le produit apporte… et hop.. l’achat n’est qu’une modalité.. c’est comme si VOUS l’aviez déjà). Un milliard de gens crèvent de faim.. ne nous intéresse pas. Le gars que tu connais personnellement crève de faim. Ça te touche. Nous ne sommes pas sensible aux statistiques.
  • histoire => Il faut correspondre à un archétype d’histoire. (voir monomythe de Campell) Le faible est mis dans une difficulté impossible à résoudre. Mais il triomphe quand même. C’est une histoire qui inspire, qui motive à agir. De plus c’est une simulation qui montre comment agir. (pourquoi et comment)

Dit autrement, pour qu’une idée colle, il faut susciter l’Attention (inattendu) de celui qui l’écoute, l’aider à la compréhension (simplicité) et la mémorisation (mémoriser en utilisant tous les sens et le concret). Il faut que l’histoire soit crédible. (autorité, sincérité, honnêteté), il faut impliquer émotionnellement l’auditeur. (Les politiques qui utilisent le storytelling montrent la vie d’un chômeur pour parler de chômage en général), il faut impliquer l’auditeur dans l’histoire. L’histoire doit inspirer une volonté d’agir. Elle doit être un exemple qui donne espoir, qui indique le pourquoi agir et qui montre un comment agir.

L’art de faire un titre va surtout tenter de faire lire l’histoire au complet. Donc on va se concentrer sur les premiers ingrédients suivant la longueur du titre que l’on veut faire. Mais il est possible de tout mettre dans un seul titre !

  • transmettre l’essence de l’idée de l’article. (simplicité)
  • utiliser un mécanisme qui sort des schémas qui fait appel à l’inattendu pour retenir l’attention. Ex: utilisez une combinaison paradoxale de mots: « un papy de 93 ans jailbreak un iPhone » (inattendu)
  • entrer dans le concret. Les chiffres sont parfait pour ça. « 3 astuces pour » (concret)
  • ajouter un zeste d’autorité « scientifiquement prouvé », « vu à la tv » (crédibilité)
  • impliquez le lecteur: « Spécialement pour vous », « Vous n’êtes pas seul a avoir ce problème », indiquez le bénéfice personnel: « qui vous fera gagner du temps »
  • Montrer qu’un obstacle insurmontable a pu être franchi par un personnage improbable.

Essai concret:

« Comment un papy de 93 ans peut vous aider à jailbreaker un iPhone grâce à 3 nouvelles méthodes scientifiquement prouvée…« 

  • Simplicité: comment jailbreaker un iPhone
  • Inattendu: placer un paradoxe: un vieux qui sait jailbreaker de iPhone.. jamais vu ça !
  • concret: 3 méthodes
  • crédibilité: les méthodes sont scientifiquement prouvées !
  • émotion: Comme un papy peut Vous aider. Il y a un bénéfice personnel à retirer de l’histoire.
  • histoire: même la personne la plus improbable comme un vieux de 93 est capable de jailbreaker un iPhone. C’est inspirant pour tous.

J’ai encore ajouté l’ingrédient surprise, la cerise sur le gâteau, le mot: « nouveau ». Ainsi même si le lecteur s’est déjà fait aider une fois par ce fameux vieux pour jailbreacker son iPhone et que ça n’a plus rien d’inattendu pour lui… il va quand même lire l’article. 🙂

 

La nouveauté est une autre forme d’inattendu !

Ppour en savoir plus sur pourquoi le mot « nouveau » nous attire et encore d’autres pièges dans lesquels ont tombe. Voici mon résumé du livre: Le petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens.

Voici encore quelques idées pour écrire des histoires à succès...

Qu’est ce que la beauté ?

Qu’est-ce que la beauté ? Comment définir ce qui est beau ?

C’est une question à laquelle il n’y a pas de réponse. Depuis des millénaires il y a des gens qui cherchent ce qui est beau sans être d’accord sur une définition.

Est-ce que la notion de beauté est personnelle ? Est-ce qu’il y a un absolu de la beauté ? Est-ce que la notion de beau change au fil du temps ?

Les grecs antiques aiment que le beau soit lié à l’harmonie, à la perfection mathématique de nombres comme le nombre d’or.

Voici de nombreuses référence sur: Qu’est-ce que la beauté ?

Il y a très rapidement deux catégories qui s’impose quand on tente de définir ce qu’est la beauté, la beauté physique, une belle fille, un beau gars. Et la beauté de la nature, les paysages époustoufflants. Puis il y a le reste…

Beauté physique

On peut dire que c’est très lié à la notion d’attirance, et même plus précisément d’attirance sexuelle. Au fil des âges, les canons de la beauté changent.

Nous sommes génétiquement programmé pour être attiré par les individus qui ont le code génétiques le plus compatible. (différent !) Ainsi la notion de beauté est personnelle !

beauté chirurgie esthétique.JPG

Beauté de la nature, des paysages

La nature est toujours belle. Il suffit de faire une recherche sur google image à propos de beauté pour voir défiler des images de superbes paysages, surtout de lacs, de rivières, de montagnes.

J’ai l’impression que la beauté d’un paysage, c’est surtout ce qu’il permet de transmettre comme émotion. Souvent, ce que l’on trouve beau, c’est le dégagement, c’est la vue. Les plages, les lacs qui dégagent le paysage. La vue dégagée donne de l’air, un sentiment de liberté.

Mais ce qui est beau, c’est aussi ce qui en impose. Comme la masse et la hauteur des montagnes, la force des vagues de l’océan, les tempêtes destructrices sont aussi belles par la force de la nature qu’elles représentent.

La beauté des couleurs qui permettent de transmettre des émotions. On parle de couleurs vives. De couleurs qui célèbrent la vie !

La beauté des oeuvres d’art est comme les paysages. C’est quelque chose de personnel car c’est lié aux émotions. Une oeuvre d’art peut faire raisonner en nous une émotion et chez quelqu’un d’autre pas du tout !

Parfois, on qualifie une beauté de sublime. Les artistes de leur côté subliment souvent leur pulsions dans une oeuvre d’art. Rien que par les mots qui résonnent on devine que l’artiste transmet sa pulsions à travers son oeuvre.

lac de Brienz turquoise.JPG

Beauté des objets, des choses, des batiments

Pour tout le reste, il y a un notion de beauté un peu semblable. Un bel objet est un objet pur, sans aspérité, bien proportionné, équilibré. Il a un design qui correspond à une harmonie.

Un objet trop grand, trop maigre est disproportionné. Les proportions sont plus belles quand on s’approche de proportions spéciales. Celles qui ont inspirés tous les batisseurs des temps anciens. (racine de 2, racine de 3, nombre d’or, etc..)

Mais aussi la bonne proportion est là quand on utilise une forme simple et régulière. Un cercle, un carré, un triangle. Si un objet s’inscrit dans ces formes simples il est beau.

« Mon beau sapin…. roi des forêts »… Un simple triangle. C’est dans l’imaginaire un sapin bien proportionné, qui ressemble à un sapin, qui a la forme de l’idée que l’on s’en fait, qui correspond à l’archétype du sapin. A la forme de base, simple (simple = sans plis..=> sans aspérités). Donc ça exclu tous les sapins diformes, les sapins avec des branches en moins ou en trop. Il faut que le sapin soit symétrique et non tordu.

Il me semble que l’on retrouve ici la notion de simplicité. Ce qui est beau est ce qui correspond à un archétype. A la forme de base.

On préfère les visages à peau lisse que ceux à boutons….

Mais une belle table, c’est aussi une table qui a vécu. Qui est bien patinée par le temps, qui a une âme. Qui transmet des émotions.

Le nombre d’or est un nombre particulier qui est le rapport entre la partie et le tout, ceci à plusieurs échelles. Ainsi il n’y a qu’un seul nombre possible. C’est quelque chose de hautement improbable. Donc c’est beau !

Pourquoi est-ce que l’on préfère l’aigle à la poule ?

L’aigle, comme tous les rapaces est beau. Il est finalement très proche de l’archétype de l’oiseau. Un oiseau ça vole. Ainsi la poule tout comme l’autruche sont moins belles. De plus, l’aigle plane, il ne bat pas souvent des ailes. Sont vol est plus pur et fluide. Plus simple. Donc plus beau ! Il combine un facteur de beauté en plus. Mais ce n’est pas fini. L’aigle en vol transmet une émotion, c’est la connotation de liberté, de légéreté. C’est encore plus beau !

Il y a aussi des assemblages de couleurs complémentaires qui sont beaux. Pourquoi ?

institut de beauté canine.JPG

Qu’est ce que je trouve beau / belle ?

  • Ce qui est improbable. => trop beau.. je ne pensais pas ça possible !
  • Ce qui est simple => d’où le rasoir d’ockham utilisé en science pour choisir l’hypothèse la plus plausible. C’est toujours la plus simple.
  • Les fractales qui sont des formes simples construisant le complexe => arbre, chaines de montagne, découpage des côtes
  • Les couleurs vives
  • La cohérence d’un grand nombre de choses qui s’assemblent tellement c’est peu probable. => la lecture à plusieurs niveaux d’une BD, d’un film pour enfant avec des blagues pour adultes. Les jeux de mots qui ont plusieurs sens.

Mes tableaux pinterest de ce qui est beau

Synthèse: qu’est ce que la beauté ?

De ce qui précède. De mon expérience personnelle. Voici ce qui semble être commun à tout ce qui est beau:

  • La beauté, c’est ce qui est simple, ce qui va à l’essentiel
  • La beauté, c’est ce qui nous touche, ce qui stimule des émotions en nous, nous inspire.
  • La beauté, c’est ce qui est improbable.

équilibre des empillements de galet.jpg

Comment fonctionne la redevance Radio-TV en suisse (Billag)

Quelles sont les conditions pour l’obligation de payer la redevance radio/TV en Suisse ? (Billag)

Chronique d’un déménagement

vieille-tv.pngJ’ai déménagé dernièrement. Au passage j’ai profité de me débarrasser de ma TV qui ne servait plus qu’à prendre la poussière. (Je ne l’avais allumée qu’une fois durant l’année précédente.. et c’était pour me voir dans une émission à laquelle j’ai participé ! :P)

Du coup, je me suis dit que vu que je ne regarde plus la TV, je peux aussi résilier ma redevance TV… (tout en gardant la radio, car 1: Je suis obligé et 2: j’aime télécharger des podcasts d’émission de la rsr pour quand je fais du vélo)

Quand j’ai entrepris cette démarche, j’ai découvert les méandres de l’administration Billag…. Digne de la « maison qui rend fou » dans les 12 travaux d’Astrérix.

Petite précision, j’ai déménagé par ce que je me suis mis en ménage… La redevance étant payée « par ménage ». J’ai le droit de demander une « cessation de l’exploitation » pour raison de « Mise en ménage avec »…

Il y a même un formulaire web pour réaliser cette opération de cessation billag.

Donc je rempli le formulaire, je donne la date à laquelle j’ai déménagé. J’ai  même dénoncé mon amie pour dire que nous fusionnons nos ménages.

Voilà, il me semble que j’ai fait ce qu’il faut. Je m’attends à ce que l’on boucle mon compte Billag, comme j’ai quitté mon appartement. Mais non… Billag c’est pas comme ça que ça marche…

Désinscription impossible !

La réponse que je reçois à ce ma « cessation de l’exploitation » est « désinscription impossible » !
Ah bon ? Pourquoi ?

vieille-radio.pngL’explication fournie est le fait que mon amie ne paye que la redevance radio et que moi je payais la redevance radio ET TV….  Donc c’est pas possible que je me mette en ménage avec une personne qui n’a pas la TV !!!

Pour moi le problème était réglé… mais non, ils ont peur de perdre un client TV ainsi. Alors plutôt que de me croire quand je boucle mon compte et m’affilie à un compte qui n’a que la radio, ils me retournent un nouveau formulaire papier pour que je réponde à nouveau à la même question !

.. mais surtout ce formulaire est livré avec un petit dépliant « Merci d’assurer les bases du service public de radio et télévision« .

Merci d’assurer les bases du services public radio et télévision: une propagande bien huilée

C’est un outil de propagande efficace qui tente de faire croire que l’on est obligé de payer la redevance TV si l’on a une connexion internet. Alors que ce n’est pas le cas !

Vous avez peut être l’impression que c’est un parti pris, de ma part, mais effectivement, je trouve que tout est fait sur ce formulaire pour nous induire en erreur !

Il y a deux paragraphes qui sont importants à lire pour connaitre les conditions qui font que l’on doit payer ou non. Ce sont les paragraphes « Obligation de s’inscrire et de payer les redevances » et « Appareils de réceptions« .

Déjà rien que le titre indique la couleur !

La première phrase du premier paragraphe explique: « Les personnes qui possèdent un appareil permettant d’écouter la radio ou de regarder la télévision sont tenues de s’inscrire et de payer les redevances. A cet égard, peu importe que l’appareil soit fréquemment utilisé ou non.« 

Bon quand je lis ça, je me dis… ah.. et bien je suis coincé.. si j’ai ce fameux « appareil »… Je dois payer.

C’est ainsi que je vais voir sous le paragraphe « Appareils de réceptions ». J’y lis que pour la radio, un appareil c’est « radio, auto-radio, téléphone portable avec réception radio, ordinateur ou tablette avec accès internet« .

En bref… j’ai un accès internet, je dois payer ! Mais pour la radio je ne rechigne pas, je télécharge de temps en temps des émissions pour les écouter en podcast quand je fais du vélo.

En ce qui concerne la TV, qu’est ce qu’un appareil ?

« téléviseur, téléphone portable avec réception TV, ordinateur ou tablette avec accès à Internet, si vous disposez d’un compte d’accès (même gratuit) auprès d’un fournisseur de programmes de télévision par Internet« .

Là je vous me direz ce que vous avez compris au premier abord… par ce que moi je dois être bête… J’ai compris avec cette phrase que je devais payer la TV vu que j’ai un ordinateur avec accès à Internet.

… J’ai pas vu le petit « si« …. si vous disposez d’un compte d’accès auprès d’un fournisseur de programmes de télévision par Internet.

Le dépliant a fait son effet…. avant j’étais certain que je n’avais pas besoin de payer la TV, j’ai fais les démarches en ce sens.

On me répond « Désinscription impossible », on me balance un nouveau formulaire avec un dépliant pour bien me faire comprendre que le service public ça compte… et voilà que je rempli le formulaire papier, en étant persuadé que je dois maintenant payer la télévision par ce que j’ai un ordinateur relié à internet… (même avec ma pauvre connexion 500k )

La révélation: il n’est pas forcément nécessaire de payer la redevance TV si l’on a une connexion Internet

Puis je discute du fait que je dois payer cette redevance TV et un ami m’assure que non !… Je n’ai pas besoin de payer la télévision par ce que j’ai une connexion Internet !

faq billag très légères.pngJe creuse le sujet. Je vais sur le site de Billag, je vais dans la partie des « Questions-réponses ». Il y a un texte très simple qui résume la situation.

« Celui qui connaît la signification des trois mots clés suivants sait déjà presque tout sur les redevances de réception de radio et de télévision.« 

Attention au « presque » !

  • Il faut payer par ménage et par entreprise
  • tu paies si tu as un appareil de réception
  • tu es obligé de te déclarer et de payer

Qu’est-ce qu’un appareil ?? Il est écrit un petit résumé pour nous aider.

« Outre les appareils de radio et de télévision, tombent également dans cette définition les appareils multifonctionnels(ordinateurs ou portables p.ex.). »

Au premier abord, il est simple de s’arrêter là… de se dire.. bon.. voilà, j’ai un ordinateur… Je dois payer…. Mais comme je le découvre de plus en plus, Billag n’est pas là pour nous aider, mais pour nous embrouiller !

Comme je venais là pour avoir le fin mot de l’histoire, je continue la recherche, je clique sur le lien caché par  le mot « multifonctionnels«  et je découvre une page du site web de Billag qui explique mieux que le dépliant papier les conditions à remplir pour être dans l’obligation de payer la redevance TV.

Le titre du paragraphe est nettement plus explicite et compréhensible que dans sa version papier:

« J’ai un ordinateur avec accès à Internet. Dois-je annoncer la réception de programmes de radio et/ou de télévision?« 

Réponse en dessous: « Les ordinateurs avec accès à Internet tombent sous le coup de cette obligation, pour autant que certaines conditions soient remplies« .

Ah.. il existe des conditions qui font que l’on est pas obligé ?? .. La brochure papier m’en donnais pas l’impression ! Je creuse donc.

« Si vous ne disposez d’aucun autre appareil de réception que votre/vos ordinateur(s), vous devez annoncer la réception de programmes de radio et/ou de télévision, si toutes les conditions ci-dessous sont remplies. »

Ah… toutes les conditions.. donc pas juste une… mais toute la série.

Et quelles sont ces conditions ?

Voici un extrait du site de Billag:

Réception à titre privé de programmes de radio:

  • le ménage dispose d’une réception via ISDN ou d’un raccordement à large bande (p. ex. ADSL, réseau câblé);
  • le ménage dispose d’un logiciel spécifique (p. ex. Mediaplayer, Realplayer) rendant la réception possible.

Réception à titre privé de programmes de télévision:

  • le ménage dispose d’un raccordement à large bande (p. ex. ADSL, réseau câblé);
  • le ménage dispose d’un logiciel spécifique (p. ex. Mediaplayer, Realplayer) rendant la réception possible;
  • le ménage a conclu un abonnement payant pour la réception de programmes de télévision ou s’est enregistré chez un fournisseur qui offre un accès gratuit à des programmes de télévision.

Pour la radio, je vois qu’à moins d’avoir juste un modem 56k… très très lent… Il n’est pas possible d’avoir une connexion Internet et d’échapper à la redevance radio.

Mais je relève quand même que la brochure papier dit: « Ordinateur (ou tablette) avec acès à Internet » C’est déjà une généralisation qui suppose que plus personne n’a de modem 56k…. (ce qui est probablement vrai ! Je laisse tomber..)

Donc je vais payer la radio (ce que j’avais prévu ! à la base.. Moi je voulais juste supprimer la TV, vu que j’ai débarassé ma TV et que je ne la regarde pas !)

Quelles sont les véritables conditions qui obligent à se soumettre à Billag

Ces règles découlent de la loi fédérale sur la radio et la TV. (LRTV) et sont complétées en détail par l’ordonnance sur la radio et la Télévision ORTV.

Voici ce que dit l’article 68 de LRTV:

Quiconque met en place ou exploite un appareil destiné à la réception de programmes de radio et de télévision (récepteur) doit payer une redevance de réception. Le Conseil fédéral détermine les catégories de récepteurs et précise en particulier les conditions auxquelles les appareils multifonctionnels fondent une obligation de payer la redevance et d’annoncer les récepteurs.

Il n’est perçu qu’une seule redevance de réception par ménage ou entreprise, quel que soit le nombre d’appareils.1

Quiconque met en place ou exploite un récepteur doit préalablement l’annoncer à l’organe de perception de la redevance. La modification d’éléments déterminant l’obligation d’annoncer doit également être annoncée.

L’obligation de payer la redevance commence le premier jour du mois suivant la mise en place du récepteur ou le début de l’exploitation.

Elle prend fin le dernier jour du mois où les récepteurs ne sont plus exploités ni en place, mais pas avant la fin du mois où cet état de fait a été annoncé à l’organe de perception.

Le Conseil fédéral règle les modalités. Il peut exempter certaines catégories de personnes de l’obligation de payer la redevance et d’annoncer.


Rectifié par la Commission de rédaction de l’Ass. féd. (art. 58 al. 1 LParl – RS HYPERLINK « http://www.bk.admin.ch/ch/f/rs/c171_10.html » ).

L’article 57 de ORTV complète de définir ce qu’est un appareil:

(art. 68, al. 1, LRTV)

L’obligation d’annoncer et de payer la redevance de réception de programmes de radio ou de télévision concerne:

a.
les appareils destinés à la réception de programmes ou comprenant des éléments conçus exclusivement pour la réception;
b.
les appareils multifonctionnels, s’ils sont équivalents aux appareils mentionnés à la lettre a quant à la diversité des programmes qu’ils permettent de recevoir et à la qualité de réception.

Mais comme le texte juridique n’est pas simple à comprendre, il y un autre document qui décrit en détail comment la loi est interprétée !

Voici un lien vers ce document d’interprétation en pdf…

En gros, la partie intéressante c’est le texte que j’ai repris ci-dessus et que l’on retrouve sur le site de billag, le texte qui est plus clair que les dépliant qui entretiennent le flou !

Bon, alors, en ce qui me concerne est ce que je dois payer la redevance TV ou non ?

Quelles sont les conditions pour être dans l’obligation de payer la redevance télévision à Billag ?

  • Un raccordement large bande…. C’est combien large bande ? Par ce que aussi étrange que ça puisse paraitre avec le temps que je passe sur le net.., j’ai une connexion ADSL 500k… à l’époque du modem c’était large bande, mais maintenant que les rues sont couvertes de pub Swisscom pour l’abonnement 1 Gigabit… c’est rien du tout.. (2000 fois moins pour être précis). En France on compte que le large bande, c’est 2 Mbits/s .. aux USA, c’est 4.. au Canada c’est 1.5…. En Suisse.. c’est > 128kbits/s d’après ce que j’ai trouvé…. En Suisse 41% des ménages ont de l’Internet large bande !
  • Un logiciel spécifique rendant la réception possible. Les exemples de Mediplayer et realplayer ne me concernent pas… Je ne les ai pas.. mais VLC étant polyvalent il entre probablement là dedans… Que signifie »Spécifique » ? qu’il a été conçu pour lire la TV ? Mon navigateur web (ou le plugin flash) lit la TV dans certains cas.. mais il n’a pas été « spécifiquement conçu pour la TV ».. est-ce que ça rentre dans cette définition ? Ce mot entretien le flou. Pour tout inclure, je l’aurait enlevé. Comme dans la brochure papier qui ne précise en rien qu’il faut un logiciel pour lire le contenu.
  • Un abonnement à un fournisseur de programme de TV. Gratuit ou payant ! => C’est là que je trouve l’argument le plus clair qui m’indique que je n’ai pas besoin de payer. Cette phrase indique bien que c’est la volonté de vouloir regarder la TV qui prime sur la potentielle possibilité que j’ai de regarder la TV sur le net. Si je me prends un abonnement swisscom TV… c’est pour regarder la TV (et je paie), si je m’ouvre un compte Zatoo, c’est pour regarder la TV… (et c’est à la base gratuit). (Est-ce que je vous ai dit que Billag est une filliale de Swisscom ? 😛 )

Donc, effectivement quand j’évalue ma situation, je vois que j’ai une connexion large bande qui est discutable, un logiciel spécifique discutable.. et pas de compte chez un fournisseur de contenu TV. Donc effectivement, je n’ai pas besoin de payer la redevance télévision.

Comment arriver sans le vouloir à faire le contraire de que ce que je voulais ?

Entre temps, Billag m’a renvoyé une nouvelle facture des plus incompréhensible. Il a fallu que je téléphone pour en comprendre la nature. En fait, le compte Billag de ma copine a été supprimé et associé au mien. Sur la facture on m’a déduit de ma redevance TV, la redevance radio que ma copine avait déjà payée pour toute l’année.

Bref… droit le contraire de ce que j’avais demandé sur mon premier formulaire… suppression du mauvais compte et en aucun cas la cessation d’exploitation TV que j’avais demandée !!

…. vraiment la maison qui rend fou !  Comme quoi, t’as beau être de bonne fois et demander un truc simple… quand ça passe par Billag.. tout se complique.. Tu reçois de la paperasse non demandée et tu dois faire des téléphones pour demander des explications sur ce que l’on t’envoie…

J’ai reçu 2 fois le dépliant de propagande, vu qu’en déménageant la commune me l’a offert !!

J’ai finalement été inscrit 2 fois (j’ai deux lettres « Merci de votre inscription ») et une « Désinscription impossible« …. J’ai déjà téléphoné 3 fois pour comprendre ce que l’on m’envoie…

… et Billag annonce s’occuper de 2500 téléphones et 2500 lettres par jour….  ce qui coûte 45 millions de CHF / année. Effectivement, si pour chaque formulaire web que je remplis, je dois faire un tel cirque… Je comprend que ça coûte cher !

Téléphone avec Billag

Lors d’un de mes téléphones à Billag… J’ai indiqué mon souhait de base, une cessation d’exploitation pour la télévision.

La madame à l’autre bout du fil, m’a demandé: mais vous avez internet ? Oui, j’ai internet, mais ça ne veut pas dire que je dois payer la TV !

Encore une fois Billag a tenté de me faire douter de mon bon droit à ne plus payer la redevance de télévision !

La réponse a été encore une fois déroutante. « OK, mais alors pour les cessations d’exploitation il faut faire la demande par écrit ! »

Elle n’a pas nié le fait que j’ai le droit de ne pas payer la redevance ! Elle cherchait juste à me compliquer le chemin, à me faire douter !.. et aussi étrange que ça paraisse, après avoir passé 10 minutes à observer toutes les transactions que j’ai faites ces derniers temps et m’expliquer les méandre de l’administration à la Billag… non, il n’est pas possible que je demande une « cessation d’exploitation » par téléphone !

Donc je raccroche et je retourne sur le site web de Billag, au même endroit que la première fois, et je remplis le formulaire de « cessation d’exploitation« .

billag formulaire de désinscription trompeur.pngEt là, encore une fois je remarque un exemple de la mauvaise foi de Billag…. Le formulaire pour demander une cessation d’exploitation demande de remplir une raison. La dernière fois j’avais rempli « mise en ménage ». Cette fois je veux cocher la case « Plus d’appareil », ce qui est expliqué par cette phrase:

« Plus d’appareils, c’est-à-dire pas non plus d’ordinateurs avec accès Internet ni d’appareils mobiles/portables ou installés dans des véhicules ou en d’autres lieux (auto, bateau, maison de vacances) »

Encore une fois il est écrit, en bref si t’as une connexion internet => tu payes !! …. Non c’est faux ! Tout dépend de si tu as un abonnement à un fournisseur de service TV ou pas, comme il est indiqué sur ce même site web !

J’espère en arrivant jusqu’ici dans cette lecture que vous commencez à comprendre mon ressentiment contre cette entreprise qui fait clairement de la manipulation, qui sciemment utilise des processus pour décourager les dés-inscriptions.

Quand ça m’arrive une fois, je me dis que c’est peut être par hasard, que c’est mal fait… que je n’ai pas compris et que c’est moi le con.

Mais quand je vois que plusieurs fois dans le processus, sur le web, sur papier et par téléphone on tente de me laisser dans le flou, qu’on tente de me faire douter, que l’on masque l’information principale dans un blabla qui semble dire le contraire. Je ne peux pas faire autrement que de penser qu’il y a une véritable intention malhonnête la derrière…

Je fini par cocher la case, je continue le processus pour me désinscrire de la redevance TV… la demande est envoyée ou du moins je l’espère, car le site a planté au moment où je devais imprimer ma confirmation d’envoi des données !!! … (mais j’ai une capture d’écran)

Là je commence vraiment à penser qu’il y a un complot contre moi ! (et tous les gens qui n’ont plus la TV)

… Je vais voir ce qu’il me vient en retour ? … peut-être que comme d’habitude ils n’ont pas encore fait mon changement d’adresse… et que la lettre va encore une fois se perdre ?? On verra…

… Suite et fin ! 🙂  après 2 semaines d’attente… Billag m’envoie une lettre « Confirmation de votre désinscription. » et reprend les données que j’avais envoyée 4 mois plus tôt !

Ma nouvelles adresse est enregistrée, la fusion avec le compte de mon amie ? Je ne sais pas trop.. mais si j’ai le droit de me désinscrire je pense que c’est bon. Ma volonté de ne plus payer pour la TV est enregistrée 🙂

Puis, il me restait encore un bout de facture à payer quand j’avais encore une TV. Le calcul proposé est juste. Quand ils veulent, ils peuvent… Du coup j’ai reçu deux lettres en même temps !

Et pour terminer en beauté cette histoire, avec la lettre de confirmation de désinscription ils ont aussi envoyé le flyer papier !! .. Comme ça c’est le 3ème que j’ai !!

=> et bien non.. en fait ils ne peuvent pas.. c’est vraiment une administration de bras cassés…..    Donc le 26 juin 2014. Par téléphone c’était réglé. Avec juste une dernière tranche de facture à CHF 97.75 à payer (pour août-nov 2013 avant mon déménagement…et après.. vu que je suis parti début octobre)….  j’en ai plus entendu parlé.. et pas vu la facture….

…Jusqu’à ce 10 décembre 2015…   où je reçois une lettre « dernier rappel »…. « Payez les 97.75 + 35.- d’indemnité de rappel  et poursuite, ceci jusqu’au 12.12.2015 sinon nous nous verrons dans l’obligation d’engager des poursuites !!! »

=> Encore une fois, j’appelle pour clarifier la situation. La madame m’explique gentiment que la facture de CHF 97.- a été envoyée à mon ancienne adresse !!!!

Ceci jusqu’au moment où ils ont voulu me mettre au poursuite, et que là ils ont appris que j’avais déménager !!?!?  et pour enfin m’envoyer un « dernier rappel » à ma nouvelle adresse (pourquoi n’envoyer qu’un dernier rappel et pas la facture ?)

Et comment est-il possible qu’après leur avoir écrit, téléphoné plusieurs fois pour indiquer que mon déménagement et ma nouvelle adresse ils n’ont pas encore enregistré tout ça ? …. surtout qu’après m’avoir écrit 4 lettre en 2014 à mon adresse actuelle…. ils ne peuvent quand même pas nier connaitre mon adresse !!

Mais je vais leur envoyer ma note d’honnoraire pour le temps perdu avec leurs conneries !!

Bon.. pour finir je crois que je ne me suis pas autant mis en colère depuis si longtemps…  J’ai crié au téléphone comme jamais je ne l’ai fait pour dénoncer l’incompétence de cette administration ! … la pauvre madame qui m’a gentiment écouté !! Je lui ai quand même souhaité une bonne journée de joyeuses fêtes….

.. et elle m’a supprimé les CHF 35.- de frais.. C’est la moindre de choses quand même !

Du coup, j’ai payé, mes CHF 97.75  et j’espère ne plus jamais jamais jamais entendre parler de Billag…

L’avenir de la redevance Radio-TV Suisse

Ces dernières années, la technique a évoluée rapidement et tout s’est brouillé. Il est possible de regarder la TV depuis un ordinateur, depuis un téléphone. La radio fait des émissions en vidéos…  Les opérateurs de téléphone proposent de la télévision… et les câbles opérateurs de TV proposent des abonnents de téléphone….

Bref.. le monde se fractalise…

Du coup la loi sur la redevance se complique. Elle élargit toujours ce qu’est un appareil de réception.

A une époque pour écouter la radio, il fallait une radio et pour regarder la TV, il fallait une télévision. Personne n’achetait de télévision pour ne pas la regarder, ce serait stupide…

.. Mais à l’ère des appareils multi-fonctions. Un ordinateur et une connexion internet, permet dans beaucoup de cas d’aller chercher du contenu de radio ou de télévision. Mais comme cet appareil permet beaucoup d’autres choses, il n’est pas certain que ce soit l’utilisation qu’on en fait.

Il devient difficile de déceler l’intention de vouloir écouter la radio ou regarder la TV. Mais ceci n’empêche pas que l’on étendent tellement la définition de ce qu’est un appareil que finalement l’immense majorité de la population se retrouve concernée.

Du coup on entend depuis quelques années des voix qui s’élèvent pour demander de financer la redevance par l’impôt si elle concerne tout le monde ?

On éviterai ainsi un coût de 45 millions de CHF de frais administratifs ?

Le conseil fédéral a ainsi étudié la question… mais il propose une autre solution.. ni supprimer le système actuel, ni l’inclure dans les impôts…. il propos de diminuer les coûts de Billag en rendant obligatoire la redevance radio-TV. Que l’on dispose d’un appareil ou non !!

Voici le détail de la révision partielle de la loi sur la radio et télévision.

Une nouvelle solution qui déplace le problème

Comment souvent le problème n’est pas résolu. Il est juste déplacé.

Des associations comme la fédération romande des consommateurs trouvent que le coût, bien que passant de 462.- à ~400.- est mal réparti entre les ménages et les entreprises. Et que, de plus, aucun « opting out » soit possible.

Le « opting out« , c’est la possiblité de sortir du système par ce que l’on choisi de ne pas avoir de télévision et/ou radio. Je connais personnellement de plus en plus de gens qui font le choix de ne plus regarder la télévision. (youpi… je ne suis pas seul !)

Ces gens sont ainsi mis à contribution pour payer un service qu’ils n’utilisent pas. Voici donc une pétition qui demande à ce que l’on prennent en compte ces personnes là.

Comme il est dit dans le texte, le problème n’est pas de payer pour un services que l’on utilise pas. Notre société est pleine de contributions de solidarité. Le problème est aussi lié à la manière de percevoir l’argent de ce service.

Pour financer une contribution solidaire à un service utilisé par une grande part de la population, on a un outil. Ça s’appelle l’impôt ! Il est juste car il tient compte des capacités financières de chacun et des choix politiques qui ont été faits pour favoriser certains cas par des déductions.

Une telle taxe n’est pas juste, avec de tels raisonnement on va demander à ceux qui n’ont pas de voiture de payer la taxe autoroutières et ceux qui n’ont pas de chien de payer la taxe des chiens. (La taxe est un appoint à une infrastructure qui est déjà payée par solidarité dans l’impôt. Si ce n’était pas le cas, se déplacer en voiture coûterai beaucoup plus cher que c’est le cas.)

Le conseil fédéral, après une consultation, indique dans son message qu’il est contre une solution de « opting out ».

Ceci, car on retombe dans les travers du système actuel qui est conditionnel à la définition de l’appareil et donc à toute une machinerie administrative compliquée ! (qui dans mon cas aurait pu être facilement plus simple si l’on m’avais cru dans mon premier formulaire…)

Les débats au conseil national ont été long en mars….  finalement l’idée a été de faire une exemption de 5 ans pour les gens qui n’ont pas d’appareil…. mais de taxer tout le monde quand même !

… étrange.. affaire à suivre…

Un choix politique de soutenir la télévision

Avec une telle politique du conseil fédéral, on fait un choix politique de soutenir la télévision (et la radio) dans tous les cas. Mais est-ce la bonne solution ?

Est-ce que la télévision mérite que le peuple suisse la soutienne ?

Personnelement je trouve que c’est un bon choix à se poser. Personnellement j’utilise bien plus souvent wikipedia que la télévision comme source d’information. Je préférerai que ma redevance finance wikipedia que la RTS pour acheter des séries américaines et diffuser les jeux olympiques qui ont, à mes yeux, perdus tout leur idéal, qui font plus de mal que de bien !

Voilà un bon débat de société que j’aimerai voir !

Personnellement j’ai décroché de la télévision. C’est une énorme perte de temps. De plus c’est un support publicitaire ravageur. D’une manière générale, sans tout rejeter en bloc, la télévision n’est pas un bienfait pour notre société.

Voici une conférence de Michel Desmurget qui explique la lobotomisation que la télévision fait sur la population de téléspectateurs, et comment le développement des enfants est ralenti par celle-ci.

Version audio de la conférence TV lobotomie de Michel Desmurget.

Après avoir entendu une telle conférence, ça ne donne vraiment pas envie de financer la télévision.

Effectivement, je tape peut être au mauvais endroit à m’acharnant sur la télévision publique suisse. Car elle est certainement de très bonne qualité. Nettment mieux que tout ce qui se fait d’autre dans la télévision. Du temps où je la regardais, j’ai trouvé qu’il y a pas mal d’émissions maison de la RTS qui sont de très bonne qualité.  (Notamment Spécimen qui n’est malheureusement plus disponible en podcast.. pourquoi ? … et c’est finalement ce point qui m’a convaincu de ne plus vouloir financer la TV)

Donc je m’interroge aussi sur la manière de financer une télévision de qualité.

Et plutôt que de me cantonner au média, je me demande comment financer des créateurs de contenu de qualité. Est-ce que l’on doit favoriser une infrastructure de diffusion comme la RTS ou finalement partir du principe de que l’internet suffit comme infrastructure de diffusion et que l’on peut financer uniquement des créateurs de contenu qui mettent leur création sur youtube ?

J’ai déjà écris un article il y a plus de 2 ans à propos de l’avenir de la télévision. Je vois qu’il y a beaucoup de prospective qui nous promettent la télévision connectée sans jamais la voir venir…. alors qu’elle est déjà là ! Sous la forme de youtube…

Ceux qui me connaissent savent que j’ai déjà trouvé le moyen de financer des créateurs de contenu de qualité. Il suffit d’instaurer un revenu de base inconditionnel et voilà… toute personne qui veut se lancer dans la création sous n’importe quelle forme peut le faire. Elle a un revenu assuré.

Ne reste plus que le débat sur l’infrastructure. Mais j’ai l’impression que le conseil fédéral n’a pas envie de le faire. On fait comme on a toujours fait… On ajuste des petits trucs (la manière de collecter l’argent). Mais jamais personne ne prend le temps de réfléchir à repenser les règles du jeu.

Qu’est ce que l’on veut vraiment ? Pourquoi est-ce que l’on finance la télévision ? La radio ? .. et pas les journaux ? .. les sites web ?

Qu’est ce qu’un lancement orchestré ?

Un lancement orchestré aussi appelé « super lancement » est une technique marketing pour gagner beaucoup d’argent en très peu de temps en orchestrant le lancement de la vente d’un produit.

Un lancement orchestré comment ça marche ?

Le principe du lancement orchestré est fait sur la base d’un buzz… Il faut que tout le monde parle du même produit.

Les webmarketeurs qui font des lancements orchestré ou des formations à propos de lancements orchestrés disent toujours que la technique vient des grandes marques comme Apple.

En effet, à la sortie de chaque nouveau modèle d’iPhone, c’est le buzz… tout le monde en parle… on fait mousser en faisant une keynote pour annoncer la sortie du produit 3 mois plus tard.

On attire l’attention, on suscite l’intérêt, on fait monter le désir…. et on fait passer à l’action. Le même jour, à la même heure dans le monde entier des gens se ruent sur le même produit…

Puis les médias relayent LE jour de la LA sortie de l’année….

Ici on voit que les médias tombent dans le piège, ils relayent la promo d’un produit comme étant de l’info…. « La sortie de l’iPhone…  10 000 personnes devant la porte du magasin à 6h le matin…« 

Comment faire un lancement orchestré quand on ne s’appelle pas Apple

Ce qu’une marque comme Apple peut faire, avec sa taille, sa capacité d’innover, son histoire, sa légende….  fait rêver plein de petits marketeurs qui tentent de faire pareil avec leurs moyens.

Souvent ce sont des blogueurs qui ont une liste d’abonnés plus ou moins grande.

Si on groupe tous ces petits fragments d’audience sur le web en une grande audienceon peut plus facilement faire le buzz autour d’un produit.

Donc on va tenter de regrouper plein de blogueurs qui ont tous leurs fidèles lecteurs dans un même « club ». Chacun fait la promo d’un produit à vendre. En échange le blogueur qui fait la promo du produit d’un autre reçoit des commissions chaque fois qu’il vend ce produit. Il devient un affilié pour le temps du lancement.

Ainsi le gros buzz qui est fait là autour marche bien. Il fait gagner de l’argent à tous les gens du système. Mais surtout à celui qui vend ses propres produits et que tout le club soutien.  Pour étendre un peu le club, on trouve aussi des blogueurs très en marge du club et de la thématique du produit, mais qui ont été attiré par l’appât du gain.

Du coup, pour la bonne ambiance du club, il faut que ce ne soit pas toujours le même qui soit au sommet de la pyramide de la promotion. Il faut que chacun puisse avoir son heure de gloire. Que chacun soit au sommet de la pyramide à son tour.

Donc on fait un tournus. Celui qui a été au sommet de la pyramide doit aussi, à son tour, faire la promo des autres. Il doit lui aussi, en retour aider ceux qui l’ont aidé.

Donc le lancement orchestré est un bon moyen de gagner de l’argent rapidement à l’aide d’un gros buzz. Mais si vous ne vous appelez pas Apple, que vous n’avez pas la notoriété d’une grande marque reconnue, il vous faudra probablement adhérer à une sorte de club pour faire un lancement orchestré. Mais attention… vous savez quand vous entrez dans le club.. mais jusqu’où est-ce qu’il faudra aider les nouveaux arrivant du club ??

Une bande de copains sympas ou un parrain envers qui l’on doit tout ?

Ce type de club ne m’inspire pas confiance. J’ai l’impression que comme toujours, les premiers à lancer la technique seront les mieux servi…. et qu’ils font miroiter les sommes colossales qu’ils amassent pour attirer des nouvelles personnes dans la combine !?

Si le produit est bon, et que la promo est justifiée.. pourquoi pas me direz-vous. Mais à la longue, comment être certain que l’on ne sera pas obligé de faire la promo des produits qui ne sont pas bons ? Ou qui ne sont pas en accord avec ses propres valeurs ? Ceci juste par simple retour d’ascenseur ?

Je prend l’exemple extrême du gars qui fait un guide des meilleurs endroits et techniques pour se suicider…    est-ce que j’ai vraiment envie d’en faire la promo ?

Cet exemple est vraiment extrême. Mais à des moindres niveaux, je pense qu’il y a des risques de se trouver coincé et redevable à long terme envers certains parrains du début quand on adhère à ce genre de club.

Les prix sont ils justes ou un peu surfaits ?

La technique du lancement orchestré marche tellement bien, que le marketeur qui vend son produit est tenté d’en gonfler le prix..

D’ailleurs, à propos de produit, c’est souvent un produit qui apprend à faire des lancements orchestrés !!  étrange ? Non.. Il est connu que celui qui fait fortune pendant une ruée vers l’or est celui qui vend les pelles…. :p

lingot or qui brille au soleil.jpg

Au lieu de faire vendre un produit qui vaut 10 à 20 balles… il en vend un qui vaut 1000 à 2000 balles… Le marketeur sait très bien que la technique marche et que l’occasion du buzz ne se produira pas souvent !

Il faut donc faire un maximum d’argent rapidement.

Du coup.. hop… sur une vente d’une semaine, il devient facile de faire 400 000.- de chiffre d’affaire en rameutant la moitié du web francophone… La pub… « Alfred a fait 300 000€ en une semaine » n’est pas mensongère.

Mais j’aimerai bien savoir combien il en a rétrocédé en commission chez ses affiliés ? …. et combien de ventes il fera les mois qui suivent ?

De plus, j’aimerai bien savoir combien de personnes se désabonnent de la lettre de nouvelles d’un marketeur quand elles sont noyées sous les offres de promo des autres membres du club ?

Si je m’abonne à une lettre de nouvelles, c’est pour recevoir les nouvelles du blog que je suis. Pas les nouvelles des produits des potes du blog que je suis.

Paypal n’aime pas les lancements orchestrés

Un problème des lancements orchestrés dont on parle peu, c’est aussi le moyen de paiement. Le moyen de paiement phare sur le web, c’est Paypal. Et Paypal a très peur de perdre de l’argent dans des arnaques.

billet de banque qui poussent dans des pots.jpg

Paypal est un intermédiaire de confiance entre un vendeur et un client. Dans un litige, il se place toujours du côté du client. Très souvent il le rembourse. Du coup, quand beaucoup d’argent arrive sur un compte marchand, il y a un risque de devoir rembourser beaucoup d’argent pour Paypal si le compte marchand est une arnaque !

Ainsi, lors d’un lancement orchestré, il n’est pas rare de faire venir quelques centaines de milliers d’euro sur un compte marchand, alors qu’il n’y avait rien la semaine avant !

Ce comportement est considéré comme douteux pour Paypal et ainsi, il n’est pas rare de voir l’argent bloqué sur le compte pendant des mois et de devoir faire des longues tractations avec le service client pour récupérer son argent ! J’ai lu quelques histoires de ce style sur web. (J’ai cru comprendre que Paypal s’inquiète dès que la somme dépasse les ~8000€ par mois)

On peut trouver injuste que Paypal bloque ainsi un compte, mais c’est vrai qu’à leur place, j’y vois aussi un risque dans l’opération de lancement orchestré.

Si le prix du produit est justifié, tout va bien.

Mais si le prix du produit est surfait, les clients peuvent vite être mécontents !

  • Que fait un client qui paume 10 – 20 balles dans un produit pas top ?…   Pas grand chose. Il se dit qu’on ne l’y reprendra plus !
  • Que fait un client qui paume 1000 – 2000 balles dans un produit pas top ?….  il se rebiffe…  il devient agressif !

Un client mécontent ameute le monde entier, il monte un site contre le vendeur pour mettre en garde les gens, il en veut à sa réputation et il lance un procès pour récupérer son argent….. c’est pour ça qu’il y a l’option « satisfait ou remboursé »… Si le client mécontent retrouve son argent, il ne va certainement pas lancer de procès contre la technique douteuse qui l’a piégé.

Mais une fois de plus, Paypal n’aime pas les comptes avec trop de remboursements. L’argent risque d’être bloqué !

Une technique juridiquement en zone grise ?

justice.JPGSi le client mécontent lance quand même un procès, il y a de fortes chances que la méthode soit analysée et qu’un seul détail technique un peu limite légalement soit pris en cible.

Sans être juriste, je me dis que la faille se situe sur le fait qu’il y a un « club » de copain qui fait le buzz.

On peut imaginer que ce club, s’il « orchestre » bien son lancement qu’il va probablement s’arranger sur les prix. Ce qui est formellement interdit un peu partout.… ça peut tomber sous le coup des lois anti-cartel que l’on trouve dans quasiment tous les pays.

Que ce soit vrai ou non, il y a un soupçon est c’est une source d’ennui, de perte de temps et d’image qu’il vaut mieux éviter !

Bref… en me renseignant sur les techniques de monétisation d’un blog, de comment gagner sa vie sur le web, j’ai mis le pied dans le monde des webmarketeurs. Moi qui suis un professionnel du développement web depuis plus d’une décennie, qui ai monté mon premier shop sur le web il y a une dizaine d’année, je n’ai découvert ces techniques de webmarketing qu’il y a peu de temps.

Je vois qu’il y a de tout !

Comme le dit le dicton, il faut de tout pour faire un monde !

Les marketeurs ne sont pas tous des fans des lancements orchestrés

Mais je me méfie de cette technique de lancement orchestré. Je ne suis pas le seul. D’ailleurs je trouve très drôle qu’un web marketeur comme « Webmarketing junkie » tape sur les les lancements orchestrés !

Il en a même fait une vidéo où il tape sur le lancement orchestré pour faire la promo de ses propres techniques de lancements qu’il montre dans une formation qu’il vend.

https://www.youtube.com/watch?v=XMvjSWU3Gaw

Il dit qu’il base son business sur la durabilité. Là je le rejoint, il a tout à fait raison. Il ne sert à rien de se griller pour faire une fois le plus beau coup de l’histoire avec un lancement orchestré.

Le truc de Jean Rivière, c’est de « teaser », il annonce tout le temps dans ces vidéos publiques ce qu’il ne faut pas faire…. et « Je vais vous expliquer tout de suite ce qu’il faut faire« ….. le tout de suite, c’est évidement tout de suite, pour autant que vous achetiez la formation ! 🙂

Ses discours sont également bourrés de techniques de marketing, ce que l’on peut aimer ou non. Mais en tout cas, il tient à son indépendance par rapport à un « club » d’organisateurs de super lancements orchestrés.

Il utilise ses techniques favorites qu’il présente toujours d’une manière différente dans un nouvelle vidéo.

Ainsi il ne fait pas de super coup, mais des revenus réguliers. C’est probalement plus sage. Pour vivre heureux, vivons caché… sans faire de remous.

Mais il reste quand même un bon vendeur de pelle durant une ruée vers l’or.

Les techniques décrites à demi mot dans sa vidéo sont largement connues. Par exemple, il parle de la création d’une formation sur abonnement où l’on reçoit régulièrement des épisodes. Il suffit de faire le début pour la vendre, donc effectivement il est possible de vendre un produit sans l’avoir fini ! (mais il faut le finir.. ne pas se planter..)

Ce qui est génial avec cette technique, c’est que l’on peut adapter la fin de la formation aux désirs de ses clients. Chose impossible si la formation est déjà conçue à l’avance.

Il parle aussi du truc pour avoir du cash en grande quantité maintenant tout de suite en vendant le même produit. C’est le coup de l’abonnement « à vie ». Adèrez au club, vous payez 10 fois plus cher le produit actuel… mais tous les suivants vous sont offerts !

Voilà donc deux trucs révélés… (C’est pas trop grave, il le fait lui même dans d’autres vidéos !)… et ainsi ça va le booster un peu pour qu’il sorte de sa boucle… :p

Conclusions

Il faut de tout pour faire un monde. C’est à chacun de choisir son propre chemin. Il n’y a pas de juste ou faux. Mais il est bien de savoir en toute connaissance de cause là où l’on mets les pieds.

Devant le peu d’information objective que j’ai trouvé à propos des lancements orchestré, j’espère que cet article permettra à quelques personnes de pouvoir mieux choisir leur chemin en toute connaissance de cause.

 

Pour aller plus loins dans le sujet, voici « scamworld » un documentaire anglophone qui dénonce la dérive de certaines pratique de webmarketing…

Création de jeu web

En faisant du tri, j’ai retrouvé quelques fiches que j’avais écrite en 2008 lorsque je m’ennuyais dans un cours de répétition de l’armée suisse.

J’avais profité des longues attentes réputées dans l’armée suisse pour mettre sur papier plein d’idée pour créer un jeu sur le web.

Notes pour créer un jeu web

J’avis dans l’idée de créer un jeu dans lequel le terrain de base est une carte google maps de notre planète.

J’avais ensuite immaginé toutes sortes de jolies règles.

Avec comme souvent des ressources à collecter, des bâtiments à construire… des combats… la bataille des ressources quoi !

Voici donc les scans de ces notes que j’avais prises… si ça peut inspirer des gens.

Mais ce n’était que l’évolution d’autres idées que j’ai déjà publiée sur une autre page pour la création d’un jeu web… à voir sur ce site….

jeu web 0979_001.jpgjeu web 0979_002.jpgjeu web 0979_003.jpgjeu web 0979_004.jpgjeu web 0979_005.jpgjeu web 0979_006.jpgjeu web 0979_007.jpgjeu web 0979_008.jpg


La vie est un jeu, le monde réel un terrain de jeu

Finalement je n’ai jamais créé de jeu web, car j’ai pris conscience que la vie est déjà un jeu.

Pourquoi créer un monde virtuel, alors que nous avons déjà un monde réel pour y jouer dans la matière ?

C’est pourquoi, je n’ai jamais été un grand joueur de jeu vidéo.. mais j’ai beaucoup aimé lancer des projets dans la réalité…

Quelques exemples de mes jeux dans le monde réel

Je suis le fondateur du site web extremefondue.ch et j’ai guidé l’équipe pendant une dizaine d’année afin de réaliser les fondues les plus insolites dans les endroits les plus inhabituels possibles !

Je suis le créateur de la « marque publique »Où est la girafe ?. Une expérience qui vise à observer comment se diffuse un dessin à travers le vaste monde. Les autocollants et t-shirts étant des vecteurs privilégiés.
(Car le t-shirt gratuit est la plus grande force de l’univers selon Cortex le génie et minus son abrutis de compère)

C’est une expérience qui a pour but de favoriser la culture du remix, une culture basée sur le partage et la coopération, une culture en opposition avec la société capitaliste basée sur l’individualisme et la concurrence.

Le petit frère de la girafe est un « singe aux yeux kawaii« , qui lui aussi est un dessin qui voyage sur le web et ailleurs… Il a été téléchargé plus de 17000 fois en une année et demi sur openclipart… et depuis voyage bien plus loin sur toute sorte d’objets.

Pourquoi une guerre des ressources

En réfléchissant à la création d’un jeu sur le web, j’ai appris plein de chose.

Tout d’abord, qu’il faut créer un univers, un terrain de jeu.

Et là, le personnage est tout puissant !

Mais ce n’est pas drôle s’il est tout puissant, c’est ennuyant…

Donc très rapidement on commence à créer des contraintes, des règles, des points de vie.. la mort…

Puis on crée des ressources qui doivent être limitée.. et les gens doivent se battre pour les avoir.

Tout ceci n’est qu’une illusion, les règles sont finalement totalement arbitraire. Mais c’est ainsi que le jeu est construit.

La question inquiétante…

… et là je me suis posé une question inquiétante…

…. Comme j’aime à me dire que la vie est un jeu et que le monde est un terrain de jeu…

Alors… est ce que ces règles sont aussi totalement illusoires ?   Est-ce que finalement on a pas besoin de manger ?

… et là j’ai découvert qu’effectivement… il y a des gens qui n’ont pas besoin de manger !

J’ai découvert qu’il y a des clairvoyants… que le monde n’est pas ce que je pensais qu’il était…

Quoi que… justement il est vraiment un terrain de jeu…

Voici le chapitre consacré à la métaphore du jeu vidéo d’un article où je décris comment j’ai changé ma vision du monde !

Le monde est vraiment un jeu vidéo…

Nous sommes dans minecraft.. nous pouvons créer et expérimenter le monde que l’on veut.

Nous ne sommes que des créateurs… pas des gens obligé de lutter pour la survie… maintenant nous sommes à l’ère de la création…

Wifi gratuit pour tous ?

Dissertation à propos de réeaux citoyens

Il y a plus de 10 ans maintenant que je m’étais intéressé à ces Parisiens qui ont construit un réseau en faisceaux laser entre les toits et qui partageaient leurs connexions réseaux avec du wifi.

Je me souviens aussi qu’à l’eivd, durant mes études d’ingénieur en télécom, on avait discuté des lois qui limitaient l’usage des bandes de fréquences libres utilisée par le 802.11…. b à l’époque… et maintenant on a aussi toutes les autres bandes.. ça a bien changé.

On avait déjà parlé de partager nos réseaux wifi. La plupart des fournisseurs d’accès interdisent de revendre la connexion réseau que tu prends chez eux… et parfois interdisent le partage.

Pour se prémunir légalement là contre, il est possible de faire une société simple. De mettre l’abonnement au nom de la société et voilà… plus de problème légal de partage.

Puis, si tu veux revendre, il y a des opérateurs qui le permettent. VTX par exemple. C’est ce qu’utilise Marc-André Mojon : http://mojolan.ch

Qui a monté tout un réseau wifi au dessus des Ponts-de-Martels, là où il n’y a pas de téléréseau.. et pas lignes de téléphone permettant de passer l’ADSL.

Avec les scouts, on a utilisé son matériel à deux reprises pour faire étendre l’internet.

Une fois pour un jamboree sur internet depuis le chalet de Baslac sur les hauteurs de St-Blaise avec une connexion wifi sur 3km jusqu’à la tour de Marin là où on nous partageait une connexion adsl à 20Mbit/s.

Puis l’été dernier à Magma pour avoir une connexion internet sur le terrain de camp. On avait une ferme à 2km avec une connexion adsl.

Voici quelques photos:

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.379490202099666.77837.269670749748279

Au niveau partage de réseau, je trouve que c’est tout à fait compatible avec la décroissance.

Au nom de la sainte croissance, on favorise une société individualiste où chacun doit tout avoir pour sa propre personne. On mutualise de moins en moins !

Dommage. C’est aussi valable pour les réseaux wifi.

Pourquoi est ce que tu vois partout, en milieu urbain, des wifi… mais que tu n’as pas le droit de les utiliser ?

… et bien c’est par ce que ainsi, les opérateurs peuvent vendre des abonnement 3g… lte… etc…

Bon, avec un tel discours, on dirait qu’il y a un complot. Mais il n’y en a pas. Comme toujours c’est la simplicité qui a gagné.

Les opérateurs ont flairé le marché… Apple les a aidé avec le forcing de la vente de forfait data en échange de l’accès à la vente d’iPhone.

Et voilà… ça a tué les tentatives de partages de wifi… car c’est plus compliqué de s’y intéresser que d’achter un forfait avec un smartphone.

Pourtant les projets de partage de wifi fonctionnent de mieux en mieux et sur une couverture de plus en plus large.

Je me suis intéressé au projet de FON depuis ses débuts. On avec mes collègues on avait monté un hot-spot Fon dans notre bureau aux sablons. Mais après avoir déménagé on a plus renouvelé l’expérience. Le lieu se prête un peu moins. On a déjà de la peine à faire passer le signal à l’autre bout du bureau !

Le premier hot spot c’était avant d’avoir des Fonera.

Il y avait quand même quelques soucis de sécurité car les ssid n’étaient pas séparé.

Mais le principe viral de Fon est intéressant.

Tu partages ta connexion, tu as accès à la connexion des autres…

En france l’opérateur Free dispose d’une telle fonction. Ainsi, les abonnés free peuvent avoir une connexion réseau partout où il y a d’autres abonnés free.

C’est en pré-installant ce genre de système que ce principe de partage a le plus progressé en couverture. Toujours une question de simplicité.

Maintenant, qu’en est il des connexion offerte par les communes ?

Est-ce que l’accès internet est un droit fondamental ?

Bonne question.

C’est une infrastructure pas chère et qui fait plaisir à beaucoup de gens. Donc elle est souvent mise en place.

Les bars ont compris qu’ils pouvaient attirer des clients ainsi. C’est bien.

A Neuchâtel, il y a aussi pas mal de wifi gratuit mis en place par la ville ou aussi les services de l’Etat.

En fait, ce n’est pas si simple à mettre en place. Le service de wifi à la  place du marché, à ce que je sais, a été mis en place par net2000. Ils n’ont pas pensé que tout iPhone qui passe dans le coin se croche sur le réseau et bloque des ressources pour rien.

Je n’ai réussi à me connecter qu’une seule fois dessus quand la place était vide.

Mais quand il y a des terrasses pleine, ça ne marche plus.

C’est finalement pas facile a gérer un tel réseau.

Le SIEN qui gère le réseau de l’Etat de Neuchâtel a aussi des hot-spot, là il y a tout un système où tu donnes un numéro de tel mobile et tu reçois un code d’accès SMS. C’est pas mal.

Là nuit, ils coupent le réseau pour éviter que des gens abusent ! (sur constat qu’il y avait des gens qui abusent !!)

Il y a quelques années, je me disais que l’on pourrait lancer une initiative fédérale « Wifi gratuit pour tous ». Avec une couverture urbaine de wifi gratuit.

Je pense que ça doit facilement passer.

Mais je me suis lancé dans d’autres projet et celui-ci n’est pas d’une importance capitale pour moi.

Swisscom a déjà des wifi partout en suisse. (et en europe)

Ce serait facile à mettre en place.

Je me demande d’ailleurs toujours, s’il est éthique que des entreprises squattent des bandes de fréquences libres….

C’est un moyen de réduire les coûts !

J’en arrive toujours plus à me dire que l’on a des contradictions vraiment étranges dans le domaines de télécoms.

On a des opérateurs de téléréseaux locaux appartenant aux communes qui régatent pour proposer des services de TV numérique pour éviter que swisscom ne piquent leur part de marché avec du marketing agressif….

(en tout cas, c’est le cas du téléréseau SITEBCO qui m’amène l’internet chez moi)

Et finalement Swisscom appartient à 61% (de souvenir.. plutôt 56.4% en fait) à la confédération donc aux citoyens….. tout comme le téléréseau communal….

bref… qui paye le marketing de chaque côté ? … nous !

Donc on paye une guerre entre des services nous appartenant !

Pour rappel, les téléréseaux sont arrivés au début des années 1980 pour apporter la télévision de bonne qualité à tous en mutualisant des antennes paraboliques. (Les antennes de Planeyse sont toujours là même si elle ne sont plus utilisées pour ça)

A l’époque on savait mutualiser. Maintenant quand on voit les balcons de certains immeubles qui ont une parabole à chaque étage…. on se dit que l’individualisme règne en maitre !

Pour revenir au wifi, on voit que swisscom détient des wifi partout… des wifi qui nous appartiennent mais pour lesquels ils faut payer pour les utiliser.

Je vois là un système qui avance pour faire du fric…. une société qui ne sait plus mutualiser les ressources.

Seul l’individu compte.

En Suisse, nous sommes les privilégiés de l’europe en matière économique. Donc nous gardons la philosophie de l’individualisme.

Quand ça ira un peu plus mal, on sera très fort pour développer la solidarité, pour mutualiser.

Voilà à mon avis pourquoi la suisse se démarque de la France en matières de couverture des réseaux wifi mutualisés comme FON.

Pour terminer, je reviens sur la question, le wifi partout, ou plus généralement sans se préoccuper de question technologique, l’internet partout est-ce un droit ?

Personnellement, je suis déjà connecté à la maison et au bureau. Donc la majeure partie de ma journée.

Finalement, je ne ressens pas le besoin d’être connecté plus.

Je trouve que l’on devra même bientôt demander le droit d’être déconnecté. De ne pas devoir répondre dans la seconde à une sollicitation venant du réseau.

Quand je fais du vélo entre chez moi et le bureau, j’ai envie de profiter pleinement du moment. De regarder les arbres, le lac les oiseaux. Je n’ai pas besoin de me connecter à ce moment là.

Posts navigation

1 2 3 4 18 19 20