Construction des pyramides de Gizeh, le noeud auto-bloquant qui change tout

Entre mille autres sujets, le sujet de la construction des pyramides de Gizeh m’intéresse.

J’ai déjà entendu beaucoup de théories plus ou moins farfelues sur la construction des pyramides. J’ai été moi-même voir sur place.

martouf en egypte a gizeh pyramide

Et là, j’ai envie de faire un petit article par ce que cette théorie là, me semble plus intéressante que d’autres. Cette théorie de construction me semble plus complète, plus réaliste, plus plausible.. même si en fait.. Je doute qu’on sache un jour le fin mot de l’histoire…

Il s’agit de la théorie de construction proposée par Jean-Pierre Petit…
(Bon, voilà, maintenant que le nom de l’auteur de cette théorie de construction des pyramides est lâchée.. Je dois avoir déjà perdu la moitié des lecteurs qui ont des à priori… et j’ai croché une poignée de fan inconditionnel de ce physicien touche à tout…)

La Bande Dessinée qui explique la construction des pyramides de Gizeh

A son habitude Jean-Pierre Petit est un très bon vulgarisateur, il nous explique sa théorie sur les pyramides dans une bande dessinée très bien faite. (En général il est plus connu pour son modèle cosmologique Janus..)

Donc c’est pratique dans cet article je n’aurai pas grand choses à dire de plus. Juste mon avis et pourquoi je trouve que cette théorie est plus pertinente que d’autres.

Cette BD sur la théorie de construction des pyramides de Gizeh par Jean-Pierre Petit est disponible en téléchargement par ici….

couverture-BD-jp-petit-le-secret-dimothep-construction-pyramide-gizeh

Une machinerie de levier pour tirer les blocs des pyramides

Le point essentiel don J.-P Petit parle dans sa théorie de construction des pyramides, c’est une machinerie avec des leviers, un peu dans le genre de la forme d’un pied de biche.

Il y a deux leviers et des cordes qui les actionnent depuis en bas. Les cordes servent à tirer des blocs qui grimpent sur la pyramide le long d‘une rampe en spirale.

machine levier pied biche construction pyramide jp petit noeud auto bloquant

Là il faut une image et même une vidéo pour expliquer tout ça car les mots ne suffisent pas à expliquer précisément le mécanisme.

D’ailleurs Hérodote a décrit le mécanisme de construction des pyramide en -450… et depuis on se pose des questions sur l’interprétation de ce texte, lui même de seconde main raconté par des prêtres…

« Voici comment on construisit cette pyramide, par le système des gradins successifs que l’on appelle tantôt krossai (corbeaux), tantôt bomides (plates-formes). On la construisit d’abord sous cette forme, puis on hissa les pierres de complément à l’aide de machines faites de courtes pièces de bois : on montait la pierre du sol jusqu’à la première plate-forme ; là, on la plaçait dans une autre machine installée sur le premier gradin, et on la tirait sur jusqu’au deuxième gradin, où une troisième machine la prenaitsource. »

Ce texte d’Hérodote est compatible avec la machine de Jean-Pierre Petit.

Jean-Pierre Petit a eu l’occasion de présenter ce modèle de levier à la cité des sciences pour une maquette où les gosses pouvaient déplacer des blocs de centaines de Kg.

C’est là que Jean-Pierre Petit a été attaqué par un autre Jean-Pierre… le fameux Jean-Pierre Adam que l’on voit dans le film, la Révélation des Pyramide.

Pour Jean-Pierre Adam, ce levier est « une application moderne du levier » et donc c’est donc « totalement exclus » que ça puisse avoir été utilisé !

Heu.. le levier c’est pas nouveau ! Archimède disait déjà comme image qu’avec un point d’appui et un levier il soulèverai le monde !

Et comme on le verra ci-dessous, il semble bien qu’on a même retrouvé un bout du fameux levier !

Le noeud auto-bloquant une technique lowtech toujours utilisée

Ce qui m’a le plus intéressé dans cette théorie de construction des pyramides de Gizeh c’est le noeud auto-bloquant.

C’est un mécanisme autant très sophistiqué, très efficace et super simple à faire. De nos jours on utiliserait des pinces hydrauliques commandées par électronique. Donc on a de la peine à imaginer un moyen simple.

noeud-autobloquant-prussik-StrickleiterHilfe
Noeuds auto-bloquant de Prussik accroché à deux cordes

Il se trouve que je fais de la spéléo, et que le système de poignée jumar et de bloqueur qui nous permet de remonter des hauts puits ça me parle bien. Notre version spéléo est à peine plus mécanique. Mais la version simple du noeud autobloquant est aussi encore très utilisées en escalade.

On parle souvent de noeud de prussik.

La théorie de halage des blocs de Jean-Pierre Petit utilise le même principe que pour remonter un puits en spéléo. C’est l’alternance en appui sur un noeud ou l’autre qui permet d’avancer.

Il faut juste quelqu’un sur le bloc qui va s’assurer que le noeud coulisse bien au bon moment.

Machine__traction_pyramide

Le point crucial dans ce système c’est la sorte de « poulie de renvoi » qui permet de faire glisser la corde, mais sans l’user.

Il se trouve que cette pièce existe bel et bien. Elle a été découverte en 1932 à Gizeh à côté de la pyramide de Khent-Kaoues qui est une pyramide satellite de celle dite de Chéops.

bloc basalte machine levier axe centrale mesure pyramide

Il me reste donc à vérifier et à retrouver la source de la découverte de cet objet « poulie de renvoi » en basalte. Si quelqu’un trouve la référence.. c’est bienvenu ! 🙂

objet_khent_kaoues mécanisme levier construction pyramide construction

J’ai retrouvé cette explication en vidéo qui explique que cet objet a été mal classé.. et que c’est pas une poulie comme l’égyptologue Selim Hassan l’avait dit.. mais plutôt un équarrisseur qui permet de tailler la pierre

Il y a encore une autre version qui va aussi dans le sens d’un objet pour tailler la pierre, mais à mettre sous une sorte de balançoire pour augmenter l’efficacité !

Les paris restent ouverts ! … à quoi sert cet objet ?

Une rampe en pierre qui s’enroule autour de la pyramide

Evidemment que pour hisser les pierres jusqu’en haut de l’édifice, il nous faut une pente pas trop raide (il semble que le maximum est 7% pour faire voyager des traineaux) et de la place.

Il y a plein de théories tout à fait officielle, mais sacrément farfelues au niveau technique qui préconisent des rampes pour faire glisser des traineaux tirés par un foule de personnes.

Certains égyptologues n’ont pas vraiment le sens pratique de l’ingénieur !

Cette idée est peut être bonne pour la base de la pyramide, qui représente quand même une masse énorme de matériaux. Mais très rapidement on voit que ça n’a aucun sens. La rampe devient vite trop grosses. Il faut une masse plus grande de la pyramide elle même !! .. et il faut que la rampe tienne avec une pente très élevée sur les côtés ! C’est pas très réaliste !

La rampe de la théorie de construction des pyramides mise en avant par Jean-Pierre Petit est plus simple, avec une pente acceptable et économe en matériaux.

Il s’agit d‘une rampe qui fait le tour de la pyramide en spirale. C’est une rampe en pierre. Solide, mais amovible. Elle est posée sur des corbeaux intégré à la pyramide.

Cette image est issue du pdf complet avec le détail des étapes de construction d’une maquette de pyramide selon cette théorie .

Cette théorie de construction de pyramide a aussi un avantage, c’est qu’elle propose d’utiliser des blocs standards. Mais de plusieurs types.

On peut même imaginer qu’ils ont été produits à la chaine en grande quantité. On attribue au pharaon Snéfrou (père de Chéops) pas moins de 3 pyramides !! Ils étaient efficace à l’époque !

Peut être que les blocs ont été construits par les générations précédentes.. et juste placés et ajusté ?

Personnellement, je ne suis pas non plus convaincu par la version « officielle » qui nous dit que les pyramides sont toutes des tombeaux !

Pourquoi Snéfrou aurait-il eu besoin de 3 tombeaux ?
On reviendra sur le sujet plus loin.

bloc triangulaire pyramide gizeh construction plateforme

Ainsi en fin de chantier on va couper les corbeaux et ça va nous donner des blocs « triangulaires ».

Ainsi on a une explication sur la nature des blocs qui sont souvent présentés comme étant des restes de parement. Mais dont l’auteur du film La révélation des pyramides, nous dit qu’il a des doutes que ce soit le parement, ceci en lien avec le fait que la grande pyramide (dite de Chéops) et celle dite de Mykerinos ont des faces incurvées.

La base de la pyramide est donc un octogone ! … Mais on ne voit pas cet forme sur ces blocs triangulaires souvent présentés comme du parement.

La théorie de construction des pyramides de Gizeh selon Jean-Pierre Petit nous permet donc un éclairage nouveau sur la nature de ces blocs.

La piste est intéressante.

Comment les bâtisseurs des pyramides de Gizeh ont-ils assurés la précision de leur construction ?

Les pyramides de Gizeh sont connues pour leur orientation précise aux quatre points cardinaux. On ne va pas ici parler de la méthode de détermination du Nord géographique (et pas magnétique qui pourrait se lire à la boussole.. ce serait trop facile !)

On va parler ici de la méthode de mesure pour s’assurer que la pyramide au cours de sa construction est toujours bien alignée.

Jean-Pierre Petit nous parle d‘un puits central dans lequel depuis le sommet on accès à une marque au sol. Cette mesure permet de vérifier qu’on ne dérive pas en hauteur. Mais c’est aussi le lieu pour placer une table d’orientation rotative avec des fils à plomb qui permettent de vérifier l’alignement des arrêtes.

table orientation pyramide gizeh mesure jppetit

Du coup, il y a un puits qui traverse la pyramide de haut en bas ! Est-ce qu’on l’a trouvé ?
Est-ce que c’est possible, il ne risque pas de traverser un chambre ?
.. et bien non !

Les chambres qui sont dans les pyramides de Gizeh sont toutes décalées de l’axe centrale !

Les seules chambres alignées sont souterraines. Ça montre bien qu’il y avait peut être l’envie de centrer la chambre. Mais avec le puits c’était pas possible. A méditer…

aucune chambre de pyramide de gizeh n est sur l axe centrale

Cette idée de puits pose une autre question, comment aller vérifier que le plomb est bien sur la marque au sol ?

Le plus simple est d’avoir une personne qui le vérifie. Mais alors elle doit être dans le fond du puits. Quand ça devient plus haut que 100m, c’est pas très pratique !!

Est-ce qu’il y a quelques part un accès au fond du puits depuis la base ?
Jean-Pierre petit semble le suggérer… encore un truc à vérifier.

Construction anti-sismique des monuments égyptiens

Tout le début de la BD, Jean-Pierre Petit nous rappelle que les constructions égyptiennes, (tout comme les constructions mégalithiques d’amérique du sud) sont très bien conçues pour résister aux tremblements de terre.

symetrie blocs de granite antisismique temple vallee kephren gizeh
Symétrie de blocs de granite avec des formes non régulières dans le temple de la vallée à Gizeh

Pour réaliser ce genre de construction, il faut des structures qui sont discontinues, des linteaux qui ont déjà une fente, ainsi il ne se brisent pas.

Jean-Pierre Petit a une théorie intéressante sur l’assemblage des blocs. Ils n’ont pas besoin d’être taillés, parfaitement bien à la base. C’est au moment où on les assemblent qu’on va user les blocs qui vont aller se joindre avec une « scie ».

En fait c’est juste une lame de cuivre qui ne coupe pas grand choses, mais qui va emmener un abrasif.

finission bloc anti-sismique pyramide jp petit

Je trouve l’idée très intéressante. C’est à vérifier. Personnellement je suis également persuadé que de nombreux blocs sont en fait des géopolymères et donc des blocs moulés ! Ainsi pas de soucis de taille ! (dans tous les sens du terme !)

Les techniques sont certainement complémentaires.

Ceci nous amènes à la construction de l’intérieur des pyramides.

Jean-Pierre Petit nous indique une technique qui est faite par étape, il y a des blocs qui délimitent des espaces et dans cet espaces on fait du remplissage avec du tout venant. Ce qu’on appelle du libage: faire des murs extérieurs jolis, et des murs intérieurs avec du remplissage en vrac.

C’est aussi la théorie du noyau central, au vue de la seule partie qui reste de la pyramide de Meidum. Le reste s’étant effondré.

remplissage au tout venant libage pyramide gizeh jppetit platre

Les petites pierre en vrac, c’est plus simple, plus facile à transporter. Mais ça a aussi un net avantage anti-sismique. Secoue un tas de sable et il va garder sa forme pyramidale de tas de sable !

mais.. mais attention, il ne faut pas que ces pierres en vrac puissent se compresser !

Sinon ça fait comme quand je mets un planton dans un pot. La terre a l’air bien là en suffisance, puis j’arrose… et pouf le volume diminue… tout se tasse…

Jean-Pierre Petit propose de lier ce libage avec du plâtre afin de solidifier le tout.

Personnellement ça me fait encore une fois penser aux géopolymères !
Avec un liant géopolymère ont stabilise tout, et même on créer carrément des vrais blocs de pierre.

Il y a déjà plusieurs études scientifique qui montrent que les géopolymères, des pierres moulées ont été très probablement utilisées pour construire les pyramides de Gizeh:

Je ne sais pas ce qu’en pense Jean-Pierre Petit. Mais moi je trouve intéressant de combiner ces techniques !

Tout ça permet de construire une pyramide rapidement.

Croyances et faux calculs autour du temps de construction et de la fonction des pyramides

Combien de blocs pour cette pyramide ?

Ça m’a toujours surpris qu’on évalue le nombre de blocs que continent la grande pyramide de Gizeh. (en général autour de 2 millions) Comment savoir ? On n’arrive même pas détecter les cavités vides dans la pyramide. Comment dire si on a affaire à des blocs ou du libage ?

Après on voit des calculs qui sont fait sur cette base dans le film la révélation des pyramides…. on abouti à 2 min 30 par bloc pour le tailler et le poser, ceci pour réussir à finir la pyramide dans les 20 ans de règne de Chéops…

Cette affirmation du film à fait couler beaucoup d’encre et déplacer de nombreux octets…. Un détracteur a expliqué, avec raison, que c’est comme imaginer le brossage de 150 000 cheveux un par un… il nous faudrait donc plus de 200 heures pour se brosser les cheveux !

Avec ce genre de combats inutiles on en oublie l’essentiel. Il est évident qu’une parallélisation du travail est nécessaire. Mais jusqu’à quel point c’est valable ? On peut pas simplement mettre 100 000 esclaves pour tirer un bloc comme de nombreux dessins le montrent….

Il en faut de la place sur les rampes pour 100 000 personnes !! … et si on a un levier qui démultiplie la force plus besoin d’autant de monde.

Si on utilise des petits blocs de pierre et plus des gros, tout est plus facile!

mur en granite temple de la vallee kephren
énormes blocs de granite du temple de la vallée

L’histoire se réécrit sans cesse selon les croyances actuelles

Plus ça avance, l’histoire est réécrite avec le filtre des valeurs des personnes actuelles. Donc les esclaves c’est fini. Maintenant ce sont des ouvriers qualifiés.

La construction en 20 ans ? Il y a des gens qui doutent, car pourquoi les pyramides seraient des tombeaux ?

La théorie officielle actuelle va plutôt dans le sens du cénothaphe, un monument pour le rituel de la cérémonie du Ka. Le corps est ensuite inhumé ailleurs. Hérodote dit d’ailleurs que Chéops est inhumé au centre d’une ile sous le plateau de Gizeh !

Mais il y a encore un hic…

Comme dit plus haut Snéfrou a fait construire 3 pyramides !
C’était pour 3 cérémonies du Ka ?

On a jamais retrouvé de corps dans aucune des pyramides !

Il y a certes des « sarcophages« . Mot grec qui signifie « mangeur de chair« . Mais en égyptien on les appelle des « Neb ankh« , paniers de vie. Ce qui n’est pas tout à fait pareil.

Peut être que la fonction des pyramides et leur coffres était tout autre !

Jean-Pierre Petit le pense aussi. Il dit dans la BD que c’était probablement un lieu d’initiation.

pyramide lieu initiation jppetit

Personnellement, en étant dans la chambre haute de la grande pyramide de Gizeh, j’ai été surpris par le son, par l’effet de résonance.

En étudiant les dimensions, c’est normal ! Tout est en résonance, on retrouve les rapports musicaux de la gamme de ptolémée dans les rapports entre les murs. On retrouve également une géométrie basées sur un double carré qui ouvre sur toutes les combinaisons possibles avec le nombre d’or.

Kheops-chambre-roi-maths dimension de la chambre haute de la grande pyramide de gizeh coudee royale egyptienne nombre or

Pour moi, je soupçonne que ces pyramides avaient des fonctions thérapeutique et initiatique.

Il y a souvent un lien avec le son et les lieux mégalithiques très anciens. On en reparler une autre fois….

La coudée royale égyptienne

Vu qu’on en parlait ci-dessus, Jean-Pierre Petit s’est aussi intéressé à la coudée royale égyptienne.

La coudée royale égyptienne, est une unité de mesure de longueur. On dit égyptienne, mais en fait c’est la même que celle des bâtisseurs de cathédrale qu’on retrouve dans la quine des bâtisseurs.

canne des batisseurs de cathedrale

Nous sommes habitués à une subdivision des unités de mesures dans un système décimal. Il y a chaque fois une rapport 10 entre les étages…

Dans l’ancien système le rapport entre les « étages » était basé sur le nombre d’or. J’ai fait tout un article qui explique ceci.

Puis on a nommé ces divisions d’unité de mesure en rapport avec des parties de notre corps qui sont également liées à des proportions liées au nombre d’or. La coudée, le pied, l’empan, la paume, la palme, etc…

Beaucoup ont cru que la coudée et/ou le pied était la mesure du pied d’un roi…. alors qu’en fait.. l’origine était toute autre… (et a été dévoyée aussi)

Bref, il y a beaucoup à dire sur la coudées royales égyptienne. Jean-Pierre Petit en étudié une autre partie. Il a étudié le fonctionnement de coudée qu’on a retrouvé matérialisée sur des barres de pierre ou de bois.

Coudées royales égyptiennes au musée de Saqqarah
Coudées royales égyptiennes au musée de Saqqarah

Jean-Pierre Petit a publié tout un article scientifique sur l’utilisation de la coudée royales égyptienne.

Ou plutôt l’utilisation de deux « baguettes » qui représente la coudée l’une contre l’autre, ceci afin de former le même principe que sur les verniers des pieds à coulisse. On a ainsi un instrument de mesure qui est très précis !

coudee royale egyptienne selon jp petit

Sur ces coudées, il y a aussi des indications pour remplir les clepsydres et compter le temps. A savoir que les heures ont des durées variables chez les égyptiens anciens ! Histoire de s’accorder sur les saisons….

Jean-Pierre Petit et les co-auteurs de ce document suggèrent que les règles retrouvées ne sont pas assez précises pour être utilisables avec les indications qu’elles contiennent. Elles ne seraient que des objets décoratifs !!!
… ce qu’attestent les textes dessus qui disent que c’est un cadeau en remerciement, etc..

Par contre les indications scientifiques sont valables et montrent qu’il devait y avoir d’autres instruments plus utilisables.

Bref… encore plus mystérieux cette coudée… On a pas fini d’en savoir plus.

Petit bonus… la coudée royale se dit « mH nswt » en égyptien……

Conclusions

Il me semble que cette théorie ouvre à quelques idées intéressantes.

Notamment, moi ce qui m’a beaucoup plus, c’est le système des noeuds autobloquants et des leviers. On a là une machine simple et efficace. Moi il me semble que c’est tout à fait plausible, surtout qu’une pièce, la poulie de renvoi, a été retrouvée en 1932 !

Là il y a quelques chose d’intéressant !

Sinon pour les gens qui se demandent où est ce que Jean-Pierre Petit est allé cherché toutes ces idées…. et bien il l’a avoué récemment….
Le héros de sa BD se retrouve dans une vie antérieur en égypte….
…. et bien c’est exactement ce qui est arrivé à Jean-Pierre Petit lors d’un voyage en égypte… il a simplement vu tout ça et il a pris des notes !

Bon, et bien comme d’habitude, garde l’esprit ouvert ! Tout est possible !
519 7148

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :