Le bâton de comptage, un moyen de paiement oublié et pourtant officiel en France jusqu’en 2016

Le bâton de comptage, (tally stick en anglais) est un moyen de paiement qui a été utilisé pendant des siècles. Il était même encore reconnu jusqu'en 2016 dans le code civil français, art 1333:

"Les tailles corrélatives à leurs échantillons font foi entre les personnes qui sont dans l'usage de constater ainsi les fournitures qu'elles font ou reçoivent en détail."

baton de comptage 2 parties souche echantillon tally stick stock exchange

Mais pourquoi on en parle jamais dans les bouquins d'économie ?

Pourquoi on nous rabâche toujours la fable du troc qui n'a jamais fait système et date d'Adam Smith.

banque nationale suisse tout commence avec le troc
La brochure de la BNS nous dit que "Tous commence avec le troc" => faux!

Pourquoi les économistes adorent nous parler des petits coquillages d'iles lointaines, comme monnaie primitives alors que beaucoup, beaucoup plus près de nous dans l'espace et le temps, le bâton de comptage était le moyen de paiement principal !

Peut être que la simplicité et l'efficacité des bâtons de comptage n'arrangent pas les banquiers ? En effet, pas de crédit à intérêt, uniquement des reconnaissances de dette mutuelles dans une communauté.

Comment fonctionne un bâton de comptage

Dans cette vidéo, je montre à quoi ressemble un bâton de comptage, comment il était utilisé (par exemple pour acheter du pain à la taille), comment il est encore utilisé de manière folklorique dans les alpes suisses, avec les bâtons de comptage des vaches et les droits d'eau liés aux bisses valaisans.

Le principe est simple. Un bâton est fendu en deux dans la longueur. (sauf un petit bout de la souche).

DIY fabrication bâton de comptage fendre le bâton de comptage à la hache
Après une encoche à la scie pour délimiter la souche, le bâton est fendu à la hache

Le bâton était souvent une branche de noisetier. Ou alors de manière plus élaborée, une petite planchette.

baton de comptage tallystick noisettier

On obtient ainsi deux parties liées entre elles. C'est l'origine même du mot symbole qui vient du grec σύμβολον, súmbolon qui désigne un objet coupé en deux servant de signe de reconnaissance.

La grande partie est appelée la souche.
La petite partie est appelée l'échantillon.

Les deux parties servent à enregistrer un contrat. On le fait en taillant une encoche sur les deux parties emboitées.

baton de comptage tally stick planchette marque famille pyrogravure

Ainsi une fois que l'on a séparé les deux bouts de bois, chacune des deux partie a une trace de la transaction et ne peut pas la réfuter ni la modifier.

Le commerçant (ou créancier) garde la souche c'est à lui que l'autre partie, le débiteur, celui qui garde l'échantillon, devra rembourser la dette.

C'est ainsi que l'on pouvait acheter "à la taille" de nombreuses choses dans des commerces. Par exemple du pain à la taille dans une boulangerie.

Le principe est simple, c'est le même que celui de l'ardoise de bistrot, ou de carnet du lait. On achète à crédit dans les commerces et périodiquement, une fois par mois, par exemple, on vient solder son compte en payant avec des pièces de monnaie. (par exemple)

monnaie-batz-vaud
Un batz vaudois de 1828

Ce principe me fait beaucoup penser à la version moderne de paiement dans l'épicerie participative dans laquelle je suis. J'ai un compte dans l'épicerie et régulièrement je charge mon compte par un virement.

epicerie-cooperative-participative-solde-compte-achat

La souche est elle même un moyen de paiement

Il y a un point important à comprendre. C'est que la souche est elle même un moyen de paiement. Elle a de la valeur. Si tu es propriétaire d'une souche, c'est la preuve que quelqu'un te dois ce qui est indiqué dessus.

Ainsi si tu es boulangère et qu'on te paie 3 unités sur le bâton de comptage de ton commerce, tu détiens une reconnaissance de dette de 3 unités.

Si par hasard tu dois payer 3 unités au boucher. Et bien au lieu d'attendre que ton débiteur te paie ce qu'il te dois, tu peux toi même donner ta souche au boucher.

baton de comptage tallystick noisettier
La souche c'est la grande partie du bas.

Payer avec des reconnaissances de dette c'est très courant. C'est ce que l'on fait à chaque fois avec un virement bancaire. Car ce qui est sur un compte bancaire n'est rien d'autre qu'une dette que la banque a envers son client.

C'est ça la magie de la "monnaie", c'est qu'à partir de rien, on crée un contrat qui enregistre une dette. La reconnaissance de dette sert de monnaie d'échange. On visualise bien ça avec un bâton de comptage. Mais c'est pareil avec un compte en banque et c'est important de le comprendre.

Ça signifie que rembourser toutes les dettes revient à détruire toute la monnaie !
(On brûle le bâton de comptage, une fois la dette remboursée)

dette-5000-ans-dhistoire-graeber
Le livre "Dette 5000 ans d'histoire" de David Graeber qui décrit bien que l'histoire de la dette, c'est l'histoire de la monnaie.

Comment décoder ce qui est inscrit sur un bâton de comptage ?

Un bâton de comptage est un contrat. Tout comme sur un contrat papier il est possible d'écrire dans une langue ou dans une autre, sur un bâton de comptage, on peut écrire des codes différents pour enregistrer les informations du contrat.

La manière la plus simple, c'est de faire 1 encoche pour une unité. Mais ça fait vite beaucoup de coches pour les grands nombres.

J'ai testé une convention qui me semble plausible:

  • une encoche droite simple = 1 unité
  • une encoche en V = 10 unités
  • une encoche large = 100 unités.
encoche baton de comptage tally stick

Puis en regardant mes encoches je me suis dis que ça ressemble beaucoup aux chiffres romains !!

Peut être que c'est là une origine des chiffres romains ?

  • une encoche droite = 1 unité
  • une encoche en V = 5 unités
  • une encoche en X = 10 unités
  • ... etc..

J'ai vu ce genre de code sur des bâtons de comptage. C'est peut être une piste intéressante !

Kerbholz bâton de comptage du 17ème siècle avec des croix
"Kerbholz" du 17ème siècle

En Angleterre, il y a le livre "Dialogue of the Exchequer" qui décrit le code à utiliser sur les bâtons de comptage royaux. (Tally sticks)

"La manière de couper est la suivante:
En haut du bâton de comptage, on fait une entaille de l'épaisseur de la paume de la main pour représenter mille livres ; puis cent livres par une entaille de la largeur du pouce ; vingt livres de la largeur de l'auriculaire ; une seule livre de la largeur d'un grain d'orge gonflé ; un shilling plus étroit qu'un penny est marqué par une seule entaille sans enlever de bois".

dialogue-exchequer-d40110-24

Pour voir le texte intégral de "Dialogue concerning the Exchequer"

Code de durée de temps d'arrosage sur des bâtons de comptage

Dans le contexte des bisses valaisans. Il y a des bâtons de comptage qui indiquent les droits d'eau qui sont liés à des familles liées à des terrains.

Ainsi il y a des marques qui indiquent des durées d'utilisation d'une certaine proportion du débit du bisse. (Par exemple 1h pour 1/4 du bisse)

Voici quelques autres exemples de comptage de temps pour les droits d'eau.

baton compatage droit eau code

Utilisation de bâtons comme contrats et règlements

On voit avec l'exemple des bisses (aqueduc d'amenée d'eau dans les montagnes du Valais) que les bâtons de comptage sont quelques choses qui va au delà de la notion de monnaie et de moyen de paiement.

On est ici dans les véritables fondement de l'éco-nomie, soit étymologiquement: les règles de la maison.

La monnaie, les reconnaissances de dette, sont une partie de règles qui régissent une communauté, mais il y a en a de nombreuses autres non monétaires.

Par exemple le fait qu'un propriétaire de vache mette ses vaches à l'alpage et il veut en récupérer le même nombre lors de la désalpe, mais aussi surtout, il veut récupérer la production de fromage qui lui revient !

Tally_sticks_baton comptage Doppeltessel der Alp Blümatt (Turtmann VS) 1893
Bâton de comptage "Doppeltessel" de l'Alpe Blümatt (Turtmann VS) 1893

Les consortages pour gérer des biens communs

Depuis le moyen âge on trouve des communautés qui se sont organisées pour gérer des "Biens communs". Il s'agit souvent de droits d'eau, de droits liés aux pâturages et aux fromages produits, ainsi que des accès au bois d'une forêt, ou l'entretient de chemins et de four à pain.

Dans les régions alpines il existent encore plusieurs de ces organisations communautaires.

De nos jours, en économie, on oppose souvent la propriété privée et la propriété publique. Mais on oublie souvent la forme intermédiaire, soit la propriété en Biens communs. Ce n'est pas public... mais ce n'est pas une propriété exclusive. C'est une propriété d'une organisation.

En Valais on utilise souvent le terme de "Consortage".

Par exemple le consortage du bisse d'Ayent est propriétaire de l'eau de la rivière et de l'eau qui coule dans le bisse. Seuls les membres du consortage, les consorts, ont le droit de l'utiliser. Ça a été le fruit d'une grande bataille juridique quand une société a voulu s'approprier l'eau de la rivière pour la turbiner et en faire de l'électricité.

Bisse_d_Ayent valais partie aerienne

C'est un texte de 1448 (toujours valable), signé par l'évêque de Sion de l'époque qui a prouvé les droits du consortage. La société hydroélectrique a donc du acheter le droit d'utiliser une partie de l'eau sans porter préjudice au bisse.

On voit par là que le consortage est un système très durable. Celà fait 572 ans que le consortage gère l'accès à l'eau dans cette région !

Les biens communs reviennent un peu à la mode. Ceci se voit notamment avec le (faux) "prix Nobel" d'économie donné à Elinor Ostrom en 2009 pour ses travaux sur les biens communs, notamment dans la gestion des consortages haut-valaisans.

Les "tachères" des bâtons pour enregistrer des règles

Dans des règles communautaires, il n'y a pas que des droits, mais il y a aussi des devoirs. On parle de tâches. C'est notamment l'entretien des bisses et les travaux collectifs.

Ces tâches, et qui doit les effectuer, sont enregistrées sur des bâtons que l'on nomme des "tachères" ou en allemand des "tesseln". (Kehrtesseln ou Wassertesseln)

Encore une fois je vois un lien entre cette manière de fonctionner séculaire des consortages et l'épicerie coopérative participative.

On est tous co-propriétaire de notre épicerie et l'on a tous des droits de consommer les produits avec des avantages, mais on a aussi des devoirs, celui de travailler l'équivalent de 3h par mois pour faire tourner l'épicerie.

Au passage, voici mon guide pour aider à démarrer une épicerie coopérative participative.

Les marques de familles, des signes distinctifs pour identifier une famille ou un individu

La personne où la famille qui doit effectuer la tâche est indiquée sur le bâton avec une "marque de famille" ou "marque domestique".

Les gens étaient souvent illettrés, ainsi ce sont des dessins qui désignent les familles. Sur un bâton de comptage on retrouve aussi une marque de famille pour savoir à qui appartient le compte, qui est le créancier et qui est le débiteur.

Dans mes essais de fabrication de bâtons de comptage, j'ai reproduis des marques de famille en marquant le bois avec un clou de fer à cheval chauffé dans mon fourneau à bois. J'ai ainsi réalisé une pyrogravure qui semble plausible.

pyrogravure clou fer cheval marque famille

Je me suis inspiré de marques que l'on retrouve sur un panneau de marques de famille de la commune de Münster dans le haut valais.

Kehrtafel aus Münster mit Hauszeichen für das Gemeinwerk oder Wassernutzung 1864
Kehrtafel aus Münster mit Hauszeichen für das Gemeinwerk oder Wassernutzung 1864

Voici le panneau en entier:

Kehrtafel aus Münster mit Hauszeichen für das Gemeinwerk oder Wassernutzung, 1864
Kehrtafel aus Münster mit Hauszeichen für das Gemeinwerk oder Wassernutzung, 1864

Beaucoup de mots liés à la monnaie ont pour origine le bâton de comptage

L'étymologie de beaucoup de mots liés à la monnaie vient des bâtons de comptage.

Pourquoi est-ce que l'on parle de "débiter" un compte, comme on débite un tronc ?

Pourquoi est-ce que l'on a une "souche" sur un chéquier ?

souche du chéquier de Charlie chaplin
Souche du chéquier de Charlie chaplin

En anglais, "souche" se dit "Stock".... et donc créer un marché d'échange de souches, c'est le "Stock exchange"... la bourse !

L'actionnaire se dit en anglais: Stockholder, soit le détenteur de la souche !

Stock exchange

Le bâton de comptage a été traité de "chèque en bois" par les tenants de la monnaie métallique.

La "taille" un impôt dont le nom vient du bâton de comptage

Les bâtons de comptage étaient également utilisés pour les impôts.

En Angleterre, il existe encore des bâtons de comptage du 13ème siècle. Souvent le texte était écrit en latin, voir même en hébreux !!

Comme celui-ci:

"De Solomon fils d'Isaac, taille de 20'000 marks" avec le montant inscrit de ‘¾’ et daté de 1293-94.

Le mot "taille" est le nom d'une forme d'impôt direct. (en anglais Tallage) On voit tout de suite que le nom de cet impôt provient du nom du bâton de comptage sur lequel on inscrit le paiement !

Ce bâton de comptage qui montre aussi l'acharnement des rois de l'époque à taxer plus lourdement les juifs..... C'est par ici pour en savoir plus...

La taille était un impôt très impopulaire, car il était arbitraire et les nobles et le clergé en était exemptés !

La malédiction du bâton de comptage sur ceux qui veulent le faire disparaitre

En 1694, un nouveau système arrive. C'est la création de la banque d'Angleterre. C'est une société privée qui va prêter au gouvernement £ 1,25 million. Une partie de cette sommes est prêté en or et une autre partie est enregistrée sur des bâtons de comptage. (A013/1)

Comme le remboursement tarde, ça arrange le gouvernement de ne pas rembourser. Les propriétaires de la banque d'Angleterre acceptent, en échange que la banque centrale reçoive le monopole de titrisation de cette dette en billet de banque. (En 1826 avec le Bank Charter Act)

Ainsi plus besoin de rembourser... et la banque centrale peut émettre des billets, faire tourner la planche à billet...

banque montreux

La rumeur dit que les banquiers aurait commencés à s'attaquer au système des bâtons de comptage, car ils étaient hors du contrôle de leur système bancaire.

Le système des bâtons de comptage était très populaire en Angleterre. Il a commencé avec le règne du roi Henri 1er au XIème siècle.

Les bâtons de comptage étant acceptés comme moyen de paiement pour les impôts royaux. Le système était largement répandu.

En 1834 le poste de "Caissier de l'échiquier" (Teller of the Receipt of the Exchequer) a été supprimé. Marquant ainsi la fin du système de bâton de comptage en Angleterre.

Pour la petite histoire, l'échiquier, c'est un nom qui désigne, dans le duché de Normandie et en Angleterre, une sorte de "chambre des comptes". Le nom vient du fait que les comptables de l'époque utilisaient un plateau avec un damier comme celui d'un jeu d'échec pour aligner des jetons et faire leur comptabilité. C'est un moyen très visuel et pragmatique pour faire des calculs. C'est plus simple que notre manière actuelle d'écrire sur du papier.

Le bureau du caissier supprimé... il a fallu brûler les bâtons de comptage... et là c'est le drame !

En 1834, le fourneau du palais de Westminster débordant de bâtons de comptage a mis le feu au palais entier. Provoquant un des plus grand incendie de Londres. Le peintre Turner en a fait un célèbre tableau.

incendie de Westminster par Turner

Un moyen de paiement low-tech qui assure une résilience à l'effondrement

De nos jours le bâton de comptage a disparu. Mais un jour, il reviendra peut être ?

Par exemple, en cas de coupure prolongée d'électricité, que deviennent nos comptes en banque ? Que deviennent les blockchains ?

Le bâton de comptage lui, ne craint pas le blackout électrique. Il fonctionne toujours. Souviens toi de ça.....

Construction des pyramides de Gizeh, le noeud auto-bloquant qui change tout

Entre mille autres sujets, le sujet de la construction des pyramides de Gizeh m'intéresse.

J'ai déjà entendu beaucoup de théories plus ou moins farfelues sur la construction des pyramides. J'ai été moi-même voir sur place.

martouf en egypte a gizeh pyramide

Et là, j'ai envie de faire un petit article par ce que cette théorie là, me semble plus intéressante que d'autres. Cette théorie de construction me semble plus complète, plus réaliste, plus plausible.. même si en fait.. Je doute qu'on sache un jour le fin mot de l'histoire...

Il s'agit de la théorie de construction proposée par Jean-Pierre Petit...
(Bon, voilà, maintenant que le nom de l'auteur de cette théorie de construction des pyramides est lâchée.. Je dois avoir déjà perdu la moitié des lecteurs qui ont des à priori... et j'ai croché une poignée de fan inconditionnel de ce physicien touche à tout...)

La Bande Dessinée qui explique la construction des pyramides de Gizeh

A son habitude Jean-Pierre Petit est un très bon vulgarisateur, il nous explique sa théorie sur les pyramides dans une bande dessinée très bien faite. (En général il est plus connu pour son modèle cosmologique Janus..)

Donc c'est pratique dans cet article je n'aurai pas grand choses à dire de plus. Juste mon avis et pourquoi je trouve que cette théorie est plus pertinente que d'autres.

Cette BD sur la théorie de construction des pyramides de Gizeh par Jean-Pierre Petit est disponible en téléchargement par ici....

couverture-BD-jp-petit-le-secret-dimothep-construction-pyramide-gizeh

Une machinerie de levier pour tirer les blocs des pyramides

Le point essentiel don J.-P Petit parle dans sa théorie de construction des pyramides, c'est une machinerie avec des leviers, un peu dans le genre de la forme d'un pied de biche.

Il y a deux leviers et des cordes qui les actionnent depuis en bas. Les cordes servent à tirer des blocs qui grimpent sur la pyramide le long d'une rampe en spirale.

machine levier pied biche construction pyramide jp petit noeud auto bloquant

Là il faut une image et même une vidéo pour expliquer tout ça car les mots ne suffisent pas à expliquer précisément le mécanisme.

D'ailleurs Hérodote a décrit le mécanisme de construction des pyramide en -450... et depuis on se pose des questions sur l'interprétation de ce texte, lui même de seconde main raconté par des prêtres...

« Voici comment on construisit cette pyramide, par le système des gradins successifs que l'on appelle tantôt krossai (corbeaux), tantôt bomides (plates-formes). On la construisit d'abord sous cette forme, puis on hissa les pierres de complément à l'aide de machines faites de courtes pièces de bois : on montait la pierre du sol jusqu'à la première plate-forme ; là, on la plaçait dans une autre machine installée sur le premier gradin, et on la tirait sur jusqu'au deuxième gradin, où une troisième machine la prenaitsource. »

Ce texte d'Hérodote est compatible avec la machine de Jean-Pierre Petit.

Jean-Pierre Petit a eu l'occasion de présenter ce modèle de levier à la cité des sciences pour une maquette où les gosses pouvaient déplacer des blocs de centaines de Kg.

C'est là que Jean-Pierre Petit a été attaqué par un autre Jean-Pierre... le fameux Jean-Pierre Adam que l'on voit dans le film, la Révélation des Pyramide.

Pour Jean-Pierre Adam, ce levier est "une application moderne du levier" et donc c'est donc "totalement exclus" que ça puisse avoir été utilisé !

Heu.. le levier c'est pas nouveau ! Archimède disait déjà comme image qu'avec un point d'appui et un levier il soulèverai le monde !

Et comme on le verra ci-dessous, il semble bien qu'on a même retrouvé un bout du fameux levier !

Le noeud auto-bloquant une technique lowtech toujours utilisée

Ce qui m'a le plus intéressé dans cette théorie de construction des pyramides de Gizeh c'est le noeud auto-bloquant.

C'est un mécanisme autant très sophistiqué, très efficace et super simple à faire. De nos jours on utiliserait des pinces hydrauliques commandées par électronique. Donc on a de la peine à imaginer un moyen simple.

noeud-autobloquant-prussik-StrickleiterHilfe
Noeuds auto-bloquant de Prussik accroché à deux cordes

Il se trouve que je fais de la spéléo, et que le système de poignée jumar et de bloqueur qui nous permet de remonter des hauts puits ça me parle bien. Notre version spéléo est à peine plus mécanique. Mais la version simple du noeud autobloquant est aussi encore très utilisées en escalade.

On parle souvent de noeud de prussik.

La théorie de halage des blocs de Jean-Pierre Petit utilise le même principe que pour remonter un puits en spéléo. C'est l'alternance en appui sur un noeud ou l'autre qui permet d'avancer.

Il faut juste quelqu'un sur le bloc qui va s'assurer que le noeud coulisse bien au bon moment.

Machine__traction_pyramide

Le point crucial dans ce système c'est la sorte de "poulie de renvoi" qui permet de faire glisser la corde, mais sans l'user.

Il se trouve que cette pièce existe bel et bien. Elle a été découverte en 1932 à Gizeh à côté de la pyramide de Khent-Kaoues qui est une pyramide satellite de celle dite de Chéops.

bloc basalte machine levier axe centrale mesure pyramide

Il me reste donc à vérifier et à retrouver la source de la découverte de cet objet "poulie de renvoi" en basalte. Si quelqu'un trouve la référence.. c'est bienvenu ! 🙂

objet_khent_kaoues mécanisme levier construction pyramide construction

J'ai retrouvé cette explication en vidéo qui explique que cet objet a été mal classé.. et que c'est pas une poulie comme l'égyptologue Selim Hassan l'avait dit.. mais plutôt un équarrisseur qui permet de tailler la pierre...

Il y a encore une autre version qui va aussi dans le sens d'un objet pour tailler la pierre, mais à mettre sous une sorte de balançoire pour augmenter l'efficacité !

Les paris restent ouverts ! ... à quoi sert cet objet ?

Une rampe en pierre qui s'enroule autour de la pyramide

Evidemment que pour hisser les pierres jusqu'en haut de l'édifice, il nous faut une pente pas trop raide (il semble que le maximum est 7% pour faire voyager des traineaux) et de la place.

Il y a plein de théories tout à fait officielle, mais sacrément farfelues au niveau technique qui préconisent des rampes pour faire glisser des traineaux tirés par un foule de personnes.

Certains égyptologues n'ont pas vraiment le sens pratique de l'ingénieur !

Cette idée est peut être bonne pour la base de la pyramide, qui représente quand même une masse énorme de matériaux. Mais très rapidement on voit que ça n'a aucun sens. La rampe devient vite trop grosses. Il faut une masse plus grande de la pyramide elle même !! .. et il faut que la rampe tienne avec une pente très élevée sur les côtés ! C'est pas très réaliste !

La rampe de la théorie de construction des pyramides mise en avant par Jean-Pierre Petit est plus simple, avec une pente acceptable et économe en matériaux.

Il s'agit d'une rampe qui fait le tour de la pyramide en spirale. C'est une rampe en pierre. Solide, mais amovible. Elle est posée sur des corbeaux intégré à la pyramide.

Cette image est issue du pdf complet avec le détail des étapes de construction d'une maquette de pyramide selon cette théorie .

Cette théorie de construction de pyramide a aussi un avantage, c'est qu'elle propose d'utiliser des blocs standards. Mais de plusieurs types.

On peut même imaginer qu'ils ont été produits à la chaine en grande quantité. On attribue au pharaon Snéfrou (père de Chéops) pas moins de 3 pyramides !! Ils étaient efficace à l'époque !

Peut être que les blocs ont été construits par les générations précédentes.. et juste placés et ajusté ?

Personnellement, je ne suis pas non plus convaincu par la version "officielle" qui nous dit que les pyramides sont toutes des tombeaux !

Pourquoi Snéfrou aurait-il eu besoin de 3 tombeaux ?
On reviendra sur le sujet plus loin.

bloc triangulaire pyramide gizeh construction plateforme

Ainsi en fin de chantier on va couper les corbeaux et ça va nous donner des blocs "triangulaires".

Ainsi on a une explication sur la nature des blocs qui sont souvent présentés comme étant des restes de parement. Mais dont l'auteur du film La révélation des pyramides, nous dit qu'il a des doutes que ce soit le parement, ceci en lien avec le fait que la grande pyramide (dite de Chéops) et celle dite de Mykerinos ont des faces incurvées.

La base de la pyramide est donc un octogone ! ... Mais on ne voit pas cet forme sur ces blocs triangulaires souvent présentés comme du parement.

La théorie de construction des pyramides de Gizeh selon Jean-Pierre Petit nous permet donc un éclairage nouveau sur la nature de ces blocs.

La piste est intéressante.

Comment les bâtisseurs des pyramides de Gizeh ont-ils assurés la précision de leur construction ?

Les pyramides de Gizeh sont connues pour leur orientation précise aux quatre points cardinaux. On ne va pas ici parler de la méthode de détermination du Nord géographique (et pas magnétique qui pourrait se lire à la boussole.. ce serait trop facile !)

On va parler ici de la méthode de mesure pour s'assurer que la pyramide au cours de sa construction est toujours bien alignée.

Jean-Pierre Petit nous parle d'un puits central dans lequel depuis le sommet on accès à une marque au sol. Cette mesure permet de vérifier qu'on ne dérive pas en hauteur. Mais c'est aussi le lieu pour placer une table d'orientation rotative avec des fils à plomb qui permettent de vérifier l'alignement des arrêtes.

table orientation pyramide gizeh mesure jppetit

Du coup, il y a un puits qui traverse la pyramide de haut en bas ! Est-ce qu'on l'a trouvé ?
Est-ce que c'est possible, il ne risque pas de traverser un chambre ?
.. et bien non !

Les chambres qui sont dans les pyramides de Gizeh sont toutes décalées de l'axe centrale !

Les seules chambres alignées sont souterraines. Ça montre bien qu'il y avait peut être l'envie de centrer la chambre. Mais avec le puits c'était pas possible. A méditer...

aucune chambre de pyramide de gizeh n est sur l axe centrale

Cette idée de puits pose une autre question, comment aller vérifier que le plomb est bien sur la marque au sol ?

Le plus simple est d'avoir une personne qui le vérifie. Mais alors elle doit être dans le fond du puits. Quand ça devient plus haut que 100m, c'est pas très pratique !!

Est-ce qu'il y a quelques part un accès au fond du puits depuis la base ?
Jean-Pierre petit semble le suggérer... encore un truc à vérifier.

Construction anti-sismique des monuments égyptiens

Tout le début de la BD, Jean-Pierre Petit nous rappelle que les constructions égyptiennes, (tout comme les constructions mégalithiques d'amérique du sud) sont très bien conçues pour résister aux tremblements de terre.

symetrie blocs de granite antisismique temple vallee kephren gizeh
Symétrie de blocs de granite avec des formes non régulières dans le temple de la vallée à Gizeh

Pour réaliser ce genre de construction, il faut des structures qui sont discontinues, des linteaux qui ont déjà une fente, ainsi il ne se brisent pas.

Jean-Pierre Petit a une théorie intéressante sur l'assemblage des blocs. Ils n'ont pas besoin d'être taillés, parfaitement bien à la base. C'est au moment où on les assemblent qu'on va user les blocs qui vont aller se joindre avec une "scie".

En fait c'est juste une lame de cuivre qui ne coupe pas grand choses, mais qui va emmener un abrasif.

finission bloc anti-sismique pyramide jp petit

Je trouve l'idée très intéressante. C'est à vérifier. Personnellement je suis également persuadé que de nombreux blocs sont en fait des géopolymères et donc des blocs moulés ! Ainsi pas de soucis de taille ! (dans tous les sens du terme !)

Les techniques sont certainement complémentaires.

Ceci nous amènes à la construction de l'intérieur des pyramides.

Jean-Pierre Petit nous indique une technique qui est faite par étape, il y a des blocs qui délimitent des espaces et dans cet espaces on fait du remplissage avec du tout venant. Ce qu'on appelle du libage: faire des murs extérieurs jolis, et des murs intérieurs avec du remplissage en vrac.

C'est aussi la théorie du noyau central, au vue de la seule partie qui reste de la pyramide de Meidum. Le reste s'étant effondré.

remplissage au tout venant libage pyramide gizeh jppetit platre

Les petites pierre en vrac, c'est plus simple, plus facile à transporter. Mais ça a aussi un net avantage anti-sismique. Secoue un tas de sable et il va garder sa forme pyramidale de tas de sable !

... mais.. mais attention, il ne faut pas que ces pierres en vrac puissent se compresser !

Sinon ça fait comme quand je mets un planton dans un pot. La terre a l'air bien là en suffisance, puis j'arrose... et pouf le volume diminue... tout se tasse...

Jean-Pierre Petit propose de lier ce libage avec du plâtre afin de solidifier le tout.

Personnellement ça me fait encore une fois penser aux géopolymères !
Avec un liant géopolymère ont stabilise tout, et même on créer carrément des vrais blocs de pierre.

Il y a déjà plusieurs études scientifique qui montrent que les géopolymères, des pierres moulées ont été très probablement utilisées pour construire les pyramides de Gizeh:

Je ne sais pas ce qu'en pense Jean-Pierre Petit. Mais moi je trouve intéressant de combiner ces techniques !

Tout ça permet de construire une pyramide rapidement.

Croyances et faux calculs autour du temps de construction et de la fonction des pyramides

Combien de blocs pour cette pyramide ?

Ça m'a toujours surpris qu'on évalue le nombre de blocs que continent la grande pyramide de Gizeh. (en général autour de 2 millions) Comment savoir ? On n'arrive même pas détecter les cavités vides dans la pyramide. Comment dire si on a affaire à des blocs ou du libage ?

Après on voit des calculs qui sont fait sur cette base dans le film la révélation des pyramides.... on abouti à 2 min 30 par bloc pour le tailler et le poser, ceci pour réussir à finir la pyramide dans les 20 ans de règne de Chéops...

Cette affirmation du film à fait couler beaucoup d'encre et déplacer de nombreux octets.... Un détracteur a expliqué, avec raison, que c'est comme imaginer le brossage de 150 000 cheveux un par un... il nous faudrait donc plus de 200 heures pour se brosser les cheveux !

Avec ce genre de combats inutiles on en oublie l'essentiel. Il est évident qu'une parallélisation du travail est nécessaire. Mais jusqu'à quel point c'est valable ? On peut pas simplement mettre 100 000 esclaves pour tirer un bloc comme de nombreux dessins le montrent....

Il en faut de la place sur les rampes pour 100 000 personnes !! ... et si on a un levier qui démultiplie la force plus besoin d'autant de monde.

Si on utilise des petits blocs de pierre et plus des gros, tout est plus facile!

mur en granite temple de la vallee kephren
énormes blocs de granite du temple de la vallée

L'histoire se réécrit sans cesse selon les croyances actuelles

Plus ça avance, l'histoire est réécrite avec le filtre des valeurs des personnes actuelles. Donc les esclaves c'est fini. Maintenant ce sont des ouvriers qualifiés.

La construction en 20 ans ? Il y a des gens qui doutent, car pourquoi les pyramides seraient des tombeaux ?

La théorie officielle actuelle va plutôt dans le sens du cénothaphe, un monument pour le rituel de la cérémonie du Ka. Le corps est ensuite inhumé ailleurs. Hérodote dit d'ailleurs que Chéops est inhumé au centre d'une ile sous le plateau de Gizeh !

Mais il y a encore un hic...

Comme dit plus haut Snéfrou a fait construire 3 pyramides !
C'était pour 3 cérémonies du Ka ?

On a jamais retrouvé de corps dans aucune des pyramides !

Il y a certes des "sarcophages". Mot grec qui signifie "mangeur de chair". Mais en égyptien on les appelle des "Neb ankh", paniers de vie. Ce qui n'est pas tout à fait pareil.

Peut être que la fonction des pyramides et leur coffres était tout autre !

Jean-Pierre Petit le pense aussi. Il dit dans la BD que c'était probablement un lieu d'initiation.

pyramide lieu initiation jppetit

Personnellement, en étant dans la chambre haute de la grande pyramide de Gizeh, j'ai été surpris par le son, par l'effet de résonance.

En étudiant les dimensions, c'est normal ! Tout est en résonance, on retrouve les rapports musicaux de la gamme de ptolémée dans les rapports entre les murs. On retrouve également une géométrie basées sur un double carré qui ouvre sur toutes les combinaisons possibles avec le nombre d'or.

Pour plus de détail voici mon article à propos de la géométrie sacrée.

Kheops-chambre-roi-maths dimension de la chambre haute de la grande pyramide de gizeh coudee royale egyptienne nombre or

Pour moi, je soupçonne que ces pyramides avaient des fonctions thérapeutique et initiatique.

Il y a souvent un lien avec le son et les lieux mégalithiques très anciens. On en reparler une autre fois....

La coudée royale égyptienne

Vu qu'on en parlait ci-dessus, Jean-Pierre Petit s'est aussi intéressé à la coudée royale égyptienne.

La coudée royale égyptienne, est une unité de mesure de longueur. On dit égyptienne, mais en fait c'est la même que celle des bâtisseurs de cathédrale qu'on retrouve dans la quine des bâtisseurs.

canne des batisseurs de cathedrale

Nous sommes habitués à une subdivision des unités de mesures dans un système décimal. Il y a chaque fois une rapport 10 entre les étages...

Dans l'ancien système le rapport entre les "étages" était basé sur le nombre d'or. J'ai fait tout un article qui explique ceci.

Puis on a nommé ces divisions d'unité de mesure en rapport avec des parties de notre corps qui sont également liées à des proportions liées au nombre d'or. La coudée, le pied, l'empan, la paume, la palme, etc...

Beaucoup ont cru que la coudée et/ou le pied était la mesure du pied d'un roi.... alors qu'en fait.. l'origine était toute autre... (et a été dévoyée aussi)

Bref, il y a beaucoup à dire sur la coudées royales égyptienne. Jean-Pierre Petit en étudié une autre partie. Il a étudié le fonctionnement de coudée qu'on a retrouvé matérialisée sur des barres de pierre ou de bois.

Coudées royales égyptiennes au musée de Saqqarah
Coudées royales égyptiennes au musée de Saqqarah

Jean-Pierre Petit a publié tout un article scientifique sur l'utilisation de la coudée royales égyptienne.

Ou plutôt l'utilisation de deux "baguettes" qui représente la coudée l'une contre l'autre, ceci afin de former le même principe que sur les verniers des pieds à coulisse. On a ainsi un instrument de mesure qui est très précis !

coudee royale egyptienne selon jp petit

Sur ces coudées, il y a aussi des indications pour remplir les clepsydres et compter le temps. A savoir que les heures ont des durées variables chez les égyptiens anciens ! Histoire de s'accorder sur les saisons....

Jean-Pierre Petit et les co-auteurs de ce document suggèrent que les règles retrouvées ne sont pas assez précises pour être utilisables avec les indications qu'elles contiennent. Elles ne seraient que des objets décoratifs !!!
... ce qu'attestent les textes dessus qui disent que c'est un cadeau en remerciement, etc..

Par contre les indications scientifiques sont valables et montrent qu'il devait y avoir d'autres instruments plus utilisables.

Bref... encore plus mystérieux cette coudée... On a pas fini d'en savoir plus.

Petit bonus... la coudée royale se dit "mH nswt" en égyptien......

Conclusions

Il me semble que cette théorie ouvre à quelques idées intéressantes.

Notamment, moi ce qui m'a beaucoup plus, c'est le système des noeuds autobloquants et des leviers. On a là une machine simple et efficace. Moi il me semble que c'est tout à fait plausible, surtout qu'une pièce, la poulie de renvoi, a été retrouvée en 1932 !

Là il y a quelques chose d'intéressant !

Sinon pour les gens qui se demandent où est ce que Jean-Pierre Petit est allé cherché toutes ces idées.... et bien il l'a avoué récemment....
Le héros de sa BD se retrouve dans une vie antérieur en égypte....
.... et bien c'est exactement ce qui est arrivé à Jean-Pierre Petit lors d'un voyage en égypte... il a simplement vu tout ça et il a pris des notes !

Bon, et bien comme d'habitude, garde l'esprit ouvert ! Tout est possible !
519 7148

Le Kong: encore une autre monnaie de singe

En juillet 2011, j'ai lancé une monnaie qui s'appelait le Kong. C'était dans le cadre de mon site YopYop.ch. A la base ce site était une plateforme de location de tout ce que l'on utilise pas souvent... perceuse, machine à coudre, déguisements, etc...

Pour payer leur location, les gens utilisaient la monnaie crée pour l'occasion: le Kong.

Comme cette plateforme monétisait l'économie du don, j'ai tout arrêté.

Aujourd'hui je relance le Kong. Mais avec un autre principe.

Pour l'historique complète voir en fin de page.

Kesako le Kong ?

Comme dit dans le titre de cet article. Le Kong c'est une monnaie de singe..🐒.. En fait comme toutes les monnaies !

La monnaie ce n'est que de la confiance.

Singe aux yeux kawai kong monnaie

Le Kong est une monnaie qui repose sur les principes suivants:

  • Low-tech → tout le monde peut la comprendre et vérifier le principe de fonctionnement: pas de boite noire réservée aux geek.
  • 📉Résiste à un effondrement économique → si plus rien ne marche après une catastrophe, un effondrement économique, technique... cette "monnaie" fonctionne encore. Pas besoin d'électricité, ni d'ordinateur.
  • Totalement décentralisée → autant la création monétaire, que la gouvernance, que la gestion des utilisateurs est décentralisée et même répartie au niveau de l'individu.
  • Propose un Revenu de Base Inconditionnel → chacun reçoit de quoi vivre. Et c'est la personne elle même qui décide du montant de son RBI! (basé sur ce qu'il lui faut pour combler les 9 premiers besoins des 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson)
  • Assure une "égalité saptio-temporelle" entre les utilisateurs → C'est le jargon TRM (pour ceux qui connaissent) qui signifie qu'une génération n'est pas favorisée ou prétéritée d'arriver à une époque différente. (Avec le crédit bancaire, c'est souvent une génération qui consomme le crédit et la suivante qui paye le crédit....). Mais c'est aussi l'assurance qu'en tout endroit la monnaie arrive, pas seulement dans les grandes capitales économiques qui concentre toutes les grandes banques.
  • Pas de risque d'inflation monétaire → Le principe étant basé sur une forme de crédit mutuel, la quantité de "monnaie" est crée au moment des transactions, donc pas besoin de créer en amont une masse de monnaie qui est déconnectée des besoins et crée de l'inflation.
  • Un potentiel de crédit sans intérêt accessible pour tous → encore une fois c'est la notion de crédit mutuel qui permet d'avoir un potentiel de crédit sans intérêt. Ce qui permet d'investir dans son avenir sans surcoût.
  • Une monnaie fondante → Une monnaie qui circule, qui ne stagne pas et favorise une économie fluide. Telle que Silvio Gesell l'avait imaginée. C'est cette astuce qui permet l'existence d'un revenu de base!
  • Une monnaie à l'abri des crises cycliques → la fonte, le Taux de Retour à l'équilibre assure qu'en tout temps on équilibre les comptes avec une exponentielle décroissante et pas une exponentielle croissante comme dans le cas du crédit bancaire. C'est mathématique, toute fonction exponentielle est source d'instabilité.
  • Chacun est libre de choisir ses paramètres → toute valeur est exprimée dans un référentiel. Ici chaque personne est libre de choisir son référentiel. Elle doit juste l'expliciter. En fait, elle peut même choisir le nom de sa propre monnaie... moi j'utilise le kong.... mais toi tu préfères peut être un autre nom ? .. et malgré tout on pourra commercer ensemble de façon juste.

Principes théoriques

Le Kong est juste le nom que j'ai donné à ma version d'une "monnaie", d'un système économique basé sur le principe du SME, le Système Monétaire Equilibré ou Système de Mesure Equilibré.

C'est une sorte de crédit mutuel amélioré avec une fonte périodique à l'image du jubilé biblique qui annule les dettes pour stabiliser la société.

J'ai déjà bien décrit la théorie du SME dans mon article sur l'histoire de la monnaie, ainsi que dans une réflexion sur l'implémentation d'un tel système de manière informatique.

Mais ici je propose de le faire en mode low-tech, sur papier !

C'est une démarche autant pratique que pédagogique.

Concrètement comment je fais pour utiliser la monnaie Kong ?

Le principe est très simple. Il suffit de:

  • se créer un carnet de comptabilité/identité. 📘
  • définir les paramètres de son référentiel
  • utiliser le carnet pour des transactions avec d'autres utilisateurs

Le carnet peut être fait à la main, sur papier. Mais je propose de télécharger des fichiers pdf, de les imprimer (recto-verso) et de te constituer un carnet.

Il y a 3 pages A4 à plier et mettre ensemble pour former un carnet:

Ce carnet (encore très brouillon ! Je t'invite à créer le tiens ci-dessous) comporte un côté qui sert à enregistrer les transactions. Et si l'on retourne le carnet, l'autre côté sert à y indiquer son identité et la faire signer par d'autres utilisateurs. Ainsi chaque personne vas se retrouver reliée à d'autres dans une Toile de Confiance.

Sur le principe, il n'y a qu'un seul carnet par personne. La toile de confiance sert à vérifier que c'est le cas. Les gens honnête sont invités à ne signer qu'un seul carnet par personne.

Aperçu de la page de comptabilité d'une transaction. On remarquera la notation du montant en absolu, (comme on en a l'habitude), mais aussi relativement au Revenu de Base Inconditionnel.

Je me suis pas un pro de la bureautique... et j'avais pas envie de passer trop de temps à créer un design parfait de carnet (surtout que c'est un casse tête pour faire 4 page de carnet sur une page A4.. et coordonner l'alignement pour avoir un bout de carnet dans un sens.. et un bout dans l'autre...)

Donc ce carnet est très brouillon... mais c'est volontiers que je cherche quelqu'un qui serait motivé à en faire un tout beau tout joli ! 🙂

Moi je l'ai réalisé avec Apple Pages... Je te mets les fichiers source ci-desous. J'ai fait une conversion automatiques en fichier word... ça doit pas être top. Mais c'est une base pour le reprendre et jouer avec.... bonne chance ! 🙂

FAQ Kong

Voici les réponses aux questions les plus courantes:

Comment utiliser le carnet ?

Ce carnet est ton portemonnaie.
Ce carnet sert à enregistrer toutes les transactions que vous faites. Dans un sens et dans l'autre (achat - vente, ainsi que les fontes périodiques du solde.)

Le Système de Mesure Equilibré est un Crédit Mutuel. Mais il a une particularité. Régulièrement le solde "fond". Qu'il soit positif ou négative et diminue en en direction de l'origine. (Le zéro).

Ainsi les avoirs fondent et les dettes fondent. Cette astuce permet de généré périodiquement un Revenu de Base Inconditionnel.

Pour en savoir plus: martouf.ch/SME

Comment noter une transaction ?

Lors de chaque transaction:

  • Vérifiez que l'autre partie n'a pas atteint sa limite de consommation à crédit.
  • Vérifiez que l'autre partie a bien effectué sa fonte conformément à son référentiel.
  • Inscrivez la transaction dans votre carnet. (L'autre partie inscrira la même transaction dans son propre carnet.)
  • Signez la transaction dans votre carnet
  • Signez la transaction dans le carnet de l'autre.

Qu'est-ce qu'un référentiel ?

Toute transaction est faite dans un référentiel. Trop souvent on ne préciser pas le référentiel. Les monnaies internationales courantes sont flottantes les unes par rapport aux autres.

Dans le cadre du SME on explicite le référentiel. Ce qui permet d'exprimer les prix relativement à son revenu de base.

Chaque personne peut potentiellement utiliser un référentiel différent. Chaque personne peut potentiellement utiliser sa propre monnaie. Mais dans ce cas, lors d'une transaction il faut faire correspondre les prix en les comparants en mode relatif au revenu de base.

Le revenu de base est l'invariant commun à tous.

Mode compensatoire ou mode direct ?

Que signifie le + de ma colonne ?
Tout est relatif... tout dépend de l'observateur, donc il est possible de voir les choses vu d'un côté où de l'autre. Il faut juste être au clair sur le référentiel utilisé.

Avec les monnaies on est formaté par le mode compensatoire:
- Je vends une courgette 🍆 , donc je transferts cette courgette, et j'obtiens de la monnaie en compensation. Je comptabilise ce transfert dans ma colonne +

J'ai utilisé ce mode pour faire des exemples car il est plus parlant pour le commun des mortels utilisateur de monnaie. Mais c'est pas forcément le mieux !
Dans le mode compensatoire, la fonte de ma dette correspond à un écart d'avec ma limite de consommation à crédit que j'appelle un revenu de base.

Mais dans le mode direct c'est autre chose.

Le mode direct s'appelle ainsi car au lieu de comptabiliser le flux de ce qui compense mes transferts d'objets, je mesure directement mes transferts d'objets.

Petit exemple:
- Je vends une courgette 🍆, donc je transfert une courgette ailleurs, hors de mon stock. Mon stock diminue. Je vais donc comptabiliser ce transfert dans ma colonne -

Ma limite de consommation à crédit devient une limite de stockage. J'ai une étagère, et elle est pleine. Je ne peut plus rien acheter. Par contre un mois plus tard, ma fonte agit. J'ai 10% des courgettes qui ont pourries.. Je les mets au compost, j'ai ainsi à nouveau de la place par rapport à ma limite. C'est l'équivalent de mon revenu de base mais vu depuis le mode direct et pas le mode compensatoire.

La richesse, c'est les courgettes et pas le jeton qui les représentes.

Si on s'intéresse un peu à l'histoire de la monnaie et des systèmes économiques, le fondement de ce genre d'intermédiaire de confiance, c'est de créer un climat de confiance. On sait que cette comptabilité va faire que personne ne pourra abuser du système.

En mode direct c'est très claire. Il y a une production. Un stock de ressources pour une communauté, il est fini. Il est limité. Une personne n'a pas le droit de tout prendre pour elle. Ainsi pour créer la confiance, on donne à chaque personne un droit de tirage sur ces ressources. Mais il y a une limite.

Donc concrètement, en mode direct on va utiliser une unité de mesure unique pour ma gestion de stock. On ne va pas noter 3 🍏 🍎, 2 🍌 , 5 🍆, 3 🍅 etc...

La valeur de chaque produit sera évaluée dans la même unité de mesure de transfert de stock, pour mois c'est le kong 🐵 <

Comparaison de prix dans différents référentiels

Prix relatif réf.1 = Prix absolu réf.1 / RBI1
Prix absolu réf. 2 = Prix absolu réf.1 /RBI1 * RBI2

Un référentiel est défini par les paramètres:

  • origine
  • montant du Revenu de Base Inconditionnel (avec le signe + ou -)
  • Taux de Retour à l'équilibre

Exemple de référentiel:

Origine = 0
Revenu de Base inconditionnel = 1000
Taux de Retour à l'Equilibre = 10% => 10/100

Limite de consommation à crédit:
Limite = RBI * 1/TRE + RBI
Limite = 1000 * 1/(10/100)) + 1000 = 11000

Qu'est-ce que la Toile de Confiance ?

La monnaie n'est finalement qu'un intermédiaire de confiance. Cet intermédiaire peut prendre plusieurs formes, jeton-valeur, mais aussi de la comptabilité.

Naturellement, quand la confiance règne, les humains organisent leur économie avec un système de don.

Ex:payer la tournée au bar 🍻On a pas besoin de comptabilité.

Si la confiance se brise, si il y a un abuseur qui consomme et ne produit rien. Il sera exclu.

Le SME propose aux gens qui ont peur des abuseurs d'utiliser une comptabilité pour étendre la notion de communauté de confiance.

La limite de consommation a crédit va limiter le risque d'abuser du système.

La notion de Revenu de Base Inconditionnel va permettre à tous de vivre dignement.

Pour éviter qu'une personne reçoive plusieurs Revenu de Base Inconditionnel. On crée une Toile de Confiance.

Le carnet de chaque personne est signé par d'autres utilisateurs qui certifient qu'une personne n'a qu'un seul carnet. (Évidemment on remplace les carnets pleins ! )

👩🏻👧🏼🧓🏻🧔🏻👱🏻‍♀️🧑🏻👨🏼

On note la proximité avec la personne.
Ex: "1ère rencontre, rencontre régulière, copain, amis, je vis avec".

Quel est le symbole de l'unité monétaire Kong ?

La mascotte du Kong, c'est le singe aux yeux Kawai:

singe aux yeux kawai

Il existe un symbole raccourci:

ex: 10 kong s'écrit: 10<

le Symbole: < est en référence au K de Kong.... mais sans le confondre avec d'autres unités de mesure, comme le Ko ou le Kg... ou le KN.....

< se trouve sur tous les claviers. C'est le symbole de la Rune Kenaz. La rune qui symbolise la maitrise du feu créateur et sa focalisation dans du concret. C'est le pouvoir de la forge qui forme, qui crée, qui transforme.

Ainsi le Kong est un outil qui permet de maitriser et focaliser l'énergie créatrice d'une communauté au service de projets.

Le symbole < est la moitié du symbole ᚷ, la rune Gebo. Cette rune symbolise la rencontre, l'échange. Le nom Gebo signifie "don".

C'est donc un symbole parfait pour représenter un système économique qui veut tendre vers le don. Qui est une béquille au don dans une communauté de confiance.

Histoire du Kong de 2011 sur la plateforme YopYop.. pourquoi j'ai tout recyclé...

Autour de 2010, j'étais très impliqué dans les projets de décroissance. Je me questionnait sur les moyens de consommer moins et partager plus.

"Moins de biens, plus de liens"

L'idée de créer une plateforme de partage d'objets m'est venue en été 2010. Il n'y avait rien de tel à cette époque.

Début 2011, après un reportage TV dans lequel on me voyait visiter une déchetterie, je me suis vraiment décidé à sortir le projet (bon c'est long de tout coder !!)

En juillet 2011, un an après avoir eu l'idée, j'ai ouvert la plateforme yopyop.ch. Ce site était une plateforme de location de tout ce que l'on utilise pas souvent... perceuse, machine à coudre, déguisements, etc...

Pour payer leur location, les gens utilisaient la monnaie crée pour l'occasion: le Kong.

La création monétaire se faisait en donnant 10 Kong à chaque personne qui ajoutait un objet sur la plateforme.

J'y parlais aussi déjà de l'idée de donner un Revenu de Base Inconditionnel, idée qui n'était pas encore très connue à l'époque.

Finalement cette expérience m'a montrée que les transactions se faisaient principalement entre amis, histoire d'avoir un grand niveau de confiance, les objets sont loués et pas vendu donc ça pose le soucis de ne pas laisser ses objets entre les mains de n'importe qui.

Donc conclusion: j'ai créé une plateforme qui monétisait (en monnaie de singe 🐵) l'économie du don qui se pratique naturellement entre les gens d'une même communauté de confiance.

Je m'en suis voulu de détruire ainsi l'économie du don qui est la plus simple, la plus joyeuse et la plus efficace ! (le Jeu de la Monnaie nous le prouve.)

De plus ma déformation professionnelle de développeur web m'avait induit à développer une plateforme web, alors qu'en fait le plus simple et efficace pour se partager des objets c'est de le faire avec ses voisins et pas sur le web avec des inconnus de l'autre bout du monde....
(J'ai eu un gars qui voulais louer une perruque... il était tellement loins que les frais de ports étaient plus cher que d'en acheter une neuve !!)

De plus le projet pumpipumpe.ch est arrivé. Il propose de mettre des autocollants sur sa boite aux lettres pour montrer à ses voisins ce que l'on propose comme objets en partage. C'est un concept nettement plus logique, il crée un vrai lien local et encourage l'économie du don.

J'ai trouvé que ça avait plus d'inconvénients que d'avantages de continuer.

J'ai fermé la plateforme au bout de quelques mois. J'ai recyclé le design pour martouf.ch et j'ai recyclé le nom de domaine yopyop.ch pour y mettre mes expérience de cuisine amusante.

Aujourd'hui il est temps de recycler l'ancienne monnaie Kong pour en faire une nouvelle monnaie Kong basée sur un concept un peu différent.

En 2011, j'avais une vision du monde très liée à la technologie high-tech. Je parlais de voir si il est possible de faire du change de Kong en Bitcoins !! ... c'était en 2011... seuls quelques geeks avaient entendu parler du bitcoin lancé en 2009. A l'époque la blockchain qui contient l'entier des transactions effectuées faisait 20Mo !! en 2019 elle fait plus de 210 Go ...

Aujourd'hui j'ai une vision du monde nettement moins technologique.. ainsi je propose non pas une monnaie électronique, mais une monnaie papier !! Un truc low-tech, qui marche et surtout qui est compris et compréhensible par tous. Pas une boite noir pour geek...

Donc voilà, je te laisse essayer le Kong !

Scroll to top