Comment survivre en ville quand tout s’arrête

Survivre en ville quand tout s’arrête

C’est le nom d’un livre de Jade Allègre, une médecin habituée à voyager aux 4 coins du monde dans les lieux en crise ou la survie est du quotidien.

Elle est allé au Rwanda juste après le génocide. Elle dit qu’un lac d’eau polluée par des cadavres ne lui pose pas de soucis pour aller s’approvisionner en eau potable, une fois qu’on a le truc pour la purifier.

Voici ces trucs.

En cas de crise, en pleine ville, quand tout s’arrête, qu’il n’y a plus d’électricité et plus de camion pour ravitailler une ville, c’est vite la panique. Il faut quelques jours pour qu’une certains organisation se mette en place. Comment survivre ces quelques jours ?

 

Eau potable

  • oubliez l’idée d’aller acheter de l’eau en bouteille. Le supermarché a certainement déjà été dévalisé !
  • Les chasses d’eau et chauffe eau, sont de bonnes réserve d’eau potable.
  • Pour rendre potable l’eau d’un étang ou d’une rivière, il faut la faire décanter pour laisser reposer les gros parasites et la poussière, puis il faut filtre l’eau avec un tissu (une chemise) et enfin faire bouillir l’eau au moins 6 minutes.
  • Ne jamais boire de l’eau non traité. C’est risquer au mieux la diarrhée (genre tourista) qui te déshydrate encore plus ou au pire, le choléra, la polio, la thyphoïde.
  • l’eau de javel permet de purifier l’eau. C’est ce qu’utilise bon nombre de réseau d’eau potable. 1 goutte de concentré permet de purifier 5 litre. (Mais les bouteilles ne sont pas toujours du concentré. En mettre plus si c’est déjà dilué). Laisser agir 1h. Pour enlever l’odeur de chlore, le charbon végétal (bois brulé) peut aider.
  • Mais la meilleure technique pour purifier l’eau, pour autant qu’on y soit préparé. C’est l’argile. (argile verte acheté en pharmacie ou magasin diététique). Un caillou d’argile de 1cm de diamètre permet de purifier 0.5l d’eau en 10 minutes, en mélangeant bien les deux. (il y a des peuples africains qui depuis des millénaires brassent l’eau mare avant de la boire… ils ne savent certainement pas ce qu’ils font, mais c’est la même technique). L’argile permet de piéger de nombreuses bactéries comme le choléra et même des virus comme la polio. Ainsi que des poisons comme la mort au rat. (strychnine)
  • l’urine fraiche peut également être bue. Mais limiter dans le temps et la proportion. (ex: 24h puis seulement la moitié max de sa boisson)
  • L’eau de mer ! Et oui, contrairement à une croyance, il est possible de boire de l’eau de mer. Mais pas à grande gorgée. Le Dr Alain Bombard a montré qu’il est possible de boire 2 à 3 gorgée toute les 3 heures ainsi tenir 5-6 jours. Mais le mieux est de ne pas faire plus d’un jour. Sinon on est mal.
  • Ne pas boire !  On peut tenir 3 jours sans boire à 30°C ou 6 jours à 20°C ou 15 jours à 15°C. Mais c’est pas conseillé.
  • Le mieux est aussi d’évite de se déshydrater. Donc pas d’alcool, pas de sucreries, peu de sel, peu de gras, pas de cigarette,  pas de sport. Et respirez par le nez !
  • Dernier truc. Sucez un petit cailloux comme les aborigènes australiens.

 

Nourriture

  • En cas de crise, il n’y a plus d’électricité et donc plus de frigo ! .. fini la réfrigération et hop.. tous les aliments frais disparaissent.
  • Il y a 3 secrets pour l’alimentation.
  • 1: toujours manger les céréales avec des légumineuses. Sinon aucun des deux ne s’assimile bien. C’est le principe du facteur limitant. (encore un truc que la science analytique n’a pas vu… à force de tout séparer et de tester séparément les céréales et les légumineuses pour conclure que c’est moins complet que les protéines animales…. c’est faut. Quand on les mélanges et regarde leur complémentarité c’est tout aussi bien, voir mieux qu’une protéine animale !)
  • 2: toujours bien mâcher. Les légumineuses c’est dur à digérer sinon.
  • 3: toujours choisir des céréales complètes. Sinon on se coupe de la moitié des vitamines, du calcium et du phosphore. Mais attention, c’est aussi là que sont les pesticides… donc mangez bio !
  • Pour remplacer les fruits, manger des graines germées (des lentilles, blé cru,  etc..) Il y a plein de vitamines A,B,C qui se développent en seulement 2-3 jours. (avec des lentilles, 2 fois fois plus de vitamine C qu’à la base et 6 à 8 fois plus de B12 => impossible de devenir anémique. )
  • pour agrémenter ses repas avec des légumes, il y a de nombreux légumes sauvages.
  • En hiver, il reste des plantes comestibles, comme le mouron blanc, le trèfle ou les feuilles de fraisiers (qui contiennent 4 fois plus de vitamine c que les oranges.)
  • Comment avoir du calcium. => Manger des noix, noisettes et amandes.
  • Il y aussi les boites de conserve qui peuvent aider à survivre quelques jours. L’avantage c’est qu’elles sont déjà cuites et ainsi on a pas besoin de les chauffer si l’on a pas de quoi.
  • les patates sont une aliment complet quand on les manges avec des oignons !
  • et si la pénurie dure et que t’as vraiment envie de viande… fait un élevage de rat.. c’est le plus simple ils se reproduisent rapidement.
  • En cas de pénurie de nourriture. Le plus simple à faire c’est le jeûne. Etonnement, il est plus facile de ne pas manger que de manger peu. La sensation de faim disparait assez rapidement car s’il n’y a rien à manger, le corps va utiliser ses propres réserves. Mais s’il reçoit un petit peu de nourriture, il va attendre la suite….
  • Souvent le sentiment d’avoir faim, n’est pas de la faim. C’est de l’hypoglycémie. C’est la sensation de manque du au fait que nous sommes drogués au sucre !
  • On peu s’entrainer à faire un jeune. Le truc => boire quand on a faim !
  • Au bout de 2-3 jours d’adaptation le corps n’est pas faible, au contraire, il est plein d’énergie et l’esprit est clair et agile. Le corps se nettoie de pleine de maladie latentes !
  • Pour débuter un jeûne, il faut aller progressivement, les 3 premiers jours, supprimer les produits animaux, puis aussi les céréales, et ne mangez plus que des fruits et légumes et enfin vous pouvez jeûner à l’eau. Pour sortir du jeûne procédez gentiment de manière inverse.

 

Santé

  • pour rester en bonne santé. => mange peu !
  • Manger peu renforce la résistance au stress
  • On peut augmenter sa résistance aux infections en mangeant moins de sucre et de café. (Hypoglycémie)
  • et si tu tombe malade… jeûne pour économiser tes forces
  • La fièvre, c’est utile de savoir la contrôler, car c’est très bon pour lutter contre les maladies.
  • le buis est un bon remède contre la grippe 40g de feuille dans un litre d’eau bouilli pendant 15 minutes et ça fait transpirer.
  • l’argile est un médicament a tout faire. Il fonctionne contre les maux de ventre, la 
    diarrhée, mais aussi contre certains virus et poison ! (venin de serpent) Pour la dose à prendre c’est facile, le patient ouvre la paume de sa main vers le haut, et il suffit de faire une petite pyramide sur les doigts (uniquement sur les phalanges et pas sur la paume). Ainsi la quantité est adaptée à chacun(e) enfant comme adulte. Jade Allègre recomande de mettre la poudre d’argile dans un verre remplit à 3/4 d’eau. D’attendre 10 minutes, de bien brasser le tout (sans toucher avec du métal.. (Je suppose que c’est par ce que l’argile contient des ions et que ces charges électriques sont affectées par les conducteurs d’électricité)) et puis de boire le tout. => En faisant un tour du web sur la question, je vois que certaines personne recommande d’y aller progressivement, de ne boire que l’eau d’argile au début, et seulement plus tard tout l’argile.

 

Ce livre contient encore d’autres conseil, il est simple, très bien fait, avec des fiches pratiques. Vous pouvez le commander directement sur le site de l’association qui l’édite. (L’homme et l’argile). Faites le avant d’en avoir besoin…. par ce qu’en cas de crise, il est fort probable que cette page web ne soit plus accessible !

l’alimentation et l’agriculture

<- retour au sommaire: La décroissance, un nouveau projet de société
<- précédent : La simplicité volontaire

L’alimentation et l’agriculture

Résumé

  • un besoin de base, c’est manger
  • l’agriculture est issue d’un problème de complexité d’échelle de la cueillette
  • l’agriculture contractuelle de proximité tout le monde s’y retrouver et on ne gaspille plus
  • la viande consomme beaucoup trop de ressource et d’énergie et est responsable de 18% des émissions de CO2
  • un jour par semaine sans viande est uen bonne solution
  • utilisons du bois sous forme de BRF pour refaire de l’humus et fertiliser les champs
  • plus besoin de labourrer
  • les ogms sont une arnaque. ça ne fonctionne pas et ça rend dépendant économiquement.

Se nourrir est probablement un des besoins les plus important. Les premiers hommes vivaient de chasse (aux rennes) et de cueillette. Puis trouvant un climat favorable aux légumineuses (vers -12000), les humains se sont sédentarisés.

Comme manger du blé dur cru n’est pas très facile, on l’a écrasé et mélangé avec de l’eau. Puis cuit dans des feux en forme de trous. Le pain était né. (vers -9000)

En observant la terre cuite au bord des feux, la poterie est née. Puis d’autres outils.

L’amélioration de la nourriture dans ces villages a permis une explosion démographique. Revers de la médaille, il est devenu plus difficile de trouver de la nourriture dans les environs des villages. Il faut aller exponentiellement plus loin pour trouver à manger. Ce n’est plus rentable.

On se retrouve devant un problème de complexité due à l’échelle. Pour résoudre ce problème, les gens ont commencé à créer des jardins proche des villages.

L’agriculture est née. Le temps du jardin d’Eden est révolu. Il faut cultiver est s’occuper de son champ. Il ne suffit plus seulement de récolter.

Il est écrit dans le livre de la genèse: Le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie […]. C’est à la sueur de ton front que tu mangeras ton pain.

Actuellement, on se retrouve à une échelle encore plus grande, où l’on use et abuse du transport de marchandise pour cultiver de la nourriture à des milliers de kilomètre de là où elle sera consommée.

Notre agriculture est doublement basée sur le pétrole. On mange le pétrole qui compose les engrais grâce aux plantes qui nous les transformes en produit comestibles pour nous. Et on utilise le pétrole pour transporter notre nourriture sur des distances énormes.

Les locavores

Il faut relocaliser notre consommation pour réduire la complexité du système.

Le système marchand qui est utilisé actuellement est un système qui est basé sur des producteurs qui vendent leur production à des distributeurs qui eux se chargent de distribuer la nourriture à tout le monde, en général dans des supermarché. (le modèle dominant actuel)

Ce système donne trop de poids aux distributeurs qui cassent les prix chez les producteurs tout en exigeant une qualité énorme.

Ainsi, le filtre de la qualité a pour résultat de jeter de grande quantité de nourriture qui est tout à fait consommable.

De plus en plus, les producteurs remarquent qu’ils ont tout à gagner à distribuer eux même. Un exemple, les oeufs en magasins sont placés dans des cartons d’oeufs. La taille d’un oeuf dans un emballage est standardisée. Il faut donc que les poules produisent des oeufs de taille identique. Mais ce n’est pas le cas naturellement. Il y a donc un tri qui est effectué.

Il est donc possible de trouver dans une vente directe à la ferme, des oeufs qui sont plus gros, moins cher pour le client et qui rapportent plus au producteur !

La marge est plus petite et le producteur vend les oeufs que le distributeur ne veut pas prendre car ils sont trop gros !

Sur ce constat que tout le monde est gagnant (sauf le distributeur) L’agriculture contractuelle, de proximité se développe ces dernières années. Le principe est simple.

Un producteur dit qu’il lui faut une somme fixe par année pour être rentable. Il trouve des gens qui par contrat lui achète sa production à l’avance. Il faut trouver le bon nombre de personne pour arriver au montant global qui permet la rentabilité.

Puis les consommateurs viennent régulièrement pour venir chercher leur produit. Même si la qualité est variable tout est pris et consommé. Le producteur ne passe pas encore des heures à nettoyer des légumes pour les rendre les plus beaux possibles et espérer les vendre à un distributeur ou au marché.

Tout le monde semble y trouver son compte. En France on entend souvent le terme d’AMAP, qui signifie Association pour le Maintient d’une Agriculture de Proximité.

Certaines AMAP ont beaucoup de succès et finissent par refuser de prendre plus de monde. Certain ne comprennent pas pourquoi les agriculteurs ne veulent pas s’agrandir. La raison est pourtant logique. Nous ne sommes plus du tout dans une logique de croissance. Il faut trouver la taille optimale. En agrandissant au mauvais moment on change d’échelle, on augmente la complexité et on diminue l’efficacité.

L’idée est plutôt de créer d’autre association ailleurs. De les multiplier à la bonne taille plutôt que de les agrandir.

Végétarisme et rendement de la nourriture

Se nourrir, c’est alimenter notre corps en énergie.

Il y a des aliments qui sont plus où moins bon au niveau gustatif. ça tout le monde en en conscient. Il y a des aliments qui ont des rendements plus où moins bon au niveau rendement énergétique et là. C’est plus diffus.

La viande est un aliment qui est très gourmand en énergie à produire par rapport à ce qu’il peut apporter en qualité nutritionnelles.

D’après la FAO, 78% des terres agricoles mondiales sont utilisées pour faire pousser de la nourriture pour des animaux !

(Source: rapport CRIOC: viande un lourd tribut environnemental. D’après la FAO: http://faostat.fao.org)

Une fois nourris et surtout engraissé, ces animaux sont abattus pour en faire des steaks.

Suivant les animaux et leur ossatures, le rendement n’est pas autant bon. La viande de boeuf est celle qui a le plus mauvais rendement. Après avoir dépensé une énergie colossale et beaucoup d’eau pour nourrir des vaches. Finalement, il n’y a que 10% de l’animal que l’on mange. Le rendement de la viande de porc ou la volaille est nettement meilleur. Mais la palme revient à la viande d’insecte. En effet, 90% de l’insecte est comestible. Problème, ce n’est pas dans la culture occidentale de manger des insectes !

Cependant, c’est probablement une solution d’avenir. Pour la faire accepter, il suffirait de reconstituer des steak à l’allure normal mais fait avec de la viande d’insecte. La NASA étudie de près la nourriture à base d’insecte car c’est un des seul moyen d’avoir de la viande dans le cas d’un voyage vers mars.

Actuellement, la viande de est devenue une habitude de consommation, on ne réfléchit même plus à ce qu’a été la viande avant d’être un steak.

La consommation de viande est passé de 10kg en moyenne par personne par année en Europe dans les années 1960, pour être décuplée en moins de 50 ans. En effet, en 2002 Eurostat comptait une moyenne de 97kg de viande par personnes par années pour les habitants des 15 pays que comptait l’UE à cette époque.

La notion d’élevage pour la viande est une notion récente au cours de l’histoire. Ce n’est que depuis 1880 qu’il existe des animaux d’élevages uniquement pour la viande.

En 2010, on compte environ 1 milliard de porcs d’élevages dans le monde. Ainsi, il y a 2,7 millions de porc qui sont abattu chaque jour !

L’élevage de porc pose énormément d’autres problèmes. En France, la Bretagne est envahie de porc. Le lisier de porc pollue l’eau au point que ça se ressent dans l’eau du robinet.

Pour se dégouter des élevages industriel, il faut regarder le film food inc.

Les élevages consomment également beaucoup d’énergie. En Belgique, le rapport CRIOC estime que pour les poules pondeuses uniquement, on compte une consommation électrique de 3,5 kWh par poule et par an ce qui représente 15 millions de kWh par an.

Du point de vu des ressources, la viande est terriblement gourmande.  On estime que pour produire un petit steak de boeuf de 100g, il faut 2500l d’eau répartie entre ce que la vache a bue et surtout l’eau qui a arrosé les cultures qui ont servie de nourriture à la vache. Du point de vue de l’énergie utilisée, ce même steak de 100g représente 2,3 kg eq CO2.

Dans l’agriculture, les émissions de gaz à effet de serre sont surtout du métane. Le métane est un gaz qui a une effet de serre 20 fois plus grand que le CO2. Ainsi l’agriculture et l’élevage représente dans le monde 18% des émissions de gaz à effet de serre, soit plus que les transports !

On parle souvent de prendre des mesures pour réduire les gaz à effet de serre dans les transports. Mais on parle peu de manger moins de viande.

Toutefois, ces dernières années un mouvement de végétarien pour raison écologique commence à émerger. On les appelle des flexi-vegi. Sans aller à l’extrême et devenir totalement végétariens, les flexi-vegi diminuent leur consommation de viande.

Ce n’est pas qu’il n’aiment pas la viande. Mais il préfère manger  moins de viande mais de la viande locale et de qualité que de manger de la viande tous les jours juste pour manger de la viande. Manger de la chasse locale quand c’est la saison c’est bien meilleure que du boeuf industriel ! De plus, les protéines végétales sont tout autant capable de nourrir correctement une personne.

Une nouvelle idées est apparue il y a quelques temps, c’est de faire une journée par semaine sans viande dans les cantines. Certains crient au scandale à la restriction de liberté. Mais il est indéniable que l’idée a un effet sur l’environnement.

Elle peut même avoir un effet sur le prote-monnaie. En effet, toujours selon le rapport CRIOC, il semble que la viande compte pour 30% du budget nourriture des foyers belges !

Donc pour mangeons moins de viande pour économiser de l’argent, améliorer sa santé et réduire son empreinte environnementale.

Remettre la forêt au centre de l’agriculture

Dans la période de crise dans laquelle nous vivons. Il suffit de prêter attention aux médias pour avoir l’impression que la fin du monde est proche ! Plus que jamais on nous bassine avec un catastrophisme ambiant et des problèmes partout…

Mais où sont les solutions ?

Beaucoup aiment critiquer, dénoncer, lancer le débat (ce qui est déjà mieux), mais peu de gens apportent des solutions.

Dernièrement, j’ai enfin trouvé quelqu’un qui apportait des solutions.

Je suis allé au cinéma voir le dernier film de Coline Serreau: Solutions globales pour un désordre global.

Le titre annonce déjà que l’on va nous donner des solutions. Et c’est vrai !

L’agriculture est la base des civilisations humaines

Et oui, le sujet du film, c’est l’agriculture. L’agriculture est la base de toutes nos civilisations humaines. L’agriculture est ce qui permet à tout à chacun de se nourrir, l’agriculture est fondamentale pour l’humanité…. mais pour jouer le jeu des catastrophistes… l’agriculture va mal, l’agriculture doit être réformée. Et ce film donne des solutions simples.

champ de blé.jpg

Histoire de l’agriculture

trouée dans la forêtPour commencer, petit rappel historique. L’agriculture ce n’est pas nouveau. Les humains ont commencé à cultiver des plantes il y a 10 000 ans, pendant ce que l’on a appelé la Révolution néolithique.

J’ai retrouvé des épisodes de l’émission de la RSR Histoire vivante à propos de l’histoire de l’agriculture. Pour ceux qui voudraient avoir un bon aperçu voici le résumé que j’ai fait des 3h qu’ont duré cette conférence.

Voici les enregistrements audio:

Pour résumer très brièvement la longue et complexe histoire de l’agriculture retrouvons nous au néolithique.

Au tout début, on cultivait les plantes dans la forêt. Puis on a commencé à bruler les arbres pour faire un peu de place et surtout pour récupérer les cendres et les utiliser comme engrais.

Quand ça ne marchait plus on partait ailleurs. Puis après quelques dizaines d’années le premier sol était à nouveau utilisable quelques années.

Une fois que toutes les forêts utilisables ont été brûlées, il a commencé à manquer de place. On s’est donc mis à rester sur les mêmes terrains et l’on a inventé la jachère.

J’ai relu mon livre d’histoire d’école secondaire et ce qu’on y dit à propos de la jachère. Comme dans la plupart des livres d’histoire, ce n’est pas exact !

La jachère n’est pas le repos de la terre ! … c’est au contraire le moment où l’on travaille le plus la terre ! C’est vrai on y cultive plus, mais on tente par tous les moyens de lui redonner de la biomasse ! C’est pourquoi on va y faire paître les animaux pour récupérer leur déjections. On va labourer le champ pour mélanger ces déjections avec la terre.

Tout le moyen âge va être chamboulé par cette technique. La faux, la charrue et la charette sont le premier pas vers une agriculture technologique. Une technologie qui va mobiliser tellement de ressources que l’impôt sera inventé !

L’agriculture du néolithique à l’aide de la forêt était beaucoup plus rentable, les technologies du moyen-âge ne sont là que pour compenser la perte de la forêt.

Cette situation va durer jusqu’au début du 20ème siècle.

Agriculture de destruction massive

masque obligatoire_plus_clair.pngLe début du 20ème siècle est marqué par deux guerres mondiales. Lors de la première, c’est là que l’on a envoyé au front tous les paysans d’europe se faire massacrer et qu’on a envoyé leur femmes dans les usines.

La première guerre mondiale à vu la création du gaz moutarde pour tuer les ennemi. c’est aussi à cette époque que l’industrie a réussi à synthétiser l’amoniac.

A la fin de la guerre, il y avait des millions de paysans en moins et une industrie chimique qui tournait pour rien !

On a changé d’ennemi. Au lieu de se battre entre humains. On se bat contre le sol. On lui déverse dessus tous les pesticides créé pendant la guerre sous prétexte de tuer les insectes nuisibles ! Le reste de l’industrie chimique fabrique des engrais. Et l’industrie des chars fabrique des tracteurs.

Une nouvelle révolution agricole est en route. On commence la guerre chimique contre les sols.

Agriculture à base de pétrole

nain de jardin arrosoirIl ne faut pas oublier que toute notre agriculture actuelle est une grosse industrie à transformer du pétrole en plante comestible. (on l’espère que c’est commestible !)

En effet, dans ce type d’agriculture, on balance des pesticides pour tuer le sol (surtout les micro-organismes qui le compose), et comme le sol n’est plus capable de nourrir les plantes, on leur donne directement des engrais.

Engrais, qui sont à base de pétrole. Pourquoi est ce que les fruits et légumes sont beaux et gros ? Par ce qu’on les gaves de pétrole ! Tout le monde sait que les réserves de pétrole vont en diminuant, mais tout le monde trouve normal de baser notre alimentation sur le pétrole ! Ce n’est pas très durable tout ça !

.. et ce n’est pas très bon non plus. On fait tout pour avoir des plantes énormes. Mais elles sont malades. Ce n’est pas en faisant des cultures hors sol, où l’on nourrit les plantes avec uniquement 3 des 28 composants dont les plantes ont besoin pour se développer, que l’on va faire une alimentation saine !

L’agriculture actuelle vit sur les mêmes règles que la mode: Seule l’apparence compte !

La solution: remettre la forêt au coeur de l’agriculture

Forêt verte.jpgIl est temps de s’arrêter et de réfléchir à ce que l’on fait. Il est temps que tout le monde se renseigne sur ce qui est dans son assiette. L’agriculture actuelle court à sa perte !

Oui, c’est du catastrophisme. Mais la solution est là et facile à mettre en oeuvre.

La source de la fertilité c’est la forêt !

La forêt fait pousser des arbres de plusieurs dizaines de mètres de haut. Personne n’y met de l’engrais !

La forêt pousse toute seul, personne n’y met de pesticides pour lutter contre son sol !

La forêt est toujours fraiche et humide et personne ne l’arrose !

Le secret de la forêt, c’est son sol. C’est son humus toujours en formation à l’aide de nombreux champignons, bactéries, et insectes qui décomposent le bois qui tombe des arbres. La biomasse est toujours entièrement recyclée.

Il est donc temps pour l’agriculture de renouer avec la forêt, de réutiliser le bois comme fertilisant !

Le BRF: Bois Raméal Fragmenté

Il faut donc que les agriculteurs abandonnent tous les mythes de ces derniers millénaires:

insecte.jpg

  • Cultiver c’est facile. Nous ne sommes pas en guerre contre le sol. C’est notre principal allié !
  • Il faut arrêter de labourer. Retourner le sol détruit sa composition, tue les animaux qui l’aérent naturellement sans rien demander. Pourquoi se crever à labourer c’est si dure et si inutile !
  • Il faut arrêter de balancer des pesticides. ça tue les animaux qui rendent le sol vivant et font tout pour aider les plantes à pousser.
  • Les insectes ne s’attaquent qu’à des plantes malades comme tous les charognards. Il faut donc produire des plantes saines et non des plantes malades !
  • ça fait 6000 ans que l’homme se bat contre les mauvaises herbes par ce qu’il veut un sol à nu. ça fait 6000 ans que la nature tente d’expliquer qu’il ne faut jamais avoir un sol nu. Sinon il s’érode ! Il faut donc faire des cultures intercalaires, des cultures de plantes que l’on ne va pas forcément récolter, mais qui vont créer de la biomasse et qui seront des « mauvaises herbes » que l’on aura choisie ! Ainsi le sol ne sera jamais nu. Et tondre, c’est plus facile que labourer !
  • Pour remettre la forêt au milieu de l’agriculture on utilise le BRF, le Bois Raméal Fragmenté. Ce sont des copeaux de jeune bois dont on va recouvrir les champs pour permettre au sol de se reconstituer. Il faut que des champignons se forment sur ce bois pour le décomposer.
  • Les champignons sont les seuls être vivants à pouvoir faire de la rétention d’eau dans toutes leurs cellules. Ce sont donc les champions de la régulation d’eau. Avec une culture qui utilise du BRF et ses champignons, l’arrosage est grandement diminué !
  • Il faut replanter des haies, ça permet de cultiver directement sur place tout le bois dont on a besoin pour faire du BRF.

La solution est simple, économique, elle demande moins de travail, elle permet de diminuer sa dépendance à l’extérieur et elle fonctionne !

champ orge.jpg

Pour aller plus loin

Dans le film on voit Lydia et Claude Bourguignon qui se battent pour expliquer aux agriculteurs qu’ils ont tout intérêt à réformer leur techniques d’agriculture. Ils ont créé le LAMS, un laboratoire d’analyse des sols.

Solutions locales pour un désordre global n’est pas le premier film dans lequels ils apparaissent.

Voici un extrait du film Alerte à Babylone dans lequel on y voit Claude Bourguigon:

Voici deux vidéos d’une conférence très intéressantes de Claude Bourguignon:

Pour aller plus loin encore sur le sujet, des profs de l’université de Neuchâtel vienent de rééditer un livre à propos de la microbiologie des sols: Le sol vivant.

Couverture

Les OGM.

Aux Etats-Unis, 58% du coton, 66% du maïs et 93% du soja sont Roundup Ready. La majorité des OGM cultivés dans le monde également, et le glyphosate, contenu dans le Roundup, est la molécule herbicide la plus utilisée sur terre.

Cependant depuis 2010, l’Amarante de palmer résiste au gylphosate, et donc au round up de Monsanto !

Voilà il a suffit de 15 ans d’utilisation d’OGM en Arkansas pour que l’amarante de palmer résiste au glyphosate et ruine le modèle économique de Monsanto !

Bravo à cette plante ! Elle est plus efficace que toutes les manifestations anti-ogm qui ont eu lieu jusqu’à présent.
Pourquoi acheter des semences 3 fois plus chères pour mettre autant de pesticide et quand même devoir arracher les mauvaises herbes à la main !
Désherber 66 millions d’hectares de champs à la main c’est long !!!

Voir article dans le Temps.

Voir le film, le monde selon Monsanto.

Pas d’OGM

A ce propos, j’invite tout le monde à se mobiliser contre les industries spécialisées dans les manipulations génétiques qui ont la fâcheuse tendance à rendre stérile leurs plantes afin de s’assurer que les agriculteurs (et autres amateurs comme moi) ne puisse pas éviter de passer à la caisse chaque année pour avoir des semences.

Le bienfait des OGM est un leurre. L’industrie fait de la promotion des OGM car elle aime le modèle économique qui va avec.  Le leader de l’industrie des OGM: Monsanto, est à la base une entreprise qui fabrique des produits chimiques et non une entreprise qui se soucie de l’agriculture et de la santé des gens.

Je crois qu’il est bien de rappeler que Monsanto est à la base d’à peu près tous les produits chimiques qui ont provoqué de graves problèmes et crises sanitaires: l’agent orange de la guerre du Viêt-nam, les PCB utilisés comme retardateur de flamme dont Monsanto niait les effets cancerigènes, les veaux dopés à l’hormone de croissance bovine, les publicités mensongères sur la biodégradabilité de l’herbicide Roundup

Ce que Monsanto aime avec les OGM, c’est qu’on peut modifier des céréales pour les rendre plus résistantes à son désherbant, le Round Up. Puis en rendant stérile ces plantes, on s’assure que les agriculteurs passent chaque années acheter un nouveau stock de semences chez Monsanto.

Mais qui s’inquiète de savoir qu’avec cette technique ont peut balancer encore plus de pesticides dans les champs… et par la même occasion dans nos assiettes ??

Pourquoi est ce que l’on s’étonne en argentine de voir un plus grand nombre de cancers et de leucémies en bordure des champs d’OGM ?

Voilà, donc je suis pour la souveraineté alimentaire, nous n’avons pas besoin d’OGM si c’est juste pour favoriser un monopole commercial.

D’autant plus, qu’actuellement l’agriculture n’a aucun problème de productivité. On a pas besoin de produire plus de céréales, la famine dans certains endroits c’est juste une mauvaise répartition des ressources:

Pourquoi réserver 78% de la surface agricole mondiale pour nourrir des animaux destiné à la boucherie. C’est un très mauvais rendement. Environ 10% pour la viande de boeuf! En mangeant moins de viande, on nourrit plus de monde, on économise de l’eau et on réduit le cheptel de vaches qui pète du méthane, un gaz a effet de serre 20 fois plus efficace que le CO2 ! Qui me trouve mieux comme solution aux problèmes environnementaux du moment ?

nain enchainé.jpg

 

suite => Les besoins en énergie