Avant-Maintenant la pharmacie de l’Orangerie

On continue dans la série de comparaisons Avant-Maintenant avec une photo de la pharmacie de l’Orangerie depuis le portail du palais DuPeyrou.

La première photo a été prise vers 1900 par Victor Attinger et la seconde en 2009 par moi-même.

pharmacie de l orangerie.jpg

Vous pouvez retrouver toutes les photos de cette série dans la galerie des photos avant-maintenant.

La pharmacie est un commerce durable ! En 100 ans, rien n’a changé !

Mais pourquoi est ce que l’on parle de l’Orangerie ? Il y a des oranges ?

En effet, c’est lié. Pour les gens qui ne le sauraient pas, une orangerie, c’est une sorte de jardin d’hiver. C’est historiquement le lieu dans lequel on place au chaud les orangers et autres agrumes durant les rudes hivers froids de nos contrées.

Ainsi, la rue de l’Orangerie, à Neuchâtel, est tout simplement le lieu où se situait l’orangerie du Palais DuPeyrou.

Actuellement, si l’on regarde dans le prolongement de la rue de l’Orangerie, il y a le jardin anglais. Jardin qui est le reste des jardins du palais qui ornaient le bord du lac.

Bord du lac, qui se trouve actuellement 300m plus loin, suite à la correction des eaux du jura et à divers remblais sur le lac.

Avant-Maintenant le faubourg de l’hopital à Neuchâtel

On continue dans la série de comparaisons Avant-Maintenant avec une photo du faubourg de l’hôpital à Neuchâtel, juste à côté du cinéma Rex.

La première photo a été prise vers 1900 par Victor Attinger et la seconde en 2009 par moi-même.

faubourg de l hopital neuchâtel en 1900 et en 2009.jpg

Vous pouvez retrouver toutes les photos de cette série dans la galerie des photos avant-maintenant.

On remarque sur cette photo que les véhicules ont un peu changé en un siècle. Mais finalement cette rue n’a pas beaucoup changée !

Question subsidiaire: est ce que c’est toujours le même arbre qui a des branches qui s’avancent sur la rue ?

Avant-Maintenant le château de neuchâtel

On continue dans la série de comparaisons Avant-Maintenant avec une photo de l’entrée du Château de Neuchâtel.

La première photo a été prise vers 1900 par Victor Attinger et la seconde en 2009 par moi-même.

avant-maintenant entrée du chateau de Neuchâtel.jpg

Vous pouvez retrouver toutes les photos de cette série dans la galerie des photos avant-maintenant.

Par rapport aux autres photos de la série, on ne remarque que peu de différences en un siècle. Sur les bâtiments, on remarque que la façade à droite a été repeinte en blanc pour retrouver l’aspect original du château.

A gauche, sur la façade arrondie de l’arrière de la collégiale, on observe des traces d’eau qui a coulé signe du temps qui passe.

Bientôt on ne verra plus rien, car la restauration entière de l’extérieur de la collégiale est en cours depuis maintenant une année et se poursuivra encore jusqu’à fin 2013.

L’avancement de la restauration peut être suivie sur le site de la restauration de la collégiale de Neuchâtel.

Hormis ces considérations à propos des vieilles pierres. On remarque aussi qu’après avoir tenté de rafistoller l’arbre, finalement un autre a été planté !

Avant-Maintenant

On continue dans la série de comparaisons Avant-Maintenant avec une photo du faubourg du lac à Neuchâtel.

La première photo a été prise en 1918 par Victor Attinger et la seconde en 2009 par moi-même.

distribution de patates 1918.jpg

Vous pouvez retrouver toutes les photos de cette série dans la galerie des photos avant-maintenant.

Cette photo est une des rares de la collection de Victor Attinger que l’on puisse dater. En effet, le fait que tout ces gens soient à cet endroit avec des charettes nous permet de savoir qu’ils attendaient qu’on leur distribue des patates, comme ça se faisait à Neuchâtel, en 1918 à la fin de la première guerre mondiale.

Avant-Maintenant La place pury

On continue dans la série de comparaisons Avant-Maintenant avec une photo de la place Pury à Neuchâtel.

La première photo a été prise vers 1900 par Victor Attinger et la seconde en 2009 par moi-même

Place pury.jpg

Vous pouvez retrouver toutes les photos de cette série dans la galerie des photos avant-maintenant.

Sur cette photo, on observe aisément la statue de David de Pury qui a donné son nom à cette place. Tous les neuchâtelois connaissent la place pury, ou plus souvent abrégée la PP.

Cependant beaucoup moins de neuchâtelois connaissent exactement qui était David de Pury et pourquoi sa statue trône au centre ville.

Pour résumer, la raison est assez simple: David de Pury était un gars très riche, et comme il n’avait pas de femme ni d’enfant, il a légué sa fortune à sa ville natale: Neuchâtel.

Les autorités neuchâteloises ont donc pu utiliser son immense fortune pour de nombreux projets dont voici quelques exemples:

  • ~ 1781 De son vivant déjà, David de Pury finance discrètement l’ancien hôpital qui était plutôt un hospice.
  • 1788 La première bibliothèque publique de suisse.
  • 1790 l’Hôtel de ville.
  • 1836-1843 le détournement du Seyon
  • 1835 le collège latin. (le Numa dans le langage courant !)
  • 1853 le collège des filles, qui est actuellement le musée d’histoire naturelle.
  • la route du Plan.

Donc voilà pourquoi il a semblé logique a une époque de remercier David en lui construisant une statue à son effigie au centre ville !

Ces quelques dernières années, son image de marque en a quand même pris un coup. Dans la région on sait surtout comment la fortune de David de Pury a été dépensée, mais on connait moins comment elle a été gagnée….

C’est moins reluisant.

En effet, cette fortune a été aquise principalement dans le commerce de diamant, d’acajou et de jacaranda provenant d’amazonie. Ceci à une époque où les bateaux revenait chargé de trésor… mais partaient chargé d’esclaves !
(il faut bien de la main d’oeuvre pour travailler dans les mines de diamants)

Ce qui est étrange dans cette histoire, c’est que David de Pury ait donnée sa fortune à la ville de Neuchâtel, et pas autre part car finalement il n’y a pas passé beaucoup de temps.

Il y est né en 1709, il a vécu à Neuchâtel jusqu’à 17 ans, puis il est parti à Marseille pour se former dans le commerce maritime, avant de travailler à Londres pour la South Sea Company, puis à Lisbonne où il crée une banque. Il est même banquier du roi du Portugal !

Après sa jeunesse, il n’est revenu qu’une seule fois à Neuchâtel en 1755. Actuellement, il est enterré à Lisbonne au cimetière des anglais !

David de Pury a donc passé plus de temps à Neuchâtel sous forme de statue qu’en vrai ! (17 ans… contre 155 ans!)

Pour tout savoir sur cet étrange personnage, je vous invite à visiter la page à propos de David de Pury sur wikipedia. Page que j’ai écrite en grande partie. (voilà c’est dit.. ça va flatter un peu mon égo) 😛

Avant-Maintenant La rue du Concert

On continue dans la série de comparaisons Avant-Maintenant avec une photo de la rue du concert à Neuchâtel.

La première photo a été prise vers 1900 par Victor Attinger et la seconde en 2009 par moi-même

rue du concert.jpg

Vous pouvez retrouver toutes les photos de cette série dans la galerie des photos avant-maintenant.

Pour faire plaisir à Greg… j’anticipe son commentaire… oui, les volets étaient fermés à l’époque !!! Je pense que les gens avaient peur des paparazzi…  maintenant on est plutôt dans l’époque de l‘égocasting, donc les gens cherchent à se faire voir et par conséquent ils ne ferment plus les volets !

Avant-Maintenant L’avenue du 1er mars

C’était mieux avant 😉

Pour continuer la série de photos de Neuchâtel avant et maintenant, voici un nouveau lieu. Il s’agit de l’avenue du 1er mars.

On remarque qu’il y a une centaine d’années, la route était un peu moins fréquentée, et que les véhicules n’étaient pas tout à fait les mêmes.

avenue du 1er mars.jpg

Une constante qui revient souvent en comparant les photos actuelles et les photos d’il y a 100 ans, c’est que le paysage parait beaucoup plus vide et espacé il y a 100 ans que maintenant.

Pourquoi ?

C’est tout simplement à cause de la voiture!

La société de la voiture

Nous sommes dans la civilisation de la voiture. La voiture, l’auto, la bagnole prend beaucoup de place dans notre société.

La voiture prend de la place lorsqu’on l’utilise sur la route, et elle prend de la place sur les parkings lorsqu’on ne l’utilise pas (92% du temps!).

Ces dernières années, le problème empire, car le nombre de voiture augmente. Dans un ménage, il faut une voiture pour chacun! Et par dessus le marché, la taille et surtout le poids des voitures a aussi augmenté entre 10% et 38% selon les modèles depuis une vingtaine d’années. Ce qui bien évidemment augmente aussi la consommation et l’émission de gaz a effet de serre.

De plus, pour gérer la circulation de toutes ces voitures, c’est littéralement une forêt de panneaux de signalisation qui sont venus envahir les rues. C’est là aussi que l’on voit une grande différence par rapport aux photos d’il y a 100 ans.

Cars, Bus, Bikes: The Space Taken by 60 People by azaraskin.

Place occupée par 60 personnes suivant le moyen de transport.
Selon le concours de Aza Raskin

Quelle est le meilleur moyen de transport urbain ?

Beaucoup de gens se plaignent des embouteillages et aimeraient que l’on multiplie le nombre de voies de circulation pour mettre plus de voitures.

C’est un point de vue. Mais il existe une autre manière de faire: augmenter la densité.

Une voiture c’est énorme et c’est bien trop souvent utilisé que par une seule personne à la fois.

Le poster ci-à-côté montre la même rue occupée par le même nombre de personne (60) mais avec des moyens de transports différents. La voiture, le bus et le vélo.

Il me semble que l’image parle d’elle même. Comment faire pour limiter les embouteillages ?

Tous à vélo ! … ou tous en trottinette !

Et oui, la trottinette c’est le meilleur moyen de transport urbain comme je l’ai déjà expliqué sur ce site.

Pour les plus grandes distances, en cas de mauvais temps (de la neige comme aujourd’hui), ou si le vélo ou la trottinette n’est pas possible. Il faut utiliser les transports publics.

Les transports publics

D’ailleurs, en matière de transports publics, je pense qu’il y a de quoi faire pour les améliorer. Notamment rendre les transports publics gratuits.

En effet, je pense que c’est tout à fait possible et même que pour les transports publics neuchâtelois nous sommes à la limite que ça coûte plus cher de faire des transports publics payants que de les faire gratuits !

J’avais déjà exliqué sur ce site comment rendre les transports publics neuchâtelois gratuits.

Le car sharing

Enfin, parfois, en effet, la voiture est un moyen de transport qui peut se justifier. (pour aller dans un endroits perdu loins des transports publics, pour transporter de lourdes ou volumineuses charges, pour voyager à des heures indues…)

Si le besoin d’une voiture se fait sentir, le mieux est de recourir au car sharing. En suisse, nous avons la chance d’avoir la société mobility. Qui permet de faire du car sharing très facilement et efficacement avec 2250 voitures réparties sur 1150 emplacements.

Mobility calcule que pour une personne faisant moins de 10’000 km par année, le car sharing est plus avantageux financièrement que d’avoir une voiture privée. Beaucoup de monde gagnerait à faire du car sharing !

La voiture a modelé l’urbanisme

Lorsque l’on veut se passer de l’utilisation d’une voiture, bien souvent ce n’est pas facile. Une grande part de l’urbanisme de ces dernières décennies a été modelées sur le fait que les gens se déplacent en voiture. Les petits commerces de villages ont été remplacés par des grands centres commerciaux dans les zones industrielles en périphérie des villes, souvent loins des transports publics.

Los Angeles vue des hauteurs.
On peut remarquer plusieurs quartiers d’affaires symbolisés par la présence d’immeubles et de gratte-ciel, en plus du véritable centre historique, ce qui caractérise bien l’absence de véritable centre-ville à Los Angeles.

En europe, où les villes et villages sont très anciens, bien avant l’ère de la voiture, les localités ont un centre. Le développement des localités s’est fait en plusieurs siècles depuis un centre historique jusque vers l’extérieur.

Dans un pays comme les USA, où les localités sont plus récentes qu’en europe et où la culture de la voiture est plus présente, on remarque une autre forme d’urbanisme. Bien souvent les villes n’ont pas de centre.

C’est le cas typique de Los Angeles, qui est considéré par les urbanistes comme le modèle du développement des métropoles américaines.

Los Angeles est actuellement une ville-aglomération qui s’étend en tache d’huile sur 100km !

Ce développement étalé pose de multiples problèmes d’efficacité des transports, d’accès à des zones de verdure et de centre affaire efficace. La municipalité tente donc gentiment depuis les années 1970 de créer quelques centres et avenues pour recentrer quelques fonctions de la ville.

Pour aller plus loin dans la compréhension de ce que change la voiture dans l’urbanisme, je ne peux que conseiller de lire cette petite brochure très intéressante:  (à lire sur papier électronique dans les transports publics bien entendu 😛 )

L’idéologie sociale de la bagnole.pdf

Posts navigation

1 2 3