Expérience des rats plongeurs de Didier Desor

J’avais déjà entendu parler de cette expérience dans les bouquins de Bernard Werber ….. mais je ne l’avais jamais vue. Passionnant.

Donc en fait, on peut dire que l’environnement (social), le système conditionne un schéma d’organisation.

Rien ne sert de faire la révolution si le système n’est pas changé… on change juste les rôles des individus. Ou alors, on peut mettre en place des systèmes de régulation pour transformer la domination et la concurrence en collaboration.

La toute dernière expérience présentée est géniale. Elle montre que si les soumis sont libérés de leurs besoins fondamentaux, les oppresseurs sont mal…
Ne serait-ce pas là une image du changement qu’apporterait un Revenu de Base Inconditionnel ? 😉

Les BRICS reconstruisent le monde

Dans cet article je vais vous montrer que le monde est en pleine mutation. Une grosse mutation qui reste encore bien invisible pour les gens non informés, mais une mutation majeure:

Les BRICS, comme on nomme l’alliance entre les les pays émergents les plus influents de la planète, le Brésil, L’Inde, La Russie, la Chine, et l’Afrique du Sud, sont en train de reconstruire un nouveau monde.

Ces pays s’associent pour mettre en place des alternatives à tous les outils de domination du monde occidental sur l’ensemble des peuples de la planète:

  • La banque mondiale
  • Le FMI
  • Le système d’échange financier SWIFT
  • Les liaisons de télécommunication
  • Le transport de marchandises

Qu’est ce que les BRICS ?

J’ai entendu cet acronyme pour la première fois il y a une dizaine, d’année. Il semble qu’il vient d’un économiste d’une grande banque qui indiquait par là les pays dont le poids économiques allait grandir très très vite. (donc là où il faut faire des investissements) Depuis ce monsieur a changé d’avis, il dit qu’il ne garderait que le « C », mais que ça ne ferait pas un bon acronyme

Bref.. l’inventeur même de l’acronyme n’a pas compris que les BRICS sont maintenant bien autre chose qu’un terrain d’investissements.

Les BRICS, sont maintenant une alliance de grandes puissances de ce monde qui ont une vision politique commune et qui représentent 40% de la population mondiale. Ce n’est pas simplement une alliance économique. On le voit maintenant un peu plus sérieusement depuis 2009, depuis que ces pays se rencontrent régulièrement au sommet des pays BRICS pour ratifier leurs nouveaux outils géopolitiques.

BRICS_heads_of_state_and_government_hold_hands_ahead_of_the_2014_G-20_summit_in_Brisbane_Australia_Agencia_Brasil.jpg

Avec une vision de cette alliance en terme de terrain d’investissements, l’Afrique du Sud est clairement à la traine face aux autres géants de ce club. Mais en regard de la géopolitique. Si l’on considère l’Afrique du Sud comme étant le représentant du continent Africain, il est claire que la logique de cette alliance est cohérente.

Il y a d’autres pays aux économies plus florissantes comme le Mexique ou la Corée du sud qui ont demandé à faire partie du club, mais ça leur a été refusé, ce qui prouve bien que la vision politique des membres des BRICS compte.

Et quelle est donc cette vision politique des BRICS ?

Les pays des BRICS n’ont pas de vision commune très très claire, hormis le fait qu’ils sont pour l’indépendance, la souveraineté de leur propre pays et la non-ingérence dans les affaires des autres pays. Ils veulent favoriser un monde multipolaire et à multi-centres, un monde de diversité et de coopération.

Mais surtout, comme on va le voir avec les outils alternatifs proposés, les BRICS veulent un monde qui est libéré de la domination du monde occidental avec à sa tête l’empire des USA et son bras armé: l’OTAN.

Il est vrai que la non-ingérence dans les affaires des autres pays n’est pas particulièrement ce qui caractérise les USA… (et les pays occidentaux en général)

indépendance et néocolonialisme en afrique.jpg

Le nerf de la guerre: l’argent

Si l’on veut s’attaquer à une réforme du fonctionnement du monde entier, il faut s’attaquer à la base, au nerf de la guerre, l’argent.

Ainsi c’est le système financier mondial qui est à réformer. La dernière réforme majeure du système monétaire international a été faite à la fin de la seconde guerre mondiale, avec les accords de Bretton Woods. C’est à ce moment là que les institutions comme le FMI et la Banque mondiale ont été créées.

En gros, le but de la Banque mondiale est de chapeauter des investissements dans les infrastructures et l’éducation pour aider le développement économiques des pays.

Le Fond Monétaire International quand a lui avait le rôle d’assurer la stabilité des monnaies du monde entier en vérifiant que leur taux de change basé sur l’étalon or soit juste et ne soit pas issu d’une manoeuvres politiques.

Dans les années 1970, l’étalon or a été abandonné. Les monnaies sont devenues virtuelles et les taux de change flottant entre les monnaies. (Ce qui a fait le bonheur des banquiers qui ont pu créé des quantitiés illimitées de monnaie et jouer à spéculer sur les taux de change. De plus, les monnaies sont redevenues une arme économique.)

Bref.. depuis les années 1970 le FMI a perdu sa raison d’être… mais pourquoi il existe toujours ?

Il s’est transformé en organisation super héro pour prêter aux pauvres quand les autres banques ne veulent plus prêter.… et ceci à des conditions très très contraignantes.

En effet, la recette miracle prônée par le FMI a bien souvent été la libéralisation totale de tous les biens et services du pays en difficulté en échange d’un peu d’argent.

C’est ce que j’appelle tuer la poule aux oeufs d’or pour quelques pièces à rembourser…

Pour bien comprendre ce mécanisme, je recommande le film argentin « Mémoire d’un saccage » (Memoria del saqueo) qui explique comment l’Argentine a été pillée par les recommandations du FMI. Ce pays a tout d’abord suivi les normes du FMI en bradant à des banques internationales toutes ses ressources comme l’eau et le gaz… puis une fois en faillite ayant suivi toutes les recommandations du FMI, le ministre des finances a décidé de tourner le dos au FMI et depuis le pays a remonté la pente.

Les pays des BRICS sont tout a fait conscients que le FMI n’est devenu qu’un outil de pillage détenu par le monde occidental pour piller le monde sous couvert d’aider les bénéficiaires.

Une nouvelle banque de développement

Ainsi un des premiers projets des BRICS a été de créer une véritable banque qui aide vraiment au développement économique des bénéficiaires.

C’est ainsi que lors du sommet des BRICS les 15-16 juillet 2014 à Fortaleza au Brésil, la Nouvelle Banque de développement a été créée. En plus de son rôle de développement cette banque a aussi un but d’entraide pour contrer la politique monétaire expansionniste des USA. Cette banque a déjà servie à limiter un peu les dégâts des attaques économiques visant a affaiblir le rouble.

Une banque d’investissement dans des infrastructures

En octobre 2014, un second outil créé comme alternative au FMI et à la Banque mondiale. Il s’agit de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures abrégée AIIB.

Ainsi les BRICS mettent en oeuvre eux-même des alternatives aux institutions en place. C’est une réponse très intelligente face à l’immobilisme des USA qui font trainer le dossier des réformes du FMI depuis 2010.

Lors du G20 en avril 2014, les USA avaient été sommés de voter les réformes au plus tard à la fin de l’année. « Pour moi, la fin de l’année, c’est la dernière limite », a déclaré le ministre brésilien des finances. « Quatre années d’attente, c’est juste trop. »

Une année plus tard en avril 2015, lors du G24, les pays émergents se disent déçus par l’immobilisme des USA qui n’ont toujours rien fait...  Mais finalement ce n’est pas grave car le vent a tourné.

En effet, la possibilité de devenir membre de la Banque asiatique d’investissement pour les infrasrtuctures AIIB est élargie aux pays qui ne sont géographiquement en Asie. C’est un succès, rapidement les principales économies du monde rejoignent le projet malgré les pressions des USA sur ses alliées pour ne pas rejoindre la banque. Ça ne marche pas très bien pour les USA, un des premiers pays à rejoindre AIIB est le Royaume Unis, allié très proche des USA !

Ainsi le vent tourne. Les européens ne suivent plus les recommandations des USA. Les BRICS ont atteint la masse critique pour lancer des alternatives crédibles aux institutions actuelles.

AIIBMap.svg.png

En bleu (foncé et clair) les membres de AIIB, en rouge et jaune les pays refusé ou ne désirant pas faire partie de AIIB.

Une redéfinition du panier de monnaies qui sous-tend les DTS

La prochaine bataille autour du FMI sera au mois de septembre 2015 lors de la réunion qui a lieu tous les 5 ans. Ce sera l’occasion de redéfinir le fonctionnement des Droits de Tirage Spéciaux, les DTS.

En bref, les DTS sont une sorte de monnaie qui sert à remplacer l’or dans les échanges monétaire entre pays. Cette monnaie spéciale est basée sur un panier de plusieurs monnaies, le dollars US, l’euro, le yen et la livre sterling.

En mars 2015, le 1er ministre chinois a confirmé l’envie de la Chine d’inclure sa monnaie (Renminbi) dans le panier de base des DTS. La cheffe du FMI Christine Lagarde semble dire que le FMI va aller dans ce sens. Le G7 en réunion à Berlin à fin mai 2015 salue l’arrivée du Renminbi dans le panier des DTS.

monnaie dollars renminbi yuan.JPG

En revanche, les USA ne semblent pas voir d’un bon oeil l’arrivée de la monnaie chinoise. Ils trouvent que cette monnaie n’est pas assez globale pour être inclue dans le panier.

Ce point de vue tient de moins en moins la route, ça fait un moment que les chinois travaillent à ouvrir l’utilisation de leur monnaie à l’international. Ainsi en janvier 2015, le renminbi est devenu la 5ème monnaie la plus utilisées sur le réseau de transaction financières SWIFT.

De plus, cette envie d’ouverture du monde financier chinois explique l’accord qui a été fait en grande pompe entre la Banque Nationale Suisse et la banque centrale chinoise lors du forum de Davos en janvier 2015. (au passage, j’ai trouvé que le reportage de la RTS était à côté de la plaque, il n’explique en rien l’importance de cet accord, la préoccupation du journaliste était de savoir si cet accord allait permettre de créer des emplois en Suisse…. Je crois que la géopolitique échappe à certains journalistes…)

Encore une fois on voit que les USA perdent le leadership du système financier mondiale.

Une agence de notation indépendante

Dans une guerre économique basée sur l’argent-dette, finalement on échange que de la confiance. D’ailleurs l’étymologie du mot crédit vient de credo, la croyance. La croyance au fait que le débiteur va rembourser sa dette.

Donc comment évaluer sa confiance en un débiteur, en une organisation, en un état ?

Il existe des agences de notation financière qui font la pluie et le beau temps sur la confiance que l’on peut accorder à un débiteur.

11-05-17-Agences-de-notation-1.png

94% du marché des notations est fait par 3 agences:

Ainsi comment faire confiance à une notation faite quasi exclusivement par des agences basées à New York ?

Et la réalité confirme la supposition de guerre des notations, vu qu’en janvier 2015 S&P a baisé la note de la Russie. On sent la manipulation, même certains économistes américain, comme James Rickards trouvent que c’est insensé !

Il existe depuis une vingtaine d’année une agence de notation Chinoise: Dagong, qui étrangement ne donne pas une autant bonne note que les autres à la solvabilité des USA….

Pour tenter de ré-équilibrer le point de vue sur le monde, la Russie et la Chine se sont associés en 2013 pour créer une nouvelle agence de notation financière basée à Honk-kong: Universal Credit Rating Group. Ainsi l’alternative existe.

Cependant cette agence peine à se faire sa place sur le marché traditionnel. Son avenir est plutôt du côté des nouveaux projets en Asie.

Une alternative à SWIFT, le réseau de télécom des marchés financiers

Avoir une banque alternative c’est bien, mais ce n’est pas forcément suffisant. En effet, pour qu’une banque puisse faire des investissements, elle doit pouvoir faire des transactions financières et quand on parle de transactions en milliards, ce n’est pas avec une petite mallette que l’on peut envoyer l’argent. Tout se passe via un réseau de télécommunication.

Le plus courant de ces réseaux de télécommunication interbancaire s’appelle SWIFT. (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication)

SWIFT est une coopérative belge qui appartient à de nombreuses grosses banques dans le monde entier. SWIFT relie 10000 institutions bancaires et sociétés financières dans 205 pays.

Après le 11 septembre 2001, dans sa lutte contre le terrorisme, les USA se sont mis à exploiter secrètement les données du réseau SWIFT sans aucune base légale. C’est purement est simplement de l’espionnage de toutes les transactions financières. Quand on rigole en disant que la NSA sait tout sur vous…. ce genre de révélation montre que ce n’est pas faux ! Elle sait en tout cas tout ce que vous achetez via l’argent électronique.

C’est en 2006 que le New York Time révèle ce scandale. Mais après coup il s’est avéré que les banques centrales des Pays Bas, de Belgique et de Suisse étaient au courant ! Il ne faut pas oublier qui sont vraiment les banques centrales… voici mes notes sur le fonctionnement de la BNS… une banque privée comme une autre qui n’a de national et de Suisse que le nom….

data center swift switzerland Diessenhofen.jpg

Finalement la société SWIFT a abandonné ses poursuites judiciaires dans cette affaire et des accords (Accord SWIFT II) ont été conclus en 2010 entre l’Europe et les USA pour garantir la protection des données personnelles garantie par les lois européennes pour les gens situés sur le continent européens.

Dans les faits, les données des utilisateurs européens de SWIFT ne sont plus sauvegardés aux USA.

Le système étant basé sur la sauvegarde réciproque entre deux datacenter, un aux Pays-Bas et l’autre aux USA, c’est finalement un nouveau data center qui a été construit à Diessenhofen en Suisse pour assurer la redondance du datacenter basé aux Pays-Bas pour les utilisateurs européens.

Mais ceci signifie que l’espionnage par les USA continue partiellement, et de façon légale cette fois-ci.

Au vue de l’espionnage qui est fait par les USA sur les transactions financières comment avoir confiance ?

De plus, le réseau SWIFT, a déjà été instrumentalisé politiquement. En 2012, l’Iran a été exclu du réseau.  En septembre 2014, le parlement européen vote une résolution qui permet de sanctionner la Russie en coupant le pays du réseau SWIFT.

Même si la menace n’est pas mise à exécution, car l’interdépendance entre les marchés Russe et de l’UE est trop grande, la Russie en collaboration avec les BRICS songe à créer une alternative à ce réseau financier SWIFT.

En décembre 2014 la Russie teste son alternative à SWIFT qui est prévue fonctionnelle en mai 2015. La Chine prévoit de lancer le système CIPS (China Internation Payment System) à l’automne prochain.

Une petite anecdote intéressante également, c’est le fait que le Vatican a été déconnecté du réseau SWIFT pendant 39 jours en début 2013. La reconnexion au travers de la société suisse Aduno s’est faite le lendemain de l’annonce de la démission du pape Benoit XVI …..

Certains osent franchir le pas en disant que SWIFT a été le bras armé pour forcer le pape à la démission…..  Je n’en sais rien….. mais la coïncidence est troublante…..

BRICS Cable un internet des BRICS

Avoir un service de télécommunication indépendant pour assurer les transactions financière, c’est bien. Mais si ce service utilise des câbles qui eux ne sont pas indépendants, c’est encore une fois risquer de se faire couper ses accès.

Du coup, les BRICS ont des la suite dans les idées.

BRICS-Cable.png

BRICS-Cable est un projet de câble fibre optique sous marin qui relie les pays des BRICS. Cette liaison part du Brésil, traverse l’océan atlantique pour aller en Afrique du Sud, poursuit sa voie par l’Inde et via une petite connexion sur la place financière de Singapour relie la Chine et pour finir la Russie orientale.

Le système est également prévu au besoin pour avoir des liaisons avec d’autres pays.

Les BRICS mettent là en place la brique fondamentale d’un réseau de communication indépendant, à une époque où l’Internet est plus que jamais vital.

Ainsi même si la neutralité du net est remise en cause (le fait de favoriser ou défavoriser un certain trafic sur les réseaux de télécoms) les BRICS auront toujours le contrôle sur la base d’un moyen de télécommunication, et ceci que ce soit pour les transactions financières ou de l’information en tout genres.

La nouvelle route de la soie

Quand on parle de transactions financières, on sous entend qu’il y a des échanges commerciaux. Mais en y réfléchissant par où passent ces échanges commerciaux ?

Quelle route emprunte un t-shirt ou un ordinateur fabriqué en Chine pour venir jusque chez moi en Europe ?

Et bien de nos jours, c’est majoritairement par voie maritime que ce passe l’acheminement des marchandises.

Cependant ces routes maritimes sont souvent sujettes à la piraterie notamment dans les endroits étroits avec de fortes densités de trafic comme le détroit d’Ormuz, le golfe d’Aden (ces derniers pour le transport de pétrole surtout) ainsi que le détroit de Malacca et en mer de Chine méridionale.

Un des tout premiers articles de ce blog parlais justement de piraterie et montrait la carte en direct des attaques recensées par une organisation en Malaisie.

carte_pirate_2007_asie.png

Il se trouve que ces dernières années le piratage a un peu diminué, surtout grâce aux actions militaires contre les pirates. Pour exister, les voies maritimes sont surtout dépendantes de leur protection militaire.

Et qui a la plus grande armée sur les mers du globe ?
Les USA évidemment.

L’armée US et ses nombreuses bases militaires un peu partout dans le monde assurent la sécurité du commerce maritime.

bases militaire américaines dans le monde.gif

Une fois de plus les BRICS dans leur désirs d’indépendance réfléchissent à des alternatives. Depuis des millénaires la première route commerciale entre l’Asie et l’Europe était la route de la Soie.

Ainsi la Chine a relancé ces dernières années le projet de la Nouvelle route de la soie.

Comme il y a mille ans, LA route de la soie n’est pas qu’une seule route, mais un réseau de routes avec plusieurs variantes d’itinéraires. Une évolution depuis 1000 ans, c’est que le moyen de transport principal n’est plus les caravanes de cheveaux ou de chameaux. De nos jours le train est le meilleur moyen de transport terrestre.

Des transports en train sont relancés depuis quelques années pour évaluer les possibilités et développer les infrastructures le long de 10 000 Km de voie.

En mars 2015, un train chargé de 6 conteneurs de composants photovoltaïques est parti de Zhengzhou en Chine pour rejoindre l’Allemagne en traversant des pays comme la Mongolie intérieure, la Russie, la Biélorussie et la Pologne.

Bilan, ce voyage dure 16 à 18 jours ce qui représente 20 jours de moins que par la voie maritime. De plus, cette voie terrestre a un coût de 80% inférieur à son alternative maritime. C’est très prometteur pour le commerce entre l’Europe et l’Asie.

Le principal problème est le temps perdu pour passer les douanes ! Il semble que près de 40% du temps peut être économisé en améliorant les passages de frontières.

train chinois route de la soie.jpg

Le domaine est très prometteur.

En ce qui concerne le trafic de voyageurs, les chinois et leur alliés ne sont pas en reste. De la chine à la Russie en passant par le Kazakhstan il y a des projets de construction de ligne à grande vitesse qui sont en cours. (300 à 400 km/h.)

En 2015, la Chine est devenue la pays qui a le plus grand réseau de ligne à grande vitesse du monde. Elle détient aussi la plus longue ligne de TGV, plus de 2200 km.. et ceci alors qu’avant 2007 il n’y avait aucun train à grande vitesse en Chine !

Ainsi on peut imaginer dans l’avenir faire le trajet de la Chine à l’Europe en une trentaine d’heures.

train à grande vitesse chinois.jpg

Un avantage du train, c’est qu’il peut rouler électrique. Et l’électricité peut se produire de différentes manières, contrairement aux avions ou navires cargos qui doivent emporter leur propre carburants le train peut être directement branché à une centrale électrique. C’est beaucoup de souplesse en plus, et une sécurité de l’approvisionnement en énergie renforcé vu la main-mise des USA sur de nombreuses ressources pétrolières.

Donc même si cette transition est plus lente que la création d’une banque, l’alternative est là, et elle est en train de se développer. Si un jour des tensions se font sentir entre les USA et les membres eurasiatiques des BRICS (la majorité), les BRICS auront toujours une solution de secours. Ce qui marque bien la fin de l’hégémonie des USA sur le monde.

Une nouvelle guerre froide ?

Le monde change. Après la guerre froide c’est le camp occidental qui semble avoir gagné. Les USA en ont bien profité pour devenir la seule super puissance du monde (selon la définition de Zbigniew Brzezinski qui dit que c’est un pays capable d’influencer le monde entier)

Le monde a largement subi et suivi les projets d’empire des USA, surtout durant la période où la majorité des gens influents du gouvernement US étaient membres du Think Thank Project for the New American Century connu pour promouvoir la domination des USA sur le monde pour son bien… et ceci en augmentant massivement l’armement…

Le bras armé élargi des USA est l’OTAN, l’Organisation du Traité Atlantique Nord, aussi appelé parfois l’alliance Atlantiste. Quand les USA ont un projet militaire d’envergure, ils demandent des renfortes de l’OTAN. Ces 25 dernières années l’OTAN n’a cessé de s’agrandir. Plusieurs pays de l’est de l’europe ont rejoint l’OTAN ce qui commence a inquiéter la Russie qui ne voit plus que la Bielo-russie et l’Ukraine comme zone tampon entre ses frontières et l’OTAN.

Il y a un malentendu qui revient ces derniers temps à propos de la promesse qu’aurait fait Baker à Gorbatchev en 1990 de ne pas élargir l’OTAN plus à l’est que l’Allemagne. Evidemment il y a un flou autour de ces dires, et aucun accord écrit. Donc chacun interprète selon ses intérêts. Mais on sent la guerre froide se réchauffer.

carte des pays membre de OTAN.png

Dans de nombreuses ex-républiques soviétiques, on a observés ces dernières années des révolutions colorées:

La recette est toujours la même, un mouvement de jeunes fait tomber un président/dictateur qui n’a pas compris que l’ère soviétique est finie et que l’on veut la démocratie. Cette recette est très très bien expliquée dans le documentaire « Révolution mode d’emploi » qui retrace les révolutions en Serbie, en Géorgie, en Ukraine et celle qui n’a pas marchée en Azerbaïdjan. Après la réalisation du film, il y a aussi eu le Kirghizstan.

J’ai écrit tout un article à propos de cette méthode révolutionnaire et de qui tire vraiment les ficelles. En réalité le point crucial de la méthode c’est d’occuper le terrain, comme en Ukraine, avec des tentes.

Mais qui finance ? Et bien ce sont toujours les mêmes, plusieurs fondations dont notamment la fondation US: Freedom House qui avait en 2003 comme directeur James Woosley l’ancien patron de la CIA… et dans son conseil d’administration entre autres Donald Rumsfeld ancien secrétaire d’Etat va-t-en guerre des deux administrations Bush…

Ainsi j’ai de la peine à croire que la Freedom House est comme elle se décrit « une organisation non gouvernementale indépendante qui aide au développement des libertés dans le monde. »

Avec cet éclairage on comprend pourquoi le gouvernement russe a voté une loi en mai 2015 pour interdire certaines ONG indésirables. Cette loi fait un tollé en Europe qui voit Poutine comme étant le méchant pourfendeur des droits de l’homme. Mais à mon avis, c’est plus compliqué que ça. Ceci me semble juste un moyen de se défendre.

révolution de mes couilles.jpg

Si l’on remonte un peu dans le temps, on observe que la stratégie utilisée avec les révolutions colorées correspond très bien à la stratégie proposée par Zbigniew Brzezinski qui après les années de détente sous Nixonrelancé la guerre froide entre 1977 et 1981. Il voulait une politique plus agressive vis-à-vis de l’URSS qui mettrait l’accent à la fois sur le réarmement des États-Unis et l’utilisation des droits de l’homme contre Moscou.

Et qu’est devenu ce personnage depuis les années 1970 ? …. Il est au conseil d’administration de Freedom House

Pourquoi la révolution colorée n’a pas marchée en Azerbaïdjan ? Le film nous dit que les jeunes révolutionnaires n’ont pas reçu le financement des fondations occidentales. En effet, l’argent est le nerf de la guerre. Et si l’on observe l’histoire de l’Azerbaïdjan, il y a déjà eu une sorte de coup d’Etat guerre civile en 1993 qui a mis au pouvoir une dynastie de présidents alliés aux USA et en même temps président de SOCAR la compagnie pétrolière d’Azerbaïdjan.

On peut supposer que les USA n’avaient aucune intérêt à renverser un allié… donc ça confirme que la Freedom House n’est pas une fondation pour la liberté dans le monde…

Vu sous cet angle, toutes les tensions entre le monde occidental et la Russie ces dernières années peuvent s’interpréter sous un jour nouveau. Ne serait-t-on pas à nouveau dans une guerre froide ?

Pas étonnant de voir qu’il y a eu un retour de balancier en Ukraine après la révolution orange d’il y a 10 ans financée par les USA….

Je me dis que les USA doivent avoir un peu de peine à accepter l’émancipation de BRICS et voir leur influence sur le monde diminuer. A leur place, j’essaierai de mettre des bâtons dans les roues des BRICS, de dévaluer leur monnaie, d’utiliser les médias pour retourner l’opinion public et faire passer les pays un peu trop indépendants pour des méchants…

Je dis ça… je ne dis rien…. aucun lien avec des faits réels…

Attention de se faire sa propre opinon et de ne pas être un mouton

Donc attention à chaque fois de bien recouper les informations reçues de plusieurs sources même opposées pour en dégager ce qui est cohérent. Attention à la manipulation, d’un côté comme de l’autre. Attention à ne par réagir à chaud à n’importe quel événement. L’actu est souvent fausse ou déformée. La réaction émotionnelle est le meilleur moyen de manipuler l’opinion publique.

mouton jesuisceuxquejesuis.jpg

Ce n’est que bien des années après que l’on apprend la réalité sur un événement (si un jour on connait la réalité…).

Il y a parfois des casus belli qui ne sont que des prétextes pour partir en guerre.

Voici donc un aperçu de mes observations personnelles sur l’état actuel du grand jeu qui se déroule sur notre monde. A vous de vous faire votre propre opinion pour voir si ce que j’avance est cohérent.

Bonne lecture des événements de ce monde…..

Résumé du film:Révolutions, mode d’emplois

Mes notes à propos du film: « Révolutions, mode d’emplois »

Voici, pour commencer la fiche de la boutique arte à propos de ce film.

http://boutique.arte.tv/f1397-revolutionsmodedemploi

Réalisatrice : Tania Rakhmanova
Auteurs : Vincent Jauvert , Tania Rakhmanova
Producteurs : ARTE FRANCE, QUARK PRODUCTIONS

Les « faiseurs de révolution » serbes, géorgiens, ukrainiens et ceux qui, comme en Azerbaïdjan, ont échoué, racontent comment la démocratie gagne l’Europe de l’Est.

La « révolution orange » en Ukraine, c’est eux. Tout comme la « révolution des roses » en Géorgie. Et la chute de Milosevic en Serbie. Partout, ils ont procédé de manière identique. Ce sont les « faiseurs de révolutions ». Serbes, Ukrainiens ou Slovaques, ils ne sont qu’une poignée. Pourtant, ils effraient les derniers potentats de l’Est qui les pourchassent, les emprisonnent et les expulsent. Ces singuliers missionnaires s’emploient à déboulonner les régimes corrompus et autoritaires de l’ex-empire soviétique. Hyperdiplômés, ils sont à la fois des experts en non-violence et des pros du marketing politique. Leur savoir-faire est un mélange unique d’agit-prop, de relations publiques et de capacité à trouver des fonds. Ils ont mis au point une méthode, un manuel à usage interne, un jeu vidéo pour populariser leurs actions. Comment travaillent-ils ? Pourquoi ont-ils réussi dans certains pays et échoué dans d’autres ? Le film démonte l’ingénierie d’une révolution moderne, avec ceux qui, en coulisses, organisent la chute des dictateurs de l’Est.

Résumé du film

Une chronologie de quelques mouvements révolutionnaires:

  • 2000 Serbie Otpor (résitance)
  • 2003 Georgie kmara (assez)
  • 2004 Ukraine révolution orange  Pora (il est temps. Avec un horloge dans le logo) (sondage marketing pour trouver le nom !)
  • 2005 Azerbaïdjan Magam (C’est le moment)

La TV ne montre pas la réalité

Ce que l’on voit de l’extérieur à la tv…

125 000 personnes qui manifestent contre une dictature.

=> Soulèvement populaire non violent.
=> refus de toute violence.

.. et pouf le gouvernement change…

Mais en fait il y a toute une préparation.

La méthode pour réussir une révolution

  1. Lancer un mouvement de jeunes
  2. Trouver du financement
  3. Former les militants à l’action pacifique.
  4. Rigoler et dénoncer le régime
  5. Faire sortir et bouger les gens dans la rue

1Etapes lancement d’un mouvement de jeunes

  1. Lancement d’un mouvement de jeunes. (Otpor en Serbie, )
  2. Lui donner un emblème simple. Otpor, le point fermé.
  3. Lui donner un nom facile à retenir. Et qui indique clairement ce qu’est l’organisation. Otpor = résistance
  4. Se positionner sur le marché politique clairement au dessus des partis. => Inviter les leaders de l’opposition au congrès fondateur.
  5. Faire croire que l’on est plus important que l’on est vraiment. (10 000 peintures kmara sur le sol)… le gouvernement désigne ce mini mouvement comme ennemi public no1.. et lui fait une pub gigantesque.

Lors des manifestations la police fait du bruit en tapant sur bouclier. Ça fait peur !

Ainsi il faut diminuer la peur des manifestants.

  • Les encadrer avec des banderoles. Les humains ont des instincts grégaires. Ensemble on est plus fort. On ne fuit pas.
  • Faire du bruit avec des tambours pour donner le rythme et éviter d’entendre l’adversaire.
  • éviter qu’une personne arrêtée ne se sente abandonnée
  • Préparer les gens à être arrêter et savoir répondre aux questions: Qui dirige, comment est organisée l’organisation et qui finance. Les réponses ont été distribuées dans des tracts => 100 000 pour otpor. Ainsi en cas d’arrestation tu rigole: toutes les réponses sont publiéess …. on ne peut rien contre toi, tout est public.
  • 70 000 membres en 2000.

Pora s’est fait connaitre en faisant le buzz autour d’une élection truquée où ils se sont fait mettre dehors pendant le bourrage des urnes ! Une bagarre s’en est suivie et finalement le gouvernement a annulé l’élection.

2Financement

  • Le gros du financement est fait par des fondations occidentales !
  • Les américains dépensent chaque année (privé ou public) des millions de $ pour « la promotion de la démocratie ». (note perso… un moyen d’ouvrir un nouveau marché !!)
  • Le slovaque: Pavol Demes du German Marshall Fund est un financier des révolutions.
  • Bruce Jackson => Président de « Projet pour la démocratie et la transition »
  • Il y a des règles strictes et différentes pour chaque organisation qui finance. Il faut un groupe de coordination des dossiers de demande de financement.
  • Pour se faire connaitre, un moyen est  l’organisation de concerts pour les jeunes et distribution de tracts.
  • Freedom house, encore un mécène.

3Formation des militants

  • La fondation Westminster (anglais) finance une campagne d’éducation civique en Ukraine, en réalité une série de séminaires concrets donnés par des serbes et biélorusses qui ont déjà fait des révolutions !
  • « International Center on Nonviolent Conflit ». Peter Ackerman. Un libertaire américain.
  • S’est associé avec Ivan Marcovic de Otpor en serbie pour faire un jeu vidéo d’apprentissage de révolution. => http://peoplepowergame.com/

4Rigoler et dénoncer le régime

  • La police intercepte les paquets de t-shirts ! …. donc on piège la police avec des paquets vides ! => la politique c’est sexy et amusant ! … il faut faire de la politique un style de vie !
  • Savoir instrumentaliser les médias. => faire de belles actions visuellement fortes
  • Kmara est resté à la une des médias pendant 3 mois, depuis un chahut de réunion présidentielle dans un parc qui a fini en bagarre quand la police a tenté de les faire partir.
  • Gaire des événements avec des stars pour attirer des foules
  • Les flash mobs. Kmara occupe la rue.
  • Faire bouger les gens. Ceux qui d’habitude ne vote pas et se méfient des partis politiques.
  • 40 000 sms, le jour des élections…. « Aujourd’hui, il est fini ! » (le dictateur) Faites suivre….  => 70% de taux de participation.. incroyablement élevé !

5 – Faire bouger les gens dans la rue

  • Les résultats annoncés sont souvent falsifiés par le pouvoir en place. (notamment avec la fraude du carrousel de bus)
  • Faire bouger les gens pour dénoncer cette falsification.
  • Oleksly Tolkatechev, leader de Pora.
  • Les gens qui manifestent n’ont pas prévu de rester, il fait froid et il n’ont rien.
  • => On monte des tentes pour que les gens puissent rester ! (avec des clous dans le bitume !)
  • Quand la police arrive, il faut la décrédibiliser. « Vos chefs sont des bandits« , « Vous vous battez contre le peuple« 
  • Les slogans: « Nous sommes nombreux, nous sommes invincibles« 
  • Le peuple veut installer le vrai président élu. (Ukraine)
  • Négociation entre politiciens, mais sans les jeunes cette fois ! (Iulia Timochenko en Urkraine)
  • … le gouvernement cède, un nouveau scrutin est organisé.

Mais la recette ne marche pas à tous les coups…

Les mêmes fondations on refusé le financement en Azerbaïdjan….

… car le pétrole coule à flot là bas… et que les sociétés occidentales ont déjà tout ce qu’il faut du régime !

Le régime est le garant des contrats actuels.

Pas de financement massif pour installer des milliers de tentes….. et c’est foutu…

De plus le gouvernement a joué finement en utilisant les mêmes méthodes. Pendant les mouvements de foule, au lieu d’envoyer la police, ils ont organisé une contre manifestation avec les jeunes en faveur du président…

3 semaines après les élections, les médias occidentaux, ne sont plus là. Il n’y a plus de pression médiatique. Les médias indépendants sont interdits en Azerbaïdjan.

Quand la police liquide la manifestations, il y a 400 blessés.. et la police reste du côté du président !

Au Kazakstan et en Bielorussie, les révolutions échouent aussi !

Apprendre de ses échecs

Pour apprendre de ces échecs, on remarque que pour réussir une révolution il faut:

  • des médias indépendants
  • une opposition politique unie
  • une société civile prête à soutenir le changement
  • … et tout devient plus simple quand les occidentaux se rangent clairement du côté des révolutionnaires.

Regarder le film…

 

Au delà du film

Le mode d’emploi de ces révolutions a encore été utilisé et est toujours utilisé ?

En 2005, au Kirghizstan…

On remarque aussi qu’en Egypte et en Ukraine les mêmes tracts sont utilisés ! Ils ont pour origine le mouvement serbe Otpor.

tract otpor révolution colorée ukraine et egypte.jpg

Voici encore un autre documentaire qui décrit cette techniques utilisées par les USA pour conquérir les ex républiques soviétique.
Etats-unis à la conquète de l’est. Un documentaire de Manon Loizeau.


Etats-Unis à la conquête de l’Est… par non-merci

Depuis fin 2013, on observe que l’Ukraine est le champ de bataille d’une nouvelle sorte de guerre froide. Un combat entre les USA et la Russie. Quand on connait la manière dont les USA ont manoeuvrés ces 20 dernières années. Ce n’est pas tellement étonnant de voir qu’un jour ça pète…

Voici, le récit de la « colonisation » par l’OTAN des ex-pays de l’URSS. Alors même qu’une promesse orale avait été faite à la Russie que l’OTAN n’irait pas plus à l’est..

Pour voir à qui profite le crime, on peut suivre la trace de l’argent. Qui finance les révolutions colorées ? C’est des organisations US, comme la Freedom House.

Une organisation qui se décrit elle même: « Freedom House est une organisation non gouvernementale indépendante qui aide au développement des libertés dans le monde.« 

Mais dans la réalité, c’est une organisation non gouvernementale, financée par le gouvernement des USA… et qui a eu à sa tête des gens comme James Woolsey (en 2003 comme cité sur le site) connu pour être l’ancien patron de la CIA.. le bras armé à l’étranger des USA…

Dans le conseil d’administration de Freedom House on retrouve les grands va-t-en guerre des USA…. Donald Rumsfeld, deux fois secrétaire à la défense des USA, l’homme chargé de faire la guerre au terrorisme en Afganistan et en Irak. Le créateur du Office of Special Plans chargé de modifier les infos de la CIA avant des les présenter à la maison blanche… c’est ainsi que l’argument d’arme de destruction massive en Irak est apparu… c’est aussi un actionnaire de Gilead Sciences qui a développé le Tamiflu un médicament acheté en masse pour contrer une pandémie relative de grippe aviaire… puis  Paul Wolfowitz, l’adjoint de Rumsfeld et président déchu de la banque mondiale ou encore  Zbigniew Brzezinski le cofondateur avec le multi-milliardaire David Rockefeller de la commission Trilatérale en 1973, qu’il dirige jusqu’en 1976 et aussi le gars qui a relancé la guerre froide entre 1977 et 1981 après les années de « détente » sous Nixon. Il voulait une politique plus agressive vis-à-vis de l’URSS qui mettrait l’accent à la fois sur le réarmement des États-Unis et l’utilisation des droits de l’homme contre Moscou.

Bref les gens sympa  !!  …. pour une bonne part membres du Think Thank  Project for the New American Century connu pour provouvoir la domination des USA sur le monde pour son bien… et ceci en augmentant massivement l’armement…

J’observe une grande montée en puissance de chaque côté des anciens blocs de la guerre froide. On est peut être à l’aube d’une nouvelle guerre froide !

Comme on peut le voir sur le site de la Freedom House, dans le communiqué de presse qui annonce l’entrée en fonction de son nouveau directeur en 2003, James Woosley, l’organisation a de nombreux bureaux dans le monde:

Freedom House has a staff of over 80, maintains offices in Washington, D.C. and New York, and has overseas branches in Ukraine, Poland, Hungary, Serbia, Slovakia, Romania, Morocco, Uzbekistan, Kyrgyzstan, and Algeria.

… est-ce que ce sont les lieux de colonisation prévue ?

Mes observations personnelles

Je suis allé en septembre 2014 au Kirghizstan. J’y ai observé que les stations essence les plus flambant neuves sont celles de Gazprom… l’outil de domination du monde du gouvernement de Poutine.

Le plus étonnant c’est que les drapeaux russes flottent à côté de ces stations services. On voit bien ainsi l’amalgame total fait entre l’entreprise Gazprom et l’état russe.

Sortie de son contexte on pourrait croire que cette photo a été prise en Russie ! Mais non, elle a bien été prise pas loin de Bishkek au Kirghizstan.

Station essence Gazprom au Kirghizstan avec des drapeaux russe qui flottent.JPG

A l’aéroport, évidemment c’est aussi Gazprom qui ravitaille en carburant les avions au départ de Bishkek.

Gazprom fournit le carburant des avion au Kirghizstan.JPG

Poutine relance la colonisation russe via Gazprom, dont l’europe dépend beaucoup !
Puis, en 2014, Poutine a fait un tour du monde pour sceller des alliances un peu partout. Mais surtout avec les BRICS, Brésil, Russie, Inde, Chine, et afrique du Sud. Les grands pays de ce monde.

Les pions sont en train de se mettre en place… Je ne sais trop quoi penser de cette situation. Est-ce qu’un camp est meilleur qu’un autre ? Je ne sais pas… mais j’observe que la propagande atlantiste est à son comble ces derniers mois. Voici par exemple le déroulement des faits qui ont déclenché la crise Ukrainienne… et l’on tente de faire porter le chapeau à Poutine.. alors que selon les faits… on ne voit pas trop de quoi il pourrait être responsable…

On verra bien commence tout ceci évolue. Dans le bon sens je l’espèce !

Résumé du film:Révolutions, mode d’emplois

Mes notes à propos du film: « Révolutions, mode d’emplois »

 

Voici, pour commencer la fiche de la boutique arte à propos de ce film.

http://boutique.arte.tv/f1397-revolutionsmodedemploi

Réalisatrice : Tania Rakhmanova
Auteurs : Vincent Jauvert , Tania Rakhmanova
Producteurs : ARTE FRANCE, QUARK PRODUCTIONS

Les « faiseurs de révolution » serbes, géorgiens, ukrainiens et ceux qui, comme en Azerbaïdjan, ont échoué, racontent comment la démocratie gagne l’Europe de l’Est.

 

La « révolution orange » en Ukraine, c’est eux. Tout comme la « révolution des roses » en Géorgie. Et la chute de Milosevic en Serbie. Partout, ils ont procédé de manière identique. Ce sont les « faiseurs de révolutions ». Serbes, Ukrainiens ou Slovaques, ils ne sont qu’une poignée. Pourtant, ils effraient les derniers potentats de l’Est qui les pourchassent, les emprisonnent et les expulsent. Ces singuliers missionnaires s’emploient à déboulonner les régimes corrompus et autoritaires de l’ex-empire soviétique. Hyperdiplômés, ils sont à la fois des experts en non-violence et des pros du marketing politique. Leur savoir-faire est un mélange unique d’agit-prop, de relations publiques et de capacité à trouver des fonds. Ils ont mis au point une méthode, un manuel à usage interne, un jeu vidéo pour populariser leurs actions. Comment travaillent-ils ? Pourquoi ont-ils réussi dans certains pays et échoué dans d’autres ? Le film démonte l’ingénierie d’une révolution moderne, avec ceux qui, en coulisses, organisent la chute des dictateurs de l’Est.

Résumé du film

Une chronologie de quelques mouvements révolutionnaires:

  • 2000 Serbie Otpor (résitance)
  • 2003 Georgie kmara (assez)
  • 2004 Ukraine révolution orange  Pora (il est temps. Avec un horloge dans le logo) (sondage marketing pour trouver le nom !)
  • 2005 Azerbaïdjan Magam (C’est le moment)

La TV ne montre pas la réalité

Ce que l’on voit de l’extérieur à la tv…

125 000 personnes qui manifestent contre une dictature.

=> Soulèvement populaire non violent.
=> refus de toute violence.

.. et pouf le gouvernement change…

Mais en fait il y a toute une préparation.

La méthode pour réussir une révolution

  1. Lancer un mouvement de jeunes
  2. Trouver du financement
  3. Former les militants à l’action pacifique.
  4. Rigoler et dénoncer le régime
  5. Faire sortir et bouger les gens dans la rue

1Etapes lancement d’un mouvement de jeunes

  1. Lancement d’un mouvement de jeunes. (Otpor en Serbie, )
  2. Lui donner un emblème simple. Otpor, le point fermé.
  3. Lui donner un nom facile à retenir. Et qui indique clairement ce qu’est l’organisation. Otpor = résistance
  4. Se positionner sur le marché politique clairement au dessus des partis. => Inviter les leaders de l’opposition au congrès fondateur.
  5. Faire croire que l’on est plus important que l’on est vraiment. (10 000 peintures kmara sur le sol)… le gouvernement désigne ce mini mouvement comme ennemi public no1.. et lui fait une pub gigantesque.

Lors des manifestations la police fait du bruit en tapant sur bouclier. Ça fait peur !

Ainsi il faut diminuer la peur des manifestants.

  • Les encadrer avec des banderoles. Les humains ont des instincts grégaires. Ensemble on est plus fort. On ne fuit pas.
  • Faire du bruit avec des tambours pour donner le rythme et éviter d’entendre l’adversaire.
  • éviter qu’une personne arrêtée ne se sente abandonnée
  • Préparer les gens à être arrêter et savoir répondre aux questions: Qui dirige, comment est organisée l’organisation et qui finance. Les réponses ont été distribuées dans des tracts => 100 000 pour otpor. Ainsi en cas d’arrestation tu rigole: toutes les réponses sont publiéess …. on ne peut rien contre toi, tout est public.
  • 70 000 membres en 2000.

Pora s’est fait connaitre en faisant le buzz autour d’une élection truquée où ils se sont fait mettre dehors pendant le bourrage des urnes ! Une bagarre s’en est suivie et finalement le gouvernement a annulé l’élection.

2Financement

  • Le gros du financement est fait par des fondations occidentales !
  • Les américains dépensent chaque année (privé ou public) des millions de $ pour « la promotion de la démocratie ». (note perso… un moyen d’ouvrir un nouveau marché !!)
  • Le slovaque: Pavol Demes du German Marshall Fund est un financier des révolutions.
  • Bruce Jackson => Président de « Projet pour la démocratie et la transition »
  • Il y a des règles strictes et différentes pour chaque organisation qui finance. Il faut un groupe de coordination des dossiers de demande de financement.
  • Pour se faire connaitre, un moyen est  l’organisation de concerts pour les jeunes et distribution de tracts.
  • Freedom house, encore un mécène.

3Formation des militants

  • La fondation Westminster (anglais) finance une campagne d’éducation civique en Ukraine, en réalité une série de séminaires concrets donnés par des serbes et biélorusses qui ont déjà fait des révolutions !
  • « International Center on Nonviolent Conflit ». Peter Ackerman. Un libertaire américain.
  • S’est associé avec Ivan Marcovic de Otpor en serbie pour faire un jeu vidéo d’apprentissage de révolution. => http://peoplepowergame.com/

4Rigoler et dénoncer le régime

  • La police intercepte les paquets de t-shirts ! …. donc on piège la police avec des paquets vides ! => la politique c’est sexy et amusant ! … il faut faire de la politique un style de vie !
  • Savoir instrumentaliser les médias. => faire de belles actions visuellement fortes
  • Kmara est resté à la une des médias pendant 3 mois, depuis un chahut de réunion présidentielle dans un parc qui a fini en bagarre quand la police a tenté de les faire partir.
  • Gaire des événements avec des stars pour attirer des foules
  • Les flash mobs. Kmara occupe la rue.
  • Faire bouger les gens. Ceux qui d’habitude ne vote pas et se méfient des partis politiques.
  • 40 000 sms, le jour des élections…. « Aujourd’hui, il est fini ! » (le dictateur) Faites suivre….  => 70% de taux de participation.. incroyablement élevé !

5 – Faire bouger les gens dans la rue

  • Les résultats annoncés sont souvent falsifiés par le pouvoir en place. (notamment avec la fraude du carrousel de bus)
  • Faire bouger les gens pour dénoncer cette falsification.
  • Oleksly Tolkatechev, leader de Pora.
  • Les gens qui manifestent n’ont pas prévu de rester, il fait froid et il n’ont rien.
  • => On monte des tentes pour que les gens puissent rester ! (avec des clous dans le bitume !)
  • Quand la police arrive, il faut la décrédibiliser. « Vos chefs sont des bandits« , « Vous vous battez contre le peuple« 
  • Les slogans: « Nous sommes nombreux, nous sommes invincibles« 
  • Le peuple veut installer le vrai président élu. (Ukraine)
  • Négociation entre politiciens, mais sans les jeunes cette fois ! (Iulia Timochenko en Urkraine)
  • … le gouvernement cède, un nouveau scrutin est organisé.

Mais la recette ne marche pas à tous les coups…

Les mêmes fondations on refusé le financement en Azerbaïdjan….

… car le pétrole coule à flot là bas… et que les sociétés occidentales ont déjà tout ce qu’il faut du régime !

Le régime est le garant des contrats actuels.

Pas de financement massif pour installer des milliers de tentes….. et c’est foutu…

De plus le gouvernement a joué finement en utilisant les mêmes méthodes. Pendant les mouvements de foule, au lieu d’envoyer la police, ils ont organisé une contre manifestation avec les jeunes en faveur du président…

3 semaines après les élections, les médias occidentaux, ne sont plus là. Il n’y a plus de pression médiatique. Les médias indépendants sont interdits en Azerbaïdjan.

Quand la police liquide la manifestations, il y a 400 blessés.. et la police reste du côté du président !

Au Kazakstan et en Bielorussie, les révolutions échouent aussi !

Apprendre de ses échecs

Pour apprendre de ces échecs, on remarque que pour réussir une révolution il faut:

 

  • des médias indépendants
  • une opposition politique unie
  • une société civile prête à soutenir le changement
  • … et tout devient plus simple quand les occidentaux se rangent clairement du côté des révolutionnaires.

Regarder le film…

 

Notes à propos du livre Makers de Chris Andersen

Mes notes à propos du livre Makers de Chris Andersen

Makers, la nouvelle révolution industrielle

http://www.makers-revolution.com

Ce livre nous parle du monde qui se mets gentiment en place. Un monde qui fusionne le monde matériel, le monde industriel avec l’organisation du monde virtuel, le monde de l’information, le monde du web.

Cette fusion remet en cause nombres de fonctionnement et d’idées reçues.

On bref, nous allons vers..

  • l’artisanant industriel
  • le financement par les foules
  • les communautés de co-créateurs à la place des entreprises.

Au coeur de ce mouvement on trouve ces nouveau outils facinants… les imprimantes 3D, les découpeuses laser, les fab lab…  Mais il n’y a pas que ça….

Historique de l’industrie du 20ème siècle au travers d’un exemple personnel

  • M. Hauser était le grand père de Chris Andersen. C’était un bernois (note perso: un suisse, comme moi ! :P). Il a émigré à Los Angeles dans les années 1920.
  • Il travaillait dans la mécanique. Il a été engagé dans les studios Hollywoodiens.
  • A ses heures perdues il a inventé un système d’arrosage automatique.
  • Pour réaliser son système d’arrosage. Il l’a fait breveter. Ce qui lui permet de diffuser l’info sans se la faire piquer. Le but originel du brevet est de favoriser le partage d’information.
  • Il a du batailler pour trouver une entreprise qui a bien voulu reprendre son système d’arrosage, le fabriquer et le vendre, chose que M. Hauser n’était pas capable de faire tout seul, étant trop petit et ne disposant pas des fonds nécessaires.
  • M. Hauser a eu de la chance. Il a trouvé une entreprise qui a accepté de reprendre son système, de le fabriquer, le commercialiser et de lui verser des royaltises.
  • C’est une histoire à succès d’un petit inventeur du 20ème siècle. L’immense majorité des inventeurs n’a jamais pu produire son invention et encore moins gagner de l’argent avec.
  • au 21ème siècle tout ce processus n’est plus utile (invention, brevet, négociation avec un entrepreneur industriel). Il y a d’autres manières de faire nettement plus efficaces qui permettent à tout inventeur de voir son invention réalisée, et à une plus grande part de gagner de l’argent avec une invention.
  • Ce livre va nous montrer les techniques d’aujourd’hui et ce qui se profile pour demain.

p21.

Nous au sommes au milieu de 20 ans d’histoire

  • il a fallu 10 ans pour apprendre à créer, innover et travailler ensemble sur le web, grâce à des nouvelles techniques de collaboration.
  • il faudra 10 ans pour appliquer ces leçons au monde réel !

L’ère de la personnalisation

  • l’ère des mass média est terminée. On est à l’ère de la vidéo à la demande.
  • sur facebook chacun à son propre flux de news personnalisé
  • par analogie, l’industrie des produits de masse est terminée.
  • => on va vers une personnalisation des objets

P79

Les 3 goulets d’étrangelement des biens physiques

Pour exister, un objet doit être….

  • assez demandé pour être fabriqué
  • assez demandé pour être en magasin
  • assez demandé pour que sa promotion soit assurée. (savoir où le trouver et qu’il existe.. pub, vitrine…)

Le web a déjà permi de faire sauter 2 de ces goulets avec des sites comme Groupon, qui permettent de se mettre ensemble pour acheter un produit avec un fort rabbais. Donc la promotion est assurée, la demande en magasin est assurée.

=> Il ne reste que le goulet de fabrication à faire sauter. C’est ce qui est en train d’arriver.

Chris Andersen est déjà l’auteur du livre: La longue traine. Un principe proche de celui expliqué ci-dessus. Il est donc logique que ce soit le même auteur qui annonce cette révolution industrielle.

Le principe de la longue traine s’explique bien avec une librairie. Une petite librairie dispose d’une place de vente et de stockage limitée. Donc elle va vendre que des « best-seller » des livres qui se vendent bien. Elle ne va pas s’encombrer de livre dont on ne vend qu’un seul exemplaire par année.

Une librairie comme Amazon a une place de stockage qui ne coûte pas cher et un magasin virtuel infini. Donc elle se permet de vendre des livres qui ne sont vendus qu’une fois par an. Et finalement le potentiel de vente de livres différents mais rarement vendu est autant voir plus grand que de vendre beaucoup d’exemplaires d’un nombre restreint de livre.

  • Ancien modèle: beaucoup d’exemplaires de peu de livres.
  • modèle longue traine: peu d’exemplaires de beaucoup de livres différents.

Chris Andersen nous annonce que ce principe arrive dans le monde industriel grâce aux imprimante 3D et découpeuses laser qui permettent de fabriquer des petites séries d’objets pour pas cher.

L’usine au bout du clic

  • De plus en plus, la chaine logisitique est a échelle libre.
  • => Cela signifie que les usines, l’industrie toute entière est pilotable d’un seul clic. Que l’on soit samsung ou M. Toutlemonde. Pour des petites ou grandes séries. (reste quand même un seuil de coût, mais qui diminue)
  • Les fichiers de description de produits sont les mêmes à toute échelle.
  • Marx s’est trompé !!
  • => Ce qui est important, ce n’est pas la propriété des moyens de production, c’est l’accès à ses moyens ! (sa location)
  • (explication perso: la théorie de Marx explique que les propriétaires des moyens de production sont des esclavagistes, car une fois qu’ils ont fait travailler leur employés suffisamment pour rembourser l’achat des moyens de production, toute la production suivante est exclusivement destinée à enrichir personnellement le patron. Le propriétaire des moyens de production. Or, on remarque maintenant que les usines tournent pour qui veut bien les utiliser. Il n’y a plus de vide pendant lequel un patron s’enrichit personnellement)

Participer à la création d’un objet augmente sa valeur

p88

  • On remarque que les gens sont prête à payer 67% plus cher pour un produit pour lequel ils ont participé à la « création ».
  • Le simple fait de monter soi-même son meuble comme le propose Ikea, suffit à mettre un peu de soi-même dans le meuble.
  • La personnalisation est recherchée car elle nous rend différent.
  • La campagne de pub « Think different » de Apple a bien compris que les gens aiment se dire différent et pas des moutons. => mais on voit qu’Apple à réussi à vendre des produits de masse en faisant croire qu’ainsi on devient différent !
  • On peut faire graver chaque iPod avec sont nom pour en faire un objet unique !

Culture du remix

  • « Rip-mix-burn » a été le slogan de iTunes => encore une fois Apple a bien compris que les gens aiment faire leur propre mix.
  • le désavantage du produit de masse, c’est qu’il n’est qu’une moyenne globale des besoins. Il n’est pas adapté aux besoins de chacun.
  • le remix permet de créer un objet personnalisé sans avoir à tout ré-inventé. Juste modifier la partie qui ne nous est pas adaptée.
  • la culture du remix est basée sur des plans de conception libres. C’est ce que l’on appelle l’Opens Source dans le domaine de l’informatique.
  • les logiciels open-source sont souvent développés par des communautés de contributeurs.
  • Ce modèle commence d’arriver pour des objets matériels.
  • https://www.sparkfun.com est un magasin de kit électronique qui fournit de nombreux tutoriels pour construire soi-même.
  • http://geekdad.com est une communauté de parents geek qui partagent les projets qu’ils font avec leur enfants. Ce site a été créé par Chris Andersen.
  • http://diydrones.com est une communauté de fans de drones à monter soi-même. (Crée par Chris Andersen)
  • http://3drobotics.com est une entreprise de drone open-source crée par Chris Andersen.
  • Par ces différents sites, on comprends la logique de fonctionnement que présente Chris Andersen et qu’il a lui-même expérimentée.
  • => Un passe temps avec les gosses en vient à créer une communauté de passionnés qui conçoivent des drones. 3D robotics est une entreprise qui utilise la communauté des concepteurs pour réaliser à moindre coût des drones physiques d’excellente qualité. Les passionnés achètent les kits de 3dRobotics pour lesquels ils ont contribués (et donc qui ont plus de valeur à leur yeux). 3DRobitics rétribue un peu les gros contributeurs dans la conception des drônes. Ainsi tout le monde est content.
  • Le modèle de ce type d’industrie est de la conception ouverte et de la vente physique des objets conçus par une communauté.
  • la plateforme http://www.ning.com vous permet de facillement créer une communauté et de se lancer vous même dans ce type d’industrie.
  • Attention au piège des prix. Pour fixer un prix de vente et il faut l’estimer à 2 à 3 fois les coûts réels ! => ça parait énorme quand on débute tout seul dans son garage. Mais si l’entreprise a du succès, on doit vite faire face à une augmentation des coûts d’échelle. Il faut de la place de stockage, puis des employés, des outils. Puis, il faut diviser ses prix pour faire des remises de grosse quantité et des prix grossistes. Donc finalement 2-3 fois les coûts de base n’étaient rien de trop ! Beaucoup d’entreprises font faillite à cause de ça. Ne tombez pas dans le piège.
  • Les coûts d’échelle peuvent augmenter rapidement avec le succès, surtout pour une entreprise du web qui est dès le premier jour une entreprise internationale qui peut potentiellement vendre dans le monde entier. (note perso: c’est là que je vois la barrière des langues ! Un état-uniens est favorisé en créant un site dans sa langue natale: l’anglais. Cette langue étant internationale. En français je limite un peu ma portée. Mais le contenu (texte) que je peux produire est de meilleure qualité !)

Le financement des Makers

  • le crowdfunding permet de financer des projets sans avoir recours aux financements traditionnels ( capitale risque, bourse, crédit bancaire)
  • le site de financement communautaire (crowdfunding) http://www.kickstarter.com a été conçu à la base pour réaliser le financement de projets culturels, comme les films, livres, etc….
  • actuellement http://www.kickstarter.com est de plus en plus utilisé pour financer des projets industriels. C’est une sorte de pré-commande d’un objet. Si l’objets intéresse suffisament de monde. On peut le construire.
  • avantage financier: pas de capital avec intérêt ou de participation financière extérieure, ou de vendre une partie de sa société
  • avantage marketing: une étude de marché est faite directement sur le site de financement, on sait tout de suite si le produit a de l’intérêt
  • avantage marketing: on est certain d’avoir des clients. Les fans se transforment en client
  • avantage pub: les gens qui ont aidé un projet à démarrer, sont toujours plus enclin à faire de la pub. Le bouche à oreille est parti…
  • être engagé dans le processus de création de l’objet, fait qu’on va l’aimer plus

Réaliser et vendre son invention d’un seul clic

  • quirky.com est un manière pour les inventeurs de voir leur invention réalisée sans avoir à ne rien faire d’autre que d’avoir une idée.
  • le processus: un inventeur a une idée => il le soumet à la communauté => si l’idée est populaire => elle est conçue dans les détails par l’équipe de quirky => elle est commandée à la fabrication à une usine. => l’inventeur reçoit une part des bénéfices de son iddée
  • etsy.com est une place de marché de l’artisanat fait main. Il semble que le site s’étende au makers de l’artisanat industriel. (fabriquer des objets à la maison, mais pas à la main, avec des imprimantes 3D)
  • ponoko.com => une usine au bout du clic. A l’image des photos que l’on fait imprimer dans un labo. Ponoko imprime en 3D (ou découpe) et vous envoie les objets que vous avez conçus et dont vous avez envoyé les fichiers.
  • shapeways.com => un concurrent de ponoko. On peut aussi se créer sa boutique avec les objets que l’on crée et met en vente à la demande. (Tout comme je le fais avec ma boutique de t-shirts: http://girafe.spreadshirt.net )

Mondialisation et re-localisation

  • dans cette dernière décennie on a vu les entreprises occidentales délocaliser leur production en chine. Avec la nouvelle révolution industrielle, on va vers une relocalisation
  • avec une augmentation de l’automatisation, la chine n’est pas moins chère !
  • la logisitique pour vendre des produits fabriqué à l’autre bout du monde est plus complexe surtout au niveau des délais de livraison. Il est plus simple de fabriquer localement. Là où sont les clients.
  • Pour l’électronique de pointe (ex: iPhone) on est obligé de fabriquer en chine, car c’est là que se sont déplacées les chaines logistiques et les fournisseurs.
  • Pour l’électronique d’une vanne de chauffage, c’est de l’électronique simple. On peut facilement automatiser la fabrication locale.
  • la complexité de la vanne de chauffage d’une installation de domotique se trouve dans le logiciel. C’est là qu’il faut agir. (créer une communauté pour développer le soft)

Politique

  • Pour favoriser la création d’entreprise créatrice d’emploi, il faut favoriser les ecosystèmes
  • => 1 facebook = 3000 emploi => peu pour l’empleur de la chose
  • => 1 facebook génère un écosystème qui crée plus de 30 000 emplois (dans l’it à travers le monde entier, et les créateurs de jeu zinga)
  • Créer des communautés et des ecosystèmes est bon. (note perso: c’est ce que je vois avec l’écosystème wordpress)
  • (je fais un parallèle avec l’horlogerie neuchâteloise qui est un réseau d’entreprises… mais on peut faire mieux)
  • (il faudra faire un truc dans le domaine du solaire.. un kit de production énergétique renouvelable avec des briques open-source. L’électronique de régulation d’un panneau solaire ou mille… ou une éolienne de poche… quasi pareil)

Pour aller plus loin…

J’ai découvert que juste à côté de mon bureau se trouve un des deux fab-lab de suisse !!

http://fablab-neuch.ch

Il faut que j’aille visiter et expérimenter.

Révolution

Révolution

Bon.. alors je vais commencer par mettre en vrac quelques idées que je trouve intéressantes pour redéfinir les bases d’une nouvelle société. En effet, il me semble que l’on observe de plus en plus des signes qui montrent que nous sommes dans une phase de changement profond de notre société. Cela ne se fera pas d’un coup, mais ça viendra.

C’est donc le moment de préparer déjà ce que l’on veux pour notre avenir et celui des autres. Il vaut mieux être prêt, une révolution peut être soudaine et inattendue et rien ne sert d’avoir une révolution si après on ré-instaure le même système !

Les signes de décadence

Notre société est issue de nombreuses règles et coutumes et toutes ces règles sont en constantes évolution. Ca devient parfois un tel fouillis que les règles se contredisent et ne veulent parfois plus dire grand chose.

Il me semble que l’on remarque de plus en plus de mécontentement de masse. Il y a des sujets politiques de base qui émergent. Historiquement depuis la révolution industrielle. On observe la lutte des classes. La classe politique traditionnelle, c’est la gauche contre la droite, les ouvriers contre les patrons. Actuellement un parti comme les verts a de plus en plus la cote. Il apporte de nouvelles idées. Un intégration de l’homme dans son environnement et non une domination comme ça été le but depuis des décénies.

Dans le monde économique, il y a la classe des très riches qui le deviennent encore plus et qui jouent à faire fructifier des capitaux. C’est également le jeu de la bourse. Le but devient l’argent. L’argent n’est plus un outils d’échange. Cette dérive est soulignée et met en colère de plus en plus de monde.

Toutes les entreprises qui étaient le tissu économique local se font démanteler, délocaliser. On ne pense plus qu’à rentabiliser économiquement par les chiffres l’entreprise. On ne pense plus à son rôle social. A son rôle de but dans la vie des gens. Au rôle identitaire que l’entreprise donne à un lieu, une région une personne.

L’écologie et l’économie sont en mutation.

L’économie est de plus en plus lointaine des gens. L’économie est dirigée par une oligarchie.

Les structures politiques sont trop morcelées et plus en phase avec la taille du rayon de décision des gens. Pour qu’une personne soit concernée par un décision. Il faut que la décision la touche directement. Avec des structures inadaptées il y a un flou sur les responsabilités de chacun et tout le monde se lance la faute, tout le monde se fait des rivalités pour se sacrifier à offrir des meilleures condition à des multinationnales qui finalement décident de tout. En bref, nos structures politique n’ont plus le pouvoir qu’elle avaient, la démocratie s’étiole au profit d’une oligarchie déshumanisée issue des multi-nationnales.

Il y a un engouement de plus en plus grand de la part des consommateurs pour le commerce équitable, les produits bio, pour le commerce de proximité. C’est souvent un désire mais pas encore une généralité.

La société occidentale est de plus en plus une société de services économie terciaire. La suisse est célèbre pour ces banques et assurances. La majorité de la population suisse travail dans le terciaire, dans l’économie de l’information.

Tout le tissu économique est en train de basculer dans l’ère de l’information.

L’ère de l’information est la plus marquée dans l’informatique. C’est là que l’on observe les plus grands changement de paradigme. C’est dans le domaine de l’informatique que l’on observe les embryons de la société de demain.

L’informatique a débuté sur le principe de la industrie classique de consommation. D’abord à cause du couplage fort avec le matériel. Puis l’informatique est devenue surtout logicielle. Puis le mouvement opensource est arrivé et le code sources, est de plus en plus ouvert. Actuellement les gens qui orientent l’industrie informatique sont ceux qui détiennent les données. Les méthodes pour manipuler les données sont accessibles à tous mais pas les données elles même !

La liberté d’utilisation des données est certainement le prochain grand combat.

Nous avons actuellement d’immense conflit entre le grand public et les gens responsables des droits d’auteur. Le droit d’auteur et le principe de propriété sont des concepts ancrés au plus profond de notre société et actuellement avec la copie parfaite de l’information le droit d’auteur est mis à mal. Notre société basculant de plus en plus dans l’ère de l’information, les intérêts des gens sont du plus en plus uniquement de l’information. Donc facilement copiable. Les exemples les plus marquant sont les films et la musique.

Nous avons une masse grandissante de gens qui enfreignent le droit d’auteur en copiant illégalement des logiciel, de la musique, des films, etc.. La masse est tellement énorme que l’on ne peut pas contrer le mouvement. Lorsqu’une branche significative de la population enfreint une règle de base de la société dans laquelle cette population vit ça devient grave. Et ce n’est pas la population qui va changer. C’est la société !

Notre société est basée sur le capitalisme, sur la notion de gestion et d’échange de bien unique et rare. Le concept de propriété permet de lier un individu avec un bien. Lorsqu’un bien est top abondant, une méthode d’échange de rareté est inadaptée. C’est le principe de l’offre et de la demande. Lorsque l’offre est infinie que devient le calcul du prix par la méthode de l’offre et de la demande ??? C’est tout le problème. L’ère de l’information est une ère où tous les bien sont copiables à volonté. C’est une ère d’abondance. Mais pourquoi donc appliquer une gestion de rareté. Là est le principal problème de notre modèle économique.

Il y a donc de nombreuses règles de notre société qui ne sont appliquée plus que par habitude et non plus par utilité. Et comme dans tout processus d’évolution, les systèmes inadaptés à leur milieux sont voués à disparaître !

Exemples de révolution

  • Révolution française
  • Révolution industrielle
  • Révolutions russes
  • Téou

La révolution française

La révolution française est un soulèvement du peuple pour abolir les privilèges de la classe dirigeante qui ne fait rien mais qui profite de tout. Les valeurs amenées par cette révolution sont le fruit de réflexion de plusieurs grand penseurs. Le but était de faire table rase du passé. C’est là que les grands principes des droits de l’homme sont apparus. Cette révolution à fait boule de neige un peu partout dans le monde. C’est la fin du principe de la monarchie.

Cependant, paradoxalement cette révolution n’as pas marché directement, puisque moins de 10 ans après s’être débarrassé d’un roi la population française s’est couronnée un empereur !

En fait, c’est finalement cet empereur qui a refaçonner complètement le système politique. Système qui est d’ailleurs presque toujours le même depuis !

Et c’est seulement avec un système politique neuf que les idées de la révolution ont pu être utilisées.

la révolution industrielle

La révolution industrielle est une révolution qui marque le début de l’ère industrielle. C’est la révolution qui a lancé le coup d’envoi de la déshumanisation, auparavant les gens étaient en majorité des paysans et vivaient d’une manière ou d’une autre en lien avec la nature. Mais avec l’ère industrielle on a opéré un découplage entre la nature et le travail qui permet de vivre. Puis le bien de consommation est arrivé. C’est le début de l’ère qui est en train de s’achever maintenant en laissant la place à l’ère de l’information.

Les révolutions russes

La russie était au début du 20ème siècle la seule monarchie moyen âgeuse restante. Les effets de la révolution française ont mis du temps à venir jusque là. Plusieurs soulèvement ont eu lieu et finalement un de ceux là a renversé le tsar en février 1917. Les opposants politique ont été libérés des lointains goulags de sibérie. Et finalement ce sont une partie de ceux-ci qui arrivé en retard pour faire la révolutions ont été obligé d’organiser leur propre révolution en octobre. Il y a donc eu deux révolutions russes en 1917. La première était inattendue et les nouveaux dirigeants n’avaient pas d’idée précise de quoi faire… ils se sont donc facilement fait déborder par les gens qui avaient déjà réfléchi à la situation et qui avaient des idées !

Ensuite, la révolution a permis au pays de passer d’une société moyenne-ageuse à la deuxième puissance industrielle en 10 ans ! Mais le tout à mal fini à cause de la mort prématurée du leader et de son remplacement par un dictateur parano et avide de pouvoir qui a tout massacré !

Révolution du téou

Mais qu’est ce donc que ceci ??? C’est la révolution complètement inattendue du téléphone portable. Personne n’avais prédit si vite un changement si massif. C’est l’équipement en moins de 10 ans de plus de 96% de la population avec un téléphone portable. La communication est disponible à tout moment à tout endroit! Et ça peut paraître anodin, mais ça change pas mal de chose. Le monde est devenu tout d’un coup tout petit. Certaines parties du monde les plus reculées sont souvent passée d’un coup de pas de téléphone à tout le monde à un téléphone mobile.

C’est encore une révolution qui augmente le rayon d’action, la sphère d’influence et d’intérêt des gens. Le structures politiques paraissent alors encore plus petites.

Que changer

Pour effectuer des grands changements, il faut penser à redéfinir les valeurs de base de la société que l’on veux. Il faut également un but commun à tous, car il n’y a pas de vent favorable à qui ne sais où il va. Notre société actuelle n’as pas de but, elle est à la dérive.

Une des choses importante est le fait que chacun doit pouvoir avoir de l’influence sur les décisions qui le concerne directement. La démocratie est faite pour, mais les structures sont actuellement dépassées, inadaptées. Il faut donc les reconstruire à la bonne taille.

Le niveau politique est une chose, mais il y a également tous les besoins de base pour lesquels il faut garder sa propre souveraineté. La nourriture, le logement.

Il faut garder une production de base de notre nourriture. La suisse est un pays de locataires. C’est ennuyeux. Il est étrange de ce dire que l’on a même pas le droit d’être impliqué dans les décisions qui concerne son logement. Il n’est pas possible d’être responsable.

La responsabilité est quelque chose à laquelle il faut redonner un peu plus d’importance. Trop souvent la responsabilité est ventilée entre beaucoup de gens et lorsqu’il y a un problème, personne n’est responsable. Personne n’est personnellement impliqué. Alors qu’avec une entité formée de multiple responsabilité personnelle, chacun aurait à coeur de faire les chose bien pour sa propre bonne image.

Dans le cas du logement, le fait d’être propriétaire est quand même quelque chose de lourd par rapport au locataire. C’est parfois compliqué et très peu souple dans les possibilités.

Le modèle qui a le plus d’avenir est certainement la coopérative. Chacun prend une part de la coopérative et devient ainsi propriétaire de son logement, il a le droit de se faire entendre pour des décisions qui le concerne directement. Sachant que son logement lui appartient la personne qui habite une telle demeure saura qu’elle est responsable de son état, elle ne peut pas décharger sa responsabilité sur le propriétaire. L’avantage de la coopérative réside dans sa souplesse. Un propriétaire d’une part de la coopérative peut à tout moment décider qu’il n’en veux plus et il peut facilement se détacher de sa propriété, beaucoup plus facilement que s’il était vraiment propriétaire immobilier.

L’avantage global de ce système, c’est donc la flexibilité pour les sociétaires/locataires/propriétaires du logement. Tout en garantissant un bon entretient du bâtiment. L’argent alloué par les habitants à leur immeuble reste pour cet immeuble. Contrairement à un propriétaire d’un immeuble de 15 appartements qui pourrait ne faire que d’encaisser les loyers et de faire juste le minimum d’entretien pour que la maison ne tombe pas en ruine.

C’est le même principe que pour une entreprise qui est en bourse. Elle a des actionnaires externe à l’entreprise pour lesquels leur seul désir est que la part de dividende qui leur est accordée soit toujours la plus importante possible. Il se trouve que malheureusement ce sont également ces rentiers qui ont le pouvoir de décision dans l’entreprise. L’entreprise est donc pressée de toute part, d’un coté par ses clients et de l’autre par ses actionnaires. Le résultat de telles pressions ne peut être que mauvais. Une entreprise très performante qui fait plein de bénéfices ne devrait pas dilapider son argent en le donnant à des gens qui n’en ont pas besoin. (la plupart de l’argent qui est investi en bourse est de l’argent donc leur propriétaire n’ont pas directement besoin) C’est l’entreprise qui a besoin de cet argent pour devenir encore meilleure et se développer. En se développant elle permet à plein de gens de vivre et de ne pas avoir besoin de l’assistance public de l’Etat. Il faut donc renverser la tendance qui est actuellement à la privatisation et à la mise en bourse des entreprises pour enrichir (de pas beaucoup) les actionnaires et licencier les employer pour économiser ce que l’entreprise à perdu en le donnant aux actionnaires.

L’église traditionnelle perd de plus en plus de l’intérêt dans la population. Par contre les convictions et valeurs ne se démodent pas forcément. Il est donc temps également de penser à redéfinir les valeurs de base que nous voulons pour notre société, et comment les appliquer. Ainsi que le but de notre société.

Quelques idées en vrac

  • Nous somme à l’ère de l’information. Donc ce qui est important, c’est l’information. L’archivage, le tri, et la création d’information est donc important.
  • A l’ère de l’information, nous sommes dans une ère d’abondance tout ce qui a de la valeur peut être copié à l’infini. L’économie traditionnelle basée sur l’offre et la demande n’est donc plus utile.
  • Pour tout ce qui ne peut se copier à l’infini, grâce à l’information il est possible d’améliorer le partage de ressources.
  • Pour les biens physiques et donc rares qui s’échangent par un commerce sur l’offre et la demande, il est possible de mettre directement en rapport les acheteurs et vendeurs potentiels. Ainsi, on ne jette plus inutilement. On recycle les objets.
  • Pour la nourriture qui elle est bel et bien consommée, on pourrai croire que les mêmes règles ne sont pas applicables. Cependant, il n’est pas possible à un humain de manger plus qu’à sa faim. Nous ne sommes plus au temps des famines du moyen âge. Nous sommes au temps des problèmes d’obésité! Il y a donc assez de nourriture pour tout le monde, nous sommes également dans une ère d’abondance.
  • Dans le cas des transports, on en arrive au point où ce sont les embouteillages et les problèmes de parcage qui préoccupent les gens. Même plus le transport lui même ou le fait d’avoir un véhicule à disposition. Encore la sur abondance.
  • Lors des cas d’abondance il est possible de partager. D’utiliser les intérêts différents d’une même masse pour partager une même ressources à des moments différents.
  • la notion de propriété individuelle doit être changée en propriété collective avec un usufruit individuel garanti.
  • il faut convaincre les gens avec un bénéfice personnel d’utiliser un moyen qui arrange la communauté dans son entier.
  • les petites actions de chacun forment des effets d’émergence avec une grande action collective.
  • Il faut donner un sens à chaque démarche. Les démarches vide de sens deviennent des dogmes.
  • Tout évolue, tout change tout bouge. Il ne sert à rien d’imposer des règles fixes. Des règles variables contextualisées sont meilleures.
  • Une hiérarchie fractale est certainement un bon modèle pour définir n’importe quel effet d’émergence.
  • Il y a certainement un bonne piste à suivre sur le principe de faire des règles basées sur une hiérarchie fractale.
  • L’information est très souvent communiquée. Il faut donc éviter que celle-ci se déforme comme avec le téléphone arabe.
  • Le langage est le principal moyen d’échange d’information. Il faut donc faire attention à son langage. Les mots comme Toujours et Jamais sont dangereux, car tout bouge, tout change et rien est figé. Il n’est donc pas possible pour un humain de garantir une telle cohérence temporelle dans ces paroles et ses actes.
  • Faire attention aux sphères de compétence et d’action d’une personne. Il faut se rendre compte de ses propres responsabilités et de ce qui nous dépasse.
  • Faire de son mieux à chaque niveau, ça évite d’avoir des regrets, de culpabiliser.
  • Ne pas réagir à une attaque personnelle, ce n’est que le point de vue d’une autre personnes. C’est sa réalité. Pas LA réalité.
  • Ne pas faire de supposition. ça ne sert à rien de colporter un mauvaise information qui ne peut engendrer que des tensions, dissensions et malentendus. De même le fait d’utiliser le pronom impersonnel on est une généralisation abusive, c’est une supposition inexacte de l’avis d’autres personnes.
  • Le monde n’est pas manichéen, noir ou blanc. Les nuances de gris existent. Le bien et le mal ne sont que des notions relatives pour décrire ce qui sert ses propres intérêts ou ce qui va à l’encontre.
  • Use de tout n’abuse de rien. Ce sont les extrêmes qui sont dangereuses. En restant sur la voie du milieu il est possible de limiter les problèmes.
  • Interdire n’est pas une bonne chose. Les interdits frustrent et braquent les gens. L’attrait du mystère plane au dessus des interdits. Il vaut nettement mieux contrôler qu’interdire. Une zone ou un moment défouloir est souvent la bonne méthode pour canaliser un interdit. Ce qui marche encore mieux, c’est proposer une activité nettement mieux.
  • Pardonner et oublier. Tout le monde peut faire des fautes. Ca ne sert à rien de se braquer sur le passé. C’est l’avenir qui nous attend et tout est possible à ceux qui le veulent.
  • les gens aiment se comparer, ça crée de l’information. Il est plus facile de comparer quelque chose de relativement proche que de quelques chose de lointain.
  • flexibilité
  • proximité
  • responsabilité
  • partage des ressources vs propriété

Les méthodes d’application

  • La communication, à l’heure actuelle, n’est vraiment bonne que lorsque les gens sont physiquement face à face. C’est donc le moyen de communication à privilégier dans tous les cas.
  • Pour améliorer la communication entre des gens il faut leur faire vivre quelque chose ensemble. Le mieux est un défi. C’est une activité inhabituelle, donc chargée d’information. Et c’est seulement lorsque des gens auront suffisamment vécus d’expériences ensemble qu’ils commenceront à comprendre l’autre, et donc à bien communiquer avec. (c’est là la seule utilité que je vois à l’armée, le fait de vivre des expérience avec des gens de tous horizon.)
  • Une fois qu’une excellente communication est présente entre différentes personnes. Il est possible de les faire se séparer pour que chacune soit responsable de quelque chose de son côté. A ce moment là. Les synergies entre les gens se ferons encore.
  • éduquer les gens pour apprendre à construire. Pour apprendre à faire des projets et les mener jusqu’au bout. Le vandalisme, le plaisir de casser ce que les autres ont fait n’est pas une valeur!
  • Réaliser la démocratisation des entreprises. C’est donc supprimer la forme juridique d’une SA et toute forme d’actionnariat qui n’est qu’une technique de parasitage d’entreprise. Et favoriser de plus en plus la forme de coopérative. IL faut que les entreprises appartiennent aux personne concernée ou intéressée par l’entreprise elle même et non par ce qu’elle pourrait rapporter. La forme coopérative est en se sens, à mes yeux une des meilleures. Les revenu restent dans l’entreprise, seul les personnes qui veulent participer s’impliquent contrairement à une forme d’entreprise étatisée où tout le monde est mis à contribution peu importe son intérêt.
  • Abolir la nationalité. On est citoyens de là où l’on habite. Bref, on est prend les décisions qui nous concernent directement.
  • Faire un rééquilibrage d’échelle. Notre suisse fédérale à 3 niveaux est bien, mais les niveaux n’ont plus des tailles adaptées. Il est possible de garder 3 niveaux, mais d’opérer un décalage. On supprime le niveau communal, et on ajoute le niveau européen. Avec les moyens de communication actuel, c’est là la véritable dimension politique.
  • Le ré-échelonnage à pour effet de supprimer l’armée suisse pour la remplacer par une contribution à une armée européenne.
  • Si l’armée sous sa forme actuelle disparaît, il faut garder l’idée d’un regroupement de tout les jeunes du pays sous forme d’une sorte de service civil. Cependant, le service civil comme il est actuellement est trop individuel. Le but d’un regroupement de jeune et de vivre ensemble des expériences afin de souder des gens des 4 coins de notre pays.
  • Transport public gratuit pour tous. Sponsorisé par les impôts comme pour les routes. En complément avec un partage de ressources comme le carsharing de mobility cette solution permet la couverture totale du territoire.
  • Partage du temps de travail. La diminution de la durée du temps de travail permet de répartir mieux les richesses en diminuant le chômage et en améliorant la qualité de vie des gens.
  • Le partage du temps de travail permet également, aux parents, à droit égal, de s’occuper des enfants. Afin de les éduquer et de ne pas les laisser livré à eux mêmes où de les sur protéger le peux de temps que les parents les voient.
20 Jul 2006 : 07:41