Liste de réparateurs en suisse romande

Réparation

Appareils en tous genres

La Bonne Combine, Prilly                               Tél. 021  624 64 74                    www.labonnecombine.ch

Ecotechnic, Genève                                            Tél. 022 320 41 84                    www.ecotechnic.ch

ITI-Répart, Dominique Steiner, Arc-jurassien  Tél. 079 242 64 12

Ifixit.com   I Guide de réparations diverses                                                     www.ifixit.com

Repair’Café à  Neuchâtel                                                                                    www.repaircafeneuchatel.com

Christian Jelenkiewicz, Vevey                            Tél. 079 213 28 65

Réparateurs divers à Genève                                                                              www.ge-repare.ch

Réparateurs divers à Lausanne                                                                          www.lausanne-repare.ch

Electroménagers

Pierrot Ménager,  La Chaux-de-Fonds              Tél. 032 913 00 55

AC Cuisine Electroménager, Broc                     Tél. 079 396 72 06                    www.ac-cuisine-electromenager.ch

Ordinateurs en tous genres

Mussoft.ch,  Soulce / JU                                     Tél. 032 426 44 04                    www.mussoft.ch

Mega-Help,  La Chaux-de-Fonds                       Tél. 079 418 82 82                    

Itopie Informatique, Genève                            Tél. 022 557 63 70                    www.itopie.ch

iPhone, iPod, iPad

Macianer, St-Blaise                                           Tél. 032  511 51 02                    www.macianer.com

Microwest, Neuchâtel & Cortaillod                  Tél. 032 710 14 90                     www.microwest.ch

Speed Réparation, Val-de-Travers /NE             Tél. 079 616 22 06                     www.facebook.com/SpeedReparationCouvet/

SOS-smartphone,  Echallens                            Tél. 078  600 83 94                    www.sos-smartphone.ch

Reparemac,  Lausanne                                      Tél. 021 544 72 06                     www.reparemac.ch

PodSpital, Genève                                              Tél. 0900 767 763                      www.podspital.ch

Machines & Outils

Jenny Sàrl, Cernier / NE                                     Tél. 032 724 47 27                     www.jennysarl.ch

TV

Dubois TV, La Chaux-de-Fonds                          Tél. 032 968 21 40

Vélos

Le Black Office, Neuchâtel                                                                                   www.leblackoffice.ch

Tous à vélo, Neuchâtel                                        Tél. 076 512 67 07                    www.tousavelo.ch

Péclôt 13,  Genève                                               Tél. 022 740 37 89                     www.peclot13.ch

Meubles

Réfection de meubles, Môtier (Vully)               Tél.  079 378 29 60

Sauver les meubles, La Chaux-de-Fonds          Tél.  079 248 72 20                   www.sauverlesmeubles.ch

Vêtements

Sibylla Couture, La Chaux-de-Fonds                 Tél.  032 968 14 46                   www.sibyllacouture.ch

Cours de réparation

Réparer un objet est parfois plus simple que l’on croit.  Pour vous permettre de vous en rendre compte et devenir de grands réparateurs, voici des cours à votre disposition (appareils en tous genre ou vélos).

Laurent Villoz, St-Imier                                      Tel.  078 72 72 311                   

Tous à vélo, Neuchâtel                                        Tel. 076 512 67 07                     www.tousavelo.ch

Recharge de cartouches d’encre

Ink Express, rue des Moulins 51,  Neuchâtel     Tél.  032 721 40 25                   www.inkexpress.ch

Cartouche Lausanne,  Bd de Grancy 44             Tél.  021 617 01 07                    www.cartouchelausanne.com

Location sur internet

E-syrent I Site de location entre particuliers                                                       www.e-syrent.ch

Kidicool.ch  I Les vêtements de votre enfant en location !                                   www.kidicool.ch

Seconde main

Matériel informatique

Vendre.ch Tél.  0848 310 320                     www.vendre.ch

Réalise,  Genève                                                     Tél.  022 308 60 10                    www.realise.ch

Itopie Informatique, Genève                                Tél. 022 557 63 70                     www.itopie.ch

Articles & habits pour enfants

Le Petit Coffre à Trésor,  Grandson                                                                         www.coffre-a-tresor.com

Meubles remis au goût du jour

L’Atelier des Miss,  Vallorbe                                                                                      www.latelierdesmiss.blogspot.ch

Sauver les meubles, La Chaux-de-Fonds           Tél.  079 248 72 20                   www.sauverlesmeubles.ch

Matériaux de construction

Vous devez rénover une partie de votre habitation ou avez le projet de construire … avez-vous déjà pensé à la bourse Suisse de récupération de matériaux de construction ?

Bourse Suisse de récupération de matériaux de construction                              www.bauteilclick.ch ou   www.salza.ch

Vélos

Tous à vélo, Neuchâtel                                         Tél. 076 512 67 07                       www.tousavelo.ch

Péclôt 13,  Genève                                                 Tél. 022 740 37 89                       www.peclot13.ch

Articles divers

Emmaüs,  La Chaux-de-Fonds                              Tél.  032  968 42 02                     www.emmaus-ne.ch

Marchés gratuits

Gratiferia, Neuchâtel  www.facebook.com/AedNeuchatel

Gratiferia, Delémont             http://gratiferiajura.wordpress.com/

Gratiferia, La Chaux-de-Fonds  www.facebook.com/La Chaux-de-Fonds

Espace quartier le 99, Genève  I mercredi après-midi                                             www.ville-geneve.ch/plan-ville/99-espace-quartier/

Marchés gratuits sur internet

Donnez les objets dont vous n’avez plus l’usage ou trouvé ce qu’il vous faut sans rien débourser !

Partage d’objets entre voisins

Indiquez sur votre boites aux lettres les objets que vous désirez partager avec vos voisins !

www.pumpipumpe.ch

Système d’échanges local  (SEL)

Avez-vous déjà pensé au SEL qui organise de manière conviviale des échanges de services, de compétences et de biens ?

www.sel-suisse.ch/

Un autre système d’échange par internet vient également de voir le jour.  L’offre est très limitée pour l’instant mais ne demande qu’à croître … A vous de jouer !

www.échanger.ch

Liste reprise du site lachaussurouge.ch qui a migré à l’international sur lachaussurerouge.net…  qui ne peut plus accueillir une liste aussi locale… Donc elle est sauvegardée ici. (En fait, elle existe toujours, mais n’est plus référencée dans les menus…. Donc voici le lien vers les réparateurs en Suisse romande sur lachaussure rouge…)

Quelle est la véritable définition du franc suisse

Probablement que tu ne sais pas vraiment ce qu’est le franc suisse !

Même si tu l’utilise régulièrement….

Est-ce que tu sais ce qu’est un moyen de paiement ayant cours légal ?

… est-ce que tu sais que 90% de la monnaie qu’on utilise en suisse, n’est pas un moyen de paiment légal ?

Bon… regarde ma vidéo… tu comprendras mieux cette terrible vérité....   et ainsi tu comprendras pourquoi il y a des gens veulent changer de système monétaire !

La Loi sur l’Unité Monétaire et les moyens de Paiement (LUMMP)nous dit que l’unité de monnaie est le franc et que les moyens de paiement légaux sont :

  • les espèces métalliques émises par la Confédération => les pièces
  • les billets de banque émis par la Banque nationale suisse
  • les avoirs à vue en francs auprès de la Banque nationale suisse => accessibles uniquement pour les institutions financières.

Où est passée la monnaie sur mon compte Postfinance ? UBS ? Crédit Suisse ? Raiffeisen ? Banque Alternative ? Banque cantonale ? etc..

Et bien ce n’est PAS du franc suisse !!!
C’est une dette de la banque envers son client qui est libellée en CHF, qui utilise comme unité le franc suisse.

Techniquement le Conseil fédéral appelle ceci des « substituts monétaires ».
(voir Interpellation 12.3305)

Ce sont des monnaies privées. Un avoir sur un compte à l’UBS n’a pas plus de valeur que des points cumulus de la Migros !

C’est quelque chose de très important à comprendre. Il y a plusieurs types de monnaies, elles sont émises avec des méthodes différentes et ont un statut différent.

La monnaie scripturale des banques commerciales est créée en grande partie par le crédit bancaire, et pour le reste lorsque les banques achètent des biens et services ou payent des salaires.

Il n’existe pas de franc suisse ayant cours légal en monnaie scripturale qui soit accessible au grand public !

C’est pour cette raison que le collectif d’actionnaires de la BNS:  AAA+ a fait une proposiition à l’AG de la BNS en 2016:
« Pour que chaque citoyen suisse qui le demande puisse disposer d’un compte de virement à la BNS ».

… mais cette proposition a été balyée ! Censurée par le conseil de banque qui pense que cette proposition n’est pas de la compétence de l’AG de la BNS.

Ainsi une autre méthode pour réaliser la même chose. Soit avoir une monnaie qui existe vraiment. Une monnaie qui est couverte à 100% par de la monnaie légale. C’est d’accepter l’initiative Monnaie Pleine.

Définition du franc suisse CHF, monnaie pleine

Cet article se trouve aussi sur le site du collectif AAA+ : « Quelle est la définition du franc suisse CHF ?« 

Statut des monnaies complémentaires locales en suisse

Ces temps, on voit fleurir les monnaies locales complémentaires. Surtout depuis le film Demain qui les a présentée à un large public.

Mais quel est vraiment le statut de ces monnaies ?

Il m’est arrivé quelques fois d’avoir des gens qui demandaient « Mais à qui il faut demander pour avoir le droit de créer une monnaie locale ? pour imprimer sa propre monnaie ?« 

J’ai fait quelques recherches et voici des réponses adaptées à la Suisse. (pour la France, voici un guide des Monnaies Locales et Complémentaires)

Depuis la votation de 1891 du même genre que celle de monnaie pleine qui arrivera tout bientôt (mais à propos de la monnaies scripturale). Le peuple suisse a décidé que la confédération a le monopole de l’émission des billets de banques.

(La feuille officielle de 1891)

Art 99 al1 de la constitution suisse:

« le droit de battre monnaie et celui d’émettre des billets de banque appartiennent exclusivement à la Confédération.« 

Avant l’adoption de cet article chaque banque émettait ses propres billets. Depuis 1891, seule la BNS émets des billets de banques

Toute la question est de savoir maintenant ce qui est un billet de banque ?

Pour le moment les monnaies locales complémentaires ne sont pas vues comme une menace, donc tant qu’elles sont marginales on les considères comme des bons d’achats plutôt que comme des monnaies.

C’est ce que rappelle le dossier de la RTS sur le sujet:

https://www.rts.ch/info/economie/7817502-leman-farinet-a-quoi-servent-les-monnaies-locales-.html#story-anchor-Que+dit+la+loi%3F

En effet, il y a de nombreux magasins qui font des bons cadeau… Avec les Monnaies locales et complémentaires, c’est un bon cadeau qui est valable dans quelques magasins (environ 9000 pour les chèques Reka)

Il y a pour 400 millions de CHF de chèques Reka en circulation donc le léman et le Farinet ont encore de la marge avant d’avoir des soucis.

Donc à priori pour se lancer dans la création de monnaie locale, il n’y a besoin d’aucune autorisation. On peut imprimer ses propres billets tant que l’on est pas trop gros.

Il faut aussi dire que vu que la plupart de ces monnaies locales  sont « nanties » sur le CHF, on ne change rien au système monétaire. Donc la BNS ne s’inquiète pas.

Pour ce qui est de la monnaie scripturale, comme le dit le conseil fédéral:

« La croissance des substituts monétaires est laissée à la libre appréciation des marchés, conformément à la conception du secteur privé ancrée dans la Constitution. « 

En bref: c’est un business comme un autre de fabriquer de la monnaie et de tenter de la vendre aux autres….
(mais là à partir d’une certaine taille, il faut avoir une licence bancaire pour respecter quelques règles)

En bref, tant qu’on est pas trop gros, en Suisse on fait ce que l’on veut pour créer des monnaies.

La Suisse n’est pas le pays des banques pour rien !

Monnaie locale « nantie » sur la monnaie officielle

Les monnaies locales complémentaires sont très souvent nanties sur la monnaie officielle CHF ou € (même les deux pour le léman !)

C’est à dire que pour avoir des unités d’une nouvelles monnaie locale les gens convertissent leur monnaie officielle dans la nouvelle monnaie.

Ainsi on double la masse monétaire globale, à partir d’un billet de CHF 10.- on peut avoir un billet de 10 léman..  et l’association du Léman empoche le billet de CHF 10.-

Ainsi, il y a effectivement un doublement de la masse monétaire globale. Ce qui peut être très intéressant pour financer des projets, ça c’est déjà eu vu ans des projets, notamment pour la construction d’une école au Brésil (todo: retrouver la source). Les dons récoltés sont converti en monnaie locale avec laquelle on finance tout ce qui est possible, surtout les services. Les travailleurs sont payés en monnaie locale et ils peuvent acheter de quoi vivre dans les commerces locaux.

La confiance en cette nouvelle monnaie est au maximum, sachant qu’elle est adossée aux dons qui existent vraiment dans une monnaie plus internationale.

Pour tout ce qu’il n’est pas possible d’avoir localement, le fond de la récolte de don pour construire l’école est utilisé. Dans une économie globalisée, on a beaucoup de choses qui ne se trouvent que loin de chez soi !

Avec ce principe, en créant une monnaie locale, on voit donc qu’il a été possible de multiplier la masse monétaire et ainsi de de diminuer la rareté de ce qui était le plus rare… la monnaie ! (le reste n’était pas rare.. les travailleurs !)

Mais en Suisse, la plupart des monnaies que je connais pratiquent le « nantissement » et n’utilisent pas la monnaie officielle qui couvre leur monnaie locale.

Où passe cette monnaie ?  Voici la réponse pour la monnaie Léman:

« Les francs « nantis » sont placés sur un compte à la Banque Alternative Suisse, pour être utilisés de manière responsable et en adéquation avec la Charte du Léman. »

Il en va de même avec le Farinet.

La banque alternative est souvent choisie pour faire des placements « responsables », car la BAS a des placements nettement plus éthique que d’autres banques.

Mais c’est un peu un leurre à mon avis. Le fait de placer cette monnaie sur un compte en banque n’assure pas que cet argent soit utilisé !

En effet, c’est un peu la croyance fortement ancrée que le boulot d’une banque commerciale c’est de prêter la monnaie des épargnants aux gens qui demandent des prêts.

Ça c’est le boulot des « banques privées », un type de banques très praticulier dont il n’en reste plus que 6 en suisse. Des banques qui sont en fait des gestionnaire de fortunes, mais qui ne créent pas de monnaie.

Les banques commerciales, Banque Alternative comprise, quand quelqu’un vient demander un crédit chez eux, créent la monnaie à partir de rien pour la mettre sur le compte du demandeur de crédit.

Ainsi il n’y a nullement besoin d’avoir des fonds à prêter pour faire des crédits. L’épargne bancaire classique est une épargne morte. Voir la théorie ici.. Je ne sais pas sur quel type de compte est placé la monnaie des MLC… mais si ce n’est pas un fond de placement, cette monnaie ne sera pas utilisée, juste parquée.

La plupart des Léman (si ce n’est l’intégralité je n’ai pas le détail) sont nantis à partir de liquide, soit de CHF ayant court légal. (si on se limite aux léman CHF et pas €)

On converti un CHF bien réel et plein à 100% (selon le langage monnaie pleine) car c’est un moyen de paiement ayant cours légal selon la Loi sur l’unité monétaire et les moyens de paiements. LUMMP, en une dette d’une banque envers son client.

Donc ici, cette monnaie est morte, elle ne circulera plus… elle est parquée en attendant qu’on la ressorte. Hormis, pour quelques ratio obligatoire (2.5%) et prudentiel (8% de fonds propres), la banque n’a pas besoin d’avoir de la monnaie pour en créer.

Donc il est faux de croire qu’en mettant de la monnaie sur un compte on va aider d’autre gens qui pourront l’utiliser pour des projets. Ça ne change strictement rien.

Si on veut faire des projets, le mieux est de les faire soi-même. Sinon on ne fait que parquer ce magnifique potentiel.

Alors que faire  de cette monnaie officielle qui garanti la monnaie locale ?

Si l’on considère qu’il y a actuellement 100 000.- Léman en circulation… (ce qui est juste dans l’ordre de grandeur)

On peut ainsi estimer que l’on pourrait financer une centrale solaire qui produit 50 000 kWh / an…  (15 ménages) Basé sur les estimations des chiffres de cette coopérative solaire neuchâteloise en recherche de fonds…

A mon avis, une monnaie locale est un excellent moyen de financer la transition énergétique, on sait que c’est rentable sur le long terme (30 ans), mais que ce qu’il manque le plus, c’est toujours des liquidités.

Une installation solaire fourni de l’énergie pendant 30 ans, mais tout doit être acheté d’un coup. Contrairement au pétrole où l’on peut acheter par petite dose….

Ainsi, comme on l’a vu plus haut, la monnaie est un bon moyen de multiplier la monnaie disponible. C’est donc parfait pour avoir les liquidités des projets de transition énergétique.

Conclusion, le but n’est pas d’être parfait du premier coup, sinon on ne fait rien, mais c’est d’être perfectible. (sinon on se fige)

Ainsi, j’admire les initiatives qui ont été faites pour lancer des monnaies locales, mais souvent c’est trop peu, pour vraiment avoir un impact global. Le jeu de la monnaie que j’organise régulièrement nous montre bien ça. Une monnaie locale complémentaire, ne change rien au système monétaire. Par contre elle peut avoir des effets pour aider les gens à consommer local, alternatif…  mais ça ne donne aucun avantage par rapport à choisir de consommer local, mais en monnaie officielle !

Donc voilà, je lance quelques pistes pour aider à améliorer ces projets qui ont déjà le mérite d’exister 🙂

Redémarrer la Suisse

En 1983 l’auteur Suisse alémanique P.M. publiait BOLO’BOLO, un esssai d’écologie politique, sous une approche assez ouverte, concrète et hors du commun, considérée par certains comme d’influence anarchiste.

 

Bolo urbain suisse800.gif
Par « P.M.« . — http://www.lyber-eclat.net/lyber/bolo/images/urbain_suisse800.gif, CC BY-SA 3.0, Lien

 

Dans sa préface à l’édition de 2013, il explique. : « … un bolo étant un autre mot pour une relation de « voisinage » culturellement améliorée ».

Le projet bolo’bolo a évolué ces dernières années… maintenant ça a donné.. « Redémarrer la suisse« .

Redémarrer la suisse

Depuis 2010, l’association Redémarrer la Suisse anime le débat, comment les villes et les quartiers peuvent retrouver une qualité de vie basée sur le partage et les échanges, l’alimentation de proximité et l’écologie.

Cet été, j’ai lu le livre « Redémarrer la suisse ». Ce livre à pour vocation de répondre à de nombreuses questions de l’organisation de la Suisse post-pétrole:

Comment allons-nous vivre quand il n’y aura plus de pétrole ? Il est préférable de se préparer à cette réalité quand il est encore possible de l’envisager sereinement et de se préparer à l’ère post-fossile. Diminuer le transport des marchandises, repenser la vie locale et régionale, en se centrant sur la communauté de voisinage et l’agriculture de proximité : autant de pistes explorées par Redémarrer la suisse pour atteindre une société à 1000 watts.

Voici le livre en pdf
=> http://www.apres-ge.ch/sites/test.intranetgestion.com/files/Redemarrer_la_Suisse.pdf

Imaginer ce que l’on veut comme avenir

Ce qui m’a attiré dans cette démarche, c’est de réfléchir au monde dans lequel on a envie de vivre. Voilà un exercice qui vise à montrer une possibilité. J’ai été aussi très intéressé par la vision de différents niveaux de zone de vie:

En tenant compte d’une exploitation des ressources respectueuse de l’environnement et eu égard aux différents modes d’organisation possibles, un budget global peut se construire autour de six modules de gestion sociale:

  1. Des voisinages comptant environ 500 personnes associés à des exploitations agricoles d’environ 80 ha ; LMO (Life Maintenance Organisation = organisation de maintien de la vie).
  2. Des quartiers coopératifs et des petites villes d’environ 10 000 à 50 000 personnes ;
    CA (Communal Area = commune de base).
  3. Des régions agro-urbaines de 100000 à quelques millions d’habitants (ville et ses environs ; Zurich ou Shanghai) ; AUR (Agro-Urban Region = région agro-urbaine).
  4. Des territoires autonomes de 5 à 10 millions d’habitants et d’une surface d’environ 50 000 km2 pour les industries et les réseaux de transport régionaux ; AT (Autonomous Territory = territoires autonomes).
  5. Des zones de coopération sous-continentales pour l’industrie, la recherche, les transports, par ex. l’Amérique du Nord, l’Europe, l’Inde/le Pakistan; SN (Subcontinental Networks = réseaux souscontinentaux).
  6. Une organisation planétaire pour la répartition des ressources, de l’aide en cas de catastrophes, etc.;
    PO (Planetary Organisation = organisation planétaire).

La société à 1000 watts

En ce qui concerne la vision énergétique, je crois qu’il y a là des réflexions intéressantes (extrait de la p.69):

Si nous voulons vivre dans un environnement durable, notre objectif doit être la société à 1000 watts.

Tout d’abord, vivre avec 1000 watts signifie vivre sans voiture privée, sans voyage en avion et sans appareils électroménagers privés.

Ce qui ne veut pas dire qu’on n’aura pas accès à ces derniers: il sera possible de les emprunter. La mobilité sera réduite à l’équivalent de 9,34 kilomètres par personne en train et par jour, un voyage en Europe de 2000 km et un voyage outremer en bateau de 12 000 kilomètres par an. Chacun peut se promener et faire du vélo autant qu’il le souhaite.

Les repas proviennent de la cuisine centrale et sont uniquement réalisés à base de légumes de saison provenant de la région et de peu de viande (18 kg par personne et par an).

Les vêtements et les meubles proviennent de dépôts de seconde main,

tout est lavé dans une blanchisserie centrale, avec une consommation de seulement 70 litres d’eau par jour (la moyenne suisse actuelle est de 160 litres, sans compter la consommation industrielle). Un journal suffit pour dix habitants. Chacun dispose d’une vingtaine de mètres carrés de logement privé dans un bâtiment compact bénéficiant de toutes les technologies écologiques. De cette façon, chaque citoyen à 1000 watts génère une nuisance environnementale de 26 729 nano points et une consommation d’énergie de 17,5 térajoules par an: les deux chiffres étant environ cinq fois plus faibles que la moyenne suisse actuelle. La consommation d’énergie constante correspond à 1008 watts par personne. Voilà pour la bonne nouvelle.

Pour tous ceux qui estiment que cet avenir est trop sombre, rappelons leur qu’aujourd’hui déjà, une Éthiopienne s’en sort avec seulement 100 watts par jour.

J’ai trouvé intéressant l’idée de partage des ressources et de la mises en commun des appareils dans un quartier. Ça fait un moment que j’imagine le projet de lancer des « outils-thèques » de quartiers. Je pense que le Fab-lab est un bon modèles pour démarrer et implanter des ateliers ouverts à tous dans tous les quartiers.

Pas besoin d’avoir tous une perçeuse pour les 7 trous annuels qui sont fait dans un ménage. (il me semble bien avoir vu une fois une statisique qui parlait des 7 trous qu’une perçeuse fait par année… à moins que ce soit dans sa vie !! )

Le projet pumpi-pumpe est déjà une belle concrétisation du partage entre voisins d’objets que l’on utilise rarement.

Un retour à la vie un peu plus communautaire, sans pour autant supprimer l’intimité d’un bon petit chez-soi me semble une piste intéressante. Ça va également de concert avec une relocalisation de l’économie et de la vie en général.

extrait p73:

Un microcentre avec son stock d’aliments intégrerait idéalement au même endroit un restaurant (également pour les manifestations ou comme cantine interne), un bar, des services de confort (blanchisserie, vêtements, réparations, soins corporels), des services d’information (bureau de poste, médiathèque, panneaux d’affichage, ordinateurs), un four, l’administration, une pension ou des chambres d’hôtes. Il ne s’agit pas d’un centre de quartier, mais d’un espace semi-public qui fait la jonction entre la vie intime et la vie sociale.

Aujourd’hui, une personne occupe près de 50 m2 de surface habitable. À Zurich, par exemple, 23% des appartements de quatre pièces sont habités par une personne seule.

On y retrouve certains projet de coopérative d’habitation qui ont des espaces de vie en communs. Les collocations sont de plus en plus nombreuses. On va dans ce sens.

Le côté obscure de ce Redémarrage de la Suisse

J’ai bien aimé de nombreux aspects de ce livre, de cette vison du monde et d’autres m’ont vraiment fait peur.
Je suis finalement mitigé sur le bilan total.
En tout cas le projet tel qul.. je ne suis pas pour.

L’urbanisme me parait intéressant, les réflexions énergétiques aussi… mais il y a un embryon de dictatures militaire dans le projet… c’est ça qui me fait peur !

Je m’explique.

Imposer sa vision du monde par des théroapies sociomilitaires !

L’auteur prétend que notre démocratie suisse a été imposée par Napoléon… (ce qui n’est pas totalement faux)…. et donc que l’on peut aller imposer la démocratie partout… même par la force ! … c’est pour leur bien !
=> ça je suis totalement contre ! …. cet auteur n’a visiblement jamais entendu parlé de la notion d’évolution des consciences. On n’impose pas un changement de vision du monde, de consciences !

Même si ça parait louable d’amener la démocratie partout. C’est souvent sous ce prétexte que des guerres d’invasion ont eu lieu. Qui peut juger de savoir si un régime doit être renversé par la force où non ?

Ça me semble juste une source de conflit interminable et non un bienfait pour l’humanité.

extrait de la p122:

Napoléon avait ordonné des assemblées primaires de mille hommes qui élisaient des délégués qui siégeaient à l’assemblée supérieure, etc. C’est ainsi qu’au final est née la démocratie «suisse».

Le fait que la nouvelle République, ostensiblement dirigée contre les mafias familiales régnantes, ait pris le nom d’une obscure tribu celte appelée les Helvètes, illustre l’ironie de toute cette opération. L’origine illégitime et violente de ses institutions démocratiques n’a pas empêché la Suisse de les conserver – plus ou moins – et encore moins d’en être fière.

(…)

Le territoire «Suisse» doit au monde, en plus de ses efforts diplomatiques, une participation à de telles interventions : elles sont le dernier (et non le premier) moyen de guérison, des «thérapies sociomilitaires», même si cette déclaration peut sembler euphémique, voire cynique.

Tous les habitants doivent devenir des universitaires

Dans le domaines scolaire aussi il y a des positions dans lesquelles je ne me retrouve pas.

Il y a une envie de centralisation et de formatage des pensées qui me dérange.
Donc dans un sens, dans le côté urbanistique du projet, les différents niveaux doivent être autonome et décider de leur destinées… et de l’autre on a le droit d’imposer sa vision du monde à ses voisins et il faut centraliser de nombreux services et décision à l’échelle de la suisse.

Là… il me semble y avoir des incompatibilités….

extrait de la p. 107, 108 à propos de l’Académie territoriale:

Si nous voulons redémarrer la Suisse, une action d’envergure dans le domaine de l’éducation est indispensable. C’est là qu’il faudra investir les sommes économisées dans les départements de la police, de l’armée, de l’administration fiscale, etc.

Si l’accès de chacun à l’ensemble des réalisations scientifiques et culturelles nous tient vraiment à cœur, tous les habitants du territoire devront devenir des «universitaires».

(…)

À l’âge de six ans (ou en fonction de la maturité scolaire), tous les enfants entrent dans cette Académie. Avant cela, ils sont accueillis dans un jardin d’enfants. Tous les enseignants, de l’école primaire à l’université, sont employés par le territoire. Ils sont ainsi à l’abri de toute tentative d’influence ou même de corruption. Ils peuvent enseigner à différents niveaux et de façon plus mobile. Tous les programmes d’études peuvent être harmonisés de sorte à écarter les doublons.

Ce système exclut le soi-disant choix de l’école, qui n’a de liberté que celle qu’on peut se permettre financièrement.

Quand pourra-t-on à nouveau donner un enseignement digne de ce nom en sixième plutôt que de préparer la course aux lycées? Et l’enseignement précoce de l’allemand, de l’anglais, du chinois est-il vraiment nécessaire?

p108

Toutes les écoles doivent devenir «alternatives». Ce qui a fait ses preuves dans de nombreuses écoles alternatives doit être appliqué dans les écoles publiques.

Les écoles primaires font partie intégrante du centre de quartier ou de commune de base.

Le principe pédagogique de base vise à «encourager plutôt que sélectionner»

Ensuite, tous les élèves entrent dans un Gymnasium Helveticum, qui dure six ans.

extrait p.112:

En Suisse, seuls 20% des jeunes terminent leurs études avec un baccalauréat, alors que dans d’autres pays – en Finlande, c’est 95%, et en France, 80% –, c’est le cas de la presque totalité de la jeunesse. Au lieu d’envoyer tous les enfants dans la «bonne école», le lycée, nous les répartissons dans une myriade de collèges, d’écoles techniques, d’écoles moyennes, d’écoles secondaires, d’écoles régionales, d’écoles professionnelles et d’écoles de maturité professionnelle, etc.

Nous faisons le tri et produisons de nombreux drames sociaux et psychologiques.

Personnellement, j’ai droit l’impression du contraire. Les drames psychologiques c’est de forcer tout le monde à suivre une voie accadémique. On voit bien que c’est un universitaire qui a écrit ce livre ! … et comme il trouve que c’est la meilleure voie il veut l’imposer à tout le monde !

Il me semble également que le bac français n’est pas franchement très réputé. Si justement tout le monde l’a… c’est peut être que c’est un bac au rabais. Un nivellement par le bas ?

Il y a réellement des gens qui sont très scolaire et d’autres pas du tout. Est-ce que c’est vraiment la bonne solution de le mettre ensemble ? C’est louable de vouloir le meilleur pour tous. Mais est-ce que l’enseigment académique est vraiment le meilleur ?

Personnellement, je privilégie une toute autre forme d’enseignement basée sur les petites groupes qui expérimentent. Sur l’envie de créer un projet, qui débouche sur l’apprentissage de tout ce qu’il est nécessaire de savoir (et de pratiquer) pour arriver à concrétiser son projet. C’est nettement plus motivant qu’un cours ex-cathédra n’abordant que de la théorie.

Le système actuel, est certes peut être complexe. Mais il permet à tout le monde de suivre sa voie à son rythme, avec sa méthode. Il est possible à une personne ayant emprunté la voie de l’apprentissage, d’ensuite faire une maturité et de rejoindre des hautes écoles. Notre monde actuel est fractal, complexe. Le système d’étude est justement le reflet de ce monde fractal. Ce n’est pas en forçant tout le monde a être universitaire, à forcer le monde à être simple qu’il va le devenir.

Mais l’auteur ne semble pas comprendre ceci:

extrait de la p114:

L’argument selon lequel on peut, aujourd’hui déjà, entrer dans une haute école spécialisée avec une maturité professionnelle est en vérité un argument qui va à l’encontre du système dual, puisqu’il fait croire qu’un détour est un avantage.

Certes, les écoles de maturité professionnelle actuelles sont en partie excellentes et les titulaires d’une maturité professionnelle sont souvent plus matures que des lycéens du même âge. Mais pourquoi faire ce détour?

Pour s’adapter à la maturité de chacun, à des vocations plus tardive que d’autres. A un rythme personnel ?

Tous égaux… tous semblables… communisme 2.0 ?

L’auteur semble aimer le nivellement, tuer la diversité. En tout cas, c’est ce qu’il me semble comprendre de sa vision après être passée au formatage de l’uni:

extrait p.117:

Les diplômes universitaires n’existeront plus puisque chacun en aura un: le «master». Et il pourra s’agir d’un master en gestion, en polymécanique, en langue anglaise, en médecine, en couture, en tactique d’infanterie, en théologie ou en boulangerie. Comme c’est le «service général» – c’est à dire le peuple – qui finance tout l’enseignement, il n’y a aucune raison pour que toutes ces professions n’aient pas aussi le même salaire.

Un engagement extraordinaire peut encore et toujours se voir récompensé en sus.

Bon, vous l’aurez compris, votre « master en tactique d’infanterie » ne vous fera pas gagner plus d’argent qu’un « master en boulangerie ».… sauf si vous avez un engagement extraordinaire…..  une petit guerre pour imposer la démocratie aux voisins ?

Un livre inspirant: toi aussi imagine ton futur préféré et montre le nous

Voilà pour mes réflexions après avoir lu ce livre.

Je le trouve très.. surprenant. J’ai de la peine à voir un tout cohérent. Il y a des idées intéressantes, mais j’ai de la peine à m’enthousiasmer pour le projet global.

J’ai pourtant beaucoup entendu de bien sur « redémarrer la suisse« . Mais je me demande combien de personnes ont vraiment lu le livre dans sont intégralité ?

J’ai trouvé très peu de compte rendu, de critique.

Bref.. ça me motive à moi aussi écrire ma version de Redémarrer la Suisse. 🙂

Dans ma vision des choses, il y aura quelques principes de cellule organique de base qui s’auto-organisent, rien de centralisé. De la permaculture. On va aussi faire attention au type de code monétaire utilisé. (ma prréférence un Système Monétaire Equilibré) Dans redémarrer la Suisse, très peu de chose est dit à propos de la monnaie. On sait juste que: « La solution n’est donc pas la création de monnaies alternatives, mais bien la création de cycles alternatifs pour l’utilisation des ressources sociales.  » (p. 60)

Le but est une démonétisation de la société, en utilisant beaucoup le service civil, mais en même temps on nous parle de banque qui peuvent octroyer des crédits… mais seulement avec l’aval démocratique et sur la base de critères d’utilités, de faisabilité, d’impact environnemental, et de contribution au bonheur de la société. (p. 59)

Bref… c’est un peu comme maintenant quand un législatif (qui a déjà ses critères dans les rapports) se voit obliger d’accepter une demande de crédit pour rembourser un autre crédit…. J’ai pas l’impression que ça change grand chose.

Là il y a fondamentalement du ménage à faire. Peut être que l’association redémarrer la suisse devrait participer à un jeu de la monnaie ?

Pour conclure, j’encourage tout le monde à lire ce livre. Ici j’en ai fait qu’une description très très brève. J’ai surtout mis en évidence ce qui m’a fait tiquer, voir sauter au plafond !. Mais il y a encore de nombreuses idées dont je n’ai pas parlées qui mérite d’être connues.

Peut être que j’ai mal interprété les propos de l’auteur de ce livre ?

Dans tous les cas je trouve sain que tout le monde puisse se faire son propre avis. Mais également que tout le monde soit inspiré par cette excellente démarche que d’être pro-actif et transmettre sa vision d’un futur souhaitable plutôt que de taper sur ceux qui agissent (un peu ce que je fais là ? 😛 .. mais il me semble que je ne fais pas que ça… ce site comporte plus de 600 pages de réflexion en tous genres… )

Financement des partis politiques suisses

Financement des partis politiques suisses

Dans la belle démocratie suisse, le financement des partis politiques en Suisse est un tabou. Mais il y a quand même des grands principes que l’on connait.

Les partis de gauche se financent via les cotisations de leurs membres, puis quand ils ont des élus par une rétrocession d’une partie des jetons de présence des élus. (voir des salaires pour les élus professionnels)

Les partis de droites se financent beaucoup par les entreprises.

L’UDC est connu pour avoir à sa tête des milliardaires qui financent une bonne partie de ses besoins.

Les banques financent les partis de droite (surtout PLR et PDC)

Selon le sondage réalisé par Actares sur le financement des partis en Suisse: « Pour 2012, deux sociétés font état de sommes plutôt élevées. Credit Suisse et UBS mettent chacune un million de francs par an à disposition de l’ensemble des partis« 

http://www.actares.ch/download/131013_ACTARES_Financement_Politique_2011-12.pdf

En 2007 UBS ne voulait pas donner de chiffres mais précisait: « UBS soutient des partis qui s’engagent pour l’économie de marché et un environnement favorable à l’activité économique »

http://www.actares.ch/Downloads/110713-Financement_Partis_2010_F.pdf

=> Cette indication nous précise que « L’ensemble des partis » ne concerne certainement pas les partis de gauche…

En 2013-2014:

UBS a fait des dons à des partis politique pour un montant total de CHF 1.8 millions aux partis suivants: PBD, PLR, PDC, PEL et UDC.

Quand à Crédit Suisse:

« Credit Suisse considère le soutien financier de partis politiques comme une part de « son engagement dans la société ». L’entreprise exige que le parti remplisse les conditions pour constituer un groupe parlementaire dans l’assemblée fédérale, et qu’il en fasse lui-même la demande. En revanche, l’orientation politique d’un parti ne joue aucun rôle. Dans les années 2013 et 2014, chaque fois jusqu’à près d’un million de francs ont été distribués, selon une clé de répartition basée sur le nombre de mandats cantonaux et fédéraux. Les partis les plus soutenus ont ainsi reçu jusqu’à 200’000 francs. »

 

http://www.actares.ch/fr/index.php/dossiers/analysis/smi-political-contributions-2013-14/

Des investissement rentables pour UBS

Ces investissements de la part d’UBS sont rentables. Ainsi comme on le voit, c’est grâce au conseiller fédéral Kaspar Villiger que la loi a officialisé le fait que l’Etat n’a pas le droit de se financer sans intérêts, mais doit passer par des banques commerciales.

A la fin de son mandat au conseil fédéral Kaspar villiger s’est retrouvé président du conseil d’adminstration d’UBS. Coïncidence ou récompense ?

Voici le détail de cette histoire….

Comment fonctionne la redevance Radio-TV en suisse (Billag)

Quelles sont les conditions pour l’obligation de payer la redevance radio/TV en Suisse ? (Billag)

Chronique d’un déménagement

vieille-tv.pngJ’ai déménagé dernièrement. Au passage j’ai profité de me débarrasser de ma TV qui ne servait plus qu’à prendre la poussière. (Je ne l’avais allumée qu’une fois durant l’année précédente.. et c’était pour me voir dans une émission à laquelle j’ai participé ! :P)

Du coup, je me suis dit que vu que je ne regarde plus la TV, je peux aussi résilier ma redevance TV… (tout en gardant la radio, car 1: Je suis obligé et 2: j’aime télécharger des podcasts d’émission de la rsr pour quand je fais du vélo)

Quand j’ai entrepris cette démarche, j’ai découvert les méandres de l’administration Billag…. Digne de la « maison qui rend fou » dans les 12 travaux d’Astrérix.

Petite précision, j’ai déménagé par ce que je me suis mis en ménage… La redevance étant payée « par ménage ». J’ai le droit de demander une « cessation de l’exploitation » pour raison de « Mise en ménage avec »…

Il y a même un formulaire web pour réaliser cette opération de cessation billag.

Donc je rempli le formulaire, je donne la date à laquelle j’ai déménagé. J’ai  même dénoncé mon amie pour dire que nous fusionnons nos ménages.

Voilà, il me semble que j’ai fait ce qu’il faut. Je m’attends à ce que l’on boucle mon compte Billag, comme j’ai quitté mon appartement. Mais non… Billag c’est pas comme ça que ça marche…

Désinscription impossible !

La réponse que je reçois à ce ma « cessation de l’exploitation » est « désinscription impossible » !
Ah bon ? Pourquoi ?

vieille-radio.pngL’explication fournie est le fait que mon amie ne paye que la redevance radio et que moi je payais la redevance radio ET TV….  Donc c’est pas possible que je me mette en ménage avec une personne qui n’a pas la TV !!!

Pour moi le problème était réglé… mais non, ils ont peur de perdre un client TV ainsi. Alors plutôt que de me croire quand je boucle mon compte et m’affilie à un compte qui n’a que la radio, ils me retournent un nouveau formulaire papier pour que je réponde à nouveau à la même question !

.. mais surtout ce formulaire est livré avec un petit dépliant « Merci d’assurer les bases du service public de radio et télévision« .

Merci d’assurer les bases du services public radio et télévision: une propagande bien huilée

C’est un outil de propagande efficace qui tente de faire croire que l’on est obligé de payer la redevance TV si l’on a une connexion internet. Alors que ce n’est pas le cas !

Vous avez peut être l’impression que c’est un parti pris, de ma part, mais effectivement, je trouve que tout est fait sur ce formulaire pour nous induire en erreur !

Il y a deux paragraphes qui sont importants à lire pour connaitre les conditions qui font que l’on doit payer ou non. Ce sont les paragraphes « Obligation de s’inscrire et de payer les redevances » et « Appareils de réceptions« .

Déjà rien que le titre indique la couleur !

La première phrase du premier paragraphe explique: « Les personnes qui possèdent un appareil permettant d’écouter la radio ou de regarder la télévision sont tenues de s’inscrire et de payer les redevances. A cet égard, peu importe que l’appareil soit fréquemment utilisé ou non.« 

Bon quand je lis ça, je me dis… ah.. et bien je suis coincé.. si j’ai ce fameux « appareil »… Je dois payer.

C’est ainsi que je vais voir sous le paragraphe « Appareils de réceptions ». J’y lis que pour la radio, un appareil c’est « radio, auto-radio, téléphone portable avec réception radio, ordinateur ou tablette avec accès internet« .

En bref… j’ai un accès internet, je dois payer ! Mais pour la radio je ne rechigne pas, je télécharge de temps en temps des émissions pour les écouter en podcast quand je fais du vélo.

En ce qui concerne la TV, qu’est ce qu’un appareil ?

« téléviseur, téléphone portable avec réception TV, ordinateur ou tablette avec accès à Internet, si vous disposez d’un compte d’accès (même gratuit) auprès d’un fournisseur de programmes de télévision par Internet« .

Là je vous me direz ce que vous avez compris au premier abord… par ce que moi je dois être bête… J’ai compris avec cette phrase que je devais payer la TV vu que j’ai un ordinateur avec accès à Internet.

… J’ai pas vu le petit « si« …. si vous disposez d’un compte d’accès auprès d’un fournisseur de programmes de télévision par Internet.

Le dépliant a fait son effet…. avant j’étais certain que je n’avais pas besoin de payer la TV, j’ai fais les démarches en ce sens.

On me répond « Désinscription impossible », on me balance un nouveau formulaire avec un dépliant pour bien me faire comprendre que le service public ça compte… et voilà que je rempli le formulaire papier, en étant persuadé que je dois maintenant payer la télévision par ce que j’ai un ordinateur relié à internet… (même avec ma pauvre connexion 500k )

La révélation: il n’est pas forcément nécessaire de payer la redevance TV si l’on a une connexion Internet

Puis je discute du fait que je dois payer cette redevance TV et un ami m’assure que non !… Je n’ai pas besoin de payer la télévision par ce que j’ai une connexion Internet !

faq billag très légères.pngJe creuse le sujet. Je vais sur le site de Billag, je vais dans la partie des « Questions-réponses ». Il y a un texte très simple qui résume la situation.

« Celui qui connaît la signification des trois mots clés suivants sait déjà presque tout sur les redevances de réception de radio et de télévision.« 

Attention au « presque » !

  • Il faut payer par ménage et par entreprise
  • tu paies si tu as un appareil de réception
  • tu es obligé de te déclarer et de payer

Qu’est-ce qu’un appareil ?? Il est écrit un petit résumé pour nous aider.

« Outre les appareils de radio et de télévision, tombent également dans cette définition les appareils multifonctionnels(ordinateurs ou portables p.ex.). »

Au premier abord, il est simple de s’arrêter là… de se dire.. bon.. voilà, j’ai un ordinateur… Je dois payer…. Mais comme je le découvre de plus en plus, Billag n’est pas là pour nous aider, mais pour nous embrouiller !

Comme je venais là pour avoir le fin mot de l’histoire, je continue la recherche, je clique sur le lien caché par  le mot « multifonctionnels«  et je découvre une page du site web de Billag qui explique mieux que le dépliant papier les conditions à remplir pour être dans l’obligation de payer la redevance TV.

Le titre du paragraphe est nettement plus explicite et compréhensible que dans sa version papier:

« J’ai un ordinateur avec accès à Internet. Dois-je annoncer la réception de programmes de radio et/ou de télévision?« 

Réponse en dessous: « Les ordinateurs avec accès à Internet tombent sous le coup de cette obligation, pour autant que certaines conditions soient remplies« .

Ah.. il existe des conditions qui font que l’on est pas obligé ?? .. La brochure papier m’en donnais pas l’impression ! Je creuse donc.

« Si vous ne disposez d’aucun autre appareil de réception que votre/vos ordinateur(s), vous devez annoncer la réception de programmes de radio et/ou de télévision, si toutes les conditions ci-dessous sont remplies. »

Ah… toutes les conditions.. donc pas juste une… mais toute la série.

Et quelles sont ces conditions ?

Voici un extrait du site de Billag:

Réception à titre privé de programmes de radio:

  • le ménage dispose d’une réception via ISDN ou d’un raccordement à large bande (p. ex. ADSL, réseau câblé);
  • le ménage dispose d’un logiciel spécifique (p. ex. Mediaplayer, Realplayer) rendant la réception possible.

Réception à titre privé de programmes de télévision:

  • le ménage dispose d’un raccordement à large bande (p. ex. ADSL, réseau câblé);
  • le ménage dispose d’un logiciel spécifique (p. ex. Mediaplayer, Realplayer) rendant la réception possible;
  • le ménage a conclu un abonnement payant pour la réception de programmes de télévision ou s’est enregistré chez un fournisseur qui offre un accès gratuit à des programmes de télévision.

Pour la radio, je vois qu’à moins d’avoir juste un modem 56k… très très lent… Il n’est pas possible d’avoir une connexion Internet et d’échapper à la redevance radio.

Mais je relève quand même que la brochure papier dit: « Ordinateur (ou tablette) avec acès à Internet » C’est déjà une généralisation qui suppose que plus personne n’a de modem 56k…. (ce qui est probablement vrai ! Je laisse tomber..)

Donc je vais payer la radio (ce que j’avais prévu ! à la base.. Moi je voulais juste supprimer la TV, vu que j’ai débarassé ma TV et que je ne la regarde pas !)

Quelles sont les véritables conditions qui obligent à se soumettre à Billag

Ces règles découlent de la loi fédérale sur la radio et la TV. (LRTV) et sont complétées en détail par l’ordonnance sur la radio et la Télévision ORTV.

Voici ce que dit l’article 68 de LRTV:

Quiconque met en place ou exploite un appareil destiné à la réception de programmes de radio et de télévision (récepteur) doit payer une redevance de réception. Le Conseil fédéral détermine les catégories de récepteurs et précise en particulier les conditions auxquelles les appareils multifonctionnels fondent une obligation de payer la redevance et d’annoncer les récepteurs.

Il n’est perçu qu’une seule redevance de réception par ménage ou entreprise, quel que soit le nombre d’appareils.1

Quiconque met en place ou exploite un récepteur doit préalablement l’annoncer à l’organe de perception de la redevance. La modification d’éléments déterminant l’obligation d’annoncer doit également être annoncée.

L’obligation de payer la redevance commence le premier jour du mois suivant la mise en place du récepteur ou le début de l’exploitation.

Elle prend fin le dernier jour du mois où les récepteurs ne sont plus exploités ni en place, mais pas avant la fin du mois où cet état de fait a été annoncé à l’organe de perception.

Le Conseil fédéral règle les modalités. Il peut exempter certaines catégories de personnes de l’obligation de payer la redevance et d’annoncer.


Rectifié par la Commission de rédaction de l’Ass. féd. (art. 58 al. 1 LParl – RS HYPERLINK « http://www.bk.admin.ch/ch/f/rs/c171_10.html » ).

L’article 57 de ORTV complète de définir ce qu’est un appareil:

(art. 68, al. 1, LRTV)

L’obligation d’annoncer et de payer la redevance de réception de programmes de radio ou de télévision concerne:

a.
les appareils destinés à la réception de programmes ou comprenant des éléments conçus exclusivement pour la réception;
b.
les appareils multifonctionnels, s’ils sont équivalents aux appareils mentionnés à la lettre a quant à la diversité des programmes qu’ils permettent de recevoir et à la qualité de réception.

Mais comme le texte juridique n’est pas simple à comprendre, il y un autre document qui décrit en détail comment la loi est interprétée !

Voici un lien vers ce document d’interprétation en pdf…

En gros, la partie intéressante c’est le texte que j’ai repris ci-dessus et que l’on retrouve sur le site de billag, le texte qui est plus clair que les dépliant qui entretiennent le flou !

Bon, alors, en ce qui me concerne est ce que je dois payer la redevance TV ou non ?

Quelles sont les conditions pour être dans l’obligation de payer la redevance télévision à Billag ?

  • Un raccordement large bande…. C’est combien large bande ? Par ce que aussi étrange que ça puisse paraitre avec le temps que je passe sur le net.., j’ai une connexion ADSL 500k… à l’époque du modem c’était large bande, mais maintenant que les rues sont couvertes de pub Swisscom pour l’abonnement 1 Gigabit… c’est rien du tout.. (2000 fois moins pour être précis). En France on compte que le large bande, c’est 2 Mbits/s .. aux USA, c’est 4.. au Canada c’est 1.5…. En Suisse.. c’est > 128kbits/s d’après ce que j’ai trouvé…. En Suisse 41% des ménages ont de l’Internet large bande !
  • Un logiciel spécifique rendant la réception possible. Les exemples de Mediplayer et realplayer ne me concernent pas… Je ne les ai pas.. mais VLC étant polyvalent il entre probablement là dedans… Que signifie »Spécifique » ? qu’il a été conçu pour lire la TV ? Mon navigateur web (ou le plugin flash) lit la TV dans certains cas.. mais il n’a pas été « spécifiquement conçu pour la TV ».. est-ce que ça rentre dans cette définition ? Ce mot entretien le flou. Pour tout inclure, je l’aurait enlevé. Comme dans la brochure papier qui ne précise en rien qu’il faut un logiciel pour lire le contenu.
  • Un abonnement à un fournisseur de programme de TV. Gratuit ou payant ! => C’est là que je trouve l’argument le plus clair qui m’indique que je n’ai pas besoin de payer. Cette phrase indique bien que c’est la volonté de vouloir regarder la TV qui prime sur la potentielle possibilité que j’ai de regarder la TV sur le net. Si je me prends un abonnement swisscom TV… c’est pour regarder la TV (et je paie), si je m’ouvre un compte Zatoo, c’est pour regarder la TV… (et c’est à la base gratuit). (Est-ce que je vous ai dit que Billag est une filliale de Swisscom ? 😛 )

Donc, effectivement quand j’évalue ma situation, je vois que j’ai une connexion large bande qui est discutable, un logiciel spécifique discutable.. et pas de compte chez un fournisseur de contenu TV. Donc effectivement, je n’ai pas besoin de payer la redevance télévision.

Comment arriver sans le vouloir à faire le contraire de que ce que je voulais ?

Entre temps, Billag m’a renvoyé une nouvelle facture des plus incompréhensible. Il a fallu que je téléphone pour en comprendre la nature. En fait, le compte Billag de ma copine a été supprimé et associé au mien. Sur la facture on m’a déduit de ma redevance TV, la redevance radio que ma copine avait déjà payée pour toute l’année.

Bref… droit le contraire de ce que j’avais demandé sur mon premier formulaire… suppression du mauvais compte et en aucun cas la cessation d’exploitation TV que j’avais demandée !!

…. vraiment la maison qui rend fou !  Comme quoi, t’as beau être de bonne fois et demander un truc simple… quand ça passe par Billag.. tout se complique.. Tu reçois de la paperasse non demandée et tu dois faire des téléphones pour demander des explications sur ce que l’on t’envoie…

J’ai reçu 2 fois le dépliant de propagande, vu qu’en déménageant la commune me l’a offert !!

J’ai finalement été inscrit 2 fois (j’ai deux lettres « Merci de votre inscription ») et une « Désinscription impossible« …. J’ai déjà téléphoné 3 fois pour comprendre ce que l’on m’envoie…

… et Billag annonce s’occuper de 2500 téléphones et 2500 lettres par jour….  ce qui coûte 45 millions de CHF / année. Effectivement, si pour chaque formulaire web que je remplis, je dois faire un tel cirque… Je comprend que ça coûte cher !

Téléphone avec Billag

Lors d’un de mes téléphones à Billag… J’ai indiqué mon souhait de base, une cessation d’exploitation pour la télévision.

La madame à l’autre bout du fil, m’a demandé: mais vous avez internet ? Oui, j’ai internet, mais ça ne veut pas dire que je dois payer la TV !

Encore une fois Billag a tenté de me faire douter de mon bon droit à ne plus payer la redevance de télévision !

La réponse a été encore une fois déroutante. « OK, mais alors pour les cessations d’exploitation il faut faire la demande par écrit ! »

Elle n’a pas nié le fait que j’ai le droit de ne pas payer la redevance ! Elle cherchait juste à me compliquer le chemin, à me faire douter !.. et aussi étrange que ça paraisse, après avoir passé 10 minutes à observer toutes les transactions que j’ai faites ces derniers temps et m’expliquer les méandre de l’administration à la Billag… non, il n’est pas possible que je demande une « cessation d’exploitation » par téléphone !

Donc je raccroche et je retourne sur le site web de Billag, au même endroit que la première fois, et je remplis le formulaire de « cessation d’exploitation« .

billag formulaire de désinscription trompeur.pngEt là, encore une fois je remarque un exemple de la mauvaise foi de Billag…. Le formulaire pour demander une cessation d’exploitation demande de remplir une raison. La dernière fois j’avais rempli « mise en ménage ». Cette fois je veux cocher la case « Plus d’appareil », ce qui est expliqué par cette phrase:

« Plus d’appareils, c’est-à-dire pas non plus d’ordinateurs avec accès Internet ni d’appareils mobiles/portables ou installés dans des véhicules ou en d’autres lieux (auto, bateau, maison de vacances) »

Encore une fois il est écrit, en bref si t’as une connexion internet => tu payes !! …. Non c’est faux ! Tout dépend de si tu as un abonnement à un fournisseur de service TV ou pas, comme il est indiqué sur ce même site web !

J’espère en arrivant jusqu’ici dans cette lecture que vous commencez à comprendre mon ressentiment contre cette entreprise qui fait clairement de la manipulation, qui sciemment utilise des processus pour décourager les dés-inscriptions.

Quand ça m’arrive une fois, je me dis que c’est peut être par hasard, que c’est mal fait… que je n’ai pas compris et que c’est moi le con.

Mais quand je vois que plusieurs fois dans le processus, sur le web, sur papier et par téléphone on tente de me laisser dans le flou, qu’on tente de me faire douter, que l’on masque l’information principale dans un blabla qui semble dire le contraire. Je ne peux pas faire autrement que de penser qu’il y a une véritable intention malhonnête la derrière…

Je fini par cocher la case, je continue le processus pour me désinscrire de la redevance TV… la demande est envoyée ou du moins je l’espère, car le site a planté au moment où je devais imprimer ma confirmation d’envoi des données !!! … (mais j’ai une capture d’écran)

Là je commence vraiment à penser qu’il y a un complot contre moi ! (et tous les gens qui n’ont plus la TV)

… Je vais voir ce qu’il me vient en retour ? … peut-être que comme d’habitude ils n’ont pas encore fait mon changement d’adresse… et que la lettre va encore une fois se perdre ?? On verra…

… Suite et fin ! 🙂  après 2 semaines d’attente… Billag m’envoie une lettre « Confirmation de votre désinscription. » et reprend les données que j’avais envoyée 4 mois plus tôt !

Ma nouvelles adresse est enregistrée, la fusion avec le compte de mon amie ? Je ne sais pas trop.. mais si j’ai le droit de me désinscrire je pense que c’est bon. Ma volonté de ne plus payer pour la TV est enregistrée 🙂

Puis, il me restait encore un bout de facture à payer quand j’avais encore une TV. Le calcul proposé est juste. Quand ils veulent, ils peuvent… Du coup j’ai reçu deux lettres en même temps !

Et pour terminer en beauté cette histoire, avec la lettre de confirmation de désinscription ils ont aussi envoyé le flyer papier !! .. Comme ça c’est le 3ème que j’ai !!

=> et bien non.. en fait ils ne peuvent pas.. c’est vraiment une administration de bras cassés…..    Donc le 26 juin 2014. Par téléphone c’était réglé. Avec juste une dernière tranche de facture à CHF 97.75 à payer (pour août-nov 2013 avant mon déménagement…et après.. vu que je suis parti début octobre)….  j’en ai plus entendu parlé.. et pas vu la facture….

…Jusqu’à ce 10 décembre 2015…   où je reçois une lettre « dernier rappel »…. « Payez les 97.75 + 35.- d’indemnité de rappel  et poursuite, ceci jusqu’au 12.12.2015 sinon nous nous verrons dans l’obligation d’engager des poursuites !!! »

=> Encore une fois, j’appelle pour clarifier la situation. La madame m’explique gentiment que la facture de CHF 97.- a été envoyée à mon ancienne adresse !!!!

Ceci jusqu’au moment où ils ont voulu me mettre au poursuite, et que là ils ont appris que j’avais déménager !!?!?  et pour enfin m’envoyer un « dernier rappel » à ma nouvelle adresse (pourquoi n’envoyer qu’un dernier rappel et pas la facture ?)

Et comment est-il possible qu’après leur avoir écrit, téléphoné plusieurs fois pour indiquer que mon déménagement et ma nouvelle adresse ils n’ont pas encore enregistré tout ça ? …. surtout qu’après m’avoir écrit 4 lettre en 2014 à mon adresse actuelle…. ils ne peuvent quand même pas nier connaitre mon adresse !!

Mais je vais leur envoyer ma note d’honnoraire pour le temps perdu avec leurs conneries !!

Bon.. pour finir je crois que je ne me suis pas autant mis en colère depuis si longtemps…  J’ai crié au téléphone comme jamais je ne l’ai fait pour dénoncer l’incompétence de cette administration ! … la pauvre madame qui m’a gentiment écouté !! Je lui ai quand même souhaité une bonne journée de joyeuses fêtes….

.. et elle m’a supprimé les CHF 35.- de frais.. C’est la moindre de choses quand même !

Du coup, j’ai payé, mes CHF 97.75  et j’espère ne plus jamais jamais jamais entendre parler de Billag…

L’avenir de la redevance Radio-TV Suisse

Ces dernières années, la technique a évoluée rapidement et tout s’est brouillé. Il est possible de regarder la TV depuis un ordinateur, depuis un téléphone. La radio fait des émissions en vidéos…  Les opérateurs de téléphone proposent de la télévision… et les câbles opérateurs de TV proposent des abonnents de téléphone….

Bref.. le monde se fractalise…

Du coup la loi sur la redevance se complique. Elle élargit toujours ce qu’est un appareil de réception.

A une époque pour écouter la radio, il fallait une radio et pour regarder la TV, il fallait une télévision. Personne n’achetait de télévision pour ne pas la regarder, ce serait stupide…

.. Mais à l’ère des appareils multi-fonctions. Un ordinateur et une connexion internet, permet dans beaucoup de cas d’aller chercher du contenu de radio ou de télévision. Mais comme cet appareil permet beaucoup d’autres choses, il n’est pas certain que ce soit l’utilisation qu’on en fait.

Il devient difficile de déceler l’intention de vouloir écouter la radio ou regarder la TV. Mais ceci n’empêche pas que l’on étendent tellement la définition de ce qu’est un appareil que finalement l’immense majorité de la population se retrouve concernée.

Du coup on entend depuis quelques années des voix qui s’élèvent pour demander de financer la redevance par l’impôt si elle concerne tout le monde ?

On éviterai ainsi un coût de 45 millions de CHF de frais administratifs ?

Le conseil fédéral a ainsi étudié la question… mais il propose une autre solution.. ni supprimer le système actuel, ni l’inclure dans les impôts…. il propos de diminuer les coûts de Billag en rendant obligatoire la redevance radio-TV. Que l’on dispose d’un appareil ou non !!

Voici le détail de la révision partielle de la loi sur la radio et télévision.

Une nouvelle solution qui déplace le problème

Comment souvent le problème n’est pas résolu. Il est juste déplacé.

Des associations comme la fédération romande des consommateurs trouvent que le coût, bien que passant de 462.- à ~400.- est mal réparti entre les ménages et les entreprises. Et que, de plus, aucun « opting out » soit possible.

Le « opting out« , c’est la possiblité de sortir du système par ce que l’on choisi de ne pas avoir de télévision et/ou radio. Je connais personnellement de plus en plus de gens qui font le choix de ne plus regarder la télévision. (youpi… je ne suis pas seul !)

Ces gens sont ainsi mis à contribution pour payer un service qu’ils n’utilisent pas. Voici donc une pétition qui demande à ce que l’on prennent en compte ces personnes là.

Comme il est dit dans le texte, le problème n’est pas de payer pour un services que l’on utilise pas. Notre société est pleine de contributions de solidarité. Le problème est aussi lié à la manière de percevoir l’argent de ce service.

Pour financer une contribution solidaire à un service utilisé par une grande part de la population, on a un outil. Ça s’appelle l’impôt ! Il est juste car il tient compte des capacités financières de chacun et des choix politiques qui ont été faits pour favoriser certains cas par des déductions.

Une telle taxe n’est pas juste, avec de tels raisonnement on va demander à ceux qui n’ont pas de voiture de payer la taxe autoroutières et ceux qui n’ont pas de chien de payer la taxe des chiens. (La taxe est un appoint à une infrastructure qui est déjà payée par solidarité dans l’impôt. Si ce n’était pas le cas, se déplacer en voiture coûterai beaucoup plus cher que c’est le cas.)

Le conseil fédéral, après une consultation, indique dans son message qu’il est contre une solution de « opting out ».

Ceci, car on retombe dans les travers du système actuel qui est conditionnel à la définition de l’appareil et donc à toute une machinerie administrative compliquée ! (qui dans mon cas aurait pu être facilement plus simple si l’on m’avais cru dans mon premier formulaire…)

Les débats au conseil national ont été long en mars….  finalement l’idée a été de faire une exemption de 5 ans pour les gens qui n’ont pas d’appareil…. mais de taxer tout le monde quand même !

… étrange.. affaire à suivre…

Un choix politique de soutenir la télévision

Avec une telle politique du conseil fédéral, on fait un choix politique de soutenir la télévision (et la radio) dans tous les cas. Mais est-ce la bonne solution ?

Est-ce que la télévision mérite que le peuple suisse la soutienne ?

Personnelement je trouve que c’est un bon choix à se poser. Personnellement j’utilise bien plus souvent wikipedia que la télévision comme source d’information. Je préférerai que ma redevance finance wikipedia que la RTS pour acheter des séries américaines et diffuser les jeux olympiques qui ont, à mes yeux, perdus tout leur idéal, qui font plus de mal que de bien !

Voilà un bon débat de société que j’aimerai voir !

Personnellement j’ai décroché de la télévision. C’est une énorme perte de temps. De plus c’est un support publicitaire ravageur. D’une manière générale, sans tout rejeter en bloc, la télévision n’est pas un bienfait pour notre société.

Voici une conférence de Michel Desmurget qui explique la lobotomisation que la télévision fait sur la population de téléspectateurs, et comment le développement des enfants est ralenti par celle-ci.

Version audio de la conférence TV lobotomie de Michel Desmurget.

Après avoir entendu une telle conférence, ça ne donne vraiment pas envie de financer la télévision.

Effectivement, je tape peut être au mauvais endroit à m’acharnant sur la télévision publique suisse. Car elle est certainement de très bonne qualité. Nettment mieux que tout ce qui se fait d’autre dans la télévision. Du temps où je la regardais, j’ai trouvé qu’il y a pas mal d’émissions maison de la RTS qui sont de très bonne qualité.  (Notamment Spécimen qui n’est malheureusement plus disponible en podcast.. pourquoi ? … et c’est finalement ce point qui m’a convaincu de ne plus vouloir financer la TV)

Donc je m’interroge aussi sur la manière de financer une télévision de qualité.

Et plutôt que de me cantonner au média, je me demande comment financer des créateurs de contenu de qualité. Est-ce que l’on doit favoriser une infrastructure de diffusion comme la RTS ou finalement partir du principe de que l’internet suffit comme infrastructure de diffusion et que l’on peut financer uniquement des créateurs de contenu qui mettent leur création sur youtube ?

J’ai déjà écris un article il y a plus de 2 ans à propos de l’avenir de la télévision. Je vois qu’il y a beaucoup de prospective qui nous promettent la télévision connectée sans jamais la voir venir…. alors qu’elle est déjà là ! Sous la forme de youtube…

Ceux qui me connaissent savent que j’ai déjà trouvé le moyen de financer des créateurs de contenu de qualité. Il suffit d’instaurer un revenu de base inconditionnel et voilà… toute personne qui veut se lancer dans la création sous n’importe quelle forme peut le faire. Elle a un revenu assuré.

Ne reste plus que le débat sur l’infrastructure. Mais j’ai l’impression que le conseil fédéral n’a pas envie de le faire. On fait comme on a toujours fait… On ajuste des petits trucs (la manière de collecter l’argent). Mais jamais personne ne prend le temps de réfléchir à repenser les règles du jeu.

Qu’est ce que l’on veut vraiment ? Pourquoi est-ce que l’on finance la télévision ? La radio ? .. et pas les journaux ? .. les sites web ?

Législation suisse en matière d’énergie solaire

Législation suisse en matière d’énergie solaire

Techniquement le solaire ça marche…. mais souvent il y a des barrières légales…. qu’en est il en suisse ?

Dans le solaire il y a plusieurs catégories..

  • photovoltaique
  • thermique

Il y a plusieurs aspects:

  • la pose des panneaux en regarde des lois sur l’aménagement du territoire et de l’urbanisme.
  • la RPC, la rétribution à prix coutant qui est sensée favoriser les énergies renouvellables. (via acceptation du projet par swissgrid)
  • la vente d’énergie par les particuliers est souvent dans un flou étant entre 2 étapes de libéralisation… Normalement c’est le fournisseur historique d’énergie qui est forcé de reprendre l’énergie produite par des particuliers.
  • l’obligation de se connecter au réseau si c’est raisonnablement possible… => à vérifier cet aspect

Pour en savoir plus sur la RPC…

http://www.roger-nordmann.ch/articles/2012.08.01_bilan_RPC.shtml

 

Nouveautés acceptées le 3 mars 2013 avec l’acceptation de la LAT

http://elections-en-europe.net/2013/03/03/votations-populaires-du-3-mars-2013-en-suisse/

En résumé:

Il sera plus simple de poser des panneaux solaires. Une simple annonce suffira si les panneaux sont suffisamment adaptés aux toits.

http://www.are.admin.ch/themen/recht/04651/index.html?lang=fr

L’extrait de loi détaillé. (selon présentation de Roger Nordmann)

Art. 18a Installations solaires

1 Dans les zones à bâtir et les zones agricoles, les installations solaires suffisamment adaptées aux toits ne nécessitent pas d’autorisation selon l’art. 22, al. 1. De tels projets doivente être simplement annoncés à l’autorité compétente.

2 Le droit cantonal peut:

a. désigner des types déterminés de zones à bâtir où l’aspect esthétique est mineur,dans lesquels d’autres installations solaires peuvent aussi être dispensées d’autorisation;

b. prévoir une obligation d’autorisation dans des types précisément définis de zones à protéger.

3 Les installations solaires sur des biens culturels ou dans des sites naturels d’importance cantonale ou nationale sont toujours soumises à une autorisation de construire. Elles ne doivent pas porter d’atteinte majeure à ces biens ou sites.

4 Pour le reste, l’intérêt à l’utilisation de l’énergie solaire sur des constructions existantes ou nouvelles l’emporte en principe sur les aspects esthétiques.

explications

 

Rapport commission sur 18a (BO 1.3.2011)

Le contenu du projet d’ordonnance […] : 1: « les installations solaires sont considérées comme suffisamment adaptées aux toits […] sont dispensées d’autorisations si leur épaisseur n’excède pas 20 centimètres, si elles ne dépassent pas le faîte, la base ou les côtés du toit et si, selon les normes techniques actuelles, elles ne sont pas réfléchissantes et sont d’un seul tenant.« […] à savoir ne pas pénaliser les installations thermiques et ne pas favoriser uniquement les installations intégrées stricto sensu, c’est-à-dire celles qui remplacent les tuiles.

Nous avons, en commission, principalement discuté des toits inclinés, mais il était clair qu’il serait aussi judicieux de dispenser d’autorisation les installations sur les toits plats de la zone industrielle, même si les panneaux ne sont pas parallèles au toit […] Le Conseil fédéral aura toute latitude de régler cette question dans l’ordonnance.

Pour le reste, l’administration a encore indiqué: … [l’ordonnance] indiquera dans quels cas il est obligatoire de passer par une autorisation de construire parce que la zone mérite une attention particulière ou que le bâtiment est un bien culturel d’importance nationale ou cantonale ou qu’il se situe dans un site naturel d’importance cantonale ou nationale. Dans ces cas-là […] il ne sera pas question d’interdire les installations solaires, comme certaines communes le font abusivement sur la base d’une simple notation dans l’inventaire ISOS […] il faudra passer par une autorisation de construire et l’installation devra être conçue de manière à ne pas porter d’atteinte majeure à ces biens ou à ces sites.

 

Création de société pour favoriser le solaire…

Le concept de la vignette solaire pour couvrir les besoins en énergie de son ordinateur portable ou de son téléphone.

Petit article de ma part à ce propos et à propos du contexte de la libéralisation du marché de l’électricité.

https://martouf.ch/document/131-vignette-solaire-pour-2010.html

Beaucoup de choses à propos de l’énergie:

…. page à compléter quand j’aurai du temps…..

 

…. et sinon l’offensivesolaire.ch. Aide nous à recenser tous les toits de suisse qui pourraient accueilr des panneaux solaires.

bidouilles sur openstreetmap

Quelques bidouilles avec Openstreetmap.org

Quelques sites intéressants..

  • http://maps.hitchwiki.org => la carte des coins d’auto stop.. surtout utilise car c’est le seul site que j’ai vu utiliser une machinerie google pour afficher des données openstreetmap.
  • http://osm.lonvia.de/hiking.html  => itinéraire de randonnées en suisse. Avec un beau fond de carte en relief… qui vient de uni Bonn
  • http://www.osm-wms.de => qui propose des wms sous licence cc-by-sa dont le fond de carte relif de l’uni de Bonn
  • http://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:Switzerland/HikingNetwork => doc pour bien catégoriser les chemins de randonnées et ainsi les faire apparaître sur les cartes du site ci-dessus.
  • http://cloudmade.com => permet de remplacer avantageusement la machinerie google dans bien des cas. Ce système de carte glissante supporte. Le positionnement de marker, le geocoding, le routage ! ainsi que l’affichage de flux kml et georss ! Ce service propose également de personnaliser les couleurs des symboles de la carte. Ainsi il est possible de créer son propre type de carte.

Par contre, je ne trouve pas comment faire avec cloudmade pour utiliser une autre couche wms que celle d’OSM ?

Comment je fais pour intégrer des photos aériennes ?

C’est le but de la réflexion ici, comment faire pour afficher sur un site web une carte glissante qui permet:

  • d’afficher les données d’Openstreetmap
  • d’afficher les photos aériennes libres du canton de neuchâtel
  • de supporter le geocoding. (retrouver une adresse)
  • de pouvoir afficher des polygones et polylignes en overlay provenant d’une applicatione externe
  • au besoin d’ajouter une couche avec relief comme celle de l’uni de Bonn
  • d’afficher une couche avec des courbes de niveau
  • d’obtenir l’altitude d’un point sélectionné. (via geonames.org qui fourni un services web avec les données de STRM)

Dans les cas étudiés, cloudmade a l’api et le système de carte glissante sur osm le plus avancé, mais je ne vois pas comment ajouter une couche externe comme un wms avec des photos aérienne

Openlayers est le meilleur candidat comme système de carte glissante pour ajouter les couche wms que l’on désire. Mais il n’existe pas d’api simple pour ajouter des overlays et faire du geocoding et du routage. A tester dans le détails. Il semble assez souple pour tout faire.

Google maps permet a une api de géocoding et overlay complète. Mais non libre ! L’affichage d’un wms externe est une bidouille, que je connais. ça fonctionne. L’utilisation des données OSM semble être possible si l’on observe le site à propos de l’auto stop.. Cependant, est ce que ça ne va pas interférer avec la bidouille pour avoir le wms des images aérienne ??
De plus, le routage sur carte OSM risque fort de ne pas fonctionner !

 

Bref.. il reste de quoi faire, rien n’est encore certain… il faut bien choisir la technologie suivant l’usage et certains mélanges me semble incertains..  à creuser pour en avoir le choeur net.

Dans tous les cas, openlayers semble être le plus ouvert…  (mais le plus complexe !)

Où obtenir des données OpenStreetMap pour gps Garmin ?

Pour avoir la carte de la suisse sur son GPS, il y a plusieurs sources possibles et plusieurs type de carte:

Ainsi pas besoin de se ruiner en achetant des cartes à tom-tom ou nokia. Les cartes d’OpenStreetMap sont libres, gratuites et souvent mises à jour.

 

Webcams

Webcams

webcam ofs

webcam ofs haute résolutions: http://neuchatel.roundshot.ch/ selon le site admin..

La riviera vaudoise….

 

/webcampreles.jpg" alt="" width="640" height="480" />

http://surface.galactus.ch/tn/webcam07/webcam.jpg

les ponts de martel

http://surface.galactus.ch/tn/webcam09/webcam.jpg

webcam place du marché, la chaux-de-fonds

webcam les éplatures

tipi

Webcam Mont-Soleil

Vue sur la centrale solaire, Mont-Soleil

Webcam Mont-Soleil

Vue sur une éolienne, Mont-Soleil

chasseral voir le panorama avec les liens

Les webcams de la région de chasseral..

http://www.parcchasseral.ch/infos-pratiques/meteo-webcam/

http://www.chasseral-snow.ch/webcams

 

webcam vallée de la sagne

Comparaison et étude de plusieurs systèmes politiques

Etudes des systèmes politiques

Toute civilisation est un organisme social, la plupart du temps, toutes les civilisations se sont construit un système politique qui a pour but de diriger la civilisation dans son entier. (réflexion: peut il y avoir une civilisation anarchiste ?)

Ici, je vais tenter de recenser différents types de gouvernements et de systèmes politiques qui sont ou ont été employés. Ceci permettra de se faire une idée du fonctionnement humain.

Déjà, il faut trouver recenser diverses civilisations et les étudier. Comme point de départ, la page civilisation de wikipedia est il me semble adaptée.

(en parlant de recensement, ce terme vient de la république romaine. A cette époque, on effectuait un recensement tous les 5 ans. On écrivait un album de tous les citoyens papable pour faire partie du Sénat. Et ceci en fonction des capacités censitaires, (financière), d’où le terme recenser. Lors de chaque recensement on effectuait des cérémonies de purification appelée lustrum d’où le lustre durée de temps égale à 5 ans !)

L’étude des institutions politique de la république romaine est basée en bonne partie sur ce qui vient de la page de wikipedia: institutions de la république romaine.

L’histoire de Rome est très romancée, elle commence par Romulus et Rémus. Romulus défini les contours de Rome à l’aide d’une charrue, il devient donc un tireur de trait, un Rex, qui se traduit par Roi. Puis la légende, raconte que Romulus tue son frère.

Donc Rome est une monarchie, jusqu’à ce qu’un des Rois de Rome, Tarquin le Superbe, se fasse chasser par la population par ce qu’il était trop tyranique.

Donc en 509 av J.C la république romaine est née.

Les institutions de la république ne sont qu’une évolution des institutions existantes, tel que le sénat, pour tenter d’éviter que le pouvoir absolu royale (imperium) ne soit dans les mains d’un seul tyran.

Tous les pouvoirs sont répartis entre différents magistrats qui sont chacun chargés de tâches particulières. A la tête de l’Etat, il y a 2 consuls qui ont les pouvoirs, l’imperium. Une décision n’est prise que lorsque les 2 consuls sont du même avis.

Le sénat est un conseil d’anciens, qui comme son nom l’indique est là pour conseiller les consuls.

Les citoyens romains, par l’intermédiaire d’assemblées (des comices) ont pour rôle d’élire les différents magistrats, ainsi que des censeurs.

Le rôle des censeurs est de recenser! A chaque élection de censeur, tous les 5 ans, (tous les lustres du nom de la fête de purification qui y a lieu) les censeurs font le classement des citoyens en fonction de leur âge et de leur richesses. D’après ce recensement, ils déterminent dans un livre blanc (album) la liste des sénateurs ! Généralement tout ancien magistrat est automatiquement placé dans la liste des membres du sénat.

En cas de guerre, ou de problème pour lequel on a besoin d’une prise de décision rapide. Les consuls élisent un dicatateur ainsi qu’un maître de cavalerie comme adjoint.

Le dictateur reçoit les pleins pouvoirs de l’imperium. Cependant, pour éviter d’en faire un nouveau tyran. Ces pouvoirs sont limités à 6 mois.

Voici un schéma qui résume rapidement tout le fonctionnement des institutions politique de la république romaines.

système politique de la république romaine

Voici le même schéma, mais au format pdf, ce qui permet un plus grande souplesse:

système_politique_de_la_république_romaine.pdf

Tout ceci est bien joli, mais tout le monde sait que la république romaine est devenue un empire romain!

Cela signifie donc que les buts de la république d’éviter une tyranie n’ont pas fonctionné. Ceci est du à un accord, le triumvirat entre Jules César, Pompée et Crassius.

Jules César à réussi à se faire nommer dictateur et prolonger son mandat de 6 mois à 10 ans ! et puis de 10 ans à dictateur à vie. Ceci montre bien la fragilité du système. Il se trouve que la réaction ne s’est pas fait attendre et que Jules César à été assassiné !!!

Mais l’empire était en marche et ses successeurs se sont nommés Auguste !

Depuis des siècles en France, c’est une monarchie qui gouverne. Les rois de france prennent de plus en plus d’importance. Louix XVI se fait même déclarer Monarque absolu de droit divin. Les différences de classes deviennent de plus en plus marquées entre l’aristocratie riche et les pauvres qui deviennent de plus en plus pauvres. Les idées du siècle des lumières font leur chemin… Les Etats unis d’amérique déclarent leur indépendance et en 1789 la révolution française éclate.

Le but de cette révolution est d’abolir les privilèges de classe. Tous les citoyens naissent égaux… La déclaration de droits de l’homme est écrite.

Cependant, malgré toute cette bonne volonté, il faut créer un nouveau système fonctionnel pour éviter que tout le pays parte dans le chaos. Chaos qui finalement va quand même régner pendant quelques années. De nombreuses formes de gouvernement vont apparaîtres et disparaîtres avant qu’un système soit adopté plus durablement.

Nous aurons dans l’ordre:

En 1789 le roi n’arrivant plus a gouverner normalement, il convoque les Etats généraux, l’assemblée des représentants de la nation. Mais ça ne va pas mieux. Les nobles et le clergé refusent de siéger avec le tiers état. C’est donc la scission. Les députés du tiers état, ainsi qu’une fraction volontaire du clergé et de la noblesse se réunissent en assemblée constituante et créent la première constitution.

La nouvelle structure politique est basée sur la séparation des pouvoirs, l’égalité et la souveraineté nationale. Le royaume est divisé en 83 départements.

Après avoir consigné par écrit les bases de la nouvelle société. Il n’existe toujours pas de système politique. Une assemblé législative est donc constituée pour assurer le gouvernement de l’Etat.

L’assemblée législative n’était aucunement représentative du peuple et ses membres même pas élu. C’était principalement les membres de la haute bourgeoisie. Cet état de fait provoqua pas mal de mécontentement, et des insurrections comme la commune de paris.

Suite à ces évènements, le suffrage universel à été employé pour élire les membres d’une nouvelle assemblée, la convention nationale. Cette convention assurait le législatif. Elle format un conseil exécutif formé de 6 membres pour l’exécutif et également un tribunal pour instruire le procès de Louis XVI et Marie Antoinette.

La convention a également créer plusieurs institutions importantes comme l’école normale supérieure, l’école polytechnique, l’école des arts et métiers, le conservatoire de musique, le musée d’histoire naturelle et le système métrique.

La convention nationale s’est rapidement transformée en ce que l’on appelle le directoire.

L’exécutif est assuré par 5 directeurs, qui sont élus par le conseil des anciens. Chaque année un des directeurs est tiré au sort pour être remplacé. Le corps législatif est composé de deux organes, le conseil des anciens et le conseil des 500.

Le conseils des Anciens comportait 250 membres âgés d’au moins 40 ans. Chaque année, on renouvelait un tiers du conseil. Le rôle de ce conseil est d’adopter ou de rejeter ce qui est proposé par le conseil des 500. Le second rôle de ce conseil est d’élire les directeurs.

Le conseil des 500 à pour rôle de concevoir les projets de loi et les listes de candidats pour le directoire. Puis il les transmet au conseil des anciens. Les membres du conseil des 500 sont élus au suffrage censitaire. Ce qui signifie en fonction du niveau de fortune !!!

Les directeurs sortant n’avaient pas la possibilité de se faire réélire.

Le directoire c’est très vite transformé en triumvirat corrompu. Le système a été supprimé par le coup d’état de Bonapart.

Coup d’Etat du 18 Brumaire

Je trouve toujours assez étrange que des gens qui sont les défenseurs d’une démocratie, d’une république arrivent à donner les plein pouvoirs à une personne unique. J’ai tenté un peu de comprendre comment est ce que Napoléon Bonaparte à réussi à se retrouver à la tête de l’Etat Français.

D’abords, il faut signaler que depuis la révolutions, ce sont de multiples systèmes qui se sont succédés très rapidement. On remarque bien, que personne ne sais vraiment comment il faut concevoir un système politique et que c’est par de multiples essais que l’on procède.

Le principe de la constitution de l’An III avait pour but de figer un système avec des moyens de bloquage de toutes les institutions entres elles pour éviter une prise de pouvoir par un tyran.

Emanuel Joseph Sieyès a fait partie de toutes les formes de gouvernement de l’époque, des Etats-généraux de Louis XVI au consulat avec Bonaparte. Au moment de la rédaction de la constitution de l’An III Sieyès est partisan d’un organe sensé contrôler la conformité avec la constitution des actes des organes de l’Etat. Cette proposition ne sera pas retenue.

Sieyès va alors tenter de remettre l’idée à l’ordre du jour, lors qu’il est membre du directoire. Cependant, la constitution est tellement ficelée qu’elle ne peut être modifiée avant 9 ans !!! (pas encore compris pourquoi)

Sieyès décide alors de changer de méthode et d’utiliser celle du coup d’Etat qui est, somme toute, assez courante à cette époque!

Il s’organise alors, il s’arrange pour avoir le soutient d’une partie du conseil des anciens, il s’arrange pour décider la majorité de ses collègue du directoire à démissionner et s’arrange avec le général Bonaparte pour que le conseil des anciens lui donne le commandement en chef des armées.

Un fois ce commandement reçu, Napoléon est déjà investi de pouvoirs énormes! C’est finalement là la faille. C’est une trop grande confiance en Napoléon.

Puis, avec un subtile déménagement des autorités à St-Cloud, le coup d’Etat commence. Napoléon explique qu’il est en colère et qu’il n’est pas content du travail du conseil qui a selon lui trahit plusieurs fois la constitution. Il propose de partir avec de nouvelles bases. Le députés l’acceptent mal, malgré les tentatives d’explications du frère de Napoléon, Lucien Bonaparte qui était président du conseil des anciens.

Se sentant attaqué et en danger de mort, Napoléon prend le contrôle militairement du conseil et fait évacuer la salle.

Plus tard, c’est en réunissant les membres du conseil favorable à Bonaparte que le consulat est mis en place.

La république est maintenant dirigée par 3 consuls. Napoléon devient premier consul aidé par Sieyès et Roger-Ducos.

De nouvelles institutions sont mises en place:

  • le conseil d’état qui rédiges les lois
  • le tribunat qui discute des lois (mais ne les votes pas)
  • le corps législatif qui adopte ou rejette les lois. (mais ne les discute pas)
  • le Sénat qui vérifie la conformité des lois avec la constitution. (c’est ce qui ressemble le plus à l’idée d’organe de contrôle que Sieyès voulait)

Ce système est terriblement réparti pour que finalement se soit les consuls qui dirigent tout ! (et surtout le premier consul)

Napoléon empereur

Finalement le consulat est un système assez stable. Pour éviter qu’il ne s’effondre en cas d’effondrement du consulat, le Sénat propose de faire de Napoléon un Empereur !

L’idée peut paraitre étrange, mais le but est de faire de Napoléon l’incarnation des valeurs de la république. Et de transmettre de manière héréditaire ces valeurs !

Tout les symboles de monarchie sont alors recréés et toute une aristocratie, pourtant abolie quinze ans plus tôt est recréée !

Napoléon va transformer l’Europe en agrandissant son empire et en imposant les institutions de la république.

La plupart des institutions démocratiques européennes sont le fruit des idées de Napoléon. On pourra citer par exemple le code civil.

L’idée de faire de Napoléon l’incarnation des valeurs de la république n’était donc pas une si mauvaise idée, même si tout ne c’est pas passé par la suite comme on le pensait. Le règne de Napoléon à permis de mettre en place rapidement et durablement une multitudes de nouvelles institutions républicaines et sur un vaste territoire.

Tout le système politique des Etats Unis d’Amérique est basé sur la constitution. Cette constitution est une des plus vieille du monde. Toutefois elle a quand même été amendée 27 fois.

Le but de cette constitution était d’unir des ex colonies autonomes pas toujours très stable politiquement. La constitution a permis de créer une notion démocratique d’égalité de traitement pour tout les citoyens.

Afin d’éviter une concentration de pouvoir, la constitution est conçue de manière à créer un régime politique avec des pouvoirs très séparés.

Pouvoir législatif

Le législatif est une assemblée nommée Congrès qui est bicamérale elle comporte la chambre des représentants et le sénat. Comme son nom l’indique, la chambre des représentant représente proportionnellement le peuple et est renouvellée par suffrage direct tout les 2 ans. Le sénat comporte 2 sénateurs par Etat. Le Sénat est renouvelé par tiers tous les 2 ans.

Les lois doivent être votée par les 2 chambres pour être accepté. Si le président le désire, il peut apposer son veto. Ce qui augmente le majorité (2/3) pour l’acceptation d’une loi.

Pouvoir exécutif

C’est le président qui exerce le pouvoir exécutif. Il est le grand chef des armées. Il nomme les hauts fonctionnaires et les juges fédéraux (avec l’approbation du sénat ). Le vice président, quand à lui préside le Sénat.

Pouvoir Judiciaire

Le pouvoir judiciaire est détenu par la cour suprême. Les juges de cette cour sont nommés à vie ! Les pouvoirs étant très séparé. La cour suprême est le pouvoir qui doit trancher lors des blocages entre exécutif et législatif ceci afin de ne pas bloquer trop longtemps l’appareil politique.

Election présidentielle

L’élection du président et du vice président des Etats-Unis d’Amérique est une élection avec une machinerie compliquée. C’est une élection au suffrage universel indirecte. En effet, ce sont des grands électeurs qui élisent le président et vice-président. Les citoyens votent donc pour les grands-électeurs de leur Etat. Il y a autant de grands électeurs que de membre du congrès pour leur Etat.

Les citoyens votent donc pour un grand électeur qui annonce qu’il va voter pour un candidat. (Il n’est pas obligé de le faire, mais c’est le cas dans l’immense majorité des cas.)

Puis, les grands-électeurs votent pour un candidat et on fait le décompte. Pour chaque Etat, c’est le candidat qui obtient la majorité des grands électeurs qui emporte le vote dans l’Etat. Dans tous les Etats (sauf 2), le candidat qui emporte le vote gagne les voies de TOUS les grands électeurs de l’Etat. (Toutes les voies des grands électeurs de l’Etat sont identiques!). Pour finir on fait le compte des grands électeurs sur le pays entier. Le candidat qui obtient la majorité absolue des grands électeurs gagne l’élection. Si aucun candidat n’obtient de majorité absolue, c’est la Chambre des représentants qui élit le président, et le Sénat qui désigne le vice-président.

A toute cette machinerie électorale s’ajoute encore la désignation des candidats par les partis politiques. Officiellement pour être candidat il faut, (ne pas avoir été déjà 2 fois président !) être citoyen Etat-unien né sur le territoire, âgé d’au moins 35 ans et candidat dans les 50 Etats de l’Union.

Pour être candidats dans les différents Etats, il y a différentes règles. Mais en général, c’est obtenir un certain nombre de signature de parrainage.

Puis, après les démarches officielles, pour être candidat, il est mieux d’avoir le soutiens (populaire et financier) d’un parti. (Républicain ou démocrate c’est mieux !)

Les partis ont des processus compliqués de désignation de candidats. Dans chaque Etat la procédure change. En général, il s’agit de vote populaire (mais rarement plus de 10% de la population!) accessible à toute la population ou seulement aux membres du parti. Une seule voie par personne est autorisée.

Comme les désignations n’ont pas lieu en même temps partout, l’attention portée par les médias à une désignation (caucus) n’est pas la même. En effet, les candidats qui obtiennent de mauvais scores se retirent rapidement pour raison financière. Il ne sert à rien de gaspiller son argent en continuant.

La tendance est au regroupement de la date de désignation des candidats. En été les convention de parti désignent leur candidats officiel qui obtiennent ainsi un financement du parti.

On remarque ainsi que d’être élu à la présidence des Etats-unis est un parcours du combattant! (une expérience pour devenir le futur chef des armées !) Il faut avoir beaucoup de temps, et beaucoup d’argent. Il faut environ 1 année pour créer des comités et des alliances qui soutiendront sa candidature, puis 6 mois de campagne dans un maximum d’Etat pour être élu candidats officiel d’un parti, ce qui permettra de financer la campagne sans utiliser sa propre fortune. Puis, il faut remplir les formalités administratives pour être candidat (trouver des parrains dans tous les Etats). Enfin, il faut convaincre tout le monde de voter pour soi!

Star wars

C’est en étudiant le système politique de la république romaine que le film star wars m’est revenu à l’esprit. Je trouve qu’il y a beaucoup de similitudes.

La galaxie est une république formée de plusieurs mondes. Un de personnage est la princesse Amidala qui est une princesse élue. On la suit lors d’une séance au parlement, durant laquelle, le Sénateur Palpatine reçoit les pleins pouvoir. C’est le principe de la dictature de la république romaine, et tel Jules César ou Napoléon Bonaparte, Palpatine devient Consul à vie puis Empereur !

Suisse

La Suisse est une démocratie directe. Le peuple entier à toujours le dernier mot s’il le faut.

Le système politique suisse est à la base une confédération de régions souveraines qui refusaient l’ingérence des Habsbourg et de leur fonctionnaires dans leur vie quotidienne. De plus le péage du Gottardt rapportait un bon pécule qui attire les convoitises.

Les gens de ces vallées ayant défié leur suzerain, ils devaient s’attendre à des représailles militaires. La confédération a donc été crée lors du serment du Grütli. Les représailles sont venues. Le Duc Léopold 1er d’Autriche a envoyé des milliers de soldats qui ont été défait à la bataille de Morgarten par des paysans/soldats 2 fois inférieurs en nombre.

Après cet évènement, la confédération a grandi, ce qui n’était pas bien vu du saint empire romain germanique. C’est ainsi donc que 73 ans après Morgarten, c’est à Sempach que les hostilités ont reprises. Et suivant le même modèle, les confédérés ont remporté la victoire. Leopold III perdant la bataille et la vie! (comme 15% de la noblesse alsacienne)

Depuis, la confédération suisse vit tranquillement. La confédération est devenue une fédération (tout en gardant le nom confédération) de canton.

Le système politique suisse dispose de 3 niveaux. Les communes, les cantons et la confédération. Chaque niveau est responsable de ses compétences.

Le confédération a un parlement, l’assemblée fédérale, qui est divisée en 2 conseils. Le conseil des états où siègent 2 représentants par canton. Et le conseil national ou siègent des représentants de la population, chaque canton ayant un nombre proportionnel à sa population de représentants.

Ces conseils discutent et adoptent les lois, proposées par les différentes commissions qui les ont préparées. Pour qu’une lois soit acceptée elle doit être adoptée par les 2 conseils.

Voilà pour le législatif, l’exécutif quand à lui est le conseil fédéral. Ce conseil est élu par l’assemblée fédérale. Chaque année, la présidence de l’Etat change en fonction d’un tournus entre les membres du conseil fédéral.

Le peuple à toujours le dernier mot, par ce qu’en plus d’élire ces représentant, il a un droit de référendum sur toutes les décisions du parlement. De plus il a aussi un droit d’initiative Pour proposer de nouvelles lois. Pour qu’une initiative ou une modification de la constitution soit possible, il faut que la majorité des cantons et la majorité de la population l’accepte.

La démocratie uniquement bonne a garder le troupeau

La démocratie est un bon système pour maintenir des institutions en place, gérer les affaires courantes et apporter de menues adaptations au système. Mais ce n’est pas un bon système pour faire une réforme de fond en comble.

Déjà du temps de la république romaine on avait du résoudre ce problème. Sylla est devenu dictateur dans le but de faire une réforme en profondeur des institutions.

Monarchie

La monarchie est un des systèmes les plus anciens et le plus simple. Il y a un chef et à sa mort, ce sont ses descendants qui le remplacent.

La monarchie est présente sous beaucoup de formes différentse. Et souvent, il y a toute une noblesse qui est crée autour.

C’est en général, un système qui est basé sur des accords individuel de soutient entre des monarques. La notion de vassal et de suzerain est très présente.

Dans la noblesse il y a des titres, mais il ne sont pas normalisés il ne sont pas forcément représentatifs. C’est surtout les alliances qui forment le pouvoir de l’un ou l’autre monarque.

Dans l’europe du moyen âge, les titres de noblesse sont souvent issu des institutions de l’empire romain.

Le Duc, n’est que la transformation du Dux, qui était, à l’origine un terme romain (mais pas un grade) pour désigner un commandeur, un chef des armées. Puis, plus tard durant l’empire romain, les Duces sont devenus des chefs des certaines parties frontières de l’empire. Il y avait 12 duchés dans l’empire d’orient et 13 dans celui d’occident. Le pouvoir de ces Ducs étaient presque total. Il étaient chef de l’administration, de l’armée et de la justice.

Lorsque l’empire romain est tombé, cela à permis à plusieurs Ducs de se libérer et de devenir autonome. Certains duchés ont également été repris par des seigneurs barbares.

Ensuite, la répartition des titres c’est faite souvent de manière géographique. Les premiers souverains du moyen âge distribuaient les responsabilités de morceaux de territoire à leur compagnons, des comtes. En effet, Comte est un mot qui vient du latin comes qui signifie compagnons. C’est ainsi que sont apparus les comtés.

Le terme de roi, vient du latin rex, tireur de trait, ceci provenant de l’histoire de Romulus qui marqua à la charrue les limites de Rome. Un roi étant le suzerain de plusieurs comtes, c’est lui qui détient le commandement militaire sur tous les comtés.

Ceci à une exception, les comtés qui se trouvent en frontière (sur les marches) du royaume ont le droit de lever une armée sans en référer au souverain dans le but de l’utiliser pour défendre les frontières su royaume. Le comte qui est le chef d’un tel comté reçoit donc le titre de marquis (qui signifie comte de marche) et ceci pour marquer cette liberté militaire.

Le reste des titres de noblesse comme le vicomte ou le baron ne sont que des titre pour marquer une certain hiérarchie qui est très dépendante d’alliances.

En grèce antique on trouve des systèmes politiques de plus étranges dont on est plus dut tout habitués !

C’est également le berceau de la démocratie. Il faut que je me replonge dans l’histoire pour mieux saisir ce que signifie tout les systèmes mis en place.

Après la mort du roi Codros au XIème siècle av J.-C Athène cesse d’être une monarchie. On remplace le roi par un Archonte. Au début l’archonte est élu à vie, ce qui, hormis l’hérédité de la charge, ne change pas grand chose. Puis on réduit la durée du mandat à 10 ans et on place non plus un, mais trois archontes. Puis le mandat est encore réduit à une année.

Les archontes sont élus dans l’artistocratie. Aristocratie qui est aussi un système politique ! C’est le gouvernement par les meilleurs. (la révollution française à semé la confusion entre artistocratie et noblesse. Le mérite ou la naissance.)

Dans les archontes on trouve:

  • l’archonte eponyme. C’est le chef de l’Etat, on donne son nom à l’année. En charge de l’administration civile, tuteur des veuves et orphelins.
  • l’archonte roi. Il est en charge de la justice.
  • le polémarque. Il est à l’origine chef des armées, avant que ce ne soit les stratèges qui reprennent le rôle au moment de l’instauration du système stochocrate.

Depuis 487 av J.-C l’élection aux magistratures ont été faite par stochocratie… par tirage au sort ! Qui est la seule technique pour garantir une vraie démocratie. (au contraire de l’aristocratie)

Puis, six thesmothètes ont été ajoutés pour assurer principalement de fonction de justice.

Il semble que le système des archontes est sensible au coups d’états. Il est arrivé quelques fois qu’un tyran prenne le pouvoir. Un tyran est un personnage très populaire, du moins au début de son règne, qui prend le pouvoir grâce au peuple.

Démocratie

Après une ère de tyrannie, très dure par Hippias et son frère Hipparque est assassiné et Hippias chassé en 510 av J.-C. La démocratie apparait.

Le tyran a été chassé par un groupe d’aristocrate parmi lesquels on trouvait Clisthène. C’est lui qui va ensuite réformer les institutions archaïque pour les rendre démocratiques et ainsi marquer l’entrée dans l’époque classique.

C’est la révolution isonomique.

Historiquement, dans le monde archaïque, c’est l’aéropage qui est le conseil qui a le plus de poids. L’aéropage est un conseil qui historiquement est composé de nobles, de gens biens nés. Ensuite, après les réformes du légiste Solon, l’aéropage est constitué des anciens archontes. Et ceci à vie.

Clisthène va tenter de déplacer le pouvoir dans l’ekklêsia. L’assemblée du peuple. Tous les Athéniens mâles de plus de 18 ans ont le droit de participer à l’Ekklêsia. Cela représentait potentiellement environ 40 000 personnes, cependant jamais plus de 6000 personnes venaient.

Le rôle de l’ekklêsia était de décider des lois, et également de pratiquer le vote d’ostracisme. Le vote d’ostracisme permettait de désigner la personne la plus dangereuse pour l’Etat. Cette personne était exilée de la cité pour 10ans ! L’ekklêsia se réunis plusieurs fois par mois. (1-4, il y a 10 mois dans l’année politique)

L’Ekklêsia est l’assemblée du peuple au complet, l’aréopage, l’assemblée des anciens archontes, et la boulé devient une assemblée représentative du peuple. Clisthène a créé dix tribus pour les athéniens avec chacune un héro et des cultes. Chaque tribu est représentée à la boulé par 50 prytanes.

L’année politique Athénienne est divisée en 10, une part, par tribu. Chaque tribu est responsable d’une de ces parties. Les prytanes de la tribu responsables sont logés directement à proximité du Bouleutérion.

Le choix des prytanes se fait par une élection des candidats, qui sont âgés d’au minimum 30 ans. Puis, 50 des candidats sont tirés au sort.

Chaque jour il y a un nouveau superviseur des prytanes qui est tiré au sort, un Epistate. C’est en quelque sorte le chef de l’Etat. Il ne peut être Epistate qu’une seule fois. Il est le responsable de la conformités des lois qui sont votées sous son mandat.

Le rôle de la boulé est principalement de préparer les lois (faire des probouleumata) et de les soumettre à l’Ekklesia. La boulé est aussi joue aussi le rôle d’administration générale qui prépare les assemblées, et garde le feu sacré.

Ce système politique est donc assez étrange, il est presque double. Il y a des représentant du peuple, mais il ne supprime pas les anciennes institutions donc il est accepté par l’aristocratie.

L’Ekklêsia et la boulé sont des institutions du peuple, mais les archontes, (au nombre de 10) sont des magistratures qui sont données à l’aristocratie.

Voici une représentation graphique du système politique d’Athène d’après la constitution d’Aristote. Ce schéma provient de wikipedia.

shcéma Constitution athenes aristote

Différent type de démocratie actuelles

La démocratie est une forme de gouvernement qui a son origine dans la Grèce antique, et c’est actuellement la forme de gouvernement qui semble être la meilleure, celle qui assure le plus la stabilité de la paix.

Cependant, quand on parle de démocratie, ça ne veut pas toujours dire la même chose. Il existe de nombreux systèmes politiques démocratiques différents.

Il existe tout de même des bases fondamentales communes à toute démocratie.

  • La séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.
  • chaque citoyen a le droit de faire partie des membres du gouvernement.

Ensuite, il y a des variantes qui font qu’une démocratie est directe, semi-directe ou représentative. En effet, suivant les systèmes, et suivant la tâche, le peuple décide directement, ou désigne des représentants qui vont décider. On parle de démocratie semi-directe dans le cas où un groupe d’élu gouverne, décide, mais si le peuple n’est pas d’accord, il peut exercer un droit de référendum.

Régime Présidentiel

Ce qui caractérise un régime présidentiel, c’est la volonté de séparer à tous pris les pouvoirs. C’est le système le plus courant sur le continent Américain. (pas le canada)

Il est caractérisé par:

  • l’exécutif et le législatif sont élus totalement séparément.
  • l’exécutif ne peut pas dissoudre le parlement et réciproquement, le parlement ne peut pas renverser le gouvernement.

Régime Parlementaire

Ce qui caractérise un régime parlementaire, c’est une volonté d’avancer et d’éviter les blocages du au système politique. C’est le système démocratique qui est le plus courant en Europe.

Il est caractérisé par:

  • l’exécutif et le législatif sont issu des mêmes force politique. L’exécutif est le reflet de la majorité parlementaire.
  • l’exécutif et le législatif ont un pouvoir équilibré. Le législatif peut renverser le gouvernement et l’exécutif peut dissoudre le parlement.

Direction d’entreprise

Le monde politique est une chose, mais il ne décide pas de tout. Pour tous les problèmes de la vie courantes, les entreprises concernent souvent plus directement la vie des gens. Il est donc aussi très intéressant d’étudier comment son gouvernée, dirigée les entreprises.

De plus, on remarque, que les grandes entreprises deviennent de plus en plus grande. Que certaines emploient (et donc concernent) énormément de personnes. Au point que finalement certaine entreprises ont plus d’employé et de budget que certains Etats.

Actionnariat

= Aristocratie censitaire !

Voici encore quelques pistes à étudier: