Martouf le synthéticien
 
 

avr

6

Je me plonge dans l'étude des géopolymères. C'est passionnant...

Un plastique minéral

Quand on parle de polymères, en général, c'est pour fabriquer du plastique... et bien dans le domaine des géopolymères, on fabrique des pierres !

En effet, au lieu de d'utiliser du pétrole pour construire des grosses molécules (le polymère), on va utiliser des matrières minérales comme la silice (du sable) ou l'alumine (oxyde d'aluminium).

Ainsi, on obtient des matériaux très très solides et résistant.

Cette science des géopolymères est très récente elle a à peine plus de 30 ans et s'applique plutôt depuis une vingtaine d'année. C'est le professeurs Joseph Davidovits qui a inventé ce terme et développé cette science.

Un "béton" écologique

BneWstTerminalExt.jpgLes géopolymères commencent à sortir des applications très spécialisées pour devenir des matériaux plus standards, notamment dans la construction. En effet, il est possible de remplacer le béton par des géopolymères, une opération qui économise beaucoup d'énergie grise.

En septembre 2014, le nouvel aéroport "Brisbane West Wellcamp" a été inauguré en Australie. Pour la construction de cet aéroport, ce n'est pas moins de 70 000 tonnes de "béton" géopolymère qui ont été utilisés. Si du béton traditionnel avait été utilisé à la place, ce serait 6600 tonnes de CO2 de plus qui auraient dégagées.

Une science redécouverte

Oichoneo in bucchero etruria meridionale, fine VII, inizio VI secolo ac.

La science des géopolymères est très récente, mais voilà qu'elle permet de résoudre de vieilles énigmes. Comme celle de la fabrication des Buccheros étrusques. Des vase noirs fabriqués 500 à 600 ans avant J.-C.

La fabrication de ces vases est restée un mystère pendant longtemps. Les archéologues ont expliqués la couleurs noires par une cuisson de ces poteries dans un four avec une atmosphère particulièrement chargée en carbone.

Mais cette théorie ne tient pas, car les fours devrait être très performants pour monter à haute température tout en maintenant cette atmosphère particulière. Ça semble très peu probable. Les essais qui ont été fait pour prouver que cette technique marche n'a été pratiquée que jusqu'à des température inférieur à 500°C... et du coup on obtient en effet, une belle poterie noire, mais elle ne tient pas l'eau !

Alors comment expliquer qu'un grand nombre de ces poteries ont pu résister 2500 ans enfouies dans le sol ?

Ce n'est qu'avec la théorie des géopolymères que Joseph Davidovits a pu expliquer la fabrication des Buccheros avec des cuissons à moins de 500°C. Il s'agit simplement d'un mélange d'argile et d'une solution basique composée de chaux et de certains sels que l'on trouve naturellement dans tous le pourtour de la méditerranée.

Ces vases noirs très solides me font beaucoup penser aux 40 000 vases égyptiens qui ont été trouvés sous la pyramide de Saqqarah et qui sont très très durs.

Tellement durs, plus dur que du métal, que la technique de fabrication par forage ne fonctionne pas pour les vases de ce type. D'autant plus que ces vases sont lisses, et ont des formes qui interdisent de les forer. (comment faire passe l'outil par l'étroit goulot ?)

Avec la connaissance des géopolymères, je me dis que l'on tient une piste intéressante: tous les objets en pierre ne sont pas taillés, il est possible de les mouler !

Et voilà qu'une stèle retrouvée à Abydos semble aller dans ce sens. Le chef des artisans, scribe et sculpteur Irtysen y décrit ses connaissances:

"Je sais faire des pigments, des produits qui fondent sans que le feu les brûle, et en outre insolubles à l'eau. Personne n'en aura connaissance, excepté moi seul et mon fils aîné, le dieu ayant ordonné qu'il pratique en initié, car j'ai remarqué sa compétence en tant que chef des travaux dans toutes les matières précieuses, depuis l'argent et l'or jusqu'à l'ivoire et l'ébène."

Ainsi on peut imaginer que la fonte et le moulage de pierre puissent être connu à cette époque.

Les pyramides d'égypte ont été moulées

Si l'on devait de nos jours construire une grande pyramide dans le genre de celle de Chéops, comment est-ce que l'on s'y prendrait ?

Il est fort probable qu'on la construise avec des blocs de béton.

The_Great_pyramid_of_Gizeh,_a_tomb_of_5,000_years_ago,_from_S.E._Egypt._(17)_(1904)_-_front_edited_-_TIMEA.jpg

Pour un architecte au fait de l'existence des géopolymères, il est fort probable, qu'il décide de remplacer le béton par un géopolymère.

Vue que la technique des géopolymères semble connue dans l'égypte antique au vu de ce qui est écrit sur la stèle d'Irysen, est-il possible que les pyramides d'Egypte soient faites de géopolymères ?

Le professeurs Davidovits travaille sur cette hypothèse depuis longtemps. Il s'est même amusé à piéger des archéologues avec des géopolymères en leur demandant de donner l'âge de pierre qu'il venait de mouler.
On imagine bien le dialogue: "Cette pierre a été taillée il y a 4000 ans .... et bien non... je l'ai moulée il y a une semaine dans mon labo !"

Il semble bien en effet, qu'il n'est pas possible de dater une pierre. Il est possible de dater son errosion, ce qui se trouve autour (les coraux pour les pierres sous marines), les matières organiques avec du carbon 14, les pierres en fonction de la couche sédimentaire dans laquelle on les trouve. Mais la pierre toute seule elle même.... pas possible !

Une étude du paléomagnétisme des pierres de la pyramide de Chéops publiée en 2012, montre qu'effectivement il y a de nombreuses pierres qui ont été moulées !

KhufuPyramidCasingStone-BritishMuseum-August19-08.jpgL'idée utilisée dans cette étude consiste à se dire que si la pierre a été moulée sur place directement, les moments magnétiques sont identiques dans toute la pierre et orienté nord sud. Si la pierre a été taillée et donc déplacée et tournée, les moments magnétiques des composants de la pierre sont aléatoires.

L'étude arrive à la conclusion qu'il y a des blocs qui ont été taillés (à la base de la pyramide de Kephren en tout cas) et des blocs qui ont été moulés.

Effectivement on imagine qu'il est beaucoup plus simple de transporter des gravats, des petits matériaux et de mouler les blocs sur place que de manipuler des blocs énormes !

Le film "La révélation de Pyramides" (dont voici mes notes) qui pose beaucoup de questions pertinentes sur la construction des pyramides mentionne aussi la création des "fondations" des pyramides. Du socle sur lequel elles sont posées. Une constructions très complexe à elle toute seule vu que le socle doit être hyperplat !

Si on imagine que le socle a été moulé, c'est tout de suite plus facile pour faire un sol plat !

Ce film évoque qu'aux 4 coins du monde, il y a des artefacts qui ont été construit avec des pierres énormes et très bien ajustées. L'hypothèse du moulage des pierres expliques pas mal de choses.

Il y a de nombreuses pierres qui semble être taillées avec une logique qui compliquerait le travail (des bosses!). Mais en prenant l'hypothèse du moulage tout devient évident !

Mur_Inca_Cuzco pierre moulée.jpg

Chose que je ne comprends pas, c'est que les auteurs du film "La révélation des pyramides" ne parlent pas de géopolymères, bien que sur une radio ils ont évoqué le fait d'avoir rencontré Joseph Davidovits et connaissent ces théories. Alors pourquoi ne pas avoir intégré ceci dans le film ? Ce n'est pas assez sensationnel ? L'hypothèse est trop réaliste ?

Voilà c'était donc un petit aperçu de nouvelles techniques (ou anciennes) dont on ne parle pas assez à mon avis !

Un petit film qui expose la même hypothèse de bloc moulés

Juste après avoir écrit ce texte, je découvre sur youtube ce petit film, qui présente cette théorie de construction des pyramides à l'aide de géopolymères moulés. On y parle aussi de la stèle de Irtysen alors que j'avais trouvé l'info tout ailleurs et que j'avais recoupé les idées. Donc c'est parfait je ne suis pas le seul à avoir fait le rapprochement. Ce qui conforte la théorie.

Dans le film il est aussi mentionné une autre stèle qui indique la recette de pour la création de géopolymère.

Pour terminer, je me dis qu'il est normal que l'idée de mouler des pierres émerge dans un pays où l'on construit depuis toujours des maisons avec des briques moulées avec de la boue séchée !

 

Martouf: 6 avr 2015 : 19:14

tags: news, pierre, pyramide, géopolymère, béton, bucchero, archéologie,

Commentaires: 0 commentaires

D'autres articles intéressants à lire...

juil

14

Un outil pour aider les archéologues à comprendre la vision du monde de nos ancêtres celtes et néolithiques

menhir de clendy yverdon.jpgSi l'on veut étudier les traces civilisation de nos ancêtres pré-chrétiens, on est bien ennuyé. Il ne reste pas grand chose.

Pour les plus proche, les celtes, c'est un peuple que l'on dit "protohistorique". On est presque à l'ère de l'écriture. Mais pas encore. Pour les peuples néolithiques qui vivaient avant. Il reste encore moins de choses, surtout des pierres.

Bref, Il ne reste que des pierres. mais vu comme ça, à quoi peut bien servir un menhir ?

Les archéologues se posent beaucoup de questions mais ne donnent que peu de réponses.

J'ai beaucoup progressé sur la compréhension du sujet lorsque j'ai découvert les enregistrements de plusieurs interviews de Stéphane Cardinaux.

C'est un architecte suisse romand qui s'est passionné pour la science des bâtisseurs de toutes époques.

C'est un passionné de géométrie sacrée. Il tente de comprendre comment et pourquoi les anciens construisaient de telle ou telle manière.

Stéphane Cardinaux a écrit plusieurs livres dans lesquels il décortique les lieux sacrés ou châteaux de suisse romande pour montrer les schémas directeurs des constructions.

Il va retrouver les pierres angulaires qui servaient de références aux bâtisseurs de cathédrales. Il nous montre quelles étaient les unités de base utilisées: le pied romain, la coudée royale égyptienne, etc. Il indique aussi les proportions utilisées, le nombre d'or, la racine de 2, etc...

A force d'étudier sous toutes les coutures des églises et des châteaux, Stéphane Cardinaux s'est également intéressé au pourquoi de l'emplacement de ces bâtiments. Pourquoi est-ce que parfois on trouve des orientations étranges ? Pourquoi ce temple est à tel endroit et pas à un autre ?

Rien n'est fait au hasard. Il nous montre dans ses livres pourquoi. Il a fait des plans très minutieux des bâtiments et de leur environnement. Notamment des phénomènes telluriques.

temple de planches de Montreux.jpgIl nous montre que toutes les églises et tous les châteaux qui ont été construits avant la grande peste de 1350 sont tous alignés sur les réseaux telluriques.

Les réseaux telluriques forment un quadrillage présent sur toute la planète. Stéphane Cardinaux nous montre que les réseaux naturels sont modifiés pour être inclus dans les murs par les bâtisseurs.

C'est ainsi que Stéphane Cardinaux collabore avec de plus en plus d'archéologues. Ils utilisent les réseaux telluriques pour retrouver des murs qui ont été détruits au cours de l'histoire.

Stéphane Cardinaux nous montre l'exemple du fanum gallo-romain de Riaz qui a été déplacé d'une dizaine de mètres car il était sur le tracé de l'autoroute Lausanne-fribourg.

Les pierres on été déplacées, mais il est toujours possible de détecter la construction originale, en réseau tellurique, 10m à côté !

Dans les autres phénomènes telluriques, on peut citer également, la cheminée ou le vortex. Stéphane Cardinaux a observé que tous les donjons de château sont construits sur des vortex. Ce qui explique parfois l'emplacement étrange d'un donjon !

Pour illustrer mes propos, voici un plan extrait du livre de Stéphane Cardinaux. Il représente le temple des Planches à Montreux (que je connais). Le bâtiment est tout tordu, mais on voit que les réseaux telluriques ont été placé dans les murs et démultipliés. Il y a juste une exception: les murs de l'annexe en haut à gauche et l'extension du coeur ne respectent pas cette règle. C'est une annexe qui a été construite après 1350 !

Les bâtisseurs laissaient des indices. Sur la croisée d'ogive au dessus du coeur, on trouve une moulure en forme de vortex....

indice de vortex sur la croisée ogive temple des planches.JPG

Sinon on remarque que l'autel dans le coeur a été placé juste à l'endroit d'un croisement important de ligne de réseau tellurique (il y a des lignes plus grosses que d'autres, mais plus rare aussi), ainsi que d'un vortex et d'une cheminée. Une telle configuration est statistiquement suffisamment rare pour que le lieu ai été repéré depuis des millénaires et utilisé comme lieu de culte.

Pour revenir à nos ancêtres plus lointains, on découvre que les lieux sacrés celtes, romains et néolitihiques sont conçus sur les mêmes principes de constructions que les cathédrales. Ainsi on comprend pourquoi les lieux sacrés se sont souvent superposés.

médecin-peste.pngStéphane Cardinaux montre dans ses livres un inventaire très complet de nombreux sites et de leurs caractéristiques. On retrouve des églises, des abbayes, des temples romains, des châteaux, des forts, des opidums et lieux sacrés celtes, ainsi que des menhirs et des dolmens.

Tous sont construits selon les mêmes principes jusqu'à cette peste de 1350, qui a tué, suivant les endroits, entre un tiers et la moitié de la population d'Europe !

On peut donc supposer qu'une partie du savoir des bâtisseurs a été perdue à ce moment là.

Voici l'exemple des menhirs que l'on trouve à Corcelles-près-Concise VD.

pano 4 menhirs concise bleu couleur.jpg

menhir de concise.jpg

Il y a 4 menhirs qui sont placés comme des buts de foot !

Sur un des menhirs il est gravé que celui-ci a été ajouté il y a 150 ans pour compléter le monument.

Il est donc difficile de dire à quoi devait ressembler le monument d'origine.

Stéphane Cardinaux nous montre dans son livre qu'il y a une conjonction de phénomènes cosmo-telluriques non pas sur les menhirs, mais au centre, au milieu des menhirs.

Il y a un croisement majeur d'un réseau tellurique, il y a un vortex et une cheminée à 4 bras. Ce qui fait de ce point un lieu exceptionnel.

Pourquoi les menhirs ne sont pas au centre de ce point ?

Tout simplement, car ce lieu devait être un cromlech, un cercle de pierres. Les autres pierres ont disparues. Il n'en reste que 3 de la construction originelle.

On voit ici pourquoi les archéologues ont de plus en plus recours aux géobiologues pour les aider dans la compréhension de sites anciens, sans l'indication des phénomènes telluriques, on ne pense pas au cromlech, on ne voit qu'un aligment de menhir.

Il est intéressant de constater que certains cromlech on été transformés en temples romains aussi avec la même forme de cercle... puis ensuite couvert d'un toit pour en faire un cloitre chrétien! Il y a une continuité pour profiter des caractéristiques du même lieu, mais en l'aménagant au confort de l'époque. (c'est vrai qu'il est plus agréable de déambuler à l'abri de la pluie...)

Les deux premiers livres de Stéphane Cardinaux sont des inventaires de lieux en Suisse, puis au vue du succès du premier livre, aussi de lieux en France. J'ai personnellement beaucoup apprécié redécouvrir sous un autre angle de vue des lieux que je connais.

Voici les références vers ces livres que je te conseille vivement de lire:

Le premier livre de Stéphane Cardinaux est disponible gratuitement sur scribd.... mais je t'encourage à l'acheter. Ça vaut la peine d'avoir les dessins sur papier pour mieux les étudier. (surtout sur le terrain) et c'est surtout pour rétribuer l'auteur qui a fait un travail incroyable et de qualité.

La géobiologie

Petite précision qui a son importance, au fil de ses études sur l'architecture des anciens, Stéphane Cardinaux est devenu géobiologue. C'est souvent en précisant ceci que les gens peu ouvert d'esprit décrochent. En effet, si on lit l'article wikipedia à propos de la géobiologie, on nous dit que c'est une pseudo-science. Que tout est de la foutaise....

Plutôt que de tout rejeter en bloc dès le début, je te propose de garder l'esprit ouvert. Il y a des choses qui ne sont pas visibles à première vue, puis quand on trouve la technique, on accède à une nouvelle vision des choses.

Pour illustrer mes propos, voici un auto-stéréogramme. Que vois-tu dans cette image ?

dragon autostéréogramme.jpg

Stéphane Cardinaux est un scientifique. Il sort d'une école polytechnique. Il a développé des protocoles d'expérimentation tout à fait scientifiques qui font que ses expériences de géobiologie sont reproductibles.

C'est en général tout ce que demande la science. Donc de ce point de vue la géobiologie n'est pas une pseudo-science. Mais il y a des scientifiques qui sont très dogmatiques ! (L'impression de savoir est le meilleur obstacle à la connaissance !)

Ce sont des expériences statistiques qui sont, à mon avis, beaucoup plus fiables que certaines expériences scientifiques de psychologie que j'ai déjà vues.... ex: peindre un bouton en rouge augmente de 60% le nombre de personnes qui vont l'actionner... (A ce propos, lire mon résumé du livre "Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens")

Il me semble que l'on ne taxe pas la psychologie de pseudo-science avec une affirmation comme celle-ci dessus. Pourtant c'est moins fiable et précis qu'une équation mathématique !

On trouve de tout dans une université. Des sciences dures aux sciences molles.

université de neuchâtel.jpg

Les mathématiques ne sont que théoriques, donc dures. Il n'y a aucune exception. La physique est déjà plus souple. Il y a des théories en contradiction. La chimie utilise des recettes de cuisines pas toujours fiables.

Puis on arrive dans les sciences humaines, des sciences molles, la géographie change au fil du temps, l'histoire se réécrit, est revisitée, les sciences économiques ne sont que des dogmes, des croyances, sinon on aurait pas de krash financiers.... la faculté de théologie est également acceptée dans l'université...

....Mais gare aux mélanges. Un physicien qui veut étudier scientifiquement la nature de l'âme.... on va lui couper les crédits. Ce n'est pas scientifique. Pourtant en fac de théologie, on parle souvent d'âme !

Voici donc les grands paradoxes de notre science. Cette science ressemble de plus en plus à l'église du temps de l'inquisition! Les croyances font foi. Il y a tout un clergé qui est fasciné par des saints (les prix Nobels). Le scientifique qui sort des croyances acceptées est ex-communié !

Donc garde l'esprit ouvert et entre dans le monde des géobiologues. C'est fascinant.

Personnellement, je sais que la géobiologie est tout à fait réelle, simplement car j'ai fait moi-même des expériences concluantes.

Dans mon adolescence, j'ai fait de nombreuses expériences de géobiologie. Je m'amusais à détecter les réseaux telluriques dans ma chambre pour placer mon lit en dehors des noeuds. (les croisement des lignes.)

Comment fait-on pour détecter les lignes des réseaux telluriques ?

Il existe plusieurs méthodes. Personnellement, celle que j'utilise depuis mon adolescence, c'est les rad-masters. Deux tiges de fil de fer coudées en forme d'équèrre. Je les tiens dans les mains et elle se tournent quand je passe dans une ligne d'un réseau tellurique.

réseau tellurique hartmann.pngCe que je cherche, c'est principalement le réseau Hartmann. C'est un quadrillage de lignes orienté nord-sud et est-ouest.

Les lignes naturelles sans perturbations sont écartées de 2m dans un sens et de 2,5m dans l'autre sens. Les lignes ont généralement une épaisseur d'environ 20cm.

C'est vrai, que d'un point de vue scientifique, c'est tout à fait déroutant. Pourquoi, quand je tiens mes rad-master, cette équerre se tourne ? Je n'en sais rien, mais il est indéniable qu'il y a quelque chose.

Mon grand-père utilisait déjà cette technique pour retrouver les canalisations d'eau du réservoir communal dont il s'occupait !

Les géobiologues actuels disent que les outils comme la baguette, ou les rad-masters ne sont que des amplificateurs d'un signal qui est détecté par le corps. En fait, l'instrument de mesure, c'est notre corps. C'est pour ça que de nombreux géobiologues détectent les réseaux uniquement avec les mains.

C'est pour cette raison aussi, que certains scientifiques ne croyent pas à la géobiologie. Ils prétendent que l'expérimentateur peut choisir de faire bouger son instrument comme il veut et dire ce qu'il veut.

Pour répliquer à ces objections, il existe d'autres instruments de mesures indépendant du corps. Il existe un instrument très efficace qui s'appelle le sonotest. C'est une sorte de diapason qui vibre à une fréquence précise.

Quand il traverse une ligne d'un réseau tellurique, on entend que le son change, qu'il passe d'une oreille à l'autre. Il y a une sorte de phénomène de battement. C'est le principe utilisé par les accordeurs de guitare.

Voici une vidéo qui présente le sonotest. Malheureusement, pour bien entendre le phénomène, il faut disposer d'un enregistrement stéréo et d'une diffusion stéréo, ce qui n'est pas toujours le cas avec les vidéos amateurs que l'on trouve sur le net.

Pour en savoir plus sur le sonotest, voici cette page...

Maintenant que l'introduction est faite, je vais te laisser écouter une interview de Stéphane Cardinaux. Lors de cette entretien on fait un tour complet du monde incroyable de la géobiologie. ( archéologie, réseaux hartmann, réincarnation, non-temps, élémentaux, ... )

Bonne écoute:

Mais à quoi ça sert tout ça ?

La réponse n'est pas simple... Plus j'ai fatigué la question pour en savoir plus.... plus j'ai eu l'impression de ne rien savoir !

Comme le dit si bien l'astrophysicien Hubert Reeves: Ce que je sais est fini..... Ce que je ne sais pas est infini !

Si tu en as encore le courage, je te laisse libre de lire mon article fleuve dont est extrait cet article... Il te permettra de suivre mes recherches sur le sujet. Il te permettra d'aller beaucoup plus loin, mais seulement si tu as suffisamment d'ouverture d'esprit...

Cet article te permettra de comprendre comment et pourquoi les humains changent de vision du monde. Comment j'ai moi même évolué dans ma vision du monde ces dernières années.

On abordera aussi la base de mes recherches sur ce qu'est la conscience...

A ce propos j'aime bien citer le Dr Jean-Jacques Charbonier, un anesthésiste français qui étudie les expériences de mort provisoire (son expression pour les NDE). Il utilise une méthaphore que j'aime bien.

Il dit: "Certains scientifiques cherchent à démontrer que tout se passe dans le cerveau. C'est un peu comme la personne qui démonte sa TV pour voir où sont fait les programmes TV... Le cerveau est une interface pour matérialiser notre conscience."

Je te laisse méditer ces paroles...

Martouf: 23 juil 2014 : 17:19

tags: news, réseau, conscience, science, menhir, géobiologie, hartmann,

Commentaires: 0 commentaires

juin

18

Depuis longtemps déjà, je suis fasciné par l'étude de mon réseau d'amis. Qui connait qui..., comment, combien j'ai d'amis ?, etc...
En 2006, j'avais tenté de définir ce qu'est un "ami", une connaissance, un contact...

Puis, en 2007, je suis arrivé sur facebook. Là mon réseau social est devenu beaucoup plus visuel. J'ai eu la possiblité de voir les amis en commun que j'ai avec d'autres personnes.

Dernièrement j'ai encore franchi une étape supplémentaire dans la visualisation et la compréhension de mon réseau d'amis.

Voici le graphe de mon réseau d'amis facebook.

Déjà, je remarque qu'il est assez homogène. Il y a quelques électrons libres autour de la masse de mes amis. Mais sinon il y a une continuité.

Il faut que j'explique un peu ce que représente ce graphe. Tout d'abord, ce qui est assez évident, c'est que chaque cercle représente une personne. Puis chaque personne a des liens avec les gens avec qui elle est amie.

Plus le cercle est grand, plus la personne a de connexions, donc d'amis. Je vois ainsi que les personnes qui ont des grands cercles sont les personnes avec qui j'ai le plus d'amis en commun.

Chaque réseau est souvent composé de sous réseaux qui sont des communautés. Ici, j'ai voulu voir comment mon réseau d'amis se catégorise en grandes communautés d'amis.

Je dois dire que le résultat saute aux yeux !

En rouge, c'est la communauté de mes amis d'enfance et locaux, des gens avec qui j'étais à l'école primaire et des gens de la commune dans laquelle j'ai habité pendant plus de 30 ans: Boudry. C'est potentiellement les gens avec qui je fais la fête à la Boudrysia. La fête villageoise pendant laquelle je retrouve tout ces gens que je ne croise pas forcément à d'autres moments.

En bleu, c'est la communauté de mes amis scouts !

En vert, c'est la communauté de mes amis avec qui je refais le monde: mes amis politicien(ne)s

En violet, en haut, c'est la communauté de mes amis d'études. Plus j'ai avancé dans mes études, plus je me suis éloigné de mon lieu d'enfance et ainsi on voit que dans mes amis d'étude il y a ceux qui sont en lien avec les "rouges" mes amis d'enfance. Ils viennent de la même région. Mais il y a aussi un groupe totalement déconnecté, seul nos études forment un lien entre nous.

Il y a encore une communauté très discrète, par ce que peu nombreuse. Elle se situe en bas de la communauté verte. Il y a quelques points rouge. Il s'agit de la communauté de mes amis d'armée.

amis facebook Martouf grandes communautés.png

Voilà. Vous croyez avoir tout compris à mes amis ?

... et bien accrochez-vous, c'est beaucoup plus compliqué que ça !

Voici le même graphe, mais découpé en plus petites communautés:

amis facebook martouf micro communautés.png

 

Aaarg... c'est tout différent !

Non, il y a quand même des invariants. Il y a toujours les mêmes électrons libres et les communautés qui sont très homogènes et déconnectées des autres. Ainsi, rien n'a changé pour mes amis d'étude ou mes amis d'armée.

En revanche les communautés de mes amis scouts et de mes amis boudrysans ne sont plus si claires. En fait il se trouve que ces communautés sont complètement entremêlées.

Dans mes amis d'enfances, j'ai beaucoup de scouts ! ... et dans mes amis Boudrysans, j'ai également beaucoup de gens avec qui j'ai fait de la politique locale !

Puis dans mes amis scouts, il y a étonnament plusieurs groupes d'âges qui se connaissent bien entre eux, et moi je fais souvent le lien entre ces tranches d'âge. Mais aussi entre différentes régions géographiques.

Il y a aussi des cours de formation différents (voilà), qui créent des liens plus fort entre certains groupes. (assez lié aux tranches d'âge)
Ainsi, j'observe que le maillage du réseau de la communauté scoute est plus fort que celui des autres communautés. Chaque personne a, en moyenne, plus de connexion avec d'autres personnes que dans d'autres communautés.

Tous les scouts se connaissent bien entre-eux et de diverses manières. Voilà enfin un moyen clair et scientifique d'expliquer cette impression que tous les scouts ont, de faire partie d'une communauté plus soudée que dans d'autres millieux.

Puis j'observe une communauté assez inattendue pour moi. En vert clair, entre ma communauté géographique d'origine et les politiciens. C'est une communauté que j'appelle de personnalités locales.

Ce sont des gens qui sont des petites star locales. Des gens qui ont beaucoup d'amis (en tout cas sur facebook), j'y retrouve des artistes, musiciens et auteurs locaux, des tenanciers de bars bien connus, des organisateurs de festivals et de fêtes populaires, des journalistes... (quand ils ne se cachent pas dans la communauté des politiciens !)

J'observe que la communauté des politicien(ne)s neuchâteloi(e)s (en violet) est très homogène. Peu importe les partis !

J'ai des gens de tout l'échiquier politique dans mes amis facebook, et ils sont quand même tous reliés entre eux. Les frontières entre les partis ne sont pas si claires. Donc ça confirme bien l'existence d'une classe politique !

De même que les journalistes sont souvent bien mélangés à la classe politique. Il existe d'ailleurs une blague de politicien qui dit que les journalistes sont des politiciens refoulés !

Je vois ici des journalistes qui sont clairement bien mélangés dans la communauté politicienne, de la même couleur. Alors que d'autres journalistes sont dans la couleur verte des "star locales", mais également perdus au milieu de la classe politique ! (en tout cas on les repères bien !)

Dans l'homogénéité, j'observe quand même que les individus des partis d'extrême gauche sont à la limite d'être intégré dans la classe politique, ils se séparent parfois entre la communauté politique en violet et la communauté alternative en orange. (anarchistes, squatteurs, gratiferia, etc..)

Puis, à gauche de la classe politique neuchâteloise, il y a une communauté bleue. Ce sont des gens de la communauté politique suisse romande. Puis de la même couleur, il y a mes amis militants pour un Revenu de Base Inconditionnel qui sont souvent (pas toujours) intégrés dans la communauté des politiques de Suisse romande.

Voilà, on a fait le tour des principales communautés de gens avec lequelles je suis en contact.

Limitation de cette visualisation

Une limitation que j'observe, c'est que ce graphe montre les communautés. Mais ne montre pas les communautés avec lesquelles je suis le plus actifs. Le graphe ne montre qu'un lien, même s'il est mort. J'ai des amis d'enfance avec qui je ne discute jamais, des politiciens qui sont amis avec tout le monde juste par ce qu'ils en avaient besoin pour une élection, mais qui ont maintenant un compte à l'abandon !

D'après Olivier Glassey, sociologue spécialiste des médias sociaux avec qui j'avais participé à un café scientifique à l'Uni de Neuchâtel en 2012, la plupart des gens ne communiquent pas avec plus de 5 à 15 personnes sur les réseaux sociaux.

Ainsi, ça explique le succès d'application comme WhatsApp qui permettent de créer des groupes de discussions, sans avoir à créer tout le reste du décorum de facebook qui doit montrer que l'on est l'élite de la nation. (facebook provient quand même de l'uni de Harvard...)

La discussion en groupe est l'outil communautaire qui monte. Désolé.. facebook c'est has been...

Donc pour plus tard, il serait intéressant que je refasse un graphe qui met en évidence l'interaction que j'ai avec mes amis facebook. Ce qui permettrait de montrer avec qui j'ai le plus d'échanges. Qui sont mes meilleurs amis !

... mais en fait, je crois que tout ça je le sais déjà ! :P

Comment réaliser un tel graphe de ses amis facebook ?

Si vous avez aussi envie de vous lancer dans l'exercice, ce n'est pas très compliqué.

C'est ici qu'il faut que je remercie Martin Grandjean de m'avoir fait connaitre l'outil Gephi et son utilisation dans un beau tutoriel.

Pour réaliser un graphe semblable à celui que je présente ci-dessus, il sufit de réaliser le tutoriel de Martin Grandjean avec les données de ses propres amis facebook que l'on peut récupérer grâce à l'application facebook: Netvizz.

Amusez-vous bien et dites m'en des nouvelles. Que l'on compare la structure de nos réseaux d'amis.

 

Martouf: 18 juin 2014 : 11:52

tags: news, politique, journaliste, graphe, facebook, communauté, amis, themeGeek, gephi, visualisation,

Commentaires: 0 commentaires

avr

14

Qu'est-ce que la beauté ? Comment définir ce qui est beau ?

C'est une question à laquelle il n'y a pas de réponse. Depuis des millénaires il y a des gens qui cherchent ce qui est beau sans être d'accord sur une définition.

Est-ce que la notion de beauté est personnelle ? Est-ce qu'il y a un absolu de la beauté ? Est-ce que la notion de beau change au fil du temps ?

Les grecs antiques aiment que le beau soit lié à l'harmonie, à la perfection mathématique de nombres comme le nombre d'or.

Voici de nombreuses référence sur: Qu'est-ce que la beauté ?

Il y a très rapidement deux catégories qui s'impose quand on tente de définir ce qu'est la beauté, la beauté physique, une belle fille, un beau gars. Et la beauté de la nature, les paysages époustoufflants. Puis il y a le reste...

Beauté physique

On peut dire que c'est très lié à la notion d'attirance, et même plus précisément d'attirance sexuelle. Au fil des âges, les canons de la beauté changent.

Nous sommes génétiquement programmé pour être attiré par les individus qui ont le code génétiques le plus compatible. (différent !) Ainsi la notion de beauté est personnelle !

beauté chirurgie esthétique.JPG

Beauté de la nature, des paysages

La nature est toujours belle. Il suffit de faire une recherche sur google image à propos de beauté pour voir défiler des images de superbes paysages, surtout de lacs, de rivières, de montagnes.

J'ai l'impression que la beauté d'un paysage, c'est surtout ce qu'il permet de transmettre comme émotion. Souvent, ce que l'on trouve beau, c'est le dégagement, c'est la vue. Les plages, les lacs qui dégagent le paysage. La vue dégagée donne de l'air, un sentiment de liberté.

Mais ce qui est beau, c'est aussi ce qui en impose. Comme la masse et la hauteur des montagnes, la force des vagues de l'océan, les tempêtes destructrices sont aussi belles par la force de la nature qu'elles représentent.

La beauté des couleurs qui permettent de transmettre des émotions. On parle de couleurs vives. De couleurs qui célèbrent la vie !

La beauté des oeuvres d'art est comme les paysages. C'est quelque chose de personnel car c'est lié aux émotions. Une oeuvre d'art peut faire raisonner en nous une émotion et chez quelqu'un d'autre pas du tout !

Parfois, on qualifie une beauté de sublime. Les artistes de leur côté subliment souvent leur pulsions dans une oeuvre d'art. Rien que par les mots qui résonnent on devine que l'artiste transmet sa pulsions à travers son oeuvre.

lac de Brienz turquoise.JPG

Beauté des objets, des choses, des batiments

Pour tout le reste, il y a un notion de beauté un peu semblable. Un bel objet est un objet pur, sans aspérité, bien proportionné, équilibré. Il a un design qui correspond à une harmonie.

Un objet trop grand, trop maigre est disproportionné. Les proportions sont plus belles quand on s'approche de proportions spéciales. Celles qui ont inspirés tous les batisseurs des temps anciens. (racine de 2, racine de 3, nombre d'or, etc..)

Mais aussi la bonne proportion est là quand on utilise une forme simple et régulière. Un cercle, un carré, un triangle. Si un objet s'inscrit dans ces formes simples il est beau.

"Mon beau sapin.... roi des forêts"... Un simple triangle. C'est dans l'imaginaire un sapin bien proportionné, qui ressemble à un sapin, qui a la forme de l'idée que l'on s'en fait, qui correspond à l'archétype du sapin. A la forme de base, simple (simple = sans plis..=> sans aspérités). Donc ça exclu tous les sapins diformes, les sapins avec des branches en moins ou en trop. Il faut que le sapin soit symétrique et non tordu.

Il me semble que l'on retrouve ici la notion de simplicité. Ce qui est beau est ce qui correspond à un archétype. A la forme de base.

On préfère les visages à peau lisse que ceux à boutons....

Mais une belle table, c'est aussi une table qui a vécu. Qui est bien patinée par le temps, qui a une âme. Qui transmet des émotions.

Le nombre d'or est un nombre particulier qui est le rapport entre la partie et le tout, ceci à plusieurs échelles. Ainsi il n'y a qu'un seul nombre possible. C'est quelque chose de hautement improbable. Donc c'est beau !

Pourquoi est-ce que l'on préfère l'aigle à la poule ?

L'aigle, comme tous les rapaces est beau. Il est finalement très proche de l'archétype de l'oiseau. Un oiseau ça vole. Ainsi la poule tout comme l'autruche sont moins belles. De plus, l'aigle plane, il ne bat pas souvent des ailes. Sont vol est plus pur et fluide. Plus simple. Donc plus beau ! Il combine un facteur de beauté en plus. Mais ce n'est pas fini. L'aigle en vol transmet une émotion, c'est la connotation de liberté, de légéreté. C'est encore plus beau !

Il y a aussi des assemblages de couleurs complémentaires qui sont beaux. Pourquoi ?

institut de beauté canine.JPG

Qu'est ce que je trouve beau / belle ?

  • Ce qui est improbable. => trop beau.. je ne pensais pas ça possible !
  • Ce qui est simple => d'où le rasoir d'ockham utilisé en science pour choisir l'hypothèse la plus plausible. C'est toujours la plus simple.
  • Les fractales qui sont des formes simples construisant le complexe => arbre, chaines de montagne, découpage des côtes
  • Les couleurs vives
  • La cohérence d'un grand nombre de choses qui s'assemblent tellement c'est peu probable. => la lecture à plusieurs niveaux d'une BD, d'un film pour enfant avec des blagues pour adultes. Les jeux de mots qui ont plusieurs sens.

Mes tableaux pinterest de ce qui est beau

Synthèse: qu'est ce que la beauté ?

De ce qui précède. De mon expérience personnelle. Voici ce qui semble être commun à tout ce qui est beau:

  • La beauté, c'est ce qui est simple, ce qui va à l'essentiel
  • La beauté, c'est ce qui nous touche, ce qui stimule des émotions en nous, nous inspire.
  • La beauté, c'est ce qui est improbable.

équilibre des empillements de galet.jpg

Martouf: 14 avr 2014 : 20:38

tags: news, beau, beauté, belle,

Commentaires: 0 commentaires

mar

26

Ceux qui me connaissent savent que je suis un défenseur du revenu de base inconditionnel.

J'ai écrit un article qui montre les avantages d'un revenu de base inconditionnel, j'ai écrit une fable qui montre dans un monde imaginaire pourquoi le temps est venu maintenant d'instaurer un revenu de base inconditionnel.

Mais jusqu'à présent, je ne me suis pas encore exprimé sur les valeurs qui me poussent à faire la promotion du revenu de base inconditionnel. (étymologiquement, "valeur" signifie "la force de vie", donc les valeurs sont les motivations profondes qui nous font avancer dans la vie)

J'ai de la peine à transmettre en mots des valeurs que je retrouve dans le Revenu de base inconditionnel (souvent appellé RBI). Mais j'ai quelques concepts que j'aime bien. Voici une liste de valeurs que j'aime:

  • partage
  • collaboration (penser gagnant-gagant.... il n'est pas nécessaire que les autres perdent pour gagner !)
  • liberté (qui pour moi sous entend responsabilité, et engagement)
  • créativité
  • éducation plutôt que formation. => éducation vient de ex ducere, conduire au dehors, à l'autonomie plutôt que formation, formattage à une pensée unique.
  • individuation (donc prise de conscience que l'on est tous différents avec chacun un potentiel différent à laisser s'exprimer, donc contre l'uniformisation qui se cache souvent sous le terme "égalité"). Mais pas individualisme, qui nie l'existence des autres et préfère favoriser l'individu au groupe.
  • interdépendance. Une fois que l'individu est pleinement lui-même. Il peut s'associer avec d'autres pour être plus fort. C'est la vision holarchique d'être en même temps un tout et une partie d'un tout plus grand. (individu et membre d'une société)
  • ouverture d'esprit. Si l'autre n'est pas d'accord avec moi, c'est qu'il y a quelque chose que je n'ai pas compris... à moi d'élargir mon champ de conscience. (et pas de dire que l'autre est un con qui n'a rien compris ! :P  En son for intérieur tout le monde a toujours raison, est dans ce qui lui parait juste)
  • être dans l'accueil (plutôt que dans la prédation). Etre capable d'accueillir l'abondance.
  • Use de tout, n'abuse de rien. Tout est question de mesure. Le bien et le mal sont des notions relatives.

Si je synthétise ces valeurs personnelles, j'arrive à trouver trois grands axes:

  • la notion d'individu autonome, libre et responsable
  • l'interdépendance, la solidarité, la collaboration et le partage entre individus autonomes
  • la notion d'abondance, de potentiel créatif

Le revenu de base inconditionnel est pour moi un moyen de rendre libre et autonome chacun. De lui assurer sa survie sans imposer une manière de vivre.

Le revenu de base inconditionnel est un nouveau contrat social entre l'individu et la société dans laquelle il habite, avec laquelle il est interdépendant.

Le revenu de base inconditionnel permet de se libérer des logiques qui enferment, qui exploitent, qui montent les gens les uns contre les autres dans une concurrence inutile, qui font croire à une rareté, à une pénurie alors que l'abondance est là. Une abondance qui est là pour nous aider à réaliser nos rêves, à inventer, à créer, à simplement vivre.

Martouf: 26 mar 2014 : 12:04

tags: news, eau, liberté, collaboration, revenu de vie, créativité, revenu de base inconditionnel, partage, valeur, abondance, individuation, éducation, interdépendance,

Commentaires: 0 commentaires


 
 
 
 
 
login
Identification

loading loading