Remettre la forêt au milieu de l’agriculture

Nous vivons dans une période de crise. Il suffit de prêter attention aux médias pour avoir l’impression que la fin du monde est proche ! Plus que jamais on nous bassine avec un catastrophisme ambiant et des problèmes partout…

Mais où sont les solutions ?

Beaucoup aiment critiquer, dénoncer, lancer le débat (ce qui est déjà mieux), mais peu de gens apportent des solutions.

Dernièrement, j’ai enfin trouvé quelqu’un qui apportait des solutions.

Je suis allé au cinéma voir le dernier film de Coline Serreau: Solutions globales pour un désordre global.

Le titre annonce déjà que l’on va nous donner des solutions. Et c’est vrai !

L’agriculture est la base des civilisations humaines

Et oui, le sujet du film, c’est l’agriculture. L’agriculture est la base de toutes nos civilisations humaines. L’agriculture est ce qui permet à tout à chacun de se nourrir, l’agriculture est fondamentale pour l’humanité…. mais pour jouer le jeu des catastrophistes… l’agriculture va mal, l’agriculture doit être réformée. Et ce film donne des solutions simples.

champ de blé.jpg

Histoire de l’agriculture

trouée dans la forêt.jpgPour commencer, petit rappel historique. L’agriculture ce n’est pas nouveau. Les humains ont commencé à cultiver des plantes il y a 10 000 ans, pendant ce que l’on a appelé la Révolution néolithique.

J’ai retrouvé des épisodes de l’émission de la RSR Histoire vivante à propos de l’histoire de l’agriculture. Pour ceux qui voudraient avoir un bon aperçu voici le résumé que j’ai fait des 3h qu’ont duré cette conférence.

Voici les enregistrements audio:

Pour résumer très brièvement la longue et complexe histoire de l’agriculture retrouvons nous au néolithique.

Au tout début, on cultivait les plantes dans la forêt. Puis on a commencé à bruler les arbres pour faire un peu de place et surtout pour récupérer les cendres et les utiliser comme engrais.

Quand ça ne marchait plus on partait ailleurs. Puis après quelques dizaines d’années le premier sol était à nouveau utilisable quelques années.

Une fois que toutes les forêts utilisables ont été brûlées, il a commencé à manquer de place. On s’est donc mis à rester sur les mêmes terrains et l’on a inventé la jachère.

J’ai relu mon livre d’histoire d’école secondaire et ce qu’on y dit à propos de la jachère. Comme dans la plupart des livres d’histoire, ce n’est pas exact !

La jachère n’est pas le repos de la terre ! … c’est au contraire le moment où l’on travaille le plus la terre ! C’est vrai on y cultive plus, mais on tente par tous les moyens de lui redonner de la biomasse ! C’est pourquoi on va y faire paître les animaux pour récupérer leur déjections. On va labourer le champ pour mélanger ces déjections avec la terre.

Tout le moyen âge va être chamboulé par cette technique. La faux, la charrue et la charette sont le premier pas vers une agriculture technologique. Une technologie qui va mobiliser tellement de ressources que l’impôt sera inventé !

L’agriculture du néolithique à l’aide de la forêt était beaucoup plus rentable, les technologies du moyen-âge ne sont là que pour compenser la perte de la forêt.

Cette situation va durer jusqu’au début du 20ème siècle.

Agriculture de destruction massive

masque obligatoire_plus_clair.pngLe début du 20ème siècle est marqué par deux guerres mondiales. Lors de la première, c’est là que l’on a envoyé au front tous les paysans d’europe se faire massacrer et qu’on a envoyé leur femmes dans les usines.

La première guerre mondiale à vu la création du gaz moutarde pour tuer les ennemi. c’est aussi à cette époque que l’industrie a réussi à synthétiser l’amoniac.

A la fin de la guerre, il y avait des millions de paysans en moins et une industrie chimique qui tournait pour rien !

On a changé d’ennemi. Au lieu de se battre entre humains. On se bat contre le sol. On lui déverse dessus tous les pesticides créé pendant la guerre sous prétexte de tuer les insectes nuisibles ! Le reste de l’industrie chimique fabrique des engrais. Et l’industrie des chars fabrique des tracteurs.

Une nouvelle révolution agricole est en route. On commence la guerre chimique contre les sols.

Agriculture à base de pétrole

nain de jardin arrosoir.jpgIl ne faut pas oublier que toute notre agriculture actuelle est une grosse industrie à transformer du pétrole en plante comestible. (on l’espère que c’est commestible !)

En effet, dans ce type d’agriculture, on balance des pesticides pour tuer le sol (surtout les micro-organismes qui le compose), et comme le sol n’est plus capable de nourrir les plantes, on leur donne directement des engrais.

Engrais, qui sont à base de pétrole. Pourquoi est ce que les fruits et légumes sont beaux et gros ? Par ce qu’on les gaves de pétrole ! Tout le monde sait que les réserves de pétrole vont en diminuant, mais tout le monde trouve normal de baser notre alimentation sur le pétrole ! Ce n’est pas très durable tout ça !

.. et ce n’est pas très bon non plus. On fait tout pour avoir des plantes énormes. Mais elles sont malades. Ce n’est pas en faisant des cultures hors sol, où l’on nourrit les plantes avec uniquement 3 des 28 composants dont les plantes ont besoin pour se développer, que l’on va faire une alimentation saine !

L’agriculture actuelle vit sur les mêmes règles que la mode: Seule l’apparence compte !

La solution: remettre la forêt au coeur de l’agriculture

Forêt verte.jpgIl est temps de s’arrêter et de réfléchir à ce que l’on fait. Il est temps que tout le monde se renseigne sur ce qui est dans son assiette. L’agriculture actuelle court à sa perte !

Oui, c’est du catastrophisme. Mais la solution est là et facile à mettre en oeuvre.

La source de la fertilité c’est la forêt !

La forêt fait pousser des arbres de plusieurs dizaines de mètres de haut. Personne n’y met de l’engrais !

La forêt pousse toute seul, personne n’y met de pesticides pour lutter contre son sol !

La forêt est toujours fraiche et humide et personne ne l’arrose !

Le secret de la forêt, c’est son sol. C’est son humus toujours en formation à l’aide de nombreux champignons, bactéries, et insectes qui décomposent le bois qui tombe des arbres. La biomasse est toujours entièrement recyclée.

Il est donc temps pour l’agriculture de renouer avec la forêt, de réutiliser le bois comme fertilisant !

Le BRF: Bois Raméal Fragmenté

Il faut donc que les agriculteurs abandonnent tous les mythes de ces derniers millénaires:

insecte.jpg

  • Cultiver c’est facile. Nous ne sommes pas en guerre contre le sol. C’est notre principal allié !
  • Il faut arrêter de labourer. Retourner le sol détruit sa composition, tue les animaux qui l’aérent naturellement sans rien demander. Pourquoi se crever à labourer c’est si dure et si inutile !
  • Il faut arrêter de balancer des pesticides. ça tue les animaux qui rendent le sol vivant et font tout pour aider les plantes à pousser.
  • Les insectes ne s’attaquent qu’à des plantes malades comme tous les charognards. Il faut donc produire des plantes saines et non des plantes malades !
  • ça fait 6000 ans que l’homme se bat contre les mauvaises herbes par ce qu’il veut un sol à nu. ça fait 6000 ans que la nature tente d’expliquer qu’il ne faut jamais avoir un sol nu. Sinon il s’érode ! Il faut donc faire des cultures intercalaires, des cultures de plantes que l’on ne va pas forcément récolter, mais qui vont créer de la biomasse et qui seront des « mauvaises herbes » que l’on aura choisie ! Ainsi le sol ne sera jamais nu. Et tondre, c’est plus facile que labourer !
  • Pour remettre la forêt au milieu de l’agriculture on utilise le BRF, le Bois Raméal Fragmenté. Ce sont des copeaux de jeune bois dont on va recouvrir les champs pour permettre au sol de se reconstituer. Il faut que des champignons se forment sur ce bois pour le décomposer.
  • Les champignons sont les seuls être vivants à pouvoir faire de la rétention d’eau dans toutes leurs cellules. Ce sont donc les champions de la régulation d’eau. Avec une culture qui utilise du BRF et ses champignons, l’arrosage est grandement diminué !
  • Il faut replanter des haies, ça permet de cultiver directement sur place tout le bois dont on a besoin pour faire du BRF.

La solution est simple, économique, elle demande moins de travail, elle permet de diminuer sa dépendance à l’extérieur et elle fonctionne !

champ orge.jpg

Pour aller plus loin

Dans le film on voit Lydia et Claude Bourguignon qui se battent pour expliquer aux agriculteurs qu’ils ont tout intérêt à réformer leur techniques d’agriculture. Ils ont créé le LAMS, un laboratoire d’analyse des sols.

Solutions locales pour un désordre global n’est pas le premier film dans lequels ils apparaissent.

Voici un extrait du film Alerte à Babylone dans lequel on y voit Claude Bourguigon:

Voici deux vidéos d’une conférence très intéressantes de Claude Bourguignon:

Pour aller plus loin encore sur le sujet, des profs de l’université de Neuchâtel vienent de rééditer un livre à propos de la microbiologie des sols: Le sol vivant.

Couverturefenouil sauvage.jpg

Mettre en pratique

Après toutes ces bonnes paroles, pour une fois que des solutions sont proposées à tous les maux de la planète, il faut en profiter et les mettre en pratique.

C’est ce que je vais faire tout prochainement dans mon propre jardin. Après les récoltes de cet été, il faudra mettre une culture intercalaire. (de la luzerne par exemple) Comme c’est le début, il faudra mettre une culture qui apporte beaucoup d’azote pour pouvoir nourrir les champignons qui viendront décomposer le bois. Au bout de 2-3 ans l’humus sera à nouveau présent en masse et tout ira mieux.

On en reparles dans quelques temps…

jardin.jpg

2 thoughts on “Remettre la forêt au milieu de l’agriculture

  1. Répondre
    L'autre_Kiki - 20 juillet 2010

    L’idée a de beaux côtés, j’en conviens volontiers… Mais il me semble qu’un petit bémol s’impose: à l’époque du néolithique, l’activité principale de l’être humain était de chercher à se nourrir (et à se défendre pour survivre…) Donc la population était composée de chasseur et de cultivateur… Puis le temps a passé et les sociétés ont évolué… Non seulement nous sommes devenus plus nombreux (trop?) et en plus les métiers se sont diversifiés, obligeant l’agriculture à devenir plus performante, afin de nourrir ceux dont le travail ne génère pas directement de nourriture… Donc revenir complètement en arrière ne suffira sans doute pas à nourrir la population mondiale… (Mais bon, ce n’est pas là un avis de spécialiste…)

  2. Répondre
    Martouf - 21 juillet 2010

    Ah, je reconnais là ton esprit de contradiction ! 😛

    Mais je ne suis pas d’accord avec toi.
    Il ne s’agit en aucun cas d’un retour en arrière qui est proposé.

    Je vois la proposition d’utiliser du bois comme engrais et de se préoccuper de la qualité et du renouvellement de son sol comme une évolution majeure de l’agriculture moderne !

    Utiliser de Bois Raméal Fragmenté n’a jamais été fait jusqu’ici. C’est une nouveauté.

    Comme tu le dis, le besoin de rendement de l’agriculture est directement lié à la croissance démographique. D’ailleurs l’agriculture même est une technique pour améliorer le rendement de la cueillette ! Quand les villages sont devenus trop grands. On a inventé l’agriculture pour éviter de parcourir des distances exponentiellement plus grandes afin de trouver de la nourriture.

    Toute cette explication de l’histoire de l’agriculture se trouve dans les épisodes d’histoire vivante que j’ai mis ci-dessus. Je t’invite donc à les écouter pour mieux comprendre.

    Le rendement de l’agriculture au néolithique était beaucoup plus grand que le rendement que l’on a en utilisant une charrue et du fumier. Cependant c’est cette technologie de charrue qui a demandé de spécialiser la société. Les paysans se sont mis à consommer autant de fer que les chevaliers ! C’est à ce moment là qu’il a fallut créer l’impôt pour financer tout ça. C’est à ce moment là qu’à cause de la perte de la forêt on a été moins bon dans tous les domaines !

    Le système du néolithique est auto suffisant, mais n’est pas durable à cause de la destruction de la forêt. Actuellement vu que l’on connaît l’importance du sol et du bois. Nous sommes capable de nourrir le sol en prélevant une quantité de bois sur des arbres sans les tuer. Le processus est durable ! Nettement plus que de baser toute son agriculture sur le pétrole.

    En ce qui concerne le fait de nourrir la population mondiale, La FAO estime que le tiers de la production mondiale de nourriture est totalement gaspillé !
    Il n’y a qu’à voir les déchets qui sortent des restaurants, et pire, des supermarchés. Quand on sait qu’une seule salade sur 100 arrive dans les assiettes, juste pour des critères d’esthétique et de fraicheur apparente… il y a de quoi faire. Le film de Coline Serreau à tout un volet sur les AMAP qui permettent de faire de l’agriculture contractuelle de proximité et de quasiment supprimer ce gaspillage tout en diminuant le boulot de tout le monde !

    Si tu va acheter des oeufs directement dans une ferme, souvent ils sont plus gros et moins cher. Pourquoi ?…. tout simplement car les oeufs trop gros ne sont pas acheté par les magasins. Ils ne rentrent pas dans les cartons ! Si les paysans ne les vendent pas directement chez eux… ils sont détruit…

    Donc c’est rassurant, avec tout ce gaspillage, on sait que la terre est capable déjà maintenant de fournir assez de nourriture pour 10 milliards d’habitants !

    Si l’on veut, on peut aussi drastiquement augmenter le rendement si l’on arrête de faire autant de viande et que l’on nourri directement les gens avec toutes les céréales qui servent à engraisser les animaux de boucherie. La viande de boeuf a un rendement de 10%, ce n’est pas top… et on utilise 78% de la surface agricole mondiale pour nourrir les animaux de boucherie.

    Bref, le rendement n’est pas un problème. Le problème, c’est le système et la manière de produire ces aliments.

    Finalement j’aimerai juste rappeler que même si en suisse, il y a de moins en moins d’agriculteurs, au niveau mondial c’est un peu plus de 40% des gens qui sont agriculteurs ! Le néolithique n’est pas loin…. beaucoup de gens vivent encore de la même manière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *