Poisson d’avril en kit

Poisson d’avril en kit

Aujourd’hui c’est le premier avril, c’est le moment de coller des poissons dans le dos des gens !!!

Tu as oublié de te munir de poissons ?   Heureusement je suis là !

Voici un kit de poisson d’avril! !

Il te suffit d’imprimer le pdf ci-dessous avec un ban de poisson, puis de découper les poissons que tu veux et de les coller sur le dos de tous tes amis….

… Et comme j’aimerai aussi coller des poissons dans le dos de mes amis… et bien n’oublie pas de te réserver un poisson pour toi et de le coller toi même dans ton dos ! 😀

poisson.png

 

 

 

 

 

 

 

 

Un ban de poisson d’avril dans un fichier pdf à télécharger et partager avec tout ses amis…..

 

Equilibre et fragilité de la vie

Voici une photo prise en septembre 2006 lors d’une balade à la pointe de l’Areuse.

Ces empilements de galets sont une construction très fragile en regard des vagues déferlantes qui les menaces à chaque instant!

Cependant, cela fait maintenant 7 ans que des improbables équilibristes recouvrent la pointe de l’Areuse. Ce ne sont plus les mêmes qu’au début, mais on trouve toujours des visiteurs de bonne volonté pour les reconstruires après les tempêtes!

Je trouve que ces galets illustrent très bien la vie et toutes ces créations. Une des meilleures définitions de la vie que j’ai trouvée est de dire que la vie est un phénomène néguentropique. Cela signifie que la vie échappe à l’entropie, au nivellement, à l’usure et à la desorganisation qui règnent dans les système physique.

Forcément qu’un jour, une vague ou un coup de vent va faire effondrer, va niveler et faire disparaître l’empilement de galet. Mais la vie se souviens qu’un jour se tenais un équilibre fragile, une improbabilité et la vie est capable de mettre en oeuvre la reconstruction de cet improbable édifice.

La vie utilise l’information comme vecteur pour se répandre. La vie est de l’information. La théorie de l’information (utilisée pour déterminer quelle est la quantité d’information maximum que votre connexion internet est capable de faire transiter) définit qu’une information est une improbabilité. Notre empilement de galet est improbable, il est de l’information, il est le fruit d’une forme de vie !

Il devient donc logique, qu’a l’ère de l’information dans laquelle nous vivons, la vie se répend à une vitesse toujours plus grande. Il est donc évident de comprendre que favoriser les échanges et le partage fait partie de la nature même de la vie; de notre propre nature.

Il faut donc se méfier de toute organisation qui veut juguler les échanges, qui veut empêcher le partage de création, d’information, il faut se méfier de ceux qui veulent s’approprier l’information en exclusivité pour leur propre compte. Ce genre de pratique est une attaque directe contre le vivant et donc contre nous même !

Ce genre d’attaque n’est pas une vue d’esprit, mais une réalité que l’on retrouve dans les projets de loi de musèlement d’internet pour la sauvegarde de ceux qui bénéficie de rentes sur le droit d’auteur. On retrouve le même genre de pratiques dans le monde des brevets. Peut on breveter les programmes informatiques ou les êtres vivants ?

Ce sont des questions très actuelles.

L’ère de l’information est une ère qui apporte de nouvelles règles. C’est l’ère de la vie. En tant qu’être vivant il nous faut combattre pour la vie!

équilibre des empillements de galet.jpgPour les intéressés, il est possible d’obtenir des tirages papier de cette photo via vosgaleries.com

 

Compte les moutons pour t’endormir

Voici une photo que j’ai prise le 23 août 2008 dans les montagnes loin au dessus de Lavey-les-bains.

Quand on dit qu’il faut compter les moutons pour s’endormir… ce que le dicton ne dit pas, c’est qu’à la base, tu ne peux pas dormir à cause des moutons !

En effet, ils sont tout le temps là à bêêêêêêêêêêêêler dans la nuit et ça fait du bruit !

Mais au moins il m’on permis de faire une photo comme celle-ci:

colonne de moutons.jpg

A propos de moutons, voici une vidéo sympa pour montrer ce que l’on peut faire comme film en posant des LED sur des moutons…..

 

Changer le système monétaire

Hiérarchie sociale: l’UBS, les politiciens, les pigeons…

UBS politicens et pigeons.jpg

La campagne électorale pour les élections cantonales neuchâteloises bat son plein. Ce qui m’a permis de prendre cette photo illustrant les classes sociales en suisse. (mais aussi ailleurs)

Nous avons:

  • L’UBS qui représente le système bancaire et monétaire
  • Les politiciens qui administrent le système actuel
  • Les pigeons: Le reste de gens que l’on plume !

Cette petite intro a pour but de caricaturer un peu (mais pas beaucoup) le système absurde dans lequel nous vivons. Le monde économique et financier détient tout pouvoir, les politiciens sont les administrateurs du système, ils tentent de corriger quelques effets de bords avec des préférences de priorité selon leur couleurs partisanes. Mais globalement la différence entre les partis n’est pas bien grande comme l’illustre la petite histoire suivante:

Un candidat aux prochaines élections peut être vu comme un cuisiner qui descend dans la basse-cour et demande aux oies à quelle sauce elle veulent être mangées….  Les oies répondent qu’elles ne veulent pas être mangées! Le cuisinier leur répond que ce n’est pas la question…

La crise

Ces temps, ce mot est partout: Crise des sub-prime, crise financière, crise économique, crise écologique. Le monde est en crise.

Comme dans chaque situation de crise, on refait le point, on tente d’observer un peu ce qu’il se passe et de nombreuses propositions fleurissent pour corriger le système.

Certains veulent moraliser le système, d’autres veulent  le réguler, le rendre plus éthique. On invente des emplâtres super compliqués qui veulent rien dire et que l’on arrivera jamais à mettre en place.

Et pour finir la caste des administrateurs du système reprennent les mêmes recettes et on annonce en grandes pompes de nombreux plans de relance.

Tout va bien, on prend les mêmes et on recommence.

La vraie cause du problème

Après quelques crises on finit par se dire que c’est inévitable, que ça correspond à des cycles. Qu’il faudra juste prendre quelques mesures supplémentaires pour amortir la prochaine chute.

Mais avec tout ça on ne résout jamais le problème. La cause est toujours là.

Beaucoup de gens ont été surpris que l’Etat injecte des milliards pour sauver les banques de la faillite alors que bien souvent on ne donne rien pour sauver des entreprises plus petite qui auraient eu besoin de sommes nettement plus petites.

Pourquoi sauver l’UBS et pas l’aciérie de pétaouchnoque les brandes qui emploie toute la vallée ?

Tout simplement, par ce que la banque est le coeur de l’économie, le coeur du système monétaire. Une banque c’est une fabrique d’argent. Sans fabrique d’argent, pas d’argent, sans argent pas d’échange économique et tout s’effondre !

C’est exactement la cause de cette crise. Il n’y a plus assez d’argent en circulation pour satisfaire aux échanges.

L’origine de cette crise, peut se résumer à dire que c’est un con qui a dit qu’une grande partie de l’argent créé qui est en circulation n’a pas de valeur. On l’a alors transformé en actifs toxiques et toute cette masse monétaire a disparue!

Il y a un trou béant dans la masse monétaire.

Mais concrètement la société n’a pas changée. Les moyens de production non plus. La seule chose qu’il manque c’est une quantité d’argent a échanger !

Pour résoudre le problème il devient assez évident de dire qu’il suffit de remettre en circulation autant d’argent qu’avant. Il faut donc créer de l’argent. Mais comment est ce que ça se fabrique ?

C’est là qu’est le coeur du problème! C’est là que se trouve le mécanisme le plus étrange de notre système économique. Comment est ce que l’on crée l’argent ?

Les banques l’inventent! Elles l’inventent par le mécanisme du crédit bancaire!

D’où vient l’argent ?

Et oui, C’est en créant des dettes dans une banque que l’on crée de l’argent!
Petite question: Pourquoi est ce que les Etats empruntent leur propre argent aux banques?

Par habitude? Non, c’est par ce que c’est comme ça que l’on crée de l’argent!   …. étrange!

Vous avez besoin d’argent? il suffit d’aller le demander à la banque. Quand on parle de dettes, on remarque que tout le monde est endetté: Carte de crédit, leasing, hypothèque, dettes publiques, dettes des pays du sud. Les dettes sont partout. Si l’argent que l’on emprunte à la banque est celui que d’autres clients déposent, comme beaucoup de gens le croient et bien il doit y avoir beaucoup de milliardaires partout! Ce n’est pas vrai.

L’argent est créé à la demande. En fait, la banque n’a pas cet argent, mais quand vous aurez remboursé votre emprunt elle l’aura. Le système est conçu pour vous faire travailler. Le but de ce travail? Ramener l’argent emprunté à la banque.

Bien, alors on crée l’argent par un emprunt. Mais sur les emprunts, Il faut compter avec un taux d’intérêt, ça veut dire qu’un emprunteur devra ramener plus d’argent à la banque qu’il n’en a reçu!

Et oui, c’est vrai et ça prend des proportions démesurée. Avec un prêt à 3% d’intérêt la sommes empruntée double en 24 ans !

En généralisant le système. Si une personne emprunte de l’argent dans une banque, et que pour rembourser son emprunt il ramène de l’argent neuf, ça veut dire qu’il l’a créé ailleurs, donc il a été l’emprunter ailleurs, avec un nouveau crédit…. le cercle vicieux s’enclenche…

On arrive jamais à rembourser un emprunt!  La masse monétaire augmente, bien, donc chacun peu avoir un petit peu plus d’argent. C’est ce que l’on appelle la croissance !  Bien !

… et forcément dans l’ombre du dieu croissance, il y a le démon dette !!!   Mais celui là on l’aime pas!  Il parait que l’on veut de la croissance sans dette !  Est ce que c’est possible avec un système comme ça ??  Moi il ne me semble pas !

Donc la croissance… et la dette ont une progression exponentielle !

Croissance durable ?

Pour en revenir à tout ceux qui placent le mot durable dans leurs proposition d’un nouveau système. J’espère qu’il ne crée pas l’argent par le système de crédit. Car un système à croissance exponentielle n’est PAS durable. La nature elle même nous montre que la croissance des êtres vivants n’est pas exponentielle. Un enfant crois très vite au début, mais le rythme freine en permanence pour se stabiliser. Jusqu’à 20 ans on grandit, après on vieilli !

Les seuls organismes qui ont une croissance exponentielles se sont par exemple les cancer! La tumeur maligne grandit jusqu’à avoir contaminé suffisamment de cellules pour que l’organisme entier meurt. Un cancer n’est pas durable!

La croissance exponentielle est le cancer de notre système économique.

Voilà une partie du problème écologique! Les ressources de la planète ne sont pas infinies, mais la création monétaire pour les échanger est infinie et en croissance exponentielle!

Vraie monnaie, fausse monnaie

Nous avons vu ci-dessus que la crise est surtout une crise de confiance. La crise est survenue au moment où des gens ont commencé à se dire qu’il y a de la vraie monnaie qui représente une valeur, et il y a de la fausse monnaie qui repose sur des crédits pourris et donc ne vaut rien. Ainsi cette fausse monnaie est sommée de disparaitre !

Pour ceux qui pense qu’il y a une différence entre une vraie et une fausse monnaie, je vais raconter une petite histoire:

Une voyageuse fait une réservation dans un hôtel. L’hôtelier lui demande une caution de 100.- elle lui donne. L’hôtelier se dit:
– Chouette, je vais pouvoir payer le boulanger de ce matin. Le boulanger une fois payé se dit:
– Chouette, je vais pouvoir payer le garagiste, le garagiste se dit:
– Chouette, je vais pouvoir payer le fleuriste… et on fait le tour du village ainsi jusqu’au moment où le dentiste ayant reçu le billet de 100.- se dit:
– Je vais aller payer ma dette chez l’hôtelier.

L’hôtelier reçoit dont en retour le même billet de 100.- qu’il avait donné au boulanger en début de matinée.

Et revoilà la voyageuse, qui annonce à l’hôtelier que finalement elle n’a pas besoin de la chambre, elle continue son chemin. Donc elle exige que l’hôtelier lui rende sa caution. Ce qu’il fait. C’est alors que la voyageuse sort un briquet et brûle le billet de 100.- !
L’hôtelier s’exclame, mais la voyageuse lui dit que ce n’est pas grave:
– C’était un faux !!!

Cette histoire montre que l’argent n’est qu’un vecteur d’échange économique. En soi, il n’y a pas de différence entre du vrai ou du faux argent. Il a fait le même boulot. Il a contribué à promouvoir un système d’échange. La seule chose qui compte c’est d’avoir une quantité d’argent suffisante pour assurer les échanges économiques dont on a besoin.

Si l’on veut pouvoir ajuster la quantité de monnaie en circulation avec le volume d’échange il faut pouvoir contrôler le moyen de créer de l’argent. Avec le crédit bancaire, ce n’est pas le cas !

Ainsi, on voit que la manière dont on crée l’argent n’est pas anodine !

Cette explication du fonctionnement de notre système monétaire n’est pas si simple. Pour bien le comprendre et pour saisir les évènements qui nous on amenés jusque là. Je recommande de regarder la vidéo de Paul Grignon: L’Argent Dette.

Cette vidéo est parfois controversée. Elles parfois taxée de conspirationiste, ou de pas assez exacte.

Il est vrai que certaines contraintes pour limiter la création monétaire par les banques sont passées sous silence. Moi j’y vois un désir de simplification. Ce n’est pas simple du tout d’expliquer ce système.

Pour compléter, je propose un second film. Cette fois on remplace les dessins animés par des économistes. On ne parle plus de consipiration, on rentre dans les détails techniques. Et là, ça devrait mieux convenir à un certain public, mais l’esprit reste.

Pour ceux qui ne voudraient pas passer une heure à regarder ce film, voici mes notes faites à propos du film, money de l’association Réséda.

Pour faire bref, en résumant le système monétaire, on peut dire:

  • il y a 2 types de monnaies, l’argent de la banque centrale. (dont la partie visible sont les billets), et l’argent créér par les banques commerciales par le crédit bancaire.
  • ~7% de monnaie banque centrale, ~93% de monnaie argent-dette des banques commerciale.
  • Les banques commerciales ont de nombreuses limitations pour qu’elle ne crée pas trop de monnaies.
  • Une réserve obligatoire de 2% des dépôts sur un compte à la banque centrale en monnaie centrale
  • Obligation de donner de l’argent liquide (via les bancomat,etc..) Ce liquide, ce sont donc des fuites, de l’argent qu’une banque commerciale ne peut pas créer. Ainsi on arrive à une moyenne de 13% au lieu de 2% au minimum sur le compte à la banque centrale. Ce qui limite encore la marge de manoeuvre.
  • Il y a la réserve prudentielle prévue par les accords de Bâle. Il faut que la banque possède en fond propre au moins 8% de ses engagements.
  • Ainsi, on estime en gros, qu’une banque commerciale peut multiplier par ~ 10x les dépôts. Ce n’est pas infini, mais c’est pas mal !

Alternatives

La monnaie n’est pas anodine. Elle n’est pas si neutre que l’on aimerait nous faire croire. Il existe des alternatives à notre système monétaire en vigeur.

A la place de notre système à argent dette, on peut utiliser un système à crédit mutuel, (comme ça se pratiquait avec les bâtons de comptage) chaque service ou objets vendus est crédité comme un pouvoir d’achat et donc de la nouvelle monnaie pour la personne qui fournit ce service. C’est un système souvent utilisé dans les SEL. (Systèmes Echange Locaux)

Il est possible également d’utiliser un système à dividende universel qui correspond à la théorie relative de la monnaie écrite par Stéphane Laborde.

On crée 5% de masse monétaire chaque année, cette monnaie est distribuée à chacun. Ce qui permet d’assurer une symétrie spatiale et temporelle au système monétaire. On ne trouve pas l’argent uniquement dans les villes où il y a des banque, et ce ne sont pas les générations suivantes qui paye de la monnaie crée et utilisée précédement.

Ce système de dividende universel est un moyen de pouvoir financer un revenu de base inconditionnel. C’est une piste très intéressante pour un nouveau projet de société.

Historiquement d’autres système ont déjà existés. Des expériences positives on été faite avec le système de la monnaie fondante.

Cette monnaie est appelée fondante, car elle perd de sa valeur périodiquement (p. ex: 1% par mois)

La capitalisation d’argent crée une raréfaction de la masse monétaire. L’idée de la monnaie fondante est de taxer la capitalisation. Si la monnaie circule l’économie se porte bien. Silvio Gesell, le théoricien de ce système a voulu faire une analogie avec le système sanguin. Quand le sang ne coule plus, ça crée un caillot ! Les caillots de sang sont dangereux. Donc l’accumulation de capital est dangereux pour l’économie, on la taxe pour la limiter.

Le système utilisé à Wörgl en Autriche en 1932-33 proposait des billets avec des timbres à coller dessus. Un timbre par mois. Pour utiliser un billet, il faut qu’il ait le timbre. Pour ne pas payer les timbres les gens sont incités à utiliser leur billets le plus vite possible.

Ce système a très bien fonctionné suscitant l’intérêt de nombreuse autres communautés autrichiennes. Cependant la banque nationale y a vu une atteinte à son monopole régalien. L’expérience a donc été stoppée par le gouvernement malgré le succès flagrant de l’expérience!

Pour compenser la perte de valeur périodique de la monnaie. L’Etat crée la monnaie manquante. (vend des timbres à coller sur les billets) Ce qui lui permet de financer les infrastructures publiques.

Donc finalement l’Etat n’a plus besoin de prélever d’impôt!

Ceci fera plaisir à nos amis libéraux-radicaux! De plus, on pourra disposer d’argent pour le social et les infrastructures ce qui fera plaisir à nos amis socialistes.

Mais encore, en supprimant la création monétaire par le crédit bancaire on supprime le fait que notre économie soit liée a une augmentation exponentielle de la croissance et de la dette en exploitant de manière exponentielle les ressources humaines et naturelles. Ainsi on fera également plaisir à nos amis écologistes.

N’est ce pas une bonne solution ?

Cette vision des choses est elle si farfelue ? N’y a-t-il pas quelques pistes à creuser ?

Quel parti défend une telle solution?    La si regarde de gauche à droite je ne vois que des administrateurs plus ou moins bon du système actuel! Dommage!

Quelques lectures supplémentaires

Coucher de soleil sur le château de Neuchâtel

Une de mes passions dans la vie, c’est la photographie.

Il ne se passe donc pas un seul jour sans que je prenne de photos. Une fois les photos faites, je les importe sur mon ordinateur puis je tente de les trier, de leur attribuer des mots-clés pour pouvoir les retrouver.

Je me retrouve ainsi avec des dizaines de milliers de photos qui traînent sur mon disque dur, sans parfois forcément les utiliser où même les regarder !

Donc, il faut que ça change, certaines photos méritent tout de même d’être diffusées et utilisées. C’est donc ce que je commence ici aujourd’hui.

Je vais donc tenter de mettre régulièrement des photos sur ce blog.

Je vais commencer par une photos du château de Neuchâtel au coucher du soleil.

coucher de soleil inquiétant sur le château de Neuchâtel.jpg

Cette photos a été prise le 18 octobre 2007, et comme on se doute un peu en la voyant, elle n’est pas tout à fait naturelle. Cette photo est en fait ce qu’on appelle une photo HDR. Une photo à grande gamme dynamique.

La technique de la photo HDR permet d’exposer correctement chaque endroit de la photo. Fini les sur-expositions et les sous expositions. Danc le cas précis de cette photo, la technique HDR m’a permis de faire ressortir correctement le relief des nuages et d’avoir un château qui n’est pas trop sombre. Cette photo est donc le mixe de trois photos différentes prises avec trois expositions différentes.

Pour mieux comprendre, vous aurez encore l’occasion de voir ici d’autres photos HDR dans un futur proche.

J’avais fait des tirages poster pour cette photo, donc les personnes qui désireraient  avoir cette vue du château de Neuchâtel en cadre dans leur salon, tout est déjà prêt pour faire une commande sur vosgaleries.com.

Pour terminer voici encore quelques indications d’ordre technicojuridique à propos de cette partie photo du blog.

Pour le côté technique, il est possible de retrouver toutes les photos qui seront publiées dans ce blog directement sous la forme d’une galerie de photos unique à l’adresse: https://martouf.ch/photo/blog/

Ainsi il est plus aisé de voir ou revoir la galerie de photo dans son ensemble plutôt que de faire des fouilles archéologiques dans le blog.

Pour le volet juridique, il y a tellement de tout sur internet qu’il est un fois utile de préciser que le droit d’auteur protége d’office tout ce qui est publié. Ce qui à mon avis, dans un société de l’information, est totalement dépassé et ennuyant.

Donc, il existe des initiatives très intéressantes comme Creative Commons qui fournissent un moyen simple, même aux non juristes ,de pouvoir créer une licence d’utilisation du contenu.

Ainsi, en bas de ce site, il y a un lien sur une licence qui défini ce qu’un visiteur de mon site a le droit de faire du contenu que j’ai produit. Comme ça le visiteur qui est intéressé par un bout de texte ou par une photo peut directement se référer à la licence sans avoir besoin de me contacter. Ici la licence est une Creative Commons: Paternité-Partage des conditions initiales à l’identique. (souvent abrégée CC-BY-SA).

Ce blabla juridique signifie que toute personne qui veut reprendre du contenu de ce site a le droit de le faire pour autant qu’elle indique la paternité de la source (soit, mon nom: Mathieu Despont, ou soit l’url de la page où se trouve le contenu, ou les deux !)

De plus, la modification d’un bout de texte ou d’une photo est autorisée, toujours en citant la paternité, mais la nouvelle création devra être publiée dans les mêmes condiitions.

Ainsi avec ce système, l’échange de créations numériques sur internet est facilité. Un compromis est trouvé entre la facilité technique de partage et l’archaïque système juridique du droit d’auteur qui est inadapté à l’ère de l’information.

Donc partagez.. remixez… pour le meilleur de la créativité !

La trottinette: le meilleur moyen de transport

La trottinette: le meilleur moyen de transport

Souvent assimilée à un jouet, son potentiel est souvent sous estimé. Pourtant, la trottinette est probablement le meilleur moyen de transport pour bien des aspects, en voici quelques uns:

  • écologique
  • pas polluant
  • fait faire un peu d’exercice
  • simple
  • accomodant
  • peu encombrant
  • possible de prendre un trottinette dans d’autres transports (transports public, voiture)
  • rapide en milieu urbain
  • fun
  • économique
  • peu de contraintes légales
  • pas besoin de place de parc ! (il semble qu’un véhicule reste 92% du temps parqué !)

trottinette xootr à neuchâtel.jpg

Fournisseur

Trouver une vraie trottinette qui n’est pas un jouet, mais un vrai moyen de transport solide et valable n’est pas aussi simple que ce qu’il paraît.

Le plus dur étant de trouver une trottinette qui a des freins et non pas juste un simple ralentisseur !

La seule marque que j’ai trouvée qui me convient est xootr.

http://xootr.com/kick-scooter_mg.html

Législation routière

Les trottinettes sont vues par la loi suisse comme des engins assimilés à des véhicules.

Voici un lien sur un document du bpa expliquant les règles et protection à prendre en compte pour circuler avec ce genre d’engins et donc en trottinette.

Le texte de loi peut être retrouvé sur le site de la confédération.

Résumeons les droits et devoir de l’utilisateur de trottinette. Il est autorisé de rouler:

  • partout où les piétons vont (trottoirs, zones piétonne, …)
  • sur les pistes cyclable
  • sur les routes des zones 30 et les routes secondaire sans trottoir et à faible traffic.

Donc en gros partout où il est possible et raisonnable d’aller en trottinette !

Mais il y a quelques règles à observer:

  • les piétons ont toujours la priorité !
  • adapater sa vitesse et sa conduite à l’environnement (les piétons dans une zone piétonne)
  • avoir des phares pour la nuit sur les routes et pistes cyclable ! (blanc devant, rouge derrière, à porter sur soi ou sur la trottinette.)
Donc j’encourage tout le monde à se lancer dans l’utilisation quotidienne de la trottinette comme moyen de transport !

Passage dans le 12h45 de la RTS le 11 mars 2015

Le minimag présente chaque jour une personne passionnée par un moyen de transport différent. J’ai ainsi présenté ma passion de la trottinette. A voir par ici… sur la rts…

Mathieu Despont expert en trottinette RTS.jpg

La police n’aime pas le walkman

Traverser la route avec un walkman sur les oreilles c’est dangereux! Et avec un iPod?

Voici une petite séquence souvenir que l’on peut voir sur le site web des archives de la TSR.

Le 25 mai 1983, le chef de la circulation routière du canton de Vaud, s’exprime à la TSR. Pour lui, il est dangereux d’écouter un walkman en traversant la route.

extrait tsr reportage walkman 25.5.1983.jpg

Cet interview peut être regardé sur les archives de la RTS..

26 ans plus tard, il est très courant de voir des gens se balader partout avec la musique de leur iPod dans les oreilles. Mais qu’en est il du danger ?

Il me semble que l’on entend plus parler de ce sujet!
Est ce qu’il y a plus ou moins d’accidents de piéton renversés en 2009 qu’en 1983 ?

Bon, entre temps, depuis le 1er juin 1994 la loi a changé. Les automobiliste ont l’obligation de s’arrêter pour laisser passer les piétons.

Nous allons donc faire une petite plongée dans les archives de l’OFS pour tenter de savoir si l’iPod est moins dangereux que le walkman!

Dans les archives qui sont disponibles en ligne, on trouve des rapports annuels à propos des accidents de la circulation, mais malheureusement le plus vieux date de 1997, donc pas possible de remonter si loin. Il existe certainement une version papier mais ça va être plus dur de la trouver.

Cependant, il y a dans les rapports des années suivantes quelques indications historiques, donc peut être que l’on trouvera une partie de l’information.

Le document sur les accidents de la circulation en 1997 nous renseigne déjà sur pas mal de chose.

A la page 143 on y trouve un tableau qui nous indique (après addition des hommes et des femmes) qu’en 1983 il y a eu  en suisse 3966 piétons victimes (blessés ou tués) d’accident de la circulation

En ce qui concerne les données les plus récentes, il existe une brochure avec les statistiques des accidents de la circulation pour l’année 2004.

On observe dans ces statistiques (p14) qu’en 2004, il y a eu 42 tués et 831 blessés graves parmi les piétons victimes d’accident de la circulation.

Il y a donc nettement moins de piétons victimes de la route qu’en 1983.

D’une manière globale le nombre de mort sur les routes a diminué de près de 70% entre 1970 et 2004.

Conclusion

Il est donc possible de dire que malgré l’augmentation du nombre de personnes qui se baladent avec un baladeur ! 😛  Le nombre de piétons victimes d’accident a diminué.

Par un superbe sophisme il est donc possible de déclarer que l’utilisation d’un iPod est moins dangereuse que l’utilisation d’un walkman !

La concurrence existe-elle vraiment ?

L’illusion de la concurrence

Nous vivons dans un monde merveilleux ! Il est riche et varié, il y a de nombreux paysages visibles aux quatre coins de la planète. Il y a des milliards d’espèces animales qui se font concurrences pour leur survie.

Dans le monde économique, c’est pareil, il y a de nombreux marchés aux quatre coins du monde avec des milliards d’entreprises qui se font concurrences pour leur survies. De nombreux économistes libéraux vous dirons que toute cette diversité est là grâce à la libre entreprise et qu’elle entraîne une saine concurrence pour le bien des consommateurs qui bénéficient ainsi des meilleures innovations aux meilleurs prix.

Bam !

Faut arrêter de rêver, ce libéralisme n’existe pas !
La concurrence n’existe pas!
C’est la loi de la jungle qui est la règle: le plus gros bouffe les petits!

Plus un pays est dit développé moins il y a d’indépendants et plus il y a de salariés. Dans un pays développé, on est proche des 90% de salarié. Le rêve libéral de la libre entreprise ne concerne pas grand monde dans une économie capitaliste.

La concurrence n’existe pas, car ce sont des grands groupes qui dirigent la plupart des entreprises. La publicité est là pour nous montrer un monde diversifié plein de nom différents et de marques différentes. Mais il suffit de creuser un peu pour découvrir qu’un même groupe (au nom peu connu) contrôle de nombreuses marques.

Finalement il n’y a que quelques grands groupes en nombre trop peu suffisant pour que la concurrence joue selon la théorie libérale.

C’est particulièrement dans le domaine de l’industrie de l’information que l’on voit les groupes les plus grands. Il n’est pas rare de voir un groupe détenir un grand nombre de titres de journaux ou de chaîne de TV. Ainsi, des groupes contrôlent l’information du contenu à sa diffusion. Il devient ensuite très facile d’orienter la pensée du public sur un sujet ou un autre et de la détourner des sujets qui pourraient menacer l’existence du groupe.

Lorsque l’on entre dans un librairie Payot et que l’on voit les livres classés par éditeur, on a l’impression de voir un paysage diversifié. Mais quand on apprend qu’autant Hachette, Grasset, Fayard ou encore Larousse ainsi que la chaîne de librairie Payot font tous partie du groupe Lagardère, on remarque que la diversité se réduit fort vite. Les groupes entretiennent l’illusion de la diversité. Peu importe vos goûts et votre style, au final les profits arrivent toujours au même endroit. Ainsi Lagardère a su s’accaparer des publications aussi hétéroclites que le magazine people Paris Match et le dictionnaire Larousse !

C’est à l’image de la fameuse réplique de Jean Marais quand il interprétait le rôle du chevalier Lagardère au cinéma: Si tu ne viens pas à lui, Lagardère viendra à toi !

Dans les loisirs c’est pareil, dernièrement j’entendais des gens tout content de participer à un concours à Aquaparc pour lequel le premier prix est une entrée pour toute la famille au parc Astérix. Génial. Bon coup de pub et le coût est nul pour l’organisateur. En effet, autant Aquaparc que le parc Astérix appartiennent à la Compagnie des Alpes. Celle-ci est spécialisée dans les stations de ski et les parcs de loisirs. Ainsi que vous alliez passer vos vacances au parc Astérix ou Walibi, au grand aquarium de St-Malo ou au musée Grévin, c’est toujours à la compagnie des Alpes qu’ira votre argent.

Et si lors de vos vacances de ski à Verbier, il fait trop moche pour skier et que vous vous rabattez sur Aquaparc, c’est tout bénéfice pour la compagnie.

En faisant du tourisme dans différentes station de ski en suisse, on remarque qu’il y a différents types de stations. Dans le val d’anniviers on observe des petites stations avec des tarifs familiaux attractifs et des installations qui sont souvent beaucoup des téléskis. A Verbier ou à Saas-Fee, on observe une tarification unique, pas de rabais famille. Les installations sont souvent lourdes. Ce sont d’énormes cabines, téléphérique, métro-alpins et télésièges débrayables, mais que de très rares téléskis.

Comment expliquer la différence entre ces stations? La compagnie des alpes détient les installations de Verbier et Saas Fee, comme un douzaine d’autres stations dans les alpes suisses et françaises.

Dans l’alimentaire, les groupes sont aussi très présents, les groupes Nestlé et Danone se partage le gros du gâteau (c’est le cas de le dire) de tout ce qui est de l’alimentaire industriel tels que les produits laitiers, les céréales pour petits déjeuner, les chocolats, les produits instantanés et surgelés, l’eau en bouteille, la nourriture pour animaux, les cafés, les glaces et les produits cosmétiques. Ainsi c’est une énorme palette de produits qui sont tous détenus par quelques grands groupes. En entrant dans un super marché, on a l’impression d’une diversité énorme, alors que finalement la majorité des produits appartiennent au même groupe.

Décortiquer les plages de publicité à la TV est très révélateur. Il n’est pas rare de voir dans la même tranche, de la publicité pour de l’eau, vittel, contrex, san pellegrino, des produits cosmétiques Garnier ou L’Oréal, ainsi que des céréales et des plats maggi ou findus, et des yogourts sveltesse.

Tous ces produits appartiennent au groupe Nestlé, il est donc fort probable que Nestlé ait des tarifs préférentiels en réservant l’entier d’une plage publicitaire pour présenter un échantillons de ses produits !

En ce qui concerne la distribution de ces produits, elle est souvent assurée par une poignée de groupes au travers de leur nombreuses chaînes de supermarché.

En suisse, nous connaissons bien les deux géants orange que sont Migros et Coop. Leur statut de coopérative à pour conséquence qu’ils n’ont pas d’actionnaire à nourrir. Donc la plupart des bénéfices sont utilisé pour acheter les concurrents. Ainsi Migros à racheté Interio, globus, Le shop, la majorité de Denner.

Et c’est également ainsi que Coop a racheté, Waro, Fust, interdiscount, Radio TV steiner et Carrefour suisse abandonné par le géant européen Carrefour et les frères Maus propriétaire de Manor et Placette.

Le marché de la distribution en suisse est donc largement partagé entre deux groupes beaucoup trouvent que c’est trop, mais à l’échelle du monde la suisse ne pèse pas grand chose. Le groupe carrefour même si il n’a jamais vraiment réussi à s’implanter en suisse est nettement plus grand.

Le groupe carrefour comporte des enseignes comme Ed, Dia, GB, GS, Di per Di, Champion, Proxi, Norte, Shopi et 8 à Huit Le monde est donc dominé par de grands groupes dont je n’ai relaté ci-dessus que quelques exemples. Il faut donc arrêter de croire que nous vivons dans un monde où il y a de nombreuses entreprises qui sont en concurrence. Il n’y a pas de vrai concurrence dans de nombreux domaines. Il y a des cartels partout. Il y a des lobbies partout!

Pour tenter d’avoir une vision un peu plus claire de ces groupes qui dirigent l’économie mondiale, j’ai tenté de représenter de manière visuelle les liens entre les entreprises et les marques. Le lien d’appartenance d’une marque à un groupe n’est pas non plus toujours très rigide. Les grandes entreprises sont souvent cotées en bourse et donc leur propriété est souvent morcelé entre plusieurs groupes!

On observe ainsi des galaxies et des constellations mouvantes d’entreprises. Il y a des fusions, des joint-ventures, des séparations, des participations au capital qui fluctuent, des ségmentations pour cause de lois anti-trust, des holdings qui tentent des OPA et des marques sous licence pour certaines zones géographiques!

Faire un tel graphe et surtout le maintenir n’est pas chose facile! D’autant plus que les groupes derrière les marques ne parlent pas énormément d’eux. La publicité est là pour mettre en avant les marques et pas les groupes. Sur les sites web des marques et entreprises, il n’est donc pas toujours aisé de trouver des informations sur leur propre structure.

Dans cette recherche wikipedia est un outils très pratique, notamment la page: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cartographie_des_marques_par_groupe

Cependant, il faut toujours vérifier les informations fournies, souvent elle ne sont plus à jour et souvent il y a des liens erronés suite à la confusion entre le nom de la marque et le nom du groupe qui détient la marque. (par ex: TF1 et le Groupe TF1).

Pour tenter de comprendre les méandres des groupes voici donc l’énorme graphe au format pdf, ainsi que le fichier source de sa création au format de description de graphe DOT.

C’est un format qui permet de décrire des liens entre deux chaines des caractères. Le logiciel Graphviz est ensuite capable de reprendre cette description pour dessiner et arranger correctement des bulles de graphe.

Mise à jour du 10 août 2009

Le monde étant en pleine mouvance. Quelques changements ont eu lieu dans le monde des groupes.

En effet, la compagnie des Alpes vient de céder (fin juillet 2009) sa participation de 20% dans le capital de téléverbier, à la commune de Bagnes. (la commune sur laquelle se trouve verbier)

Ainsi les habitants des lieux redeviennent majoritaire dans la possession des installations de ski de Verbier.

Ce désengagement de la compagnie des Alpes est du au fait qu’elle n’avait pas la possibilité de prendre une plus grande part au capital et qu’elle avait un besoin urgent de liquidité. (avec 21 millons de CHF ça devrait aller mieux).

Cette fin des activités de la compagnie des Alpes à Verbier est déjà le remake de la fin de ses activités du côté de Riederalp. En effet, là bas aussi la Compagnie des Alpes a revendu dernièrement les 20% de capital qu’elle détenait.

Ainsi la compagnie des Alpes est moins présente en suisse. Elle ne détient plus qu’une partie des installations de ski de Saas-Fee et le parc de loisir Aquaparc.

Il faudra donc mettre à jour le graphe du groupement des marques par groupes.

Posts navigation

1 2 3 12 13 14 15 16
Scroll to top