Bilan après une semaine de vélo

Voici maintenant une semaine que j’ai décidé de tester le vélo comme moyen de transport principal.

Quel est mon état ? quel bilan je fais ?

Bilan

Tout va bien ! Je suis en pleine forme. Mon vélo roule toujours bien. J’ai découvert plein d’endroits sympathiques. J’ai croisé de nombreuses personnes. J’ai reçu pas mal d’encouragement à continuer.

Bref, je suis emballé par l’expérience. Je continue !

Après une semaine, j’ai tenté de savoir quelle distance j’ai roulé. En additionnant tous les voyages que j’ai fais, j’ai remarqué que certains jours je roule peu et d’autres beaucoup. Mais au total, j’arrive à une distance de 204 km pour cette semaine.

Le parcours type que je fais, c’est le parcours entre mon domicile et mon lieu de travail. C’est à dire 10km. Parfois je rentre manger chez moi à midi, parfois pas et parfois je vais manger ailleurs. Voilà donc les différences entre les jours.

Vitesse

information de pacours sur un GPS.jpgJe pense que nombre d’entre vous sont curieux de savoir combien de temps ça prend de faire un voyage de 10km à vélo ?

Moi aussi j’étais curieux. J’ai donc effectué quelques mesures à l’aide de mon GPS. En prenant un bon rythme, (donc en pédalant tout du long), j’arrive toujours autour d’à peine plus que la demi heure pour faire un trajet de 10km quasiment tout plat.

Suivant la nature du chemin ou l’encombrement, la vitesse peut varier grandement. Cependant, j’arrive à faire des pointes à plus de 30km/h et finalement la moyenne globale tourne souvent autour des 20km/h.

Si je prend en compte le temps porte à porte, donc le de sortir le vélo du garage de le cadenasser, de faire une mini pause photos durant le parcours. Il faut compter sur une moyenne globale de 15km/h. ça tombe bien, c’est la vitesse qui est conseillée par J+S pour calculer des parcours à vélo et c’est la vitesse qui est utilisée par cloudmade.com pour calculer ses itinéraires.

C’est une vitesse qui est largement calculée. Il est possible d’aller pas mal plus vite. Mais en se basant sur 15km/h on est certain d’avoir une marge de temps pour absorber les imprévus ou prendre son temps.

Gendarme couché

Le vélo est donc un moyen de transport qui permet d’aller trois fois plus vite que d’aller à pied tout en ayant toujours comme unique source d’énergie la nourriture !

Avec une telle vitesse, tout d’un coup le cyliste devient un danger pour le piéton ! C’est en tout cas ce que les concepteurs de gendarmes couchés pour vélos on du se dire. Le vélo, c’est trop rapide, il faut freiner ces cyclistes. En effet, sur mon parcours de 10km, il n’y a pas moins de 7 gendarmes couchés ! (sans compter ceux qui ne sont pas uniquement destinés aux vélos)

Ces terribles ralentisseurs font bien leur travail, mais c’est toujours frustrant de se faire briser dans son élan et son rythme. Ainsi, il arrive fréquemment que des parcours alternatifs se forment pour contourner les gendarmes couchés. Voici donc un exemple en photo:

gendarme couché pour vélo.jpg

Un peu de prosélytisme

D’après la brochure Effect CO2 de la mobilité douce éditée par la confédération suisse, 12 % des automobilistes circulent moins d’1km, 34 % ne dépassent pas les 3 km et 50 % pas 5 km….

Tout ceci signifie que pour la moitié des automobilistes, il est possible de rempacer leur trajet en voitures par un trajet à vélo qui n’excèdera pas les 15 minutes !

Là je pense que c’est un objectif qui est tout à fait à la portée de tout le monde !

En plus, se déplacer en vélo est meilleur pour la santé que de se déplacer en voiture. Selon une étude chinoise datant de 2002 et portant sur une période de 8 ans, les hommes ayant acquis une voiture au cours de ces 8 ans ont grossi de 1,8 kg de plus que ceux ne possédant toujours pas de voiture !

((Bell, A.C.; Ge, K. et Popkin B.M.: The road to obesity or the path to prevention: motorized transportation and obesity in China. Obes Res 2002; 10: 277-83))

Donc… hop…. tout le monde à vélo. Le moyen de transport de l’avenir !

Les itinéraires à vélo, quel cirque !

Je continue jour après jour mon expérience de cycliste. Lundi, j’ai parcouru quatre fois les 10km qui permettent d’aller au travail, de revenir manger à midi et de repartir travailler l’après midi.
Avec la natation que je fais tous les jours, dans le lac, ces temps, ce lundi j’en suis arrivé à faire un bon triathlon: 40km de vélo, 500m de natation et plein de bonne nourriture. (ouais, d’après Adrien, les triathlons, c’est toujours natation, vélo, et manger)
itinéraire vélo au bord du lac de neuchâtel.png
Pour circuler à vélo, il a fallu que je me choisisse un itinéraire. Dans la région, il existe quelques pistes cyclables balisées. J’ai donc décidé logiquement de suivre celles-ci.

Pour affiner mon parcours, je suis allé calculer un itinéraire sur le site cloudemade.com qui est ce que j’ai trouvé de mieux pour planifier des itinéraires à vélo.

Le site est beaucoup plus précis que google maps qui n’est vraiment pas efficace du tout pour les itinéraires à vélo. De plus, cloumade se base sur la carte d’openstreeetmap.org dont je suis passablement responsable de la création dans la région.

Donc, si il y a des erreurs, c’est à moi qu’il faut que je m’en prenne !! L’avantage c’est que je peux toujours les corriger. (ou toute autre personne motivée)

D’une manière générale, les pistes cyclables c’est bien. Mais ça pourrait être nettement mieux. Dans mon périple de 10km, ce sont les 800 derniers mètres qui me posent le plus de problème. Quand la piste cyclable arrive dans la ville de Neuchâtel, il faut s’accrocher pour suivre la signalétique, ce n’est pas très clair. Il y a tout un gymkhana à faire dans des rues parallèles à la voie normale et directe qu’empruntent les voitures.

feu rouge pour vélo.jpgCes dans ces rues parallèles qu’en général on trouve des places de parc. Donc à vélo je suis en général ralenti par les gens en voiture (même souvent en 4×4) qui tentent de se parquer de tous les côtés. C’est assez désagréable. Est ce que moi je vais parquer mon vélo sur la route principale où toutes les voitures passent ?

Puis, j’ai découvert les feux de signalisation pour vélo. En effet, ça existe. En général en parallèle des passages pour piéton.

(Pourquoi il n’y a personne sur le vélo dans le feu? il s’est barré l’ampelmann à vélo ?)

J’ai testé deux feux. Mais j’ai vite abandonné celui qui traverse le grand carrefour depuis la poste de Neuchâtel en direction de la gare. C’est beaucoup trop dangereux!

J’ai du attendre deux phases pour traverser. Car les voitures qui attendent devant le passage pour piéton bloquaient complètement  la piste cyclable. J’ai du contourner une voiture pour passer.

« Bonjour madame, oui, vous êtes en plein au milieu d’une piste cyclable !« 

Pour m’en sortir j’ai tenté de trouvé un meilleur chemin, une piste cyclable moins fréquentée, pas au milieu du plus grand carrefour de la région !
la ménagerie sur la piste cyclable.jpg
C’est en suivant cette piste cyclable alternative que je me suis retrouvé face à un groupe de lamas, de mini chevaux et  de chameaux ! … et oui, à Neuchâtel, c’est le cirque !!

En effet, cette semaine, le cirque Knie avec sa ménagerie a élu domicile sur la place du port, en recouvrant les pistes cyclables de chaque côté.

lama sur une piste cyclable.jpgAprès avoir salué les zèbres, j’ai quand même réussi à me frayer un passage entre la forêt d’antennes TV paraboliques qui entourent les caravanes des artistes !

Heureusement c’est temporaire, le cirque repart bientôt. Mais je pense que je ne suis pas au bout de mes problèmes….

En effet, 200 mètres plus loin, derrière le collège latin, ce sont des tentes de fête et un écran géant qui sont en construction sur la piste cyclable à l’occasion du NIFFF !

Il s’en est fallut du peu pour que je ne me fasse pas désarçonner par un petit fil jaune que des constructeurs d’échaffaudage ont décidé de tendre juste au moment où je passais…..

 

cirque Knie à Neuchâtel.jpg

expérience le vélo comme moyen de transport principal

Expérience: le vélo comme moyen de transport principal

vélo de martouf.jpgAvec l’arrivée de l’été j’ai décidé de tenter une nouvelle expérience: utiliser le vélo comme moyen de transport principal.

Habituellement, je suis un adepte de la trottinette à toute les sauces! A toutes les sauces ? En effet, j’utilise la trottinette comme moyen de transport urbain sur les trajets de moins de 2km, puis suivant les circonstances, il m’arrive,  à la montée, de porter ma trottinette, de la prendre en tram, en bus, en train ou de faire un peu de covoiturage.

Ces prochains temps, j’ai décidé d’utiliser uniqument le vélo.

Je suis d’avis que la trottinette est le meilleur moyen de transport urbain sur moins de 2km. Le problème, c’est que j’habite à 10km de mon lieu de travail. Ainsi je suis toujours obligé d’utiliser une autre moyen de transport en complèment de la trottinette.

Ici, le but est d’utiliser entièrement la force physique. Le vélo semble donc être le véhicule le plus adapté. Le vélo est le moyen de transport qui a le meilleur rendement lors de la transformation d’énergie issue de la nourriture en énergie mécanique. Ceci juste avant le martinet et le saumon !

C’est donc sur cette bonne idée, que samedi dernier, j’ai réhabilité mon vélo après quelques années de « jachère ».

Il m’a fallu regonfler les pneus et trouver une vignette. Puis j’ai découvert que mon frein arrière ne freine plus que lorsque je suis déjà à l’arrêt ! (très utile)

Ensuite, j’ai décidé d’aller tenter un petit tour à vélo, ça tombait bien, j’avais rendez-vous à la plage. Un trajet de 4km c’est bien pour débuter.

vignettes de vélo suisse.jpgC’est là que j’ai remarqué que la selle de vélo doit être le siège le plus inconfortable que j’ai utilisé depuis bien longtemps !
J’ai donc bricolé un peu ma selle pour lui ajouter une petite couche de mousse. Mais ce n’est guère mieux!

Il parait qu’avec l’habitude on s’y fait !

Après avoir fait les 4km de retour j’ai eu envie de me lancer dans un tour à vélo plus grand. ça tombait bien, j’avais rendez-vous le soir à une autre plage à 16km de chez moi.

J’ai découvert qu’en 16km de vélo on voit pas mal de pays. Il y a possibilité de s’arrêter en tout temps pour prendre des photos, et que c’est l’occasion de rencontrer des amies qui se baladaient en patins à roulette ainsi que de manger des fraises des bois!

Bref, c’était sympa, mais j’ai un peu (beaucoup) rallongé le temps de parcours.

Pour le retour, je me suis bien rattrapé, hormis le fait que la nuit c’est mieux d’avoir une lampe (c’est même obligatoire) je me suis bien débrouillé et j’ai fait le chemin du retour en 50 minutes. C’est qui à mon avis est une belle performance pour un premier jour de vélo après plusieurs années !

Après 40km de vélo dans la journée en guise de mise en train, et les fessiers en compote, j’ai décidé de poursuivre l’expérience: Cette semaine je me déplace à vélo.

Je ferai ici un petit compte rendu de mes expériences de cycliste.

Combien coûte un passage pour piéton en suisse ?

Passage pour piétons.jpgLa suisse est un pays merveilleux, rien n’est laissé au hasard, il y a des réglements et de la documentation pour tout…

Voilà que je viens de me perdre dans les méandres de la documentation à disposition sur le site web de la confédération suisse

J’y trouve des informations que je n’aurais jamais osé espérer connaitre un jour !

Première question: Combien coûte un passage pour piéton ?

Un document pdf à propos des coûts d’infrastructures de la mobilité douce répond à cette question.

Alors attention, roulement de tambour…. il existe de nombreux types de passages pour piéton, on va en choisir un standard.

Le coût de marquage d’un passage pour piétons de 4,0 m de large (marquage structuré) sur une route de 7,0 m de large, signalisation (2 fois 4.11 « emplacement pour passage pour piétons » avec bornes) et un nouveau candélabre, s’élève à:

CHF 11 000.-

Mais ça c’est le coût de base… il faut savoir qu’un passage pour piéton ne coûte pas la même chose suivant la région !!

En effet, un passage pour piéton tessinois coûte le 140% du prix d’un passage pour piéton neuchâtelois !

Selon une statistique de l’OFS faite en 2008, on peut savoir le coût d’un passage pour piéton suivant les régions.

100% 110% 115% 135% 140%
Espace Mitelland Suisse du nord-ouest
zurich
Suisse orientale
Suisse centrale
Région lémanique Tessin

J’en déduis que la peinture tessinoise est plus chère !

Seconde question: A quelle vitesse marche un piéton ?

Heu, ça dépend des gens.. ça dépend des moments me répondrez-vous !

Mais non, en suisse, tout est règlementé, on sait exactement à quelle vitesse marche un piéton !

Un piéton marche, sur un terrain plat, à une vitesse moyenne, sans pause de 4,2 km / heure.

C’est ce que l’on trouve dans le Manuel de signalisation des chemins de randonnée pédestre.

Ce document propose également, en annexe à la p66, une tabelle qui permet d’adapter cette vitesse à plat en fonction de la pente du chemin.

Ainsi, je peux savoir qu’à plat, il me faudra 14 minutes pour parcourir 1km alors que si en même temps je monte de 100m il me faudra 20 minutes !

Troisième question: Est-ce que le bonhomme des feux tricolor dort ?

Il est devenu une star à Berlin, c’est un symbole de l’ex-allemagne de l’est, je parle du célèbre Ampelmann qui annonce à quel moment traverser un passage pour piéton.

Le fameux Ampelmann ex-allemand porte traditionnellement un chapeau et même parfois certains lui ont fait porter un parapluie !ampelman qui dort.jpg

Dans nos contrées suisses, les bonhommes des feux ne portent pas de chapeau. Je suppose que c’est par ce que le climat est plus clément.

Pour répondre à la question: oui, parfois ils dorment, j’en ai d’ailleurs surpris un en plein sommeil !

Bon.. il doit avoir un peu le sang qui lui monte à la tête vu sa position ?

feu tricolor.jpgfeu rouge geu vert.jpg

Parfois nos amis les bonhommes des feux s’amusent à nous jouer des tours.

La semaine dernière, je me suis retrouvé devant un passage pour piéton qui avait deux feux, et donc deux bonhommes.

Jusque là tout va bien. Mais que faire quand un feu passe au vert et l’autre reste rouge ?

Personellement pour éviter tout choix difficile, j’ai continué mon chemin sur le même trottoir et traversé la route plus loin ! 😛

 

 

 

 

 

 

Quatrième question: Qui est l’homme au chapeau sur le panneau de passage pour piéton ?

panneau passage piéton.jpgContrairement à nos bonhommes des feux, mais à l’image de l’Ampelmann ex-allemand, l’homme qui habite sur les panneaux annoncant les passages pour piéton porte un chapeau !

Qui est-il cet homme tout de noir vétu ? Est-ce un Ampelmann qui est venu s’installer chez nous ? Pourquoi lui porte un chapeau et pas ses collègues des feux ?

Serait-ce une incohérence de la réglementation suisse ? Il va falloir lancer une initiative pour interdire le port du chapeau pour les hommes des panneaux. ça fait tache dans le paysage !

J’ai tenté d’en savoir plus sur ce mystérieux homme noir au chapeau des panneaux de passage pour piéton, mais il a fui en me voyant arriver….

La question reste donc ouverte…

homme noir au chapeau  ampelman.jpg

Mobilité douce

Quelle est la définition de la mobilité douce ?

D’après le site web de la confédération suisse, on trouve que la définition de la mobilité douce est:

Le fait de se déplacer à pied, sur roues ou sur roulettes à la seule force musculaire humaine.

On parle donc de marche, de trottinette, de vélo, de patin à roulette, etc…   mais en aucun cas d’engin qui ont des moteurs ! (même électrique)

Il y a même des bases constitutionnelles en suisse qui définissent ce qu’est la mobilité douce. Mais le document n’existe qu’en allemand.

Definition Langsamverkehr

Langsamverkehr bedeutet vorliegend die Fortbewegung zu Fuss, auf Rädern oder Rollen, angetrieben durch menschliche Muskelkraft1. Dazu gehören ins- besondere:

  • Fussverkehrinkl.Wandern,
  • Velofahren (nicht motorisiert),
  • Fortbewegung mit nichtmotorisierten fahrzeugähnlichen Geräten.

résumé du livre de Ivan Illich Energie et équité

Résumé du livre de Ivan Illich: Energie et équité

Souvent après la lecture d’un livre j’oublie un peu son contenu et si je veux citer quelque chose je me dis zut j’ai oublié le détail. Alors voilà, ici j’ai eu la présence d’esprit de prendre des notes et de garder quelques point d’entrée du livre.

Voici déjà le livre:

Résumé

Déjà pour les chiffres, il faut se souvenir que le livre a été écrit en 1973. Donc les chiffres ont passablement évolués.

  • p14: USA => 42% de l’énergie est utilisée pour les voitures.
  • Dans les 50 années qui ont suivit l’inventio du train. La distance moyenne annuelle parcourure par une personne a été multipliée par 100.
  • p16: actuellement on voyage à pied autant que nos ancêtres, mais pas au même endroit. Nous on marche dans des centres commerciaux, dans des tunnels de métro, des parkings souterrains, etc…
  • A pied on est libre d’aller dans toutes les directions. En voiture on est obligé de suivre des routes.
  • p17-18: Un Etat-uniens moyen consacre 1600 h/an à sa voiture. (tout compté. Donc le temps dans la voiture et le temps à travailler pour payer la voiture.) Ceci représente 4h par jour. Cependant un Etat-uniens moyen parcours 10 000 km / an en voiture. 10 000 / 365 = 27km/jour => en 4h = 6,8 km/h => donc à pied on va autant vite !
  • Pour la même vitesse globale, on consacre 28% de son temps avec une voiture et 3-8% de son temps à pied !
  • p19: Une route ne rapporche pas. Elle éloigne ! En effet, avec une route, c’est l’exode des coins perdu. Si une route existe. Plus besoin de marché sur place. Un camion vient de la ville avec tous les produits. Si une route existe, une école locale n’est plus utile. Tout le monde va dans l’école de la ville la plus proche. Avec une route. Plus besoin de médecin local. Il y a l’ambulance pour aller à l’hopital.
  • p21: A l’époque où aller à pied était le seul moyen de transport. Il y avait une équité du temps de déplacement. Actuellement, il y a une inéquité croissante. Pour un riche, il est possible d’utiliser des moyens de déplacement rapide. Car l’investissement représente un temps moindre pour lui que pour un pauvre. La route apporte les inéquités.
  • p22: Les services locaux qui étaient tout le temps présents (école, magasin, médecin) sont moins présents. L’absence est la règle. La présence une exception. Ils viennent quand on en a besoin.
  • p23: L’Etat investi pour les infrastructure de transport pour justifier qu’on a déjà investi bien plus dans les mêmes et dans les services que les transports justifient (hopitaux, écoles….)
  • la vitesse limite où l’on commence à perdre du temps en augmentant la vitesse est d’environ 25 km/h
  • p30: La mobilité est-elle un progrès ? => je complète. La révolution des télécoms à plus changé le monde (surtout en afrique) que l’augmentation de la vitesse de déplacement.
  • p32: à vélo => il faut 0,15 cal / km pour déplacer 1g. Le vélo est la machine thermique la plus efficace. C’est la dernière invention du néolithique. On ne vole pas de l’énergie ailleurs. On optimise sont efficacité énergétique.
  • p33: La roue était un tabou dans le mexique précolombien. Elle était réservée aux statues des dieux. Pourtant c’est une superbe invention pour optimiser sa force physique. Mais on l’a délaissé pour des raisons culturelles. Chez nous actuellement c’est pareil avec le vélo. Il est délaissé au profit du culte de la voiture.
  • p41: Il faut définir le quanta d’énergie qu’une personne a le droit d’utiliser par année et ensuite on le réparti.

 

se déplacer à pied est plus rapide que de se déplacer en voiture

Se déplacer en voiture est-ce vraiment plus rapide qu’à pied ?

L’idée est de faire un petit comparatif entre le temps que prend un voyage en voiture… et le temps que prend un voyage à pied…

Au premier abord on serait tenter de dire quil n’y a pas photo, la voiture est plus rapide que la marche !

Mais en y réfléchissant un peu plus, si l’on compte ce que coûte la voiture en temps de travail… la marche c’est pas si lent !

On va tenter de quantifier tout ça.

Quel est le coût réel d’une voiture?

L’achat du véhicule

Combien coûte la voiture moyenne…. ?

Le coût au kilomètre

Mobility a fait le calcul du coût réel d’une voiture.

Les coûts liés à la mobilité pour une petite voiture de tourisme de 1000ccm (soit 1600ccm) et 10’000 km par an s’élèvent à environ:

  • CHF 6’860.- (ou 7’660.- pour voiture de service2) coûts fixes (location de la place de parc, impôt sur les véhicules à moteur, responsabilité civile, casco, vignette, service de dépannage, amortissement)
  • CHF 2’960.- (ou 3’356.- pour voiture de service2) coûts variables (essence, huile, remplacement des pneus, entretien, réparation)

Comparaison entre le CarSharing (par km: CHF 0.79) et/ou les transports publics (par km: CHF 0.15):

100% voiture
privée1)
CarSharing
100%
50% CS
+ 50% TP
25% CS
+ 75% TP
100% TP
5’000km 8’340.- 3’950.- 2’350.- 1’550.- 750.-
7’500km 9’080.- 5’925.- 3’525.- 2’325.- 1’125.-
10’000km 9’820.- 7’900.- 4’700.- 3’100.- 1’500.-
15’000km 11’300.- 11’850.- 7’050.- 4’650.- 2’250.-
20’000km 12’770.- 15’800.- 9’400.- 6’200.- 3’000.-

Légende
CS: CarSharing
TP: transports publics

Chiffres en gras: le CarSharing avec Mobility ménage votre porte-monnaie!

1) Coûts calculés avec le calculateur « Frais kilométriques » 2007 du TCS
2) Dans l’ensemble des coûts, on tient aussi compte des frais administratifs découlant des voitures
de service.
L’entreprise devant supporter ces frais, le CarSharing en devient encore plus
intéressant financièrement.

Le coût de l’infrastructure

C’est nécessaire, c’est caché, mais ce n’est pas négligeable. Combien coûte le réseau de route ?

En 2007, le canton de Neuchâtel a alloué 84 millons de CHF pour les route, ce qui correspond à CHF 494.- par habitants. (pour 170000 habitants.)

Pour avoir un ordre de grandeur de ce que cela représente, Si l’on mélange les dépenses des communes et du canton de Neuchâtel, on arrive, en 2007, à une dépense moyenne globale de 12696.- par habitant. (la moyenne suisse est à 12053.-) (Selon des calculs de Jean-Pierre Gehlfi)

Pour avoir plein de statistiques et de chiffres, il existe une enquête sur le budget des ménages privés fait par l’ofs. Il sembe que 8,5% du revenu d’un ménage suisse est consacré aux transports. Le revenu moyen suisse est de 6000.- par ménage.

Il semble que le revenu d’un ménage est assuré aux 3/4 par le revenu du travail. (4500.-) Le reste c’est quoi ? Des rentes sociales diveres, des titres de propriété, la bourse…

Le but est de trouver une correspondance pas trop mauvaise entre une somme d’argent et un temps de travail. Ainsi on peut estimer le temps de travail qui est consacré à une tâche ou une autre, et en l’occurence aux transports en voiture.

Premier essai d’estimation grossière:

8,5% du revenu de 6000.- est consacré aux transports. Soit 510.-. De cette somme, les 3/4 sont issu d’un temps de travail. Donc 382.5. Si l’on considère que les gens travaillent 40h par semaine. Donc. 160h par mois. (à afiner comme réflexion). On peut se dire que les 4500.- / 160h = 28.125 /h (heu… combien il y a de personne dans un ménage et combien de temps de travail ?)

Donc pour gagner les CHF 382.5 nécessaires aux transports, il faut travailler 13.6h par mois.

..

L’OFS propse quelques statistiques à propos du coût des transports. Compte des transports suisses 2005 (PDF, 657 KB)

En gros, on y apprend que le coût total des transports par véhicule (tout compris) coûte 70,5 milliards de CHF par an. Donc on peut dire en gros que le coût du transport en voiture coûte en moyenne 10 000 CHF par an par personne ! (et ça reste une moyenne !)

..

Un calcul déjà fait dans cette brochure…

L’idéologie sociale de la bagnole.pdf

En fait on nous renvoie à ivan illitch:

Ivan Illich (Energie et Equité, Ed. Le Seuil):

– lire la brochure

– telecharger le PDF (855 ko)
Ivan Illich Energie et équité
52 pages A5

Un résumé du livre: http://lesverts.fr/article.php3?id_article=2560

Avant-Maintenant L’avenue du 1er mars

C’était mieux avant 😉

Pour continuer la série de photos de Neuchâtel avant et maintenant, voici un nouveau lieu. Il s’agit de l’avenue du 1er mars.

On remarque qu’il y a une centaine d’années, la route était un peu moins fréquentée, et que les véhicules n’étaient pas tout à fait les mêmes.

avenue du 1er mars.jpg

Une constante qui revient souvent en comparant les photos actuelles et les photos d’il y a 100 ans, c’est que le paysage parait beaucoup plus vide et espacé il y a 100 ans que maintenant.

Pourquoi ?

C’est tout simplement à cause de la voiture!

La société de la voiture

Nous sommes dans la civilisation de la voiture. La voiture, l’auto, la bagnole prend beaucoup de place dans notre société.

La voiture prend de la place lorsqu’on l’utilise sur la route, et elle prend de la place sur les parkings lorsqu’on ne l’utilise pas (92% du temps!).

Ces dernières années, le problème empire, car le nombre de voiture augmente. Dans un ménage, il faut une voiture pour chacun! Et par dessus le marché, la taille et surtout le poids des voitures a aussi augmenté entre 10% et 38% selon les modèles depuis une vingtaine d’années. Ce qui bien évidemment augmente aussi la consommation et l’émission de gaz a effet de serre.

De plus, pour gérer la circulation de toutes ces voitures, c’est littéralement une forêt de panneaux de signalisation qui sont venus envahir les rues. C’est là aussi que l’on voit une grande différence par rapport aux photos d’il y a 100 ans.

Cars, Bus, Bikes: The Space Taken by 60 People by azaraskin.

Place occupée par 60 personnes suivant le moyen de transport.
Selon le concours de Aza Raskin

Quelle est le meilleur moyen de transport urbain ?

Beaucoup de gens se plaignent des embouteillages et aimeraient que l’on multiplie le nombre de voies de circulation pour mettre plus de voitures.

C’est un point de vue. Mais il existe une autre manière de faire: augmenter la densité.

Une voiture c’est énorme et c’est bien trop souvent utilisé que par une seule personne à la fois.

Le poster ci-à-côté montre la même rue occupée par le même nombre de personne (60) mais avec des moyens de transports différents. La voiture, le bus et le vélo.

Il me semble que l’image parle d’elle même. Comment faire pour limiter les embouteillages ?

Tous à vélo ! … ou tous en trottinette !

Et oui, la trottinette c’est le meilleur moyen de transport urbain comme je l’ai déjà expliqué sur ce site.

Pour les plus grandes distances, en cas de mauvais temps (de la neige comme aujourd’hui), ou si le vélo ou la trottinette n’est pas possible. Il faut utiliser les transports publics.

Les transports publics

D’ailleurs, en matière de transports publics, je pense qu’il y a de quoi faire pour les améliorer. Notamment rendre les transports publics gratuits.

En effet, je pense que c’est tout à fait possible et même que pour les transports publics neuchâtelois nous sommes à la limite que ça coûte plus cher de faire des transports publics payants que de les faire gratuits !

J’avais déjà exliqué sur ce site comment rendre les transports publics neuchâtelois gratuits.

Le car sharing

Enfin, parfois, en effet, la voiture est un moyen de transport qui peut se justifier. (pour aller dans un endroits perdu loins des transports publics, pour transporter de lourdes ou volumineuses charges, pour voyager à des heures indues…)

Si le besoin d’une voiture se fait sentir, le mieux est de recourir au car sharing. En suisse, nous avons la chance d’avoir la société mobility. Qui permet de faire du car sharing très facilement et efficacement avec 2250 voitures réparties sur 1150 emplacements.

Mobility calcule que pour une personne faisant moins de 10’000 km par année, le car sharing est plus avantageux financièrement que d’avoir une voiture privée. Beaucoup de monde gagnerait à faire du car sharing !

La voiture a modelé l’urbanisme

Lorsque l’on veut se passer de l’utilisation d’une voiture, bien souvent ce n’est pas facile. Une grande part de l’urbanisme de ces dernières décennies a été modelées sur le fait que les gens se déplacent en voiture. Les petits commerces de villages ont été remplacés par des grands centres commerciaux dans les zones industrielles en périphérie des villes, souvent loins des transports publics.

Los Angeles vue des hauteurs.
On peut remarquer plusieurs quartiers d’affaires symbolisés par la présence d’immeubles et de gratte-ciel, en plus du véritable centre historique, ce qui caractérise bien l’absence de véritable centre-ville à Los Angeles.

En europe, où les villes et villages sont très anciens, bien avant l’ère de la voiture, les localités ont un centre. Le développement des localités s’est fait en plusieurs siècles depuis un centre historique jusque vers l’extérieur.

Dans un pays comme les USA, où les localités sont plus récentes qu’en europe et où la culture de la voiture est plus présente, on remarque une autre forme d’urbanisme. Bien souvent les villes n’ont pas de centre.

C’est le cas typique de Los Angeles, qui est considéré par les urbanistes comme le modèle du développement des métropoles américaines.

Los Angeles est actuellement une ville-aglomération qui s’étend en tache d’huile sur 100km !

Ce développement étalé pose de multiples problèmes d’efficacité des transports, d’accès à des zones de verdure et de centre affaire efficace. La municipalité tente donc gentiment depuis les années 1970 de créer quelques centres et avenues pour recentrer quelques fonctions de la ville.

Pour aller plus loin dans la compréhension de ce que change la voiture dans l’urbanisme, je ne peux que conseiller de lire cette petite brochure très intéressante:  (à lire sur papier électronique dans les transports publics bien entendu 😛 )

L’idéologie sociale de la bagnole.pdf

Numéro de téléphone du bus à la demande entre Fleurier et les Bayards

Numéro de téléphone du bus à la demande au Val-de-travers

En voulant me rendre aux Bayards depuis Neuchâtel. J’ai regardé les horaires sur le site web des cff. Le trajet se fait en deux étapes. Tout d’abord le train depuis Neuchâtel jusqu’à Fleurier. Puis, le bus entre Fleurier et les Bayards. Pour ce bus, il est précisé sur l’horaire que la réservation est obligatoire. Mais il n’est pas indiqué où réserver !!

Donc, après un appel au numéro 0900 des cff pour les questions à propos des horaires. La gentille madame à l’autre bout semble également ne rien y comprendre. Elle se renseigne et rappelle 10 minutes plus tard. Il parait qu’il faut appeller publicar….. mais ce n’est pas là non plus, il ne déservent pas cette ligne !

Donc direction les TRN, et là il y a une sélection de gare à faire. Après avoir choisi la gare de Fleurier. Là enfin quelqu’un répond pour dire que si c’est pour partir de Fleurier, il n’y a pas besoin de réserver; le bus attend là !

Donc voilà… tout un labyrinthe téléphonique pour rien !

Une fois sur place, tout est plus simple. Le numéro de téléphone pour réserver le bus entre Fleurier et les Bayards est écrit sur le bus lui même. Il s’agit du 032 861 45 55.

Cette information est aussi disponible sur site web des TRN. Il s’agit en fait des bus mobival.

Pour avoir le détail des horaires des bus du Val de Travers, il faut aller voir la page horaire du site des TRN.

Applicaton d’horaire de Bus

Application d’horaire de transport public

Le site web des transports publics neuchâtelois n’est vraiment pas à très sympathique en ce qui concerne les horaires de Bus. Il n’y a pas moyen d’avoir directement ce qu’il faut. Il n’y a qu’une vague explication d’horaire mais rien de précis. Pourtant des horaires précis existent bien vu qu’il sont affichés aux arrêts de bus.

Vu cette situation, à voir ce qu’il est possible de faire pour s’en sortir mieux.

Ce qu’il existe déjà dans le genre

Le site des cff, propose quelques vagues horaire calculé sur le réseau TN. Il y a les horaires de tram.

Google maps, propose les horaires de cff, mais rien pour les TN.

Il existe ailleurs des solutions avec Openstreetmap. c’est certainement le mieux à faire. Certaines lignes de bus des TN sont déjà intégrée à la carte d’openStreetMap.

Un peu de doc sur les solutions OSM

Ce qui semble le mieux c’est l’application OsmTransport.

Comment contribuer ?

La région de neuch ne semble pas être la seule à avoir des transport publics étrange…

Un utilisateur frustré à developpée en 2005 une solution pour Lyon… il cherche maintenant à l’intégrer à OSM..

http://www.mail-archive.com//msg12479.html

On lui propose de voir OSMtransport…

http://www.mail-archive.com//msg12508.html

Ainsi que la doc transport public d’OSM qui signal d’autres service:

encore un peu de doc.. http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Proposed_features/Stop_Place

Obtenir les données OSM via un WMS

à creuser…

 

Posts navigation

1 2 3
Scroll to top