Martouf le synthéticien
 
 

Où est la girafe ?

girafe 4 pattes.png

Il y a maintenant quelques années déjà, suite à un délire entre amis à propos de la phrase: Où est la girafe ? Je me suis lancé dans le dessin vectoriel.

J'ai voulu un jour illustrer ces histoires de girafe. J'ai cherché une illustration sympa de girafe sur le vaste web.... mais je n'ai rien trouvé qui me plaisait vraiment.

Suivant l'adage: On est jamais mieux servi que par soi-même... J'ai ouvert une fenêtre blanche dans inkscape, un excellent logiciel de dessin vectoriel, et j'ai dessiné LA girafe. Celle qui est maintenant devenue une célébrité grâce à ses voyages partout à travers le monde.

Comme je suis quelqu'un de gentil, après avoir dessiné ma girafe, je me suis dit que peut être quelque part dans le vaste monde, il y avait peut être quelqu'un qui est également à la recherche d'une image de girafe.

J'ai donc publié mon dessin sur la plateforme de partage de dessin vectoriel: openclipart.org

Un dessin dans le domaine public

La petite précision importante dans l'histoire, c'est que j'ai publié ce dessin dans le domaine public. Comme tout ce qui est sur openclipart.org.

Ce choix du domaine public permet à n'importe qui de reprendre n'importe quel dessin tout ou en partie pour en faire ce qu'il veut.

N'importe qui a une liberté totale sur une image dans le domaine public. C'est droit le contraire de ce que l'on a avec la plupart des images que l'on trouve sur internet, qui sont soumises à un droit d'auteur strict ne permettant de rien faire sans l'accord de l'auteur. Ce droit d'auteur est en même temps est une belle hypocrisie quand on voit les nombreuses images volées lors d'une simple recherche google image qui finissent un peu partout sans le consentement de l'auteur original.

Le succès grâce au domaine public me pousse a récidiver

En quelques temps, ma girafe a eu un bon succès. A ce jour, elle a été téléchargée plus de 1500 fois. Ce constat m'a encouragé à fournir encore d'autres dessins.

monkey-face-cartoon.pngCet été, je cherchais une illustration d'une tête de singe sympa.

J'ai, à nouveau, écumé le vaste web à la recherche de mon bonheur. Mais comme pour la girafe, je n'ai rien trouvé de très concluant, juste des débuts de pistes.

Sur wikimedia commons, j'ai trouvé une tête de singe publiée dans le domaine public. Ce dessin, grâce à la liberté donnée par le domaine public, avait déjà voyagé depuis la bibliothèque d'images de ses créateurs, le Tango! Desktop Project.

 


Thumbnail for version as of 21:46, 4 April 2007

 

Exemple de dessin d'inspiration manga.

Cette illustration de tête de singe était pour moi un bon début, mais pas assez bien pour mes besoins. J'ai donc mis les mains dans le cambouis. J'ai ressorti inkscape, mon éditeur de dessin vectoriel préféré, et j'ai commencé à améliorer le dessin que j'avais à disposition.

Le secret d'un dessin à succès

J'ai supprimé de nombreux calques qui me semblaient ne rien apporter au dessin. J'ai un peu modifié la forme des oreilles. J'ai changé le sourire du singe pour le rendre moins niait. J'ai diminué le nombre de couleurs. Et surtout, je lui ai créé des yeux irrésistibles capables d'attendrir n'importe quel rustre !

Et oui, le secret d'un dessin réussi c'est les yeux. Les dessinateurs de manga l'on compris depuis des années. Ils font toujours des yeux plus grands que la réalité et avec des pupilles très dilatées.

Ces yeux sont une des caractéristiques type des personnages que l'on dit Kawaii (かわいい) au japon. Kawaii signifie quelque chose proche de mignon. Les personnages kawaii ont toujours de grands yeux, et fréquemment un petit nez et une petite bouche.

Différence entre la réalité et sa transcription et dans les mangas.

Le psychologue Eckhard Hess a fait une étude dans laquelle il propose à un homme deux photos de la même femme, une fois avec les yeux normaux et une fois avec des yeux aux pupilles dilatées par retouche photo. L'immense majorité des hommes préfèrent la photo qui présente la femme aux pupilles dilatées. Il semble que cette attirance fonctionne autant bien pour les deux sexes.

Pour séduire, il faut avoir les pupilles dilatées. C'est donc ce que j'ai offert au singe de mon dessin.

Et ça marche !

Une fois terminé mon dessin de singe sympa, je l'ai publié sur openclipart.org et là, c'est le succès immédiat. En un mois il est téléchargé plus de 3000 fois ! Il est second dans le Last Month Top 10 download de openclipart. Il est le 73ème plus populaire des dessins sur plus de 34000 !

Toute une culture dérivée grâce au remix

Mais le plus important dans cette histoire, c'est que ce singe est toujours publié dans le domaine public. Il peut donc être repris encore une fois par quelqu'un pour continuer sa vie. C'est ce qui est arrivé !

Le coup des yeux a tellement bien marché, que le dessin du singe a été repris et remixé pas moins d'une dizaine de fois pour obtenir une ménagerie aussi diverse que variée dans laquelle chaque individu partage les mêmes yeux !

 

De cette histoire, il faut retenir, que grâce au domaine public, un dessin de singe issu d'une bibliothèque d'icon pour ordinateur a été transformé en singe kawaii tellement mignon, qu'il a lui même donné naissance à toute une ménagerie populaire qui aidera certainement de nombreuses personnes à trouver leur bonheur, ou à remixer encore une fois un dessin.

Mon message est donc de favoriser le domaine public, ou à défaut de placer ses créations sous une licence Creative Commons permettant de remixer le plus possible des oeuvres.

Il est très important de favoriser la culture du remix. Ceci n'est pas valable uniquement dans les arts graphiques, mais également dans la musique.

Le remix est aussi valable dans la musique

Un des exemples les plus parlant est celui du Ament Break.

Il est très intéressant de voir qu'une petite séquence de 6 secondes de batterie jouée par G.C. Coleman, du groupe The Winstons, en 1969, a été reprise et remixée de nombreuses fois par des samplers, pour être finalement à la base des rythmes fondateurs du hip hop, de la jungle et de la drum and bass !

Je recommande de regarder ce petit documentaire à propos de la toute cette culture qui est issue de cette séquence rythmique de seulement 6 secondes !

Tout le monde a déjà entendu ce son, ce rythme. Il est partout et ceci grâce au désintérêt de son auteur qui avait abandonné sa carrière musicale et ne s'est pas préoccupé d'obtenir des royalties auprès de marginaux inventeurs du hip hop et de la musique électronique. De toute façon ces genres n'étaient pas autant populaire et lucrative qu'actuellement !

Favorisons le remix, et le domaine public: c'est bon pour la culture !

blog comments powered by Disqus
 
 
 
 
 
login
Identification

loading loading