Synthéticiens permaculteurs

Jaune => Synthéticiens permaculteurs

Une société parmi d’autres

L’idées est de décrire un monde après l’effondrement de la civilisation de la mondialisation.

Chacune des sociétés est régie selon les étapes d’évolution de la spirale dynamique.

    Le principe

    Les synthéticiens se préoccupent des effets d’émergence. Ils étudient les systèmes complexes. Ce sont des anarchistes. Il n’y a pas de contrôle central. Il n’y a que des règles de base commune à la société et le reste émerge seul. Cf: le principe du giratoire vs le principe du feu rouge.

    La communication et le savoir joue un grand rôle. Ils entretiennent une encyclopédie à la wikipedia pour s’entraider. Des tonnes de wiki se montent sur leur réseaux de communication.

    Ils vivent dans des fermes de permacultures dans des petites communautés. Ils font très attention à leur empreinte écologique. Ainsi quand une communauté devient trop grande on la scinde en plusieurs petites. On ne construira jamais une ville de synthéticiens.

    Tout en étant indépendants, ils voyagent et relient les autres communautés et peuples. Ils voyagent surtout à pied et à vélo. Des moyens de transports individuels, libres et ayant une empreinte écologique très faible. Ils tendent toujours à ne voyager qu’avec ce qu’ils sont capables de transporter à la force des muscles. Certains partent même du principe qu’ils ne doivent posséder que ce qu’ils sont capables de transporter à force musculaires.

    Ce n’est pas un dogme. Il n’y a pas de règles et d’interdit chez les synthéticiens. S’ils le veulent ils peuvent utiliser des véhicules à moteur. Ils appliquent le principe du « use de tout, n’abuse de rien ».

    Ils font du commerce, ils vistent d’autres peuples pour monnayer leurs savoirs contre des matières premières et matériel informatiques qu’ils ont de la peine à fabriquer eux mêmes.

    C’est surtout pour entretenir leurs imprimantes 3D qui fabriquent le peu d’objets dont ils ont besoin. Ils s’échangent ainsi leurs objets sous forme de modèles informatiques à travers des réseaux et les matérialisent là où ils en ont besoins. Puis les recycle quand ils n’en ont plus l’utilité. En plus des imprimantes 3D électroniques, ils fabriquent des objets par biologie de synthèse. (des calculateurs biologiques, des panneaux solaires, des bactéries utilisées comme micro usines.)

    Durant l’adolescence et la formation d’une vraie personnalité, ils sont « totémisés » avec un nom qui a une histoire qui les caractérise, qui raconte une anecdote, des qualités… puis en second lieu. Le nom de la communauté à laquelle ils appartienne. (un peu comme les adresses mail… )

    Chaque communauté a une ou des couleurs qui vont être matérialisées sur des bracelets que portent les synthéticiens. Ainsi les gens d’une même communauté peuvent se reconnaitre. Quand une communauté devient trop grande et se sépare on crée un nouveau mixe de couleurs tout en gardant la couleur de la communauté mère comme souvenir. Ainsi les communauté les plus bariollées sont les plus jeunes. Mais rien de très formel là dedans.

    Les synthéticiens adorent les bracelets, ils font de nombreux échanges.

    Les synthéticiens ont une spiritualité très liée à la spirale dynamique. Ils cherchent l’évolution. La spirale se retrouve dans la spirale d’herbes aromatiques que chaque jardin permaculture a.

    C’est la première société à vivre sur une étape de la spirale qui se trouve après un tour complet. Ils sont ainsi capables de comprendre tous les autres et parfois de se mettre à leur niveau, ce qui est pratique pour commercer et assurer les communications à travers le vaste monde.

    Projet GVCS (Global Village Construction Set). Un set de 50 machines à construire soi-même, pour constuire un village industriel !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Scroll to top
    %d blogueurs aiment cette page :