Liste de réparateurs en suisse romande

Réparation

Appareils en tous genres

La Bonne Combine, Prilly                               Tél. 021  624 64 74                    www.labonnecombine.ch

Ecotechnic, Genève                                            Tél. 022 320 41 84                    www.ecotechnic.ch

ITI-Répart, Dominique Steiner, Arc-jurassien  Tél. 079 242 64 12

Ifixit.com   I Guide de réparations diverses                                                     www.ifixit.com

Repair’Café à  Neuchâtel                                                                                    www.repaircafeneuchatel.com

Christian Jelenkiewicz, Vevey                            Tél. 079 213 28 65

Réparateurs divers à Genève                                                                              www.ge-repare.ch

Réparateurs divers à Lausanne                                                                          www.lausanne-repare.ch

Electroménagers

Pierrot Ménager,  La Chaux-de-Fonds              Tél. 032 913 00 55

AC Cuisine Electroménager, Broc                     Tél. 079 396 72 06                    www.ac-cuisine-electromenager.ch

Ordinateurs en tous genres

Mussoft.ch,  Soulce / JU                                     Tél. 032 426 44 04                    www.mussoft.ch

Mega-Help,  La Chaux-de-Fonds                       Tél. 079 418 82 82                    

Itopie Informatique, Genève                            Tél. 022 557 63 70                    www.itopie.ch

iPhone, iPod, iPad

Macianer, St-Blaise                                           Tél. 032  511 51 02                    www.macianer.com

Microwest, Neuchâtel & Cortaillod                  Tél. 032 710 14 90                     www.microwest.ch

Speed Réparation, Val-de-Travers /NE             Tél. 079 616 22 06                     www.facebook.com/SpeedReparationCouvet/

SOS-smartphone,  Echallens                            Tél. 078  600 83 94                    www.sos-smartphone.ch

Reparemac,  Lausanne                                      Tél. 021 544 72 06                     www.reparemac.ch

PodSpital, Genève                                              Tél. 0900 767 763                      www.podspital.ch

Machines & Outils

Jenny Sàrl, Cernier / NE                                     Tél. 032 724 47 27                     www.jennysarl.ch

TV

Dubois TV, La Chaux-de-Fonds                          Tél. 032 968 21 40

Vélos

Le Black Office, Neuchâtel                                                                                   www.leblackoffice.ch

Tous à vélo, Neuchâtel                                        Tél. 076 512 67 07                    www.tousavelo.ch

Péclôt 13,  Genève                                               Tél. 022 740 37 89                     www.peclot13.ch

Meubles

Réfection de meubles, Môtier (Vully)               Tél.  079 378 29 60

Sauver les meubles, La Chaux-de-Fonds          Tél.  079 248 72 20                   www.sauverlesmeubles.ch

Vêtements

Sibylla Couture, La Chaux-de-Fonds                 Tél.  032 968 14 46                   www.sibyllacouture.ch

Cours de réparation

Réparer un objet est parfois plus simple que l’on croit.  Pour vous permettre de vous en rendre compte et devenir de grands réparateurs, voici des cours à votre disposition (appareils en tous genre ou vélos).

Laurent Villoz, St-Imier                                      Tel.  078 72 72 311                   

Tous à vélo, Neuchâtel                                        Tel. 076 512 67 07                     www.tousavelo.ch

Recharge de cartouches d’encre

Ink Express, rue des Moulins 51,  Neuchâtel     Tél.  032 721 40 25                   www.inkexpress.ch

Cartouche Lausanne,  Bd de Grancy 44             Tél.  021 617 01 07                    www.cartouchelausanne.com

Location sur internet

E-syrent I Site de location entre particuliers                                                       www.e-syrent.ch

Kidicool.ch  I Les vêtements de votre enfant en location !                                   www.kidicool.ch

Seconde main

Matériel informatique

Vendre.ch Tél.  0848 310 320                     www.vendre.ch

Réalise,  Genève                                                     Tél.  022 308 60 10                    www.realise.ch

Itopie Informatique, Genève                                Tél. 022 557 63 70                     www.itopie.ch

Articles & habits pour enfants

Le Petit Coffre à Trésor,  Grandson                                                                         www.coffre-a-tresor.com

Meubles remis au goût du jour

L’Atelier des Miss,  Vallorbe                                                                                      www.latelierdesmiss.blogspot.ch

Sauver les meubles, La Chaux-de-Fonds           Tél.  079 248 72 20                   www.sauverlesmeubles.ch

Matériaux de construction

Vous devez rénover une partie de votre habitation ou avez le projet de construire … avez-vous déjà pensé à la bourse Suisse de récupération de matériaux de construction ?

Bourse Suisse de récupération de matériaux de construction                              www.bauteilclick.ch ou   www.salza.ch

Vélos

Tous à vélo, Neuchâtel                                         Tél. 076 512 67 07                       www.tousavelo.ch

Péclôt 13,  Genève                                                 Tél. 022 740 37 89                       www.peclot13.ch

Articles divers

Emmaüs,  La Chaux-de-Fonds                              Tél.  032  968 42 02                     www.emmaus-ne.ch

Marchés gratuits

Gratiferia, Neuchâtel  www.facebook.com/AedNeuchatel

Gratiferia, Delémont             http://gratiferiajura.wordpress.com/

Gratiferia, La Chaux-de-Fonds  www.facebook.com/La Chaux-de-Fonds

Espace quartier le 99, Genève  I mercredi après-midi                                             www.ville-geneve.ch/plan-ville/99-espace-quartier/

Marchés gratuits sur internet

Donnez les objets dont vous n’avez plus l’usage ou trouvé ce qu’il vous faut sans rien débourser !

Partage d’objets entre voisins

Indiquez sur votre boites aux lettres les objets que vous désirez partager avec vos voisins !

www.pumpipumpe.ch

Système d’échanges local  (SEL)

Avez-vous déjà pensé au SEL qui organise de manière conviviale des échanges de services, de compétences et de biens ?

www.sel-suisse.ch/

Un autre système d’échange par internet vient également de voir le jour.  L’offre est très limitée pour l’instant mais ne demande qu’à croître … A vous de jouer !

www.échanger.ch

Liste reprise du site lachaussurouge.ch qui a migré à l’international sur lachaussurerouge.net…  qui ne peut plus accueillir une liste aussi locale… Donc elle est sauvegardée ici. (En fait, elle existe toujours, mais n’est plus référencée dans les menus…. Donc voici le lien vers les réparateurs en Suisse romande sur lachaussure rouge…)

Lien entre décroissance et Revenu de Base Inconditionnel

Pourquoi est-ce que les décroissants doivent se mobiliser pour le Revenu de Base Inconditionnel ?

Quel est le lien entre décroissance et Revenu de Base Inconditionnel ?

Déjà que signifie être décroissant ? Suis-je vraiment décroissant ?  Avons-nous la même vision de ce que signifie « être décroissant » ?

Pour moi la décroissance est une vision politique de la société dans laquelle on sort d’une vision du monde où la croissance et particulièrement la croissance du PIB résout tous les problèmes.

Le « dé »  de « Dé-croissance », c’est comme le « dé » de « débourser » qui signifie « sortir de ».

Ainsi, voilà, la décroissance c’est sortir de la croissance du PIB comme recette miracle.

Il y a quelques années (2010-2011) j’ai donné des cours dans les universités populaires de Suisse romande à propos de la décroissance. Mon but il y a quelques années était de réveiller les consciences au fait que non.. votre bonheur ne passe pas par la croissance du PIB…  ou par une course au toujours plus matériel (et parfois immatériel).

Le système économique actuel est basé sur la transformation de ressources naturelles (et d’humains) pour les transformer en déchets le plus vite possible et d’huiler cette macabre machinerie à grand coup de publicité pour rendre obsolète le plus vite possible les rêves des gens…

A l’époque, le sujet était tabou.

Actuellement, en 2015, beaucoup de gens sont conscients que l’on ne peut continuer longtemps avec un tel système. Du coup je considère que l’Objection de Croissance a gagné.

L’Objection de Croissance c’est sympa.. il suffit de regarder la marge de manoeuvre possible dans l’équation de Kaya qui relie différentes variables environnementales, économiques, énergétiques et démographiques….

.. et là on voit très bien que si l’on ne veut pas flinguer le climat ou la moitié de la population mondiale… oublier les objectifs de croissance du PIB est la seule chose possible.

Voir comment établir ces scénarios à l’aide de l’équation de Kaya…

Il y a quelques années, lors de mes cours dans les universités populaires. J’ai expliqué les méfaits de ce système, j’ai eu plein de gens qui en étaient très conscients, mais qui se sentaient totalement paralysés par le système en place. Chaque fois que je proposaient de diminuer le régime de ce système économique, j’ai eu des gens qui me disaient…. « Mais les emplois… ça va supprimer des emplois… comment les gens vont vivre ».

Là ça m’a fait réfléchir.

Depuis là je me suis intéressé au Revenu de Base Inconditionnel.

Et je n’étais pas le seul, peu de temps après, une initiative populaire fédérale pour un Revenu de Base Inconditionnel a été lancée, j’ai participé à la récolte de signature. L’initiative à abouti et elle passera en votation.

Avec un Revenu de Base Inconditionnel, les gens peuvent vivre sans être obligé de participer à un système destructeur, il peuvent consacrer leur ressources à des activités plus intelligentes.

Maintenant j’oriente mes efforts sur faire connaitre et comprendre les enjeux du Revenu de Base Inconditionnel. J’ai arrêté les conférences sur la décroissance et je donne des conférences à propos de Revenu de Base Inconditionnel.

Beaucoup de gens n’attendent que ça pour se lancer concrètement dans des activités qui ont du sens et pas dans des jobs qui n’ont d’utilité que de faire tourner un système qui détruit des ressources le plus vite possible.

C’est dans ce sens que s’inscrit mon engagement. Là on libère tous ces gens englués dans le système pour qu’ils puissent aller vers leur rêves.

Depuis quelques temps, j’ai compris qu’il ne sert à rien d’être un anti-qq chose.. c’est juste la meilleure manière de renforcer ce quelque chose.

Ainsi il m’est difficile de faire la promotion de la décroissance… c’est être anti-tout ce qui compose notre système économique actuel.

 

En étant POUR un Revenu de Base Inconditionnel, je peux proposer une manière alternative de fonctionner qui est positive. J’ai l’impression que c’est plus efficace. (.. et dans le milieu décroissant… efficacité est un mot tabou… ça rappelle trop l’efficacité compétitive du système économique)

Il faut parfois évoluer

Il est temps d’arrêter de croire que le toujours plus est la bonne direction, il faut parfois évoluer….

Nous vivons dans une société qui place le « toujours plus » comme l’idéal. Nous vivons dans la société du dogme de la croissance infinie

Un enfant a une croissance exponentielle. Puis cette croissance se ralenti et l’enfant évolue et devient un adulte.

Notre société traverse sa crise d’adolescence. Un période difficile. Une période pleine de saut d’humeur, une période qui parfois même conduit au suicide !

Soyons vigilant, faisons évoluer notre société, ne tombons pas dans le piège du toujours plus à tout prix !

citation chenille.png

Le destin d’une chenille, n’est pas de devenir une super chenille géante…. C’est de devenir un papillon !

Notes à propos de la conférence de Patrick Viveret en avril 2013 à Genève

Notes à propos de la conférence de Patrick Viveret en avril 2013 à Genève

Après avoir écouté de nombreuses fois le podcast la conférence de Patrick Viveret en décembre 2010 (voir mes notes), cette fois, le 18 avril 2013, je suis allé à la conférence en vrai.

En attendant la vidéo de la conférence, (qui doit arriver sur le site de ecoattitude) voici les notes que j’ai prises.

La vidéo est arrivée.. (on me voir en pull rose.. 3ème rang à droite :P)

La page dédiée à ces vidéos de la conférence de Patrick Viveret sur le site de ecoattitude, avec aussi les vidéos des questions du publics….

Le titre de la conférence était: « La bourse ou la vie », ou comment refonder le pacte social autour d’une nouvelle approche de la richesse.

Voici mes notes

Nous allons donc parler compte.

  • d’un pointe de vue étymologique: Bénéfice = bien faits
  • c’est un point de vue religieux à la base. C’est l’économie du salut !
  • Seul dieu est créateur dans le temps => l’usure, le fait de faire fructifier l’argent dans le temps est interdit
  • Puis la religion a changée, ce qui a changé l’économie.
  • 2 points importants => invention du purgatoire et un changement da la nature des pêchés
  • l’invention du purgatoire => assoupli les risques en cas de transgression du pêché d’usure
  • changement de la nature du pêché
  • => on a le droit de s’enrichir, mais pas de jouir de sa richesse
  • => on peut capitaliser mais il faut donner
  • l’économie a pris le dessus
  • mais avec les problèmes d’ECOlogie, l’ECOnomie doit aussi être remise en question.
  • eco-logie => le discours sur la maison
  • eco-nomie => les règles de la maison
  • Il manque d’indicateur pour faire une comptabilité des activités bonne (bénéfice) ou nuisible (maléfice)
  • il nous faut donc une nouvelle comptabilité
  • il nous font donc une nouvelle monnaie
  • Valeur = force de vie != comptabilité monétaire
  • évaluation = délibération sur la valeur
  • => délibération sur la force de vie
  • Il faut une bonne méthode de délibération.
  • Consensus => doute => débat
  • sociocratie
  • => réduire l’oppacité => réduire le mal-entendu (au sens propre), éliminer le soupçon et le procès d’intention
  • => traitement des désaccord
  • => traçabilité des désaccords. (Je ne suis pas d’accord de ce choix, on le note et en cas de problèmes plus tard, on revient sur ce choix. Ainsi on aura pas besoin de refaire toute la discussion)
  • On peut toujours améliorer la manière de prendre des décision. Notre démocratie qui décide à la majorité n’est pas la forme ultime.
  • système féodal => démocratie quantitative => démocratie qualitative
  • Si l’on veut remettre l’humain au coeur de l’économie, c’est bien… mais c’est aussi là le début des problèmes !
  • => les grandes passions humaines sont, l’amour, le bonheur et la quête de sens
  • L’amour conduit à des hauts et des bas. => on tombe amoureux !
  • Le bonheur parfait, c’est l’ennui !
  • La quête de sens, c’est les guerres de religions.
  • Pour éviter des problèmes on a une fuite dans le futile, dans le matérialisme et le diverstissement.
  • => c’est la base de notre société de consommation (de consolation)
  • Si l’on veut remettre l’humain au coeur de la société il faut => grandir en humanité
  • Etapes en amour => amour fusionnel => l’autre est autre => l’autre est une chance
  • Etapes en société => le grand soir => expérience de la division => l’autre est une chance
  • Accepter de de pas tout vivre, mais de vivre intensément chaque expérience
  • Connaitre les autres expérience en les vivants à travers le dialogue avec l’autre
  • le conflit => alternative à la violence
  • Résilience:
  • => éviter le sauve qui peut => cultiver la solidarité
  • => créer de l’espérance => cultiver les alternatives (Je ne sais plus s’il a parlé d’alternatives.. mais ça sone bien ! :P)
  • La première forme de monnaie était le sacrifice ! => il fallait donner ce que l’on a de plus cher pour rétablir un équilibre (d’ou l’idée de sacrifice humain avant d’offrir d’autre type d’offrandes)
  • le + de l’arrivée de l’économie (au sens actuel) est de créer un espace d’échange pacifique. (plus besoin de sacrifier)

Réponses aux questions

  • la démocratie est une alternative à la violence => transformer des ennemis en adversaires
  • comment détecter les personnes qui cachent leur jeu dans un débat ? => on utilise un filtre émotionnel qui est plus dur à maintenir
  • => ex: liste de mot clé sur un débat.
  • => exemple avec le mot-clé « religion » => comment vous-sentez vous avec ce mot ? bien, neutre, mal ?
  • => la mauvaise foi se voit tout de suite en passant par l’émotionnel
  • Le pouvoir n’est pas une passion humaine ?
  • => le pouvoir de quoi ? … il faut toujours un verbe.
  • Pouvoir créer, coopérer ou dominer. => on a le choix. Certain font bon usage du pouvoir. D’autre non. En soit ce n’est pas mauvais.
  • être un oppresseur tout seul n’est pas possible. Il faut aussi des opprimés.
  • Pour ne plus être un opprimé, il faut décoloniser l’imaginaire => construire des alternatives.

 

l’avenir du monde selon l’équation de kaya

L’avenir du monde selon l’équation de Kaya

C’est dans une conférence de Jean-Marc Jancovici à l’ENS début 2012 que j’ai découvert l’équation de Kaya.

(la partie sur l’équation de Kaya commence vers 1h13 dans la vidéo. Mais le tout est intéressant !)

Ce que voulait montrer M. Yochi Kaya en créant cette équation sont les relations entre différents facteurs important sur le système énergétique de notre monde.

Cette équation part de l’égalité entre la quantité de CO2 émis par l’humanité et cette quantité elle même.

CO2 = CO2

puis avec des tours de passe-passe algébrique, on peut introduire des paramètres dans cette équation.

Le niveau total d’émission de CO2 peut s’exprimer comme le produit de quatre facteurs : la population, le PIB par habitant, l’intensité énergétique par unité de PIB produite, l’intensité d’émission de CO2 par unité d’énergie consommée.

CO2 = POP * PIB/POP * TEP/PIB * CO2/TEP

équation de kaya explication.png

Voici comment Jancovici explique cette équation et en tire ses conclusions

  • CO2 => il faut réduire par 3 les émissions de CO2 d’ici 2050.. sinon le climat sera invivable. Obectif de Copenhague. (l’objectif n’est pas contraignant… l’objectif voulu est de diviser par deux les émissions de 1990 ce qui équivaut à diviser par 3 le niveau actuel)
  • POP => selon une prévision souvent utilisée la population mondiale sera de 9 Milliards en 2050.
  • PIB / POP => on veut pas divisier par 4.. on veut 2% de croissance annuel. Ce qui est moins que les promesses électorales !
  • CO2 / TEP = émission CO2 des sources d’énergie. => on doit les réduire là il y a consensus. (nucléaire et renouvelable principalement)
  • TEP/PIB = intensité énergétique de l’économie => tout le monde est d’accord pour un meilleur rendement énergétique de nos appareil.
  • Le CO2, on a pas le choix.. on divise par 3.
  • La population… Si l’on ne veut pas faire de génocide on multiplie par 1.3
  • Donc avec ce qui reste on doit les diviser par 4… c’est des maths
  • Mais on n’a pas envie de diminuer de niveau de vie… sauf les décroissants… alors on se fixe quand même une petite croissance anuelle de 2% du PIB = * 2.2 en 40 ans (est-ce possible ? les matériaux vont quand même manquer !)
  • doit donc diminuer les termes qui restent.. mais d’un facteur 9 ou 10 …
  • ces sont les seuls termes ou il y a consensus pour qu’ils diminuent
  • => on augmente l’efficactité énergétique de l’économie
  • => on produit de l’énergie en émettant moins de CO2
  • Possible ?
  • TEP/PIB = intensité énergétique de l’économie a diminuée de 30% en 35 ans => ça va continuer pareil… bof…. un peu dur => donc on se choisi une valeur plus réaliste. On diminue de l’ordre d’un facteur 2. => il faudrait une dictature pour imposer de telles normes !
  • ainsi il reste à décarbonner les sources d’énergies on doit le faire d’au moins un facteur 6 (selon vidéos) 4-5 selon page web.. à vérifier.. 4.29 selon le calcul avec les autres valeurs.
  • il faut décarbonner d’un facteur 5… et voici que l’on a pas fait mieux que 10% en 35 ans… => possible ?? bof
  • Comme on le voit aux USA.. entre 2007 et 2009… 10% de diminution de CO2… c’est la résession vive les banques d’affaires !
  • conclusion pour les énergies renouvelable => il faut 5% de croissance / an = 7x en 40ans => est-ce possible ? Il faudra une croissance des énergies renouvelables plus grande que celle qui des énergies fossiles quand elles sont arrivée.. et c’était plus facile à faire….

Conclusion… il y a de grandes chances (ou risque) que les objectifs de PIB et de diminution d’émission de CO2 ne soient pas possible !

C’est ce qui est le plus facile à changer.

ça fait déjà bientôt 30 ans que l’on crée du PIB avec des bulles spéculatives.

Dans (presque) la même conférence quelques mois plus tard devant le sénat français, Jancovici indique clairement que sa solution passe par une utilisation massive du nucléaire. => peu d’émission de CO2, et fourni beaucoup d’énergie sans passé par des panneau solaire construit par des chinois avec de l’électricité faite au charbon (plus de 80% de l’électricité chinoise)….

Autres scénarios

Quels sont les facteurs que l’on peut bouger:

  • l’objectif de copenhague
  • la population mondiale
  • les objectifs de croissance du PIB
  • l’efficacité énergétique
  • production d’énergie sans CO2

Quelques idées:

  • séquestration du CO2 à grande échelle… (à voir comment… algue, arbre, pompage enfouissage)
  • limitation de la population mondiale. Voir diminution selon les théories du complot du documentaire Thrive et des camps de la FEMA.
  • mise en place d’une économie décroissante.
  • efficacité énergétique imposée de force… une dictature qui impose l’isolation des maisons… et c’est ~ 70% d’énergie économisée sur le chauffage.
  • fin de l’obsolescence programmée
  • économie de fonctionnalité, on échange des droits d’usage sur des biens plutôt que les objets eux-mêmes.
  • production massive de panneaux solaires fabriqué avec des énergies renouvelable. (en europe et pas en chine) ça coûte pas moins cher que de construire plusieurs centrales nucléaires…
  • Le solaire thermique décentralisé pour chauffer l’eau sanitaires. très efficace
  • les maison sans chauffage
  • le solaire thermique où l’on chauffe du NaCl pour faire de l’électricité, il y a une inertie qui permet de produire la nuit. Donc en ruban !
  • le solaire par photolyse de l’hydrogène.

Encore à creuser… et refaire les calculs pour d’autres scénarios….

  • le scénario Khmers verts qui imposent l’efficacité énergétique…
  • le scénario le sénario décroissant permaculteur qui réduisent drastriquement leur consommation d’énergie
  • le scénario dictature qui réduit la population
  • le scénario société à 2 vitesses. On réduit le PIB.. mais pas pour tous… getthos de riche et getthos de pauvres.

Pour aller plus loin

les avantages d’un revenu de base inconditionnel

Le dogme de la nécessité du plein emploi

Dans notre société il y a un dogme autant bien ancré que celui de la croissance économique, c’est le dogme du plein emploi. Le chômage est le spectre que l’on annonce pour faire peur à tout le monde et pour faire accepter les décisions impopulaires.

Tout est fait pour favoriser la création et la sauvegarde des emplois. C’est le discours principal des partis politiques de l’extrême gauche à l’extrême droite.

Tout le monde est pour l’emploi !

Cependant, c’est un sacré raccourci qui est fait.

Ce que tout le monde veut, ce n’est pas un emploi

… c’est un revenu pour vivre !

D’accord, alors donnons un revenu à chaque personne pour la simple et bonne raison qu’elle est en vie. Plus besoin d’avoir un emploi pour vivre.

C’est le principe du revenu de base inconditionnel.

Pour tenter de diffuser l’idée d’un tel revenu de base, le cinéaste allemand Enno Schmidt et le balois Daniel Häni ont réalisé un film qui montre le fonctionnement et le financement d’un revenu de base inconditionnel.

Voici un extrait de ce film que j’ai monté:

L’extrait officiel de ce film est par ici, mais je le trouve moins bien que celui que j’ai fait.

Il est possible de voir l’intégral de ce film à propos du revenu de base inconditionnel ou de le télécharger gratuitement sur le site de kultkino.ch.

Vous pouvez aussi voir mes notes à propos de ce film. ça permet de survoler par écrit tout ce qui est dit.

=> pour voir d’autres vidéos à propos du revenu de base inconditionnel, je vous recommande la chaine de TV youtube du revenu de base inconditionnel en suisse.

Actuellement, est-ce qu’un revenu est forcément lié à un emploi ?

Est-ce si étrange de dissocier travail et revenu ?

Une étude allemande montre comment chacun obtient son revenu:

  • 30% des gens ont un revenu de leur famille. Ce sont les enfants, étudiants, mais aussi les mères et pères au foyer.
  • 20% des gens reçoivent une rente. Les retraités, les payements directs des agriculteurs, les rentiers (propriétaire immobiliers, bourse, etc…)
  • 10% des gens sont au chômage ou à l’aide sociale.
  • 40% des gens travaillent.

La majorité des gens n’a donc pas un revenu lié directement à une activité professionnelle. La majorité des gens profitent d’un revenu de transfert.

Est-il encore possible de garantir un emploi pour tous ?

Toute notre société industrielle est basée sur le principe que chacun obtient un revenu en échange d’un travail. Dans cette société il faut un travail pour vivre. C’est ce que défendent les syndicats et les partis politiques.

Cependant, la société industrielle touche à sa fin. Nous sommes maintenant à l’ère de l’information et ça change la donne. La finance a pris le dessus. Depuis 20 ans les industries font plus de profit avec leurs placements financiers qu’avec leur métier de base !

Il est difficile de dire qu’à l’avenir on pourra garantir que chacun puisse avoir un emploi, et donc que chacun puisse vivre !

Il est temps de repenser la base de la cohésion sociale.

action ubs grimpe quand on supprime des emplois 378998_10152259828685574_1826679664_n.jpgActuellement une personne sans travail est dévalorisée. Il faut un avoir un travail pour être intégré dans la société.

Mais quand les industries licencient à tour de bras car elles rationnalisent ou délocalisent, quand la plus grande banque de suisse annonce 11 000 licienciements par ce que tout va bien !!! …

… il devient de plus en plus dur d’avoir un job ! … Oui, actuellement on parle plutôt de job que de métier.

La part de chômage structurel ne cesse d’augmenter. Le taux de chômage est à ~10% sur l’europe et ~25% en Espagne ou en Grèce.

Si l’on observe le taux de chômage des jeunes on peut doubler les chiffres !

Ainsi, est il est possible de marginaliser le quart de la population d’un pays ? .. voir la moitié des jeunes, des forces vives ? Ceci sans avoir de réaction ?

Si l’on continue à marginaliser de plus en plus de monde on va droit vers une révolution !

Il est temps de repenser les bases de la cohésion sociale !

Le revenu de base est une alternative crédible permettant de retrouver une cohésion sociale !

Des emplois pour les machines ou pour les humains ?

Cela fait un siècle que l’on tente de remplacer les ouvriers dans les usines par des machines, les employés de banques et les fonctionnaires par des guichets informatiques, les caissières de supermarchés et les contrôleurs de train par des portails automatiques….

banque online avec 10 fois moins de personnel.jpgUne banque avec un guichet on-line a besoin de dix fois moins d’employés pour faire le même travail !

Cette politique de la rationalisation n’est pas cohérente. Nous voulons des emplois pour les humains ou pour les machines?

Il est temps de sortir totalement de ce système aberrant et d’opter pour une alternative.

Si l’on ne change pas on est obligé de persévérer dans l’aberration, de continuer à tout miser sur la croissance économique pour produire toujours plus avec toujours moins, de produire de la surproduction.

Puis l’on est obligé de pousser à la consommation de cette surproduction par une manipulation mentale publicitaire toujours plus pernicieuse.

Il existe des chaires universitaires de neuromarketing. Est-ce légitime que le contribuable finance lui même sa manipulation mentale ?

Beau projet d’avenir !

Voici une fable à propos d’aspirateur qui en se sortant du cadre et des préjugés permet de comprendre pourquoi on a besoin d’instaurer maintenant un revenu de base inconditionnel…

L’emploi à tout prix détruit l’environnement

emploi a tout prix.jpgD’un point de vue écologique, je doute que notre planète supporte encore longtemps notre habitude de transformer des ressources naturelles en déchets le plus vite possible.  (La planète survivra, la vie… un peu moins !)

Il est donc temps de changer de système. Le revenu de base inconditionnel est une alternative crédible.

La suisse n’est que peut touchée par le chômage en comparaison internationale, mais il y a une tendance de fond qui montre que le chômage est grandissant, surtout chez les jeunes.

C’est une des facteurs du succès du mouvement des indignés.

Il est aujourd’hui illusoire de penser que l’on arrivera à garantir un travail pour chacun et donc de faire vivre tout le monde avec ce système.

Les avantages du revenu de base inconditionnel

Avant de diaboliser le revenu de base inconditionnel, il est intéressant de voir ce qu’il peut apporter d’intéressant. Ainsi il sera possible de faire la balance des pour et des contres.

Je crois que de toute façon, il sera impossible de trouver le système parfait. Mais peut être que le système du revenu de base inconditionnel est moins pire que notre système actuel ?

Le revenu de base inconditionnel résout de nombreux problèmes que l’on a de la peine à rédoudre avec notre système actuel. En bref, il permet de financer:

  • la création artistique en étant une alternative au système du droit d’auteur qui est mis à mal dans notre société de l’information.
  • des biens communs. Ex: logiciels libres (les fondements d’Internet), l’encyclopédie wikipedia, la carte citoyenne openstreet map, etc..
  • l’apiculture. Alors que les abeilles sont indispensables à l’agriculture. Les abeilles disparaissent et les apiculteurs aussi. C’est une activité économique qui ne permet plus de gagner assez d’argent pour vivre… mais qui est indispensable à la vie !
  • les soins aux personnes âgées qui sont souvent assumés actuellement par des bénévoles. Dans notre société vieillissante nous auront de plus en plus besoin d’assisster nos aînés. Nous pouvons le faire, sans faire exploser les coûts de la santé.
  • l’éducation des enfants pour qu’un des parents puisse rester avec eux à la maison plutôt qu’en les laissant se faire éduquer par la TV. (L’égalité entre homme et femme (qui est une excellente chose) a été reprise par l’économie pour n’avoir comme résultat d’avoir besoin de 2 salaires pour vivre au lieu d’un seul comme il y a 50 ans !)
  • les régions périphériques. L’argent et les emplois ne sont plus centralisés dans les grands centres urbains. C’est un bon moyen de lancer des mini-entreprises sans prendre de risques.
  • les études et la reconversion professionnelle choisie ou non. A tout âge, à tout moment, il est possible de se former pour changer de métier.
  • toute activité qui est maintenant bénévole car il n’existe actuellement aucun moyen pour la financer.
  • la recherche scientifique. Ainsi il est possible de partout. D’exploiter toutes les bonnes idées et pas seulement celle qui arrivent à rassembler des fonds publiques qui diminuent et des fonds privés payé très souvent par des entreprises qui ont un intérêt. (les OGM par exemple…)
  • la création d’entreprise. Ça prend du temps de créer une entreprise…. c’est difficile d’être rentable dès le début. Un revenu de base est une bonne sécurité pour se lancer…. et ainsi, presque paradoxalement, permettre aux gens d’arrêter de travailler…. c’est créateur d’emplois !

Si votre revenu était assuré. Est-ce que vous iriez encore travailler ?

C’est la question posée lors d’un sondage sur le vif dans une gare:

  • 60% des gens répondent: oui
  • 30% des gens répondent: oui mais à temps partiel ou dans un autre domaine.
  • 10% des gens répondent: non, j’irai voyager, faire des études, dormir…

Est-ce que vous pensez que les autres iraient travailler ? :

80% des gens répondent: non !!!

=> Belle cohérence ! En fait ce sondage révèle surtout le manque de confiance de chacun envers ses concitoyens !
C’est cette peur de l’autre qui est souvent utilisée par les partis d’extrême droite pour faire passer leur idées.

Il faut bien comprendre que le but du revenu de base inconditionnel n’est pas de voir tout le monde s’arrêter de travailler et ne rien faire.

Le sondage ci-dessus montre que la majorité des gens vont continuer de travailler. La motivation au travail, au delà de la limite de survie n’est pas une motivation financière. Sinon pourquoi de nombreux millionnaires continuent de travailler ??

cerveau_revenu_de_base_inconditionnel.png

J’ai déjà évoqué les questions de motivations dans un précédent article à propos du revenu de base inconditionnel.

Le revenu de base inconditionnel, n’est pas un revenu minimal. Ce n’est pas du communisme. Ce n’est pas un nivellement par le bas. Il est possible de s’enrichir, de travailler plus pour gagner plus.

C’est un revenu qui nous est donnée comme salaire pour faire notre métier de citoyen, pour se former, pour éduquer, pour prendre soins des autres, pour être en pleine santé et ne pas être à la charge de la société !

L’inconditionnalité de ce revenu permet de valoriser tout le monde. Personne n’est à la charge de la société. Plus de honte à se déclarer à l’aide sociale !

Le revenu de base inconditionnel doit être vu comme le ciment de notre société.

Qui fera le sale boulot ?

nettoyage de rue.JPGUne objection que l’on entend souvent, est celle que si l’on peut choisir le travail que l’on veut faire, plus personne ne fera le sale boulot. A ceci on peut répondre que c’est le même discours que celui qui avait lieu au moment de l’abolition de l’esclavage. « Mais qui fera le sale boulot si l’on a plus d’esclaves ? »  …. la réponse à cette question en vidéo…

Comment se fait le sale boulot dans une société disposant du revenu de base inconditionnel ?

Il y a plusieurs approches possibles, dont le choix est fait selon les valeurs personnelles de chacun. (La spirale dynamique est une bonne modélisation des systèmes de valeurs que l’on trouve chez les humains.)

Pour les gens qui ont pensent que le marché, l’offre et le demande est une réponse à tout. La solution est tout simplement de rendre plus attractif le sale boulot. On va payer plus les boulots que personne ne veut et ainsi quand même trouver des gens qui seront prêts à faire le sale boulot juste pour gagner beaucoup d’argent.

Cette méthode me rappelle un copain qui pendant ses études passait toutes ses vacances d’été a être éboueur. Il disait que c’était un boulot super bien payé et lui laissant quand même l’impression d’être en vacances. En effet, il ne travaillait que le matin de 5h à 8h et pouvait profiter du reste de la journée pour aller à la plage.

Etant aux études et vivant chez ses parents, il bénéficiait d’une sorte de revenu de base, ses parents lui payaient de quoi vivre, mais sans plus. Comme il avait envie d’avoir un scooter, il a trouvé ce travail d’éboueur pour avoir les moyens de financer ce véhicule, pour améliorer son quotidien.

scouts heureux de faire la vaisselle.jpgAinsi on voit que même quand on a déjà de quoi vivre, il y a des gens prêt à faire le sale boulot pour s’offir des plaisirs supplémentaires.

Pour les gens qui pensent que la communauté dans laquelle on vit est importante et que chacun devrait y contribuer. On peut imaginer que le sale boulot se fasse par une sorte de service civil.

Ceci me rappelle les camps scouts, où chaque jour un groupe est responsable d’aller chercher du bois pour le feu, un autre groupe de faire la vaisselle ou de nettoyer les toilettes.

Pour les gens qui ont plutôt une vision du monde dans laquelle la responsabilité personnelle est importante. On peut imaginer que chacun prenne sur soi la responsabilité de faire une partie du sale boulot.

nettoyage de printemps.JPG

Chez moi je n’ai pas de femme de ménage, mais la poussière s’accumule quand même, il m’arrive d’utiliser mes toilettes, de manger dans mes assiettes….

Donc, régulièrement, je me responsabilise et me décide à faire le ménage chez moi, à faire ma vaisselle, nettoyer mes toilettes, passer l’aspirateurs… faire le repassage…. C’est ma propre responsabilité, et donc je le fais quand même, même si je préfère boire des verres que nettoyer les verres. Mais comme j’aime boire dans un verre propre, je me motive à faire la vaisselle !

Et pour terminer, finalement qu’est ce qu’un sale boulot ?

Nous sommes tous différents, ce qui est un sale boulot pour quelqu’un ne l’est peut être pas pour un autre ?

Le revenu de base inconditionnel ça marche comme le montrent de nombreuses expériences

Ce que l’on observe de ces expériences:

  • la criminalité baisse
  • la durée et le nombre de personnes aux études augmente
  • le nombre d’hospitalisations diminue (-8,5% observé durant les expérience au Canada)
  • l’esprit d’entreprise se développe
  • la nutrition et l’hygiène s’améliorent (dentiste, eau potable)

Les expériences aux USA voulaient savoir si les gens continueraient de travailler avec un revenu assuré.

L’expérience montre que les gens continuent de travailler. Mais ils diminuent leur temps de travail de l’ordre de:

  • 2 semaines par an pour les hommes
  • 3 semaines par an pour les femmes => pour les enfants
  • 4 semaines par an pour les jeunes => pour les études

Comment financer un revenu de base inconditionnel ?

C’est la grande question que tout le monde se pose et sur laquelle il y a beaucoup de débats stériles de spécialistes qui s’affrontent sans que l’on puisse vraiment trancher sur la question.

Cependant beaucoup de pistes existent.

En Alaska, un revenu citoyen existe depuis 1976, il est financé par l’exploitation des ressources naturelles.

Depuis 2010, l’Iran a décidé de remplacer des aides directe par un revenu de base inconditionnel. L’Iran est aussi un pays disposant de revenus pétroliers.

Mais tous les pays ne sont pas assez riches en ressources pour financer un tel revenu.

Plein de pistes existes, et souvent il faut réaliser un mixe de plusieurs solutions. Voici un aperçu de ces solutions.

Daniel Häni et Enno Schmidt recommandent d’utiliser un système où l’on remplace l’impôt sur le revenu par un impôt sur la consommation. Une sorte de TVA qui vaut la moitié du prix.

Couplée à un revenu de base une tva n’est pas un impôt anti-social. On arrive même à faire un impôt progressif !

financement revenue de base inconditionnel.jpgUn autre avantage de ce système est d’empêcher l’évasion fiscale. A une époque où la concurrence fiscale est plus tendue que jamais entre les cantons suisses et entre l’union européenne et la suisse. La réforme de ce système calmerait les tensions.

Le BIEN – CH, (Basic Income Earth Network) a publié un livre à propos des différentes manières de financer un revenu de base inconditionnel.

Une autre approche pour financer un revenu de base inconditionnel est de réformer le système monétaire. Actuellement, la création monétaire par le crédit bancaire profite principalement aux banquiers (et crée des dettes publiques). En réformant la manière de créer l’argent, les bénéfices de cette création monétaire peuvent être utilisé pour financer un revenu de base inconditionnel.

C’est ce que présente Stéphane Laborde dans son livre, La Théorie Relative de la Monnaie.

Le financement du revenu de base inconditionnel en France

La thèse de l’économiste Marc de Basquiat (pdf) montre qu’en France, il y a déjà tellement d’aide et d’allocations en tous genres qu’en fait le financement d’un revenu de base de 400€ par personne est déjà assuré. Cette somme est actuellement distribuée de manière conditionnelle selon plein de condition différente.

Il serait temps de tout simplifier et d’utiliser cette somme globale pour faire une seule allocation universelle de 400€ par personne, par mois.

Pour en savoir plus, je vous invite à regarder les plus de 2h d’émission de la radio ici et maintenant à propos du financement du revenu de base inconditionnel avec Yoland Bresson et Marc Basquiat.

Yoland Bresson explique quelque chose d’assez simple. Le financement est acquis. Il n’y a pas à aller chercher de l’argent ailleurs. Il suffit de le distribuer autrement. Il prend l’exemple d’un jeu de carte.

Actuellement, on distribue les cartes au hasard (et parfois comme au jeu du « trou de cul » et président.. on favorise le président et on fait couler le trou de cul..). Avec un revenu de base. On s’assure que chacun a au départ un jeu de base jouable.

Puis, on joue au même jeu !

Yoland Bresson indique que le plus dur dans le financement n’est pas de l’assurer. Mais de trouver comment passer du système actuel au système du revenu de base. Pour en savoir plus, je recommande encore une fois l’émission de radio: Le financement du revenu de base inconditionnel avec Yoland Bresson et Marc Basquiat.

Le financement du revenu de base inconditionnel en Suisse

J’ajoute un volet spécial Suisse. Depuis que l’initiative pour un revenu de base a déjà récolté les 100 000 signatures nécessaires et qu’elle a été déposée et va être soumise au vote du peuple suisse, les médias en parlent de plus en plus.

Ainsi, la question du financement est de plus en plus présente.

La proposition la plus courante est celle d’un revenu de base à CHF 2500.- / mois par personne. Et la moitié pour les enfants.

Pour financer un tel montant. Il faut ~ 200 Milliards de CHF par an.

billet de banque qui poussent dans des pots.jpg

Il y a un consensus clair, (même d’économie suisse qui est un farouche opposant) que la réorganisation des prestations sociales et surtout de l’aide sociale assure déjà un financement de 60 Milliards de CHF.

La question du financement est toujours compliquée, on va vite dans des détails sur lesquels tout le monde n’est pas d’accord, on a des hypothèses et fait des choix sur beaucoup de choses donc forcéement tout le monde ne peut pas être d’accord. Mais il faut revenir à l’essentiel. Comprendre qui on veut favoriser avec l’introduction d’un RBI.

C’est l’humain que l’on veut favoriser avec l’introduction d’un RBI.

Il y a là clairement un grand principe qui est repris par tous les modèles de financement.

Historiquement, la richesse crée par le fruit du travail a été répartie entre la force de travail que sont les travailleurs sous forme de salaires et la rémunération du capital investi pour créer l’entreprises. (Personnellement, je pense qu’à l’avenir le capital sera de moins en moins nécessaire pour créer une entreprise… l’artisanat industriel annonce la fin du capitalisme…)

Ces 25 dernières années, l’économie a beaucoup changée. Les travailleurs humains ont été remplacés de plus en plus par des travailleurs mécanique, des robots et des automates. La productivité à beaucoup augmentée. Donc le gâteau à se partager a grandi, mais le nombre d’humain à qui le donner à diminué ! Ainsi c’est la part de rémunération du capital qui a bien été servie, mais pas les humains.

Ces 25 dernières années, l’économie est devenue financière et automatisée. Ainsi la protection sociale de l’époque industrielle ne tient plus, n’est plus valable.

Ainsi un moyen de ré-équilibrer cette modification de l’économie en faveur des humains et d’introduire un troisième bénéficiaire du fruit des richesses crée par le travail: le Revenu de Base Inconditionnel.

Ainsi on s’assure que même si les entreprises sont dans l’économie financière et n’utilisent plus des humains, que au moins les humains puisse vivre. On appelle ce modèle, celui de la « Répartition tripartite de la VAN », la Valeur Ajoutée Nette d’une entreprise.

financement du revenu de base inconditionnel - économie au service des humains.png

Ainsi la manière dont les salaires sont distribués par les employeurs est un peu différente, voir le schéma.(oui.. il y aura encore des employeurs, tout le monde ne vas pas arrêter de travailler.)

La proposition de financement dont on parle ici propose de fonctionner un peu de la manière de beaucoup d’assurances sociales. L’employeur verse une contribution à un fond du revenu de base pour chaque employé qu’il a. (et c’est la seule obligation).

Ensuite pour ne pas couler l’entreprise à devoir augmenter tous les salaires de CHF 2500.- , ce qui va probablement arriver, c’est que l’employeur va diminuer sa contribution directe à l’employé en lui disant… « Et bien…comme tu reçois déjà 2500.- de base… je crois que je peux baisser ma contribution directe d’autant… et globalement c’est comme si tu recevais le même salaire… comme ça, cette histoire de revenu de base, ça ne changera rien ni pour toi ni pour moi…. Je donne pareil.. tu reçois pareil« .

C’est là que certains politiciens de gauche et syndicalistes prétendent que finalement l’employeur peut aussi se dire que vu que tout le monde a un revenu garanti, il peut supprimer ou diminuer sa contribution directe à l’employer.. et que ça risque d’entrainer une spirale des salaires à la baisse…..

Mais à mon avis c’est un faux raisonnement. C’est oublier que le Revenu de Base Inconditionnel est une pression sur l’employeur. S’il ne présente pas de conditions de travail intéressantes (un bon salaire par exemple..) personne ne va venir travailler dans son entreprise… C’est un peu la nouvelle version de la grève que les syndicalistes utilisent pour faire pression sur les employeurs. Mais en plus efficace.

A mon avis, on va ainsi maintenir un équilibre qui sera très proche de l’équilibre des salaires actuels.

A ce propos, sur le schéma ci-dessous, c’est le petit bloc rose qu’il faut observer. Ce bloc est ce qu’un employeur devra peut être mettre en plus sur le salaire pour motiver un employé à venir travailler pour lui. C’est l’offre et la demande qui va réguler ce montant. C’est une solution plus souple que le salaire minimum à CHF 4000.- qui a été largement balayé par le peuple suisse, justement par ce qu’un montant fixe ne permet pas de s’adapter aux différences entre branches, entre régions, aux motivations des gens pour qui le salaire ne fait pas tout qui préfèrent un cadre de travail agréable même si le salaire est faible (coursier à vélo par exemple..), ou alors les entrepreneurs qui lancent une nouvelles entreprises qui sera rentable seulement quelques années plus tard.

C’est mon analyse du refuse du salaire minumu lors de la votation du 18 mai 2014. Je le justifie en observant les résultats dans cantons de Neuchâtel et Jura, qui ont accepté il y a 2 ans le principe d’un salaire minimum, mais sans en donner le montant. Et qui lors de cette votation on refusé le salaire minimum fédéral pourquoi ce revirement ? … La seule différence était l’introduction d’un principe ou d’un montant précis… c’est toute la différence !

Tous les syndicats devraient se rallier au Revenu de Base Inconditionnel, c’est un outil qui permet d’inciter à l’augmentation des bas salaires ce que les syndicats veulent. Mais la méthode est nettement plus souple et adaptable que celles que les syndicats ont prôné lors de cette votation sur le salaire minimum !

Reprennons le schéma ci-dessous:

  • l’employé reçoit le même revenu global que maintenant. Mais une partie vient de son salaire et une partie du revenu de base.
  • l’employeur paye le même montant que maintenant. Mais une partie à l’employé et une partie au fond du revenu de base.
  • => Ce changement parait anodin au premier abord.. mais en fait, au passage on change complètement le rapport de force employeur-employé ! et surtout on apporte une énorme sécurité en cas de coup dur !

Revenu de base inconditionnel financement par la VAN exemple pour 3 salaires.png

Pour reprendre le calcul, ainsi, par le revenu du travail, on estime que le fond du revenu de base est alimenté par 110 Milliards de CHF.
=> 60 MCHF + 110 MCHF = 170 sur 200…

Voilà comment on finance plus de la moitié du Revenu de Base Inconditionnel avec de l’argent qui est déjà là !

Tout le débat se focalise maintenant sur les 30 milliards qu’il « manque » pour financer un système de revenu de base inconditionnel.

Cette somme semble énorme. Mais il faut mettre ceci en lien avec le fait que les recettes de l’ensemble de la population suisse, le PIB est de 600 Milliards de CHF par an.

On s’écharpe pour 30 milliards sur 600 milliards !

D’autant plus que si l’on réfléchi, à qui sont destiné ces 30 milliards ? … et bien en gros, c’est aux enfants ! à Cette masse de la population qui actuellement ne reçoit quasi rien. (juste de maigre allocation familliale)

Donc sur ces 30 milliards, 25 milliards sont en fait destinés aux enfants et aux étudiants. Ce sont des super allocation familiale et bourse d’étude !

La véritable manière de poser la question du financement du RBI est de savoir si un pays comme la suisse est d’accord de mettre le tiers de ses revenus (200 Milliards sur 600 Milliards de PIB annuel) pour assurer un revenu de base inconditionnel à sa population ?

C’est une question de choix de répartition des revenus. Pas de manque de revenu !

Même si le PIB diminue, il y a une bonne marge de sécurité. Quelle est la proportion de la population qui peut prétendre assurer tous ses besoins de base pour vivre avec uniquement un tiers de ses revenus et garder les 2 tiers comme argent de poche pour se faire plaisir ?

Voici le graphe du revenu de la population suisse, le PIB:

Les économies financières apportées par le revenu de base inconditionnel

Il faut aussi voir ce que le système du revenu de base inconditionnel nous fait économiser par rapport au système actuel.

Actuellement, nous sommes prêt à tout pour attirer et garder des emplois. Ce ne sera plus nécessaire. Ainsi on peut cesser le chantage des entreprises qui demandent des infrastructures pharaoniques et une exonération d’impôt pour garantir quelques emplois.

Un exemple neuchâtelois en Suisse: à quoi sert le tunnel de Serrières ?

Ce tunnel a pour but de pouvoir dire que l’on peut traverser la suisse entièrement sur une autoroute ! En effet, il y avait un « chainon manquant », 700m de route ressemblant à s’y méprendre à une autoroute, mais pas qualifiée d’autoroute…
Ainsi on se paye le luxe de payer 1 Million de CHF le mètre pour réaliser ce vieux rêve en créant un tunnel de contournement….

Le chainon manquant. C’est ce qui est présenté. Mais en fait, c’est surtout pour garantir des emplois qu’il a été décidé de réaliser ce tunnel. Depuis 35 ans, le canton de Neuchâtel construit des tunnels à tour de bras. C’est toute une économie et de nombreux emplois qui tournent autour du consortium « Infratunnel » en charge des travaux.

Avec notre habitude de garantir la cohésion par le plein emploi on construit à tour de bras des ouvrages pharaoniques d’une utilité discutable en gaspillant de l’argent et des ressources naturelles.

Le système s’auto-alimente ! Il est temps de voir autrement !

Est-ce que l’on aurait besoin d’autant de lignes de trains et d’autoroutes si les gens pouvaient travailler chez eux (ou dans leur région) ?
Avec un revenu de base inconditionnel, beaucoup de monde pourrait vivre du salaire d’une activité locale qui n’est actuellement pas possible car trop peu rémunératrice.

chantier autoroute.JPG

Beaucoup d’économie peuvent être faites dans le domaine de la santé avec un système à revenu de base.

6 indice de santé sociale américain à neuf variables, de 1959 à 1996.jpegActuellement, les psy disent que le tiers de leur consultations sont dues à des maladies du travail ! (stress, burn out)

Si l’on compare l’évolution du PIB et de l’indice de santé sociale, on observe un décrochement au début des années 1980.

Travailler plus… pour gagner plus… et y laisser sa santé….

Avec un revenu de base inconditionnel, il est possible de travailler sans brûler la chandelle par les deux bouts !

Toujours dans le domaine de la santé, de nombreuses personnes âgées se retrouve dans des EMS, alors qu’elles pourraient rester à la maison si on les aidait un peu dans certaines tâches. Il y a déjà de nombreuses personnes qui bénévolement s’occupent de personnes âgées. Avec l’instauration d’un revenu de base inconditionnel. On va certainement augmenter le nombre de volontaires.

Dans le domaine de l’éducation il y a beaucoup d’économie à faire en évitant de recourir systématiquement à des crèches ou structures d’accueil parascolaires. Je développe ce point ci-dessous.

Le revenu de base inconditionnel est favorables aux familles

Le revenu de base inconditionnel permet de financer l’éducation des enfants. Un enfant étant un être humain vivant, lui aussi a droit à un revenu de base inconditionnel.

La charge financière est donc allégée pour les familles.

Les combats féministes ont libéré la femme de sa condition de maitresse de maison pendant que son mari travaille à l’extérieur.
Très bien! Maintenant les femmes peuvent aussi travailler à l’extérieur. Malheureusement, le système a récupéré cette évolution pour faire travailler 2 fois plus de monde ! Le mari et la femme travaillent à l’extérieur.

(Suite à l’incompréhension que j’ai vu dans les commentaires, je ne dis pas que c’est mal.. que les femmes travaillent à l’extérieur. Au contraire si c’est leur désir. Mais je reproche au système d’avoir repris cet acquis pour en faire la norme et ainsi faire travailler plus de monde… J’ai lu un article du parti socialiste suisse qui dit que pour faire vivre une famille, il faut maintenant 1,6 salaire…. alors qu’il y a 50 ans.. 1 salaire suffisait !)

Et finalement en rentrant à la maison il y a toujours le travail ménager qui attend….. et les gosses en train de se faire laver le cerveau par la pub à la TV…

emplois et crèches.JPGOui, c’est la réalité actuelle, quand on travaille à deux à l’extérieur de la maison, il devient de plus en plus dur de s’occuper des enfants.
Il faut donc des structures d’accueil.. des crèches.. et finalement c’est l’école qui s’occupe d’éduquer les gosses (après la TV)
Les maths, la lecture, l’écriture, tout le programme scolaire fini par être une tâche secondaire pour l’école, tellement la place de l’éducation grandit.

Beau projet d’avenir…

L’idéal d’une égalité homme-femme devrait permettre, dans tous les cas d’avoir au moins un des deux parents (voilà l’égalité)  qui peut rester à la maison s’occuper de l’éducation des enfants. (et d’avoir le plaisir de voir ses enfants grandir) Pour ça il faut quand même un revenu.

Ce que les gens veulent, ce n’est pas un emploi qui les éloignent de chez eux et de leur famille. Ce que les gens veulent c’est un revenu !

Le revenu de base inconditionnel est ce revenu qui permet aux familles de voir leurs enfants grandir et de les éduquer. Bien éduquer des enfants, c’est profitable pour toute la société !

Est-ce que le revenu de base inconditionnel est une utopie ?

Qu’est ce qui est le plus utopique ?

  • Un revenu de base inconditionnel ?
  • Un système économique basé sur une croissance infinie dans un monde fini ?

Pour aller plus loin, je vous recommande le site de la Génération RBI qui milite pour un Revenu de Base Inconditionnel en Suisse.

Aidez-nous à créer un journal papier

Une collaboration entre les mouvements belges, français et Suisse cherche du financement et de l’aide pour crée un journal papier diffusé à 50 000 exemplaires pour diffuser l’idée du Revenu de Base Inconditionnel. Alors si vous avez des millions à nous donner pour nous aider à réaliser ce journal… c’est par ici…   et si vous n’avez pas de million.. mais juste 10.- … ça ira aussi 🙂 Merci… et n’hésitez pas à partager l’idée !

OUi, il existe des alternatives

super mario monti droit dans le mur.jpgSuite à la chute de Silvio Berlusconi, l’Italie s’est doté d’un nouveau gouvernement.

Le chef de ce gouvernement est, l’économiste, sénateur à vie, ex commissaire européen à la concurrence, membre du Government Sachs (surnom de la banque Goldman Sachs qui emploie beaucoup de politiciens…), j’ai nommé…..

…  Mario Monti, ou Super Mario pour les intimes…

Le 5 décembre 2011, j’ai eu l’occasion de voir sur la TSR son annonce des remèdes qu’il prône pour l’avenir économique de l’italie.

Son discours m’a complètement sidéré !!

Tout en annonçant le relèvement de l’âge de la retraite et un plan d’austérité, il dit:

« Il n’existe pas d’alternative. Les sacrifices d’aujourd’hui nous donnent l’espoir de pouvoir refonder dans les prochains mois, les bases de la croissance…« 

Ce type est suffisamment fort pour avoir réussi à mettre, dans la même phrase, deux concepts qui m’horripilent au plus haut point !

  1. .. Il n’y a pas d’alternative. La fameuse pensée TINA (There IS No Alternative) chère à Margaret Thatcher
  2. .. refonder les bases de la croissance…

Codex_Magliabechiano_folio_70r.jpeg

La croissance est une religion

Tout d’abord, de mon point de vue, la croissance, ce n’est pas la solution, c’est le problème !!

La croissance économique est une religion. J’aurai très bien pu voir Mario Monti, habillé en grand prêtre Aztèque, sur une pyramide et prononcer:

« Il n’existe pas d’alternative. Les sacrifices d’aujourd’hui nous donnent l’espoir de pouvoir refonder dans les prochains mois, les bases de la croissance… » (de notre empire...)

.. Ah et bien tient !! … C’est la même phrase !! 😛

Pour en savoir plus à propos de la décroissance, j’ai écrit tout un « livre web » à ce propos.

Ouverture d’esprit

En second point, je déteste les gens qui ont l’esprit borné, qui n’ont aucune imagination.
… Ou qui ont peut être une idée derrière la tête pour opprimer les gens…. Mais je ne crois pas à la théorie du complot.

L’arme la plus puissante dans les mains de l’oppresseur est l’esprit de l’opprimé. (Steve Biko)

Je pense qu’il y a une colonisation de l’imaginaire. Un martelement de la pensée unique qui nous empêche de voir autrement, de découvrir le champ des possibles. C’est la stratégie employée par la publicité.

idee.pngAvoir de l’imagination n’est pas facile.

Voici un petit exemple simple:

Si je vous dis vélo… Je suis certain que l’image qui se forme dans vos pensées est l’image d’un vélo avec une selle…

Or, mon vélo n’a pas de selle. C’est un vélo couché, avec un siège confortable !

Quand on a une tête en forme de marteau, on voit tous les problèmes en forme de clous…

Il y a de nombreux économistes qui pensent et font croire que notre système actuel est un état naturel des choses.

Par exemple, Alain Minc a déclaré:

« Le capitalisme, ne peut s’effondrer, c’est l’état naturel de la société. La démocratie n’est pas l’état naturel de la société, le marché oui.« 

Personnellement, je ne suis pas d’accord avec cette affirmation, je pense que l’état naturel des choses peut toujours être modelé. Ce n’est pas un absolu. On peut rendre un système naturel. Ici c’est le cas avec le concept de marché.

Le marché est toujours mis en avant comme étant la solution miracle à tous les problèmes. Puis quand on aimerait creuser un peu plus le fonctionnement d’une économie de marché, les économistes tombent vite dans l’irrationnel !

C’est la main invisible décrite par Adam Smith qui est responsable de la bonne marche du marché !

TheFableOfBees-Mandeville.jpegOr, il existe d’autres manières de voir: on peut voir un système économique comme un système collaboratif. La théorie des jeux permet de comprendre, de façon mathématique le marché.

Un système collaboratif est un système qui fonctionne avec très peu de règles simples et un grand nombre d’acteurs. Pour qu’un tel système fonctionne avec beaucoup d’acteurs, il doit sembler être naturel !

C’est une simple question d’assimilation des règles.

Pensez aux règles qui régissent un giratoire. C’est simple ! ça devient naturel !

Dans un système capitaliste, les règles de bases sont la concurrence et le profit individuel. (N’oublions pas que Mario Monti était garant de la concurrence dans l’union européenne !)

Ce sont des règles égoistesAdam Smith a expliqué que c’est grâce à cet égoïsme que le système capitaliste fonctionne. C’est ce qui permet d’obliger les gens à se spécialiser dans ce qu’ils savent le mieux faire et ainsi à collaborer.

Adam Smith s’est lui même inspiré des travaux de Bernard de Mandeville et de sa fable des Abeilles.

Les vices privés, forment les vertus publiques.

Nous utilisons donc un système collaboratif parmi d’autres.

Ce système semble naturel. Mais on pourrait décider de changer les règles.

Par exemple. Au lieu de baser l’échange en fonction du prix le plus bas, on pourrait décider de fixer les échanges en fonction du coût énergétique le plus bas.

Ainsi, on change la forme du système. Au lieu de faire venir des objets de Chine, on relocaliserait toute l’économie !

organize.pngQuand on change les règles de base d’un système, on ne sait jamais trop vers quoi on va. On assiste à un effet d’émergence. La création d’une nouvelle chose qui vaut plus que la somme de ses composantes.

C’est exactement le contraire de ce que disait Margaret Thatcher:

La Société n’existe pas, il n’y a que des individus, des hommes, des femmes et leur famille.

Donc vraiment, je n’ai pas du tout les mêmes idées qu’elle !

Comme j’ai déjà beaucoup écrit, je vais conclure par une citation de Louis Pauwels:

Les esprits c’est comme les parachutes, ils ne fonctionnent que lorsqu’ils sont ouverts…

J’espère que ça pourra inspirer quelques personnes…

Post-Scriptum:

Heu… Super Mario.. si tu as la chance de lire un jour cet article… Je vais être sympa. Je vais t’aider. La solution à tes problèmes de dette est probablement déjà bien amorcée dans le film dont voici le résumé…… On a le droit de changer les règles du jeu !

Tu viens changer le monde avec nous ?

décroissance pour notre salut.jpgViens changer le monde avec nous !

Tout prochainement, en collaboration avec Théo Buss (journaliste, théologien, formateur d’adulte), j’organise un cours à l’université populaire sur le thème de la décroissance.

La décroissance est un mot dont on entend de plus en plus parler ces derniers temps…

C’est un nouveau projet de société qui propose de changer de système économique, de sortir d’un système basé sur la croissance économique.

Une croissance infinie dans un monde fini n’est pas possible !

La décroissance touche à tous les sujets

penser un autre monde.jpgSous le vocable de décroissance on trouve de nombreux sujets (économie, monnaie, agriculture, écologie, énergie, transports, réduction du temps de travail….).

Les objecteurs de croissance sont des gens qui ne croient plus au dogme de la croissance économique infinie pour résoudre tous les problèmes. Ils se regroupe dans des ROCs, des Réseaux d’Objecteur de Croissance.

Ils ont précisé dans un manifeste du ROC-Suisse, ce que représente la décroissance pour eux.

Inscris toi au cours à l’université populaire

Une partie grandissante de la population est prête à faire quelque chose pour changer notre civilisation, mais elle ne sait pas comment s’y prendre. Alors que faire ?

Le but de ce cours est de trouver des pistes pour savoir concrètement que faire !

Dans un premier temps nous allons étudier certaines pistes existantes, des alternatives à notre système actuel. Puis, nous tenterons de trouver des solutions à partir des connaissances et expériences de chacun: réseaux de solidarité, transports peu énergivores, réduction des nuisances, système économiques alernatifs, etc…

Bienvenue à la décroissance pour améliorer notre qualité de vie.

Le cours que nous proposons aura lieu à l’université populaire à:

Cours de 2012:

Cours passés en 2011:

Alors inscris toi !

Si la décroissance ça ne te parle toujours pas… voici mon livre web à propos de la décroissance. Tu y verras peut être un peu plus claire !

Alors à bientôt lors de notre cours !

Idées de slogans et affiche pour la décroissance

Slogans pour des cartes de visites pour la décroissance

– Moins de biens, plus de liens….

« Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. »

— Kenneth E. Boulding,

– La croissance n’est pas la solution, mais le problème !

On avance on avance… on a pas besoin d’essence… (slogan de la marche pour la décroissance en route vers le circuit F1 de Magny-Cours en 2005)

=> explication:  En suisse, la moitié des trajets en voiture sont des trajets de moins de 5km. Donc moins de 15 minutes de vélo !

Brulez de la graisse, pas du pétrole !

=> En suisse, 2 tiers des gens ne font pas assez de sport ! Pour éviter la sédentarité, il faut faire chaque jour au moins 30 minutes d’effort qui fait au moins un petit peu transpirer.

Il y a suffisamment de ressources sur cette planète pour répondre aux besoins de tous. Cependant, il n’y en a pas assez si c’est pour satisfaire le désir de possession, l’avidité et la cupidité, fusse de quelques uns. Gandhi

Le but de la pub est de vendre du temps de cerveau disponible…

Le marketing existe uniquement pour nous vendre des objets inutiles…

« La vie est trop courte pour qu’on soit pressé. » Henry David Thoreau

Quelques citations pour inciter au changement:

« Si vous pensez que vous êtes trop petit pour changer quoique ce soit, essayez donc de dormir avec un moustique dans votre chambre. » Betty Reese

Il vaut mieux penser le changement que changer le pansement !

L’utopie d’aujourd’hui est la vérité de demain…

Ce n’est pas un gage de bonne santé que d’être bien intégré dans une société profondément malade. Krishnamurti

On entend le fracas des arbres qui tombent, mais pas le murmure de la forêt qui pousse…

Changer sa banque ou changer de banque.

J’ai pioché un peu dans ma liste de citation que j’aime bien… il y en a peut être d’autres…

https://martouf.ch/document/271-citations.html

Vive la croissance….

Plutôt que de faire de la pub pour la décroissance, utilisons la technique du paradoxe, ….. faisons de la pub pour augmenter la croissance…

Mais il faut le faire en poussant la chose dans ses limites… il faut que cela deviennent clairement aberrant plutôt qu’acceptablement aberrant !

Donc.. on peut faire une affiche avec un texte dans le genre:

Pour augmenter la croissance…  (du PIB)

  • Interdiction d’élever ses enfants à la maison, il faut laisser cette tâche à des professionnels pour que ce travail soit comptabilité dans le PIB.
  • Fermons les écoles publiques et transférons les élèves dans des écoles privées qui ne sont pas des charges pour l’état mais des un gain pour le PIB.
  • Laissez vos moteurs de voitures allumé même quand vous êtes parqué. Ainsi vous devrez acheter plus d’essence et favoriser la croissance du PIB.
  • Gavez vos enfants de nourriture. Les obèses c’est bon pour faire croitre le PIB, il faudra vendre des habits plus grand et changer les portes de toutes les maisons, des bus, etc..
  • Interdiction de garder un appareil électronique plus d’une année. Plus on en achète, plus le PIB augmente.
  • Supprimons les limitations de vitesse sur les routes. Les accidents donnent du travail à tous les métiers pour remédier à l’accident (médecins, carrossiers, décontamination environnementales..)
  • Interdisons le bénévolat. C’est une honte de vouloir court-circuiter la comptabilisation de ses activités dans le PIB !
  • Favorisons le divorce. Après un divorce, chaque conjoint augmente de 60% sa consommation énergétique. En effet, il faut tout dédoubler, deux logments (avec la place pour les gosses qui viennent rarement), deux véhicules, etc…

Trouvez-vous ces idées étranges ?

Nous aussi…. Sortons du système de la croissance à tout prix…

http://decroissance.ch

Quelques slogans vu sur le calendrier: Demain la terre

  • 80% des objets que nous achetons ne sont utilisés qu’une seule et unique fois, avant d’être jetés à la poubelle.
  • 70 % des zones de pêches sont sur exploitées ou déjà épuisées.
  • L’équivalent d’un stade de football toutes les 2 secondes, tel est le rythme de la déforestation.
  • Chaque passager d’un vol long-courrier émet, aller-retour, près d’une tonne de CO2.
  • Le nombre de catastrophe naturelles à triplé depuis les années 1950
  • En l’espace de 20 ans, l’humanité à consommé autant de pétrole qu’en 120 années.
  • En 2030, nous aurons besoin de 2 planètes si nous continuons à consommer les ressources de la terre au rythme actuel.
  • 40% des terres sont menacées par la désertification.
  • La Terre connaît sa 6ème grande extinction d’espèces. La précédente – celles des dinosaures – remonte à 65 millions d’années.
  • un habitant des pays riches consomme 30 à 50 fois plus d’eau qu’un habitant du tiers-monde.
  • En 30 ans, la banquise a fondu de près d’un million de km2 (2 fois la superficie de la France)
  • 50 milliards de dollars par an suffiraient à éradiquer la faim dans le monde. (500 milliards par année sont utilisés pour la publicité… 1800 milliards pour l’armement….)

 

Notes à propos de la conférence de Patrick Viveret en décembre 2010 à Genève

C’est après avoir écouté déjà plusieurs fois cette conférence : Conférence du 2 décembre 2010 par Patrick Viveret. « Fondement et propositions pour une économie soutenable », que j’ai eu envie d’en faire un résumé écrit.

Voici également mes notes d’une autre conférence de Patrick Vivert en avril 2013, à Genève.

C’est tout de même 2h de conférence, mais c’est passionnant !

La conférence en très bref

  • Décoloniser notre imaginaire des vieux modèles qui nous aveuglent. Non à la pensée TINA.
  • Stop à la démesure => savoir accepter ses limites
  • Fin du mal être => bienvenu au bien vivre ensemble.
  • Donner de l’espérance positive, de la joie de vivre.
  • Utiliser la force du désir dans l’ordre de l’être et de l’avoir. Il y a assez pour combler des besoins, mais pas les désirs.
  • Fin du cycle historique de la modernité => comment sortir par le haut ?
  • trouver le meilleur de l’humanité (il existe des techniques de discussion pour le faire)
  • Changer son rapport à l’énergie => être dans l’accueil et non dans la prédation
  • la forme est autant importante que le fond dans les débats
  • valeur = force de vie
  • richesse = puissance créatrice
  • L’économie est un sous système de nos valeurs
  • changer le rapport au pouvoir => de la conquête / domination (concurrence) à la coopération créative
  • Les coopérateurs ludiques contre les guerriers puritains
  • trépied du rêve: résistance créatrice, de la vision transformatrice, de l’expérimentation anticipatrice.
  • Question =>
  • se préoccuper de la qualité de la démocratie autant que de la quantité
  • construire la conflictualité comme alternative à la violence.
  • Que faire ? Favoriser ce qui existe déjà de bien !
  • L’économie du don est la plus massive.
  • l’argent dette c’est mal. => vive les monnaie complémentaire si l’économie du don n’est pas possible
  • Le revenu de base est le pilier d’un nouveau pacte social. Il finance les métiers.
  • Métiers (vocation) != job
  • Métier => projet de vie.

Qui est Patrick Viveret ?

Patrick viveret est un philosophe français, altermondialiste, né en 1948, auteur, docteur en science politique, co créateur des Dialogues en humanité et instigateur de monnaie complémentaires, (comme le Sol qui a été crée en s’inspirant de ses traveaux), etc… Il commence sa conférence en parlant du temps où il était conseiller référendaire à la Cour des Comptes française:

  • Derrière les comptes, il y a des contes. (expression empruntée à Paul Ricoeur)
  • La comptabilité n’est pas neutre, il y a des choix de société implicite qui sont faite derrière le système de comptabilité
  • C’est surtout les indicateurs utilisés en comptabilité qui sont des choix de société.
  • Les indicateurs comme le PIB sont dépassé, ils ne peuvent pas représenter la réalité environnementale.
  • Il y a plusieurs mouvements qui tendent à aller au delà du PIB
  • Nous avons des systèmes de représentation de la réalité économique et sociale qui nous rendent aveugles. (Joseph Stilglitz)
  • La crise actuelle économique, sociale, et environnementale était prévisible si on avait chaussé d’autres lunettes.
  • Il faut arrêter de séparer les faces financière, écologique, sociales, culturelle et civilisationnelle de cette crise. Il faut les voir ensemble et trouver ce qu’il y a de commun à toute ces faces. C’est là qu’intervient le rapport entre la démesure et le malêtre.
  • En changeant de manière de voir, on aurait pu remarquer facilement les grand découplage qui sont annonciateurs de crise.
  • Par exemple, il y a un grand découplage entre la richesse monétaire et la richesse sociale.
  • Si l’on observe des pays dérégulés (le cas des USA est un exemple typique), on observe qu’il y a un grand découplage, entre des indicateurs comme le PIB et l’idicateur de santé sociale (calculé depuis 1959). Les économies performantes pour faire de la richesse monétaire ne sont pas forcéement capable de régler des problèmes sociaux. Ainsi, on explique des phénomènes de racisme et des émeutes urbaines.
  • Les inégalités sont croissantes. L’ONU montrait en 2000, que la fortune personnelle de 225 personnes équivalait au revenu cumulé de 2,5 milliards d’être humains !
  • La misère est possible au coeur de l’abondance !
  • On pouvait également anticiper la crise financière à condition de chausser d’autres lunette. C’est également un phpnomène de démesure. La démesure que les grecs de l’antiquité appellaient l’ubris. (et considéraient comme le pire péché)
  • (~10min) Bernard Lietaer, ancien responsable de la banque centrale de belgique a montrée par un graphique, que si l’on observe les transactions monétaire journalière, 97% des transactions sont des transactions purement financière, des transaction de spéculation. Contre 3% seulement qui représente l’économie dite réelle. Quand on observe cette disproportion, on voit qu’il y a un problème.
  • Wall street ne connait que 2 sentiments: l’euphorie et la panique. Edito du Wall street journal.
  • Les gens qui sont dans le médical reconnaitrons quelques choses de connu. Quand on parle de succession d’euphorie et de panique, c’est une définition de la psychose maniaco-dépressive !
  • Quand on voit que la politique est déterminée en fonctione de l’économie, que l’économie est déterminée en fonction de la finance et que la finance est déterminée par une psychose maniaco-dépressive. ça fait peur !
  • La crise écologique est également un phénomène de démesure. Elle pouvait se voir depuis longtemps par un indicateur comme l’empreinte écologique.
  • On voit très bien qu’une société productiviste a besoin de l’équivalent de plusieurs planètes pour se développer. Une société basée sur un tel modèle de développement va forcément vers une crise !
  • Donc depuis longtemps, on a des indicateurs financiers, sociaux et écologiques qui nous montrent ce que ne va pas. Mais évidemment, il faut encore vouloir regarder avec ces indicateurs.
  • (16 min) Pourquoi est ce que l’on a pas regardé ces indicateurs ?
  • Notre imaginaire est encore bloqué !
  • Ce mode de pensée est bien caractérisé par la pensée TINA de Margaret Thatcher, There Is No Alternative.
  • L’arme suprême de l’oppresseur est dans la tête de l’opprimé.
  • Il y a un sentiment que rien d’autre n’est possible que se diffuse dans toutes les classes sociales.
  • Si l’on est persuadé que rien d’autre n’est possible, on devient soi même la cause du problème, l’oppresseur !
  • Pour sortir de cette logique, il faut commencer par décoloniser son imaginaire.
  • Il faut commencer par arrêter de découpler les différentes facettes de la crise, voir que tout est lié !
  • (nde: approche holistique plutôt de culture orientale, opposée à la culture de dissection atomique de la culture occidentale. On voit ceci dans l’écriture, l’alphabet opposée au idéograpmme. L’assemble atomique contre la culture du lien)
  • Les gouvernements on tendance à soigner les symptomes plutôt que les causes. Pour la crise fiancière on sauve les banques mais on garde le même système. La source du problème reste la psychose maniaco-dépressive. On oppére une fuite en avant dans la finance et on en remarque pas la fuite en arrière dans le social.
  • On sauve les banques à coup de milliards et ça ne marche pas. Comme on a vidé les caisses on prône une programe d’austérité en prétextant qu’il n’y a pas d’alternative ! A cause de ce plan d’austérité, on agrave les problèmes sociaux.
  • Le point commun de ces crise, la cause, c’est la démesure ! (nde: Use de tout n’abuse de rien !)
  • (20″) Derrière cette démesure se cache du mal être et du mal de vivre.
  • En 1998, le PNUD, a comparé financièrement les moyens qu’il faudrait pour résoudre des problèmes de bases concrêts du bien être de l’humanité (accès à l’eau, à la nourriture, logement) et les moyens mis dans différents gros budgets: L’armement, les stupéfiants et la publicité.
  • Le PNUD avait besoin de 40 milliards de plus pour mener à bien sont travail et personne ne trouvait cet argent. Alors que sur le seul budget de la publicité on est a 10 fois plus: 400 Milliards. Pareil que pour l’économie de la drogue et des stupéfiant. (sans compter la partie soutéraine de cette économie) En ce qui concerne le budget de l’armement on atteit les 800 milliards. (10 ans plus tard, on a les mêmes proportion, mais les sommes ont augmentée, on se retrouve avec 1400 milliards pour la publicité !)
  • A quoi sert l’économie des stupéfiants ? C’est de l’économie du mal être. Des gens se droguent pour oublier leur mal être.
  • A quoi sert l’économie de l’armement ? Certainement pas à assurer la défense. Sinon on irait financer la reconstruction de villages détruit par des inondations au Pakistan. C’est inconscient de ne rien faire. On sait très bien que le Pakistan est une pétaudière disposant de l’arme atomique où il y a une montée du fondamentalisme religieux du en partie à une incapacité à résoudre des problèmes socioéconomique.
  • L’armement ne sert pas à la défense. L’arment est un moyen de se rassurer par une logique de domination. C’est de l’économie du mal être et de la mal traitance.
  • (25″) A quoi sert la publicité ? Tourne en rond dans notre société de consommation. Dans notre société de consolation, comme l’avait dit une personne dans un lapsus révélateur lors d’une conférence.
  • Plus notre société va dans des logiques des compétitions, de concurrence, de rivalité, de stress, plus la publicité nous montre de l’amour, de l’amitié et de la paix. Plus on détruit notre environnement plus la publicité nous monter du beau. Plus on est dans l’absence de vie intérieur, plus la publicité va nous montrer de l’authenticité et de sérénité.
  • Ex: Rustic, le goût de l’authentique. Plus l’on est dans l’artificiel, plus l’on nous montre l’authentique.
  • La publicité nous console de ce que l’on perd.
  • La publicité agit sur le développement de l’être tout en nous passant en catimini un message dans l’ordre de l’avoir. Après avoir consommé un produit, nous sommes frustré de ne pas voir tout cet amour, cette beauté, cette authenticité, Mais on nous a fait comprendre que c’est un problème de dose: ça n’as pas marché car la dose était insuffisante. Il faut consommer plus. On est dans une logique d’addiction.
  • Cette logique de toujours plus à un pôle crée de la rareté artificielle à un autre pôle. La surconsommation va créer de la pauvreté et de la misère.
  • Il y a suffisamment de ressources sur cette planète pour répondre aux besoins de tous. Cependant, il n’y en a pas assez si c’est pour satisfaire le désir de possession, l’avidité et la cupidité, fusse de quelques uns. Gandhi
  • Le besoin est régulé par la satisfaction. Même si l’on vous emmène dans le meilleure restaurant de la ville, si vous n’avez plus faim, vous ne mangerez pas.
  • En revanche, le désir agit sur un autre axe. Il est sur l’axe vie mort. C’est un moyen de lutter contre la mort. La puissance du désir est beaucoup plus grande que celle du besoin.
  • Ce n’est pas grave si le désir est dans l’ordre de l’être. Mais si ce désir se transforme dans l’ordre de l’avoir, c’est la catastrophe. Même la personne la plus riche du monde voudra toujours plus. C’est sa façon de lutter contre la mort.
  • (30″) Staline et Hitler, même au sommet de leur puissance étaient complétement parano.
  • Sortir de la logique de la démesure, c’est accepter des limites.
  • C’est bien d’arrêter la démesure partout, mais il faut aussi jouer sur le plan du mal être. Il faut jouer avec des stratégies coopératives du côté de la joie de vivre.
  • Il est très important de proposer une espérance positive. Si l’on propose un sevrage à un toxicomane sans lui donner une espérance positive de mieux être, il préférera rester avec sa toxicomanie.
  • Le bien vivre est un enjeu sociétal. Pas seulement un enjeu personnel.
  • Qu’est ce que l’essentiel ? Amour, bonheur, sens. Questions difficiles !
  • Ces aspirations à l’essentiel ont souvent été instrumentalisées. Ainsi par réflexe de défense, on a souvent exclu ses questions de l’espace public et on les a réservé à l’espace privé. Il y a un tabou dans l’espace public.
  • (35 min) A propos de la question du bonheur. Il y a un double interdit: un interdit de gauche et un interdit de droite.
  • Interdit de droite: Les vices privés, forment les vertus publiques. (Mandeville) C’est le concept également reprit pour la main invisible de Adam Smith. On part du principe que l’égoïsme et les vices privés font globalement un bien communs. Donc on s’interdit de penser au sens de ce que l’on fait. Vu que globalement on va vers un bien commun.
  • Interdit de gauche: risque totalitaire de vouloir imposer sa propre vision du bonheur.
  • => donc finalement tabou sur le bonheur et le sens.
  • Est-ce que l’on agit de même avec la question de la liberté ? non… imaginez que l’on cesse de parler liberté dans l’espace public !!! 😛
  • (40 »)Pour éviter une instrumentatlisation fondamentaliste des questions de sens. On s’interdit d’en parler dans l’espace public. On réserve ces questions à la sphère privée.
  • Donc que reste-il pour l’espace public ? Pas de bonheur, pas de bien vivre, pas de sens et pas d’amour.
  • Même Freud censure l’amour comme chemin vers le bonheur… c’est à double tranchant ! C’est une voie royale vers le bonheur… mais surtout vers le malheur !
  • Dans le cadre scolaire: pas de politique, pas d’amour et de sexualité, pas le droit de parler de sens et de religion! Qu’est ce qu’il reste ?
  • Par rapport aux 4 grandes passions humaines (manifestions du désir): richesse, pouvoir, amour, le sens et la connaissance. => seule la passion de richesse devient licite !
  • C’est la voie royale vers l’économisme. « Un domaine futile et inutile, mais au moins qui ne risque pas les dérappages des autres grandes passions humaines ». (pouvoir, sens, amour…)
  • Le problème, c’est que l’on arrive quand même au bout de ce modèle économique. D’abord pour des raisons écologiques, puis sociales et maintenant financières.
  • => donc on régresse…. on voit arriver le populissme, l’autoritarité… (cf années 1930) La peste émotionnelle.
  • Donc on va travailler sur les stratégies positives. On va s’autoriser à parler d’un vivre ensemble qui soit orienté vers un mieux vivre ensemble. On va parler des questions essentielles.
  • On commence à parler de ce genre de question, dans les forums sociaux mondiaux par exemple.
  • On est à une période charnière de l’histoire. Bien au delà de la crise. La crise n’est qu’une loupe grossissante. Nous sommes à la fin de ce cycle historique qu’est la modernité occidentale et sa domination du monde.
  • La grande question c’est comment on sort de ce cycle par le haut ? On peut très bien sortir par le bas. Par des régressions identitaires, fondamentalistes, etc..
  • Pour sortir par le haut, il faut prendre le meilleur de cette modernité occidentale, mais aussi le meilleur des sociétés traditionnelles. Il faut construire un nouveau bien vivre ensemble.
  • Quel est le pire du modernisme ? … la chosification. Tout devient objet, chose. La nature, le vivant, les humains. Avec le pire au moment du nazisme.
  • La chosification entraine toujours un phénomène de domination. Ce qui entraine l’impérialisme, le colonialisme.
  • Le meilleur de cette modernité occidentale, c’est l’émancipation, la liberté, les droits humains, les droits des femmes, l’individuation (ne pas confondre avec individualisme)
  • Les points forts des sociétés de traditions qui ont été perdu par le modernisme occidental: le rapport à la nature, le rapport au lien social et le rapport au sens.
  • Mais attention de ne pas transformer ces reliances en dépendances. On en veut pas de contrôle social, d’empêchement de tout changement non naturel,  on ne veut pas un sens identitaire excluant.
  • Construire un universel qui n’est pas un universel dominant sous couvert de droits de l’homme comme celui de la modernité occidentale.
  • (49 »)On doit faire un tri sélectif uniquement du meilleur. Ne pas tomber dans le piège de prendre des choses comme l’excision qui vont contre le droit des femmes, au nom d’une relativité culturelle.
  • Il est possible de faire une co-création d’un nouveau bien vivre ensemble, ce n’est pas que théorique.
  • De manière pratique, comme cette semaine en inde qui réunissait paritairement toutes les grandes cultures du monde.
  • premier tour: Qu’est ce qu’il y a de meilleur dans les traditions des autres que vous aimeriez bien apporter. (ça suppose de se renseigner préalablement sur la culture des autres)
  • => du coup on a le meilleur de l’humanité. ça crée un sentiment de reconnaissance chez tout le monde.
  • Les africains ont des ainés et non des vieux. Voici un meilleur qui est reconnu de tous et qui permet d’aborder serainement le deuxième tour.
  • deuxième tour: Qu’est ce qu’il y a de pire dans sa propre tradition. La mise en sécurité par la reconnaissance du meilleur dans le premier tour, permet d’aborder ce second tour.
  • => les femmes africaines elles-mêmes ont critiqué l’excision. Ce qui n’a pas le même poids que si ça avait été dit par des occidentaux.
  • le 3ème tour permet de d’arranger les zones grises. On peut citer les meilleurs qui ont été oubliés et également les pires, mais uniquement sous forme de question pour ne pas être agressif.
  • On peut résoudre ce bug émotionnel. => la formidable performance de notre intelligence mentale, mais notre faible maturité de notre intelligence du coeur.
  • selon des traditions orientales => le rapport entre les 3 intelligences: le corps, le coeur, l’esprit.
  • Science sans conscience n’est que ruine de l’âme (Rabelais) Si l’on ne travaille pas sur toutes ces intelligences, cette phrase prend son sens. On se dirige vers l’auto-destruction par la science.
  • Nous sommes en guerres contre la nature, car nous sommes en guerre contre nous même. Si l’on veut pouvoir vivre en paix avec la nature, il faut que l’on puisse vivre en paix avec les autres et avec nous-même.
  • Toutes les traditions le disent qu’il y a un rapport entre la qualité du rapport à nous même et la qualité du rapport à autrui.
  • (55 »)C’est une question à résoudre collectivement et non individuellement.
  • En ce qui concerne la question fondamentale du rapport à l’énergie: soit on est dans de l’énergie prédatrice. (pétrole ressources non renouvelable..) Mais c’est aussi vrai aussi sur le plan des rapports à autrui.
  • Si je suis moi-même dans le manque d’énergie intérieure car je ne suis pas dans la force de vie. (l’éytmologie de valeur (valor, valere… être fort..)) => valeur = force de vie . La valeur ajoutée, c’est du supplément de force de vie.
  • Si je ne suis pas dans la force de vie. Ma façon de l’obtenir, ça va être de la piquer chez autrui ! => rivalité, compétition, logique guerrière.
  • Communisme=> lucide sur la captation de richesse, mais compense dramatiquement dans la captation de pouvoir.
  • Intégrisme, fondamentalisme => compense dans la captation de sens.
  • On a des mouvements qui font attention de ne pas être prédateur sous une forme, mais à cause d’un militatisme sacrificiel deviennent de prédateurs sous d’autre forme des questions existantielles.
  • Pour éviter d’être prédateur sous une forme ou une autre. Il faut travailler le rapport à l’énergie sous un autre mode. Il n’est pas sur le contrôle de la prédation. Mais du côté du laché prise. De l’accueil de l’énergie.
  • Exemple: la première source d’énergie qui est la notre, c’est le souffle. Nous n’allons pas produire le souffle, il faut savoir l’accueillir. Toutes les traditions de sagesse ont pour point commun le souffle, elles nous disent que le plus dur c’est d’apprendre à respirer. Le souffle est une énergie à accueillir et à retransmettre. Si l’on est pas capable de respirer, on ne capte pas ou on ne retransmet pas et il y a une perte d’énergie.
  • On peut appliquer ce principe à la sexualité et à l’amour en général.
  • L’éducation à respirer est une composante fondamentale du rapport entre l’intelligence du corps et celle du coeur.
  • La forme a autant d’importance que le fond. C’est pourquoi les dialogues en humanité se font sous des arbres.
  • De plus, on fait des « ateliers du sensible » avant de se lancer dans les débats des « Agora » pour éviter que le débat soit uniquement sur l’intelligence intellectuelle.
  • Dans ces ateliers du sensible, on apprends des techniques comme: l’haptonomie, la communication non violente, le tantrisme, le shiatsu solidaire….
  • (59 ») Richesse = ce qui compte vraiment dans nos vies.
  • L’économie n’est qu’un sous système de la richesse et de nos valeurs.
  • Si l’économie se met à détruire, l’environnement et les humains. C’est un dysfonctionnement de l’économie.
  • Une économie soutenable c’est une économie qui prend en compte le sens premier du mot richesse: reik, la puissance créatrice. => richesse = puissance créatrice
  • Il faut également revoir le rapport au pouvoir. Ne pas avoir un rapport au pouvoir comme étant un rapport de conquète et de domination. Mais un pouvoir de création multiplié par la coopération.
  • suite à ces changement de rapport => changement de rapport face à la vie.
  • L’alliance de coopérateurs ludiques, face aux guerriers puritains.
  • C’est l’axe Bush – Ben-Laden. Ce sont les mêmes logiques, les même mots…  Ils sont guerriers et puritiains. Il faut en baver des deux côtés.
  • Face à ça, la coopératon, c’est bien. Mais il faut un coopération qui apporte la joie de vivre. Sinon, on a pas l’énergie pour contester la logique guerrière. Il ne faut pas tomber dans le sacrificiel. Donc oui à la coopération, mais une coopération ludique.
  • C’est une notion centrale des alternatives. C’est le pilier du rêve.
  • Les stratégies de transformation: le rapport entre de la résistance créatrice, de la vision transformatrice, de l’expérimentation anticipatrice.
  • Il faut que les 3 soient présents. Sinon il y a un déséquilibre:
  • une lutte sans vision et sans expérimentation => tourne à la révolte désespérée
  • une vision pas incarnée => tourne à une vision lointaine: un autre monde est possible… mais très très loin et donc ne vient jamais.
  • un expérimentation seule, repliée sur elle-même, pas relie à de la résistance et de la vision transformatrice. => (monnaie, microcrédit, entreprise d’insertion…) N’a pas assez de capacité transformatrice. Elle fini a mieux par limiter la casse ! … et au pire.. par être instrumentalisé par le système !
  • Traverser la vie le cœur fermé, c’est comme faire un voyage en mer au fond de la caleAlexander Lowen
  • Le risque de l’iceberg est devant nous… on ne peut changer de cap…  on peut casser les boiseries des 1ères classe pour faire des canôts de sauvetage. (l’économie solidaire) Mais il faut avoir le désir de monter sur le pont ! (partie créatrice et transformatrice) Le désir comme alternative à la sidération.
  • La sidération c’est ce qui nous bloque. Quel est le contraire de sidération ? … c’est désidération.. le désir. Ceci vient de l’époque où l’on avait l’univers de la sidération, les étoiles (sidéral) fixe sur la voûe stellaire. Puis l’univers de la désidération du mouvement, de la vie et de la mort.
  • Quand on est dans des périodes de sidération. Il faut travailler sur l’énergie du désir. => donc montons sur le pont !
  • (1h08) Questions:
  • Est-ce que la démocratie actuelle permet ce changement ? Quel est le chemin et le lieu de ce changement ? Est-ce que le fait de retirer son argent des banques massivement change qq chose ?
  • => par rapport à cette question de retirer de l’argent des banques. Ce n’est pas tout l’argent. C’est de l’argent.
  • L’idée c’est d’assécher pour créer un débat autour de la création monétaire. Les intérêts étaient déjà discutable il y a longtemps. Mais le fait de créer de l’argent sans rien faire et de mettre des intérêts est très discutable.
  • Il faut savoir que l’augmentation des dettes publiques est surtout le fait du changement de système monétaire. Les états ne se sont pas mis à gaspiller considérablement.
  • Ceux qui l’on fait ce sont surtout des Etats conservateur comme celui de Ronald Reagan qui a mené un politique cynique pour assécher les caisse en finançant l’armée et en réuisant les impôts. D’une manière générale, il n’y a pas eu d’augmentation des dépenses et en tout cas pas dans le social.
  • La véritable origine de la dette publique, c’est le fait de créer de la monnaie avec des intérêts auprès de banques commerciales et que les etats doivent s’endetter auprès de ces banques commerciales. Ce fait a mis la part des intérêts composés comme étant la part majeure de la dette publique. Si je prends l’exemple français que je connais le mieux. Sur les 1500 Milliards de dette publique de la France, il y en a 1350 Milliards qui sont du a des intérêts composés.
  • Si par hypothèse on avait pas changé de mode de création monétaire, si on continuait a y avoir de la création monétaire publique sans intérêts, la dette française serait aujourd’hui de 150 Milliards et non pas de 1500 Milliards d’euro, ce qui change tout !
  • (1h12) campagne: Changer votre banque ou changez de banque.
  • Le but est de responsabiliser les banques. Si les banques ne respectent pas un certains nombre de critère (spéculation, etc..) changer de banque. Profitez pour mettre votre argent dans les banques alternatives. Dans l’économie sociale et solidaire. C’est une formidable pression possitive pour leur dire renouez avec vos vraies valeurs ne jouez pas le mimétisme avec le capitalisme financier. C’est un exemple d’action transformatrice.
  • On peut montrer le chemin d’une action transformatrice.
  • La monnaie est un levier intéressant. C’est d’ailleurs Bernard Lietaer (ancien de la BCB dont on a parlé plus haut) qui a proposé de créer une monnaie mondiale responsable.
  • Il faut tenter des expériences transformatrices de monnaies locales sur le terrain.
  • Si l’on expérimente pas, on a un sentiment d’impuissance, et de la montée de violence.
  • Penser le conflit n’est pas pareil que penser la violence.
  • Il faut construire de la conflictualité comme alternative à la violence.
  • Les émeutes urbaines en france surviennent faute d’avoir pu construire un conflit plus tôt.
  • L’un des enjeux de stratégies transformatrice, c’est l’organisation et de l’éducation à de la conflictualité non violente.
  • Quand on croit qu’il suffit de faire une révolution violente… les leçons de l’histoire on déjà parlé. Ce genre de révolution fini par être le lit d’une nouvelle forme de domination.
  • Il faut aussi intégrer de la conflictualité non violente.
  • L’art de la démocratie ne se borne pas à la forme quantitative de la démocratie. Elle doit d’intéresse à la forme qualitative.
  • Si l’on ne s’intéresse qu’à la forme quantiative, vous pouvez avoir selon la loi du nombre une forme de populissme. Hitler est bien arrivé au pouvoir légalement. Une démocratie peut aussi être régressive.
  • Il faut travailler sur le volet qualitatif. Travailler la citoyenneté.
  • Même si une opinion est ultra minoritaire, je la considère comme une ressource fondamentale. Je vais lui donner des moyen pour qu’elle s’exprime. => mutation qualitative de la démocratie.
  • La construction de désaccord est une méthode qui marche pour avancer.
  • Cette méthode considère que le désacord n’est pas une menace, c’est une chance. La menace, c’est le mal-entendu au sens noble du terme. (soupçon, procès d’intention)
  • Si l’on s’est écouter pour se mettre d’accord sur le désaccord. Même si l’on est pas d’accord à la fin, le désaccord de sortie est quaitativement meilleur que le désaccord d’entrée.
  • En suisse, vous êtes bien placé pour expérimenter ceci. On voit bien les résultats du week-end dernier. (nde: votations sur l’interdiction de la construction de minarets)
  • Le problème fondamentale de l’humanité, c’est sa barbarie intérieure.
  • (1h22) Le politique a construit des communautés et pacifié à l’intérieur en déchargant l’agressivité sur l’extérieur. (Le barbare, l’étranger, l’infidèle)
  • A l’échelle planétaire, l’humanité n’est pas menacé de l’extérieur. Mais de l’intérieur !
  • Il faut donc travailler sur sa propre barbarie intérieur. A ce moment là, c’est de la qualité démocratique qui se met en place.
  • (1h24) Seconde question: Quel mécanisme peut créer de la richesse et la répartir mieux que maintenant ?
  • Quand on dit qu’un autre monde est possible. Il n’y a pas besoin d’aller très loin. On a souvent déjà tout. Il suffit d’utiliser et de favoriser ce que l’on a.
  • Ex: l’économie du don, elle est première, elle est la plus massive. La nature ne fait pas payer ses services. La vie nous est donnée, l’intelligence nous est donnée..
  • Il faut partir de l’économie du don.
  • Même dans notre société marchande. Observer les temps d’échange non marchand que vous avez eu dans une semaine. Ils sont largement marjoritaires.
  • Le mieux c’est l’économie du don, quand la qualité de confiance et de désir, dispense un groupe d’humain d’avoir recours à de la monnaie.
  • Observer les rapports amicaux, quand ils fonctionnent bien, c’est là qu’il y a la fluidité maximal, l’efficacité maximale, le retour sur investissement maximal !
  • Que se-passe-t-il dans l’économie du don? Le vrai don. Le don généraux. (pas le don-contre don de rivalité étudié par Marcel Mauss) Sur le plan systémique, chacun donne sans compte, il se produit une richesse globale pour la communauté telle que ses effets de richesse vont retomber en pluie sur chacun des membres de la communauté. De fait on va recevoir beaucoup plus que ce que l’on a donné. Mais ça ne marche que si on a pas été dans le calcul.
  • L’économie du don est dominante en terme écologique, en terme de temps sur le temps des rapports inter-humain. Elle assure de la fluidité, de l’efficacité, etc… et ça c’est déjà là !
  • La clé pour que ça marche: la confiance et le désir. La question de la qualité relationnelle et de la qualité d’énergie partagée devient déterminante.
  • Quand il y a montée de la défiance et absence de projet partagé. Là on a besoin d’une monnaie et d’une comptabilité.
  • On dit que: l’économie c’est de la création de richesse…. L’examen mérite d’être tenté !
  • Il faut penser à la richesse au sens de la puissance créatrice.
  • Dans le ying et le yang qui vient de la tradition tantrique (cachemir il y a ~4000 ans), puis d’autres comme le bouddhisme, le ying c’est la puissance créatrice. C’est l’élément féminin qui est du côté de la puissance créatrice. Le yang, lui c’est la capacité d’émerveillement.
  • On comprend bien que si les hommes, qui ont en général une dominante yang, ne cultivent pas voir s’interdisent la capacité d’émerveillement par ce que ça ne fait pas mec ! => c’est la double peine !
  • Ils se privent de la capacité d’émerveillement, et sont d’autant plus faciné par la puissance, mais comme ils sont pas biologiquement dans la puissance créatrice, il vont avoir tendance à confisquer la puissance en faire une puissance dominatrice et prédatrice et à la retrouner contre les femmes.
  • On reprend la base: La richesse = puissance créatrice, la valeur = force de vie.
  • L’un des enjeux des stratégies transformatrices c’est d’aller consolider d’abord le pôle d’économie du don, le pôle des coopérateurs ludiques, le pôle de tous les acteurs qui sont sur ce terrain mais qui souvent ne s’autorisent pas à considérer que leur propre travail sur la qualité relationnelle et sur la qualité de désir est l’enjeu essentiel.
  • (1h31) Pour construire avec des gens qui ne sont pas déjà dans cette logique, il faudra pratiquer des art-martiaux, des conflictualités non-violentes.
  • Ex: Le ju-jitsu de masse des mouvements anticipateurs des droits civiques américain. Ce sont des formes d’action qui intègrent beaucoup l’humour et le plaisir. Si ça vous intéresse, je vous donnerai des exemples… (nde: ils sont où ? j’ai pas trouvé… :-()
  • Avec les indécis: Ils aimeraient plutôt aller du côté des coopérateurs ludiques que des guerriers puritains, mais fondamentalement, ils n’y croyent pas. « ça serait trop beau ! »  => donc ils sont attirer sans le vouloir vraiment vers les guerriers puritains !
  • Si les coopérateurs ludiques ou créatifs culturels pour prendre un terme plus sérieux et reconnu sociologiquement s’autorisent à travailler leur propre force de vie, leur propre eros. Alors là leur capacité attractive et leur réalisation va être un pôle d’attraction vers les indécis.
  • Ex: si l’économie sociale et solidaire se met pleinement à vivre ses valeurs plutôt que de les porter comme une charge… (penser à tout respecter les contrainte…une personne, une voix, penser à transmettre sa propriété non pas sous forme privée…)
  • Si les valeurs sont pensées comme des boulets => c’est la double peine
  • Si les valeurs sont considérée comme des forces de vie créatrices, et si vous avez des collectivités qui se mettent à organiser leur mode de production, de distribution, de consommation, de vie, de logement, d’éducation, etc…. même hors du champ économique.
  • Les coopératives c’était dans tous les domaines,  éducatif (classe coopérative de célestin Freinet), amoureux (les question des passions par Fourrier), le domaine du sens, le domaine politique,
  • Si tout les domaines sont pleinement vécus. Là il y a une attraction qui se fait.
  • C’est déjà là. Il faut regarder autrement la réalité.
  • A chaque problème, il faut se demander: Elles sont où les forces de vie ? Il faut faire en sorte que ces forces déjà existante s’entraide.
  • On est déjà dans la réalité existante et pas dans l’utopie d’un monde meilleur dont on se demande si il arrivera un jour.
  • (1h35) Pour pratiquer ce ju-jitsu de masse et entrainer la majorité de la population dans cette pratique, est-ce que la notion d’intérêt de classe ne devrait pas être mise en avant ?
  • – Il y a un double exercice à faire. Il y a un véritable travail de tri sélectif à faire sur la tradition marxiste.
  • Dans la partie positive: la théorie marxiste, c’est actuellement qu’elle est valable. Infiniment plus qu’au moment où elle s’est développée. On est vraiment dans l’hypercapitalisme actuellement.
  • Le thème de la lutte de classe n’est plus à la mode dans les mouvement sociaux. Mais pas en face…. Waren Buffet a dit que la guerre de classe existe toujours. Que c’est sa classe (les riches.. buffet est le 2ème plus riche du monde…) qui est en train de la gagner !
  • La lutte des classes pour la possession à l’échelle mondiale mérite d’être un thème que l’on remet en avant.
  • Par contre, la faille antropologique du marxisme sur la question du pouvoir, il ne faut pas la reprendre.
  • Il faut revisier le marxisme avec les luttes actuelles: rapport de domination sur la nature, patriarcat, captation du sens par les fondamentaliste.
  • (1h40)Une ou deux question: L’allocation universelle et la décroissance.
  • 2 aspects: revenu de base. Puis décroissance.
  • Je suis un objecteur des formes de croissance insoutenables. Partisant de formes séléctives de décroissance, mais je ne défini pas un projet positif alternatif par le terme de décroissance. Souvent j’utilise l’aleternative, grandir en humanité, grossir en obésité.
  • Je ne m’interdit pas de croître. « Le bonheur, c’est le sentiment de croitre » Alexander Lowen. Mais ce n’est pas la même chose partout de parler de croissance. (pas pareil, de croitre en éducation, en humanité que dans l’économie)
  • J’ai énormément d’amis dans le cercle de la décroissance. Mais il y a assez rapidement une rupture de communication au delà d’un certain cercle. Il est facile de prêcher des convaincus, au delà, il y a un marquage émotionnel qui va créer des mal-entendu et du soupçons. Si l’on veut pouvoir construire des désaccord, il faut trouver une langue commune pour être plus précis. Quand on parle décroissance, on parle décroissance de quoi et pour qui. Pour éviter l’accusation sociale: les populations qui n’ont rien ne vont pas encore en plus décroitre !!
  • Dans le débat pour le revenu de base inconditionnel, la part manquante, c’est souvent le travail sur la question de la justice sociale.
  • Le revenu de base inconditionnel est une brique fondamentale pour la reconstruction d’un pacte civil, social et écologique de nos sociétés.
  • penser un revenu qui soit découplé de la notion de travail est une nécessité fondamentale.
  • Il faut relier ce revenu à une justice sociale. => d’abord les revenus modestes.. puis en fin de course pour les riches.
  • Il faut montrer que ce revenu n’est pas un revenu qui tombe de nul part. Que c’est le revenu d’un métier au sens originel du terme, le ministère mystérieux, ce qui est aujourd’hui proche du sens de « vocation ». Ce n’est pas la même chose qu’un job ! Pourquoi mystérieux ? En relation avec le mystère de la transformation naturelle pour les métiers de transformation et les mystères de la relation avec autrui pour les métiers sociaux.
  • Que faite de vous DANS la vie ou que faite vous DE votre vie ?
  • Chacun a au moins 2 métiers: chargé de projet de sa propre vie. (éviter de se détruire ce qui coûte à la société)
  • second métier: porteur de savoir. Savoir être, savoir….
  • Permettre à des être humains quels vont être leurs projets de vie. (ex ducere.. éduquer => conduire au dehors) C’est n’est pas de la formation. Qui est plutôt un formattage à une technologie qui sera bientôt obsolète, en vu de remplir un job.
  • eduquer vient de ex ducere, conduire au dehors, permettre à un être humain d’accéder à l’automonie de vivre debout. De vivre son projet de vie.
  • (1h49) Il y a des chambre de métiers, pour aider les gens à travailler sur leur projet de vie.
  • A ce moment là, le revenu de base correspond à un revenu pour ces métiers de base. Ce n’est pas un cadeau offert par un état.
  • Si ce revenu de base ne s’inscrit pas dans cette vision de brique de base d’un contrat social permettant un projet de vie, on risque des problèmes.
  • Je vois bien dans les débats avec mes amis partisants depuis bien longtemps de ce revenu. Ils partent dans des débats techniques complexes, mais oublient souvent la question fondamentale du métier au sens premier.
  • Fin…

Résumé de cette conférence

  • Tout est là, mais il faut voir autrement, avec d’autres lunettes.
  • La comptabilité n’est pas neutre, il y a des choix de société implicite qui sont faite derrière le système de comptabilité.
  • Les indicateurs sont mauvais. Le PIB c’est dépassé.
  • Cesser de séparer les problèmes. Voir la globalité.
  • La crise est globale. (Crise, sociale, écologique, financière)
  • Ce qui est commun, c’est la démesure et le mal être.
  • Démesure: pauvreté au coeur de la richesse. Répartition selon la loi de pareto. 97% des transactions monétaire sont de la spéculation financière.
  • 97% des transactions dominée par un syndrome maniaco dépressif.. euphorie et panique !
  • domination de la finance sur la politique
  • La pensée TINA => on ne peut pas faire autrement.
  • On fait du déni sur le fait que l’on ne veut pas voir que tout ne tient pas la route. On utilise les vieilles méthode par défaut.
  • Il faut décoloniser notre imaginaire.
  • L’économie principale est l’économie du mal être: 1998 => pub = 400M$, drogue = 400M$, arme = 800M$.
  • Notre société de consommation est une société de consolation.
  • La publicité agit sur le développement de l’être tout en nous passant en catimini un message dans l’ordre de l’avoir.
  • Après consommation… frustration.. pas d’amour, pas d’authenticité, pas de beauté.. => il faut consommer plus ! => surconsommation => mauvaise répartion des richesses.. => destruction..
  • Gandhi: Il y a suffisamment de ressources sur cette planète pour répondre aux besoins de tous. Cependant, il n’y en a pas assez si c’est pour satisfaire le désir de possession, l’avidité et la cupidité, fusse de quelques uns.
  • Besoin => satiété
  • désir => moyen de lutter contre la mort => beaucoup plus puissant que le besoin.
  • désir dans l’ordre de l’être => bien
  • désir dans l’ordre de l’avoir => catastrophe… (staline et hitler => parano)
  • Sortir de la logique de la démesure, c’est accepter des limites.
  • => proposer une espérance positive. Si l’on propose un sevrage à un toxicomane sans lui donner une espérance positive de mieux être, il préférera rester avec sa toxicomanie.
  • Qu’est ce que l’essentiel ? Amour, bonheur, sens. Questions difficiles !
  • Ces aspirations à l’essentiel ont souvent été instrumentalisées. Ainsi par réflexe de défense, on a souvent exclu ses questions de l’espace public et on les a réservé à l’espace privé
  • Les vices privés, forment les vertus publiques => donc on s’interdit de penser au sens !
  • Interdit de gauche: risque totalitaire de vouloir imposer sa propre vision du bonheur.
  • cadre scolaire: pas de politique, pas d’amour et de sexualité, pas le droit de parler de sens et de religion! Qu’est ce qu’il reste ?
  • 4 grandes passions humaines (manifestions du désir): richesse, pouvoir, amour, le sens et la connaissance. => seule la passion de richesse devient licite !
  • « Un domaine futile et inutile, mais au moins qui ne risque pas les dérapages des autres grandes passions humaines ». (pouvoir, sens, amour…) => dérives totalitaire… dérives religieuses…
  • Le problème, c’est que l’on arrive quand même au bout de ce modèle économique. D’abord pour des raisons écologiques, puis sociales et maintenant financières.
  • => on régresse… et le populisme monte !
  • Il faut parler des questions essentielles => on va travailler sur les stratégies positives. On va s’autoriser à parler d’un vivre ensemble qui soit orienté vers un mieux vivre ensemble.
  • période charnière de l’histoire => fin du cycle de la modernité occidentale.
  • comment on sort de ce cycle par le haut ?
  • => prendre le meilleur de cette modernité occidentale, mais aussi le meilleur des sociétés traditionnelles. Il faut construire un nouveau bien vivre ensemble.
  • pire: La chosification entraine toujours un phénomène de domination
  • meilleur: ‘émancipation, la liberté, les droits humains, les droits des femmes, l’individuation (ne pas confondre avec individualisme)
  • => technique de dialogue pour construire le meilleur
  • bug émotionnel. => la formidable performance de notre intelligence mentale, mais notre faible maturité de notre intelligence du coeur.
  • Toutes les traditions le disent qu’il y a un rapport entre la qualité du rapport à nous même et la qualité du rapport à autrui.
  • la question fondamentale du rapport à l’énergie: on est dans de l’énergie prédatrice. (énergie fossile… mais aussi énergie des rapport à autrui)
  • Si je suis moi-même dans le manque d’énergie intérieure => je vais la piquer à autrui (rivalité compétition, logique guerrière)
  • Il faut être dans ses valeurs pour avec de l’énergie: valeur = force de vie
  • Pour ne pas être prédateur, il faut apprendre à accueillir l’énergie. (valable aussi pour le solaire, l’éolien)
  • le souffle est notre source d’énergie. C’est aussi dans toutes les religions.
  • La forme est autant importante que le fond. => dialogue en humanité sous les arbres. (on est plus intelligent après avoir marché 2h dans une montagne => cf la belle verte)
  • Dans ces ateliers du sensible, on apprends des techniques comme: l’haptonomie, la communication non violente, le tantrisme, le shiatsu solidaire….
  • Richesse = ce qui compte vraiment dans nos vies.
  • L’économie n’est qu’un sous système de la richesse et de nos valeurs.
  • Une économie soutenable c’est une économie qui prend en compte le sens premier du mot richesse: reik, la puissance créatrice. => richesse = puissance créatrice
  • Il faut également revoir le rapport au pouvoir. Ne pas avoir un rapport au pouvoir comme étant un rapport de conquète et de domination. Mais un pouvoir de création multiplié par la coopération.
  • L’alliance de coopérateurs ludiques, face aux guerriers puritains.
  • une coopération qui apporte la joie de vivre. Sinon, on a pas l’énergie pour contester la logique guerrière. Il ne faut pas tomber dans le sacrificiel. Donc oui à la coopération, mais une coopération ludique.
  • Trépied du rêve: Les stratégies de transformation: le rapport entre de la résistance créatrice, de la vision transformatrice, de l’expérimentation anticipatrice.
  • l’augmentation des dettes publiques est surtout le fait du changement de système monétaire. Les états ne se sont pas mis à gaspiller considérablement.
  • Changer votre banque ou changez de banque.
  • Penser le changement plutôt que changer le pansement
  • Il faut tenter des expériences transformatrices de monnaies locales sur le terrain.
  • Il faut construire de la conflictualité comme alternative à la violence.
  • Même si une opinion est ultra minoritaire, je la considère comme une ressource fondamentale. Je vais lui donner des moyen pour qu’elle s’exprime. => mutation qualitative de la démocratie.
  • Le politique a construit des communautés et pacifié à l’intérieur en déchargant l’agressivité sur l’extérieur. (Le barbare, l’étranger, l’infidèle)
  • Quand on dit qu’un autre monde est possible. Il n’y a pas besoin d’aller très loin. On a souvent déjà tout. Il suffit d’utiliser et de favoriser ce que l’on a.
  • l’économie du don, elle est première, elle est la plus massive.
  • Dans le ying et le yang qui vient de la tradition tantrique (cachemir il y a ~4000 ans), puis d’autres comme le bouddhisme, le ying c’est la puissance créatrice. C’est l’élément féminin qui est du côté de la puissance créatrice. Le yang, lui c’est la capacité d’émerveillement.
  • On comprend bien que si les hommes, qui ont en général une dominante yang, ne cultivent pas voir s’interdisent la capacité d’émerveillement par ce que ça ne fait pas mec ! => c’est la double peine !
  • L’un des enjeux des stratégies transformatrices c’est d’aller consolider d’abord le pôle d’économie du don, le pôle des coopérateurs ludiques, le pôle de tous les acteurs qui sont sur ce terrain mais qui souvent ne s’autorisent pas à considérer que leur propre travail sur la qualité relationnelle et sur la qualité de désir est l’enjeu essentiel
  • (1h31) Pour construire avec des gens qui ne sont pas déjà dans cette logique, il faudra pratiquer des art-martiaux, des conflictualités non-violentes.
  • les riches coopérent => les pauvres s’entretuent..
  • grandir en humanité, grossir en obésité.
  • Je ne m’interdit pas de croître. « Le bonheur, c’est le sentiment de croitre » Alexander Lowen.
  • Le revenu de base inconditionnel est une brique fondamentale pour la reconstruction d’un pacte civil, social et écologique de nos sociétés.
  • Que faite de vous DANS la vie ou que faite vous DE votre vie ?
  • Métier != job (métier => vocation… chargé de projet de sa vie et porteur de savoir)
  • Permettre à des être humains quels vont être leurs projets de vie. (ex ducere.. éduquer => conduire au dehors) C’est n’est pas de la formation. Qui est plutôt un formattage à une technologie qui sera bientôt obsolète, en vu de remplir un job.

Pour aller plus loin

Posts navigation

1 2 3