Le bâton de comptage, un moyen de paiement oublié et pourtant officiel en France jusqu’en 2016

Le bâton de comptage, (tally stick en anglais) est un moyen de paiement qui a été utilisé pendant des siècles. Il était même encore reconnu jusqu’en 2016 dans le code civil français, art 1333:

« Les tailles corrélatives à leurs échantillons font foi entre les personnes qui sont dans l’usage de constater ainsi les fournitures qu’elles font ou reçoivent en détail.« 

baton de comptage 2 parties souche echantillon tally stick stock exchange

Mais pourquoi on en parle jamais dans les bouquins d’économie ?

Pourquoi on nous rabâche toujours la fable du troc qui n’a jamais fait système et date d’Adam Smith.

banque nationale suisse tout commence avec le troc
La brochure de la BNS nous dit que « Tous commence avec le troc » => faux!

Pourquoi les économistes adorent nous parler des petits coquillages d’iles lointaines, comme monnaie primitives alors que beaucoup, beaucoup plus près de nous dans l’espace et le temps, le bâton de comptage était le moyen de paiement principal !

Peut être que la simplicité et l’efficacité des bâtons de comptage n’arrangent pas les banquiers ? En effet, pas de crédit à intérêt, uniquement des reconnaissances de dette mutuelles dans une communauté.

Comment fonctionne un bâton de comptage

Dans cette vidéo, je montre à quoi ressemble un bâton de comptage, comment il était utilisé (par exemple pour acheter du pain à la taille), comment il est encore utilisé de manière folklorique dans les alpes suisses, avec les bâtons de comptage des vaches et les droits d’eau liés aux bisses valaisans.

Le principe est simple. Un bâton est fendu en deux dans la longueur. (sauf un petit bout de la souche).

DIY fabrication bâton de comptage fendre le bâton de comptage à la hache
Après une encoche à la scie pour délimiter la souche, le bâton est fendu à la hache

Le bâton était souvent une branche de noisetier. Ou alors de manière plus élaborée, une petite planchette.

baton de comptage tallystick noisettier

On obtient ainsi deux parties liées entre elles. C’est l’origine même du mot symbole qui vient du grec σύμβολον, súmbolon qui désigne un objet coupé en deux servant de signe de reconnaissance.

La grande partie est appelée la souche.
La petite partie est appelée l’échantillon.

Les deux parties servent à enregistrer un contrat. On le fait en taillant une encoche sur les deux parties emboitées.

baton de comptage tally stick planchette marque famille pyrogravure

Ainsi une fois que l’on a séparé les deux bouts de bois, chacune des deux partie a une trace de la transaction et ne peut pas la réfuter ni la modifier.

Le commerçant (ou créancier) garde la souche c’est à lui que l’autre partie, le débiteur, celui qui garde l’échantillon, devra rembourser la dette.

C’est ainsi que l’on pouvait acheter « à la taille«  de nombreuses choses dans des commerces. Par exemple du pain à la taille dans une boulangerie.

Le principe est simple, c’est le même que celui de l’ardoise de bistrot, ou de carnet du lait. On achète à crédit dans les commerces et périodiquement, une fois par mois, par exemple, on vient solder son compte en payant avec des pièces de monnaie. (par exemple)

monnaie-batz-vaud
Un batz vaudois de 1828

Ce principe me fait beaucoup penser à la version moderne de paiement dans l’épicerie participative dans laquelle je suis. J’ai un compte dans l’épicerie et régulièrement je charge mon compte par un virement.

epicerie-cooperative-participative-solde-compte-achat

La souche est elle même un moyen de paiement

Il y a un point important à comprendre. C’est que la souche est elle même un moyen de paiement. Elle a de la valeur. Si tu es propriétaire d’une souche, c’est la preuve que quelqu’un te dois ce qui est indiqué dessus.

Ainsi si tu es boulangère et qu’on te paie 3 unités sur le bâton de comptage de ton commerce, tu détiens une reconnaissance de dette de 3 unités.

Si par hasard tu dois payer 3 unités au boucher. Et bien au lieu d’attendre que ton débiteur te paie ce qu’il te dois, tu peux toi même donner ta souche au boucher.

baton de comptage tallystick noisettier
La souche c’est la grande partie du bas.

Payer avec des reconnaissances de dette c’est très courant. C’est ce que l’on fait à chaque fois avec un virement bancaire. Car ce qui est sur un compte bancaire n’est rien d’autre qu’une dette que la banque a envers son client.

C’est ça la magie de la « monnaie », c’est qu’à partir de rien, on crée un contrat qui enregistre une dette. La reconnaissance de dette sert de monnaie d’échange. On visualise bien ça avec un bâton de comptage. Mais c’est pareil avec un compte en banque et c’est important de le comprendre.

Ça signifie que rembourser toutes les dettes revient à détruire toute la monnaie !
(On brûle le bâton de comptage, une fois la dette remboursée)

dette-5000-ans-dhistoire-graeber
Le livre « Dette 5000 ans d’histoire » de David Graeber qui décrit bien que l’histoire de la dette, c’est l’histoire de la monnaie.

Comment décoder ce qui est inscrit sur un bâton de comptage ?

Un bâton de comptage est un contrat. Tout comme sur un contrat papier il est possible d’écrire dans une langue ou dans une autre, sur un bâton de comptage, on peut écrire des codes différents pour enregistrer les informations du contrat.

La manière la plus simple, c’est de faire 1 encoche pour une unité. Mais ça fait vite beaucoup de coches pour les grands nombres.

J’ai testé une convention qui me semble plausible:

  • une encoche droite simple = 1 unité
  • une encoche en V = 10 unités
  • une encoche large = 100 unités.
encoche baton de comptage tally stick

Puis en regardant mes encoches je me suis dis que ça ressemble beaucoup aux chiffres romains !!

Peut être que c’est là une origine des chiffres romains ?

  • une encoche droite = 1 unité
  • une encoche en V = 5 unités
  • une encoche en X = 10 unités
  • … etc..

J’ai vu ce genre de code sur des bâtons de comptage. C’est peut être une piste intéressante !

Kerbholz bâton de comptage du 17ème siècle avec des croix
« Kerbholz » du 17ème siècle

En Angleterre, il y a le livre « Dialogue of the Exchequer » qui décrit le code à utiliser sur les bâtons de comptage royaux. (Tally sticks)

« La manière de couper est la suivante:
En haut du bâton de comptage, on fait une entaille de l’épaisseur de la paume de la main pour représenter mille livres ; puis cent livres par une entaille de la largeur du pouce ; vingt livres de la largeur de l’auriculaire ; une seule livre de la largeur d’un grain d’orge gonflé ; un shilling plus étroit qu’un penny est marqué par une seule entaille sans enlever de bois« .

dialogue-exchequer-d40110-24

Pour voir le texte intégral de « Dialogue concerning the Exchequer« 

Code de durée de temps d’arrosage sur des bâtons de comptage

Dans le contexte des bisses valaisans. Il y a des bâtons de comptage qui indiquent les droits d’eau qui sont liés à des familles liées à des terrains.

Ainsi il y a des marques qui indiquent des durées d’utilisation d’une certaine proportion du débit du bisse. (Par exemple 1h pour 1/4 du bisse)

Voici quelques autres exemples de comptage de temps pour les droits d’eau.

baton compatage droit eau code

Utilisation de bâtons comme contrats et règlements

On voit avec l’exemple des bisses (aqueduc d’amenée d’eau dans les montagnes du Valais) que les bâtons de comptage sont quelques choses qui va au delà de la notion de monnaie et de moyen de paiement.

On est ici dans les véritables fondement de l‘éco-nomie, soit étymologiquement: les règles de la maison.

La monnaie, les reconnaissances de dette, sont une partie de règles qui régissent une communauté, mais il y a en a de nombreuses autres non monétaires.

Par exemple le fait qu’un propriétaire de vache mette ses vaches à l’alpage et il veut en récupérer le même nombre lors de la désalpe, mais aussi surtout, il veut récupérer la production de fromage qui lui revient !

Tally_sticks_baton comptage Doppeltessel der Alp Blümatt (Turtmann VS) 1893
Bâton de comptage « Doppeltessel » de l’Alpe Blümatt (Turtmann VS) 1893

Les consortages pour gérer des biens communs

Depuis le moyen âge on trouve des communautés qui se sont organisées pour gérer des « Biens communs« . Il s’agit souvent de droits d’eau, de droits liés aux pâturages et aux fromages produits, ainsi que des accès au bois d’une forêt, ou l’entretient de chemins et de four à pain.

Dans les régions alpines il existent encore plusieurs de ces organisations communautaires.

De nos jours, en économie, on oppose souvent la propriété privée et la propriété publique. Mais on oublie souvent la forme intermédiaire, soit la propriété en Biens communs. Ce n’est pas public… mais ce n’est pas une propriété exclusive. C’est une propriété d’une organisation.

En Valais on utilise souvent le terme de « Consortage« .

Par exemple le consortage du bisse d’Ayent est propriétaire de l’eau de la rivière et de l’eau qui coule dans le bisse. Seuls les membres du consortage, les consorts, ont le droit de l’utiliser. Ça a été le fruit d’une grande bataille juridique quand une société a voulu s’approprier l’eau de la rivière pour la turbiner et en faire de l’électricité.

Bisse_d_Ayent valais partie aerienne

C’est un texte de 1448 (toujours valable), signé par l’évêque de Sion de l’époque qui a prouvé les droits du consortage. La société hydroélectrique a donc du acheter le droit d’utiliser une partie de l’eau sans porter préjudice au bisse.

On voit par là que le consortage est un système très durable. Celà fait 572 ans que le consortage gère l’accès à l’eau dans cette région !

Les biens communs reviennent un peu à la mode. Ceci se voit notamment avec le (faux) « prix Nobel » d’économie donné à Elinor Ostrom en 2009 pour ses travaux sur les biens communs, notamment dans la gestion des consortages haut-valaisans.

Les « tachères » des bâtons pour enregistrer des règles

Dans des règles communautaires, il n’y a pas que des droits, mais il y a aussi des devoirs. On parle de tâches. C’est notamment l’entretien des bisses et les travaux collectifs.

Ces tâches, et qui doit les effectuer, sont enregistrées sur des bâtons que l’on nomme des « tachères«  ou en allemand des « tesseln« . (Kehrtesseln ou Wassertesseln)

Encore une fois je vois un lien entre cette manière de fonctionner séculaire des consortages et l‘épicerie coopérative participative.

On est tous co-propriétaire de notre épicerie et l’on a tous des droits de consommer les produits avec des avantages, mais on a aussi des devoirs, celui de travailler l’équivalent de 3h par mois pour faire tourner l’épicerie.

Au passage, voici mon guide pour aider à démarrer une épicerie coopérative participative.

Les marques de familles, des signes distinctifs pour identifier une famille ou un individu

La personne où la famille qui doit effectuer la tâche est indiquée sur le bâton avec une « marque de famille » ou « marque domestique« .

Les gens étaient souvent illettrés, ainsi ce sont des dessins qui désignent les familles. Sur un bâton de comptage on retrouve aussi une marque de famille pour savoir à qui appartient le compte, qui est le créancier et qui est le débiteur.

Dans mes essais de fabrication de bâtons de comptage, j’ai reproduis des marques de famille en marquant le bois avec un clou de fer à cheval chauffé dans mon fourneau à bois. J’ai ainsi réalisé une pyrogravure qui semble plausible.

pyrogravure clou fer cheval marque famille

Je me suis inspiré de marques que l’on retrouve sur un panneau de marques de famille de la commune de Münster dans le haut valais.

Kehrtafel aus Münster mit Hauszeichen für das Gemeinwerk oder Wassernutzung 1864
Kehrtafel aus Münster mit Hauszeichen für das Gemeinwerk oder Wassernutzung 1864

Voici le panneau en entier:

Kehrtafel aus Münster mit Hauszeichen für das Gemeinwerk oder Wassernutzung, 1864
Kehrtafel aus Münster mit Hauszeichen für das Gemeinwerk oder Wassernutzung, 1864

Beaucoup de mots liés à la monnaie ont pour origine le bâton de comptage

L’étymologie de beaucoup de mots liés à la monnaie vient des bâtons de comptage.

Pourquoi est-ce que l’on parle de « débiter » un compte, comme on débite un tronc ?

Pourquoi est-ce que l’on a une « souche » sur un chéquier ?

souche du chéquier de Charlie chaplin
Souche du chéquier de Charlie chaplin

En anglais, « souche » se dit « Stock ».… et donc créer un marché d’échange de souches, c’est le « Stock exchange« … la bourse !

L’actionnaire se dit en anglais: Stockholder, soit le détenteur de la souche !

Stock exchange

Le bâton de comptage a été traité de « chèque en bois » par les tenants de la monnaie métallique.

La « taille » un impôt dont le nom vient du bâton de comptage

Les bâtons de comptage étaient également utilisés pour les impôts.

En Angleterre, il existe encore des bâtons de comptage du 13ème siècle. Souvent le texte était écrit en latin, voir même en hébreux !!

Comme celui-ci:

« De Solomon fils d’Isaac, taille de 20’000 marks » avec le montant inscrit de ‘¾’ et daté de 1293-94.

Le mot « taille«  est le nom d’une forme d’impôt direct. (en anglais Tallage) On voit tout de suite que le nom de cet impôt provient du nom du bâton de comptage sur lequel on inscrit le paiement !

Ce bâton de comptage qui montre aussi l’acharnement des rois de l’époque à taxer plus lourdement les juifs….. C’est par ici pour en savoir plus…

La taille était un impôt très impopulaire, car il était arbitraire et les nobles et le clergé en était exemptés !

La malédiction du bâton de comptage sur ceux qui veulent le faire disparaitre

En 1694, un nouveau système arrive. C’est la création de la banque d’Angleterre. C’est une société privée qui va prêter au gouvernement £ 1,25 million. Une partie de cette sommes est prêté en or et une autre partie est enregistrée sur des bâtons de comptage. (A013/1)

Comme le remboursement tarde, ça arrange le gouvernement de ne pas rembourser. Les propriétaires de la banque d’Angleterre acceptent, en échange que la banque centrale reçoive le monopole de titrisation de cette dette en billet de banque. (En 1826 avec le Bank Charter Act)

Ainsi plus besoin de rembourser… et la banque centrale peut émettre des billets, faire tourner la planche à billet…

banque montreux

La rumeur dit que les banquiers aurait commencés à s’attaquer au système des bâtons de comptage, car ils étaient hors du contrôle de leur système bancaire.

Le système des bâtons de comptage était très populaire en Angleterre. Il a commencé avec le règne du roi Henri 1er au XIème siècle.

Les bâtons de comptage étant acceptés comme moyen de paiement pour les impôts royaux. Le système était largement répandu.

En 1834 le poste de « Caissier de l’échiquier«  (Teller of the Receipt of the Exchequer) a été supprimé. Marquant ainsi la fin du système de bâton de comptage en Angleterre.

Pour la petite histoire, l’échiquier, c’est un nom qui désigne, dans le duché de Normandie et en Angleterre, une sorte de « chambre des comptes« . Le nom vient du fait que les comptables de l’époque utilisaient un plateau avec un damier comme celui d’un jeu d’échec pour aligner des jetons et faire leur comptabilité. C’est un moyen très visuel et pragmatique pour faire des calculs. C’est plus simple que notre manière actuelle d’écrire sur du papier.

Le bureau du caissier supprimé… il a fallu brûler les bâtons de comptage… et là c’est le drame !

En 1834, le fourneau du palais de Westminster débordant de bâtons de comptage a mis le feu au palais entier. Provoquant un des plus grand incendie de Londres. Le peintre Turner en a fait un célèbre tableau.

incendie de Westminster par Turner

Un moyen de paiement low-tech qui assure une résilience à l’effondrement

De nos jours le bâton de comptage a disparu. Mais un jour, il reviendra peut être ?

Par exemple, en cas de coupure prolongée d’électricité, que deviennent nos comptes en banque ? Que deviennent les blockchains ?

Le bâton de comptage lui, ne craint pas le blackout électrique. Il fonctionne toujours. Souviens toi de ça…..

Remplacer tous les impôts par une micro-taxe sur les paiements électroniques c’est possible ?

En 2013, le financier Felix Bolliger a publié un pdf (ci-joint en allemand) qui lance l’idée de remplacer les impôts par une micro-taxe sur les transactions électroniques. (La mise à jour du document en 2019)

L’idée se précise, car une initiative populaire fédérale est en préparation pour demander au peuple Suisse son avis sur la question.

L’idée est simple, avec le prélèvement d’une miette sur le trafic de paiement il est possible de collecter une somme plus grande que la totalité des impôts payés en Suisse, et donc de les remplacer.

Fini la corvée de la déclaration d’impôt, les niches fiscales et les effets de seuils.

Attention, ce n’est pas la fameuse taxe Tobin. Cette dernière ne veut taxer que les transactions financières. La microtaxe dont on parle taxe tous les paiements électroniques. Donc aussi vos courses au supermarché ou un repas au restaurant, et aussi les retraits au bancomat pour éviter de se soustraire à la microtaxe.

Pour l’économie réelle et l’énorme majorité de la population, c’est une charge en moins.
Pour la finance, c’est moins bien. Mais la Suisse a tellement d’avantages dans ce domaine que toute cette branche économique ne disparaitra pas.

On va voir tout le détail ci dessous de ce projet de révolution de la fiscalité!

microtaxe-elections-federales-2019-democratie-directe-spiritualites-nature

CHF 100 000 milliards d’échanges annuel entre les banques en Suisse, vraiment ?

Pour avoir un ordre de grandeur du potentiel d’une microtaxe, Felix Bölliger a été voir les statistiques de la Banque Nationale Suisse sur le trafic interbancaire.

En 2012, il y a 95 000 milliards dans les échanges du SIC. (SIX Interbank Clearing)

Voici une vidéo qui explique le rôle du SIC, le réseau interbancaire qui connecte les banques entre-elles en Suisse pour assurer le trafic de paiement.


Les impôts cantonaux, communaux et fédéraux + les assurances maladie en 2011 avaient pour total CHF 170 milliards

Felix Bolliger conclu qu’un prélèvement de 2 pour mille suffit à remplacer les impôts. (soit 200 milliards pour remplacer 170 milliards)

La BNS modifie ses statistiques et supprime 60% du potentiel de la microtaxe !

Attention ⚠️ !

Depuis que Fellix Bölliger a lancé son idée et que le prof de Finance Marc Chesney l’a popularisée, la BNS a bidouillé ses statistiques !

Les statistiques actuelles de la BNS ont changées. Il n’y a plus 100 000 milliards par ans… mais 40 000 milliards !!

La justification indiquée est la suivante:

« 2013-01 A compter de janvier 2013, le nombre de transactions ne comprend plus les virements excédentaires et ne peut donc plus être comparé aux chiffres publiés jusqu’alors. »

Heu ?? ça veut dire quoi ?

La meilleure explication que j’ai trouvé s’explique par le déplacement du compteur de transaction.

Les transactions entre le compte des banques à la BNS et le même compte chez SIX n’est plus comptabilisé. Ce qui est logique, car juridiquement c’est le même compte !! C’est juste un moyen technique pour que la BNS puisse faire ses stats.

bns en travaux
La BNS en travaux… elle change ses pratiques…

Au delà du trafic interbancaire

Ci-dessus on ne parle que du trafic interbancaire. Mais pour tout ce qui reste dans la même banque, on n’en sais rien !! …. et c’est beaucoup plus gros !

Felix Bölliger s’est basé sur les stats de la BNS, car elles sont publiques. Mais beaucoup du trafic de paiement se fait à l’intérieur même des banques. Et là c’est opaque au possible.

Les banques commerciales ont le privilège de pouvoir créer de la monnaie, via le crédit bancaire. Elles publient leur bilan et leur comptabilité est contrôlée par un réviseur de compte. Mais en fait… beaucoup de choses restent très opaques dans la banque.

banque du miel

Qu’est-ce qu’il se passe entre deux bilans ? Le bilan n’est qu’une photo de la situation à un moment donné. Mais on peut imaginer qu’une banque se crée un matin CHF 1 milliards… joue avec en bourse, gagne quelques millions… et le soir rembourse le crédit. Ni vu ni connu ?

Il est sensé y avoir des mécanismes de contrôle interne aux banques. Mais on peut douter qu’un auto-contrôle fonctionne toujours…

L’expérience le montre avec l’affaire Kerviel. Il a réussi à frauder le contrôle interne de la banque en émettant de fausses informations. (bon, là paradoxalement, il créaient de fausses pertes pour masquer ses gains et passer sous le radar..)

Sinon, les banques sont aussi contrôlées par la FINMA, l’autorité de surveillance des banques. 🏦
.. oui mais…. Avec à sa tête un banquier anglais, ex cadre d’UBS…. c’est un peu au loup qu’on a donné la tâche de surveiller la bergerie !

Là aussi l’expérience le montre. En 2008 quand Crédit Suisse était en faillite avec un trou de CHF 10 milliards, Crédit Suisse a fait un crédit de CHF 10 milliards au Quatar pour que ce dernier comble le trou.

On appelle ça une opération de portage. Moi j’appelle ça, « me créer pour moi même CHF 10 milliards ». Et là… personne n’était au courant, sauf la FINMA.. et la FINMA a donné son feu vert !

Ce n’est que 5 ans après les faits que le Financial Times a révélé l’affaire !

cercle viceux credit

Donc on a actuellement aucune idée du trafic de paiement réel à l’intérieur d’une banque. Il y a potentiellement des parties cachées.

Mais on peut se faire une idées des montants en jeu avec la proportion des montants créés et gérés par les différentes entités.

Si les stats de la BNS donnent déjà le vertige, les montants gérés par les banques commerciales sont encore nettement plus énormes !

Le budget de la confédération Suisse tourne autour des CHF 70 milliards en 2019.

Le bilan de la BNS est de CHF ~800 milliards à fin 2018.

bns echaffaudage travaux

On estime que la somme au bilans des banques des substituts monétaires libellés en francs suisses CHF est d’environ le double du bilan de la BNS.
Soit CHF 1600 milliards. (l’estimation a été faite en 2015.. on est certainement plutôt à 2000… mais faut refaire ce long calcul)

On peut encore doubler tout ça pour avoir le montant libellé dans des devises autres que le francs Suisse.

Puis il y a tout ce qui est de la finance… les actions mais aussi, les contrats divers et variées sont aussi des formes de monnaies !

Pour ce faire une idée du montant colossale de tout ce qui est considérés comme « monnaie », par exemple les produits dérivés… cette visualisation sous forme de petits carrés fait très peur…..
La fortune d’un milliardaire n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan…

… et tout ça s’échange parfois plusieurs fois par années… voir par seconde !
Ce qui génère un montant de transaction totalement astronomique !

Ordre de grandeurs des actifs sous gestions dans les banques Suisses

Postfinance indique dans son rapport de gestion qu’elle traite un peu moins de 1 milliard de transactions par an. (avec CHF 113 milliards à son bilan réparti sur les 4.6 millions de comptes qu’elle gère)

Il y a 245 banques en Suisse 🇨🇭 en 2019.

Donc même si la BNS a changé ses statistiques et diminué de 60% le potentiel d’une microtaxe sur les paiements électroniques, ça ne change rien.

En fait si on applique aussi cette microtaxe sur les paiements entre les comptes d’une même banque, le potentiel est toujours là… et il est même beaucoup plus gros !

coffres safe banque numero

Quel est le potentiel d’une microtaxe sur les paiements électroniques ?

Pour les gens qui veulent calculer le potentiel d’une microtaxe sur les paiements électroniques, les stats de la BNS sur le trafic interbancaire (SIC) sont ici…

On voit qu’il y a en moyenne CHF 3 200 milliards / mois qui sont échangés. Ce qui nous donne un total annuel d’à peine moins de CHF 40 000 milliards par année.

A cela il faut ajouter tout le reste. Et là… on a très peu d’info. Mais tentons déjà de voir ce que l’on sait.

SIX qui est la société à qui la BNS a délégué la gestion du SIC. A aussi ses stats.

La bourse suisse est gérée par SIX. Ainsi on voit que pour ce qui concerne les transactions boursières on est dans l’ordre de grandeur de CHF 100 milliards par mois ( Soit un total de CHF 1361 milliards sur l’année 2018)

La taxe Tobin ne vise que les transactions financières, donc c’est juste ce potentiel là qu’elle aurait. La microtaxe sur les paiements électroniques vise plus large: tout paiement électronique.

Pour le trafic de transaction à l’interne des banques… aucune info supplémentaires pour le moment !!

C’est un point à creuser….

banque montreux

Financer un Revenu de Base Inconditionnel avec une microtaxe sur les paiements électroniques

En 2016, j’avais déjà fait une vidéo pour expliquer le financement du Revenu de Base Inconditionnel.

Dans cette vidéo j’avais déjà inclus l’idée d’une microtaxe de 0.05% sur les paiements électroniques qui permettait de récupérer CHF 50 milliards.

Avec ceci on peut clairement assurer un financement d’un revenu de base selon le modèle de financement mixte. (redistribution de la Valeur Ajoutée Nette des entreprises + microtaxe)

Pour voir juste la partie microtaxe de cette vidéo il est possible de commencer à 16min33…

La microtaxe sur les paiements électroniques dans le débat aux élections fédérales d’octobre 2019

La microtaxe sur les paiements électroniques s’est invitée dans le débat des élections fédérales 2019 via la liste Démocratie Directe SpiritualitéS & Nature, que l’on trouve dans les cantons de Vaud (listes 11) et Fribourg (listes 24). (Je suis personnellement candidat sur la liste vaudoise)

L’idée est de proposer une microtaxe de 0,1% sur les paiements électroniques, ceci afin d’avoir les moyens de faire une vraie démocratie.

On ne peut pas décider sans avoir les moyens de ses ambitions.

Voici un exemple de texte d’initiative pour une microtaxe sur les paiements électroniques.

La microtaxe n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois

Il faut quand même émettre une critique sur cette microtaxe sur les paiements électroniques.

Vouloir changer la manière de faire la redistribution de la monnaie ne s’attaque pas au vrai problème qui est lié à la monnaie.

monnaie minimoi

Une meilleure chose à faire c’est de vraiment reprendre le pouvoir de la création monétaire par le peuple pour le peuple. J’en parle déjà abondamment sur ce site 🙂

… et je propose aussi le Kong, une monnaie de singe 🐵 🐒 pour commencer direct à utiliser une monnaie plus vertueuse.

J’organise aussi régulièrement des parties du Jeu de la Monnaie, pour éveiller les gens à l’histoire de la monnaie, décoloniser leur imaginaire et proposer des alternatives.

Mais par les temps qui courent, peu de gens ont vraiment compris ce qu’est la monnaie et où est le problème.

Ainsi il est aussi intéressant de communiquer via cette idée de micro-taxe qui est beaucoup plus simple à comprendre.

Ce qui m’intéresse vraiment dans l’idée de remplacer les impôts par la micro-taxe sur les paiements électroniques, c’est que l’on va supprimer des impôts.

Là il y a encore moins de gens pour le comprendre, mais supprimer les impôts, c’est supprimer l’obligation d’utiliser une certaine forme de monnaie. Dès lors on peut commencer à librement utiliser des formes des monnaies alternatives plus vertueuses. (.. et du coup avoir beaucoup plus de moyens pour financer les infrastructures en commun et assurer la solidarité entre toutes et tous)

Si ce n’est pas fait je vous invite à lire mon article dans lequel j’explique en détail à quoi sert vraiment l’impôt. …. oui.. l’impôt sert à imposer l’utilisation de la monnaie !

piece 5CHF franc suisse confederatio helevetica
La seule monnaie qui appartient vraiment aux Suisse sont les pièces de monnaie

Conclusions

Il est possible de créer une microtaxe de 1 pour mille sur tous les paiements électroniques qui se font en Suisse, et ainsi être capable de remplacer TOUS les impôts. (TVA, impôts fédéraux, communaux, cantonaux, etc)

Une initiative populaire fédérale est en préparation pour mettre en place cette idées.

L’inconvénient pour moi de cette micro-taxe c’est de ne pas vraiment s’attaquer à la création monétaire. Mais en fait, avec son volet sur la suppression des impôts, elle le fait quand même !

Ceci, car le rôle des impôts est d’imposer l’utilisation d’une forme de monnaie. Avec la microtaxe sur les paiements électroniques, on se libère d’une bonne partie des impôts en place et ainsi on peut plus facilement utiliser des monnaies alternatives plus vertueuses.

A l’occasion des élections fédérales Suisse 🇨🇭d’octobre 2019. Les listes Démocraties Directe, SpiritualitéS et Nature font avancer l’idée de la microtaxe, donc sur Vaud et Fribourg vous pouvez votez pour ces listes (VD 11 et FR 24) pour faire avancer l’idée de la micro-taxe sur les paiements électroniques.

A quoi sert vraiment l’impôt ? C’est certainement pas ce que tu crois…

Dans cet article on va aller voir la véritable origine de l’impôt.

J’aime bien aller explorer le pourquoi des choses, l’intention qui est derrière les choses. Quelle est donc l’intention derrière l’impôt ? A quoi ça sert les impôts ?

Quand je pose la question, en générale, j’ai plein de réponses, mais rarement la bonne !

Quel est le rôle de l’impôt ?

Donc le principe de l’impôt, c’est que chaque personne doit donner à l’Etat une certaine quantité de monnaie. C’est obligatoire. Si une personne ne paie pas ses impôts elle encourt une sanction.

Lors de soirées Jeu de la Monnaie, je pose cette question, à quoi sert l’impôt ?

Voici les réponses que j’ai:

  • à financer des infrastructure en commun
  • à payer les fonctionnaires
  • à financer les écoles et les hôpitaux
  • à financer l’armée
  • à assurer une certaine redistribution sociale des richesses
  • à payer les services sociaux
  • etc…

Toutes ces réponses ne sont pas fausses, mais c’est très rare qu’on me donne la réponse que j’attends !

Toutes ces réponses sont le reflet de ce que la plupart des gens pensent être le rôle de l’Etat. J’en ai déjà parlé dans mon article sur le contractualisme.

Les gens de gauche voient l’impôt comme un moyen de redistribution de l’argent.

La véritable intention derrière l’impôt, c’est imposer…

Le nom impôt est clair pourtant, ça sert à imposer… mais imposer quoi ?

Voici donc la réponse que j’attends:

L’intention derrière l’impôt, c’est d’imposer l’utilisation d’une certaine monnaie.

Une croyance courante c’est que les humains ont besoin de monnaie pour s’organiser dans une économie. (étymologiquement: règles de la maison !)

Mais en fait les humains s’organisent très bien tout seuls avec du don et des reconnaissances de dette mutuelles.

Mais voilà que vers -700 à -600 suivant les endroits, une forme de monnaie a été inventée comme outils de domination. Comme outil pour une caste pour vivre sur le dos des autres. Cette forme de monnaie ne fonctionne que si on l’impose…. avec l’impôt !

banque police

Invention de la monnaie métallique et de l’impôt

Vers -700 à -600 simultanément en Chine, en Inde et en Lydie (Grèce antique) des « chef de gang » ont innovés et inventé une technique très efficace pour vivre sur le dos des autres.

C’est l’invention de la monnaie métallique, des pièces de monnaie.

frapper la monnaie celtes
En europe les pièces de monnaie sont « frappées ». Alors qu’en Inde elles sont poinçonnées et en Chine elles sont moulées.

Historiquement, il y avait des chefs de gang, des seigneurs (saigneurs !) locaux qui s’arrangeaient dans un système mafieux pour vivre sur le dos des autres:

Tu me donne une partie de ta récolte et je te massacre pas….. et mieux encore je te protège des autres gangs qui veulent te piquer ta récolte…

Vivre de razzia et racket c’est pas très efficace. Ça donne une mauvaise image et très souvent ça conduit à tuer les gens sur le dos des quels on aimerait vivre. Pas terrible.

C’est ainsi que la monnaie est un meilleur système.
Prenons un exemple tout à fait historique.

Le roi Crésus, allait (faire) chercher de l’électrum, un alliage d’or et d’argent, dans la rivière Pactole. Avec cet électrum il fabriquait des pièces de monnaie.

Pièce de monnaie du roi Crésus
Pièce de monnaie du roi Crésus

Ces pièces d’or vont lui permettre d’acheter la récolte des paysans. Voilà donc l’innovation majeure, acheter au lieu de piller….

Mais est-ce très différent ?

Non pas vraiment, car ces pièces de monnaie ne coûtent pas grand chose à Crésus. Juste le coût d’extraction de l’électrum et de frappe des pièces.

La différence entre la valeur nominale attribuée à une pièce et son coût de fabrication est appelée le seigneuriage.

C’est en bref, le pouvoir d’achat « gratuit » qui revient de droit au seigneur qui a le monopole d’émission de la monnaie.

Donc c’est pas très différent d’aller voler aux paysans leur récolte ou de l’acheter avec de la monnaie qu’on a eu gratuitement… pour le seigneur, ça ne coûte rien ! C’est gratuit !

Une économie de marché est-elle possible sans impôts ?

Donc notre ami Crésus se dit qu’il va être gentil, au lieu de réquisitionner chez ses sujets ce qu’il lui faut, il va acheter.

Mais il va acheter à qui ?

Est-ce qu’il y a un marché ? Est-ce qu’il y a des gens qui vendent ?

Et bien non… si tout le monde est autonome, que tout le monde vit de sa récolte et complète ses propres récoltes par des dons entre les habitants. Pourquoi avoir envie/besoin de vendre au seigneur ?

Tout le monde s’en fiche !

Donc Crésus l’a dans l’os. Pas de marché.. rien à acheter !

Il faut donc créer un marché ! Comment on fait ?

Et bien il faut mettre en place un impôt !

marche-aux-epices
Marché aux épices. Une économie de marché n’émerge pas tout seule.

Exemple du premier achat de récolte de blé

On va démontrer tout ça en racontant la petite histoire du premier achat de l’Histoire.

C’est l’histoire du soldat qui va acheter une récolte de blé à un paysan pour le compte de son seigneur:

« L’année dernière on a tué ton frère pour lui prendre sa récolte. Cette année tu as de la chance on a changé le système. On ne va pas te tuer, on va juste t’acheter ta récolte ! »

Mais le paysan à qui on fait cette proposition n’est pas d’accord.
La rondelle de métal qu’on lui propose ne se mange pas ! Alors que se récolte oui. Il refuse donc de se faire acheter sa récolte.

C’est là qu’intervient l’impôt.
Voici ce que répond au paysan le soldat chargé d’acheter la récolte:

« Tu veux pas te faire payer ? C’est dommage, car c’est ton seul moyen d’avoir de quoi payer l’impôt ! Oui oui..
En fait mon chef, le Seigneur dans son château, à la fin de l’année il va demander qu’on lui rende un certain nombre de rondelles. Si tu peux pas lui payer cet impôt, là on te met en prison.
T’as le choix ! »

Le paysan, accepte… sans en réaliser totalement les implications futures…

Voici donc l’origine de l’impôt. En effet, sans ce mécanisme, il y a des gens qui pourraient sortir du système. Décider qu’ils n’ont pas besoin de monnaie pour vivre.

Mais avec l’impôt, le seigneur impose l’utilisation de SA monnaie, qu’il peut obtenir quasi gratuitement.

champ de blé plaine areuse
« Avoir du blé« … signifie avoir de l’argent… mais au moins ça se mange !

L’économie de marché est une conséquence de la monnaie et de l’impôt

Notre ami paysan, premier vendeur de l’histoire est content. Il a réussi à se débarrasser des soldats sans avoir du verser une seule goutte de sang. Il a perdu une partie de sa récolte. Mais c’est pas grave. Il a reçu de l’or en échange…

Il garde ses pièces, d’or, déjà par ce qu’il ne sait pas quoi en faire. Mais surtout car il a compris qu’on allait lui en demander à la fin de l’année… combien ?? Bonne question…

Il apprendra que le seigneur va lui en demander bien plus que ce qu’il a reçu en échange de la vente de son blé.

Ainsi le paysan, si il ne veut pas finir en prison ou pire…. va devoir s’arranger pour trouver encore quelques pièces d’or.

Ça tombe bien, notre ami paysan n’est pas le seul à avoir reçu des pièces d’or. En effet le seigneur à aussi été faire des emplettes dans chez d’autres paysans, et même chez quelques rares artisans, notamment un forgeron pour acheter quelques épées. ⚔️ 🗡

(ouais, le seigneur local a besoin d’équiper quelques soldats pour être certain de contraindre les paysans à payer l’impôt !)

Ainsi le forgeron a pas mal de boulot, il va gagner plein d’argent et d’or en vendant des épées. Mais du coup il n’a plus le temps de s’occuper de son jardin et de faire à manger pour lui.

Heureusement notre amis forgeron dispose de plein de monnaie et peut acheter ce dont il a besoin pour vivre (de la nourriture !) chez d’autres paysans.

Ainsi notre amis paysan 1er vendeur de l’histoire va vendre un peu de blé au forgeron. Tout le monde est content. Le forgeron a de quoi manger et le paysan de quoi payer son impôt.

Le seigneur est aussi très heureux. Car ainsi il obtient gratuitement à manger et de quoi équiper son armée. C’était pas si simple de voler des armes, car les forgerons expérimentés qui font de bonnes armes c’est plutôt rare et c’est dommage de les tuer. Avec la monnaie il est beaucoup plus heureux !!

Vu que maintenant dans le village tout le monde vend des choses. Il est décidé d’organiser officiellement une place de marché. Les gens qui ont des choses à vendre peuvent venir tous les samedi matin sur la grand place pour exposer leur produits. C’est nettement plus efficace pour mettre en relation des vendeurs et des acheteurs.

Voilà, l’économie de marché est née.

place-de-marché-bibelots-à-Dakar
Biblots sur une place de marché à Dakar. Chacun vend ce qu’il peut pour « gagner sa vie » !

La monnaie un outil au service de l’expansion territoriale et technique

Le seigneur ayant vu que la place du marché se rempli bien il a décidé de mettre une taxe sur l’occupation d’un emplacement. Taxe payable uniquement dans sa monnaie. Génial une nouvelle forme d’impôt !

Du coup, pour encaisser les taxes et faire pression sur ceux qui rechignent à payer. Le seigneur (toujours plus saigneur…) a besoin de quelques soldats de plus dans son armée.

Il va donc pouvoir engager quelques soldats de plus grâce à son pouvoir de seigneuriage.

Progrès technique et concurrence : la spécialisation

Les nouveaux soldats du seigneur devront être équipés d’armes. Ce qui va donner encore du boulot au forgeron du village.

Notre ami forgeron occupe déjà tout son temps à fabriquer des épées, mais aussi des armures. Ainsi il cherche et trouve des techniques pour gagner du temps et améliorer son efficacité.

Il va aussi engager un apprenti pour l’aider et lui apprendre le métier.

Son voisin d’en face, même si il n’est pas forgeron chevronné, se dit qu’il y a du fric à se faire, donc il se met aussi à son compte comme forgeron….

La concurrence dans un marché libre est inventée.

economiste monnaie neutre
Extrait de la BD Economix, qui raconte très bien l’histoire de l’économie. Et montre bien que les économistes, comme ici Ricardo, ont toujours simplifié la monnaie et l’on vue comme neutre alors que c’est elle qui génère les dynamiques principales !

Plus tard des corporations, avec des maitres, des compagnons et des apprentis se formerons pour contrôler et réguler le marché. Des écoles seront crées, la corporation deviendra une personne morale…. mais tout ceci est une musique d’avenir…

Tout comme le fait que le forgeron va fabriquer des épées, puis d’autres armes, et on va passer de l’arme blanche à la poudre à canon, puis des armes à feux aux fusées 🚀… (pour les missiles…)

Ainsi ici, le forgeron 🔨 est le premier employé de l’industrie de l’armement... et l’astronaute 👩‍🚀 en est toujours un… la conquête de la lune 🌔 s’est faite par des militaires…

Je te laisse méditer sur l’intention derrière le progrès technique…..
besoin de fric… et financement de l’industrie de la mort…. 💀

Besoin de croissance infinie…..

Armée professionnelle

Revenons à notre seigneur qui est très content d’avoir plusieurs marchands d’armes à disposition pour équiper son armée.

Historiquement, ce n’était pas simple d’avoir une armée. Il n’y avait que des « nobles », le chef de gang, sa famille et quelques compagnons (étymologie du titre de noblesse « comte ») qui avaient le temps de s’entrainer au maniement des armes.

Donc ça donne une armée, forte, mais très très petite en nombre.

Il y avait aussi parfois des armées composées de paysans. Donc en grand nombre, mais sans vraies armes, et sans entrainement.

L’invention de la monnaie, permet de payer de gens pour ne devenir que soldat: des mercenaires.

Le mot salaire vient du latin salarium, qui désigne justement le sel donné aux soldats en payement de leur service.

Les soldats deviennent les premiers salariés de l’histoire.

… et quand on a une grande armée, il se passe quoi ?

vote bataille sans violence
Légionnaires romains. Les premiers salariés de l’Histoire.

Expansion territoriale, naissance des empires

Quand un seigneur dispose d’une grande armée, il est vite tenté d’aller imposer sa monnaie sur un territoire un peu plus grand.

Avant la monnaie, c’était dur, notamment pour les raisons évoquées ci-dessus, l’armée était trop petite ou trop mal entrainée.

Mais aussi car les systèmes économique utilisés, des reconnaissances de dettes mutuelles, impliquaient d’être intégré dans un tissus social.

Or, le soldat en territoire ennemi qui massacre tout le monde n’est pas très bien intégré dans un tissus social.

De plus, plus la conquête avance, plus faire venir de la nourriture depuis le château du seigneur est de plus en plus compliqué. Ainsi les anciennes conquêtes étaient limitée en distance. Mais la possibilité d’acheter la nourriture sur place, permet une expansion territoriale énorme.

Le processus devient simple:

  • conquérir un territoire avec une armée professionnelle
  • mettre en place l’obligation de payer un impôt
  • acheter tout ce dont tu as besoin avec des pièces de monnaie

Ainsi on obtient de nouvelles ressources qui vont étendre le territoire du seigneur.

La notion d’empire est inventée.

Empire d'Alexandre de le Grand, avec le tracé de son parcours de conquête
Empire d’Alexandre de le Grand, avec le tracé de son parcours de conquête

Un des exemples les plus emblématique est celui d‘Alexandre le grand. Un prince Macédonien qui a passé sa courte vie à conquérir des territoires et les soumettre à l’impôts de son empire.

Pièce de monnaie en or d'Alexandre le Grand
Pièce de monnaie en or d’Alexandre le Grand

Les premières pièces de monnaie trouvée en Suisse étaient des pièces de monnaie à l’effigie de Philippe II de Macédoine. Le père d’Alexandre le Grand.

Minage et esclavage

Le pouvoir de seigneuriage a permis à notre petit seigneur d’acheter quasi gratuitement tout ce qu’il lui faut pour vivre et pour financer son armée et ainsi devenir empereur.

Marchand d’arme est devenu la profession la plus lucrative dans un empire en expansion.

Mais qui dit expansion des achats, dit aussi expansion des paiements et donc des pièces d’or et d’argent !

D’où vient tout ce métal précieux utilisé pour faire des pièces de monnaie ?

lingot d'or BCN
Lingot d’or

Et bien la rivière Pactole dont nous avons parlé plus haut disposait de ressource en alliage électrum facile à obtenir.

Mais avec le temps, c’est devenu toujours plus dur. Le pouvoir de seigneuriage est devenu plus faible. Et si en plus il faut payer des gens pour aller cherche de l’or et de l’argent, ça diminue le pouvoir de seigneuriage.

Ainsi la solution trouvée pour assurer une grande création monétaire et un grand seigneuriage, c’est l’esclavage.

En effet, que faire de tous les gens qui ne paient pas les impôts ?

La prison ça coûte cher. La mort c’est pas très efficace. Ainsi l’esclavage pour aller chercher des métaux précieux, c’est nettement mieux.

Après l’orpaillage dans les rivières, c’est l’industrie minière qui a débutée.

Donc on ajoute au processus de conquête, une phase de prélèvement de quelques esclaves qu’on va mettre avec les gens qui n’ont pas réussi à payer leurs impôts.

Pour avoir un ordre de grandeur de l’esclavage pratiqué on sait que 20 000 esclaves sont sont échappés en -413 des mines d’argent du Laurion grec, selon Thucydide, dans Histoire de la guerre du Péloponnèse, VII, 27.

piece-de-monnaie-argent-1200px-Silver_tetradrachm_Athens_new_style_reverse
Pièce de monnaie Athénienne en Argent. Cet argent provenait généralement des mines d’argent du Laurion.

L’expansion d’un empire dépend donc directement de sa capacité à produire de la monnaie.

Une autre source de métal possible était aussi toutes les statues et idoles religieuses qui se trouvaient dans les temples. Beaucoup ont été recyclées en pièces de monnaie.

Les empires ayant une monnaie basée sur le bronze et le fer (en Chine) ont eu plus de facilité à s’étendre que les empires avec une monnaie basée sur l’or et l’argent (Grèce).

Sources historiques sur l’histoire des impôts

Cette jolie histoire est sympathique. Mais est-ce qu’on a la preuve que ça s’est passé ainsi. J’ai jamais entendu ça dans mes bouquins d’histoire, ni dans mes bouquins d’économie !!

En effet, l’histoire de la monnaie est très méconnue. Et pourtant elle influence toujours nos vies.

Personnellement, c’est surtout le livre de l’anthropologue David Graeber: Dette 5000 ans d’histoire qui m’a permis de découvrir l’histoire de la monnaie. Voici mon résumé de ce magnifique livre.

Voici quelques extraits de ce livre et les références vers les sources historiques pour appuyer cette version méconnue de l’histoire.

dette-5000-ans-dhistoire-graeber

L’impôt permet aux états (et leur souverain) de supplanter les systèmes économiques précédents

« Au fil de l’histoire, la raison la plus fréquente de s’endetter a toujours été la nécessité de réunir les sommes nécessaires pour payer l’impôt. »

« En décrétant que seules leurs propres pièces seraient acceptables pour régler les redevances, les amendes et les impôts, les Etats ont réussi à submerger les innombrables monnaies sociales qui existaient sur leur territoires et à instaurer une sort de marché national unifié. »
D.Graeber

Chapitre 9: l’âge axial (p277 de Dette 5000 ans d’histoire)

Les souverains de l’antiquité se sont beaucoup intéressés aux liens entre monnaie, armée, esclaves et impôts

Aux quatre coins du monde la caste des gens qui avaient envie de vivre sur le dos des autres ont beaucoup étudié la monnaie et comment la mettre en place à leur profit.

« Il suffit de jeter un coup d’œil au traité de Kautilya, l’Arthasastra, au « cercle de souveraineté » sassanide ou au Discours sur le sel et le fer chinois pour constater que la plupart des monarques antiques passaient beaucoup de temps à réfléchir sur la relation entre mines, soldats, impôts et denrées alimentaires.

Presque tous ont conclu que créer des marchés n’était pas seulement commode pour nourrir les soldats, mais utile à bien d’autres fins : les gouvernants n’auraient plus à réquisitionner directement chez leurs sujets tout ce qu’il leur fallait, ou à trouver comment le produire sur les domaines ou dans les ateliers royaux. »

Extrait de: David Graeber. « Dette : 5000 ans d’histoire (Les Liens Qui Libèrent) (French Edition). » iBooks. p107…. mais p64 de mon édition papier»

monnaie_dollars_renminbi_yuan
Il n’y a pas que les souverains de l’antiquité, de nos jours encore la monnaie est une arme de domination au profit de celui qui la crée…

Exemple de mise en place de l’impôt colonial à Madagascar pour soumettre les habitants de l’île

Un exemple de mise en « esclavage civilisé par le marché » avec la colonisation de Madagascar par les français.

« C’était particulièrement fréquent dans le monde colonial. Revenons un instant à Madagascar : j’ai déjà signalé qu’une des premières initiatives du général français Gallieni, quand il a achevé la conquête de l’île en 1901, a été d’imposer un impôt personnel. Il était très élevé, mais aussi payable «uniquement en francs malgaches, la monnaie qu’on venait d’émettre. Bref, Gallieni a bel et bien imprimé de la monnaie, puis exigé que tous les habitants du pays lui en rendent un peu. »

« Mais le plus frappant a été le vocabulaire dont il s’est servi pour décrire cette capitation. Il l’a appelée l’« impôt moralisateur ». Autrement dit, cette fiscalité visait – pour adopter le langage de l’époque – à inculquer aux indigènes la valeur du travail. »

« On pourrait ne voir dans l’ensemble du projet qu’un mécanisme cynique pour soutirer à la paysannerie une main-d’œuvre bon marché, et c’était bien le but […]»

La suite de cette phrase que j’ai tronquée explique que le second but, c’est de créer de nouvelles habitudes de « luxe » qui rendrait dépendante Madagascar pendant longtemps de la France…

Extrait de: David Graeber. « Dette : 5000 ans d’histoire (Les Liens Qui Libèrent) (French Edition). » iBooks. p107  »

La Françagrique est une longue tradition. La colonisation continue, notamment à travers le Franc CFA, monnaie africaine contrôlée par la France.

Histoire de la monnaie en vidéo: l’invention de la monnaie métallique et de l’impôt

La monnaie métallique n’est qu’un des nombreux épisodes de l’histoire de la monnaie, si tu veux en savoir plus je peux encore t’en raconter beaucoup. Mais sur un autre article, et même en vidéo:

Voici l’épisode 4 de ma série sur l’histoire de la monnaie. C’est l’épisode dans lequel j’y évoque l’origine de la monnaie métallique et de l’impôt:

Rôle de l’impôt de nos jours

Ainsi maintenant tu connais l’histoire. Tu connais l’origine de l’impôt. Tu sais que l’impôt n’est qu’un outil pour imposer l’utilisation d’une monnaie dont personne ne veut.

Depuis l’époque de l’invention de la monnaie métallique, 2700 ans se sont écoulé. La situation à un peu évolué, mais pas tant que ça !

Bref résumé de 2700 ans d’histoire

  • Grâce à l’utilisation de monnaie et de l’impôt des petits seigneurs locaux sont devenus de grands empereurs.
  • La monnaie s’est répandue partout. Le monde entier à été converti à l’utilisation de monnaie centralisée. Les moyens de règlements de dette et de comptabilité mutuelle ont été éradiqués, tellement la pression à « gagner sa vie » avec de la monnaie imposée est forte.
  • En vendant à tous les camps les marchands d’armes sont devenus plus riches que les seigneurs qui les engagent.
  • Les seigneurs ruinés se sont endettés auprès de riches marchants (d’armes…) pour continuer à faire la guerre.
  • Les créanciers des seigneurs ont acceptés de différer quasi à l’infini le remboursement de la dette, en échange du monopole donné par l’Etat de titriser la dette sous forme de billet de banque => la notion de banque centrale est née.
  • Les marchands sont devenus plus forts que les Etats. Grâce à la dette infinie, ils peuvent créer des quantités infinies de billets de banques.
  • La technique s’améliore toujours pour être plus efficace que la concurrence et ainsi obtenir plus facilement de la monnaie.
  • Un grand saut technique est franchi lors de la révolution industrielle qui permet d’exploiter l’énergie fossile plutôt que la force musculaire des esclaves.
  • Les infrastructures de la révolution industrielle coûtant très cher, (aciéries, train, navires, usines, etc…) les banques commerciales ont été inventées pour fournir tout de suite, un crédit en monnaie scripturale à rembourser plus tard.
  • Les banques commerciales ont pris le dessus de la création monétaire.
  • Les Etats ne font plus rien avec leur seigneuriage. (si il en reste un ! … En suisse c’est le cas. L’Etat émet les pièces de monnaie, mais en France c’est la banque centrale qui le fait. L’Etat n’a donc plus rien !)
  • Les Etats ont conservé la notion d’impôt. Mais le circuit ne leur profitent plus.
  • Les Etats se financent via l’impôt, mais aussi via le crédit bancaire.
  • Les banques commerciales sont les grandes gagnantes.
  • Les cryptomonnaies et Monnaie Locale Complémentaire sont inventées, mais ne servent pas à payer les impôts… vont elles prendre ?
banque montreux
Les banques commerciales créent la majorité de la monnaie de nos jours

L’Etat a augmenté ses dépenses et ne les finances plus par la création monétaire !

De nos jours la situation est beaucoup plus complexe. L’Etat a augmenté son train de vie, surtout depuis qu’il sert à autre chose que financer une armée.

L’impôt est utilisé pour financer le train de vie de l’Etat. (Armée, fonctionnaire, écoles, hôpitaux, subvention à l’économie, services sociaux, protection de l’environnement, etc..)

Propagande pro-achat d'avion de combat Gripen qui montre que le budget militaire est minime dans la répartition des impôts
Propagande pro-achat d’avion de combat Gripen qui montre que le budget militaire est minime dans la répartition des impôts

L’Etat impose toujours l’utilisation d’une monnaie en particulier, mais les citoyens ne peuvent plus payer les impôts avec la monnaie de l’Etat !

(Bon, techniquement, il est toujours possible de faire un versement en pièces de monnaie à un guichet de poste. Mais ensuite l’Etat va récupérer de la monnaie scripturale, soit des substituts monétaires sur un compte en banque…)

Conclusion, l’Etat a augmenté ses dépenses et ne les finances plus par la création monétaire.

Donc l’Etat dépend des banques commerciales.

Ainsi on comprend pourquoi personne ne répond juste à ma question « à quoi sert l’impôt ». Tout le monde a l’habitude de la situation actuelle. Peu de gens connaissent l’intention de base de l’impôt.

Cependant cette fonction d’imposer l’utilisation d’une forme de monnaie existe toujours.

Les différentes formes d’impôts de nos jours

Si l’on considère qu’un impôt est ce qui impose l’utilisation d’une forme de monnaie, alors quelles sont les impôts existants de nos jours ?

Si je prend mon cas en Suisse. J’ai trouvé les impôts suivant:

  • impôt sur le revenu (communal, cantonal, et fédéral)
  • impôt sur la fortune (communal, cantonal et fédéral)
  • TVA (à chaque achat on paye l’utilisation de la monnaie !! L’acheteur pourrait acheter dans une autres monnaie, mais le vendeur lui doit payer la TVA dans la monnaie officielle)
  • redevance radio-TV
  • impôt anticipé (prélèvement à la source de 35% des gains en capitaux sur les compte bancaires pour inciter les gens à déclarer leur compte aux autorités fiscales)
  • Assurance maladie (Cette assurance est obligatoire et les assurances n’acceptent pas, à priori qu’on les paie en autre monnaie que le CHF )
  • Assurance ménage (éventuellement Responsabilité Civile car c’est très fortement conseillé)
  • Taxe déchet suivant les lieux… 
  • Taxe foncière suivant les lieux (les cantons de ZH, SZ, GL, ZG, SO, BL et AG ne pratiquent pas)
  • Valeur locative, même un propriétaire paye en impôt la valeur estimée d’un revenu si il avait loué son immeuble !!
  • les diverses taxes incitatives.… (Alcool, tabac, carburant, chauffage, autoroute, chien, etc..)  Il suffit de suivre l’incitation.. on est moins libre d’un côté.. mais de l’autre oui !
  • (la taxe d’habitation française, n’existe pas sous cette forme en suisse)
  • (La taxe professionnelle française n’existe pas en suisse)

Pour tous savoir sur le système fiscal suisse et sur les impôts existant en Suisse au niveau cantonal, communal et fédéral, voici le tout réuni dans un document pdf…

Voici le portail des impôts français, histoire de comparer…

billet franc suisse mille impots

La Suisse est probablement le seul pays au monde où les gens votent massivement pour être imposés !

Le système Suisse fait que l’on vote régulièrement, environ tous les 3 mois sur divers sujets.

En mars 2018, un des sujets soumis en votation demandait en substance:

  • est-ce que vous voulez toujours la TVA ?
  • est-ce que vous voulez toujours des impôts fédéraux ?

En Suisse, l’impôt fédéral et la TVA sont inscrits dans la constitution de manière provisoire. Ainsi tous les 15 ans le peuple doit dire si il veut toujours de ces impôts ou pas.

Ce « Nouveau régime financier 2021 » a été accepté par 84% des votants.

Ce qui m’étonne c’est qu’il n’y a pratiquement eu aucun débat sur le sujet ! Le parlement était à l’unanimité pour ces impôts !
L’immense majorité des partis étaient pour.

Aucun débat public n’a eu lieu ! C’est quand même incroyable !

PLR est pour les impôts.
regime financier et no billag votation suisse mars 2018
Le PLR est pour les impôts malgré ce qu’il dit à longueur d’année !

Ceci alors qu’à longueur d’année les partis de droites comme le PLR tapent sur les impôts trop élevés…

… et les partis de gauche comme le POP tapent sur la TVA, cet impôt injuste qui frappent tout le monde de la même manière que l’on soit riche ou pauvre.

Mais là, POP et PLR ont recommandé de reconduire ces impôts !! Incroyable!

4 mars 2018 régime financier et no billag
POP est pour le TV
Le POP est pour la TVA, même si il tape dessus régulièrement en disant que c’est un impôt injuste

Mais il faut préciser quand même que le même jour il y avait un autre sujet de votation qui a fait grand bruit. Probablement une des votations qui a fait le plus de débat ces dernières années.

C’était la votation sur l’initiative « no billag » qui proposait de supprimer la redevance Radio TV.

Evidemment, les journalistes (surtout ceux dont le jobs dépend directement du résultat de la votation) ont beaucoup plus parlé de cette votation et organisé de nombreux débats.

Alors que fondamentalement, si l’on regarde les montants en jeu. La décision à propos de la redevance radio-TV est beaucoup moins importante.

proportion des montants en jeux votation 4 mars 2018 impôt ifd tva et billag

Bref, le même jour, le 4 mars 2018, les Suisses on voté avec une très large majorité pour la continuité de 3 formes d’impôts différentes qui vont les piéger encore longtemps dans un système monétaire précis.

… et 3 mois plus tard, les mêmes ont refusé l’initiative monnaie pleine qui proposait de crée de la monnaie sans dette et de donner la possibilité de la distribuer aux personnes directement.

Ainsi la majorité des Suisse, probablement par ignorance, plébiscitent un système monétaire qui leur est majoritairement défavorable !

L’impôt empêche les systèmes économiques alternatifs

Il y a des nombreuses personnes qui aimeraient changer de système économique.

Il y a des gens qui aimeraient utiliser des monnaies plus vertueuses. Notamment les gens qui crées des Monnaies Locales Complémentaires.

Il y a les gens qui aimeraient vivre sans argent. 💰

Mais voilà, que ça ne marche pas. Ça ne prend pas. Il y a toujours l’impôt pour obliger à utiliser la monnaie officielle.

J’ai participé en 2018 aux rencontres des Monnaies Locales Complémentaires de France et 10 jours après à l’équivalent de Suisse.

Chaque fois c’est le même discours, il faut investir massivement pour inciter les gens à utiliser les Monnaies Locales Complémentaires, et ça ne marche pas….

monnaie locale complementaire

J’ai organisé à chaque fois une partie du Jeu de la Monnaie. Donc il n’y a que des fans des Monnaies Locales Complémentaires, des gens qui se battent pour les faire utiliser.

Quand on introduit une MLC dans le jeu de la monnaie, et bien les fervents défenseurs des Monnaies Locales Complémentaires ne sont pas très intéressés par celle-ci….

Je veux pas des tes cacahuètes 🥜, une monnaie de singe 🐵 J’ai un crédit à rembourser et des impôts à payer dans une autres monnaie. C’est déjà assez dur comme ça…

Voilà on a tout résumé.

Ainsi pour faire fonctionner une économie autrement. Il ne suffit pas de proposer des monnaies alternatives (Ça me fait penser aux inconditionnels de la monnaie libre Ğ1 qui pensent que tout va se résoudre en utilisant cette monnaie !)

Il faut également réduire, voir supprimer sa dépendance à des monnaies prédatrices qui permettent à une caste de vivre sur le dos des autres en profitant de leur pouvoir de seigneuriage.

Ceci peut se faire, soit en échappant le plus possible aux impôts, soit en permettant de payer des impôts dans des monnaies moins prédatrices.

Les créateurs de Monnaies Locales Complémentaires devraient penser à ça.

farinet
Des Farinets. La monnaie locale valaisanne.

Conclusions

On a donc vu dans cet article, que l’intention première de l’impôt, c’est d’imposer une forme de monnaie dont personne ne veut sauf le seigneur (saigneur) qui en a le monopole d’émission et qui profite de son pouvoir de seigneuriage pour vivre sur le dos des autres.

On a vu que ce système monnaie métallique + impôts génère la création d’une économie de marché, ainsi que la concurrence entre les personnes pour gagner plus d’argent et ainsi tenter de se libérer au maximum de l’impôt.

Une autre conséquence d’avoir à « gagner sa vie » sous la forme de « gagner de la monnaie » pour payer les impôts, c’est que l’on favorise le progrès technique, la recherche de l’efficacité par le progrès technique.

On peut se poser la question de savoir si notre civilisation serait autant « avancée » sur le plan technique si on avait eu un autre type de monnaie ?

monopoly maison
Le but du jeu du monopoly est de faire gagner une seule personne. Peu importe qui sont les joueurs, des escrocs ou des moines vertueux….. ainsi changeons le système.

Encore une autre conséquence de ce système monétaire de type jeton-valeur métallique et non de reconnaissance de dettes mutuelle dans une communauté de confiance, c’est le fait qu’il est très efficace pour favoriser la création d’une armée efficace. Ceci d’autant plus que la course à la technique et l’économie de marché avec des acteurs en concurrence va d’autant plus favoriser la création de nouvelles armes plus efficaces.

Il n’est donc pas étonnant de voir que le moment de l’invention du système monnaie métallique + impôt est le moment de l’émergence de grands empires basé sur l’expansion guerrière.

Le grand public et même les soi-disants spécialistes de la monnaie et de l’économie, ne connaissent pas la véritable origine de l’impôt. (ainsi te voilà maintenant plus au courant que 90% des économistes !)

C’est pour cette raison que le peuple vote quasi systématiquement contre ses intérêts dans les votations sur ce genre de sujets.

J’espère ainsi contribuer la moindre à une meilleure compréhension du sujet des impôts et de la monnaie et faire émerger un système qui me semble plus juste et qui ne nécessite pas d’impôt !
… même pour réaliser les tâches que l’on attribue généralement à l’Etat..

Si tu veux en savoir plus c’est par ici… Il s’agit du kong, une nouvelle monnaie de singe… 🐵 C’est du low-tech basé sur des carnets où l’on pratique une comptabilité, on sécurise le tout avec des signatures croisées comme pour un contrat.

Et chaque mois, chaque personne reçoit son revenu de base. Pas besoin de banquier, ni de saigneur, pour faire la monnaie….

Tout est possible, garde l’esprit ouvert !

Histoire de la monnaie (et des systèmes économiques) en vidéo

Je me suis lancé dans une série d’épisodes qui racontent l’histoire de la monnaie et des systèmes économiques.

Voici donc le début de cette série qui est publiée en partie sur la chaine youtube d’un copain…. et en partie sur la mienne.

Tu peux t’abonner à la playlist « Histoire de la monnaie » pour voir tous les épisodes dans l’ordre….

Episode 1: histoire de la monnaie et des systèmes économique: la chronologie

Ici je fais une intro pour expliquer de quoi on va parler. Un bref résumé de 5000 ans d’histoire….

Comment est-ce que les humains s’organisent pour vivre en communauté ?

Quelle est l’origine du mot économie ?  D’où vient la monnaie ? à quelle moment ça émerge ?

Episode 2: le don dans une communauté de confiance

Quel est le premier système économique qui émerge quand il n’y a rien ?
Voici une proposition basée sur le travail d’anthropologues et sur les constatations du Jeu de la Monnaie.

Episode 3: origine de la monnaie scripturale

Ici on découvre que contrairement à une idée bien répandue, la monnaie scripturale (donc écrite) est très ancienne. On a pas besoin d’ordinateur, un simple pour de bois suffit pour faire une reconnaissance de dette hautement sécurisée.

On va parler des summériens et de leur tablette d’argile..

Voici également une vidéo que j’ai spécialement conçue pour expliquer le fonctionnement des bâtons de comptage. C’est un système qui a fonctionné pendant des siècles et qui était encore dans le code civil français jusqu’en 2016 comme moyen officiel de comptabilité. Mais il semble qu’il est sorti des mémoires depuis bien longtemps.

En anglais on parle des Tally stick, en allemand de « Tesseln »

Voici encore un article complet à propos des bâtons de comptage, pour bien comprendre ce moyen d’enregistrement de paiement et de contrat très intéressant… mais apparemment complètement oublié !

Episode 4 : origine de la monnaie métallique et ses conséquences

Voici la véritable origine de l’impôt. Non, c’est pas du tout pour financer des infrastructures ni pour redistribuer les richesses. C’est juste une composante fondamentale du système monétaire…..  un système « esclavagiste » sans violence physique qui permet à une élite de vivre sur le dos des autres… à un seigneur de vivre de son seigneuriage.

frapper la monnaie celtes

Episode 5 : les banques centrales

Conséquences de la création de la monnaie (+ impôts) par un seigneur , c’est l’émergence d’une économie de marché. Les gens sont obligés de gagner de la monnaie pour payer leur impôts.

Le seigneur, de son côté va utiliser son pouvoir de seigneuriage issu de la création de monnaie pour acheter de quoi améliorer son armée et élargir son pouvoir sur d’autres malheureux.

Les marchands d’armes sont donc les privilégiés du système. Ils reçoivent beaucoup d’argent. Ainsi eux aussi deviennent puissants.

Au point que la conséquence de la création de la monnaie métallique au profit d’un seigneur, c’est de faire émerger une classe de commerçants qui eux aussi veulent leur part du pouvoir.

C’est ce qui arrivera avec la création des banques centrales.

La banque centrale est l’association entre des riches marchands et l’Etat. Tout en gardant son monopole sur la création de monnaie, sa part du pouvoir, l’Etat donne le monopole de la création d’un autre type de monnaie à une banque centrale. C’est ainsi que les banques centrales obtiennent le droit de « titriser » une dette pour la rendre liquide sous forme de billets de banque.

En complémenta voir aussi la vidéo de Henri Guillemin à propos de la création de la banque de France.

Une banque privée initiée par un groupe de banquiers (notamment le banquier Suisse Jean-Frédéric Perregaux.. Neuchâtelois.. comme moi !). Napoléon acceptera la proposition de la création de cette banque, en deviendra actionnaire et donnera le monopole d’émission de papier monnaie à la banque de France.

BNS Banque Nationale Suisse- Schweizerische Nationalbank.JPG

Episode 6 : les banques commerciales

Essors de l’économie de marché et industrialisation

Avec le temps l’économie de marché se développe bien. Le capitalisme prend son essors. L’industrie grandit elle aussi et demande de plus en plus de capitaux pour créer de grands projets. Pour créer une grosse usine, il faut beaucoup d’argent tout de suite pour pouvoir produire plus tard ce qui permettra de rentabiliser l’investissement. (avec un bénéfice pour les actionnaires qui ont pris le risque de donner de l’argent au début sans savoir si ils allaient vraiment être remboursé.)

Pour avoir des capitaux liquides tout de suite il y a plusieurs méthodes:

  • On peut trouver un gros investisseur qui va nous prêter de quoi démarrer en échange d’une part du gâteau… et très souvent d’un bout du contrôle de l’entreprise.
  • On peut vendre des bouts d’entreprises à beaucoup de monde sous forme d‘actions cotées en bourse.
  • On peut demander un crédit à un banquier et lui rembourser une fois la production vendue.

Ainsi la finance se développe sous diverses formes.

Le banquier privé

Au début un banquier n’est qu’une personne qui a beaucoup d’argent et qui le prête pour des projets et demande une commission et/ou une part du bénéfice en retour. Tout comme quand je prête mon vélo, je ne peux pas l’utiliser tant que je l’ai prêté !

C’est ce que font les banquiers privés. Il ne reste en 2019 que 5 banquiers privés en Suisse. (chaque année il y en a moins !!) Ce sont en fait des gestionnaires de fortune.

La banque commerciale

La banque commerciale est très différente du banquier privé. Il y a 248 banques commerciales en Suisse en 2019.

L’activité principale d’une banque commerciale est de faire des crédits. Elle finance l’économie en proposant de la monnaie tout de suite pour un projet particulier. Le débiteur va rendre cette monnaie plus tard avec un montant supplémentaire sous forme d’intérêt pour rémunérer la banque commerciale.

A priori, pour le client, pas de différence avec la banque privée ou la banque commerciale. C’est là une source de confusion très courante. Mais du côté de la banque c’est très différent. En effet, une banque privée prête de l’argent, une banque commerciale fait un crédit.

kaspar_villiger_ubs

Le crédit bancaire est une création monétaire

Une banque commerciale n’a pas besoin d’avoir la monnaie qu’elle va fournir à son client. Une banque commerciale peut créer cette monnaie au moment de la signature du contrat avec son client.

En fait, elle crédite un montant sur le compte du client. Elle crée une reconnaissance de dette de la banque commerciale pour un certain montant. Cette reconnaissance de dette est acceptée comme moyen de payement.

C’est un nouveau type de monnaie. C’est de la monnaie scripturale bancaire. En Suisse le conseil fédéral appelle ce type de monnaie des Substituts monétaires.

Une nouvelle couche de pouvoir s’ajoute

La monnaie issue du crédit bancaire est une nouvelle forme de monnaie qui s’ajouter aux formes précédentes. On a donc aussi une nouvelle classe de personnes qui veulent leur part du pouvoir.

On a plusieurs couches:

  • La monnaie métallique qui est gérée par le seigneur, l’Etat. Garantie par le pouvoir coercitif des armes.
  • Les billets de banque (et la monnaie banque centrale) émis par une banque centrale qui a reçu le monopole sur ce type de monnaie par l’Etat.
  • La monnaie scripturale des banques commerciales. Ce droit de faire des crédits est octroyé à qui se conforme aux lois en la matière faites par l’Etat. Ces lois imposent aux banques commerciales d’avoir une réserve obligatoire. Cette réserve est un pourcentage des crédits octroyés (2.5% en Suisse, 1% dans l’UE et 0% en Angleterre !) que la banque commerciale doit avoir en monnaie banque centrale.
    Ainsi on s’assure que le pouvoir de la banque centrale n’est pas entamé !

Ainsi on voit que la banque commerciale est liée aux systèmes précédents, aux pouvoirs précédents.

Elle doit avoir des réserves dans une monnaie qu’elle ne crée pas elle même sinon ça remettrait en cause le pouvoir des banques centrales !

Le pouvoir de la banque commerciale est supérieur à celui de la banque centrale

… et là c’est pas si clair… Depuis quelques années, la banque centrale d’Angleterre dit que les banques centrales ne contrôle plus vraiment les banques commerciales.

Car la banque centrale ne contrôle pas la demande en crédit !!
Elle ne contrôle pas le principale robinet de création monétaire. Le banquier dans une banque commerciale choisi les projets qui méritent qu’on les finances ou non…  ainsi le banquier actuel a le pouvoir de créer le futur ! Souvient toi bien de ça !

… et finalement c’est la banque centrale qui doit suivre en créant de la monnaie et la « vendre » aux banques commerciales proportionnellement à leur crédits pour qu’elles puissent en mettre dans leur réserve afin de répondre à leurs obligations légales.

Ainsi la banque centrale ne contrôle plus sa masse monétaire. Elle ne fait que réagir en cascade. Elle ne contrôle plus que le taux directeur ce qui limite fortement son action…. tellement que ce taux est même devenu négatif !!.... preuve que ça ne marche plus !

C’est pour ça que des outils non conventionnels tels que le quantitative easying est utilisé pour tenter de sauver le système…

Episode 7 : expériences du 20ème siècle

Dans cet épisode nous nous attarderons sur quelques expériences monétaires du 20ème siècles.

Episode 8 : les Monnaies Locales Complémentaires

A force de voir une économie mondialisée qui ne profite plus qu’aux grosses entreprises multinationales, les partisans des circuits courts et de la promotion de l’économie locale ont inventé des Monnaies Locales Complémentaires dont le but principal est de dynamiser l’économie locale

Ces monnaies sont généralement nanties, (cautionnées, garanties) par leur équivalent en monnaie bancaires sur un compte. Par exemple pour avoir 10 Farinet, je dois donner CHF 10.- . 

Mes Farinet ne sont valables que dans quelques commerces en Valais.

On voit très bien que ce mécanisme bride totalement les Monnaies Locales Complémentaires. Elles sont totalement liées au pouvoir des banques commerciales et leur donnent encore plus de pouvoir quand on mets le nantissement sur un compte en banque !

La loi Française oblige à faire du nantissement sur un compte en banque et de ne pas y toucher.
La loi Suisse.. est floue… la FINMA est en train de voir que faire des MLC…

La Banco Palmas a intelligemment utilisé le fait qu’on double la masse monétaire (nantissement + monnaie locale en circulation), pour construire une école en dynamisant une économie locale et en gardant une grande partie du don qui a été fait pour ce projet…..

L’outils de création monétaire est puissant quand on ne l’entrave pas !!

Voici un article que j’ai écrit à propos du cadre légal encore très flou des Monnaie Locale Complémentaire Suisse… (comme le Farinet et le Léman par exemple…)

farinet

Episode 9 : les Cryptomonnaies

…. Avec la création du bitcoin juste après la crise des subprimes et la grande crise financière de 2008, on voit un nouveau tournant de l’histoire de la monnaie qui arrive.

Suite à la cascade de pouvoirs qu’on a étudiée ci-dessus, Etat, banque centrale, banque commerciale, finance…   Voilà qu’il y a un nouveau moyen de payement qui arrive totalement hors des pouvoirs en place. La gouvernance est décentralisée.

Les Etats sont parfois bien en peine pour contrôler d’abord le bitcoin, puis toutes les cryptomonnaies qui se créent sur des variations du concept de blockchain.

Le bitcoin a connu plusieurs fois des bulles spéculatives

En complément voici aussi un article où je décris plus précisément le fonctionne dit décentralisé du bitcoin… Il n’est pas en fait totalement décentralisé. Si on parle de LA blockchain, c’est qu’il n’y en a qu’une… donc on est dans un système centralisé !

Par contre la gouvernance du bitcoin est décentralisée…

Episode 10 : la Théorie Relative de la Monnaie

Partant du postulat que la monnaie est un outil de mesure totalement imparfait, Stéphane Laborde, (Galuel) a voulu créé un étalon de mesure qui reste identique dans l’espace et dans le temps. Il décrit son idée dans sa Théorie Relative de la Monnaie.

En pratique, pour réaliser cet étalon de mesure invariant, Stéphane Laborde propose de distribuer à tous un Dividende Universel, ce qui permet d’être tous co-créateur de la monnaie. Ainsi on réalise l’égalité spatiale. Peu importe où l’on se trouve on peut avoir de la monnaie. Il n’est plus nécessaire d’être là où sont les banques et surtout d’avoir un projet qui plait au banquier !

L’égalité temporelle est plus subtile. Il faut déjà comprendre que suivant la génération à laquelle on se trouve on n’est pas tous égaux. Ainsi pendant les 30 glorieuses il n’y avait pas de dettes publiques. Puis les Etats se sont endettés en disposant immédiatement de monnaie à payer par les générations futures. Ainsi une personne qui nait maintenant est défavorisée par rapport à une personne qui naissait il y a 50 ans.

L’idée est donc d’effectuer une sorte de fonte de la monnaie avec le temps.

Ceci est réalisé en augmentant perpétuellement le DU distribué. Ainsi les nouveaux arrivant se rattrapent sur les anciens et peuvent commercer à égalité.

Critique de la Ğ1 (et de la TRM)

Je trouve très intéressant cette idée. Mais elle n’est pour moi pas parfaite. Pour moi c’est surtout l’intention de base qui est étonnante.

En quoi la monnaie n’est qu’une unité de mesure ? Elle a certainement aussi d’autres fonctions. Comme la réserve de valeur. Bon finalement c’est pas bien grave vu qu’avec un DU quotient on a toujours de quoi vivre. Mais comment fait-on pour investir massivement, comme pour la création d’une industrie ?

La réponse des partisans de la TRM c’est l’investissement par cotisation et non par crédit… C’est ne dépenser que ce qu’on a… donc pas de crédit. C’est un point de vue politique. Mais il faut dire que le crédit est bien utile parfois (même avec toutes les dérives de qui empoche le bénéfice…) … C’est bien de pouvoir avoir une hypothèque de vivre dans sa maison avant d’avoir 70 ans ….

Un autre point est lié au choix de l’invariant. Stéphane Laborde a proposé l’espérance de vie comme invariant entre les humains. Statistiquement c’est juste. Ainsi il calibre le DU et la fonte sur cet invariant.

DU = c * Masse monétaire / NB utilisateurs.
c = ln(ev/2) / (ev/2) ≈ 10% (par an)

(ev = espérance de vie)

(le symbole C est utilisé en référence à la Célérité de la lumière l’invariant utilisé dans la théorie de le Relativité d’Einstein.)

Mais par contre je ne vois pas pourquoi on aurait pas pu prendre un autre invariant ? L’auteur semble ne pas vouloir entrer en matière sur une autre manière de voir les choses ! Pour lui il n’y a toujours qu’UN seul et unique invariant.
Statistiquement le poids d’un humain est aussi un invariant entre humain ? comme sa taille ? … non ? …  Si on veut un invariant lié au temps comme l’est l’espérance de vie on peut imaginer le temps de scolarité ou la période de fertilité d’une femme. (à zut.. c’est pas pareil homme ou femme…  ah ben l’espérance de vie non plus d’ailleurs !!)

Bon, c’est pas si grave, je trouve tout à fait bien vu le fait qu’une dette soit annulée dans un temps qui correspond à la moitié de l’espérance de vie. Ça rejoint la notion de jubilé biblique (levitique 25.8-22): on annule toute dette tous les 7×7 ans.

Par contre là où je trouve très louche la manière dont sont fait les paramètres, c’est que le montant du DU dépend aussi de l’espérance de vie, mais aussi du nombre de personne co-créatrice de monnaie. Je trouve ça très lourd à gérer.

En fait si on regarde bien, la toile de confiance sert surtout à limiter les variations rapides d’entrée dans le réseaux comme co-créateur de monnaie. Car si les entrées étaient massives, si l’adoption de cette monnaie était réellement possible globalement, alors le DU serait diminué et l’instabilité ferait de ce système un système pas très gèrable !

Ainsi en passant de la théorie à la pratique, de la TRM à la Ğ1, le problème est apparu et il a fallu changer la formule de calcul du DU... Ceci afin de minimiser l’effet de la masse monétaire et du nombre de personnes déjà présent. Une approximation du second degré à été fait d’une exponentielle…

DUĞ = DU(t+1) = DU(t) + c² M(t)/N(t)

L’astuce de remplacer la multiplication dans la formule du DU par une addition est également lié à un problème de démarrage du système.

Car avec un DU = 10% * masse monétaire / nb utilisateurs
= 10% * 0 = 0 → on ne démarre pas ! 

Avec l’approche par une formule approchée du second degré on résout le soucis:

DU(t+1) = DU(t) + c² M(t)/N(t)
… enfin… pour autant d’avoir une masse monétaire au démarrage !!

En ce qui concerne la monnaie Ğ1 ses paramètres sont encore différent de la théorie. La licence de la Ğ1 nous explique à propos du DU quotidien:

Le montant en Ğ1 du DU est identique chaque jour jusqu'au prochain équinoxe où le DU sera alors réévalué selon la formule (avec 1 jour = 86 400 secondes) :

DUjour(équinoxe suivant) = DUjour(équinoxe) + c² (M/N)(équinoxe) / (182,625 jours)

Avec comme paramètres :
c = 4,88% / équinoxe
DU(0) = 10,00 Ğ1

Donc en effet, pour que le système démarre, il faut des membres (les 59 fondateurs.) et il faut une masse monétaire initiale !! … un crédit !! Sinon ça vient d’où ces 10 Ğ1  ? …. création ex-nihilo !

Cachez ce crédit que je ne saurai voir !!!

C’est une bidouille de démarrage, on va rétorquer que ça n’est pas grave du tout… (ce qui est vrai… après quelques jours cette différence est amortie.)

Moi je trouve que c’est une preuve que la théorie est boiteuse !!!

C’est pour cette raison que je préfère nettement l’approche du Système Monétaire Equilibré qui part de l’intention de créer non pas UNE monnaie, mais un protocole pour bien comprendre les référentiels utilisés entre des nombreuses monnaies et tenter de trouver des équivalences juste pour échanger.

Avec cette théorie on peut comprendre là où la TRM est boiteuses et pourquoi elle ne peut pas démarrer.

Pour construire un référentiel monétaire qui marche, dans le cadre sur SME, dans un cas extrême chacun utilise sa propre monnaie, dont l’échelle est calibrée sur ce qui est nécessaire à la personne pour vivre.

Ainsi on a là un système qui permet de vivre dans tous les cas. Ce que la G1 ne garanti pas…  (Je me fiche bien d’avoir un thermomètre qui fonctionne partout si mon but n’est pas de mesurer la température, mais d’avoir de quoi mettre mes bières au frais !)

Le SME sera l’objet de mon prochain épisode… d’ici là rejoint la G1 ça vaut la peine d’expérimenter. (Moi je ne me permet jamais de critiquer sans expérimenter !)

Pour rejoindre la monnaie libre Ğ1

Quelques stats sur la Ğ1 via le soft Duniter…

Une bonne explication du fonctionnement de Duniter et de sa blockchain avec des noeuds identifiés qui fournissent une preuve par le travail adaptative et donc limitent la consommation d’énergie (contrairement au bicoin)

Un tuto pour créer son compte et devenir co-créateur de monnaie Ğ1…
Mais attention, il te faudra te faire certifier par au moins 5 amis déjà dans la toile de confiance de la Ğ1 pour recevoir ton DU quotidien. (sinon ce sera un simple compte)

Tu peux regarder sur la carte si il y a des membres dans ta région et les contacter pour te faire certifier. (il y a de nombreux apéro monnaie libre dans ce but)

Si tu veux faire du commerce, il y a une place de marché par ici… 

Episode 11 : le Système Monétaire Equilibré

Le SME, soit Système Monétaire Equilibré, ou encore Système de Mesures Equilibré est avant tout une théorie qui permet de comprendre les différents paramètres et référentiels utilisés pour décrire des Systèmes économiques (Système monétaire au sens large).

Puis en ayant conscience des paramètres et référentiels possibles, une personne peut savoir si elle se fait arnaquer dans un échange ou non.

Cette théorie peut servir de base à la création d’un système monétaire plus juste. J’ai d’ailleurs lancé une nouvelle monnaie basée sur ce principe, le Kong … une monnaie de singe 🐵 !

Les paramètres de base d’un référentiel

Un référentiel complet est défini par les paramètres suivants:

  • où se trouve l’origine. (le 0, la référence par rapport à quoi on mesure, aussi la Valeur du Point d’Equilibre.)
  • le niveau du revenu de base. (qui donne l’échelle quantitative à tout le système, et le sens de lecture + ou –) C’est la transcription d’une valeur physique réelle en une échelle mathématique. (ex: le °Celsius est une division en 100 parties de la différence de température entre l’eau solide et gazeuse).
  • le facteur de zoom qui est en fait 2 variables: le Taux de Retour à l’Equilibre par unité de temps choisie. (la période en général le mois, vu que c’est une grandeur souvent utilisée en comptabilités… salaires, factures, etc…)

Un système monétaire juste

Dans une idée de tenter de créer un système monétaire qui semble juste en regard de tout ce qui s’est dit plus haute on peut inclure les règles suivantes:

  • Chaque personne est libre de choisir son système monétaire (c’est en fait la loi 0 de la TRM!)
  • Chaque personne a droit à un potentiel de création monétaire. (représenté suivant les référentiels comme une quantité de jetons ou une limite de consommation à crédit) → Ceci a pour conséquence que ce sont les individus qui créent la « monnaie » en utilisant leur potentiel.
  • Le système est stabilisé, équilibré dans le temps par une fonte régulière du solde. (solde positif ou négatif, donc avoir et dette fondent) → C’est l’idée d’équité temporelle entre génération. Mais aussi  la notion de jubilé biblique (levitique 25.8-22): on annule toute dette tous les 7×7 ans. C’est l’entropie qui stabilise les systèmes physiques. (Taux de Retour à l’Equilibre par unité de temps)
  • Chaque personne dispose dans tous les cas d’un potentiel de consommation lui permettant de vivre. Elle décide elle même du niveau de ce potentiel. (C’est un Revenu de Base Inconditionnel dont le montant est choisi par la personne elle même. On parle aussi de AVLDI (Avance Valeur Limite Déséquilibre en Importation ))
  • Les paramètres du référentiel utilisé pour décrire une valeur économique doivent être transparents. (Pour qu’un transfert économique soit fait manière juste, il est nécessaire de savoir dans quel référentiel la valeur est exprimée. Donc aucune variables ne doit être cachée… c’est valable pour l’affichage des prix..)

Des règles précédentes, ont peut déduire une relation qui va faire le lien entre les différentes grandeurs. Ceci permettra de déterminer le potentiel de création monétaire (Aussi appelé, limite de consommation à crédit ou VLDI: Valeur Limite de Déséquilibre en Importation) dont chaque personne dispose en fonction des paramètres du référentiel qu’elle aura choisi.

Le limite consommation à crédit maximale =  le Revenu de Base Inconditionnel * (1/ Taux de Retour à l’Equilibre) +  le Revenu de Base Inconditionnel.

Voilà, on a la base pour décrire un référentiel d’un Système Monétaire Equilibré.

Vérification des paramètres du référentiel pour éliminer les abuseurs et détermination de l’étalon Revenu de Base Inconditionnel

Ainsi une personne qui vérifie la transaction peut demander les paramètres pour s’assurer que la limite de consommation à crédit n’est pas dépassée dans le cas d’un achat. C’est un moyen de se débarrasser des abuseurs. 

Il est largement reconnu que certaines personnes ne sont pas capables de contribuer économiquement suffisamment pour avoir de quoi vivre. (vieux, malades, enfants, etc..) Ainsi chacun peut toujours bénéficier de son Revenu de Base Inconditionnel pour pouvoir vivre sans être considéré comme un abuseur du système.

Le Revenu de Base Inconditionnel, ou plutôt « ce qui m’est nécessaire pour vivre«  est considéré comme étant l’échelle de base, l’étalon de valeur de tout ce système économique juste.

L’idée là derrière est de garantir à chaque personne de pouvoir vivre. Il ne doit plus être nécessaire de « gagner sa vie« , on l’a déjà. Statistiquement les besoins de base de tous les humains sont les mêmes. (On peut se référer par exemple aux 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson)

C’est donc un invariant, de la même manière que dans la TRM Galuel considère que l’espérance de vie est un invariant entre les humains.

Convergence de l’Etalon Revenu de Base Inconditionnel dans une même zone économique

Il peut paraitre étrange d’avoir chacun la possibilité de choisir le niveau de son Revenu de Base Inconditionnel, mais c’est la seule et unique manière de garantir que ce soit juste et de tenir compte de l’infini des possibilités des cas particuliers tout en évitant un contrôle administratif. Ceci va avec la philosophie derrière le Revenu de Base Inconditionnel qui part du principe que l’on peut faire confiance à ses semblables et à soi même !

Grâce à la transparence des paramètres et à l’intelligence collective les abuseurs seront très vite démasqués et ne pourrons plus commercer (ou seulement avec les autres margoulins…)

Dans le cas extrême, chaque personne peut utiliser un Revenu de Base Inconditionnel différent pour étalonner son propre référentiel. De fait elle crée sa propre monnaie et on a ainsi potentiellement 8 milliards de monnaies différentes utilisables !

Evidemment que c’est très lourd et pas très pratique à utiliser quand à chaque transaction il faut calculer les équivalences entre référentiels. (comme un français habitué à l’euro qui va évaluer un prix en $ sur un site web… ou qui va faire du shopping à Londres et voit des prix en £… ou va faire du ski en Suisse en payant en CHF…)

On se rend bien compte que c’est pas gérable à l’échelle individuelle. Quoique, avec le fait que tout le monde a un smartphone dans la poche qui fait le boulot et/ou que son navigateur web inclue un convertisseur automatique sur les shop en ligne, c’est pas une grosse difficulté.

Mais on peut imaginer une sorte de convergence par région du Revenu de Base Inconditionnel. Ainsi les gens qui commercent entre eux localement (ce qui est le plus courant pour les besoins de base) ont la même échelle de valeur.

En fait la différence existe déjà actuellement, mais elle est cachée !! En utilisant des monnaies uniques sur des larges surfaces on fausse les réels changement de référentiels. Il est indéniable qu’un euro n’a pas la même valeur partout dans la zone euro. Il a un pouvoir d’achat très différent si l’on est en Roumanie, ou en Allemagne !

Personnellement, j’aime bien observer le prix du pain au chocolat en boulangerie. C’est mon indice BigMac à moi… :p

Je vois qu’en Suisse le prix du pain au chocolat à la gare de Genève est à CHF 3.20 alors qu’on le trouve à Neuchâtel à la Migros pour CHF 1.40.

En traversant à vélo la France (d’est en ouest), j’ai vu que le prix du Pain au chocolat varie entre € 0.89 et € 1.20.

En Angleterre, je l’ai trouvé généralement autour de 1£.

Ces variations de pouvoir d’achat à l’intérieur d’un même pays montrent qu’il y a plusieurs zones économiques distinctes.

Le fait de choisir soi même « ce qui m’est nécessaire pour vivre » permet une adaptation facile à chaque zone économique et aux particularités personnelles. On va certainement tendre vers un gradient de variation de niveau de Revenu de Base Inconditionnel comme on observe un gradient des prix de l’immobilier.

Les deux sont d’ailleurs très fortement corrélé, étant donné que le logement est souvent une part importante du budget de « ce qui m’est nécessaire pour vivre ».

Exemple de paramétrage d’un référentiel de Système Monétaire Equilibré

Voici un exemple de paramètres:

  • origine = 0
  • montant du Revenu de Base Inconditionnel = 100
    (c’est la quantité de monnaie que je juge avoir besoin dans la période donnée. Ça peut être très arbitraire et je devrais tout le temps convertir dans un autre référentiel ou alors aligné sur les gens de ma région qui ont les mêmes besoins ce qui facilite les échanges en diminuant les calculs de changement de référentiel à faire.)
  • Taux de Retour à l’Equilibre = 10% / mois

Limite de consommation à crédit = 100 *  1/ (10/100)  + 100
= 10 * 100 + 100 = 1100

J’ai un potentiel de consommation de 1100. C’est ce que je peux dépenser là maintenant tout de suite. (en fait 1000 de potentiel de création monétaire + 100 de Revenu de Base Inconditionnel)

Si je dépense tout ça je n’ai plus rien. Si j’attend une période. (ici 1 mois) alors je recevrai à nouveau mon Revenu de Base Inconditionnel (100) et ceci pour chaque période.

Le rôle de la fonte du solde dans le SME

Dans l’exemple ci-dessus, la création du Revenu de Base Inconditionnel à chaque période est du à la « magie » de la fonte du solde en direction du point d’équilibre, du 0. C’est ce qui stabilise le système et évite les crises.

C’est l’équivalent de l’entropie dans les systèmes physique. C’est le ressort qui referme une porte ouverte pour la remettre dans un état stable.

Dans le système bancaire des banques commerciales, lorsque l’on prend un crédit, il y a un des intérêts qui doivent être remboursés. Ces intérêts sont l’équivalent de la fonte du SME, mais dans un autre référentiel. On retrouve le même genre de paramètres, il y a une exponentielle. L’intérêt utilise une exponentielle croissante ce qui rend très riche le banquier et assure l’endettement perpétuel des collectivités publiques.

Les crises sont souvent le fait d’exponentielles qui créent des bulles et qui éclatent car elle ne sont plus en corrélation avec le monde physique réel.

Ainsi pour stabiliser un système monétaire. Il faut supprimer ces exponentielles croissantes.

Cette exponentielle est décroissante dans le cas du SME, c’est à dire que le ressort va tirer la porte vers le point d’équilibre. (l’origine du référentiel) Mon ressort va être très fort si la porte est très ouverte, mais plus ma porte sera proche du point d’équilibre, plus la force de mon ressort sera faible. (donc on en fait pas claquer la porte!)

On retrouve fréquemment ce genre de comportement de formule: y = 1/x (1-e^-x) dans  des phénomènes physiques. Par exemple dans la décharge du condensateur en électronique.

Pour un condensateur on considère qu’il passe d’un état transitoire à un état stable en 5 constantes de temps RC, ici on considère que toute dette est annulée dans un temps de 5/TRE. (à 99.3%) Ceci dans l’unité choisie. (le mois par exemple)

Ex: un TRE de 1/100 par mois va nous donner: 5/ (1/100) = 5*100 = 500 mois.  41 ans et 8 mois.

Il est intéressant de voir ici un ordre de grandeur qui est proche des 7×7 ans du jubilé biblique !

Mais c’est encore plus étonnant de voir que l’on retombe aussi sur la moitié de l’espérance de vie en Suisse !! (exactement 41 ans et 8 mois !)

On rejoint ici la TRM qui nous propose aussi l’espérance de vie comme étalon. En ce qui concerne le temps j’adhère totalement. une fonte de 1% mensuel me semble tout à fait un bon ordre de grandeur. Moi c’est surtout le fait que selon la TRM, l’espérance de vie détermine l’échelle de valeur !! Là je trouve ça stupide.

Les banquiers empochent notre revenu de base !

Donc on voit ici que selon la manière dont sont utilisés les paramètres d’un référentiel on a des résultats très différents. Si l’on fait un gros raccourcis, on peut dire que les banquiers en créant de la monnaie de façon centralisée et en empochant les intérêts du crédit bancaires, en fait empochent notre revenu de base inconditionnel !

Pour tout ceux qui se posent la question du financement du Revenu de Base Inconditionnel et bien le SME me semble la meilleure solution !

La stabilisation du SME par une fonte (une oxydation) régulière du solde est faite de façon symétrique.

Il y a un solde qui peut être un avoir ou une dette suivant où il se trouve par rapport à l’origine, en positif ou en négatif.

La fonte de la dette permet de créer un Revenu de Base Inconditionnel. On voit que tout le monde le touche. Mais il n’est pas du même montant suivant la distance à laquelle on se trouve du point d’équilibre. (de l’origine, le 0)

Ainsi on ne donne pas un Revenu de Base Inconditionnel aux riches pour les enrichir encore plus… même si tout le monde y a droit…. c’est ce qui a parfois été reproché à cette idée.

La fonte des avoirs ne nous est pas tout à fait habituelle non plus. Pourtant elle dynamise les échange économiques comme on l’a vu ci dessus avec Silvio Gessel.

La fonte est tout à fait soutenable, avec des valeurs comme celle de 1% / mois on est dans quelques chose de similaire à nos jours. Même si les banques centrales disent qu’il n’y a pas d’inflation et qu’elle stabilisent très bien les prix. Est-ce que tu as déjà vu la taille des paquets de nourriture et des bouteilles…. Oui le prix est stable, mais la quantité a diminuée !!!

.. et on ne reçoit pas notre Revenu de Base Inconditionnel en échange de cette fonte !

Comment investir avec un système à SME

Comme j’ai critiqué ci-dessus la manière d’investir proposée par la TRM. Je me dois de donner quelques explications aussi pour le SME.

L’auteur de la TRM semble totalement opposé au crédit et, à l’image d’Adam Smith n’hésite par à réécrire l’histoire pour justifier sa théorie. (Adam Smith a inventé la fable du troc et Galuel a refusé de corriger les erreurs historique de son livre de la TRM que je lui proposais, car: « ça ne sert pas ce que je veux démontrer« )

Ainsi Galuel a une vision très « jeton valeur » de la monnaie. Toute écriture comptable du style faites sur tablette d’argile par les sumériens n’entre pas dans sa conscience. (c’était l’objet de nos discussions. Ainsi il occulte la moitié de l’histoire des systèmes économique dans son historique !!)

Ceci explique pas mal de chose. Notamment le choix du référentiel par défaut de la G1 pour ne voir que du positif et mettre la limite de consommation à crédit à 0. Là c’est n’est que de l’affichage donc libre de le faire. Mais ça explique aussi la bidouille de créé ex-nihilo 10G1 pour lancer le système !!

Donc évidemment en terme d’investissement, comme dit plus haut, avec la G1, il n’est possible d’investissement par cotisation et pas par le crédit.

En revanche, avec le SME. Chaque personne a un potentiel. Il est défini par la relation:

Le limite consommation à crédit maximale =  le Revenu de Base Inconditionnel * (1/ Taux de Retour à l’Equilibre) +  le Revenu de Base Inconditionnel.

On voit ici que la limite est à disposition. On ne nous impose pas le rythme de son utilisation. C’est un potentiel.

Il est possible de dépenser rapidement un gros montant. C’est une responsabilité personnelle. C’est un risque pour un flambeur. Mais c’est une énorme opportunité pour une personne qui va investir dans un système physiquement rentable.

Actuellement, tout le problème de la transition écologique est lié au fait que les gens n’ont pas les liquidités pour payer 30 ans d’énergie d’un coup. Ils préfèrent donc acheter du pétrole au compte goutte régulièrement pour se déplacer, se chauffer et s’éclairer…

On pourrait installer maintenant des panneaux solaires, thermiques et photovoltaïques et voyager, se chauffer et s’éclairer gratuitement pendant des décennies…

Pourquoi on préfère vivre au jour le jour ? C’est principalement du aux fait que pour avoir des liquidité, il faut être riches… ou avoir accès à un crédit, ce qui n’est pas évident… Si on a accès à un crédit, le risque est que les intérêts à payer bouffent tout le bénéfice financier de l’installation et fait qu’il est moins cher de ne rien changer de financer les pétroliers tous les jours ce qui engendre des problèmes écologiques et des guerres de prédation du pétrole…

Avec un potentiel de création monétaire qui est donné à chaque personne. On peut avoir les moyens d’investir dans son autonomie énergétique.

C’est dans ce genre de cas et dans plein d’autres cas de type industriel qu’il est toujours intéressant de disposer maintenant de quoi investir qui sera payé plus tard.

La monnaie libre de type G1 me semble très limitée pour ce genre de cas.

La monnaie bancaire actuelle est très chère à cause des intérêts et le banquier a trop de pouvoir. C’est lui qui décide du futur par son choix d’attribuer un crédit ou non.  Les multinationales qui ont compris ce pouvoir ont créé des banques et s’accordent ainsi des crédits illimités par des roulements des crédits.

L’industrie lourde, comme les raffineries sont également dépendantes de roulements de crédits de plusieurs millards. J’ai deux exemples dans ma régions de raffineries qui ont fait faillite à cause du refus d’une banque de renouveler des roulements de crédits.

Le SME permet une répartition du pouvoir dans la création monétaire. Le SME contient en lui un potentiel de création monétaire pour chacun, mais aussi une limite. Ainsi il ne peut y avoir d’abuseur du système qui se prêtera à lui même…  Comme l’a fait le Crédit Suisse en 2008 en se prêtant CHF 10 milliards pour éviter la faillite…

On est dans un système…. équilibré !

Comment faire pour investir dans des très gros projets ?

Quand on parle d’investir dans une installation photovoltaïque pour sa maison, on est dans quelques chose à échelle humaine ou d’une famille.

Mais quand on doit investir dans des infrastructures plus grosses, comme un réseau ferroviaire ou des hôpitaux. Là on va faire de la mutualisation de potentiel de création monétaire.

C’est à l’image d’un crowfunding actuel. (mais avec les moyens d’investir !) On vote pour les projets qui le méritent en donnant un bout de son potentiel de création monétaire.

On serait ainsi véritablement dans une démocratie directe. Pas besoin d’intermédiaire, de parlement pour ça.

De nos jours, il y a en Suisse des votations tous les 3 mois. Il arrive parfois que des votations engagent des milliards. Par exemple la votation sur le tunnel du Gotthard. Si l’on vote oui à la création de ce tunnel… c’est un crédit de plusieurs milliards qui sera contracté. Actuellement il passe par le système bancaire.

Mais on peut imaginer qu’une telle infrastructure soit financée par chaque individu qui le veut bien.

Quid des impôts ?

En ce qui concerne un impôt. On l’a vu ci-dessus, c’est un système qui est intrinsèquement lié à l’imposition d’un système monétaire en particulier. C’est pour créer la boucle de demande en monnaie qui va proposer une offre sur des marchés. C’est une manière de créer une économie de marché.

Avec un SME, il est philosophiquement interdit d’imposer un système monétaire à une personne !!

Ainsi dans ce cas, pas d’impôt. Mais si ça devait se faire. On peut imaginer que la part obligatoire doit être inclue dans « ce qui est nécessaire pour vivre« . Donc dans le Revenu de Base Inconditionnel, la valeur étalon qui calibre le système. Ainsi on s’assure qu’elle est payée… et sans heurt pour la personne. (qui se voit quand même contrainte de payer un impôt)

Ça peut être un système de transition vers une société totalement responsable et démocratique.

On nous a donné la possibilité de voter, la démocratie semi-directe. Mais on ne nous a pas donné la démocratie économique. Les moyens d’exercer cette démocratie de droit.

Il est temps de le faire de nos jours.

C’est pour ça que j’ai lancé le Kong, une monnaie de singe. Une « monnaie » basée sur le principe du SME. C’est une monnaie lowtech sur papier. Chaque personne a un carnet et l’utilise pour ses transactions. C’est simple et efficace. Pour expérimenter le Kong, c’est par ici….

Des lectures supplémentaires à propos du Système Monétaire Equilibré

Voici un article plus complet qui décrit ce qu’est le Système Monétaire Equilibré.

Réflexion pour l’implémentation d’un système monétaire équilibré totalement décentralisé….

Simulation du Système Monétaire Equilibré

Afin de mieux comprendre ce qu’est le Système Monétaire Equilibré, voici 2 résultats de simulation de transferts économiques réalisés avec un tel système.

Voici:

système monétaire équilibré

On observe que les échanges sont stables sur le long terme. On observe que les grandeurs sont équilibrées, d’où le nom. (la différence entre riches et pauvres est faible, face à la monnaie… mais pas face aux richesses non monétaires.)

A bientôt pour la suite…..

Petite chronologie sur l’histoire de la monnaie et des systèmes économiques

Et pour aller plus loin, il y a des milliers d’informations à propos de la monnaie sur les liens des références du livre « La monnaie ce que l’on ignore »…. de Denis LaPlume.

Voir aussi la chronologie des banques….

Scroll to top