L’ère de l’électronique est finie

L’ère de l’électronique touche à sa fin !

Voilà.. c’est lâché, et c’est un électronicien qui vous le dit !

Difficile à croire ?

électronique poussiéreuse.jpgDans un monde où l’électronique prend une telle place, il est difficile de croire que l’on va voir disparaitre d’ici peu tous nos gadgets électroniques, tous nos processeurs au silicium que nous emportons partout avec nous dans nos baladeurs mp3, téléphones, et autres iGadgets….

Les gourous des techniques du futur sont plutôt en train de dire que l’électronique s’insinue de plus en plus partout.

Après avoir colonisé le monde des télécommunications, l’électronique s’insinue dans nos maisons avec la domotique, dans nos moyens de transports, de l’avion au vélo en passant par la voiture qui pilote toute seule. Une partie grandissante de ce que nous achetons est muni d’une puce RFID

La médecine a tendance à transformer le corps humain en machine. Il n’est pas rare de rencontrer des gens qui ont un peacemaker, et/ou un appareil auditif…

Les cyborgs sont partout !

Le rêve du mouvement transhumaniste est en train de se réaliser.

Cependant, je persiste à dire que nous sommes au début de la fin de l’ère de l’électronique !

Je vois deux facteurs principaux qui me conforte dans cette idée:

  • les ressources planétaires nécessaires à construire des gadgets électroniques sont bientôt épuisées
  • il existe un nouveau domaine technologique bien plus prometteur que l’électronique

déchets électroniques.jpgEn effet, l’explosion de l’électronique bouffe des ressources naturelles. Nous consommons de plus en plus de métaux et terres rares. Ce réservoir de ressources n’est pas infini.

Dans un monde où il y a quasi autant d’habitants que de téléphone mobile, le problème des ressources est limitant.

On ne va pas pouvoir continuer indéfiniment à exploiter des gens et des mines au Kivu pour obtenir le coltan nécessaire à la fabrication des condensateurs au tantale !

Ce facteur des ressources naturelles limitées est important, mais je ne crois pas que c’est celui qui va tout faire basculer.

Comme souvent, c’est plutôt la découverte d’une autre manière de faire qui va changer les habitudes et nous faire changer d’ère.

Les ruptures technologiques sont capables de faire crever les plus grands empires. Un des meilleurs exemples est celui de Kodak.

Après avoir dominé le monde de la photo pendant un siècle, Kodak s’est retrouvé en faillite pour ne pas avoir su gérer un saut technologique, pour ne pas avoir su gérer l’arrivée de l’appareil photo numérique.

Une entreprise spécialisée dans la chimie n’est pas facilement reconvertible en une entreprise d’électronique !

Le phénomène est facile à comprendre, mais alors quelles sont ces techniques qui vont balayer l’électronique, quelles sont ces techniques qui vont provoquer la faillite des Intel et Apple ?

…. C’est la biologie. Plus précisément la biologie de synthèse.

Qu’est ce que la biologique de synthèse ?

Le mythe de la biologie de synthèse se construit comme celui de la micro-informatique durant les années 1970.

 

Un biofilm bactérien programmable par la lumière construit par les équipes iGEM de l’UT Austin / UCSF durant la compétition de biologie synthétique Igem 2004 [2]

Dans le scénario, on remplace les deux fondateurs d’Apple Steve Jobs et Steve Wozniak qui bidouillent des ordinateurs dans leur garage, par Meredith Patterson, 24 ans, qui bidouille des bactéries et de l’ADN dans sa cuisine.

On peut dire que Meredith joue aux Légos. Elle assemble des « biobricks », sorte de fonctions standard biologiques, ceci afin de construire l’organisme de son choix.

Elle va chercher des séquences ADN sur le net, elle les assemble dans un programme informatique, puis elle synthétise l’ADN comme elle imprimerait une feuille de papier.

Ce genre de synthétiseur d’ADN s’achète sur eBay pour un prix abordable par un particulier.

Une fois l’ADN produite, on va l’introduire dans le noyau d’une bactérie que l’on a sous la main. La bactérie se reproduit, et voilà, un nouvel organisme est né de la base du programme composé sur l’ordinateur.

En quelque sorte, c’est de l’informatique biologique:
le logiciel de la cellule a été changé !

Cette technique est très récente. Le premier organisme vivant entièrement créé par l’humain a été synthétisé il y a moins de deux ans !

C’est en mai 2010, que l’équipe de Craig Venter à créer la bactérie Mycoplasma laboratorium.

Ainsi, depuis quelques années, il existe des jeunes biohackers qui s’échangent sur le net des séquences d’ADN, et qui réalisent dans leur cuisine ce que des batteries de chercheurs tentent de réaliser depuis des années avec des OGM.

Les appplications de la biologie de synthèse

Modélisation de la protéine de Miraculine

Meredith Patterson a à son actif la création d’un détecteur de mélamine. Une bactérie devient fluorescente au contact de ce poison qui à rendu malade des dizaines de milliers de personnes et tué des bébés en chine.

Elle a également réussi à construire une « usine bactérienne » pour produire de la miraculine, un édulcorant très puissant qui a un pouvoir sucrant bien supérieur à ce que l’industrie alimentaire utilise.

Chaque été le concours IGEM est organisé pour les jeunes afin de trouver des applications innovantes.

Dans les applications, on trouve toute une catégorie de détecteurs à l’instar du détecteur de mélamine. Des étudiants de l’université d’Edimbourg on fait un détecteur d’arsenic dans l’eau.

Une autre grande catégorie d’applications est la création d’usines bactériennes. Ces usines sont souvent capables de créer ce que des processus industriels n’arrivent pas à faire, comme avec l’exemple de la miraculine.

Ainsi, on tente de fabriquer des hydrocarbures pour en faire des biocraburants ou remplacer le pétrole dans les nombreux matériaux qui en sont composés.

A l’aide d’usines bactériennes il est aussi possible de fabriquer des médicaments. On peut imaginer ne plus avaler de médicaments, mais l’usine qui va générer, à interval régulier, le médicament.

Des projets de biofilm existent aussi. Il est ainsi possible de faire des écrans biologiques ou des panneaux solaires !

Ici on voit clairement que l’ère de l’électronique touche à sa fin. Pourquoi construire un écran avec du silicium, s’il suffit de programmer une bactérie et de la laisser se reproduire dans un milieu favorable !

Calculateur biologique

Quelques étapes d’évolution du jeu de la vie

Remplacer les écrans c’est bien, mais le coeur de l’informatique repose sur des processeurs. Est-il possible de faire des calculateurs biologiques ?

C’est ici que la science des automates cellulaires entre en matière. Il a déjà été prouvé que des jeux basés sur des règles très simples comme le jeu de la vie sont en fait capables d’être des calculateurs programmables.

Le fait de savoir qu’un automate cellulaire correspond aux critères d’une machine de Turing, prouve qu’il est possible de faire des ordinateurs biologiques basé sur ce principe.

La voie à l’informatique biologique est ouverte !

Quelques questions d’éthique

La biologie de synthèse offre des perspectives infinies, mais elle met directement en danger notre propre existence et celle du monde dans lequel on vit !

Est-ce que l’on doit vraiment poursuivre dans cette voie ?

adn_in_a_bottle_ocal.pngC’est une grande question à débattre. C’est ce débat que lance biologiste français, Joël de Rosnay, dans sont livre « Et l’homme créa la vie » (disponible en pdf pour le lire sur bouquin électronique comme je l’ai fait.)

Afin de limiter les risques, il existe plusieurs techniques de confinement utilisables. Une des plus originale est de ne pas utiliser les mêmes base d’ADN que celles dont on est composé. Il est possible actuellement de créer une chaine d’ADN composé d’autres acides aminés que les bases A, C, T, G.

J’ai lu ce scénario dans un recueil de science fiction écrit il y a une quinzaine d’années, et voilà que la réalité dépasse la fiction.

Une autre question d’éthique se pose. Jusqu’à la création de la bactérie Mycoplasma laboratorium, tout être vivant était naturel. Il existe maintenant de la vie « artificielle ». Quelle est son statut ?

Est-ce que ces nouvelles formes de vie sont également protégées par l’article 120 de la constitution suisse qui demande de respecter l’intégrité des organismes vivants ?

L’avenir n’a pas fini de nous étonner !

Gardons l’esprit ouvert à tout pour pouvoir préparer cet avenir !

le saint graal de l’énergie

Le Saint Graal de l’énergie……. l’eau !

Ces temps, le sujet à la mode c’est l’énergie. Partout on fait débat sur les sources d’énergie, du nucléaire au solaire en passant par l’éolien.

appareils à oxydoréduction.jpgTout le monde est à la recherche du saint graal de la source d’énergie. Tout le monde est à la recherche d’une énergie, abondante, propre et bon marché.

Dernièrement, je suis tombé sur un magasin vantant les mérites d’appareils alimentés à l’eau !

Le voilà, le saint-Graal !

Comme il est dit dans les arguments de vente:

Oui, oui, vous avez bien lu, ils sont alimentés par de l’eau. Pas besoin de piles, ni de soleil, ni de barres d’uranium ou encore de vent. Juste de l’eau !

C’est révolutionnaire !

Au premier abord, oui. Puis j’ai trouvé ça totalement stupide !

Pas si révolutionnaire

Le marketing de cette annonce va même jusqu’à dire « …faites un geste pour la planète… » or, c’est droit l’effet inverse qui va arriver si vous acheter ce pack contenant:

  • un réveil
  • une calculatrice
  • un thermomètre

En effet, cette source d’énergie n’est pas révolutionnaire du tout. C’est une simple application d’une réaction d’oxydo-réduction.

Ouais, c’est la nouvelle version de la pile faite avec des patates ou des citrons que certains ont déjà fait dans leur jeunesse.

Cette technique permet de produire une toute petite quantité d’électricité, juste suffisante pour alimenter des appareils qui consomment peu, comme des afficheurs LCD, de réveil, de calculatrice, de thermomètre…..

Comme par hasard, les mêmes appareils que dans cette offre aléchante !

Le drame

AJ_Recycling_Bin.pngDans cette histoire, le drame, c’est qu’à défaut de devoir changer la pile de l’appareil, on ne peut plus rien changer. Cependant, dans une réaction d’oxydo-réduction, il y a bien le mot réduction. Il y a bien un morceau de matière qui se réduit à peau de chagrin. Un morceau d’électrode qu’il faut changer quand il est consommé.

Or, ces appareils sont conçus dans l’esprit de l’obsolescence programmée. On ne change pas la pile… on change l’appareil !

Donc finalement, sous couvert de faire un geste pour l’environnement, on fini par produire encore plus de déchets et pour faire quoi ?

…. alimenter un thermomètre ?

Le drame bis…

En plus d’avoir un appareil alimenté par une source d’énergie qui n’est pas si fantastique, il y a un autre drame.

Pour le trouver, il faut se mettre à réfléchir, à sortir du cadre de réflection imposé. Ce cadre qui nous pousse à chercher la source d’énergie parfaite.

Finalement, pourquoi est ce que l’on a besoin d’une source d’énergie ?

Quand on me parle de mettre une pile dans un thermomètre, je rigole !! A quoi ça sert ?

Tout les jours quand je vais me baigner dans le lac, je mesure la température avec un thermomètre qui n’a pas de source d’énergie !

Ou plutôt, qui a pour source d’énergie, le milieu ambiant.

montre.jpgEt oui, un thermomètre, ce n’est finalement qu’une barre d’un liquide qui se dilate avec la chaleur! (du mercure ou de l’alcool)

En ce qui concerne le réveil, moi je rigole, je n’en ai pas besoin, ça fait 3 ans que je n’ai plus de réveil, que je me programme moi même à l’heure à laquelle je veux me réveiller. Et ça marche !

Et sinon, pour avoir, l’heure, j’ai ma montre gousset dont la source d’énergie est un ressort. Un ressort que je remonte tous les jours. ça doit me prendre au moins 10 secondes par jour.

Quand à la calculatrice, allez, je vais être gentil. Je vais dire qu’effectivement avec un cerveau attrophié qui ne sait plus calculer, il vaut mieux avoir une aide d’un cerveau électronique.

Mais dans ce cas, le mini panneau solaire me semble être une technique éprouvée qui fonctionne depuis longtemps pour alimenter les mini-calculatrices.

L’ère du gaspillage d’énergie

Picswiss_FR-13-64.jpegCet exemple du pack faussement écologique n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Alors que l’on est dans une période où l’on a jamais autant parlé d’économie d’énergie, il me semble que nous sommes dans une période où nous agissons de plus en plus paradoxalement à propos de notre rapport à l’énergie.

Un des exemples, les plus frappant que je trouve, est cette tendance qu’il y a, à remplacer des funiculaires par de vulgaires ascenseurs.

En effet, le principe du funiculaire, c’est simple, c’est une cabine qui fait contre-poids avec l’autre. Ce qui permet de les actionner avec un minimum d’énergie. Même parfois cette différence est apportée en remplissant un réservoir avec de l’eau (usée parfois). (comme celui de Fribourg en photo ci-contre)

Ainsi, il y a un siècle on savait construire un véhicule capable de gravir rapidement de haute montagne sans avoir besoin de source d’énergie externe !

Actuellement on remplace ces systèmes astucieux par des systèmes avec une seule cabine treuillée, donc un ascenceur. Ceci souvent pour des raisons d’économie d’argent sur les cabines !!!

Un autre exemple, concerne l’éclairage. Pourquoi est-ce qu’il y a autant de magasins qui n’ont pas de fenêtre ? On éclaire jour et nuit des batiments tout simplement car on a pas fait de fenêtres !

Même dans les pièces borgnes il est possible de faire parvenir de la lumières solaire. Il existe des systèmes pour ça, et ça ne consomme pas d’énergie.

Playdoyer pour les astuces énergétiques

Pourquoi est ce que l’on arrive à être autant stupide ? Je suis pour que l’on favorise les astuces énergétiques, et que l’on réfléchisse à ce que l’on fait quand on invente des gadgets inutiles !

Les inventions du néolithique sont les meilleures.

Vive la roue !

… et tous les dérivés de la roue. Par exemple les roulements à bille. C’est un truc simple, qui fonctionne terriblement bien… et qui diminue considérablement l’énergie dont on a besoin pour une tâche donnée.

Le vélo utilise abondamment le principe du roulement à bille !

Vive les techniques du néolithique !

technologie néolithique

Le concept de technologie néolithique

Je constate de plus en plus que l’évolution technologique ne va pas toujours dans le bon sens.

Le progrès n’est plus ce qu’il était. ça n’a rien de nouveau ce que je dis. Toute cete critique est déjà dans la mythologie grecque. Le mythe de Dédale exiplique déjà que la science sans conscience est dangereuse.

Dédale est un ingénieur au service des autres qui est toujours charger de trouver une solution au problème qu’à posée la solution à son problème précédent…

J’ai été frappé dernièrement par la stupidité du produit du jour en vente sur le site qoqa.ch

On pouvait acheter un Pack H20 Power: un réveil, une calculatrice et un thermomètre alimenté par une source d’énergie révolutionnaire. De l’eau !

Au premier abord, le descriptif est alléchant:

voici venu un pack de trois produits alimentés à l’eau.

Oui, oui, vous avez bien lu, ils sont alimentés par de l’eau. Pas besoin de piles, ni de soleil, ni de barres d’uranium ou encore de vent. Juste de l’eau !

Cette source d’énergie révolutionnaire ne l’est pas tant que ça. Ce le principe de l’oxydoréduction. C’est le même principe que le jeu qui consiste à allumer une mini ampoule avec du courant généré en avec des patates.

Au premier abord, on se dit que c’est séduisant, mais ensuite j’ai réfléchi et je me suis dit:

mouais… encore une technologie inutile… personnellement ça fait 3 ans que je n’ai plus de réveil…. je dors très bien.. et je me réveille toujours à l’heure que j’ai décidé…. mon horloge biologique fonctionne très bien.. et il me semble qu’elle fonctionne aussi en partie à l’eau !
… Quand au thermomètre… je ne vois pas pourquoi on a besoin d’énergie pour l’alimenter ?? … j’ai un thermomètre avec une barre de liquide qui se dilate… le seul changement de température suffit à fournir l’énergie nécessaire !
.. et finalement la calculatrice… c’est bien… même si on occulte le calcul mental.. la calculatrice solaire me semble plus durable !!

En effet, avec ce principe, on n’a ps besoin de changer de pile, mais il faut changer l’eau et au bout d’un moment, les électrode sont bouffées et il faut les changer. Mais là, non, pas possible….. C’est de l’obsolescence programmée.

gadget solaire.. comme le chargeur d’iPhone..

J’ai lu dans le livre énergie et équité d’Ivan Illitch. Que le roulement à bille, et donc la roue est une invention absolument géniale. Elle permet de démultiplier énormément la portée d’une action humaine sans apport d’énergie.

Tout est mécanisme astucieux. Le roulement à bille placé sur un moulin offre un rendement exceptionnel. Le vélo est un moyen de transport qui a un rendement sans précédent. En treme d’effet mécanique fourni sur la base d’énergie issue de la nourriture, il se place devant le martinet et le saumon.

La roue est probablement la plus grande invention du néolithique. Ainsi en cet hommage, j’attribue le qualificatif de « technologie néolithique » à toute technologie qui est astucieuses, qui résoud un problème de manière simple, efficace et sans dépendre d’une source d’énergie externe.

Les technologies néolithiques:

  • vélo
  • montre mécanique
  • thermomètre à liquide
  • l’eau qui vient du réseau par gravité
  • Tondre l’herbe à la faux quand on a moins de 100m2 à faire.
  • la dynamo de vélo VS la lampe à pile
  • la fenêtre pour éclairer une salle dans une maison… pourquoi faire des supermarchés sans fenêtre ?
  • la montre mécanique. La source d’énergie est un ressort que l’on remonte chaque jour. Au moins 15s de travail !
  • le miroir vs la caméra de surveillance

Les inutiles…

  • Vitre électrique
  • store électrique
  • poivrier électrique

Pourquoi est ce que l’on remplace les funiculaires à 2 cabines par une seule cabine ?

Avec 2 cabines, il ne faut presque pas d’énergie pour faire tourner le funiculaire. La masse de l’une des cabines et de l’autre se compensent. Il faut juste une petite différence pour le faire bouger. A Fribourg, il y a un funiculaire qui bouge en remplissant un réservoir avec des eaux usées.

Pourquoi multiplier les ascenseurs ?

La complexité inutile

Lors de la conquète spatiale, au moment le plus intense de la concurrence entre les USA et l’URSS. Les etats-uniens ont du résoudre un problème de taille. Comment écrire en apesenteur ?

En effet, l’encre des stylos à bille ne coule plus en apesenteur. Le stylo ne fonctionne plus. Donc, il a fallu faire de nombreuses recherches pour mettre au point le stylo à bille qui fonctionne en apesenteur ! Défi réussi. C’est beau. Mais comment ont fait les russes ?

– Tout simplement, ils ont utilisé des crayons !

Le défi technologique est moindre. Mais ça fonctionne très bien. Parfois, il y a des gens qui ont l’art de se compliquer !

L’effet levier

Je ne vois pas pourquoi, on ne privilégie pas toujours les technologies néolithique. On s’éviterait beaucoup de problème, des pannes mystérieuses, une dépendance à l’énergie.

Avec les technologies néolithiques, on n’utilise de l’énergie que pour costruire l’appareil. Ensuite, il ne consomme plus rien.

Si l’appareil est simple, il est souvent plus durable. Il est plus solide et il peut mieux se réparer. Ainsi on économise encore de l’énergie.

La technologie néolithique est une technologies qui est issue d’une meilleures compréhension du monde. C’est un saut technologique du à l’information qui permet de comprendre et de construire des mécanismes.

Nous sommes à notre époque à une nouvelle révolution informationnelle. L’informatique permet de gérer des choses que l’on ne pouvait pas avant.

L’informatique est un levier d’information qui permet avec de petites cause d’avoir de grands effets.

Au niveau de la consommation énergétique, il est vrai que l’informatique est une consommation supplémentaire qui n’est pas négligeable.

Mais pour l’effet que l’informatique peut avoir comme levier ça peut être très rentable. Alimenter un circuit électronique de régulation d’un chauffage est intéressant.

Pouvoir partager un véhicule grâce à de l’information transmises par des réseaux informatiques intéressant. Globalement on diminue la quantité d’énergie utilisée.

Je place donc l’informatique dans une catégorie spéciale. Ce n’est pas une technologie néolithique car elle consomme de l’énergie, mais c’est une technologie levier intéressante.

Une vision énergétique de l’agriculture

L’idée de la technologie néolithique, c’est d’avoir pour toute technologie, une pensée pour ce que l’on fait au niveau énergétique. Est-ce que ce que je suis en train de concevoir est énergétiquement viable ?

Parlons donc d’une véritable technologie inventée au néolithique: l’agriculture !

J’ai déjà beaucoup parlé de ce que je pense de l’agriculture et de ce qu’elle devrait être.

Je pense qu’il est important dans l’agriculture d’avoir une approche énergétique. Finalement, des plantes ce sont des panneaux solaires ! L’énergie du soleil est utilisée pour capter du carbone.

Des panneaux solaires, ils fonctionnent toute l’année. Même l’hiver quand il y a moins de soleil. Donc pour l’agriculture c’est pareil. Il faut faire de la biomasse aussi l’hiver.

Baser l’agriculture sur le pétrole pour faire des engrais, c’est finalement vivre à crédit sur de la biomasse d’il y a 500’000 ans..

Ce n’est pas durable.

Faire des choix correct en terme d’énergie c’est valable pour toutes les technologies.

Vivre avec la nature

De plus en plus, je vis avec la nature. Je me lève le matin en même temps que le soleil, et je me couche en même temps que lui. Ainsi, j’économise de l’énergie. Plus besoin de m’éclairer 😛 … ou de regarder la TV inutilement le soir.. (chose qui ne m’arrivait déjà que rarement)

Quand le lac est chaud, je vais m’y baigner, et ainsi, je n’ai pas besoin de me doucher à la maison. C’est tellement mieux d’avoir une baignoire de 40km de long ! 😛

Giratoire

Pour gérer un carrefour, le giratoire, c’est simple et efficace. Les feux, c’est pas toujours efficace et ça consomme de l’énergie. C’est en même temps fragile sur le long terme.

Il faut savoir privilégier des solutions comme les giratoires.

Quelques exemples

  • Les escaliers
  • l’éplucheur à pommes

cinéma en 3d

Cinéma en 3D

Les technologies

Actuellement (début 2010), il y a 3 technologies qui s’affrontent.

  • reald: avec des images polarisées
  • dolby 3d: avec des couleurs de base rouge, vert et bleu différentes pour chaque oeil.
  • 3D Xpand: avec des lunettes actives qui masque pour chaque oeil l’image qui ne lui est pas destinée.

Le système 3D Xpand n’est pas très pratique pour des salles de cinéma. Avec 400 places, il faut 400 paires de lunettes ! Il faut les nettoyer. Il y aura facillement des pannes. Ce n’est pas la bonne technologie pour des cinémas. En revanche c’est probablement la plus simple pour la maison. On y reviendra.

Pour les cinéma, la technologies Dolby 3D semble être sympa, mais elle requiert des filtres assez complexes pour filtrer par interférence les longeurs d’onde des couleurs qui sont destinées à l’autre oeil. Le filtre est un mille-feuille de 50 couches et il atténue pas mal la lumière. Moi j’étais au premier rang, je n’ai pas remarqué, mais il semble que si l’on est loin de l’écran, la luminosité n’est pas terrible. Surtout que le projecteur numérique a déjà moins de luminosité qu’un projecteur pour film argentique.

Le système qui semble le plus populaire pour les cinémas, c’est le système de reald qui fonctionne avec une lumière polarisée. Chaque oeil recoit l’image qui lui est destinée par l’intermédiaire d’une paire de lunette avec des verres polarisés. Les lunettes sont moins complexes et donc moins chères.

La subtilité de la lumière polarisée, c’est que dès qu’elle est réfléchie, elle risque de changer de polarisation. Ce qui n’est pas du tout ce que l’on veut si l’on projette l’image sur un écran !

Donc l’écran doit être spécial pour utiliser un système reald. Il est fait avec de l’argent ou de l’aluminium pour réfléchir la lumière sans changer sa polarisation. (de toute façon avec un projecteur numérique qui émet moins de lumière il faut changer l’écran)

Tous les détails sur le site web:

http://tpe3d.e-monsite.com/accueil.html

 

A neuchâtel

A l’occasion du film avatar, deux salles à Neuchâtel et à la Chaux-de-fonds ont été équipée de projecteurs 3D.

Le 16 décembre 2009, la première projection 3D publique a eu lieu. Cependant j’avais déjà vu des films en 3D à Neuchâtel, notamment The revenge of the shogun women lors du NIFF. Mais ce film ne fonctionnait pas du tout sur le même principe. D’ailleurs il était nul ! C’est pour ça qu’il était présenté ! Le producteur à mis tout son budget sur la 3D et quasi rien sur l’histoire. Bref, la 3D c’était pas top. Avec Avatar, c’est une autre dimension qui s’ouvre.

J’ai vu Avatar le 21 décembre 2009. Le système utilisé était celui de Dolby 3D avec des couleurs. Le 29 décembre un ami est retourné au même endroit et il a eu droit à des lunettes polarisée pour le système reald ! Il semble que c’était le premier jour après le changement !

Pourquoi avoir changé de système 2 semaines après la sortie du premier ?? C’était un système de remplacement en attendant le système définitif ?

A la maison

Est ce que l’on peut aussi regarder des films en 3D à la maison ?

Enfin, depuis de nombreuses années, les cinémas on repris une longueur d’avance sur les home cinéma. Il était devenu tellement facile de se faire un cinéma de meilleure qualité à la maison avec un bon beamer. C’était le comble, avec une majorité de cinéma encore équipés de projecteurs argentiques, le cinéma numérique de la maison était meilleur.

Maintenant l’innovation est là. ça relance la course ! Bien !

Donc que peut on faire à la maison ?

Avec le matériel courant, pas grand chose !  Quelques vieux anaglyphes. (rouge et vert)

Sinon, il faut se rééquiper, mais avec quoi ? Il y a plusieurs possibilités:

  • Le projecteur 3D
  • Les lunettes à obturation. Nvidia propose des lunette de ce type avec une cartegraphique qui décode les films 3d
  • Un écran polarisé et des lunettes polarisées simples. (mais pas la même polarisation que pour le cinéma !  circulaire et non linéaire) Dans le genre, il existe l’écran Zalman Trimon.
  • L’écran autostéréoscopique (genre Alioscopy). Il n’y a pas besoin de lunette pour le regarder !

Tous les détails sur ce site:

http://tpe3d.e-monsite.com/rubrique,les-lunettes-a-obturateur,505574.html

Conclusions

Le cinéma en 3D est là. Pour éviter le piratage l’industrie du cinéma va tout sortir en 3D ces prochaines année. C’est finalement la 3D et pas la qualité d’image qui a poussé les cinémas à s’équiper de projecteurs numériques. Ce qui confirme ma théorie qui dit que les gens ne se bougent pas pour la qualité, mais pour la quantité.

Avec du numériques, les cinémas pourront se lancer dans d’autres événements que les projections de film. Il pourront profiter de faire des retransmissions numériques en direct comme des concerts ou du sport. Est ce que lors des multiples événements sportifs de 2010 on verra ce genre de chose ? (JO, coupe du monde de foot et coupe de l’américa)

La 3D à la maison ça va venir. Dans les premières année, il me semble que les lunettes à obturation pourront avoir facilement du succès, vu qu’il suffit d’un équipement qui synchronise l’obturation avec le film. Pas besoin de changer d’écran !

Peut être que de plus nombreux constructeurs vont se lancer dans les écrans 3D ?

Quand la technologies sera vraiment au point et pas chère. On verra des écrans autostéréoscopiques partout. C’est le plus agréable. Il n’y a pas besoin de lunette.

D’ici là il faudra se mettre d’accord sur les formats de film en 3D.

Sur ce site, on trouve déjà quelques infos sur les player et format de vidéos 3D:

http://www.berezin.com/3D/sp_features.htm

Quelques liens: