Histoire de la monnaie (et des systèmes économiques) en vidéo

Je me suis lancé dans une série d’épisodes qui racontent l’histoire de la monnaie et des systèmes économiques.

Voici donc le début de cette série qui est publiée en partie sur la chaine youtube d’un copain…. et en partie sur la mienne.

Tu peux t’abonner à la playlist « Histoire de la monnaie » pour voir tous les épisodes dans l’ordre….

Episode 1: histoire de la monnaie et des systèmes économique: la chronologie

Ici je fais une intro pour expliquer de quoi on va parler. Un bref résumé de 5000 ans d’histoire….

Comment est-ce que les humains s’organisent pour vivre en communauté ?

Quelle est l’origine du mot économie ?  D’où vient la monnaie ? à quelle moment ça émerge ?

Episode 2: le don dans une communauté de confiance

Quel est le premier système économique qui émerge quand il n’y a rien ?
Voici une proposition basée sur le travail d’anthropologues et sur les constatations du Jeu de la Monnaie.

Episode 3: origine de la monnaie scripturale

Ici on découvre que contrairement à une idée bien répandue, la monnaie scripturale (donc écrite) est très ancienne. On a pas besoin d’ordinateur, un simple pour de bois suffit pour faire une reconnaissance de dette hautement sécurisée.

On va parler des summériens et de leur tablette d’argile..

Episode 4 : origine de la monnaie métallique et ses conséquences

Voici la véritable origine de l’impôt. Non, c’est pas du tout pour financer des infrastructures ni pour redistribuer les richesses. C’est juste une composante fondamentale du système monétaire…..  un système « esclavagiste » sans violence physique qui permet à une élite de vivre sur le dos des autres… à un seigneur de vivre de son seigneuriage.

frapper la monnaie celtes

Episode 5 : les banques centrales

Conséquences de la création de la monnaie (+ impôts) par un seigneur , c’est l’émergence d’une économie de marché. Les gens sont obligés de gagner de la monnaie pour payer leur impôts.

Le seigneur, de son côté va utiliser son pouvoir de seigneuriage issu de la création de monnaie pour acheter de quoi améliorer son armée et élargir son pouvoir sur d’autres malheureux.

Les marchands d’armes sont donc les privilégiés du système. Ils reçoivent beaucoup d’argent. Ainsi eux aussi deviennent puissants.

Au point que la conséquence de la création de la monnaie métallique au profit d’un seigneur, c’est de faire émerger une classe de commerçants qui eux aussi veulent leur part du pouvoir.

C’est ce qui arrivera avec la création des banques centrales.

La banque centrale est l’association entre des riches marchands et l’Etat. Tout en gardant son monopole sur la création de monnaie, sa part du pouvoir, l’Etat donne le monopole de la création d’un autre type de monnaie à une banque centrale. C’est ainsi que les banques centrales obtiennent le droit de « titritiser » une dette pour la rendre liquide sous forme de billets de banque.

En complémenta voir aussi la vidéo de Henri Guillemin à propos de la création de la banque de France.

Une banque privée initiée par un groupe de banquiers (notamment le banquier Suisse Jean-Frédéric Perregaux). Napoléon acceptera la proposition de la création de cette banque, en deviendra actionnaire et donnera le monopole d’émission de papier monnaie à la banque de France.

BNS Banque Nationale Suisse- Schweizerische Nationalbank.JPG

Episode 6 : les banques commerciales

Essors de l’économie de marché et industrialisation

Avec le temps l’économie de marché se développe bien. Le capitalisme prend son essors. L’industrie grandit elle aussi et demande de plus en plus de capitaux pour créer de grands projets. Pour créer une grosse usine, il faut beaucoup d’argent tout de suite pour pouvoir produire plus tard ce qui permettra de rentabiliser l’investissement. (avec un bénéfice pour les actionnaires qui ont pris le risque de donner de l’argent au début sans savoir si ils allaient vraiment être remboursé.)

Pour avoir des capitaux liquides tout de suite il y a plusieurs méthodes:

  • On peut trouver un gros investisseur qui va nous prêter de quoi démarrer en échange d’une part du gâteau… et très souvent d’un bout du contrôle de l’entreprise.
  • On peut vendre des bouts d’entreprises à beaucoup de monde sous forme d‘actions cotées en bourse.
  • On peut demander un crédit à un banquier et lui rembourser une fois la production vendue.

Ainsi la finance se développe sous diverses formes.

Le banquier privé

Au début un banquier n’est qu’une personne qui a beaucoup d’argent et qui le prête pour des projets et demande une commission et/ou une part du bénéfice en retour. Tout comme quand je prête mon vélo, je ne peux pas l’utiliser tant que je l’ai prêté !

C’est ce que font les banquiers privés. Il ne reste en 2019 que 5 banquiers privés en Suisse. (chaque année il y en a moins !!) Ce sont en fait des gestionnaires de fortune.

La banque commerciale

La banque commerciale est très différente du banquier privé. Il y a 248 banques commerciales en Suisse en 2019.

L’activité principale d’une banque commerciale est de faire des crédits. Elle finance l’économie en proposant de la monnaie tout de suite pour un projet particulier. Le débiteur va rendre cette monnaie plus tard avec un montant supplémentaire sous forme d’intérêt pour rémunérer la banque commerciale.

A priori, pour le client, pas de différence avec la banque privée ou la banque commerciale. C’est là une source de confusion très courante. Mais du côté de la banque c’est très différent. En effet, une banque privée prête de l’argent, une banque commerciale fait un crédit.

kaspar_villiger_ubs

Le crédit bancaire est une création monétaire

Une banque commerciale n’a pas besoin d’avoir la monnaie qu’elle va fournir à son client. Une banque commerciale peut créer cette monnaie au moment de la signature du contrat avec son client.

En fait, elle crédite un montant sur le compte du client. Elle crée une reconnaissance de dette de la banque commerciale pour un certain montant. Cette reconnaissance de dette est acceptée comme moyen de payement.

C’est un nouveau type de monnaie. C’est de la monnaie scripturale bancaire. En Suisse le conseil fédéral appelle ce type de monnaie des Substituts monétaires.

Une nouvelle couche de pouvoir s’ajoute

La monnaie issue du crédit bancaire est une nouvelle forme de monnaie qui s’ajouter aux formes précédentes. On a donc aussi une nouvelle classe de personnes qui veulent leur part du pouvoir.

On a plusieurs couches:

  • La monnaie métallique qui est gérée par le seigneur, l’Etat. Garantie par le pouvoir coercitif des armes.
  • Les billets de banque (et la monnaie banque centrale) émis par une banque centrale qui a reçu le monopole sur ce type de monnaie par l’Etat.
  • La monnaie scripturale des banques commerciales. Ce droit de faire des crédits est octroyé à qui se conforme aux lois en la matière faites par l’Etat. Ces lois imposent aux banques commerciales d’avoir une réserve obligatoire. Cette réserve est un pourcentage des crédits octroyés (2.5% en Suisse, 1% dans l’UE et 0% en Angleterre !) que la banque commerciale doit avoir en monnaie banque centrale.
    Ainsi on s’assure que le pouvoir de la banque centrale n’est pas entamé !

Ainsi on voit que la banque commerciale est liée aux systèmes précédents, aux pouvoirs précédents.

Elle doit avoir des réserves dans une monnaie qu’elle ne crée pas elle même sinon ça remettrait en cause le pouvoir des banques centrales !

Le pouvoir de la banque commerciale est supérieur à celui de la banque centrale

… et là c’est pas si clair… Depuis quelques années, la banque centrale d’Angleterre dit que les banques centrales ne contrôle plus vraiment les banques commerciales.

Car la banque centrale ne contrôle pas la demande en crédit !!
Elle ne contrôle pas le principale robinet de création monétaire. Le banquier dans une banque commerciale choisi les projets qui méritent qu’on les finances ou non…  ainsi le banquier actuel a le pouvoir de créer le futur ! Souvient toi bien de ça !

… et finalement c’est la banque centrale qui doit suivre en créant de la monnaie et la « vendre » aux banques commerciales proportionnellement à leur crédits pour qu’elles puissent en mettre dans leur réserve afin de répondre à leurs obligations légales.

Ainsi la banque centrale ne contrôle plus sa masse monétaire. Elle ne fait que réagir en cascade. Elle ne contrôle plus que le taux directeur ce qui limite fortement son action…. tellement que ce taux est même devenu négatif !!.... preuve que ça ne marche plus !

C’est pour ça que des outils non conventionnels tels que le quantitative easying est utilisé pour tenter de sauver le système…

Episode 7 : expériences du 20ème siècle

Dans cet épisode nous nous attarderons sur quelques expériences monétaires du 20ème siècles.

Episode 8 : les Monnaies Locales Complémentaires

A force de voir une économie mondialisée qui ne profite plus qu’aux grosses entreprises multinationales, les partisans des circuits courts et de la promotion de l’économie locale ont inventé des Monnaies Locales Complémentaires dont le but principal est de dynamiser l’économie locale

Ces monnaies sont généralement nanties, (cautionnées, garanties) par leur équivalent en monnaie bancaires sur un compte. Par exemple pour avoir 10 Farinet, je dois donner CHF 10.- . 

Mes Farinet ne sont valables que dans quelques commerces en Valais.

On voit très bien que ce mécanisme bride totalement les Monnaies Locales Complémentaires. Elles sont totalement liées au pouvoir des banques commerciales et leur donnent encore plus de pouvoir quand on mets le nantissement sur un compte en banque !

La loi Française oblige à faire du nantissement sur un compte en banque et de ne pas y toucher.
La loi Suisse.. est floue… la FINMA est en train de voir que faire des MLC…

La Banco Palmas a intelligemment utilisé le fait qu’on double la masse monétaire (nantissement + monnaie locale en circulation), pour construire une école en dynamisant une économie locale et en gardant une grande partie du don qui a été fait pour ce projet…..

L’outils de création monétaire est puissant quand on ne l’entrave pas !!

Voici un article que j’ai écrit à propos du cadre légal encore très flou des Monnaie Locale Complémentaire Suisse… (comme le Farinet et le Léman par exemple…)

farinet

Episode 9 : les Cryptomonnaies

…. Avec la création du bitcoin juste après la crise des subprimes et la grande crise financière de 2008, on voit un nouveau tournant de l’histoire de la monnaie qui arrive.

Suite à la cascade de pouvoirs qu’on a étudiée ci-dessus, Etat, banque centrale, banque commerciale, finance…   Voilà qu’il y a un nouveau moyen de payement qui arrive totalement hors des pouvoirs en place. La gouvernance est décentralisée.

Les Etats sont parfois bien en peine pour contrôler d’abord le bitcoin, puis toutes les cryptomonnaies qui se créent sur des variations du concept de blockchain.

Le bitcoin a connu plusieurs fois des bulles spéculatives

En complément voici aussi un article où je décris plus précisément le fonctionne dit décentralisé du bitcoin… Il n’est pas en fait totalement décentralisé. Si on parle de LA blockchain, c’est qu’il n’y en a qu’une… donc on est dans un système centralisé !

Par contre la gouvernance du bitcoin est décentralisée…

Episode 10 : la Théorie Relative de la Monnaie

Partant du postulat que la monnaie est un outil de mesure totalement imparfait, Stéphane Laborde, (Galuel) a voulu créé un étalon de mesure qui reste identique dans l’espace et dans le temps. Il décrit son idée dans sa Théorie Relative de la Monnaie.

En pratique, pour réaliser cet étalon de mesure invariant, Stéphane Laborde propose de distribuer à tous un Dividende Universel, ce qui permet d’être tous co-créateur de la monnaie. Ainsi on réalise l’égalité spatiale. Peu importe où l’on se trouve on peut avoir de la monnaie. Il n’est plus nécessaire d’être là où sont les banques et surtout d’avoir un projet qui plait au banquier !

L’égalité temporelle est plus subtile. Il faut déjà comprendre que suivant la génération à laquelle on se trouve on n’est pas tous égaux. Ainsi pendant les 30 glorieuses il n’y avait pas de dettes publiques. Puis les Etats se sont endettés en disposant immédiatement de monnaie à payer par les générations futures. Ainsi une personne qui nait maintenant est défavorisée par rapport à une personne qui naissait il y a 50 ans.

L’idée est donc d’effectuer une sorte de fonte de la monnaie avec le temps.

Ceci est réalisé en augmentant perpétuellement le DU distribué. Ainsi les nouveaux arrivant se rattrapent sur les anciens et peuvent commercer à égalité.

Critique de la Ğ1 (et de la TRM)

Je trouve très intéressant cette idée. Mais elle n’est pour moi pas parfaite. Pour moi c’est surtout l’intention de base qui est étonnante.

En quoi la monnaie n’est qu’une unité de mesure ? Elle a certainement aussi d’autres fonctions. Comme la réserve de valeur. Bon finalement c’est pas bien grave vu qu’avec un DU quotient on a toujours de quoi vivre. Mais comment fait-on pour investir massivement, comme pour la création d’une industrie ?

La réponse des partisans de la TRM c’est l’investissement par cotisation et non par crédit… C’est ne dépenser que ce qu’on a… donc pas de crédit. C’est un point de vue politique. Mais il faut dire que le crédit est bien utile parfois (même avec toutes les dérives de qui empoche le bénéfice…) … C’est bien de pouvoir avoir une hypothèque de vivre dans sa maison avant d’avoir 70 ans ….

Un autre point est lié au choix de l’invariant. Stéphane Laborde a proposé l’espérance de vie comme invariant entre les humains. Statistiquement c’est juste. Ainsi il calibre le DU et la fonte sur cet invariant.

DU = c * Masse monétaire / NB utilisateurs.
c = ln(ev) /ev ≈ 10% (par an)

(ev = espérance de vie)

(le symbole C est utilisé en référence à la Célérité de la lumière l’invariant utilisé dans la théorie de le Relativité d’Einstein.)

Mais par contre je ne vois pas pourquoi on aurait pas pu prendre un autre invariant ? L’auteur semble ne pas vouloir entrer en matière sur une autre manière de voir les choses ! Pour lui il n’y a toujours qu’UN seul et unique invariant.
Statistiquement le poids d’un humain est aussi un invariant entre humain ? comme sa taille ? … non ? …  Si on veut un invariant lié au temps comme l’est l’espérance de vie on peut imaginer le temps de scolarité ou la période de fertilité d’une femme. (à zut.. c’est pas pareil homme ou femme…  ah ben l’espérance de vie non plus d’ailleurs !!)

Bon, c’est pas si grave, je trouve tout à fait bien vu le fait qu’une dette soit annulée dans un temps qui correspond à la moitié de l’espérance de vie. Ça rejoint la notion de jubilé biblique (levitique 25.8-22): on annule toute dette tous les 7×7 ans.

Par contre là où je trouve très louche la manière dont sont fait les paramètres, c’est que le montant du DU dépend aussi de l’espérance de vie, mais aussi du nombre de personne co-créatrice de monnaie. Je trouve ça très lourd à gérer.

En fait si on regarde bien, la toile de confiance sert surtout à limiter les variations rapides d’entrée dans le réseaux comme co-créateur de monnaie. Car si les entrées étaient massives, si l’adoption de cette monnaie était réellement possible globalement, alors le DU serait diminué et l’instabilité ferait de ce système un système pas très gèrable !

Ainsi en passant de la théorie à la pratique, de la TRM à la Ğ1, le problème est apparu et il a fallu changer la formule de calcul du DU... Ceci afin de minimiser l’effet de la masse monétaire et du nombre de personnes déjà présent. Une approximation du second degré à été fait d’une exponentielle…

DUĞ = DU(t+1) = DU(t) + c² M(t)/N(t)

L’astuce de remplacer la multiplication dans la formule du DU par une addition est également lié à un problème de démarrage du système.

Car avec un DU = 10% * masse monétaire / nb utilisateurs
= 10% * 0 = 0 → on ne démarre pas ! 

Avec l’approche par une formule approchée du second degré on résout le soucis:

DU(t+1) = DU(t) + c² M(t)/N(t)
… enfin… pour autant d’avoir une masse monétaire au démarrage !!

En ce qui concerne la monnaie Ğ1 ses paramètres sont encore différent de la théorie. La licence de la Ğ1 nous explique à propos du DU quotidien:

Le montant en Ğ1 du DU est identique chaque jour jusqu'au prochain équinoxe où le DU sera alors réévalué selon la formule (avec 1 jour = 86 400 secondes) :

DUjour(équinoxe suivant) = DUjour(équinoxe) + c² (M/N)(équinoxe) / (182,625 jours)

Avec comme paramètres :
c = 4,88% / équinoxe
DU(0) = 10,00 Ğ1

Donc en effet, pour que le système démarre, il faut des membres (les 59 fondateurs.) et il faut une masse monétaire initiale !! … un crédit !! Sinon ça vient d’où ces 10 Ğ1  ? …. création ex-nihilo !

Cachez ce crédit que je ne saurai voir !!!

C’est une bidouille de démarrage, on va rétorquer que ça n’est pas grave du tout… (ce qui est vrai… après quelques jours cette différence est amortie.)

Moi je trouve que c’est une preuve que la théorie est boiteuse !!!

C’est pour cette raison que je préfère nettement l’approche du Système Monétaire Equilibré qui part de l’intention de créer non pas UNE monnaie, mais un protocole pour bien comprendre les référentiels utilisés entre des nombreuses monnaies et tenter de trouver des équivalences juste pour échanger.

Avec cette théorie on peut comprendre là où la TRM est boiteuses et pourquoi elle ne peut pas démarrer.

Pour construire un référentiel monétaire qui marche, dans le cadre sur SME, dans un cas extrême chacun utilise sa propre monnaie, dont l’échelle est calibrée sur ce qui est nécessaire à la personne pour vivre.

Ainsi on a là un système qui permet de vivre dans tous les cas. Ce que la G1 ne garanti pas…  (Je me fiche bien d’avoir un thermomètre qui fonctionne partout si mon but n’est pas de mesurer la température, mais d’avoir de quoi mettre mes bières au frais !)

Le SME sera l’objet de mon prochain épisode… d’ici là rejoint la G1 ça vaut la peine d’expérimenter. (Moi je ne me permet jamais de critiquer sans expérimenter !)

Pour rejoindre la monnaie libre Ğ1

Quelques stats sur la Ğ1 via le soft Duniter…

Une bonne explication du fonctionnement de Duniter et de sa blockchain avec des noeuds identifiés qui fournissent une preuve par le travail adaptative et donc limitent la consommation d’énergie (contrairement au bicoin)

Un tuto pour créer son compte et devenir co-créateur de monnaie Ğ1…
Mais attention, il te faudra te faire certifier par au moins 5 amis déjà dans la toile de confiance de la Ğ1 pour recevoir ton DU quotidien. (sinon ce sera un simple compte)

Tu peux regarder sur la carte si il y a des membres dans ta région et les contacter pour te faire certifier. (il y a de nombreux apéro monnaie libre dans ce but)

Si tu veux faire du commerce, il y a une place de marché par ici… 

Episode 11 : le Système Monétaire Equilibré

Le SME, soit Système Monétaire Equilibré, ou encore Système de Mesures Equilibré est avant tout une théorie qui permet de comprendre les différents paramètres et référentiels utilisés pour décrire des Systèmes économiques (Système monétaire au sens large).

Puis en ayant conscience des paramètres et référentiels possibles, une personne peut savoir si elle se fait arnaquer dans un échange ou non.

Cette théorie peut servir de base à la création d’un système monétaire plus juste. J’ai d’ailleurs lancé une nouvelle monnaie basée sur ce principe, le Kong … une monnaie de singe 🐵 !

Les paramètres de base d’un référentiel

Un référentiel complet est défini par les paramètres suivants:

  • où se trouve l’origine. (le 0, la référence par rapport à quoi on mesure, aussi la Valeur du Point d’Equilibre.)
  • le niveau du revenu de base. (qui donne l’échelle quantitative à tout le système, et le sens de lecture + ou –) C’est la transcription d’une valeur physique réelle en une échelle mathématique. (ex: le °Celsius est une division en 100 parties de la différence de température entre l’eau solide et gazeuse).
  • le facteur de zoom qui est en fait 2 variables: le Taux de Retour à l’Equilibre par unité de temps choisie. (la période en général le mois, vu que c’est une grandeur souvent utilisée en comptabilités… salaires, factures, etc…)

Un système monétaire juste

Dans une idée de tenter de créer un système monétaire qui semble juste en regard de tout ce qui s’est dit plus haute on peut inclure les règles suivantes:

  • Chaque personne est libre de choisir son système monétaire (c’est en fait la loi 0 de la TRM!)
  • Chaque personne a droit à un potentiel de création monétaire. (représenté suivant les référentiels comme une quantité de jetons ou une limite de consommation à crédit) → Ceci a pour conséquence que ce sont les individus qui créent la « monnaie » en utilisant leur potentiel.
  • Le système est stabilisé, équilibré dans le temps par une fonte régulière du solde. (solde positif ou négatif, donc avoir et dette fondent) → C’est l’idée d’équité temporelle entre génération. Mais aussi  la notion de jubilé biblique (levitique 25.8-22): on annule toute dette tous les 7×7 ans. C’est l’entropie qui stabilise les systèmes physiques. (Taux de Retour à l’Equilibre par unité de temps)
  • Chaque personne dispose dans tous les cas d’un potentiel de consommation lui permettant de vivre. Elle décide elle même du niveau de ce potentiel. (C’est un Revenu de Base Inconditionnel dont le montant est choisi par la personne elle même. On parle aussi de AVLDI (Avance Valeur Limite Déséquilibre en Importation ))
  • Les paramètres du référentiel utilisé pour décrire une valeur économique doivent être transparents. (Pour qu’un transfert économique soit fait manière juste, il est nécessaire de savoir dans quel référentiel la valeur est exprimée. Donc aucune variables ne doit être cachée… c’est valable pour l’affichage des prix..)

Des règles précédentes, ont peut déduire une relation qui va faire le lien entre les différentes grandeurs. Ceci permettra de déterminer le potentiel de création monétaire (Aussi appelé, limite de consommation à crédit ou VLDI: Valeur Limite de Déséquilibre en Importation) dont chaque personne dispose en fonction des paramètres du référentiel qu’elle aura choisi.

Le limite consommation à crédit maximale =  le Revenu de Base Inconditionnel * (1/ Taux de Retour à l’Equilibre) +  le Revenu de Base Inconditionnel.

Voilà, on a la base pour décrire un référentiel d’un Système Monétaire Equilibré.

Vérification des paramètres du référentiel pour éliminer les abuseurs et détermination de l’étalon Revenu de Base Inconditionnel

Ainsi une personne qui vérifie la transaction peut demander les paramètres pour s’assurer que la limite de consommation à crédit n’est pas dépassée dans le cas d’un achat. C’est un moyen de se débarrasser des abuseurs. 

Il est largement reconnu que certaines personnes ne sont pas capables de contribuer économiquement suffisamment pour avoir de quoi vivre. (vieux, malades, enfants, etc..) Ainsi chacun peut toujours bénéficier de son Revenu de Base Inconditionnel pour pouvoir vivre sans être considéré comme un abuseur du système.

Le Revenu de Base Inconditionnel, ou plutôt « ce qui m’est nécessaire pour vivre«  est considéré comme étant l’échelle de base, l’étalon de valeur de tout ce système économique juste.

L’idée là derrière est de garantir à chaque personne de pouvoir vivre. Il ne doit plus être nécessaire de « gagner sa vie« , on l’a déjà. Statistiquement les besoins de base de tous les humains sont les mêmes. (On peut se référer par exemple aux 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson)

C’est donc un invariant, de la même manière que dans la TRM Galuel considère que l’espérance de vie est un invariant entre les humains.

Convergence de l’Etalon Revenu de Base Inconditionnel dans une même zone économique

Il peut paraitre étrange d’avoir chacun la possibilité de choisir le niveau de son Revenu de Base Inconditionnel, mais c’est la seule et unique manière de garantir que ce soit juste et de tenir compte de l’infini des possibilités des cas particuliers tout en évitant un contrôle administratif. Ceci va avec la philosophie derrière le Revenu de Base Inconditionnel qui part du principe que l’on peut faire confiance à ses semblables et à soi même !

Grâce à la transparence des paramètres et à l’intelligence collective les abuseurs seront très vite démasqués et ne pourrons plus commercer (ou seulement avec les autres margoulins…)

Dans le cas extrême, chaque personne peut utiliser un Revenu de Base Inconditionnel différent pour étalonner son propre référentiel. De fait elle crée sa propre monnaie et on a ainsi potentiellement 8 milliards de monnaies différentes utilisables !

Evidemment que c’est très lourd et pas très pratique à utiliser quand à chaque transaction il faut calculer les équivalences entre référentiels. (comme un français habitué à l’euro qui va évaluer un prix en $ sur un site web… ou qui va faire du shopping à Londres et voit des prix en £… ou va faire du ski en Suisse en payant en CHF…)

On se rend bien compte que c’est pas gérable à l’échelle individuelle. Quoique, avec le fait que tout le monde a un smartphone dans la poche qui fait le boulot et/ou que son navigateur web inclue un convertisseur automatique sur les shop en ligne, c’est pas une grosse difficulté.

Mais on peut imaginer une sorte de convergence par région du Revenu de Base Inconditionnel. Ainsi les gens qui commercent entre eux localement (ce qui est le plus courant pour les besoins de base) ont la même échelle de valeur.

En fait la différence existe déjà actuellement, mais elle est cachée !! En utilisant des monnaies uniques sur des larges surfaces on fausse les réels changement de référentiels. Il est indéniable qu’un euro n’a pas la même valeur partout dans la zone euro. Il a un pouvoir d’achat très différent si l’on est en Roumanie, ou en Allemagne !

Personnellement, j’aime bien observer le prix du pain au chocolat en boulangerie. C’est mon indice BigMac à moi… :p

Je vois qu’en Suisse le prix du pain au chocolat à la gare de Genève est à CHF 3.20 alors qu’on le trouve à Neuchâtel à la Migros pour CHF 1.40.

En traversant à vélo la France (d’est en ouest), j’ai vu que le prix du Pain au chocolat varie entre € 0.89 et € 1.20.

En Angleterre, je l’ai trouvé généralement autour de 1£.

Ces variations de pouvoir d’achat à l’intérieur d’un même pays montrent qu’il y a plusieurs zones économiques distinctes.

Le fait de choisir soi même « ce qui m’est nécessaire pour vivre » permet une adaptation facile à chaque zone économique et aux particularités personnelles. On va certainement tendre vers un gradient de variation de niveau de Revenu de Base Inconditionnel comme on observe un gradient des prix de l’immobilier.

Les deux sont d’ailleurs très fortement corrélé, étant donné que le logement est souvent une part importante du budget de « ce qui m’est nécessaire pour vivre ».

Exemple de paramétrage d’un référentiel de Système Monétaire Equilibré

Voici un exemple de paramètres:

  • origine = 0
  • montant du Revenu de Base Inconditionnel = 100
    (c’est la quantité de monnaie que je juge avoir besoin dans la période donnée. Ça peut être très arbitraire et je devrais tout le temps convertir dans un autre référentiel ou alors aligné sur les gens de ma région qui ont les mêmes besoins ce qui facilite les échanges en diminuant les calculs de changement de référentiel à faire.)
  • Taux de Retour à l’Equilibre = 10% / mois

Limite de consommation à crédit = 100 *  1/ (10/100)  + 100
= 10 * 100 + 100 = 1100

J’ai un potentiel de consommation de 1100. C’est ce que je peux dépenser là maintenant tout de suite. (en fait 1000 de potentiel de création monétaire + 100 de Revenu de Base Inconditionnel)

Si je dépense tout ça je n’ai plus rien. Si j’attend une période. (ici 1 mois) alors je recevrai à nouveau mon Revenu de Base Inconditionnel (100) et ceci pour chaque période.

Le rôle de la fonte du solde dans le SME

Dans l’exemple ci-dessus, la création du Revenu de Base Inconditionnel à chaque période est du à la « magie » de la fonte du solde en direction du point d’équilibre, du 0. C’est ce qui stabilise le système et évite les crises.

C’est l’équivalent de l’entropie dans les systèmes physique. C’est le ressort qui referme une porte ouverte pour la remettre dans un état stable.

Dans le système bancaire des banques commerciales, lorsque l’on prend un crédit, il y a un des intérêts qui doivent être remboursés. Ces intérêts sont l’équivalent de la fonte du SME, mais dans un autre référentiel. On retrouve le même genre de paramètres, il y a une exponentielle. L’intérêt utilise une exponentielle croissante ce qui rend très riche le banquier et assure l’endettement perpétuel des collectivités publiques.

Les crises sont souvent le fait d’exponentielles qui créent des bulles et qui éclatent car elle ne sont plus en corrélation avec le monde physique réel.

Ainsi pour stabiliser un système monétaire. Il faut supprimer ces exponentielles croissantes.

Cette exponentielle est décroissante dans le cas du SME, c’est à dire que le ressort va tirer la porte vers le point d’équilibre. (l’origine du référentiel) Mon ressort va être très fort si la porte est très ouverte, mais plus ma porte sera proche du point d’équilibre, plus la force de mon ressort sera faible. (donc on en fait pas claquer la porte!)

On retrouve fréquemment ce genre de comportement de formule: y = 1/x (1-e^-x) dans  des phénomènes physiques. Par exemple dans la décharge du condensateur en électronique.

Pour un condensateur on considère qu’il passe d’un état transitoire à un état stable en 5 constantes de temps RC, ici on considère que toute dette est annulée dans un temps de 5/TRE. (à 99.3%) Ceci dans l’unité choisie. (le mois par exemple)

Ex: un TRE de 1/100 par mois va nous donner: 5/ (1/100) = 5*100 = 500 mois.  41 ans et 8 mois.

Il est intéressant de voir ici un ordre de grandeur qui est proche des 7×7 ans du jubilé biblique !

Mais c’est encore plus étonnant de voir que l’on retombe aussi sur la moitié de l’espérance de vie en Suisse !! (exactement 41 ans et 8 mois !)

On rejoint ici la TRM qui nous propose aussi l’espérance de vie comme étalon. En ce qui concerne le temps j’adhère totalement. une fonte de 1% mensuel me semble tout à fait un bon ordre de grandeur. Moi c’est surtout le fait que selon la TRM, l’espérance de vie détermine l’échelle de valeur !! Là je trouve ça stupide.

Les banquiers empochent notre revenu de base !

Donc on voit ici que selon la manière dont sont utilisés les paramètres d’un référentiel on a des résultats très différents. Si l’on fait un gros raccourcis, on peut dire que les banquiers en créant de la monnaie de façon centralisée et en empochant les intérêts du crédit bancaires, en fait empochent notre revenu de base inconditionnel !

Pour tout ceux qui se posent la question du financement du Revenu de Base Inconditionnel et bien le SME me semble la meilleure solution !

La stabilisation du SME par une fonte (une oxydation) régulière du solde est faite de façon symétrique.

Il y a un solde qui peut être un avoir ou une dette suivant où il se trouve par rapport à l’origine, en positif ou en négatif.

La fonte de la dette permet de créer un Revenu de Base Inconditionnel. On voit que tout le monde le touche. Mais il n’est pas du même montant suivant la distance à laquelle on se trouve du point d’équilibre. (de l’origine, le 0)

Ainsi on ne donne pas un Revenu de Base Inconditionnel aux riches pour les enrichir encore plus… même si tout le monde y a droit…. c’est ce qui a parfois été reproché à cette idée.

La fonte des avoirs ne nous est pas tout à fait habituelle non plus. Pourtant elle dynamise les échange économiques comme on l’a vu ci dessus avec Silvio Gessel.

La fonte est tout à fait soutenable, avec des valeurs comme celle de 1% / mois on est dans quelques chose de similaire à nos jours. Même si les banques centrales disent qu’il n’y a pas d’inflation et qu’elle stabilisent très bien les prix. Est-ce que tu as déjà vu la taille des paquets de nourriture et des bouteilles…. Oui le prix est stable, mais la quantité a diminuée !!!

.. et on ne reçoit pas notre Revenu de Base Inconditionnel en échange de cette fonte !

Comment investir avec un système à SME

Comme j’ai critiqué ci-dessus la manière d’investir proposée par la TRM. Je me dois de donner quelques explications aussi pour le SME.

L’auteur de la TRM semble totalement opposé au crédit et, à l’image d’Adam Smith n’hésite par à réécrire l’histoire pour justifier sa théorie. (Adam Smith a inventé la fable du troc et Galuel a refusé de corriger les erreurs historique de son livre de la TRM que je lui proposais, car: « ça ne sert pas ce que je veux démontrer« )

Ainsi Galuel a une vision très « jeton valeur » de la monnaie. Toute écriture comptable du style faites sur tablette d’argile par les sumériens n’entre pas dans sa conscience. (c’était l’objet de nos discussions. Ainsi il occulte la moitié de l’histoire des systèmes économique dans son historique !!)

Ceci explique pas mal de chose. Notamment le choix du référentiel par défaut de la G1 pour ne voir que du positif et mettre la limite de consommation à crédit à 0. Là c’est n’est que de l’affichage donc libre de le faire. Mais ça explique aussi la bidouille de créé ex-nihilo 10G1 pour lancer le système !!

Donc évidemment en terme d’investissement, comme dit plus haut, avec la G1, il n’est possible d’investissement par cotisation et pas par le crédit.

En revanche, avec le SME. Chaque personne a un potentiel. Il est défini par la relation:

Le limite consommation à crédit maximale =  le Revenu de Base Inconditionnel * (1/ Taux de Retour à l’Equilibre) +  le Revenu de Base Inconditionnel.

On voit ici que la limite est à disposition. On ne nous impose pas le rythme de son utilisation. C’est un potentiel.

Il est possible de dépenser rapidement un gros montant. C’est une responsabilité personnelle. C’est un risque pour un flambeur. Mais c’est une énorme opportunité pour une personne qui va investir dans un système physiquement rentable.

Actuellement, tout le problème de la transition écologique est lié au fait que les gens n’ont pas les liquidités pour payer 30 ans d’énergie d’un coup. Ils préfèrent donc acheter du pétrole au compte goutte régulièrement pour se déplacer, se chauffer et s’éclairer…

On pourrait installer maintenant des panneaux solaires, thermiques et photovoltaïques et voyager, se chauffer et s’éclairer gratuitement pendant des décennies…

Pourquoi on préfère vivre au jour le jour ? C’est principalement du aux fait que pour avoir des liquidité, il faut être riches… ou avoir accès à un crédit, ce qui n’est pas évident… Si on a accès à un crédit, le risque est que les intérêts à payer bouffent tout le bénéfice financier de l’installation et fait qu’il est moins cher de ne rien changer de financer les pétroliers tous les jours ce qui engendre des problèmes écologiques et des guerres de prédation du pétrole…

Avec un potentiel de création monétaire qui est donné à chaque personne. On peut avoir les moyens d’investir dans son autonomie énergétique.

C’est dans ce genre de cas et dans plein d’autres cas de type industriel qu’il est toujours intéressant de disposer maintenant de quoi investir qui sera payé plus tard.

La monnaie libre de type G1 me semble très limitée pour ce genre de cas.

La monnaie bancaire actuelle est très chère à cause des intérêts et le banquier a trop de pouvoir. C’est lui qui décide du futur par son choix d’attribuer un crédit ou non.  Les multinationales qui ont compris ce pouvoir ont créé des banques et s’accordent ainsi des crédits illimités par des roulements des crédits.

L’industrie lourde, comme les raffineries sont également dépendantes de roulements de crédits de plusieurs millards. J’ai deux exemples dans ma régions de raffineries qui ont fait faillite à cause du refus d’une banque de renouveler des roulements de crédits.

Le SME permet une répartition du pouvoir dans la création monétaire. Le SME contient en lui un potentiel de création monétaire pour chacun, mais aussi une limite. Ainsi il ne peut y avoir d’abuseur du système qui se prêtera à lui même…  Comme l’a fait le Crédit Suisse en 2008 en se prêtant CHF 10 milliards pour éviter la faillite…

On est dans un système…. équilibré !

Comment faire pour investir dans des très gros projets ?

Quand on parle d’investir dans une installation photovoltaïque pour sa maison, on est dans quelques chose à échelle humaine ou d’une famille.

Mais quand on doit investir dans des infrastructures plus grosses, comme un réseau ferroviaire ou des hôpitaux. Là on va faire de la mutualisation de potentiel de création monétaire.

C’est à l’image d’un crowfunding actuel. (mais avec les moyens d’investir !) On vote pour les projets qui le méritent en donnant un bout de son potentiel de création monétaire.

On serait ainsi véritablement dans une démocratie directe. Pas besoin d’intermédiaire, de parlement pour ça.

De nos jours, il y a en Suisse des votations tous les 3 mois. Il arrive parfois que des votations engagent des milliards. Par exemple la votation sur le tunnel du Gotthard. Si l’on vote oui à la création de ce tunnel… c’est un crédit de plusieurs milliards qui sera contracté. Actuellement il passe par le système bancaire.

Mais on peut imaginer qu’une telle infrastructure soit financée par chaque individu qui le veut bien.

Quid des impôts ?

En ce qui concerne un impôt. On l’a vu ci-dessus, c’est un système qui est intrinsèquement lié à l’imposition d’un système monétaire en particulier. C’est pour créer la boucle de demande en monnaie qui va proposer une offre sur des marchés. C’est une manière de créer une économie de marché.

Avec un SME, il est philosophiquement interdit d’imposer un système monétaire à une personne !!

Ainsi dans ce cas, pas d’impôt. Mais si ça devait se faire. On peut imaginer que la part obligatoire doit être inclue dans « ce qui est nécessaire pour vivre« . Donc dans le Revenu de Base Inconditionnel, la valeur étalon qui calibre le système. Ainsi on s’assure qu’elle est payée… et sans heurt pour la personne. (qui se voit quand même contrainte de payer un impôt)

Ça peut être un système de transition vers une société totalement responsable et démocratique.

On nous a donné la possibilité de voter, la démocratie semi-directe. Mais on ne nous a pas donné la démocratie économique. Les moyens d’exercer cette démocratie de droit.

Il est temps de le faire de nos jours.

C’est pour ça que j’ai lancé le Kong, une monnaie de singe. Une « monnaie » basée sur le principe du SME. C’est une monnaie lowtech sur papier. Chaque personne a un carnet et l’utilise pour ses transactions. C’est simple et efficace. Pour expérimenter le Kong, c’est par ici….

Des lectures supplémentaires à propos du Système Monétaire Equilibré

Voici un article plus complet qui décrit ce qu’est le Système Monétaire Equilibré.

Réflexion pour l’implémentation d’un système monétaire équilibré totalement décentralisé….

Simulation du Système Monétaire Equilibré

Afin de mieux comprendre ce qu’est le Système Monétaire Equilibré, voici 2 résultats de simulation de transferts économiques réalisés avec un tel système.

Voici:

système monétaire équilibré

On observe que les échanges sont stables sur le long terme. On observe que les grandeurs sont équilibrées, d’où le nom. (la différence entre riches et pauvres est faible, face à la monnaie… mais pas face aux richesses non monétaires.)

A bientôt pour la suite…..

Petite chronologie sur l’histoire de la monnaie et des systèmes économiques

Et pour aller plus loin, il y a des milliers d’informations à propos de la monnaie sur les liens des références du livre « La monnaie ce que l’on ignore »…. de Denis LaPlume.

Voir aussi la chronologie des banques….

Pacifier ta relation à l’argent pour changer le monde

Sur ce site je parle beaucoup de monnaie, de système monétaire, de structures collectives liées à la notion d’argent. Aujourd’hui on va voir tout ceci sous un angle différent.

Aujourd’hui je vais compléter l’article sur ton rapport personnel à l’argent pour montrer comment des croyances personnelles peuvent faire émerger des systèmes économiques.

De plus nous verrons comment pacifier sa relation personnelle avec l’argent.

Je dis souvent que la monnaie est une structure du monde. Et bien souvent je dis que c’est une structure de pouvoir d’une poignée sur un grand nombre. Une transformation d’un système d’esclavage vers un autre.

Cette petite vidéo humoristique le montre bien…. 😛

Mais d‘où vient une structure collective ? Ne serait-ce pas l’agrégation de nombreuse structures individuelles dans lesquelles chacun joue son rôle ?

La structures oblige les individus à jouer un rôle

Il y a plusieurs avis sur le sujet. Nous avons par exemple les structuralistes. Frédéric Lordon en est un. Il pense que le capitalisme est une structure qui agit sur les individus par affect et désir. Il pense que les individus dans cette structure n’ont pas de libre arbitre. Ils sont conditionnés par cette structure.

Voici une vidéo dans laquelle il évoque ceci.
(Je trouve qu’il dit des choses finalement simples mais d’une manière terriblement compliquées !!)

Petite digression par rapport aux structures d’organisation

Un autre sujet qui me passionne, c’est les structures des organisations, il n’y a pas que les structure monétaires dans la vie !

Lordon parle dans cette vidéo, de la gouvernance en holacratie. Il dit que ça ne fonctionne que par beau temps: « Allez voir quand les actionnaires ne sont plus d’accord… tout ce management s’effondre« 

Effectivement il soulève un point très intéressant qui est souvent négligé, mais il jette le bébé avec l’eau du bain.

Fédéric Laoux le dit très bien dans son livre « Reinventing organizations« , si l’on veut appliquer une gouvernance partagée, une gouvernance de type Opale. Il est nécessaire que le(s) propriétaire(s) soient en accord avec ce fonctionnement.

livre reinventing organization frédéric laloux

Lordon a une vision du monde de lutte de classe. Donc évidemment ça ne l’arrange pas quand on peut sortir de la lutte !

C’est le grand combat entre les deux visions du monde, réformer de l’intérieur ou faire la révolution….   et personnellement je trouve plus intéressant la troisième voie: construire à côté.

Le cas de Buurtzorg, entreprise de soins à domicile aux Pays-Bas est passionnant. Ce cas montre qu’en très peu de temps, en construisant à côté une entreprise qui correspond à ses valeurs et aux valeurs des acteurs du domaines (les soignants et les soignés) et bien on peut bouffer la majorité du marché. Les soignants préfèrent venir travailler dans un meilleur cadre et les soignés demandent à travailler avec Buurtzorg plutôt qu’avec les autres.

Le Jeu de la Monnaie pour comparer l’effet de quatre systèmes économiques

Régulièrement, j’organise des « Jeu de la Monnaie ».

Le Jeu de la Monnaie, c’est 4 petits jeux d’une dizaine de minutes qui nous permettent de simuler 4 systèmes économiques, afin d’observer leur influence sur les individus.

Le fil rouge entre les quatre jeux, c’est la possibilité de construire des maisons. ?
Les maisons sont symbolisés par 4 murs, 4 cartes à jouer de la même hauteur. ♠️♥️♣️♦️
Les règles sont simples, mais ce qui en émerge peut devenir très complexe.

Petit aperçu en vidéo du déroulement d’un jeu de la monnaie…

Donc c’est toujours la même idée là derrière: les structures conditionnent les individus. Si on change la structure, on change tout!

Et effectivement, je constate que les 4 jeux sont très différents. Je vois que le vol, la mendicité, les grosses multinationales qui s’accaparent les ressources n’émergent que dans un des jeux….  devine lequel !

Le libre arbitre existe

Mais malgré tout, il y a des différences entre les parties et la seule chose qui change. Ce sont les joueurs. Ainsi je tend à pense que le libre arbitre existe toujours, contrairement à ce que pense Lordon.

Le premier jeu du jeu de la monnaie n’a pas vraiment de structure. Ainsi c’est le jeu dans lequel on voit le plus de différence d’une partie à l’autre. C’est là qu’on observe le mieux le libre arbitres des joueurs.

Certains sont dans la peur et le manque…. et d’autres sont dans la joie et le don….

Mais pourquoi une telle différence entre individus ?

Les croyances autour de l’argent

Dans mon article précédent je t’ai questionné sur ta relation personnelle à l’argent. Si tu n’as pas lu cet article je t’invite à le faire. Je ne ferai ici qu’un bref résumé.

Pour comprendre pourquoi des individus agissent différemment dans la même situation, il est intéressant d’observer les croyances liées à l’argent. Christian Junod le fait bien.

Bien, qu’il soit banquier à la base, Christian Junod dit qu’il n’est pas un spécialiste de la monnaie, de sa création de son origine etc…

Par contre il dit qu’il est un spécialiste de « la relation à l’argent« .

Dans les différentes croyances associées à l’argent, il y a des gens pour qui l’argent est du pouvoir, de la liberté, de l’indépendance, de l’autonomie, voir le bonheur. Il y en a pour qui c’est de la sécurité. Il y a des gens pour qui l’argent c’est mal !.. ça brûle les doigts… ça crée des conflits…   Il n’y a qu’à voir les familles qui se déchirent pour des héritages… L’argent c’est sale, ça crée l’injustice.

A partir de ces croyances, il y a des gens qui sont capable d’attirer de l’argent et d’autres qui se sabotent au dernier moment pour ne pas en recevoir. Plus étonnant encore, il semble que c’est parfois en lien avec des croyances familiales et pas que personnelles. Ces croyances sont souvent inconscientes !

Il y a des comportements comme celui que Christian Junod décrit à propos de ce qu’il faisait lui-même, placer sa sécurité dans l’argent. Ainsi, il y a même des gens qui sont multi-millionnaires (ou plus) qui ont toujours besoin d’accumuler, qui sont pingres, car ils n’osent pas toucher à leur sécurité. Il faut toujours plus d’argent. Oui… même en étant millionnaire on peut être dans la peur du manque.

Christian Junod s’est donné pour mission d’aider les gens à pacifier leur relation avec l’argent. Il organise (organisait… il semble qu’il veut changer de formule) des ateliers pour comprendre sa relation à l’argent et la pacifier. Il a également écrit des livres comme « Ce que l’argent dit de vous ».

D’où viennent les structures collectives ?

Les structuralistes pensent que la structure va mettre les individus dans une situation où il n’ont plus de libre arbitre. Ils n’ont plus que pour choix de choisir un rôle que la structure offre. D’une manière générale on voit souvent émerger le triangle de Karpman, soit le triangle fait entre les rôles de bourreau, victime et sauveur.

J’observe qu’effectivement la structure est très forte pour conditionner les individus. Mais d’où vient la structure comment se met-elle en place? Comment et de où est-ce qu’elle émerge ?

J’ai l’impression que les structures collectives ne sont que le reflet de la vision du monde des individus. Plus spécialement les structures sont souvent là pour refléter les peurs des individus.

Quand un groupe est tout neuf, il y a rarement beaucoup de règles. Puis quand il y a eu des conflits, on met en place des règles pour éviter que les conflits ne se reproduisent.

Ainsi une personne qui vit en pleine confiance n’a pas besoin de beaucoup de règles. Alors que la personne qui vit dans la peur tente de construire un système qui la rassurera.

star wars armée stormtroopers

L’origine de la structure collective actuelle de monnaie dette

A propos de monnaie, une personne qui a la croyance que l’argent c’est la sécurité, va tenter de pousser collectivement vers un système qui lui permet d’accumuler beaucoup d’argent. Elle va évidement se mettre du bon côté, même si c’est pas bon pour l’ensemble des individus.

Une personnes qui a la croyance que l’argent c’est le pouvoir et le contrôle de son avenir va avoir tendance à favoriser un système dans lequel elle peut contrôler le plus largement possible les facteurs qui influencent son avenir.

Le système à monnaie dette par exemple, n’est que la conséquences de croyances de certains qui ont par exemple, peur de l’abus, donc veulent contrôler, au point de contrôler l’entier de la société et le futur grâce au contrôle des crédits.

Car oui, quand on y réfléchi, un banquier décide de l’avenir. C’est lui qui décide d’accorder un crédit ou non à un projet.

credit bancaire facile

Ainsi je me dis de plus en plus que les structures du monde actuel ne sont que le fruit des plus peureux d’entre nous !
…. donc ceux qui veulent, tout contrôler (les autres, la vie…) et ne surtout pas faire confiance (aux autres, à la vie).
(Les autres… la vie…… big brother et les OGM… ne serait-ce pas la même source ? Cette envie de tout contrôler ?)

Qui est le plus malheureux dans le triangle de Karpman ?  le bourreau ou la victime ?  Le bourreau ne serait-il pas bourreau juste pour éviter d’être la victime ?

star wars kylo ren sabre laser

Les gens hors contrôle font peur

Pourquoi est-ce que c’est le système des plus peureux qui gagne et pas le système des plus en confiance ?

Pourquoi est-ce que l’on vit dans un système de monnaie dette hyper centralisé où les banques détiennent quasi tous les pouvoirs ? On pourrait tout aussi bien vivre dans un système de don ?

Je me dis que les individus qui ont confiance n’ont pas besoin de règles, donc ils laissent tranquilles les autres. Alors que les individus guidés par la peur et l’envie de contrôler vont forcément impliquer les autres et l’entier du monde dans leur système. Sinon il y a toujours un risque de ne pas contrôler….

Cette thèse semble se confirmer dans l’histoire de l’anarchisme. En tout temps, les anarchistes se sont fait massacrés. Il y a eu au cours des 19ème et 20ème siècles quelques exemples peu connus de sociétés anarchistes qui ont fonctionné, mais elles se sont toujours fait écrasées (en général dans le sang) par les puissants d’à côté qui avaient peur que leur modèle ne s’effondre.

banque dictateur

C’est ainsi que le communisme libertaire s’est fait écraser par le communisme totalitaire. C’est ainsi qu’après avoir combattus ensemble leur ennemis communs, l’armée rouge de l’état central russe a écrasé la Makhnovchtchina une armée d’inspiration anarchiste qui mettait en place des sociétés rurales autogérées en Ukraine.

La commune de Paris en 1871 a également fini dans un bain de sang. La révolution sociale espagnole de 1936 a échoué au bout d’une année. Au moment où la coalition au pouvoir a commencé à gentiment se débarrasser des anarchistes, en interdisant d’abord leur médias, puis en les désarmant…. et c’est ce qui finalement a permis au général Franco mieux armé de prendre le pouvoir pendant les décennies suivantes….

L’histoire de l’anarchie est très bien racontée dans ce documentaire:

Le bénévolat, le marché du travail des anti-argent

Ci-dessus nous avons observé les conséquences de la croyances que dans l’argent se trouve ma sécurité, mon pouvoir, le contrôle de ma vie et de mon avenir.

Mais il y a encore d’autres croyances que nous n’avons pas encore explorées. Quelles sont les conséquences de la croyance que l’argent c’est mal, c’est Mamon ! que ça brûle les doigts, que l’argent crée la discorde et l’injustice ?

Christian Junod explique qu’il est allé parfois dans des organisations bénévoles pour donner ses ateliers sur Sa relation à l’argent. Une fois il a fait un petit sondage sur les croyances des bénévoles présents: une large majorité avait pour croyance que l’argent c’est mal ! (pour diverses raisons)

Ainsi on peut se poser la question: le bénévolat ne serait-il pas l’économie des gens qui ont pour croyance que l’argent est mal ?

En faisant du bénévolat, c’est s’assurer de pouvoir travailler sans avoir besoin d’utiliser de l’argent. Quand il n’y a pas de salaire, il n’y a pas d’argent. C’est donc s’assurer de ne pas participer à ce système totalement injuste qui crée la discorde !

C’est certainement inconscient pour beaucoup, mais ça me semble bien réel !

Polarisation et moralisation de sa vision de l’économie

La conséquence de ce genre de croyances négatives à propos de l’argent, c’est d’être souvent limite concernant ses besoins monétaires. Car en ayant une vision négative de l’argent, on s’interdit d’avoir plus que ce qu’il faut pour survivre. Et survivre, ce n’est pas vivre.

Ainsi le sujet de l’argent revient tout le temps sur le tapis. J’ai pas les moyens pour ceci ou cela… Je ne peux pas me le permettre. Ou pire encore, c’est renoncer à certaines valeurs à cause de ses moyens financiersJe mangerai bien que du bio, mais j’ai pas les moyens…

Ça peut également se traduire par une frustration de ne pas pouvoir vivre en accord avec ses valeurs. C’est par exemple le cas en se forçant à avoir un job alimentaire par-ce qu’il faut bien gagner du fric pour payer les factures. Et d’avoir, en plus, une activité bénévole qui elle, est réellement l’expression de ce que l’on a envie d’offrir au monde.

Cette activité bénévole est l’activité que je ferai si j’étais millionnaire ou si j’avais un Revenu de Base Inconditionnel. Pose-toi cette question et tu sauras si tu es dans peut être dans ce cas ?

revenu de base inconditionnel revenu assure question t-shirt

Survivre ainsi crée un inconfort. Cet inconfort peut être compensé par la morale. En n’ayant pas d’argent, Moi au moins je suis pur car je ne participe pas à ce système injuste.

Ainsi la personne dans cette situation se met à polariser le monde avec des gentils qui font du bénévolat et des méchants qui utilisent de l’argent.

Cette polarisation touche aussi les organisations bénévoles:
Vu que nous ne gagnons pas d’argent, notre but est noble. Alors que ceux qui gagnent de l’argent avec leur activité ne peuvent avoir une noble raison d’être !

Ayant pas mal oeuvré dans le milieu du bénévolat, j’ai souvent remarqué que l’argent est un sujet compliqué. Il y a souvent une justification au fait que l’on ne fait pas quelque chose, car on manque de moyens financiers. (les moyens humains ne manque pas forcément)

Par contre quand il s’agit de trouver l’argent qui permet d’avoir les moyens de ses ambitions. En général, il est très difficile de trouver des gens qui sont motivés pour la tâche de recherche de fonds… (J’ai surtout observé ça dans les gens qui militent pour un Revenu de Base Inconditionnel…. est-ce qu’il y aurait un lien ?)

J’ai eu par contre des activités bénévoles dans d’autres organisations où l’argent coulait à flot ! Enfin…. trop d’argent pour du bénévolat, et pas assez pour rémunérer les gens ou du moins pas tous… ! Et bien là non plus c’était pas simple. La croyance que l’argent sème la zizanie revient au galop et certains disent carrément: ce serait plus simple si on avait pas cet argent.

Le philosophe Karl Jaspers a inventé le concept de l’âge axial. Une période de quelques siècles, assez courte en regard de l’Histoire humaine, durant laquelle la plupart des grandes religions et philosophies ont émergées.

L’anthropologue David Graeber indique dans son livre Dette 5000 ans d’histoire que cette émergence de nombreuses pensées nouvelles en lien avec le divin et la morale est en fait une réaction face à l’invention des pièces de monnaie et l’arrivée de la pensée rationnelle matérialiste. (rationnel, vient de ratio, la proportion. Donc ce qu’il est possible d’acheter avec une quantité de monnaie donnée.)

Il y a donc peut être effectivement un lien entre les croyances liées à l’argent et la moralisation de la société.

dette 5000 ans d'histoire graeber

La lutte contre le système monétaire oppresseur et esclavagiste

Une autres approche, parfois complémentaire, c’est la lutte pour dénoncer le système. Comme montré plus haut, le système monétaire, pour ceux qui sont du mauvais coté est un système esclavagiste qui ne dit pas son nom. Le système monétaire n’est peut être pas la seule structure qui agit, mais il est indéniable qu’elle est bien présente.

J’ai déjà longuement décrit sur ce blog les nombreuses facettes du système monétaire, son fonctionnement et ses alternatives. Tu peux retrouver tout ces articles sur la catégorie monnaie du blog.

monnaie minimoi

La question que je me pose est de savoir si une personne qui est en situation de ne jamais attirer beaucoup d’argent va devenir une personne qui lutte contre ce système injuste à l’extérieur d’elle même ?

Il me semble que c’est tout à fait probable. Le mouvement Occupy Wall Street et ses dérivés le prouve. Le slogan Nous sommes le 99% dénonce bien la structure collective qui organise les inégalités sociales.

Mais on peut se poser la question:

Qui est responsable de cette situation est-ce que ce sont les grands méchants peureux qui ont construits et maintiennent un système qui leur est profitable pour éviter de perdre le contrôle de l’avenir ?

Ou est-ce que c’est ta croyance que l’argent est quelques chose de mauvais et qu’il faut l’éviter ?

A méditer pour toutes les personnes qui aiment lutter contre l’extérieur…  le changement principal est peut-être à faire d’abord à l’intérieur.

En tout cas, il n’est vraiment possible d’agir que sur son cercle d’influence. Celui-ci commence par soi-même. Et n’est parfois pas bien grand au delà de soi-même !

Avant de perdre de l’énergie à vouloir changer ce qui n’est pas dans son cercle d’influence (et d’en prendre plein la gueule), il vaut mieux se changer soi-même, et ainsi faire grandir sa sphère d’influence !

Gandi disait:

Soyez le changement que vous voulez voir pour le monde.

A la fin de cette vidéo qui décrit le projet d’éco-hameau Tera, son co-fondateur Frédéric Bosqué, indique que ça fait du bien de s’occuper de sa zone d’influence et plus du reste. On sort de son sentiment d’impuissance.

Dans une conférence où je l’avais vu, Frédéric Bosqué nous avait raconté une anecdote vécue dans une organisation de groupement d’achat. Une personne était intraitable avec les paysans pour grapiller des centimes sur le prix des patates.

En fait cette personne agit personnellement de la même manière que la grande distribution qu’elle dénonce à l’extérieur d’elle. Elle construit une alternative au système « capitaliste » qu’elle combat. Mais en même temps elle agit de la même manière. Ce qui n’est pas cohérent… car en suivant cette logique on ne change rien.

Ainsi avant de changer le monde extérieur, il faut bien faire attention de changer son monde intérieur. Sinon le même schéma se reproduit. La structure alternative ne change rien à part les gens à sa tête !

Le circuit du donner-recevoir

Maintenant que cette introduction est faite à propos de se changer à l’intérieur pour voir les changement à l’extérieur de soi, il est temps d’expliquer le circuit du donner et recevoir.

Je pense que ce qui sous-tend tout système économique, tout système monétaire. C’est un circuit de donner et recevoir. (Je pense même que ce principe de circuit peut s’appliquer à de nombreux domaines, comme l’information et la nourriture… )

Je pense que si on ne parvient pas à pacifier le rapport de chacun avec le principe de donner-recevoir, forcément on va laisser émerger un système global qui est plein de défauts.

Etant à la base électronicien, j’ai représenté ici le circuit du donner et recevoir de la même manière qu’une circuit pour allumer une LED qui fait de la lumière.

Le circuit comporte une source qui crée une tension, une différence de potentiel électrique. Cette différence de potentiel crée la circulation d’un courant électrique. Il y a une résistance qui limite le passage de ce courant. Il y a donc là une perte d’énergie. Elle est généralement dissipée en chaleur. Puis ce courant va traverser une LED. Cette LED émet de la lumière. C’est ici l’action utile que l’on voulait. Puis les électrons qui composent le courant électrique reviennent à la source.
(En analogie hydraulique on aurait une différence de potentiel de hauteur, un barrage dans une montagne par exemple, l’eau circule dans des tuyaux, plus le tuyau est petit, plus le débit est petit et donc la résistance grande. Notre action utile peut être quelque chose comme faire tourner un moulin. Puis si l’on veut que le système soit durable, il faut que l’eau retourne au barrage. Dans le cycle naturel, c’est l’évaporation de l’eau qui la faire remonter sous forme de nuage et la pluie va remplir le barrage. )

circuit-donner-recevoir

 

Un circuit normal est donc une boucle. Si pour une raison où une autre, le circuit électrique est coupé, la LED s’éteint. Comme c’est le circuit du donner et recevoir, il faut que les 2 pôles fonctionnent. Si l’on accepte pas de donner. Il va être dur de recevoir. Si l’on accepte jamais de recevoir le système se bloque aussi.

Ce que je vois comme idéal c’est de donner et recevoir naturellement. Suivant les occasions qui se présentent sans résistance. C’est la meilleure manière d’émettre la lumière, de fluidifier les échanges économiques, et de favoriser l’abondance globale.

 

Le circuit du donner et recevoir est une image. Ainsi je ne me prononce pas sur l’équivalence stricte entre ce qui est donné et ce qui est reçu.

C’est comme pour le circuit de la respiration. C’est inspirer et expirer. L’équivalence n’est pas absolue dans le rythme de la respiration. On a également des phases de respiration plus ou moins active suivant ses activités.

Ce qui est certain, c’est que si l’on décide d’enlever une des deux phases, (inspirer ou expirer), ça se passe très vite très mal !

Comment choisir quoi et quand donner et recevoir?

Pour décider, j’aime bien avoir conscience de ce qui est juste:

  • pour moi
  • pour les autres
  • pour le monde (donc inclus, l’entier de la biosphère)

Ce mode de décision est applicable à tout. Il permet de prendre conscience des conséquences de ses actes. Il est donc applicable pour les choix à faire dans le donner et recevoir.

En ce qui concerne les questions économiques, c’est sortir de l’individualisme consumériste. La vision du monde qui n’inclus que ce qui est juste pour moi. Mais c’est aussi sortir d’une vision du monde qui m’empêcherai d’agir en raison de conséquences négatives de mes actes sur les autres et le monde. (que j’observe bien chez mes amis décroissants !)

On est bien ici dans la recherche de l’équilibre, entre soi, les autres et le monde.  Aucun choix n’est parfait. Il ne sert à rien de (se) culpabiliser. Il suffit de faire de son mieux en conscience, et de faire toujours un petit peu mieux. Ce qui inspire les autres.

societe de consommation

Petit exemple avec cette méthode de décision, si je dois faire un achat, une veste par exemple, je me dis que pour tenir compte de moi, j’ai envie de quelques chose de pas cher… Je vois qu’il y a des vestes doudounes vraiment pas cher sur le net… cool !!

Je me dis, bon… pour moi c’est bien. Pour les autres ? Le shop est à l’autre bout du monde, il ne va pas favoriser un tissus économique locale qui me sera directement profitable. (la boucle du circuit)

Qu’en est il des matériaux. Il y a des plumes de canards dans ma doudoune. Aucune indication sur leur provenance…. zut.. c’est louche. Certainement un élevage chinois dans lequel on plume vivant les canards…. C’est pas ainsi que je vois le monde.

Bref… je passe à autre chose. Et là je découvre que dans un magasin pas loin de chez moi, il y a un déstockage de vestes des meilleure qualité, certifiées qu’on ne plume pas les canards vivants.

Donc pour moins cher que le prix normal (bon pour moi), proche de chez moi (bon pour les autres) je peux avoir nettement mieux, plus durable, de meilleures qualités, éthique (bon pour le monde) etc….  Là je suis heureux.  Il est juste que je donne de l’argent pour ça.

Avec cette méthode de choix, je me méfie du tout gratuit. Si quelque chose est gratuit, comment va en vivre la personne qui fait le produit ? (Sans parler des faux gratuits où c’est toi le produit… comme les journaux et réseaux sociaux gratuits...)

Avoir conscience du circuit du donner et recevoir c’est avoir conscience que donner de l’argent aux autres, c’est aussi s’assurer de le voir revenir chez soi !

Avoir conscience du circuit du donner et recevoir, c’est aussi avoir conscience que recevoir de l’autre c’est bien, car on pourra soi même avoir de quoi donner plus loin.

Avec cette conscience, on se libère des connotations et des croyances.

L’important que je veux transmettre ici est qu’il faut se libérer des croyances limitantes sur l’argent. Que finalement l’argent n’est que la façon dont notre société matérialise le circuit du donner et recevoir entre les humains.

Ainsi l’idée est de fluidifier les échanges quand ceux-ci se présentent. Il ne faut pas hésiter à donner quand tu en as envie et/ou quand il le faut. (L’achat est aussi une action de donner de la monnaie) Et dans l’autre sens il faut aussi se libérer de toute résistance de recevoir.

Il faut se libérer des résistances et des court-circuits de mon analogie électronique.

cheval-attache croyance

La confiance comme système de croyance

Notre vie est basée sur d’innombrables croyances. Il y a des croyances ressources et des croyances limitantes.
Si tu arrives à ancrer la confiance dans ton système de croyance, tu vas changer les choses globalement.

C’est ce que l’on observe concrètement dans le premier jeu du Jeu de la Monnaie. Il n’y a pas de règles pour arriver à constituer des carrés avec ses cartes. Il y a des gens qui ont le jeu complémentaire. Comment réussir à faire des carrés ?

On est obligé d’interagir avec l’autre.

Il y a là tout les conditionnements qui reviennent. Est-ce que je donne ? Est-ce que j’échange ? 1 contre 1 toujours stricte ou pas ? Un échange différé dans le temps ou pas ?

jeu-de-la-monnaie-P2240963

Même dans un jeu sans conséquence sur sa vie on observe que peu de gens osent la confiance, osent donner.

Mais il y a toujours un ou deux « originaux«  (par rapport à la moyenne de notre société) qui vivent dans la confiance et donnent des cartes de leur jeu pour aider les autres. Ce qui déclenche un cercle vertueux de dons inspirants qui va tout d’un coup augmenter la productivité et l’abondance dans la joie et la bonne humeur.

Florian est un de ces originaux. Voici un article qui décrit sa façon de vivre « sans argent ». Lorsque l’on a joué ensemble au Jeu de la Monnaie. Florian a tout de suite appliqué sa vision du monde « quand on donne sans forcément attendre quelque chose en retour, on observe qu’on reçoit toujours quelque chose.« .

florian donne jeu de la monnaie

Florian aime faire des petites expériences. Il donne parfois de l’argent sans raison apparente à des gens, à des inconnus mêmes. Imagine, tu te balade dans la rue et un inconnu viens te donner un billet de CHF 20.- !! Que fais tu ?

Il semble que ça perturbe beaucoup de gens !

Quand Florian dit qu’il veut vivre avec le moins d’argent possible, je me suis demandé si il fait partie de la catégorie des gens qui ont des croyances négatives par rapport à l’argent et donc qu’il cherche à évite l’argent ?

Je n’ai pas (encore) de réponses précises à ce sujet. Mais, à priori, comme je le connais, avec ses expériences de donner de l’argent et sa joie de vivre communicative, sa façon de se laisser guider. Je ne pense pas qu’il puisse avoir de croyances par rapport à l’argent qui le conditionne. Je pense plutôt qu’il a réussi à se déconditionner de cette structure, et qu’il est vraiment ancré dans la couche du dessous, celle du donner et recevoir.
=> J’ai discuté de tout ça avec Florian S’était passionnant. Et en effet. Il s’est totalement déconditionné de croyances liées à l’argent. Il s’est même déconditionné de la notion de croyance. Il me parle plutôt de vacuité ! J’ai pas encore tout bien saisi la chose, notre discussion était tellement dense !

Le tuyau à fric de Lulumineuse

Voici encore un autre exemple d’une personne qui a hyper confiance, comme elle dit, qui vit complètement dans la croyance profonde que l’argent n’est fait que pour transiter.

Elle utilise une métaphore que je trouve marrante pour expliquer le circuit du donner et recevoir. Elle parle d’un tuyau à fric. Il fonctionne comme une paille pour boire son sirop. Si tu plantes ta paille dans l’eau, que tu bouches le haut avec un doigt, tu peux soulever ta paille. Rien ne coule. Un bout de la paille symbolise le donner et l’autre le recevoir. Si tu bouches le donner. Tu t’empêche de recevoir quand le moment sera venu.

Lulumineuse dit que dans le monde, il y a un gros tuyau à fric… et que certains le bouchent d’un côté… ils accumulent alors qu’il y a pénurie chez d’autres par ce que rien ne circule.

Nous avons en chacun de nous un petit tuyau à fric qu’il faut déboucher pour fluidifier l’économie.

tuyau à fric lulumineuse

C’est finalement le principe dans la monnaie fondante théorisée par Silvio Gessel pour inciter les gens à faire circuler leur monnaie afin que comme le sang, la monnaie irrigue toute l’économie.

Lulumineuse dit que la monnaie ne sont que des chiffres, que le changement du chiffre de son solde de compte en banque n’est rien du tout. Que finalement ça ne change rien de concret à sa vie là maintenant tout de suite.

Ce qui change notre vie, notre état d’esprit, c’est surtout la perception que l’on a de devoir payer une facture. Si ça te met de mauvaise humeur, que ça te reste dans la tête en arrière plan comme une pensée qui tourne sans cesse c’est là que tu te pourri la vie.

Si tu arrive à te détacher, à accepter, à lâcher prise, à te lâcher la grappe (selon son expression favorite) sur ton jugement à propos d’une situation liée à l’argent. C’est parfait, tu vivras nettement mieux. 

Tu pourras vivre dans la confiance et le flux de la vie.

Lulumineuse va encore plus loin, elle propose que nous nous libérions de beaucoup de croyances et de peurs en tout genres. Elle propose que chaque personne soit capable de s’écouter elle-même, d’écouter les idées qu’elle capte. Ceci afin d’aller vers la joie, d’aller vers ce qui nous rend heureux, d’aller vers ce qui est soi-même, d’aller vers ce qui est juste pour soi, le monde et les autres.

Ainsi on crée un nouveau système économique sans hiérarchie imposée par la peur. Surtout la peur de ne pas recevoir de salaire !

Quand on a confiance en l’abondance. On peut créer un nouveau système économique dans lequel chacun donne et reçoit librement. Chacun donne sa couleur au monde, ce pour quoi il est doué et reçoit ce dont il a besoin pour vivre. Tout simplement.

C’est là une de mes motivations à militer pour le Revenu de Base Inconditionnel. C’est fournir un outil de transition qui permet à tout le monde d’expérimenter la confiance en l’abondance et ainsi l’ancrer dans son système de croyances profond.

Pour en savoir plus sur l’abondance et le tuyau à fric vu par Lulumineuse, voici un de ses articles à ce sujet…
Lulumineuse propose également des ateliers en vidéos pour libérer son tuyau d’abondance…

En changeant ses croyances personnelles on crées de nouvelles structures collectives

Avec la confiance en l’abondance comme croyance personnelle, on peut ainsi créer des organisations dont le but n’est pas la survie.

En effet, actuellement le but de la plupart des entreprises (et toutes celles basées sur une vision du monde de type orange de la Spirale dynamique) c’est de ne pas faire faillite, donc de faire du profit et d’accumuler du capital au cas où.… de virer des gens pour optimiser les coûts et augmenter les profits. Ceci souvent dirigé par des gens qui ont peur eux-même de manquer. Ce sont les fameux cités plus haut, qui ont pour croyance que c’est dans l’argent que réside leur sécurité.

mr smith matrix economiste cravate

En sortant de ses croyances limitantes liées à l’argent, on peut créer une organisation qui est basée sur une raison d’être. (par exemple résoudre un problème concret et pas créer un faux besoin avec le marketing)

Mais attention de ne pas avoir qu’une raison d’être et d’avoir quand même des croyances négatives liées à l’argent. Comme beaucoup trop d’organisations ancrées dans la vision du monde de type verte de la spirale dynamique. (toutes les associations qui n’ont pas les moyens de leurs ambitions dont je parlais plus haut)

Ce que j’ai en tête ce sont plutôt des organisations de type Opale comme le dit Frédéric Laloux dans son livre Réinventing Organizations. Des organisations issues d’une vision du monde ancrée à l’étape turquoise de la Spirale dynamique.

opale virgin-rainbow

Conclusion personnelle

Depuis quelques mois je me questionne beaucoup sur mon rapport à l’argent et je vois concrètement des changements dans mes croyances. C’est pour ça que je partage toutes ces infos.

J’ai eu de nombreux points de vue sur l’argent au fil de mon cheminement sur les étapes de la spirale dynamique. Parfois dans l’abondance, et parfois dans le manque. Parfois à m’en ficher totalement au point de ne pas connaitre le solde de mon compte. Parfois à m’empêcher de dormir à savoir si j’allais avoir sur le long terme assez d’argent pour vivre. (vivre !! comme si ça se mangeait !)

Suivant les milieux que j’ai fréquenté, mon rapport à l’argent a évolué. J’ai remarqué que dans les milieux décroissants, puis dans les militants du Revenu de Base Inconditionnel, j’ai rencontré beaucoup de gens pour qui l’argent manque. Et c’est parfois lourd comme climat. Ça a déteint sur moi: J’ai pas d’argent… j’achète le minimum… et ça tourne comme un mantra….

J’ai eu des époques où je pouvais m’acheter plein de trucs chers par ce que ça me faisait plaisir, sans me poser de questions (comme un des tout premier appareil photo numérique). Et d’autres époques où j’avais l’impression de m’arracher quelques chose si devais payer un truc pas très cher, dans le genre acheter un pain au chocolat à la gare quand j’avais faim: ah non.. c’est trop cher ici pour ce que c’est,  j’achète pas….

pain au chocolat

Je m’intéresse depuis une bonne douzaine d’années au fonctionnement du système monétaire. Je découvre comment ce système est bien huilé pour pomper les richesses du grand nombre vers une poignées qui accumulent comme Picsou. (et il y a des milliardaires qui ne savent plus comment dépenser leur argent !)

Ainsi en découvrant l’injustice que crée ce système, j’ai associé l’argent à des croyances négatives: Je ne veux pas participer à ce système injuste.

dette publique banque

Mais au fil du temps, j’ai découvert que le problème n’est pas l’argent, mais les croyances au dessous. Le système du circuit du donner et recevoir.

Il y a bien des façons de matérialiser des systèmes de donner et recevoir. (Le Système Monétaire Equilibré, ou le Don dans une communauté de confiance ou encore la monnaie libre Ğ1) Mais sans pacifier sa propre relation à l’argent, à ce circuit du donner et recevoir, on risque de reproduire d’un système alternatif, les défauts qu’on critique dans le système en place.

Ainsi je trouve important de travailler sur sa propre relation au donner et recevoir.  Je sens qu’il y a chez moi une croyance fortement ancrée qui me dit que « Je suis un type chanceux« . C’est une bonne base pour avoir une croyance de confiance en l’abondance.

Je sens que j’ai encore des réticence à donner, à dépenser de l’argent. Mais par contre je donne volontiers beaucoup de temps et de mon savoir faire pour beaucoup de causes. Je me dis qu’il y a là un signe que je bloque une partie de mon tuyau à fric ! Je retiens trop.

panneau donner

J’ai donc, ces derniers mois, dépensé beaucoup plus d’argent qu’à mon habitude. Déjà tout simplement pour des dépenses que je repoussais depuis longtemps comme… changer de lunettes ! J’en avais besoin.

Puis je suis allé sur Tipeee et j’ai fais des dons à des chaines youtube qui m’on appris beaucoup. Comme Heu?reka qui fait un boulot magnifique pour vulgariser la finance…  J’ai pas donné grand chose. Mais j’ai fait un grand pas dans mon donner. Je suis fier de donner ainsi de l’énergie à des gens qui m’ont apporté beaucoup. Je favorise ainsi le monde que je veux voir grandir.

C’est ainsi que je vois  une économie libre. Une économie du don. Tout est en libre accès, mais chacun sait en conscience donner, rémunérer les autres et ainsi recevoir aussi ce dont il a besoin.

Là je crois que j’ai débouché quelques chose. Car j’ai dépensé pas mal ces derniers temps, mais j’ai aussi reçu beaucoup plus d’argent que d’habitude…. et de façon vraiment magique parfois !! ah.. c’est quoi cette enveloppe ? … ah tiens, il y a un billet de CHF 1000.- dedans !! incroyable ! Ça tombe bien !

J’ai expérimenté ce que dit Florian, quand tu donnes d’un côté, ça te reviens de l’autre.

billet de 1000 chf

Ainsi maintenant je réfléchi également à ne pas négliger mon recevoir. Mais toujours en ayant conscience de choisir ce qui est juste, pour moi, pour les autres et pour le monde.

Je m’amuse avec l’argent, donc je réfléchi à la manière de mettre en place une sorte de chapeau virtuel pour que les visiteurs puissent déposer facilement de quoi jouer avec moi au jeu du donner et recevoir.

chapeau plein de billets de 1000 CHF

Pour les chanceux comme moi qui co-créent tous le jours de la monnaie libre abondante... Il est possible de me faire un don en monnaie libre Ğ1 en cliquant sur le bouton:

duniter_button

 

Au delà du blog, surtout dans le cadre d’événements physiques j’aime bien aussi le principe de la Participation consciente. 

C’est une combinaison de ce que je PEUX payer (je suis conscient de mes moyens), ce que je VEUX payer (par ce que j’ai envie de soutenir et remercier pour le magnifique apport) et ce que je DOIS payer (souvent les frais déjà engagé pour la logistique et nourriture).
Ça se paye sans justification en donnant le montant à la personne qui récolte. (C’est parfois dur de ne pas être anonyme et de ne pas pouvoir se justifier… J’aimerai donner plus.. mais j’ai pas les moyens…. etc...)

J’ai vécu ceci pour la première fois lors d’un stage à l’Université du nous qui se finance ainsi.

Voilà… j’entre donc dans une nouvelle dimension de mon rapport à l’argent. Ça me plait bien de jouer avec ça !
On verra ce que ça donne !  😉

 

Notes résumé du livre de David Graeber Dette 5000 ans d’histoire

Dette 5000 ans d’histoire

Livre de David Graeber

J’ai fini la lecture de ce livre fini le 16.06.16

Voici mes notes. Comme toujours elles, sont avant tout destinées me servir d’aide mémoire. Donc je ne note que ce qui me sert de bouton pour activer ma mémoire de ce livre qui va avec. Donc désolé si c’est confus pour vous… il vous faudra lire le livre pour vraiment comprendre le détail…..

C’est par ici pour acheter le livre Dette 5000 ans d’histoire…. si ça vous dit…

dette 5000 ans d'histoire graeber

Contexte global: monnaie, dette, religion, Etat, marché…

  • Une pièce de monnaie a 2 faces:
  • → face: l’Etat, la confiance, fides, fiduciaire. Cela indique qui paie la dette en dernier recours. → c’est en général un roi qui est l’intermédiaire avec (les) dieux. La monnaie est donc une dette envers le divin qui nous a créé. OU… face indique l’Etat qui et le représentant d’un peuple. La monnaie est une dette envers la société qui nous permet de vivre.
  • → pile: une unité de compte. C’est le côté outil de quantification d’une dette.
  • Les 2 faces de la pièce représente très bien ce qui est nécessaire à l’émergence de pièce de monnaie:
  • → l’Etat
  • → le marché
  • L’un et l’autre, même s’il sont souvent vu comme opposés, sont indissociables. Ils sont nécessaire à l’émergence de pièces de monnaie.
  • La religion est aussi très liée à la dette.
  • les paroles du « notre père«  utilisent un vocabulaire lié à la dette pour exprimer le pardon comme une remise de dette.

Démontage du troc…..  et des autres idées reçues d’Adams Smith….

  • Morale des échanges
  • Lévi Strauss dit qu’il y a un principe de réciprocité, que tout est échange entre humain → faux
  • → On observe que le « communisme fondamental » est le socle à tout.
  • → par exemple quand on prêt à donner une cigarette ou du feu. → On appartient à la communauté des fumeurs.
  • Le communisme fondamental → « chacun ses besoins, chacun ses capacités »
  • On trouve beaucoup de communautés « villageoises » qui fonctionnent sur le principe de relation croisées pour maintenir la communauté. → 2 moitié de village.
  • → les mariages se font uniquement avec l’autre moitié.
  • → les morts sont enterrés par l’autre moitié.
  • Chez les Iroquois, il y a un système de répartition de la production. C’est une hutte longue, qui est une sorte d’entrepôt. Tout ce qui est produit en surplus est déposé là. → les femmes se chargent de répartir les biens.
  • Il n’y a pas de principe de réciprocité des échanges dans une communauté de base. (famille, amis) → les gens que l’on est prêt à aider pour déménager.
  • L’homo économicus n’existe pas. La preuve → Il y a même un certaine influence de la morale « communiste » sur les marchés.
  • → les commerçants ont tendance à faire payer plus cher les riches et moins cher les pauvres. Ou plus cher les étrangers et moins cher les amis et la famille.
  • → C’est pour cette raison qu’on observe que souvent les petits commerçants de quartier ne sont pas de la même ethnie que la majorité des habitants du quartier ! → sinon ils ne pourraient pas gagner d’argent.
  • L’étymologie du mot hôte, hospitalité est la même que hostile, otage.
  • → l’ennemi, l’étranger est souvent accueilli en hôte, on lui donne tout pour en faire un ami.
  • Le don est un outil pour créer et valoriser des relations sociales.
  • L’homo économicus est toujours dans la logique d’arnaquer tout le monde. Les siens ou l’étranger
  • Chez les Tiv du Nigeria → la société est faite de dons entre tous. (les étrangers se voient effectivement offrir plein de chose dès leur arrivée)
  • → chaque don, doit être compensé par un autre, mais jamais exactement. Sinon ça tue le lien.
  • → c’est comme des amis qui se payent des bières. → la dette d’un envers l’autre va les forcer à se revoir. Si les amis sont quitte….. et bien ils se quittent !  le lien se brise.

Voici encore un complément à propos du Mythe du Troc, c’est l’avis du prof Jean-Michel Servet…

Pourquoi est-ce qu’il parait moral de devoir rembourser une dette ?

Quelles sont les conditions nécessaires à l’établissement d’un crédit et d’une dette ?

→ Voilà les questions qui ont motivées ce livre.

→ Ce livre lié à la dette est surtout une histoire de la monnaie.

  • La dette (et le crédit) ne sont à la base accepté que si le contrat parait juste.
  • ne se pratique qu’entre 2 parties qui sont jugée égale. (même classe sociale, même caste, ou liberté globale, égaux devant la loi, etc.)
  • → ainsi dans un contrat juste. Contracté entre 2 parties égales. Celui qui rompt le contrat failli !
  • → donc le débiteur qui ne rembourse pas est condamné ! → il est en tort
  • Il existe de nombreux cas d’échanges, de contrat entre des parties qui ne sont pas égales (entre un citoyen et un roi)
  • → c’est un don.
  • Une dette qui est impossible à rembourser est soit un don, soit un contrat nul. Il doit exister un moyen ou un autre de rembourser la dette, de retrouver l’équilibre entre les parties.
  • Une dette est finalement un contrat entre 2 parties égales (devant la loi) dont l’un renonce à son égalité pour un temps.
  • → si une dette n’est pas possible à rembourser, c’est que les personnes ne sont pas égales. Il y a donc des risques que les relations soient une sorte d’esclavage.
  • Un contrat de travail est-il une dette ? → d’un certaine manière oui.
  • → l’esclavage c’est de la vente
  • → le salariat c’est de la location. C’est un rapport de classe seulement pour un temps donné.

Pour illustrer ce propos… voici 1 minute avant l’abolition de l’esclavage…

  • Les formes de politesse sont également très liées au vocabulaire de la dette.
  • → Merci = être à la merci de l’autre
  • Thank you = vient de Think → je penserais à ce que vous avez fait pour moi.
  • obrigado → Je suis votre obligé
  • → de rien, de nada → c’est gratuit, je n’inscrirais rien à comptabilité.
  • Ces formes de politesse sont apparues au XVI et XVII ème siècle → en même temps que la révolution marchande.
  • Ces formes de politesses sont des formes de reconnaissance de dette morale.
  • Dans les sociétés primitives, les dettes impossibles à payer (comme les disparitions ou échange d’humain: mariage, mort) sont reconnues à l’aide, de pièce métalliques, de tissus, de coquillages, de boucles, de bracelets, etc…. → bref, quelque chose qui ressemble beaucoup à de la monnaie. Mais ce n’est pas du tout des monnaie qui ont la fonction de ce que l’on attribue à une monnaie.
  • → ces « monnaies » sont juste des reconnaissance de l’impossibilité de remplacer un être humain et son histoire, inscrit dans un réseau social. Chacun humain est unique.
  • → lors des mariages, l’homme donne à sa belle famille ce genre de reconnaissance en pièce. → beaucoup d’étrangers y ont vu une manière d’acheter des femmes. Mais c’est faux. (la société des nations à même lancé un processus pour interdire ces pratiques avant que des anthropologues expliques qu’il n’y avait en aucun cas achat de la mariée. )
  • → la preuve c’est qu’une fois marié. L’homme ne peut pas « vendre » sa femme.
  • Nous avons là un exemple typique « d’économie humaine ». D’échanges pour créer du lien communautaire.
  • Mais, le principe d’économie humaine peut déraper….

La violence peut créer les conditions de l’esclavage (p 221.)

  • Un mari ne peut vendre sa femme. Mais il peut la mettre en gage (ainsi que ses enfants) si il s’endette.
  • Puis dans un second temps, des reconnaissances de dettes peuvent s’échanger.
  • → ainsi, il y a possibilité détournée d’échanger des personnes en gage en échangeant des reconnaissances de dette !
  • En cas de guerre entre village, chez les Lele, la seule chose qui reste contre paiement, c’est la monnaie. Il devient possible d’échanger des humains dans des cas où la violence règne et que les personnes sont sortie de leur contexte.
  • Quand la violence arrive et sort les humains de leur réseau social. Une personne peut devenir l’équivalente d’une autre personne.
  • C’est là que l’esclavage peut prendre forme.
  • Il faut différentier l’esclavage en pleine propriété du péonage, qui est un esclave pour dette.
  • Quand le commerce d’esclave est arrivé sur les côte africaines, c’est un peu comme si de nos jours une bande d’extra-terrestres sur-armés et avec une morale incompréhensible donnaient une prime de 1 million à chaque personne qui lui livre un esclave. → Même si la majorité de la population résiste à cette pratique immorale. Il y a une poignée de gens peu scrupuleux qui vont vendre leur péon, et lancer des razzias dans les villages reculés pour aller enlever des gens.
  • Les ravisseurs sont souvent eux mêmes endettés envers les marchands d’esclaves, avec en gage leur propre famille. → ainsi ils n’hésitent pas à enlever des gens pour sauver leur propre famille !
  • → il est même arrivé parfois que les navires marchant partent avec les personnes en gage vu que les ravisseurs ne livraient pas dans les délais !
  • A Bali, le roi a encouragé les combats de coqs, pour favoriser la fièvre du jeu et des paris. → ainsi il favorise que des personnes s’endettent (et leur famille avec en gage)
  • → le commerce d’esclave (péon) est devenu florissant.
  • ce style d’esclavage est souvent lié aux services sexuels.
  • En – 1300 av. J.C, en Asyrie avec l’augmentation de l’esclavage des pauvres, il est donc devenu important de distinguer les femmes libres des prostituées. Pour des raisons d’honneur. (qui est un système de comptabilité)
  • → c’est à cette occasion que le port du voile a été utilisé.
  • le port du voile a été interdit pour les prostituées.ce qui a eu pour conséquence que toutes les autres femmes se sont voilées.
  • En Grèce on observe les mêmes genres de pratiques. (→ quoi ? .. les femmes étaient voilées dans le berceau de l’Europe occidentale !! 😛 )
  • En – 600 av. J.C, en Grèce, apparaissent les marchés. (le communisme dans les foyers, le marché à l’extérieur)
  • Quand surviennent des crises de la dette. → il y a des mouvements populaires qui mettent en place des tyrans qui annulent toutes les dettes. (et donc libères les esclaves pour dette)
  • Une autre solution qui existe s’est l’envoi des pauvres en conquête militaire de la Méditerranée.
  • p236. Le mot « intérêt » en grec signifie « progéniture, enfants »

Rome antique

  • Rome a conquis 3 fois le monde, et chaque fois plus profondément.
  • → avec ses armées
  • → avec sa religion (via le catholicisme romain)
  • → avec ses lois → le droit romain est la base du droit actuel
  • Il y a de nombreuses notions actuelles du droit et du système politique qui sont issues du droit romain, notamment la notion de « propriété« .
  • Propriété = « relation avec une chose » → beaucoup de juristes se sont demandés comment on peut entretenir une relation avec une chose ?
  • → tout s’explique quand on sait que la chose en question était un esclave !
  • La notion de propriété a été définie pour régler des problèmes liés aux esclaves (1/3 de la population romaine !) Puis cette notion de propriété a été étendue aux autres choses. (« res« )
  • le mot « libre » → « libertas » signifiait à la base, non pas un détachement de tout, mais le contraire de l’esclavage. Soit « être intégré dans un réseau social ». → En fait, c’est l’esclave qui est libre de tous liens, sauf de celui de « propriété » qui le lie à son maitre.
  • un esclave affranchi devenait automatiquement citoyen romain. (ce qui a du être cadré quand des petits malins ont trouvé une manière rapide de devenir citoyen romain, se faire esclave… puis acheter son affranchissement)
  • Le mot libre en anglais: « free » vient d’un mot germain qui veut dire « ami ». → On retrouve le lien social.
  • Le sens a gentiment évolué: la liberté est en fait un pouvoir. Voici pourquoi:
  • propriété = « dominum » → 2 sens:
  • → une propriété, un domaine. (on voit ici l’origine du mot)
  • → dominimum vient de dominus = le maitre de maison (il domine) (maison = domus)
  • C’est donc le pater familia qui domine la maisonnée, qui est propriétaire des murs et des habitants !
  • → en effet, à l’époque le pater familia a tout pouvoir sur toute la famille, sa femme (en co-propriété avec les parents de sa femme), ses enfants, ses esclaves qui font aussi partie de la « famille ».
  • Donc rendre sa liberté à un esclave, c’est lui donner le pouvoir. (d’être propriétaire, des autres et de lui même)
  • Le droit n’existe pas. → C’est du pouvoir aussi.
  • Le pouvoir c’est des obligations des autres.
  • On voit ici que l’on prépare le terrain aux contractualistes qui ont définit quels droits l’Etat doit garantir. (la propriété, la sécurité ( sa liberté) ou l’égalité (face à la loi) ?)
  • On peut donc refaire un lien entre esclavage et salariat.
  • → Tout comme une propriété (domaine), une propriété (pouvoir, liberté) peut se vendre, s’acheter et se louer.
  • → en abolissant l’esclavage on a aboli l’achat et vente d’humains. Mais pas la location → le salariat.
  • p.255 Conclusions
  • Economie humaine = réseau social. → une monnaie de reconnaissance d’une relation impossible à remplacer et quantifier.
  • La violence peut casser les liens et créer des personnes interchangeables.
  • L’honneur va avec la violence.
  • L’honneur se comptabilise.
  • → réduire l’autre en esclavage est un moyen de s’approprier son honneur.
  • → un roi qui a plein d’esclaves est plein d’honneur.
  • → un pauvre qui est endetté a perdu son honneur.
  • → une femme qui se prostitue pour payer ses dettes a perdu son honneur.
  • En Irlande, il existait toute une comptabilité des dettes d’honneur.
  • → un roi vaut 7 vaches ! (il faut dire qu’il y avait 150 rois..)
  • (je me demande bien ce que signifie l’expression « Mettre un point d’honneur à.. » ?)
  • Un roi est maitre, mais est aussi tout seul → il n’a que des relations de pouvoir sur d’autres.
  • En terme individuel, si l’on est isolé comme le roi, le droit romain nous permet de se voir maitre de soi-même. → d’avoir le pouvoir sur soi-même. (user, et abuser)
  • Dans l’économie comptable (d’honneur): La liberté → liée avec le pouvoir
  • Dans l’économie humaine: la liberté → liée à sa place dans un réseau social.
  • Avec le temps, on a supprimé la violence physique et l’esclavage de pleine propriété qui va avec.
  • → mais on a conservé le pouvoir personnel d’aliéner sa liberté dans le salariat ou la dette.

p.259

Chapitre 8: Crédits contre lingots. Les cycles de l’histoire

  • Dans l’histoire de la monnaie, il y a des cycles.
  • → Alternance entre les monnaies métalliques (en général en temps de guerre) et les monnaies crédit (en temps de paix suffisante pour créer la confiance)
  • -3500 à -800 av.J.-C. → les grands Etats agraires → monnaie de crédit
  • -800 av.J.-C à 600 ap.J.-C. → l’âge axial. → monnaie métallique
  • → apparition simultanée de monnaie métallique en Grèce (frappée), en Inde (poinçonnée), en Chine (coulée)
  • → les différentes techniques de création de monnaie montrent bien que le concept est apparu séparément.
  • 600 à 1450 → Moyen âge → crédit
  • 1450 à 1971 → Empire capitaliste → monnaie métallique, Etalon or.
  • 1971 à maintenant → période indéterminée → impérialisme de la dette.
  • Le soldat aime bien la monnaie métallique anonyme, on peut la voler. Il n’y a pas besoin d’avoir un lien avec la communauté. → un peu comme les dealers actuels de l’économie souterraine.

frapper la monnaie celtes

Mésopotamie

  • Sorte de communisme fondamental entre famille et voisins.
  • Crédit mutuel sur tablette d’argile dès que la confiance est moindre.
  • Invention de l’intérêt:
  • → quand les gens se connaissent bien, entre marchands connus → on se prêt sans intérêt. → On se partage juste les bénéfices.
  • → quand il faut prêter à un aventurier en qui on a pas confiance, qui part loin et qui peut raconter n’importe quelle aventure invérifiable pour diminuer son bénéfice à partager à son retour. → là on fixe le rendement à l’avance.
  • La dette et les péon existent. Les personnes en gage aussi.
  • Il y a régulièrement des mouvements d’endetté et leur famille en gage qui juste avant de se retrouver en péonnage s’échappent pour aller vivre hors des villes avec les nomades. (souvent plutôt de tendance très patriarcale)
  • en ~ -2450 le Roi sumérien de lagash, En-metena crée la première libération de dette connue de l’histoire. [amargi] = libération.
  • → c’est une grande remise à zéro. La dette est effacée, et les gages rentrent dans leur famille.
  • Ce type de libération a été faite régulièrement pour éviter que les nomades soient trop nombreux et finissent donc par envahir et détruire la ville.
  • au fil du temps, ce genre de libération a été institutionnalisée sous la forme du jubilé.

p272.

L’âge axial

  • L’âge axial c’est la période charnière très féconde pendant laquelle toutes les grandes religions et philosophies ont été créées.
  • La période est un peu floue. Dans le cadre de ce livre, on utilise: -800 av. J.-C. à 600. Soit de Zarathoustra à Maomet.
  • C’est un âge caractérisé non pas seulement par les religions, mais aussi par de nombreuses guerres.
  • les 1ères pièces de monnaies sont apparues en Lydie (Grèce) elle sont frappées par le célèbre roi Crésus à partir d’alliage d‘électrum (or, argent, cuivre) que l’on trouve naturellement dans le fleuve Pactole.
  • Parallèlement, en Inde et en Chine, à des époques similaire des pièces de monnaies sont également fabriquées.
  • En -480, il y avait 100 états qui frappaient de la monnaie.
  • Pourquoi ce changement de la monnaie crédit à la monnaie métallique ?
  • Le principe est le suivant:
  • Un Etat à besoin de renforcer son armée.
  • L’aristocratie militaire est trop peu nombreuse, les soldats paysans pas assez bons soldats.
  • → l’astuce est donc de créer une armée professionnelle. (des mercenaires)
  • Le hic, s’est comment les payer ?
  • → le crédit n’est pas pratique vu qu’ils seront hors réseau social, en guerre loin de chez eux, (les mercenaires sont mêmes souvent étrangers).
  • → Les soldats doivent pouvoir acheter tout de suite des vivres à des paysans et se déplacer plus loin sans peut être jamais revoir ces paysans.
  • L’idée à donc été de se déplacer avec des richesses à donner en échange de nourriture. → pour transporter le moins de chose possibles, ce sont les richesses les plus denses qui ont été utilisée. → les métaux.
  • (en chine, on trouve aussi les perles de jade, les bêches et les couteaux)
  • Second hic, c’est que le paysan n’est peut être pas du tout intéressé par un morceau de métal. ça ne se mange pas.
  • → L’Etat doit donc trouver un moyen pour imposer sa monnaie. → il invente l’impôt. (le mot est parlant)
  • Le principe de l’impôt est donc le même que celui d’une mafia qui racket les commerçants → tu me donne une part de ton bénéfice sinon je te casse la gueule. → ainsi les paysans ont intérêt à accepter des pièces de monnaies des soldats.
  • Le système fonctionne si bien, qu’il devient viral:
  • → l’armée professionnelle est beaucoup plus forte que tous les autres. La tentation est grande de conquérir le monde.
  • → lors d’une conquête, il n’est plus nécessaire de massacrer les paysans conquis pour avoir à manger. Il suffit de leur payer la nourriture et leur nouveau souverain les soumettra à son impôt.
  • Le soucis de la conquête, c’est qu’il faut toujours plus de monnaie.
  • Cette monnaie provient initialement de la refonte du butin. Donc souvent des objets pris chez les riches et dans les temples.
  • Au bout d’un moment ça ne suffit plus. → Il faut aller extraire des métaux dans les mines.
  • → On emploie des esclaves pour travailler dans les mines.  (on sait que 10 000 esclaves sont sont échappés des mines d’argent du Laurion grec. On estime qu’il y en avait 20 000 selon Thucydide, dans Histoire de la guerre du Péloponnèse, VII, 27.)
  • → Les esclaves sont capturés dans les conquêtes
  • → Pour conquérir des esclaves il faut payer des soldats…
  • Le système s’auto-entretient et il favorise la croissance.
  • C’est ainsi que les Etats qui ont créé des monnaies sont rapidement devenus des empires.
  • → C’est le cas, en Grèce, en Inde (Ashoka), en Chine
  • Les Phéniciens qui dominaient commercialement la Méditerranée se sont fait détruire par les empires. (Perse, Alexandre le grand et Rome)
  • Les phéniciens connaissent très bien les pièces de monnaie, mais n’en avaient pas besoin pour leur commerce. Il préféraient les reconnaissances de dette.
  • Les phéniciens n’ont adopté les pièces de monnaie métallique que en – 365 (alors qu’en Grèce c’était connu depuis -480), car ils ont du payer des mercenaires siciliens pour défendre la ville de Carthage.
  • → conclusion: le commerce n’a pas besoin de pièce métallique. C’est la guerre qui en a besoin.

monnaie-batz-vaud

Les religions. p.290

  • Les grands changements des conquêtes de l’âge axial changent également la vision du monde et la philosophie des gens.
  • Après avoir conquis l’Inde, l’empereur Ashoka ne voulait plus de violence. Il a donc commencé à financer la religion bouddhiste naissante.
  • En chine, c’est le confucianisme qui s’est développé et qui a été soutenu par l’empire.
  • La philosophie des monnaies métalliques induit que l’on ne s’intéresse plus trop au décors de l’échange comme du temps des dettes mutuelles. → il ne sert plus à rien d’entretenir le réseau social (même en mentant)
  • → sur un marché qui vend du butin de guerre, il vaut mieux parfois ne pas poser trop de question !
  • Ainsi le coeur de l’échange devient le « ratio » de marchandise que l’on peut obtenir pour une certaine quantité de donnée. → le « rationalisme » est né.
  • → ce qui compte, c’est le profit dans la transaction. Pas d’entretenir le réseau social.
  • Le confucianisme décrit le monde en terme d’avantage personnel et de profit comme motivation de chaque action.
  • p298
  • En Grèce, Milet est une des première ville a adopter les monnaies métallique, c’est aussi une des première ville a fournir des mercenaires.
  • Thalès de Milet, est un mathématicien, philosophe connu. Il fait partie de ces philosophes qui ont lancé un nouveau concept. → une substance polymorphe sous-tend toute chose en ce monde.
  • → le concept d’atome, apparu à cette époque est issu de ce genre de philosophie.
  • On peut faire un parallèle entre l’idée d’une substance polyforme qui sous tend tout…   et la monnaie métallique qui s’échange et prend toute les formes.
  • Auparavant, c’était le modèle de 4 ou 5 éléments, eau, air, terre, feu (métal) qui expliquait le monde
  • p.303.
  • Résumé de l’âge axial.
  • le marché est issu de l’Etat et les deux sont indissociables.
  • → le système fonctionne grâce au complexe: armée-pièce-esclave
  • → philosophie rationnelle → matérialiste → les forces matérielles au lieu de divines
  • le sens est donc l’accumulation matérielle au lieu du lien social
  • En réaction à ce matérialisme, une morale éthique se développe
  • → un terreau se fait pour le développement de religions qui rassemblent ceux qui ne veulent pas évacuer le divin et qui ne sont pas adepte du matérialisme.

Les limites de la croissance

  • A un moment donné tous les empires ont fini par s’effondrer (ce serait intéressant de clarifier pourquoi ? manque de ressource dans les mines ? complexité mal gérée ? morcellement des terres, rivalité de succession ?)
  • Au moment de l’effondrement des empires. Les empereurs ont tenté de faire tenir leur empire sur une nouvelle base → les religions qu’ils avaient laisser vivre pour lesquelles ils n’avaient pas trop d’intérêt.
  • Ils ont tenté de transformer ces religions en religion d’Etat.
  • → Inde → Bouddhisme  (Ashoka)
  • → Rome → Christianisme (Constantin)
  • → Chine → Confucianisme (Han Wu Li)
  • Le résultat a été très variable:
  • → Inde: l’empire à disparu. → en 500 ans le bouddhisme a été évacué d’Inde !
  • → Rome: l’empire d’occident s’est effondré. L’empire d’orient a tenu encore mille an.
  • → Chine: l’empire s’est effondré… mais s’est reformé quasi immédiatement grâce à la morale confucianiste qui était une administration d’empire bien tenace.
  • Résultat, même si le but était une fusion, dans la pratique on observe une dualité. Une division des sphères
  • → la sphère morale dominée par la religion
  • → la vie publique et économique dominée par l’Etat
  • → la chine a quand même réussi plutôt bien sa fusion, même si la monnaie métallique s’est effondrée.
  • On entre dans le moyen âge.

Moyen âge

Chapitre 10. p.307

  • C’est la période du retour des monnaies de crédit. (même si les unités de mesures sont toujours les monnaies métallique romaine.) Dinar vient de Denarius
  • ~ 400 → Effondrement des empires (effondrement de l’empire romain occident 476)
  • Effondrement de la population.
  • Effondrement des villes.
  • → les campagnes vivent nettement mieux → Elles ne doivent plus nourrir les villes !
  • Des périodes de types « moyen âge » sont arrivées dans les 3 grandes parties du monde: Europe, Inde, Chine, Mais pour l’Europe cette période a été très tardive.
  • Le premier Moyen âge a eu lieu en Inde.

Moyen âge indien

  • L’empire et son complexe « armée-pièce-esclave » a commencer à manquer de pièces pour payer ses mercenaires.
  • → les mercenaires ont commencé à être payé en terre.
  • → l’empire s’est morcelé.
  • L’hindouisme a repris le dessus
  • La caste des Brahmanes à pris le dessus
  • Les Brahmanes ont renforcés le système de castes pour réorganiser la société. → « loi de Manou »
  • Chaque caste a des devoir (dette) envers les autres castes pour faire fonctionner la société
  • Les Brahmanes ont des dettes envers les dieux
  • Avec la fin de la monnaie métallique, c’est le retour des crédits.
  • → les taux d’intérêt sont très différents suivent les castes. → de 2% à 60%.
  • → tout est conçu pour que les personnes ne puissent pas changer de castes. → les taux d’intérêt ne sont que le reflet de cette volonté.
  • → les dettes s’héritent de génération en génération… mais sont effacées au bout de 3 générations.
  • le système des castes est tellement bien implanté qu’il devient naturel. → l’économie fonctionne grâce à ce système. Chacun a sa place. (ainsi, on ne se demande pas… « qui va faire les sales boulots »)
  • Globalement, il semble que, les gens, même de basse caste vivent pas trop mal. → ils n’ont plus à nourrir les villes. (comme les serfs européens → Serf en latin = coloni)
  • → l’Inde est passée d’un pays qui abritait les plus grande villes du monde à un pays au centaine de milliers de villages.

Moyen âge chinois. P. 315-16

  • La bureaucratie du confucianisme tient la Chine, même si c’est une suite de révoltes partout.
  • → entre 613-615, on comptait 1.8 révolte par heure dans l’empire chinois !
  • Gouverner l’entier de la chine de manière centralisée est donc illusoire. → c’est de la gestion des révoltes qui se pratique. Des régulations pour tendre vers un objectif.
  • L’idéologie confucianiste est la base de la stabilité:
  • → patriarcat
  • → égalité des chances
  • → la promotion de l’agriculture
  • → impôts légers
  • → le contrôle des marchands par l’Etat
  • → la lutte contre les envahisseurs nomades
  • La recette gagnante de la stabilité est: un Etat pour les marchés, mais contre le capitalisme. (Pour l’échange juste, contre le profit)
  • L’omniprésence du Confucianisme en Chine est concurrencé par l’arrivée du Bouddhisme via les caravanes de marchands.
  • Les temple bouddhiste invente un nouveau type d’offrande divine. → La donation perpétuelle
  • → une personne fait don d’une richesse et le temple vit des intérêts de ce don (~15%). Sans jamais toucher au principal.
  • → c’est une invention capitaliste.
  • Ainsi les richesses se concentrent à nouveau dans les temples.
  • → ça dérange l’empire, qui lui utilise toujours des pièces de monnaies en bronze. → le pièces ont tendance à disparaitre dans les temples et se retrouvent souvent fondues et coulées en statues du Bouddha.
  • → l’empire chinois fait donc régulièrement des attaques et rase des temples bouddhistes pour réguler son marché.
  • En 806, le papier monnaie est inventé par les temples bouddhistes.
  • → C’est la fortune des temples qui est utilisée pour garantir ces « billets de banques ».
  • → On retrouve ainsi une monnaie non plus métallique, mais des types « reconnaissance de dette ».
  • → Ces papiers monnaie sont utiles pour les marchands (vu que les bouddhistes sont souvent des marchands)
  • → L’idée du papier monnaie sera reprise par l’Etat chinois.

Moyen âge occidental p.332

  • ici par « occidental » on parle plutôt de ce que l’on appelle plus couramment « le moyen orient ». → tout est relatif
  • L’Europe de ce début de moyen âge n’est pas très intéressante. → La partie innovante, c’est le monde musulman. → Islam.
  • Le monde musulman est l’aile marchande du monde occidental.
  • Le monde musulman fonctionne de façon quasi opposée au monde chinois:
  • → Les musulmans aiment le droit, les lois écrites. Ils ont des juristes (ouléma) → En Chine ce sont les lettrés cultivés (fonctionnaires confucianiste) qui font la justice. (elle n’est pas écrite, on fait appel à ces personnes pour juger en cas de besoin)
  • → L’Etat et la religion sont des autorités séparées (voir parfois opposées) dans l’Islam → en Chine c’est fusionné
  • Le morale musulmane interdit l’esclavage d’autres musulmans (et gens du livre… donc juifs et chrétiens)
  • → les soldats sont tous des esclaves (souvent turcs) (Mamelouk) → ceci pour éviter de tuer d’autres croyants !
  • Le commerce est bien vu dans l’Islam (contrairement à la situation dans l’Europe chrétienne)
  • → Le prophète Mahomet était commerçant !
  • Le commerce est positif, mais l’intérêt est interdit.
  • → On utilise un système de commissions pour rémunérer les commerçants.
  • Les riches marchands mettent en banque leur fortune et achète tout à crédit à l’aide de reconnaissances de dettes tirables à la banque indiquée. → Sakk → d’où vient le mot « chèque ».
  • Le chèque (comme tous les contrats) est garanti par la réputation du marchand (honneur). (vu que l’Etat ne veut surtout pas intervenir dans le marché)
  • → L’Etat n’accepte pas les chèques pour payer les impôts.
  • p.342
  • Beaucoup de théories d’Adam Smith sont en fait des idées que des auteurs musulmans comme Tusi et Ghazali (1058-1111) avaient déjà publiées des siècles plus tôt !
  • La différence c’est que Smith voit le marché comme une extension de la concurrence entre les humains, alors que les musulmans voient le marché comme l’extension de la coopération entre humain.
  • → Les musulmans ne voient la monnaie que comme intermédiaire et outil de mesure. Mais jamais comme une fin en soi.
  • Au final, malgré des systèmes opposés, les musulmans et les chinois arrivent à la même solution de stabilité:
  • → pour l’encouragement du commerce, mais contre le profit. (Pour l’échange juste, contre le profit)
  • Dans le système chinois, c’est l’Etat qui garanti le marché. Dans le système musulman, c’est l’honneur du marchand qui garanti le marché.

Moyen âge dans la Chrétienté p.345

  • Le moyen âge en Europe, utilise comme monnaie les « monnaies imaginaires » carolingienne, le ecu, escudos…
  • Les rois réévaluent sans cesse leur monnaie
  • → les échanges principaux se font en crédit.
  • Le Deutéronome 23.20-21 interdit l’intérêt dans le commerce avec ses compatriotes (nokri) → l’intérêt ne peut se pratiquer qu’avec les étrangers. → par extension seulement les ennemis.
  • → Pour les chrétiens le commerçant est mal vu (au contraire du commerçant aventurier musulman comme Sinbad qui est un héros)
  • La question de la définition de l’usure est sans fin. → L’usure = ce qui dépasse le montant prêté, ou alors toute forme de profit ?
  • Les écrits d’Aristote (politique 1258b) sont aussi très suivi:
  • → l’économie de marché → ok
  • → la finance → interdit !
  • → la monnaie doit servir de moyen d’échange. Elle ne doit pas se multiplier d’elle même. (l’intérêt)
  • En grec « intérêt » se dit « tokos » → multiplicateur ( moi je vois engendrement)
  • L’astuce qui a été trouvée pour rémunérer les commerçants, sans être usurier, c’est la pénalité pour manque à gagner.
  • → « lucrum cessans » → manque à gagner
  • → C’est la notion d’ « interesse » qui a donné le mot « intérêt »
  • → si une somme d’argent a été prêtée, elle ne peut plus être utilisée par son propriétaire. Donc il a un « manque à gagner ». Ainsi l’emprunteur paie des pénalités pour le manque à gagner. → n’est pas considérée comme de l’usure.
  • conclusion, on voit bien une grande différence de vision du monde entre musulman et chrétien à propos du marché:
  • → musulman → commerce = ok. → prolongement de l’entraide
  • → chrétien → commerce = usure, mauvais. → c’est le prolongement de la guerre, de l’arnaque, de la violence.
  • Conséquence le commerce a mis très longtemps à émerger en Europe.

XIème siècle en Europe, émergence du commerce

  • Pour développer le commerce, les marchands chrétiens ont utilisé cette « technique »:
  • → pour éviter les persécutions, pour s’affranchir, le commerce ne s’est développé que dans des villes/Etats dirigées par des commerçants.
  • → l’Etat + la justice → outil pour faire respecter les contrats
  • → l’armée + police → outil pour faire respecter les contrats par la force
  • On voit ainsi de nombreuses cité Etats se développer:
  • → Italie du nord → Venise, Gène, Milan
  • → Suisse → Zürich, Bern
  • → Allemagne
  • Avec ce système, les marchés sont souvent ouverts par la force.
  • Si l’on a besoin d’un nouveau marché, il faut conquérir un nouveau territoire.
  • → la piraterie, le commerce ou la croisade sont finalement très très proche.
  • → la Méditerranée est devenue un terrain de guerre commerciale. → guerre au sens littéral
  • → Alors que l’océan indien dominé par les musulmans est un lieu pacifique, avec des commerçants qui s’entraident. (ceci jusqu’à l’arrivée de navires marchands européen qui ont pillés les ports)
  • L’ordre religieux des Templier était aussi un formidable réseau commercial et bancaire.
  • → ils ont importé en Europe le concept de lettre de change pour transporte de l’argent de manière souple et sûre d’un bout à l’autre de l’occident.
  • p371
  • Si l’économie de marché et les commerçants sont bien vu dans l’Islam, mais pas dans la chrétienté, comment se fait il que le capitalisme est né chez les chrétiens ?
  • → 2 facteurs fondamentaux:
  • → la notion de risque
  • → la notion de personne morale
  • Le risque:
  • → Dans le monde musulman, le profit est une récompense pour le risque pris. Les commerçants sont littéralement des aventuriers.
  • → le risque c’est de la divine providence.
  • → Vouloir s’assurer contre un risque. C’est impie !
  • → un profit garanti, ce n’est plus du commerce, c’est de l’usure ! (à l’opposé de l’idée de donation perpétuelle bouddhiste, qui cherche justement à garantir un profit !)
  • → le monde chrétien, lui a voulu s’assurer contre le risque. Il a créé la notion d’assurance. Une des base du capitalisme.
  • La personne morale:
  • Ce concept de « personne morale » a été créée dans le droit canon par le pape Innocent IV en 1250 → « persona ficta« 
  • → la personne morale est immortelle. Elle n’a pas a supporter les vicissitudes de la vie des mortels.
  • → les monastères (surtout cisterciens), les universités, les églises, les municipalités et les corporations et compagnies sont devenus des personnes morales.
  • corporations et compagnies étaient des « groupes » d’entraide. Elles vont maintenant avoir une personnalité juridique et pouvoir acquérir des biens et terrains pour elle même.
  • C’est ainsi que s’est développé ce que certains appellent « le capitalisme monastique » → des monastères (surtout cisterciens) qui s’entourent d’industrie. Des moulins, des forges, etc… (dans le même style que le temples bouddhistes)

Les empires capitalistes 1450 – 1971

Chapitre II

p. 374

  • retour aux monnaies métalliques
  • Vers 1450 est probablement la période de l’histoire où l’Europe était au top du bien être.
  • → le tiers à la moitié des jours de l’année étaient fériés. Il y avait de fêtes toute le temps.
  • → ça a dérangé les puritains et justifié une partie de la réforme.
  • la période de 1500 à 1650 a vu une inflation massive de 500% (chiffre anglais) qui a profondément modifié l’économie européenne. (les salaires ont baissés de 60%)
  • Une des premières hypothèses à cette inflation → à cause de la masse d’or et d’argent rapporté depuis les Amériques → FAUX.
  • → cette hypothèse ne tient pas, car durant cette période, il y a eu une pénurie générale de pièce de monnaie métalliques. Il y a avait même des gens qui fondaient leur argenterie pour payer leur impôts !
  • La véritable raison est l’invention des bons d’Etats et l’abus de leur utilisation par les Etats. Nous verrons ceci plus loin en détail. Revenons à l’or…
  • → l’or n’est jamais resté en Europe → Il est parti dans les temples indiens.
  • → l’argent n’est jamais resté en Europe → Il est parti en Chine pour servir de monnaie.

Chine

  • En 1271, la Chine a été conquise par les Mongols. Ces derniers ont adoptés/conservé l’utilisation des papiers monnaies. (inventé en 806 dans les temples bouddhistes)
  • En 1368, la Chine vit la révolte qui crée la dynastie Ming.
  • Cette révolte était due à une incapacité de la dynastie précédente de gérer l’économie, ce qui a entrainé de l’inflation et des inondations suite à un manque d’entretient de digue.
  • → la nouvelle dynastie veut prône une communauté agraire autonome
  • → la nouvelle dynastie s’oppose au commerce (surtout extérieur)
  • → la nouvelle dynastie instaure l’impôt en nature
  • → la nouvelle dynastie met en place un système de quasi caste comme en Inde en ne reconnaissant que peu de métiers.
  • → le papier monnaie n’est plus reconnu pour payer les impôts.
  • → les gens développent une économie souterraine à base de pièce de monnaie métallique.
  • → c’est la ruée vers l’argent qui se crée. → des mines illégales se multiplient.
  • Devant l’ampleur du phénomène → le gouvernement Ming décide d’officialiser les mines.
  • → dès 1450 les impôts doivent obligatoirement se payer en pièce d’argent.
  • → le système économique chinois devient florissant. L’économie Ming de cette époque est reconnue comme une des plus prospère de l’histoire.
  • La forte croissance de l’économie pose un soucis → il n’y a plus assez d’argent pour fabriquer des pièces de monnaie. Il faut importer de l’argent.
  • → la Chine importe de l’or et surtout de l’argent depuis l’Europe, en échange de soie et d’épices.
  • → en 1530 les mines d’argent de Chine sont totalement épuisées.
  • → la Chine devient le moteur de la demande minière en Amérique.
  • Alors même qu’il y a une pénurie de monnaie métallique en Europe.
  • → les impôts en Europe se paient en pièce d’argent
  • → dans la vie courante les gens utilisent le crédit et les objets de taille.
  • Définition:
  • p 365
  • Symbole:
  • sumbolon (σύμβολον) en grec
  • → fu hao en chinois
  • → les deux signifient « objet brisé en 2 pour créer un contrat »
  • → Les objet de taille sont des bois coupé en deux sur lesquels on a inscrit les terme d’un contrat (une dette)

Empires commerciaux européen versus vie locale.

  • Vers 1500 à 1511 les navires européens contournent l’Afrique et s’en vont commercer (pirater) sur l’océan indien.
  • en 1571 la ville espagnole de Manille aux Philippines est créée comme comptoir pour commercer avec la chine. Ce qui permet à l’Espagne de coloniser l’océan Pacifique.
  • → échange de Soie et de porcelaine contre de l’or et argent des Amériques.
  • → les marchands espagnols deviennent très riches, mais ça ne profite surtout qu’à eux et peu à la population européenne.
  • En Europe:
  • → les Etats trafiquent la monnaie en inventant des outils de crédits qui créent des bulles spéculatives.
  • → la pratique des « enclosures » (tragédies des communs) se généralise. → la privatisation de pâturages communaux
  • → de plus en plus de paysan sont ruinés. (et le vagabondage est sévèrement interdit)
  • → ils sont alors engagés comme ouvrier dans l’industrie naissante
  • → ils sont alors envoyés dans les colonies.

Colonisation des Amériques

  • Le chef militaire Cortes était endetté. → pour se refaire, il lance une expédition (illégale) à la conquête du continent américain (depuis l’ile d’hispañola où il était)
  • → il utilise le principe de la dette pour motiver ses troupes. (600 soldats)
  • → il leur promet un partage des richesses de la conquête, mais leur facture (à crédit) les armures et arbalètes → nombreux sont donc les soldats qui se sont retrouvés endettés après l’opération. (le partage du butin n’ayant pas donné grand chose aux soldats.)
  • Les soldats endettés se sont empressés après la conquête des aztèques de gérer les régions indigènes avec des techniques de dettes et d’impôts, pour eux mêmes tenter de se désendetter.
  • Une des premières chose qui est faite après la conquête, c’est de mettre les indigènes dans les mines.
  • p. 387
  • Au finale Cortès rentre en Europe ruiné ! → Il va même voir le roi pour tenter d’effacer ses dettes.
  • → ça vaut la peine de massacrer 90% des habitants d’un continent et de les mettre en esclavage dans des mines tout en étant toujours endetté !
  • On retrouve la même logique dans les croisades. → lors de la 4ème croisades les chevaliers rentrer ruinés, même après avoir piller des villes sur leur chemin.

Réforme

  • p. 391
  • En 1520, Luther dit que les vrais chrétiens qui partagent tout sont rares:
  • → nous sommes sur terre et pas dans un monde idéal, donc il est possible de faire des entorses à l’idéal
  • → L’usure est interdite. Mais 4% à 5% d’intérêt, n’est pas considéré comme de l’usure vu que le monde n’est pas parfait.
  • → la preuve que le monde n’est pas parfait, c’est que dans les écritures, il y a des exceptions quand on parle d’usure. → On a pas le droit de faire de l’usure avec ses compatriotes, mais on a le droit avec les étrangers.
  • → sur la base de la notion d’ « interesse« , les pénalités pour manque à gagner, le monde protestant relance le commerce en Europe.
  • → en 1650 tous les protestants ont intégrés ses valeurs marchandes.

Monde des crédits et de l’intérêt

Deuxième partie. P.396

  • L’Europe est divisée en 2.
  • Il y a 2 types de monnaie qui sont utilisées, mais pour des contextes différents:
  • → monnaie métallique pour l’état et les marchands
  • → monnaie dette/crédit pour tout les échanges quotidiens entre tous.
  • On a aussi 2 types de philosophies qui sous-tendent ces monnaies:
  • → la notion d’intérêt personnel quand on fait des transactions en monnaie métallique
  • → la notion d’entraide quand on se fait crédit entre personne d’une communauté
  • La notion d’intérêt personnel émerge gentiment dans une vision du monde ou l’entraide n’existe pas. → elle est théorisée par Guichardin (un ami de Machiavel) qui compare le monde où l’amour règne et en opposition c’est le monde de l’intérêt personnel.
  • → il était très étrange à l’époque de baser une théorie philosophique de la vie sur la notion de « pénalité pour retard de paiement dans un emprunt » !!
  • → les écrits de l’époque (celle de Hobbes et de son léviathan) commencent à mettre en avant le fait que le monde est mécanique et rationnel. Que la motivation n’est finalement que le profit, et donc la notion d’intérêt qui permet le profit. C’est là le glissement qui est fait.
  • → on retrouve les notions déjà présentes des siècles plus tôt en Chine. (prince Shang)
  • → Il y a un parallèle entre la physique et sa mécanique céleste implacable et des gens qui cherchent la mécanique dans la morale humaine. → L’intérêt personnel est une des théories.
  • Mais ce n’est pas la seule explication du glissement de la société d’entraide qui utilise le crédit vers une société de concurrence qui utilise la monnaie métallique.
  • p. 404
  • C’est surtout, (principalement en Angleterre), l’ingérence du pouvoir judiciaire très dur contre les endettés qui a transformé une société de solidarité par crédit mutuel en société morale métallique.
  • → Sous la reine Elisabeth, le châtiment pour vagabondage (chômage) en cas de 1er délit: être cloué par les oreilles au pilori. Pour les récidivistes: la mort !
  • Voici l’histoire de Margaret Sharples vers 1660 à Chelsea. → N’ayant pas assez de monnaie pour payer un tissu, elle a emporté ce tissu à crédit en mettant en gage un panier de provision. → Une pratique courante en terme de crédit mutuel. Entre temps, le propriétaire de la boutique a changé d’avis. Il a rendu le panier en gage et a décidé de poursuivre Margaret pour vol. → bilan, Margaret a été pendue !!!
  • Cette histoire semble quand même un peu exagérée. Il est fort probable qu’en fait, le vol n’était qu’un prétexte que le boutiquier a trouvé pour se débarrasser de cette personne pour d’autres raisons. (pourquoi éliminer une cliente ?)
  • → On imagine bien qu’ayant entendu cette histoire, plus d’un se retient de faire du crédit mutuel et préfère payer comptant en monnaie sonnante et trébuchante. (le trébuchet est une balance utiliser pour vérifier le poids de la pièce de monnaie)
  • Historiquement, à cette époque le recours à la justice de l’Etat était très très rare. Puis, même moins de 1% des affaires portées en justice allaient jusqu’au jugement. → C’était souvent juste un moyen de consigner par écrit un fait. (la population étant largement illettrée)
  • La morale voulait aussi que l’on règle ses affaires entre voisins.
  • (Je pense que les gens avaient aussi peur que le système judiciaire se retourne contre eux si il lançaient un procès, et au vue des peines et de l’état des prisons de l’époque c’était un sérieux risque)
  • On voit que la crainte du système judiciaire dur peut suffire à inciter à ne plus utiliser le crédit et casser la communauté.
  • p. 408
  • Adam Smith a continué de créer une nouvelle réalité en décrivant des fables. Notamment celle que les commerçants n’agissent que par « intérêt personnel » → c’est actuellement une idée couramment acceptée. Mais à l’époque le crédit mutuel était majoritaire et l’on voyait plutôt le commerçant comme un maillon de l’entraide communautaire.
  • Pour rappel, Adam Smith tentait de justifier l’économie comme une discipline à part séparée des autres discipline. Ce qui évidemment ne va pas en faveur d’une vision de l’économie qui est intégrée dans l’entraide d’une communauté.

Troisième partie

Monnaie de crédit impersonnelle

  • Nous allons voir comment le crédit s’installe même sans avoir besoin d’un système d’entraide communautaire.
  • → du crédit mutuel au crédit impersonnel en passant par la monnaie métallique.
  • Le contexte européen est très défavorable aux prêteurs. L’usure est interdite.
  • → un prêteur ne doit pas prêter plus qu’il n’a.
  • → En 1360, le banquier Francesch Castello a été décapité devant se banque pour avoir prêté plus qu’il n’a.
  • Ce n’est que dans les cités Etats commerciales que la morale est plus tolérante et que des nouveaux outils financier apparaissent:
  • A Venise au XIIème siècle: invention des bons municipaux pour financer la guerre:
  • → C’est un emprunt obligatoire en avance de l’Etat sur ses citoyens (comme un impôt en avance) qui est rémunéré à 5%.
  • → le citoyens ont donc des titres qui valent 5% de plus que ce qu’on leur emprunté.
  • → Mais ces bons municipaux n’ont aucune échéance. → ainsi personne ne sait si ils seront vraiment remboursés
  • → Tout un marché des bons municipaux se met en place. Les spéculateurs les achètes ou les vendes au grés des victoires et revers militaires de l’Etat vénitiens.
  • En 1570, les bons d’Etat se sont disséminés un peu partout.
  • → On retrouve à Medina del Campo en Espagne une bourse aux bons d’Etat. → Nous avons là une monnaie.
  • p. 413
  • → C’est là, la véritable raison de l’inflation massive en Europe entre 1500 et 1650. → Les Etats ont abusé des bons d’Etats.
  • 1694: Création de la banque d’Angleterre → la 1ère banque centrale.
  • → un groupe de 40 marchands prête 1.2 millions de livres au Roi (pour financer la guerre contre la France)
  • → ils titrisent cette dette en petite coupure → des billets de banque (au début nominatif puis au porteur)
  • → c’est la dette du roi, et donc à lui de payer en dernier recours (ce qui garanti le « crédit« , la « croyance«  dans le fait que cette dette sera remboursée, vu qu’un roi est riche et/ou peut lever des impôts)
  • → c’est au roi de rembourser cette dette, mais les banquiers se sont engagés à donner la compensation en pièce d’or que le papier monnaie représente. (Ceci en échange du monopole d’émission de billet de banque)
  • → la banque d’Angleterre est devenue une chambre de compensation utile entre petite banque. (on préfigure déjà la notion de banque centrale)
  • p. 414.
  • Le discours de l’époque sur les monnaies était divers. Les années 1960 en Angleterre ont été des années peu stable en terme monétaire.
  • John Locke (le contractualiste libéral) était un des conseillers de Isaac Newton (connu pour sa découverte de la gravitation), mais qui était aussi à cette époque le directeur de la monnaie.
  • Locke ne croyait pas à la « Foi » en l’Etat. → il pensait que c’est l’or (ou d’autre métaux) qui par nature contient la valeur. → la monnaie ne doit pas être altérée.
  • → Locke était un scientifique rationaliste, matérialiste → Il ne voulait pas introduire la notion de foi ou croyance dans la monnaie.
  • → le sceau du roi sur la face des pièces doit garanti le fait que les pièces sont purs et d’un poids juste. (et pas montrer qui paye la dette en dernier recours)
  • → c’est à l’opposé de nombreuses monnaies métalliques de l’antiquité qui avaient plus de valeur que la valeur du métal dont elle étaient conçue. C’était uniquement à l’étranger, où l’autorité sur la face n’était pas reconnue qu’on échangeait les pièces à leur valeur métallique.
  • → c’est surtout l’opposé de la vision du papier monnaie (reconnaissance de dette, donc foi en l’Etat qui paie)
  • → le crénelage que l’on voit sur la tranche des pièces de monnaie est une invention faite dans le but d’empêcher le rognage des pièces.
  • → en effet, le rognage des pièces était courant avec une théorie qui voulait que la pièce ait la valeur du métal. → personne n’aurait l’idée de détruire une pièce qui vaut plus si elle est entière que si elle est fractionnée.
  • En 1717, la grande Bretagne et l’Empire Britannique ont adopté l’Etalon or. → L’or est la monnaie. → Cette vision du monde persiste encore de nos jours, même si depuis la fin des accords de Bretton Woods ce n’est plus la réalité du système monétaire.
  • En 1720, l’éclatement de la bulle spéculative de la compagnie des mers du sud. → C’est une époque de grande spéculation sur les richesses que cette compagnie allait pouvoir faire. Les dirigeants de cette compagnie pour faire grimper leur financement ont grossi les gains possibles. Il se sont fait prendre pour manipulation et l’action s’est effondrée.
  • En 1721, la banque centrale française créée par John Law fait faillite. → Le principe est le même que la banque d’Angleterre, juste un circulation de monnaie papier convertible en or. La création monétaire était basée sur les richesses rapportées des colonies, surtout de la Louisianne. Law a ensuite agit comme en Angleterre en faisant miroiter des richesse beaucoup plus grandes en provenance des colonies. → Les ennemi de Law (le prince Conti et le duc de Bourbon) ont soutenu la spéculation dans le but de créer une bulle. Ce qui n’a pas manqué. Les investisseurs ayant vu le cours de l’action atteindre des sommets ont voulu réaliser leur gain (40 fois) ils viennent chercher leur or. Ce qui provoque la fin de la banque, car les gains des colonies ne sont pas encore fait. (et peut être sur évalué)
  • Le papier monnaie n’a donc plus la confiance à cette époque.
  • Il est intéressant de noter que les souverains européens ont engagés des alchimistes pour tenter de créer de l’or. (Isaac Newton était un alchimiste), mais ne voyant que peu de résultat ils ont réalisé la multiplication de l’or grâce au papier monnaie !

Quatrième partie

Qu’est-ce que le capitalisme ?

  • p. 420
  • « capitalisme » mot apparu dans le vocabulaire des socialistes pour définir → un système où celui qui a le capital dirige.
  • Les outils financiers du capitalisme sont apparu bien avant la science économique et les ateliers et usine. (~1700)
  • le commerce guerrier et une particularité européenne.
  • Le financement par action
  • → apparu pour financer des sociétés coloniales → la compagnie des Indes orientales et occidentales.
  • → la dette = financement de guerre
  • Les 3 types de commerces les plus courants de ces compagnies sont:
  • → les armes
  • → les esclaves
  • → les drogues (café, thé, sucre, tabac, opium….)
  • Il y a toujours un lien entre le capitalisme et l’esclavage. → le travailleur libre est une fable, ça n’a jamais fait tourner un système capitaliste.
  • En Europe, le salariat puise ses racines dans le système médiéval d’Europe du nord qui voulait que toute personne a un rôle, d’apprenti, page, servante dans la période de sa vie allant de ~12-14 ans jusqu’à 28-30 ans.
  • Une fois les ressources accumulées il est possible de créer son propre foyer.
  • → le mot « prolétariat » vient d’un mot qui signifie « ceux qui ont des enfants » → montre bien que c’est après ce cycle d’apprenti salarié
  • Le salariat c’est ne jamais sortir de cette période de page-apprenti-servante → prolongation de l’adolescence
  • Le salariat est accepté par les masse car il crée une illusion de liberté convaincante → le salariat permet l’illusion de sortit des griffes de la dette
  • → la fable s’approche de la réalité.

Cinquième partie

Apocalypse

  • p. 436
  • Le progrès = ? amélioration progressive de la civilisation.
  • → on suppose que le futur sera toujours meilleur.
  • Quand on contracte une dette → on suppose que le futur sera meilleur et permettra de rembourser
  • → quand c’est une dette nationale → le futur doit vraiment reposer sur un futur incroyablement mieux.
  • Le paradoxe, c’est que l’histoire montre que dès que le capitalisme semble être LE système, qu’il aura un développement immortel….. → paf… une crise arrive.
  • → le capitalisme a besoin de se convaincre qu’il n’est pas durable pour durer….
  • Ainsi les risques sociaux, le communisme rival, la guerre, les limites écologique sont toujours des bons stimulateur du capitalisme.
  • → une explication est que le capitalisme fonctionne sur le profit à court terme. Si une vision long terme est possible, la machine s’emballe…

Chapitre 12: Début d’une ère encore indéterminée

  • p.440
  • 15 août 1971: Nixon annonce la fin de la convertibilité du dollar en or.
  • → c’est la fin de l’Etalon or.
  • → le but était certainement de payer la guerre du Vietnam.
  • Toujours le même principe
  • → la dette d’Etat sert à financer la guerre

Fonctionnement du système monétaire US

  • p. 445
  • + note 9 p. 619
  • Explication du fonctionnement de la création monétaire par la FED
  • → une banque privée qui a le monopole de la titritisation de la dette US en billet de banque.
  • → le président de la FED est nommé par le président US et avalisé par le congrès. C’est le seul lien du contrôle public sur la monnaie → ce qui est contraire à la constitution US 1,8,5 qui dit que battre monnaie est une compétence du congrès. (et définir sa valeur)
  • Le principe:
  • Le trésor US émet des bons (une promesse de remboursement)
  • Les bons du trésor sont mis sur le marché
  • La FED achètes des bons et les monétises en billet de banque
  • La FED fourni de la monnaie centrale qui sert de base aux crédits des autres banques. (réserves fractionnaires)
  • Le découplage de l’or est un avantage pour les USA
  • → le $ devient la réserve ultime de valeur
  • Au moment du changement, de nombreuses banque centrale se sont retrouvée avec des $ non convertible en or → que faire avec ?
  • → acheter des bons du trésor US
  • → acheter des actions dans les sociétés US cotées en bourse.
  • La vraie cohésion du système monétaire actuel → c’est la force militaire US qui est capable d’agir partout. (800 bases militaires dans le monde)
  • → il semble ces dernières années que le sud de la chine (région de hong-kong) est probablement la première depuis longtemps que l’armée US n’est pas certaine de pouvoir pénétrer. (La force de frappe US, c’est surtout son aviation. Le système de défense anti-aérien de la région est au top)
  • « Etrangement » les 5 pays qui détiennent le plus de bons du trésor US sont en général les pays « occupé » militairement. (ceux qui ont des bases militaires de longues date… ou sont des protectorats comme la Corée)
  • → note 12. p.619 → pression diplomatique
  • l’OPEP négocie son pétrole en dollars $ → la monnaie de base du monde est donc plutôt le pétrodollar
  • « Etrangement » tous les pays qui ont voulu négocier leur pétrole dans d’autres monnaie ont eu des soucis militaires avec les USA…
  • → en 2001 Saddam Hussein a tenté de négocier en € (tout comme l’Iran)
  • capitalisme = alliance de la guerre et de la finance.
  • Etrangement, le cycle « monnaie dette » – « monnaie métallique » qui fait osciller entre paix et guerre ne fonctionne plus.
  • → le retour à la dette ne libère pas de l’impérialisme. → On a un impérialisme de la dette.
  • L’impérialisme de la dette s’effrite. → le FMI qui a agit comme outil de promotion de la dette est balloté. L’argentine s’en est défait.
  • En 2008 crise financière
  • → achat massif de bons du trésor US pour sauver les meubles (~1300 milliards)
  • → La Chine, principal créancier US … dit publiquement qu’elle n’aime pas. Qu’il faut que les USA arrête de créer de la monnaie à partir de rien !
  • p. 453
  • Pourquoi la Chine qui est le principal rival des USA achète de la dette US ?
  • → Elle poursuit une vieille politique de toujours….
  • → …. pour être reconnu empereur de tous , il faut donner des cadeaux aux Etats voisins
  • → Est-ce que la Chine fait ainsi un cadeau aux USA ?
  • Luther King dans son célèbre discours: j’ai fait un rêve → Il di que l’Etat est le garant de la liberté
  • Ere Keynesianiste:
  • → contrat social entre le travailleur à qui on augmente le salaire en échange de l’augmentation de productivité
  • → Cette logique a fonctionné jusqu’en 1980…. après plus.
  • Keynes voulait supprimer les rentiers. → voulais supprimer les dettes (comme Ricardo et Adam Smith)
  • Depuis 1980 changement de politique. → Reagan et Thatcher → la dérégulation.
  • → fin du rêve
  • Au lieu de travailler → devient aussi rentier (donc l’opposé des visions anti-dettes)
  • → les revendications sont: accès à tous à la rente, à la bourse, au crédit, aux cartes de crédits.. à l’hypothèque… → donc l’Etat fait la promotion de la propriété de maisons.
  • Dans notre civilisation, l’honneur a passablement disparu
  • → il ne reste que la religion comme cadre moral.
  • Chez les évangélique on trouve une justification théologique de la création monétaire infinie (qu’on ne pourra jamais rembourser)
  • → Dieu a créé à partir de rien. C’est la grâce qui nous permet de faire pareil. (George Gilder )
  • → C’est opposé à la vision issue des grecs antique, de l’Ubris, la démesure qui est le pire des « pêché » → personne n’a le droit de se prendre pour Dieu.
  • p.468
  • Le système actuel est paradoxal.
  • la pensée TINA domine le monde politique. On l’impression que le capitalisme est un mal obligatoire.
  • → Alors que le capitalisme a besoin de voir sa fin proche pour prospérer…
  • Quand une crise arrive… alors que ce serait le moment de changer de système → on ne change pas grand chose..
  • On ne sait pas trop ce que nous réserve l’avenir.
  • → selon les cycles on retombe actuellement dans une phase comme à la fin de l’âge axial et au début du moyen âge !

monnaie dollars renminbi yuan.JPG

Mes observations à propos du livre Dette 5000 ans d’histoire

  • Depuis l’écriture de ce livre, il y a encore le phénomène bitcoin qui s’est développé.
  • → C’est une monnaie du genre métallique, même si elle est sur un support électronique.
  • → On fait même du « mining » pour la création monétaire. Donc une référence directe à la mine.
  • On voit également beaucoup l’émergence de nombreuses monnaie complémentaires citoyennes.
  • → très souvent c’est sur la base du papier qui représente un avoir en monnaie ayant cours légal
  • Personnellement, je suis pour le crédit mutuel amélioré avec un zoom arrière régulier. → donc un crédit, mais sans la dette prédatrice. J’appelle ceci le Système Monétaire Equilibré.

Voici une vidéo de Kalee vision qui décrit la première partie de ce livre:

Histoire de la monnaie

Dette 5000 ans d’histoire est avant tout une histoire de la monnaie. Mais c’est un sacré pavé d’anthropologue passablement indigeste pour la plupart de gens.

Ainsi pour mieux faire connaitre ces idées plus loin. J’ai fait toute une série en 11 épisodes dans laquelle je raconte l’Histoire de la monnaie et des systèmes économiques.

Voici comme aperçu le 1er épisode qui fait une chronologie de l’Histoire de la monnaie…  Les autres épisodes sont directement accessible sur la page déjà cité ci dessus.

Cette histoire de la monnaie et des Système économique est largement inspirée du libre de David Graeber, mais aussi d’autres sources et de mes expériences personnelles dans l’animation du Jeu de la Monnaie.

Ce jeu est passionnant. En 4 parties de jeu de carte, cette expériences sociale nous montre l’histoire de monnaie autrement… et déconstruit les dogmes souvent avancé par les économistes.

Le livre Dette 5000 ans d’Histoire étant déjà vieux !! … Il ne contient pas toutes les évolutions récentes de l’histoire de la monnaie qui s’accélère.

Ainsi Graeber n’a pas pu parler de la révolution du bitcoin et des  cryptomonnaies.

Ainsi je parle également dans ces épisodes de la Théorie relative de la Monnaie. Je la critique, ainsi que son implémentation la G1...

Et j’introduit l’idée de Bernard Dugas, de créer un SME, un Système Monétaire Equilibré, ou un Système de Mesure Equilibré. Une théorie intéressante pour comprendre les référentiels et paramètres utilisés dans les systèmes monétaire. Notamment le fait que si l’on retourne l’intérêt qu’empoche le banquier avec l’intérêt bancaire, et bien en fait on retombe sur un Revenu de Base Inconditionnel….

jeu de la monnaie

Citations issues du livre de David Graeber: Dette 5000 ans d’histoire

A propos de la fable du troc:

« Le raisonnement d’Adam Smith (…) est le grand mythe fondateur de l’économie en tant que discipline. (…) « Autrefois on faisait du troc. C’était difficile. Donc on a inventé la monnaie. » (…) Le problème est qu’il n’y a aucune preuve que les choses se soient passées de cette façon, et qu’une montagne de preuves suggère qu’elles ne se sont pas passées de cette façon.
Le point commun de tous ces cas d’échange par troc, c’est qu’il s’agit de rencontres avec des étrangers que l’on a de fortes chances de ne plus jamais revoir et avec lesquels on ne va pas établir de relations suivies.
Comme dans tant de petites collectivités locales réelles, chacun se contente de garder en tête qui doit à qui.
Le troc n’est pas un phénomène particulièrement ancien (…) il a lieu entre des personnes auxquelles l’usage de la monnaie est familier, mais qui, pour une raison quelconque, n’en ont pas beaucoup. »

A propos de la monnaie scripturale:

« Il est faux que nous ayons commencé par le troc, puis découvert la monnaie, et enfin développé des systèmes de crédit. L’évolution a eu lieu dans l’autre sens. La monnaie virtuelle, comme nous l’appelons aujourd’hui, est apparue la première. Les pièces de monnaie sont venues bien plus tard, et leur usage s’est diffusé inégalement, sans jamais remplacer entièrement les systèmes de crédit. Quant au troc, il semble s’agir surtout d’une sorte de sous-produit accidentel de l’usage des pièces de monnaie ou du papier-monnaie. »

Révolutions, insurrection:

« Dans les cinq mille dernières années, avec une remarquable régularité, les insurrections populaires ont commencé de la même façon : par la destruction rituelle des registres des dettes »

« Dites aux gens qu’ils sont des inférieurs: ça ne va pas leur faire plaisir, mais aussi étonnant que cela puisse paraître, il est rare que cela les pousse à la révolte armée. Dites-leur qu’ils sont des égaux potentiels qui ont échoué, que même ce qu’ils ont, ils ne le méritent pas, qu’ils ne le possèdent pas de bon droit, et vous avez de bien meilleures chances de les mettre en rage. »

A propos des impôts:

« Au fil de l’histoire, la raison la plus fréquente de s’endetter a toujours été la nécessité de réunir les sommes nécessaires pour payer l’impôt. »

« En décrétant que seules leurs propres pièces seraient acceptables pour régler les redevances, les amendes et les impôts, les Etats ont réussi à submerger les innombrables monnaies sociales qui existaient sur leur territoires et à instaurer une sort de marché national unifié. »
D.Graeber

Chapitre 9: l’âge axial (p277 de Dette 5000 ans d’histoire)

« Il suffit de jeter un coup d’œil au traité de Kautilya, l’Arthasastra, au « cercle de souveraineté » sassanide ou au Discours sur le sel et le fer chinois pour constater que la plupart des monarques antiques passaient beaucoup de temps à réfléchir sur la relation entre mines, soldats, impôts et denrées alimentaires. Presque tous ont conclu que créer des marchés n’était pas seulement commode pour nourrir les soldats, mais utile à bien d’autres fins : les gouvernants n’auraient plus à réquisitionner directement chez leurs sujets tout ce qu’il leur fallait, ou à trouver comment le produire sur les domaines ou dans les ateliers royaux. »

Extrait de: David Graeber. « Dette : 5000 ans d’histoire (Les Liens Qui Libèrent) (French Edition). » iBooks. p107…. mais p64 de mon édition papier  »

En bref… la monnaie et les impôts, c’est un moyen civilisé de vivre sur le dos des autres….

Un exemple de mise en « esclavage civilisé par le marché » avec la colonisation de Madagascar par les français.

« C’était particulièrement fréquent dans le monde colonial. Revenons un instant à Madagascar : j’ai déjà signalé qu’une des premières initiatives du général français Gallieni, quand il a achevé la conquête de l’île en 1901, a été d’imposer un impôt personnel. Il était très élevé, mais aussi payable «uniquement en francs malgaches, la monnaie qu’on venait d’émettre. Bref, Gallieni a bel et bien imprimé de la monnaie, puis exigé que tous les habitants du pays lui en rendent un peu. »

« Mais le plus frappant a été le vocabulaire dont il s’est servi pour décrire cette capitation. Il l’a appelée l’« impôt moralisateur ». Autrement dit, cette fiscalité visait – pour adopter le langage de l’époque – à inculquer aux indigènes la valeur du travail. »

« On pourrait ne voir dans l’ensemble du projet qu’un mécanisme cynique pour soutirer à la paysannerie une main-d’œuvre bon marché, et c’était bien le but […]»

La suite de cette phrase que j’ai tronquée explique que le second but, c’est de créer de nouvelles habitudes de « luxe » qui rendrait dépendante Madagascar pendant longtemps de la France…

Extrait de: David Graeber. « Dette : 5000 ans d’histoire (Les Liens Qui Libèrent) (French Edition). » iBooks. p107  »

Le crédit et la morale

« Je descendais la rue avec un ami l’autre jour quand un gaillard armé d’un pistolet a surgi d’une allée: « Haut les mains! »
J’ai sorti mon portefeuille et je me suis dit: « Ne perdons pas tout! » Prenant quelques billets, je me suis tourné vers mon ami : « Au fait Fred, voici les cinquante dollars que je te dois. »
Le voleur a été si scandalisé qu’il a pris mille dollars de son argent personnel, a forcé Fred, sous la menace de son arme, à me les prêter, puis les a repris. »
D. Graeber (vieux sketch amélioré par Steve Wright)

« A peu près partout, la majorité des gens sont simultanément convaincus (1) que rembourser l’argent qu’on a emprunté est une simple question d’éthique et (2) que quiconque fait profession de prêter de l’argent est un scélérat. »

« L’histoire montre que le meilleur moyen de justifier des relations fondées sur la violence, de les faire passer pour morales, est de les recadrer en termes de dette – cela crée aussitôt l’illusion que c’est la victime qui comme un méfait ».

Un groupe facebook pour discuter autour du livre..

Dette 5000 ans d’histoire en pdf

Pour télécharger le livre Dette 5000 ans d’histoire de David Graeber au format pdf… il n’y a pas de recette miracle….  Mais il y a un extrait des 30 premières pages en pdf…

Ah.. et bien il y a une version qui semble intégrale de dette 5000 ans d’histoire en pdf

Il y aussi une version de dette 5000 ans d’histoire en epub…

Mais bon… télécharger gratuitement un pdf sur le net… c’est pas très sympa pour l’auteur… Surtout que c’est un travail de qualité. Je ne suis pas pour le piratage…

Mais comme à mon habitude, j’évalue ce qui est juste:

  • pour moi
  • pour les autres
  • pour le monde

… et je me dis que l’auteur a déjà rentabilisé son boulot, comme le dit la couverture du livre, c’est un bestseller…  Qu’il ne vit pas que de ses livres, il est aussi professeur dans une prestigieuse école Londonienne…

Je me dis que le monde à plus a y gagner en diffusant les idées dans ce livre qu’en les cachant. Ainsi je me dis qu’il est juste que des versions numériques de ce livre se baladent…

Néanmoins, j’ai acheté ce livre, et je recommande de le faire:

Comment écrire un titre accrocheur – La recette scientifiquement prouvée en 6 étapes et à la portée de n’importe qui

Il est toujours difficile d’attirer l’attention. De faire un titre accorcheur qui va donner envie d’en savoir plus.

Les gens qui font des titres pour les manchettes de journaux, les gens qui font du marketing par e-mail sont devenus des maîtres dans l’art d’écrire une phrase qui va vous donner envie d’en savoir plus.

Petit exemples…

  • « Comment une grand-mère de 90 ans.. a jailbreacké un iPhone »
  • « Comment avoir une cargaison de patate sans mettre les pieds dans son jardin »

 

Voici la recette (secrète) que ces maîtres utilisent….

La recette pour écrire un titre accrocheur

Les ingrédients pour faire un titre accrocheur sont les mêmes que pour faire une histoire dont tout le monde se souvient.

Le livre « Ces idées qui collent » décrit dans le détail la recette d’une histoire à succès.

Ici on va s’inspirer de cette recette pour écrire juste un titre accrocheur.

Les ingrédients pour fabriquer une histoire dont on se souvient:

  • simplicité => Il ne faut garder que l’essence même de l’idée. S’il y a trop d’arguments, si l’idée est trop enrobée on l’oublie.
  • inattendu => Il faut déjouer l’intuition du mental pour attirer l’attention. C’est aussi un des mécanismes de l’humour. De plus la forme énigme va tenir en haleine le lecteur jusqu’à la fin.
  • concret => Une métaphore, c’est concret. Il faut donner une image, du détail, des exemples, du mesurable.
  • crédibilité => Si un médecin vous annonce que vous avez une maladie incurable, il aura plus de crédibilité que le marchand de glace du coin ! (mais c’est parfois un piège)
  • émotion => Ce qui nous intéresse le plus, c’est nous même. Il faut s’imaginer progresser, apprendre. Il faut que l’histoire puisse avoir un bénéfice personnel. (pour vendre selon se principe… faite imaginer le bénéfice que le produit apporte… et hop.. l’achat n’est qu’une modalité.. c’est comme si VOUS l’aviez déjà). Un milliard de gens crèvent de faim.. ne nous intéresse pas. Le gars que tu connais personnellement crève de faim. Ça te touche. Nous ne sommes pas sensible aux statistiques.
  • histoire => Il faut correspondre à un archétype d’histoire. (voir monomythe de Campell) Le faible est mis dans une difficulté impossible à résoudre. Mais il triomphe quand même. C’est une histoire qui inspire, qui motive à agir. De plus c’est une simulation qui montre comment agir. (pourquoi et comment)

Dit autrement, pour qu’une idée colle, il faut susciter l’Attention (inattendu) de celui qui l’écoute, l’aider à la compréhension (simplicité) et la mémorisation (mémoriser en utilisant tous les sens et le concret). Il faut que l’histoire soit crédible. (autorité, sincérité, honnêteté), il faut impliquer émotionnellement l’auditeur. (Les politiques qui utilisent le storytelling montrent la vie d’un chômeur pour parler de chômage en général), il faut impliquer l’auditeur dans l’histoire. L’histoire doit inspirer une volonté d’agir. Elle doit être un exemple qui donne espoir, qui indique le pourquoi agir et qui montre un comment agir.

L’art de faire un titre va surtout tenter de faire lire l’histoire au complet. Donc on va se concentrer sur les premiers ingrédients suivant la longueur du titre que l’on veut faire. Mais il est possible de tout mettre dans un seul titre !

  • transmettre l’essence de l’idée de l’article. (simplicité)
  • utiliser un mécanisme qui sort des schémas qui fait appel à l’inattendu pour retenir l’attention. Ex: utilisez une combinaison paradoxale de mots: « un papy de 93 ans jailbreak un iPhone » (inattendu)
  • entrer dans le concret. Les chiffres sont parfait pour ça. « 3 astuces pour » (concret)
  • ajouter un zeste d’autorité « scientifiquement prouvé », « vu à la tv » (crédibilité)
  • impliquez le lecteur: « Spécialement pour vous », « Vous n’êtes pas seul a avoir ce problème », indiquez le bénéfice personnel: « qui vous fera gagner du temps »
  • Montrer qu’un obstacle insurmontable a pu être franchi par un personnage improbable.

Essai concret:

« Comment un papy de 93 ans peut vous aider à jailbreaker un iPhone grâce à 3 nouvelles méthodes scientifiquement prouvée…« 

  • Simplicité: comment jailbreaker un iPhone
  • Inattendu: placer un paradoxe: un vieux qui sait jailbreaker de iPhone.. jamais vu ça !
  • concret: 3 méthodes
  • crédibilité: les méthodes sont scientifiquement prouvées !
  • émotion: Comme un papy peut Vous aider. Il y a un bénéfice personnel à retirer de l’histoire.
  • histoire: même la personne la plus improbable comme un vieux de 93 est capable de jailbreaker un iPhone. C’est inspirant pour tous.

J’ai encore ajouté l’ingrédient surprise, la cerise sur le gâteau, le mot: « nouveau ». Ainsi même si le lecteur s’est déjà fait aider une fois par ce fameux vieux pour jailbreacker son iPhone et que ça n’a plus rien d’inattendu pour lui… il va quand même lire l’article. 🙂

 

La nouveauté est une autre forme d’inattendu !

Ppour en savoir plus sur pourquoi le mot « nouveau » nous attire et encore d’autres pièges dans lesquels ont tombe. Voici mon résumé du livre: Le petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens.

Voici encore quelques idées pour écrire des histoires à succès...

Effondrement de la civilisation de la mondialisation

Effondrement de la civilisation de la mondialisation

L’idées est de décrire un monde après l’effondrement de la civilisation de la mondialisation.

Chacune des sociétés est régie selon les étapes d’évolution de la spirale dynamique.

L’histoire

Toute l’histoire se passe après l’effondrement. C’est ainsi que la société de la mondialisation s’est transformée pour devenir plusieurs peuples distincts.

effondrement selon le club de rome.jpegLe club de Rome annonce depuis 40 ans un effondrement de la société vers 2030. C’est une réduction massive de la population suite à un effondrement économique. D’après l’update de 2012. Le monde suit sont cours jusqu’en 2015. Là c’est le déclin… l’effondrement global arrive vers 2020… et les conséquence sur la population mondiale dès 2030…

Donc on peut situer l’histoire de ce livre aux environ de 2030… et un peu plus… le temps de s’organiser après l’effondrement que l’on peut situer vers 2020.

Le pic du pétrole est passé vraissemblablement en 2006. Depuis on est sur un plateau… et bientôt ce sera l’effondrement de la production. On consomme toujours plus de pétrole.. et la chute sera brusque. C’est comme avec l’histoire de la dinde qui prend confiance en l’avenir, car elle est toujours de mieux en mieux nourrie. Jusqu’au jour ou couic… on lui tranche la tête.. c’est Noël ! .. La chute arrive toujours au plus haut, au moment ou la confiance est la meilleure.

L’effondrement du pétrole est le vrai signe du changement de paradigme du monde. Vu que le pétrole est la colonne vertébrale du commerce mondial. D’un coup, la société de la mondialisation va s’arrêter. La terre va d’un coup s’agrandir vu que les distances seront considérablement plus longue.

Hormis les conséquences sur les transports, on verra aussi des conséquences directes sur l’agriculture. Car finalement on mange du pétrole. Plus d’engrais, plus de pesticide !  En effet l’industrie chimique est à base de pétrole. En conséquence l’industrie pharmaceutique a quelques soucis également.

Penser également à ce que pourrait devenir le parc de centrales nucléaires à l’abandon !! … Il faudrait une institution pour s’en occuper !

Carte_du_monde_vierge.png

Nom des pays

Faire une fiction permet de se libérer de plein de contrainte réelle. Mais les noms de lieux véritables permettent de se repérer plus facilement sur du connu.

Donc que faire ?

Je n’ai pas l’impression que les pays comme on les connais vont encore continuer à exister sous la forme qu’ils ont depuis le 19ème siècle.

On va plutôt vers quelques chose du genre du moyen âge. Des zones d’influence globale sur des mini régions autonomes. Le monde se fractalise.

Enfin, tout dépend de la civilisation en place !

Une idée pour donner des noms est de garder les noms des monnaies. Ce sont des véritables zones d’influence.

Le meilleur exemple est « euroland » à la place d’union européenne.

Voir comment c’est fait dans le livre « tous à zanzibar », c’était un bon moyen de souvenir. => il y a un peut de tout dans ce livre, le Yatakang, le Béninia, mais aussi la chine, la belgique, porto rico.. dur à dire s’il y a une systèmatique. Le mieux est de faire un doux mélange.

Quelques jalons sur l’évolution potentielle du monde

  • les grandes puissances démographiques: chine, inde, Brésil. => dès 2030, l’inde devient le pays le plus peuplé. 1.4 M contre 1.3 M pour la chine. Sans oublier l’indonésie est ses 270 millions et le pakistan et ses 260 millions. USA 366 millions, UE 460 millions.
  • Les USA se disloquent. Le sud ouest devient de plus en plus hispanique ainsi que la floride. Bible belt.
  • afrique: l’afrique du sud est le pays économiquement le plus fort.
  • les inégalités sont grandissantes (indice de gini) surtout en chine
  • les maladies se propagent plus vite à l’ère de la mondialisation
  • recrudescence de piraterie sur les mers
  • un monde urbain: 2030: 60% des habitants vivenet dans des villes. 18 villes de plus de 10 millions d’habitants. Tokyo, Dacca, Bombay, Dehli, São Paulo, Mexico,…  Manille, Djakarta, Calcuta, Shangai, Beijing, Karachi, Le Caire, Lagos, Rio, Buenos Aires, New York, Los Angeles.
  • réchauffement climatique = instabilités climatique => innondation, forte pluie, sécheresse => réfugié climatique
  • force militaire: Otan (usa), organisation de shangai OCS (chine, russie, .. les stan) avec des observateurs: inde, pakistan, iran. => surtout pour surveiller les séparatismes des grands blocs !
  • la chine colonise le monde et surtout l’afrique. (accaparement de terres)
  • gaz russe pour l’europe… plusieurs gazoduc. Contournement de l’ukraine et biélorussie. Gazprom
  • pétrole: usa alimenté par: canada, mexique, venezuela, arabie séoudite. => là il y a rupture bientôt !
  • pétrole: chine alimentée par: angola, congo, guiné équatoriale, soudan. (total de 30% du pétrole chinois) sinopec
  • Pétrole globale: p143. Tchad, oléoduc kribi => ouest usa. Soudan oléoduc Port-Soudan => est chine. De plus, la france tente de maintenir son inlfuence au tchad !
  • église évangélique. USA: born again. Golf de guinée. congo, RDC, nigéria, angola… les coins riches en pétrole ! mais aussi chilli, nicaragua. USA bible belt, 70 millions d’évangélique. 22% électorat. => pro israël.
  • islam.
  • passage maritime par le pôle nord, donc plus besoin du canal de suez, on laisse donc les frères musulman s’emparer de cette région.
  • la mongolie dans l’étau sino-russe. A quand la colonisation ? La mongolie dispose de nombreuse mines, surtout de charbon ! => rapprochement militaire avec les USA. Bush en visite à oulan bator en 2005.

Que se passe-t-il quand le pétrole disparait ?

Voici quelques scénario et films qui tente de monter ce qu’il se passe.

Evolution du prix du pétrole:

pétrole Prix-du-baril-en-euro-et-en-dollar---2012.05.pngDans le film « 2013, la fin du pétrole« , un expert nous dit que l’on aura déjà de grosses difficultés si le prix du pétrole passe à 120$… Le film date de 2005… on peut imaginer que le gars n’avait jamais vu de prix à plus que 50$ … et voilà que la moyenne de l’année 2012 est autour des 100$ !!  le double ! …. et le monde tourne encore ! Dur de donner la limite qui changera tout !

En 2008, le pétrole était même à 144$ le baril ! avant de s’effondrer pour cause de manque de demande à cause de crise économique !!!

C’est le prix du Baril de Brent, le pétrole de la mer du nord, qui donne le ton sur le prix du baril pour 60% des productions.

Le cours actuel peut être vu avec plein de stats sur http://prixdubaril.com/

Le film commence par un fait tout simple, le fait que les compagnies pétrolières et les pays producteurs de pétrole sur évaluent leur réserve. Ainsi, la fin du pétrole risque d’arriver plus vite que prévu !!

Ceci semble être tout à fait plausible. Comme le montre les différences entre les prévisions et les statistiques prévues par total:

pétrole prévisions de production total.gifChaque année on prévoit une augmentation… et chaque fois les prédictions sont revues à la baisse…

Ainsi le sénario du film semble plausible. Un attentat stoppe l’approvisionnement en pétrole et fait réaliser au monde que l’on en a plus pour longtemps.

Moi je me dis que si l’attentat n’as pas lieu…. on continue jusqu’à la dernière goutte sans se rendre compte de rien !

  • les pays producteurs de pétrole sur évaluent leurs réserves
  • les société pétrolière sur évaluent leurs réserves pour attirer les investisseurs et garder leur cote boursière

Du pain et des jeux l’échappatoire virtuel

Orange => Du pain et des jeux, l’échappatoire virtuel

Une société parmi d’autres

L’idées est de décrire un monde après l’effondrement de la civilisation de la mondialisation.

Chacune des sociétés est régie selon les étapes d’évolution de la spirale dynamique.

    Le principe

    Les hyper riches se sont construits des gethos en résidences surveillées. Ils vivent en partie dans le monde précédent à une particularité près. Comme ils ne peuvent pas sortir de chez eux, il se sont construit un autre monde où vivre.

    Un monde virtuel plein de jeux, de spectacles, le tout pour oublier la réalité. C’est ainsi que ce peuple se sépare du précédent.

    Ils mangent ainsi des steaks virtuels qui leur procurent des bonnes sensations, tout en étant nourri par des machines qui leur font ingurgiter des protéines à base d’algues, de champignons et d’insectes. Les résidences surveillées sont parfois des villes flottantes au milieu de l’océan. Ainsi elles sont à l’abri des attaques. Elles récupèrent le plastique en perdition dans les gyres des océans.

    Leur projet est de coloniser l’espace ainsi enfermé dans des mondes virtuels en capsule.

    Le spectacle le plus populaire est une tv réalité dans laquelle on peut mettre des caméras chez soi, partager son quotidien et regarder chez les autres. Par crowd sourcing on peut choisir et voter pour les meilleures images à placer dans l’émission.

    Les gens n’hésitent donc pas à faire tout et n’importe quoi pour éparter la galerie être sélectionnés et avoir leur minutes de gloire !

    développement durable au charbon

    Orange => Développement durable à base de charbon

    Une société parmi d’autres

    L’idées est de décrire un monde après l’effondrement de la civilisation de la mondialisation.

    Chacune des sociétés est régie selon les étapes d’évolution de la spirale dynamique.

      Le principe

      C’est la société où la croissance verte règne. Le commerce est roi. Il y a les hyper riches et les 90% de pauvres qui triment pour la croissance. Ce monde tourne aux charbon. Bref.. c’est la chine d’aujourd’hui ! (mais sans la mondialisation histoire de tenir le coup de l’effondrement, 1.5 milliard de chinois ça suffit comme marché intérieur)

      C’est le modèle ville contre campagne. C’est l’indice de gini démesuré.

      C’est ici que l’on peut placer les théories conspirationistes de réduction de la population mondiale. Ça c’est déjà vu en Chine.

      Il y a un groupe de gens qui tentent de rester furtifs dans cette société pleine de caméras grâce aux coiffures camouflage.

      C’est ici la première étape de la société du paraitre avant l’étape du disparaitre dans le réseau informatique. L’idée ici est d’utiliser la biologie pour devenir de immortel. On mange des pastilles anti-oxydantes. C’est le lieu de départ du mouvement transhumaniste. C’est ici que l’on trouve les lunettes à réalité augmentée.

      Pour faire vivre ce monde on exploite à fond le charbon et on fait des guerres éclaires pour s’approprier les ressouces des autres. On éxploite également des immenses exploitations agricoles en afrique. (cf accaparement des terres.)

      les fanatiques religieux

      Bleu => les fanatiques religieux

      Une société parmi d’autres

      L’idées est de décrire un monde après l’effondrement de la civilisation de la mondialisation.

      Chacune des sociétés est régie selon les étapes d’évolution de la spirale dynamique.

        Le principe

        Version traditionnelle du bleu. Un dieu, une règle, une récompense qui viendra plus tard. Une institution très très stricte pour verrouiller tout ça.

        Nom fixe très hiérarchisé comme les noms de voiture avec numéro. A1..

        Ils partiquent la « bionomie », néologisme de Joel de Rosnay qui signifie règles en relation avec la nourriture. Bien manger pour ne pas être obèse.

        Une société toute indiquée pour être localisée dans le sud est des USA… dans la zone de la Bible Belt.

        Les barbares post mondialisation

        Rouge => les barbares pillards

        Une société parmi d’autres

        L’idées est de décrire un monde après l’effondrement de la civilisation de la mondialisation.

        Chacune des sociétés est régie selon les étapes d’évolution de la spirale dynamique.

          Le principe

          Il y a des guerriers qui profitent de la désorganisation post-effondrement pour faire des raids violent en pillant les campagnes. Ils ont des caravanes de camions blindés pour se déplacer sur les vieilles routes défoncées.

          Leurs passe temps favori… prendre les gens en otage en menaçant de faire sauter une centrale nucléaire…

          Les khmers verts

          Bleu => les khmers verts

          Une société parmi d’autres

          L’idées est de décrire un monde après l’effondrement de la civilisation de la mondialisation.

          Chacune des sociétés est régie selon les étapes d’évolution de la spirale dynamique.

          Le principe

          Ces gens ont une vérité ultime pour laquelle ils sont prêt à tout. Hors du modèle traditionnel religieux, voici les khmers verts.

          Ils ont un idéal de la cité et nation écologique parfaite. Il se lance dans la construction de celle-ci à tout prix. D’abord la capitale puis partout. Prosélytisme, non tolérance sur des pratiques jugées non-écologiques par le parti au pouvoir.

          Un livre vert résume ce qu’est l’écologie. Les opposants sont « recyclés » compostés. (pour avoir un vocabulaire novlangue adapté)

          C’est l’histoire du parti politique de « la brise » qui prend le pouvoir et impose une dictature verte.

          • « la brise pour vous sortir de la crise »
          • « la brise est de mise »

          J’avoue que j’aurai bien utilisé « la vague », mais ce nom est déjà celui d’une expérience sur le nationalisme qui a été faite dans un lycée et qui a dérapée, il y a de nombreux livre et film à ce propos.

          La brise me semble avoir le même genre de connotation… et avec la fraicheur en plus…  comme logo, faire un petit remou de vent genre le symbole rouge du sida, mais en ruban bleu et dans l’autre sens.

          Les gens se reconnaissent en portant ce ruban bleu.

          la-brise.png

            Les opposants sont les « pare-brise ».

            On rase toutes les villes pour constuire un habitat « hobbits ».

            Voici quelques mesures de base d’écolo qui ont tendance à vouloir tout interdire. A fil du temps ces interdictions vont devenir une dicatatures.

            • interdiction des ampoules qui consomment trop
            • interdiction de l’eau en bouteille
            • interdiction de l’huile de palme
            • interdiction des sacs en plastique jettable
            • vente des fruits et légumes hors saison
            • transports publics gratuit
            • éclairage publics restreint
            • subvention des installations de panneau solaire à 80% du prix.
            • interdiction des appareils qui consomment trop d’énergie.
            • création de patrouille de surveillance qui visitent les maison pour vérifier que toutes les prescriptions sont respectées.
            • interdictions des voitures individuelles à essence. (tout électrique… c’est connu ça n’a pas d’impact !!)
            • interdiction de la viande plus d’une fois par semaine
            • On coupe le nucléaire….. (ou pas ? … la faille du rêve ?)
            • tout est bio … (surtout dans le vocabulaire novlangue de cette société)
            • limitation de la température dans les maisons
            • on raze les immeubles mal construit pour faire des immeubles écologique sans chauffage. (cuve à eau pour l’inertie)
            • on couvre tous les toits de photovoltaique et solaire thermique. (livraison pour les membres du parti en premier)
            • emblème de la brise. L’éolienne que l’on place dans chaque quartier au dessus des maisons.
            • taxe progressive sur la consommation d’énergie. (finalement seul les riches ont de l’énergie)
            • services civil obligatoire de plantation d’arbres et s’occuper des jardins communautaires.

            La brise est un parti politique qui n’est pas très connu et populaire jusqu’au moment de l’explosion des prix du pétrole.

            => On vous avait prévenu ! Maintenant il faut agir et vite.

            Les autres parti ne vont rien faire. Nous allons agir. La brise va apporter un vent de fraicheur.

            Un grand mouvement de jeunesse se bouge et la brise emporte de nombreuses élections. Concrétise quelques promesses électorales qui donnent l’impression qu’enfin quelque choses se passe pour éviter que notre avenir soit bradé !

            Les élections suivantes, la brise remporte la majorité absolues des sièges du parlement. Plus rien ne peut l’arrêter. La brise se radicalise.

            La brise penche gentiment du côté de la dictature menée par Alexandra sa présidente. (trouver un terme de leader en rapport avec le vent)

            Posts navigation

            1 2 3
            Scroll to top