Migration de picasa à google photos

Picasa est en voie d’abandon. Google photo a maintnant aussi un logiciel de synchronisation. Donc je vais voir que faire pour lancer la migration de picasa à google photos.

Il me manque de la documentation. Donc je fais des essais.

Mon organisation habituelle est d’avoir un dossier photos par année.

  • 2014
  • 2015
  • 2016

Puis j’ajoute des dossiers avec « l’événement » du moment ou des dossiers de tris particuliers.

 

Picasa observe tout mon dossier photos et son arborescence.

Je synchronise au cas par cas le dossier de « l’évenment ».

=> picasa me crée un album photo par dossier.

 

Comment je fais la migration vers « google photos » ?

Par défaut, il veut synchoniser tout mon dossier images ! … non….

J’ai quelques questions auxquelles la documentation ne répond pas.

=> Est-ce que si je synchronise mon dossier « 2016 » google photos va envoyer à nouveau toutes les photos des dossiers qui sont là dedans ?

Est-ce qu’il est capable de voir que ce sont des photos déjà synchronisées ?

J’aimerai éviter de devoir envoyer à nouveau 35 Go de photos faites dans l’année…

=> J’ai fait un test. J’ai synchronisé quelques dossiers.. et je vois que l’envoi se fait à nouveau ! … Et aussi que le ça décompte mon quota d’espace ! Donc je vois que google photos ne détecte pas les photos déjà synchronisées.

Je peux voir les photos synchronisées avec l’url suivante:

https://photos.google.com/search/_tra_?referrer=GPU

 

=> Je vais donc devoir synchroniser au cas par cas mes dossiers photos. Au lieu de cocher la case « synchroniser » sur picasa. J’ajouterai un dossier à synchroniser dans les préférences de l’uploader de google photos.

 

Quand à la question des albums. Je fais un test.

Après upload des albums nouvellement synchronisé, je ne vois pas de nouveaux albums dans ma liste:

https://photos.google.com/albums

Par contre je vois que certains ont été rems en avant, comme quand on ajoute une photo à un ancien album.

J’ai créé un dossier « test » dans lequel j’ai ajouté plusieurs sous dossier avec des photos diverse et variée dedans. Des vidéos aussi, qui étrangement ne passaient pas avec picasa.

J’y ai mis des photos qui était déjà sur mon compte et d’autre toutes neuves.

 

Je constate qu’il n’y a aucun album qui est créé automatiquement à partir d’un dossier ! ;-(

Les vidéos qui ne passaient pas avec picasa ont été envoyée avec succès.

J’ai un dossier qui est le doublon d’un autre dossier. Je ne vois aucune indication qu’il a été synchronisé.

Donc il semble que rien ne s’est passé.

J’ai changé le nom du dossier. J’ai vu l’icone de synchronisation bouger. Mais rien de plus.

 

Comment ajouter des photos à un album ?

Le moyen que je vois, c’est de récupérer à chaque fois la liste des photos fraichement ajoutées:

https://photos.google.com/search/_tra_?referrer=GPU

… et de les cochers une à une, puis de globalement dire que j’aimerai les ajouter dans un album existant. (ou de créer un album)

Heureusement, il est possible de maintenir la touche « majuscule » enfoncé pour sélectionner une grande quantité de photos.

Donc c’est ainsi que je vais gérer mes photos.

 

Ça marche pas trop mal.

Comment trier ses photos ?

Une image c’est avant tout un fichier informatique qui a un nom. L’appareil photo va nommer automatiquement les fichiers avec des variantes selon les marques et modèles d’appareil. On voit souvent des fichiers du style: IMG_5709.JPG  ou DSC_1504.jpg

Ensuite, il existe de nombreuses manières d’insérer des données plus précises à l’intérieur de la photo. On parle de Méta-données. (des données sur les donnés)

Il y a plein de formats utilisés.

Les appareils photos enregistre dans le format EXIF tous le contexte dans lequel la photo a été enregistrée. On y trouve notamment la date et l’heure de la prise de vue, ce qui est très pratique pour classer les photos. Mais il y a aussi les données techniques de l’appareil photo, le temps de pose, l’ouverture, la vitesse d’obturation, si le flash était déclenché ou non. On trouve aussi parfois l’information sur l’orientation de la photo, verticale ou horizontale, ce qui permet aux logiciels d’affichage de toujours afficher l’image dans le bon sens. Voir à ce propos mon article qui décrit comment l’orientation exif est codées et comprise par différent logiciel et comment on peut la lire en php. Il y a même parfois dans ces données une mini vignettes et la position GPS de la prise de vue si l’appareil a un GPS.

Puis il y a un autres type de métadonnées que l’on utilise après-coup pour classer les photos.

L’édition de ces données se fait à l’aide d’un logiciel de tri et/ou retouche de photos.

Un des données IPTC. Il y a la possibilité de mettre une note de 1 à 5 pour classer les meilleures photos. Il y un champ permettant de mettre des mots-clés pour décrire la photo. Il y a également des informations à propos de l’auteur de la photo.

Dans ce genre de méta-données, il y a aussi un champ « Légende » qui permet d’indiquer la légende de la photo.

J’ai remarqué que les appareils olympus ont tendance à mettre de la pub olympus dans le champ légende, et ainsi quand ce champ est affiché par un programme d’affichage de photo, il est écrit « olympus » sous chaque images ! C’est ce qui arrive quand on crée une galerie de photo sur facebook.

 

Voici la liste des mots clés IPTC les plus courants que j’utilise dans mon nomage de photo….

J’ai également l’habitude d’utiliser les notes (étoile) pour sélectionner mes images.

  • 1 => la photo est peut être nulle, mais il y a une info que je ne trouve pas ailleurs, donc je la garde
  • 2 => intermédiaire que j’utilise peu
  • 3 => une photo qui fera partie d’un diaporama. C’est mon règlage standard pour sélectionner les images à monter
  • 4 => une photo qui est très très bien mais qui a un petit défaut pour être parfaite.
  • 5 => le top !

En complément, j’utilise aussi les « famillie » de couleur du mac qui permettent de faire d’autres sélection plus pertinentes au besoin. Mais cette info et propre au mac et non durablement conservée, ni transmissible. Ainsi c’est peut être juste de manière temporaire pour afiner une sélection particulière d’un diaporama et ensuite exporter les images ailleurs. Je repère aussi également de cette manière une famille de photo qui va servir à composer une image HDR ou un diaporama.

Comment booster les ventes de son journal en dramatisant une situation

Un des points positifs de l’armée suisse, c’est que l’on a droit à plein de journaux provenant de la Suisse entière. Il faut bien s’occuper un peu pendant la journée !

En faisant de l’ordre chez moi, j’ai retrouvé des coupures de 5 journaux suisses différents datant du 7 décembre 2004. J’étais en cours de répétition militaire et à cette occasion j’ai eu l’occasion d’avoir les journaux et le temps pour faire une petite observation.

Avec le même événement et la même photo de départ. L’article que l’on trouve dans 5 journaux différents est totalement différent. Certains journaux forcent sur la dramatisation d’un événement.

Faire peur est plus vendeur !

24h 7 décembre 2004 attentat consulat USA Djedda.jpgcorrier del ticino 7 décembre 2004 attentat consulat USA Djedda.jpgle nouvelliste 7 décembre 2004 attentat consulat USA Djedda.jpgblick 7 décembre 2004 attentat consulat USA Djedda.jpgle matin 7 décembre 2004 attentat consulat USA Djedda.jpg


 

On trouve encore cette photos sur de nombreux sites de news online.

Journaux régionaux vs journaux à grand tirage

On observe que les journaux régionaux traitent l’information avec du texte et en illustrant ce texte avec une photo. Tandis que les journaux « nationaux » communiquent directement avec la photo pour nous prendre aux tripes !

Les journaux régionaux ont publié la photo de base tel quel et même souvent en noir et blanc. Tandis que les journaux à fort tirage ont recadré la photo sur la fumée noire pour dramatiser. De plus ils ont augmenté la saturation des couleurs pour rendre la fumée plus noire encore !

Donc on remarque ainsi que le côté dramatique d’un même événement ne sera pas perçu de la même manière suivant le journal que l’on lit !

Si on lit le Blick ou Le Matin nous auront l’impression que le monde, d’une manière générale, est plus dramatique que si l’on lit le Nouvelliste, 24heures ou Corriere de Ticino…

.. Et après on s’étonne du sentiment d’insécurité grandissant !! … Moi je sais d’où ça vient !

Le monde n’est que le reflet de nous même. Il est tel que l’on se le représente!
Arrêtons de suivre ceux qui nous montrent un monde dramatique.

l’effet maquette ou tilt-shift

Voici quelques exemples de l’effet maquette que je me suis amusé à faire.

Le but de cet effet est de donner l’impression de voir une photo de maquette alors que ce n’est pas le cas.

tilt-shif vache.jpgLes vaches devant chez moi.

tilt shift militaire.jpgUne marche avec quelques camarades de guerre…

tilt-shift emmental-IMG_7896_7_8_tonemapped.jpgUn lever de soleil hivernal sur le village d’Affoltern dans l’Emmental bernois.

tilt-shift via ferrata.jpgUne sortie à la via ferrata des Tichodrome au Val de Travers

Le truc

Historiquement, c’est l’utilisation d’un objectif à décentrement qui provoquait cet effet. Avec l’arrivée du numérique, il est possible de réaliser ce genre d’effet en ajoutant du flou dans un logiciel de retouche photo.

C’est justement ce flou qui fait croire à notre cerveau que l’on a affaire à une photo avec une courte profondeur de champ comme on le voit souvent sur les photos en macro. Et donc notre cerveau se dit que ce doit véritablement être une photo d’objets tout petits.

Quelques exemples de pièges

Mes réalisations ne sont pas des plus exceptionnelles. Il existe des exemples nettement plus déroutants. Je vous invite à faire une petite recherche google sur l’expression « Effet tilt-shift » pour découvrir le monde version maquette.

Certains artistes, jouent avec nos perceptions pour nous perturber totalement. Voici l’exemple d’un artiste qui propose une vision rétrécie d’objet grâce à l’effet tilt-shift et du placement stratégique d’une fausse pièce de monnaie géante qui nous conforte dans l’idée d’un objet petit.

L’effet maquette en vidéo

Une des réalisations les plus bluffante que j’ai vue avec l’effet maquette est une vidéo.

Il y a particulièrement les deux vidéos que voici réalisée par les mêmes auteurs. Il s’agit de chantier de Paris plage que l’on croirait fait par des playmobil. L’autre vidéo est celle du défilé du 14 juillet. On croirait avoir affaire à un défilé de soldats de plomb !

Ces vidéos jouent également sur l’effet sacadé de l’accélération stop-motion pour renforcer l’effet. Un délice à regarder.

Mots-clés IPTC dans une photo

Mots-clés IPTC dans les photos

Une manière intéressante d’organiser ses photos est d’utiliser les mots-clés IPTC présents dans les métadonnées des photos.

Personnellement, j’attribue toujours à mes photos des mots-clés IPTC. Ainsi quand je fais une recherche sur mon mac spotlight est capable de me retrouver les photos.

Quelques mots-clés que j’utilise fréquement:

  • Portrait => pour les photos que l’on utiliserait pour présenter quelqu’un
  • couple => pour les photos que l’on utiliserait pour présenter quelqu’un, mais quand il y a 2 personnes.
  • Group => pour les bonnes photos de groupes. A partir de 3 personne
  • Landscape => les photos de paysage que je mettrai en fond d’écran
  • panorama => les photos panoramique
  • HDR => les photos HDR
  • sourire => les beaux sourire
  • rire => les gens qui rient aux éclat
  • grimace => les gens qui fond des grimaces
  • profile => les gens de profile
  • lunette => les lunettes ou gens à lunettes
  • chapeau => les chapeau ou gens à chapeau. (ou bonnet et casque que j’ajoute en plus)
  • château
  • lever de soleil
  • coucher de soleil
  • montagne
  • lac
  • lune
  • orage
  • arc-en-ciel
  • rivière
  • herbe
  • fleur
  • silhouette
  • reflet
  • arbre
  • neige
  • lumière => quand il y a une lumière particulière
  • affiche => pour ma collection d’affiche politique
  • fontaine
  • gargouille
  • statue
  • tour
  • feu

…. et beaucoup d’autres qui viennent sur le moment..

Mots-clés IPTC et php

Quand je fais une galerie de photo sur le web. Je vais piocher les mots-clés IPTC dans les métadonnées pour afficher des infos sur la photos ou même directement pour créer des albums.

Voici quelques fonctions php que j’utilise pour aller chercher les mots-clés IPTC dans les métadonnées d’une photo.

 

/* Retourne un tableau contenant les mots-clé IPTC contenu dans le fichier de la photos
*
* @return: array() un tableau de string contenant les mots-clé IPTC de la photos
* @param: $imagePath => le chemin d’accès sur le serveur de la photo. (ou une url)
*/
function getIptcKeywordsFromFile($imagePath){

$size = getimagesize ($imagePath, $info);
if(is_array($info)) {
if (isset($info[« APP13 »])) {
$iptc = iptcparse($info[« APP13 »]);
if (isset($iptc[‘2#025’])) {
return $iptc[‘2#025’];
}else{
return  »;
}
}else{
return  »;
}         
}
}

/* Retourne l’auteur de la photo selon le champ IPTC credit
*
* @return: la valeur du champ iptc credit
* @param: $imagePath => le chemin d’accès sur le serveur de la photo. (ou une url)
*/
function getIptcCreditFromFile($imagePath){

$size = getimagesize ($imagePath, $info);
if(is_array($info)) {   
$iptc = iptcparse($info[« APP13 »]);
return $iptc[‘2#110’][0];            
}
}

Photos verticales

Photos verticales

Cette page à pour but de noter un peu tout ce que je sais sur la gestion de photos verticales.

En effet, je n’ai pas encore tout compris, le comportement est parfois étrange.

En gros, depuis toujours on fait des photos qui ne sont pas carrées ! Donc suivant le sens dans lequel on tourne l’appareil photo, une photo est horizontale ou verticale.

Le plus souvent on fait des photos horizontale vu que notre vision humaine est panoramique. Donc la référence largeur hauteur est basée sur cette vision horizontale.

Donc on peut dire que:

  • une photo horizontale est une photo qui a une largeur plus grande que la hauteur. (l>h)
  • une photo verticale est une photo qui a une largeur plus petite que la hauteur. (l

Jusque là tout le monde est d’accord.

En argentique, on a une film qui dispose d’une surface sensible à la lumière. Cette surface est toujours orientée de la même manière. Il n’est possible de faire que des photos horizontales.

Au moment de développer et tirer les photos, on utilise le même papier et le même traitement de fait sur toutes les photos.

Au moment de regarder sa pile de photo sur papier, on retourne instinctivement chaque photo pour voir les verticales dans le bon sens. Pas de problème.

En numérique. Une photo c’est un assemblage de pixel qui correspondent à la lumière enregistrée par un capteur. Comme le film, le capteur est fixe. Il prend toujours les photos en horizontal.

Puis les photos sont transférée de la mémoire de l’appareil photo à la mémoire d’un ordinateur. Au moment de regarder les photo sur un ordinateur, les photos sont toute dans le même sens: horizontale. Donc pour regarder les photos, comme avec la pile de photo papier on retourne la photo.

Pour simplifier un visionnage ultérieur des photos, il est possible d’enregistrer le sens dans lequel est la photos. Pour ce faire, il y a 2 méthodes:

  • définitivement ré-ordonner les donnée de la photo pour qu’elle s’affiche avec des dimension différente et donc une orientation différente.
  • placer une information dans le fichier qui dit au logiciel de retourner la photo au moment de l’afficher.

Historiquement c’est la première méthode qui est la plus courante. Elle demande des ressources une fois et pas à chaque affichage pour retourner la photo. C’est la méthode traditionnelle. Elle a pour inconvénients de devoir réécrire un fichier existant, et cette manipulation est souvent source de problème de perte d’information.

En effet, actuellement, il y a de plus en plus de méta-données dans une photo et le risque de les perdre est grand suivant les logiciels utilisé pour réécrire les images. De plus, la qualité est souvent difficile à régler.

La seconde méthode tend à se répendre de plus en plus. En effet, nous avons des machines rapides qui arrivent facilement à retourner les photos à la volée au moment de l’affichage.

Mais surtout, ce sont les appareils photos numériques qui se sont perfectionnés. De plus en plus, ceux-ci sont équipés d’un capteur de position qui permet d’indiquer l’orientation d’une photo directement dans le fichier au moment de sa création. L’appareil photo est, par rapport à l’ordinateur qui va afficher l’image, un ordinateur lent. Il est donc plus facile pour l’appareil photo d’écrire une indication sur l’orientation de l’image que de ré-ordonner complètement les données de la photos pour la retourner.

Ainsi, il existe dans les photos, des méta-données, des données sur des données… Pour les caractéristiques techniques c’est la norme EXIF qui est utilisée. C’est un format dans lequel chaque appareil photo va enregistrer les réglages et les conditions dans lesquelles la photos est prise.

L’orientation de la photo est donc enregistrée dans un des champs de données exif le champ: orientation.

D’après les spécifications EXIF, le champ orientation contient une valeur numérique de 1 à 8. La signification explique suivant cette valeur, où se trouve visuellement dans l’image le début des donnée à la ligne 0 et colonne 0, donc le haut à gauche. Le cas horizontal normal correspond à la valeur 1.

  1. la ligne 0 est visuellement en haut de l’image, et la colonne 0 est visuellement à gauche de l’image.
  2. la ligne 0 est visuellement en haut de l’image, et la colonne 0 est visuellement à droite de l’image.
  3. la ligne 0 est visuellement en bas de l’image, et la colonne 0 est visuellement à droite de l’image.
  4. la ligne 0 est visuellement en bas de l’image, et la colonne 0 est visuellement à gauche de l’image.
  5. la ligne 0 est visuellement à gauche de l’image, et la colonne 0 est visuellement le haut de l’image.
  6. la ligne 0 est visuellement à droite de l’image, et la colonne 0 est visuellement le haut de l’image.
  7. la ligne 0 est visuellement à droite de l’image, et la colonne 0 est visuellement le bas de l’image.
  8. la ligne 0 est visuellement à gauche de l’image, et la colonne 0 est visuellement le bas de l’image.

Là ça devient difficile de comprendre le nombre de possibilité. Mais en fait, ça doit tout simplement être, j’ai mon appareil et je le tourne dans un sens avec 4 positions et dans l’autre sens avec 4 positions. Mais il me semble qu’il y a des positions qui sont équivalentes ? Là il me faudrait étudier plus en détail ce que représente les colonnes et lignes.

En simplifiant, ce qu’il faut retenir:

  • 1 = le coin référence ligne 0 colonne 0 est en haut à gauche de la photo. (c’est la position standard horizontale)
  • 8 = le coin référence ligne 0 colonne 0 est en bas à gauche de la photo. (il faut incliner la tête à droite pour voir la photo)
  • 6 = le coin référence ligne 0 colonne 0 est à droite en haut de la photo. (il faut incliner la tête à gauche pour voir la photo)

Les autres position n’arrive pas souvent… je tiens rarement mon appareil photo à l’envers.. et il y a même des positions que je ne comprends pas vraiment !

Donc on va s’en tenir à ce qui est le plus courant. Si je résume, mon logiciel quand il va lire les infos, il doit se dire: je lis la balise exif orientation, si je vois un 1, je ne fait rien de spécial, si je vois un 8 je fais une rotation dans le sens trigonométrique et si je vois un 6 je fais une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre.

Détail de la signification des nombres

d’après.. http://owl.phy.queensu.ca/~phil/exiftool/TagNames/EXIF.html

  1. = Horizontal (normal)
  2. = Mirror horizontal
  3. = Rotate 180
  4. = Mirror vertical
  5. = Mirror horizontal and rotate 270 CW
  6. = Rotate 90 CW
  7. = Mirror horizontal and rotate 90 CW
  8. = Rotate 270 CW

Maintenant que la théorie est posée, comment se passe la réalité ?

Sur Mac OSX, les applications suivantes comprennent ces balises de rotation:

  • Aperçu
  • GraphicConverter
  • photoshop

Mais, le plus ennuyeux, quelles sont les applications qui ne comprennent pas:

  • Safari
  • Mail
  • Firefox
  • … en bref… les navigateurs web.
  • indesign

iPhoto, comme expliqué plus bas est un logiciel qui comprend cette balise, mais qui ne veut pas l’utiliser !!! En effet, chaque photo avec une indication exif de l’orientation qui est différente de 1 est réécrite dans une version nativement dans le bon sens.

Sur le web, certainement pour des raisons historiques, les photos sont interprétées de manière brut. On ne tient pas compte des balises.

Automator

Automator permet d’effectuer nombre d’opération en piochant par ci par là dans les applications installées.

GraphicConverter propose plusieurs fonctions. Donc la fameuse rotation jpg sans perte de qualité. En sélectionnant cette fonction, il y a un message qui apparaît: Dans la mesure ou la rotation sans perte réécrit les données EXIF de l’image, vous ne pourrez plus afficher des images ainsi modifiées sur un appareil photo numérique.

Ce message sous entend que ce sont principalement les donnée Exif qui sont modifiées… donc est-ce juste la modification de la balise orientation ??? Réponse après le test:

Réponse… le fichier est bel et bien retourné.. mais c’est une rotation effective des données qui est réalisée! Malgré le message, d’avertissement je n’ai vu aucune modification dans l’exif ! Ce sont les données qui ont été réécrites. Les Méta-données IPTC et exif sont inchangées. Les mots-clés sont gardés et avec les accents. Les ressources ont été vidée, l’aperçu n’est plus là !

Le comportement est quasi identique avec le module d’aperçu: pivoter des images . Le fichier est réécrit et la balise exif orientation n’est pas changée.

Aperçu

Comment se comporte aperçu lorsqu’on lui demande d’ouvrir un photo de lui faire faire une rotation et de sauver le fichier. Réponse:

Aperçu effectue des rotations qui sont une modification de la balise exif orientation. Cependant, au moment de sauver, il réécrit la photo avec des paramètres par défaut. L’IPTC et l’exif sont conservés, mais le fichier a été dans mon cas réécrit et les données sont passées de 1012ko à 720k, au moment de sauver, Aperçu n’est pas capable de sauver uniquement l’exif, il sauve et donc recompresse avec les réglages courants. Pourquoi réécrire toute la photo si seul un champ exif est modifié bouh !

GraphicConverter

Essai de rotation en mode standard, manuel. L’image de base se retourne en mode natif, la balise orientation n’est pas touché. La photos est sauvegardée aux paramètres courants. Le hic, c’est que les mots-clé iptc avec accents se sont fait écrasés, l’encodage n’est vraissemblablement pas le même ! C’est étrange, car le module de rotation sans perte de qualité de GC qui est dans automator ne massacre pas les mots-clés accentuées !!

Si l’on prend une photo qui comporte une orientation, et que je fais sauver sous, elle reste identique. rien ne change. Si je prend la même photos, que je bidouille avec des outils (juste la sélection pour ne rien toucher) et que je sauve la photo. GC la réécrit, et cette fois elle est réécrite verticalement. Les informations EXIF sont réécrite, le champ orientation passe de 8 à 1. Et le champ datetime est mis au temps courant. Il ne reste donc plus que original date time pour savoir le moment de prise de vue.

GC en mode gestionnaire: ce mode comporte des réglage qui peuvent être différents, et c’est le mode que j’utilise le plus, alors voyons comment il se comporte.

Pour une photo qui comporte une balise exif orientation égale à 6, si l’on veut la diffuser sur le web, il faut la redresser en faisant une rotation de 90° dans le sens des aiguilles d’une montre. En effectuant cette manipulation à l’aide du gestionnaire d’image de GC, l’image est véritable retournée en donnée et le champ exif orientation reste inchangé. Cette opération ajoute une incohérence. Les logiciels comprenant la rotation exif à la volée tourne inutilement la photo. Par contre sur le web, c’est tout bon. Les méta-données EXIF et IPTC ne sont pas touchée. Ceci par ce que le gestionnaire est configuré pour utiliser une rotation sans perte et ne pas toucher les champs exif. (fait étrange remarqué, dans le gestionnaire, la vignette est aussi retournée mais dans l’autre sens !?!)

Lors d’un second essai, mais avec un photo dans l’autre sens (et des mots-clés iptc accentués) l’image a aussi été tournée, mais pas la vignette !! Les mots-clés sont restés identique.

Maintenant, essai, avec la même photo source, mais dans les préférences l’option ne pas modifier l’exif n’est pas cochée. Le comportement est bien mais pas top ! L’image est véritablement retournée, l’exif est modifié (ou plutôt pollué.. je vois pas à quoi sert de le modifier, l’exif est surtout utile pour avoir les conditions du moment de prise de vue.) L’exif est modifié, mais pas le champ orientation !!! ce qui est un peu débile, car sinon, pourquoi avoir besoin de modifier l’exif !

En ce qui concerne l’option rotation sans perte de qualité je ne dois pas encore avoir tout compris. Moi je vois dans tout les cas que le fichier est réécrit ! Si le même fichier est retourné dans un sens puis dans l’autre, on retombe sur nos patte (?) mais sinon, la compression effectuée par l’appareil photo et celle refait diffèrent quelque peu !

L’ajout de mots-clés dans un fichier via le gestionnaire semble être bien fait, il ne modifie que les champs exif. Avec l’option ne pas modifier l’exif desactivé. (donc GC a le droit de modifier l’exif) Si j’ajoute 20 caractères comme mots-clés, je vois le fichier grossir de 28 octet. Ce qui restent dans le bon ordre de grandeur. Bien.

iPhoto

Comment ça fonctionne tous ça !!! Version 6.0.6 (ouais chez apple cette applications change beaucoup à chaque fois.) Dans mon cas, je prend mon dossier de photos d’essai que je glisse sur l’icon de iPhoto. A ce moment, iPhoto turbine et j’ai une nouvelle sélection dans la photothèque qui comprend mes photos. Par soucis de propreté, je crée un nouvel album, avec la sélection courante de mes dernières photo. Puis en allant explorer le dossier iPhoto Library, je remarque que les photos sont triées dans 3 dossiers, Data , Modified, et Originals. Data contient les vignettes des photos. Modified contient toutes les photos qui ont été modifiées, c’est à dire qu’une photo verticale qui contient juste le champs exif orientation est réécrite en mode vertical natif. La photo est donc modifiée et se retrouve dans ce dossier. Le plus grave dans l’histoire, c’est les dégâts collatéraux. L’exif est très réduit. Il ne reste que quelques rares champs, comme la date de prise de vue originale (heureusement) et l’IPTC est carrément shooté !. Originals contient des alias sur les photos originales. C’est également le seul liens qu’iphoto a avec les photos horizontales qui n’ont pas été modifiées. Donc, dans ce mode la photothèque est en partie en interne au dossier d’iphoto et en partie en externe !!

Le boulot de massacre des photos est assez bien fait, en effectuant une rotation effective des photos, iphoto ajoute une balise exif orientation. Mais s’il en existe déjà une, il ne la modifie pas, non… il ajoute. Ce qui fait que l’exif est endommagé, certains programmes n’arrivent plus le lire! (la fonction php read_exif_data par exemple) Donc, il y a 2 balises orientation. Génial pour tout compliquer.

De plus, le fichier réécrit est plus lourd que l’original. (1.6Mo passe à 2Mo)

Quand iphoto passe en mode édition, un nouveau fichier est créé dans le dossier modified, même quand ce n’est que de la visualisation en plein écran !!!

Lorsque les mots-clés IPTC des photos non modifiées existes, iPhoto est capable de les reprendre pour les utiliser dans sa propre base de données. Sinon, les mots-clés ne sont pas exporté hors de iphoto. Heureusement qu’un module spotlight permet de rechercher aussi dans iphoto, mais cette méthode rend captif l’utilisateur dans ce logiciel qui comme on vient de l’étudier n’est de loin pas parfait, et même plutôt destructeur d’image !

Malheureusement, aucune modification du côté de la version 7.1 de iPhoto ! … l’interface, s’améliore, mais le moteur n’a pas changé du tout !

PictureSync

PictureSync est un logiciel qui est conçu pour automatiser l’envoi de photo depuis iphoto, aperture, ou un dossier, vers le divers services de photo comme flickr, zoomr, ou en dossier etc….

Ce logiciel est capable de lire un grand nombre d’information exif. L’application est capable de faire des rotations. et surtout de voir le champs orientation et d’agir en conséquence. Lorsque PictureSync fait une rotation, il lit le champ orientation, effectue la rotation et modifie le champs orientation !!! C’est le seul logiciel que je connaisse qui prenne la peine de le faire ! Bien! (le seul bémol est une désaturation des couleurs lors de l’opération !)

PictureSync est conçu pour uploader des photo (sur un site ou dans un dossier) et est capable de faire la rotation et le redimensionnement des photo à la volée au moment de l’upload. Il semble que pour ma photo que j’avais déjà triturée (rotation), tout se passe bien. Pour les photos brut, c’est moins bien, le logiciel me signal une erreur de réécriture de l’exif ! (problème d’accès du dossier de destination ?) Suite à ce problème, j’ai perdu les métadonnées. Demande encore quelques essais !

Sinon, le logiciel permet d’éditer bon nombre de champs de méta-données, ce qui est très intéressant. Il y a également la possibilité de faire du géotagging avec google earth. Intéressant !

Créer une galerie web

Mon intérêt pour ce problème de rotation des photos viens surtout d’une application en particulier qui me pose problème. La création de galerie de photo pour le web.

En effet, j’ai développé une galerie de photo en php qui récupère les mots-clés IPTC dans le but de les afficher comme légende ou titre. De plus cette galerie permet de trier les photos en fonction de leur date de prise de vue qui se trouve dans les données EXIF.

Les photos que je dépose sur le web sont donc soumise à quelques contraintes:

  • l’exif doit être conservé
  • l’IPTC doit être conservé
  • les mots-clés IPTC doivent être encodé en UTF-8
  • les photos verticales doivent être nativement tournée. Le champ exif orientation n’est pas compris par les navigateurs web.

Pour afficher des photos sur le web, je ne les mets jamais en plein résolution, ce serait trop gros. J’ai donc besoin de réduire la taille des photos tout en ne perdant pas les méta-données. De plus, j’ai besoin de retourner en mode natif donnée les photos verticales qui ne comporte que l’indication du champ exif orientation.

Ceci parait simple, mais c’est finalement un casse tête! Et cela se complique encore plus, quand comme je le fais, la sélection de photo a traiter est une liste d’alias. (c’est ainsi que je me fais des albums, des sélections de différents fichier du lot de base.)

Questions…

Dans le cas d’un appareil photo qui n’a pas de capteur de position, est ce que la fonction rotation de l’image de l’application transfert d’image fait une rotation véritable ou est ce qu’elle renseigne la balise exif orientation?

Fonction php pour retourner une photo jpg en fonction du flag exif orientation

/* Retourne les données d’une photo jpg en fonction du flag exif orientation.
*
* Utilise jpgetran pour la rotation sans perte de la photo
* Utilise exiftool pour modifier le flag exif orientation après avoir effectué la rotation. http://www.sno.phy.queensu.ca/~phil/exiftool/
*
* Cette fonction effectue une rotation sans perte. Les données sont réarrangée, mais pas recompressée.
* Cette fonction conserve les métadonnées. (exif, iptc, commentaires, jffif, xmp, etc..)
* Cette fonction ne retourne PAS la vignette exif. Elle reste dans la position originale. Cela influence la vue des vignettes dans graphicConverter, l’aperçu en mode colonne du finder.
* Cette fonction recrée un fichier, donc elle modifie la date de création et modification du fichier. (c’est à cause de jpegtran. Exiftool est souple à ce niveau)
*
* Les commandes utilisées sont sur le principe:
* jpegtran -copy all -rotate 270 -verbose -outfile girafe2.jpg girafe.jpg
* exiftool -orientation=1 -n -overwrite_original_in_place girafe.jpg
*
* @return: rien de particulier.. 😛
* @param: $imagePath => le chemin d’accès de la photo sur le serveur. (pas une url)
*/
function rotateJpgFromExifOrientation($imagePath){

// lire le champ exif orientation
$exif = exif_read_data($imagePath);  // todo: bug quand exif n’est pas là… Warning: exif_read_data(dsc_1783.jpg) [exif_read_data]: Process tag(x0000=UndefinedTa): Illegal pointer offset(x4E20434F + x4E494B4F = x9C698E9E > x02C3) in /Users/mdespont/Sites/yopyop/include/manager/photoManager.php on line 468

if ($exif!=false) {

$orientation =  »; // pour tout les cas non prévu, ou la cas orientatio=1 qui ne demande pas de modification.
$orientation = $exif[‘Orientation’];

// si orientation = 8 => retourne de 270
if ($orientation==’8′) {
$angle = « 270 »;
// si le champ = 6 => retourne de 90
}elseif ($orientation==’6′) {
$angle = ’90’;
}else {
$angle =  »;
}

if (!empty($angle)) {

$nomDossier = dirname($imagePath);  // obtient le nom du dossier. Ex: images/photos/2006/toto/toto.jpg devient images/photos/2006/toto
$nomFichier = basename($imagePath);
$outpoutPath = $nomDossier. »/temp_ ».$nomFichier;

// retourne la photo
$commandeRotation = « /usr/local/bin/jpegtran -copy all -rotate « .$angle. » -outfile « .$outpoutPath. » « .$imagePath; // on suppose que jpegtran est dans le path

//    echo « 
commande rotation: « , $commandeRotation;

$output = array();
$return_var = 0;
exec($commandeRotation, $output, $return_var);

// print_r($output);
//         echo « statut: « ,$return_var;

// place le flag orientation à 1. Ce qui signifie que le flux de donnée est correct. Pas besoin de modifier l’orientation à la volée
// cette option ne sert à rien pour le site web en lui même, mais elle est utile si des gens téléchargent les photos depuis le site web pour les utiliser en local.

$commandeFlagExif = « /usr/bin/exiftool -orientation=1 -n -overwrite_original_in_place « .$outpoutPath;  // -overwrite_original_in_place permet de garder l’icon et les ressources Mac. Si on est sur linux, utiliser: overwrite_original qui est moins gourmand

//        echo « 
commande flag: « , $commandeFlagExif;

$output = array();
$return_var = 0;
exec($commandeFlagExif, $output, $return_var);

// print_r($output);
//         echo « statut: « ,$return_var;

// renommer le fichier temp_photo.jpg  en photo.jpg
rename($outpoutPath,$nomDossier. »/ ».$nomFichier);   
}
}
}

Galeries de photos

Galeries de photos

Les arbres pendant les 4 saisons

arbres4saisons

Quelques essais de photos HDR

essaisHDR

les photos du blog

DansUnDocument blog bleu ptitcanard canard couleur herbe CartePostale rose vert jaune

Avant-Maintenant: une comparaison de photos de Neuchâtel il y a 100 ans et maintenant

DansUnDocument avantMaintenant Attinger chavannes

Planètes. Quelques photos de panoramas transformés avec la techniques des planètes

DansUnDocument coucher blog Landscape panorama planète pâturage verdure jura

Visite de Paris en photo polaroid. (bidouillées avec www.poladroid.net )

parisPola

Le camping de festineuch 2009

festineuch09

Le cours CP-SP 2009

coursCP09

Ma bibliothèque de livre…

https://martouf.ch/photo/maBibliothèque/

maBibliothèque

Le Forum Social Mondial 2011 à Dakar

ForumSocialMondialDakar

Un peu de tourisme sur l’ile de Gorée au large de Dakar

ileGoree

C’est tellement bien que l’on retourne encore une fois sur l’ile de Gorée avec Coumba

ileGoreeCoumba

Petite visite de Lisbonne

Lisbonne

Uniquement l’art urbain à Lisbonne

artUrbainLisbonne

En comparaison, l’art-urbain de la région neuchâteloise.

artUrbain

Le serpent cosmique

serpentCosmique

Selon la théorie de Jeremey Narby dans toutes les religions on retrouve un mythe du serpent cosmique. Souvent même un serpent double. Ces serpent représentent l’ADN.
C’est ce que les chamanes voient quand ils sont en transe.
Voici des références sur des serpents que j’ai trouvé dans mes bouquins sur les religions. wikipedia à propos de l’arc-en-ciel: Il évoque aussi l’illumination de Bouddha, qui redescend du ciel par cet escalier aux 7 couleurs, dont les rampes sont 2 serpents (nâga). Les rubans portés par les chamans bouriates, symbolisant la montée de l’esprit du chaman vers le ciel sont appelés arc-en-ciel10. De nombreux mythes associent aussi l’arc-en-ciel à un serpent mythique (ou groupe de serpents).

Fabrication de la tresse

tresseAuBeurre

Millénaire de la ville de Neuchâtel

MillénaireNeuchâtel

Visite des gargouilles de la collégiale de Neuchâtel

gargouilleCollegiale

A l’occasion des 10 ans d’expo02, voici une galerie avec les photos que j’ai prise sur les différentes arteplages d’expo02.

expo02

Boudry – Locarno, à vélo

TessinAVelo

Paella au Bord du lac

PaellaMonruz

Tour du lac à vélo

tourDuLacVélo

Mosaïque photo

Mosaïque photo

A l’aide de nombreuses images… il est possible de recréer une seule grande image… c’est la technique des mosaïques photo.

A la main… c’est très long à faire….

Mais avec un bon programme sur un ordinateur.. c’est toujours long.. (~6h pour la mosaïque ci-dessous) mais c’est quand même plus rapide !

Ici, pour cet exemple, c’est une grille de 2500 photos qui a été utilisée. Puis c’est environ 12000 photos qui sont passées entre les algorithmes du logiciel MacOsaiX…. pour créer la mosaïque…

Au final, après de dures sélections, ce ne sont que quelques centaines de photos qui ont été choisies. En effet, d’après mes réglages, le logiciel avait le droit de réutiliser jusqu’à 6 fois la même photo. Cela limite un peu la difficulté.

Voici un aperçu du résultat vu de loin… On reconnais donc l’image de base, en l’occurrence le badge du groupe scout marfaux.

badge marfaux mosaïque

voir l‘image en plus grand (1.8Mo)…

voir l‘image en encore plus grand (6Mo)…

Le but était de faire une décoration du local. Nous avons donc maintenant une affiche de 1,5m de côté qui est composée de centaines d’image de nos multiples activités.

Les gens qui passent devant sont toujours intrigués… et passionnés en regardant les milliers de petites photos qui composent la grande…

Contura08

A l’occasion du camp fédéral scout 2008, contura08. J’ai tenté de refaire le logo du camp en mosaïque de photos prises lors de ce même camp. La mosaïque est crée avec 2500 photos, mais je n’ai fait lors de ce camp que 2000 photos. Donc pour étoffer un peu la quantité d’image à disposition, j’ai utilisé l’option « aller chercher sur flickr » de MacOSsaiX. J’ai indiqué comme mot-clé « contura08 » et j’ai obtenu plein de photos de ce camp. L’intégration de cette source de photo est tout de même en proportion plus faible que mes propres photos. Ce qui est amusant, c’est que dans ces photos provenant de sources inconnues, j’y ai retrouvé des photos de gens que je connais !

contura08 flikr.jpg


Portrait récursif de Mathieu

J’ai tenté de faire un portrait de moi même, qui est une mosaique fait avec uniquement des photos dans lesquelles j’apparai.

 

mathieu-en-mosaique-fait-avec-des-photos-de-mathieu.jpg

Voici la mosaique dans sa grande taille originale (5241 x 4857px ). Attention 13.2 Mo !

Puis, j’ai tenté de pousser plus loin, en faisant un portrait mosaique composé de portrait spécifique. J’ai pris des photos de moi même en face tousles jours pendant près de deux ans, histoire d’avoir assez de matière, mais ce n’est toujours pas suffisant, et les photos étant de forme assez identique, la mosaique n’est pas aussi précise que lorsque l’on fait un portrait avec des photos plus diversifiées.

mosaique-mathieu-portrait.jpg

Voici la mosaique dans la taille d’origine. Attention 10Mo

Guillaume Tell

Il est intéressant de tester la capacité du logiciel d’aller chercher des images sur le web pour composer la mosaique.

Il faut trouver un sujet très connu pour avoir suffisamment d’image. Le test a été réalisé avec Guillaume Tell. L’image de base est le tableau peint par Hodler et voici la comparaison lors de la construction de cette mosaique.

essai mosaique avec 21000 images.png

C’est après avoir comparé plus de 21 000 images que la grille de 40×40 a été complété.

Le résultat est intéressant, mais pas parfait. Il faudrait faire une grille avec un nombre de photos beaucoup plus grande pour arriver à afficher plus de détail de l’image de base.

Il est très drôle de voir quelles sont les images de bases qui ont été trouvées sur le web. (flickr, google image)

On trouve des statues de Guillaume Tell, des images de gens avec des pommes sur la tête, des spectacles, des monuments, des pièces de CHF 5.- … (alors que ce n’est pas Guillaume Tell.. c’est juste un berger !), il y a des images de la partition de musique de l’opéra Guillaume Tell. Il y a des clichés suisse, des arbalètes….. etc…

Une question que je me pose à laquelle je n’ai pas de réponse, c’est à propos du droit d’auteur, qu’est il permis de faire. Est ce qu’une mosaique est l’image d’origine où une nouvelle création ? … (je pense que ça doit être vu comme un travail dérivé)

Est-ce que les mini images qui composent la mosaique sont suffisamment petites pour être vues comme un droit de citation utilisable ?    … la notion de citation pour autre chose que du texte est toujours très floue. Les magasins de musique proposent librement des extraits de 30s qui sont des citations.. mais je me souviens d’un juge français qui jugait que c’était trop long !

Bref.. si quelqu’un a des infos à ce propos. Je suis prenneur.

guillaume-tell-mosaique-hodler.jpg

Télécharger l’image en taille originale grande (4000 x 1000) 8.4Mo

Voici encore une version plus fine de Guilaume Tell.

guillaume-tell-plus-fin.jpg

Télécharger la mosaique de Guillaume Tell en grande taille (3.8 Mo)

Jésus Christ en mosaique

J’ai tenté de faire une mosaique d’une personne connue, histoire d’avoir suffisamment d’image à disposition sur internet.

J’ai donc choisi de faire une mosaique de Jésus Christ !

…. Pour pousser le concept encore plus loin, j’ai choisi de faire une mosaique d’une mosaique !

En effet, j’ai choisi comme image de base, une mosaique qui représente Jésus qui se trouve dans la Basilique St-Appolinaire à Ravenne en Italie.

Jesus-mosaique-8000.jpg

Télécharger l’image en taille originale grande (8000 x 9922) 35Mo !

Le château de Neuchâtel

Après les portraits de personnes, voici des essais avec des paysages. Le château de Neuchâtel est mon modèle et les images qui le compose sont toute ma bibliothèque de photos de ces dernières années. Il y a donc de tout !

On doit y retrouver toute ma famille et tous mes amis !

facade-chateau-1000.jpg

Télécharger l’image dans sa taille originale 10368 x 7776px (34.2 Mo)

Voici un petit aperçu d’une étape de la construction de cette mosaique du château de Neuchâtel.

Je trouve étonnant comme on reconnait déjà bien les formes du bâtiment.

facade-chateau-silhouette-1000.jpg

Voici encore une vue du château de Neuchâtel

La photo d’origine de cette mosaique est une photo HDR du château de Neuchâtel et des nuages sombres au dessus.

château-ambiance-orageuse-1000-sans-trous.jpg

Télécharger l’image dans sa taille originale 10368 x 7776px (57 Mo)

Logiciel

Sur mac, il existe un autre soft sympa. Il s’agit de MozoDojo.

Pour les pauvres gens qui n’ont pas la chance d’être sur mac et qui sont liés au grand démon M$ … il existe aussi quelques logiciels pour windows…