Le vélo couché

Voici maintenant quatre mois que j’ai commencé mon expérience de faire du vélo mon moyen de transport principal.

En quatre mois, j’ai parcouru 2464 km !

Fin août 2010, à l’occasion des mes 1000 premiers kilomètres de vélo. J’avais déjà évoqué sur ce blog la liste des avantages et inconvénients à utiliser le vélo comme moyen de transport principal.

vélo couché hp speedmachine dans un champ.jpgLe principal inconvénient que j’avais trouvé au vélo, c’est la position inconfortable qui est imposée par la machine et en particulier la selle qui est un véritable instrument de torture.

J’avais déjà évoquer le remède: le vélo couché !

Et oui, j’ai trouvé le moyen de rendre mes voyages à vélo beaucoup plus confortables:

J’ai fais l’acquisition d’un vélo couché.

Voici maintenant un mois que je roule en vélo couché. J’ai déjà parcouru plus de 750km avec ce vélo. J’ai maintenant suffisamment de recul et d’expérience pour en parler.

Quand je roule avec ce vélo couché, j’ai un peu de peine à me fondre dans le paysage. Il y a toujours de nombreuses personnes qui sont très intriguées par cette étrange machine sur laquelle je me déplace.

J’observe systématiquement des gens qui suivent mon passage des yeux, certains interrompent même leur conversation pour signaler à leur interlocuteur de ne pas louper cet étrange cycliste. J’entends fréquemment des gens me faire des remarques: Est-ce que c’est bien ?
Est-ce que c’est facile ?
Excellent !
Moi j’arrive pas déjà avec un vélo normal alors bravo !

Ce dernier mois, partout où je me rend, de nombreuses personnes engagent la conversation avec moi pour en savoir à propos de mon vélo couché. Je n’ai jamais autant parlé avec les voisins que depuis que j’ai ce vélo !

Ainsi je vais reprendre et répondre ici à certaines questions qui me sont fréquemment posées.

Pourquoi utiliser un vélo couché et pas un vélo normal ?

Je l’ai dit plus haut, ma raison principale de base était de pouvoir me débarrasser de cet instrument de torture qu’est la selle.

Mais finalement le vélo couché à de nombreux autres avantages. Malgré le fait que le vélo à un rendement très bon, le vélo couché a un rendement encore meilleur ! Ceci principalement pour deux raisons. La première est due au fait qu’en étant couché on fait une prise au vent moins grande et donc le vélo couché est plus aérodynamique.

La seconde raison est également liée à la position couchée du corps. Le système cardiovasculaire est tout à plat, ainsi on évite au coeur de devoir pomper beaucoup pour compenser la pression entre le haut et le bas du corps. Ainsi on se fatigue moins pour le même résultat.

Pourquoi on ne voit pas plus de vélos couchés si c’est si bien ?

En 1934, l’union cycliste internationale a fixé des normes pour définir ce à quoi ressemble les vélos qui sont acceptés pour les courses. Le vélo couché a été ainsi exclu de la visibilité médiatique ! Cependant, ces 2-3 dernières années la diversité des vélo augmente. On voit de plus en plus de vélos électriques, pliables, trike, des remorque, etc..

Le vélo couché est donc naturellement aussi une alternative au vélo classique.

Est ce que c’est facile ?

martouf sur son vélo couché.jpgOui, c’est facile, mais au début il faut réapprendre un nouvel équilibre dont on a pas l’habitude avec un vélo normal. Avec un vélo couché, on se penche aussi dans les virages, mais on se penche en étant sur le dos ce qui est déroutant au début.

En plus d’apprendre un nouvel équilibre, on se rend rapidement compte que ce ne sont pas les mêmes muscles qui travaillent! Il faut donc aussi tout un temps pour se reformer une musculature adaptée.

Le plus dur au début, c’est le démarrage. En étant couché, on a les pieds parterre, mais dans une telle position que l’on arrive pas à donner juste une petite impulsion pour commencer à pédaler. Il faut directement commencer à pédaler vite pour avoir une vitesse suffisante pour garder l’équilibre.

Il ne faut pas oublier de mettre une petite vitesse pour partir, sinon c’est foutu ! Heureusement, je dispose de vitesses qui sont dans le moyeu de la roue. Ainsi je peux changer de « plateau » à l’arrêt, ce qui est très pratique.

Et la montée c’est dur ?

A la montée, comme avec n’importe quel vélo, il faut utiliser des petites vitesse. Un vélo couché grimpe tout aussi bien qu’un vélo droit. La seule subtilité, c’est que l’on ne peut pas se mettre en danseuse !

En vélo couché, j’ai quand même remarqué que l’équilibre est plus difficile à tenir à très faible vitesse. Il faut donc essayer d’aller le plus vite possible à la montée. (ce que tout le monde fait naturellement sans se poser la question) Ceci est beaucoup plus facile quand on a la musculature des cuisses adaptées au vélo couché.

C’est pas dangereux dans la circulation ?

Le vélo couché est légèrement plus bas qu’un vélo normal. Ainsi il effectivement moins visible dans une circulation au milieu de véhicules hauts. Mais pas beaucoup plus qu’un autre vélo.

Malheureusement, j’ai l’impression que l’ensemble des voitures sont en train de devenir de plus en plus hautes et grosses. L’obésité ne frappe pas que les conducteurs, mais les voitures aussi !

Pourquoi voit on, en pleine ville, de nombreux 4×4 toujours plus gros ? Certaines personnes aiment conduire ces voitures car elles se sentent plus en sécurité au volant de ces tanks. Et qu’en est il de ma sécurité de cycliste ou de piétons ? C’est plutôt droit le contraire.

C’est tout le débat qui se fait autour de l’initiative dite de « l’interdiction des tanks urbains » qui a été lancée par les jeunes verts. J’étais justement hier soir à un débat à ce propos et le constat, c’est que le débat autour de la voiture est très passionnel !

La voiture n’est pas qu’un moyen de transport, c’est un symbole de réussite sociale, c’est un espace et un moyen de liberté.

Toucher à la sacro-sainte voiture c’est très vite toucher à des valeurs bien ancrées. Personnellement, j’ai de la peine à comprendre pourquoi autant de gens associent ces valeurs avec la voiture.

Pour moi, le vélo offre beaucoup plus de liberté. (parcage facile, moins cher en carburant, en assurance et en entretien).

Si quelqu’un à besoin d’une grosse bagnole pour être vu et regardé. Alors il faudrait qu’il achète un vélo couché. Là c’est garanti de ne pas passer inaperçu !

Le parlement a également débattu de cette initiative des tanks urbains lors de sa dernières session. Il veut lancer un contre projet qui reprend la limitation d’émission de Co2, mais ne fait rien du tout pour tenter d’améliorer la sécurité des piétons et cycliste face à ces tanks.

Il ne reste donc plus qu’à militer pour des pistes cyclables séparée des routes. Ce que j’ai la chance d’emprunter sur la majorité de mon parcours habituel à vélo.

Comment faire pour transporter des bagages ?

sacoches sur vélo couché.jpgUn des premiers problèmes qui s’est posé avec mon nouveau vélo couché, c’est comment je vais transporter mes affaires ? Jusque là j’utilisais un sac à dos. Mais avec un siège. Je le mets où le sac à dos ?

J’ai donc investi dans un porte bagage et des sacoches. J’ai des superbes sacoches qui me permettent de transporter tout ce que j’ai besoin. J’ai deux fois 40l de volume à disposition. Les sacoches sont parfaitement étanches, elle peuvent se transformer en sac à bandoulière si je ne les poses pas sur le vélo. C’est très bien conçu.

Jusqu’à présent j’ai transporté jusqu’à 17kg de bagages dans mes sacoches. On sent bien, surtout à la montée, qu’il faut fournir l’effort pour les transporter, mais c’est beaucoup plus facile qu’avec un sac à dos sur un vélo droit qui reporte tout le poids sur la selle ! Donc tout va bien, les sacoches c’est parfait !

Où est ce que tu as acheté ce vélo ?

Pour ceux qui veulent aussi goûter aux joies du vélo couché, il n’y a pas 36 magasins où se fournir. J’ai acheté mon vélo à Yverdon chez velocouche.ch.

Il y a possibilité d’aller faire des essais presque tous les samedi après-midi. La zone industrielle juste à côté est équipée en route mais n’a pas de bâtiments ! C’est un endroit parfait pour s’essayer grandeur nature au vélo couché en toute sécurité. Il y a de tout. Montée, descente, ligne droite, giratoire !

Alors n’hésitez pas à aller y faire un tour !

Inconvénients ?

Et finalement alors ? Il y a des inconvénients ?

Le seul inconvénient dont j’ai fais les frais, c’est qu’en quatre mois de vélo, j’ai maigri d’au moins 5kg ! Et là où ça me joue des tours, c’est que je ne supporte plus autant bien l’alcool qu’avant !!

5kg de graisse spongieuse permettaient de mieux absorbe l’alcool. Maintenant il faut que je me réhabitue à ma nouvelle masse, que je boive moins !

Boire ou conduire il faut choisir !

8 thoughts on “Le vélo couché

  1. Répondre
    Philippe - 29 octobre 2010

    J’aime bien ta conclusion !…
    …le reste aussi !…

  2. Répondre
    Joel Lefèvre - 6 juin 2011

    Bonjour et merci pour toutes ces explications, il me manque quelque chose dans tout ça, habitué au vélo de route, puis au VTT, j’ai toujours apprécié l’usage du cale pied qui permet, entre autre, de monter les cotes sans se mettre en danseuse sauf très forte pente. Je n’ai vu ni lu à aucun moment parler de cet accessoire fort utile sur vélo standard, la position couché est-elle totalement incompatible avec son usage, ou parait-elle simplement inutile ?

  3. Répondre
    Martouf - 7 juin 2011

    Bonjour,
    C’est vrai, je n’ai pas parlé des cales-pieds, tout simplement, par ce que je n’en ai pas. Je m’étais renseigné auprès de mon vendeur de vélo de savoir si c’est une bonne chose pour le vélo couché, et la réponse est oui !

    Après avoir parcourus 3000km avec ce vélo, sans cale-pieds, je dois dire que parfois avec un peu de fatigue, j’ai le pied droit qui a tendance à glisser un peu de la pédale.
    Parfois en passant sur une bosse, un gendarme couché un peu violent, les pieds glissent des pédales. Ce petit inconvénient doit pouvoir être résolu avec le cale-pieds.

    Ce n’est qu’une supposition étant donné que je n’ai jamais testé !

    Bref, je pense que le cale-pied est tout autant utile au vélo couché qu’à un autre vélo. Mais ce n’est qu’un avis de ce que j’ai entendu d’autres personnes. Je n’ai jamais eu l’occasion de tester moi-même.

  4. Répondre
    tandem60 - 27 janvier 2012

    tandem60, 54 ans ,couché depuis cet été .Je dispose de 150 w maxi , décroche régulierement de mon groupe de VD en cote et je ne rattrape rien sur le plat sur un baron Xlow ,donc les toniques que je suivais sans problème en VD ne veulent plus m’attendre .Donc retour au VD en groupe et le Baron en solitaire( indeniablement supérieur en longue distance /confort ) !

  5. Répondre
    Jean-Pierre Schnyder - 26 février 2012

    Bonjour Martouf,

    D’abord merci pour cet excellent post sur votre expérience du vélo couché. Je l’ai lu avec beaucoup d’intérêt, car je me suis souvent posé de nombreuses questions en voyant passer un tel engin. Je suis ravi de la remarque sur la perte de poids occasionnée par le vélo couché. Je suis entièrement, à 100 %, en phase avec vous sur la problématique des tanks urbains. Mais je suis tout autant désolé de constater à quel point nos contemporains s’alourdissent par manque d’hygiène alimentaire,  d’exercice physique, de vigilance et de volonté. Toutefois, regretter que cette perte de poids diminue sa résistance à l’alcool, mon cher Martouf, vous me surprenez ! No alcohol, no drug, no cigarette, une vie saine, l’esprit clair – toujours – et des efforts pour réduire son empreinte écologique, pour déconsommer, voilà qui me paraît bel et bon, et surtout, cohérent !

    Cela ne diminue en rien la qualité de votre expérience et de votre engagement, et je compte bien poursuivre la découverte de votre blog !

    Amitié,
    JP

  6. Répondre
    bruno-roule couche - 29 juin 2013

    Je suis assez d’accord pour ce que tu dis sur le vélo couché, sauf qu’il ne s’agit pas d’un nouvel équilibre, mais d’un reconditionnement du cerveau dans une autre position ( on apprend très jeune sur un vélo droit, donc il faut un moment pour accepter la nouvelle position).

    L’équilibre: il est nettement supérieur simplement parce que le centre de gravité est nettement plus bas.

    Pour l’apprentissage et le démarrage il faut, comme en voiture, toujours se remettre sur le plus petit développement: donc en première.

    Le vélo couché roule beaucoup plus facilement lentement qu’un vélo droit (équilibre): donc on peu démarrer lentement, il suffit d’un petit coup de pédale ( avec 1 pied) pour parcourir une vingtaine de m, on a donc tout le temps pour mettre l’autre pied sur l’autre pédale sans s’affoler. Toujours apprendre en roulant lentement.
    Je voudrais dire aussi que les vélos à suspension on une perte d’énergie énorme par rapport au vélo rigide et qu’il faut s’assurer que cela en vaut la peine.

    Je rajouterais en plus que si on veut être vraiment confortable il faut rouler avec un vélo couché avec un guidon bas (= aussi un gain de sécurité).

    Pour la sécurité: éviter de rouler avec des perche et un drapeau pour vous signaler, certains automobiliste sont attirer (voir hypnotisé) par cet accessoire et donc se dirige sur vous involontairement ( même phénomène que les voiture arrêtées sur la bande d’urgence des autoroutes).

  7. Répondre
    RZaslawsky - 26 janvier 2014

    Bonjour merci pour ce beau texte sur le vélo couché. Moi j’ai un tricycle couché et c’est super. Au départ ou à l’arrêt tu ne risque pas de perdre l’équilibre…

  8. Répondre
    Martouf - 27 janvier 2014

    Ah oui ! Chouette ! … J’ai déjà testé deux fois un tel tricycle… et personnellement ça m’a presque fait peur… c’est plus stable à l’arrêt.. mais à la descente je me suis demandé si je n’allais pas faire des tonneaux… j’étais vraiment pas rassuré !

    Pour la neige par contre, ça doit être pas mal d’avoir 3 roues 🙂
    Bonne journée.. et bonne route !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *