Liste de réparateurs en suisse romande

Réparation

Appareils en tous genres

La Bonne Combine, Prilly Tél. 021  624 64 74  www.labonnecombine.ch

Ecotechnic, Genève          Tél. 022 320 41 84         www.ecotechnic.ch

ITI-Répart, Dominique Steiner, Arc-jurassien  Tél. 079 242 64 12

Ifixit.com   I Guide de réparations diverses           www.ifixit.com

Repair’Café à  Neuchâtel  www.repaircafeneuchatel.com

Christian Jelenkiewicz, Vevey   Tél. 079 213 28 65

Réparateurs divers à Genève       www.ge-repare.ch

Réparateurs divers à Lausanne    www.lausanne-repare.ch

Electroménagers

Pierrot Ménager,  La Chaux-de-Fonds    Tél. 032 913 00 55

AC Cuisine Electroménager, Broc     Tél. 079 396 72 06        www.ac-cuisine-electromenager.ch

Ordinateurs en tous genres

Mussoft.ch,  Soulce / JU                                     Tél. 032 426 44 04                    www.mussoft.ch

Mega-Help,  La Chaux-de-Fonds   Tél. 079 418 82 82      

Itopie Informatique, Genève    Tél. 022 557 63 70    www.itopie.ch

iPhone, iPod, iPad

Macianer, St-Blaise   Tél. 032  511 51 02    www.macianer.com

Microwest, Neuchâtel & Cortaillod Tél. 032 710 14 90     www.microwest.ch

Speed Réparation, Val-de-Travers /NE Tél. 079 616 22 06                     www.facebook.com/SpeedReparationCouvet/

SOS-smartphone,  Echallens    Tél. 078  600 83 94       www.sos-smartphone.ch

Reparemac,  Lausanne        Tél. 021 544 72 06      www.reparemac.ch

PodSpital, Genève     Tél. 0900 767 763      www.podspital.ch

Machines & Outils

Jenny Sàrl, Cernier / NE       Tél. 032 724 47 27      www.jennysarl.ch

TV

Dubois TV, La Chaux-de-Fonds   Tél. 032 968 21 40

Vélos

Le Black Office, Neuchâtel  www.leblackoffice.ch

Tous à vélo, Neuchâtel  Tél. 076 512 67 07      www.tousavelo.ch

Péclôt 13,  Genève Tél. 022 740 37 89     www.peclot13.ch

Meubles

Réfection de meubles, Môtier (Vully) Tél.  079 378 29 60

Sauver les meubles, La Chaux-de-Fonds  Tél.  079 248 72 20      www.sauverlesmeubles.ch

Vêtements

Sibylla Couture, La Chaux-de-Fonds  Tél.  032 968 14 46     www.sibyllacouture.ch

Cours de réparation

Réparer un objet est parfois plus simple que l’on croit.  Pour vous permettre de vous en rendre compte et devenir de grands réparateurs, voici des cours à votre disposition (appareils en tous genre ou vélos).

Laurent Villoz, St-Imier   Tel.  078 72 72 311  

Tous à vélo, Neuchâtel Tel. 076 512 67 07 www.tousavelo.ch

Recharge de cartouches d’encre

Ink Express, rue des Moulins 51,  Neuchâtel     Tél.  032 721 40 25     www.inkexpress.ch

Cartouche Lausanne,  Bd de Grancy 44 Tél.  021 617 01 07                    www.cartouchelausanne.com

Location sur internet

E-syrent I Site de location entre particuliers      www.e-syrent.ch

Kidicool.ch  I Les vêtements de votre enfant en location !      www.kidicool.ch

Seconde main

Matériel informatique

Vendre.ch Tél.  0848 310 320   www.vendre.ch

Réalise,  Genève     Tél.  022 308 60 10      www.realise.ch

Itopie Informatique, Genève     Tél. 022 557 63 70     www.itopie.ch

Articles & habits pour enfants

Le Petit Coffre à Trésor,  Grandson      www.coffre-a-tresor.com

Meubles remis au goût du jour

L’Atelier des Miss,  Vallorbe  www.latelierdesmiss.blogspot.ch

Sauver les meubles, La Chaux-de-Fonds   Tél.  079 248 72 20      www.sauverlesmeubles.ch

Matériaux de construction

Vous devez rénover une partie de votre habitation ou avez le projet de construire … avez-vous déjà pensé à la bourse Suisse de récupération de matériaux de construction ?

Bourse Suisse de récupération de matériaux de construction                              www.bauteilclick.ch ou   www.salza.ch

Vélos

Tous à vélo, Neuchâtel         Tél. 076 512 67 07      www.tousavelo.ch

Péclôt 13,  Genève   Tél. 022 740 37 89   www.peclot13.ch

Articles divers

Emmaüs,  La Chaux-de-Fonds     Tél.  032  968 42 02      www.emmaus-ne.ch

Marchés gratuits

Gratiferia, Neuchâtel  www.facebook.com/AedNeuchatel

Gratiferia, Delémont http://gratiferiajura.wordpress.com/

Gratiferia, La Chaux-de-Fonds  www.facebook.com/La Chaux-de-Fonds

Espace quartier le 99, Genève  I mercredi après-midi    www.ville-geneve.ch/plan-ville/99-espace-quartier/

Marchés gratuits sur internet

Donnez les objets dont vous n’avez plus l’usage ou trouvé ce qu’il vous faut sans rien débourser !

Partage d’objets entre voisins

Indiquez sur votre boites aux lettres les objets que vous désirez partager avec vos voisins !

www.pumpipumpe.ch

Système d’échanges local  (SEL)

Avez-vous déjà pensé au SEL qui organise de manière conviviale des échanges de services, de compétences et de biens ?

www.sel-suisse.ch/

Un autre système d’échange par internet vient également de voir le jour.  L’offre est très limitée pour l’instant mais ne demande qu’à croître … A vous de jouer !

www.échanger.ch

Liste reprise du site lachaussurouge.ch qui a migré à l’international sur lachaussurerouge.net…  qui ne peut plus accueillir une liste aussi locale… Donc elle est sauvegardée ici. (En fait, elle existe toujours, mais n’est plus référencée dans les menus…. Donc voici le lien vers les réparateurs en Suisse romande sur lachaussure rouge…)

Avant Maintenant Brossage de dents

Voici une nouvelle photo dans la série Avant-Maintenant qui compare des photos à des époques différentes.

C’est toujours le même lieu, la même activité, mais quelques lustres plus tard.

Ici vous pouvez me voir en 1983 et en 2012, quand je me brosse les dents !

Je vous laisse jouer au jeu des différences. Qu’est ce qui a changé ?

avantMaintenant mathieu brossage de dents.jpg

Vous pouvez retrouver toutes les photos de cette série Avant-maintenant dans la galerie des photos avant-maintenant.

Avant Maintenant vélo rouge et t-shirt girafe

Voici une nouvelle photo dans la série Avant-Maintenant qui compare des photos à des époques différentes.

C’est toujours le même lieu, la même activité, mais quelques lustres plus tard.

Ici vous pouvez me voir en 1984 et en 2012, en train de bricoler mon vélo…

Je vous laisse jouer au jeu des différences. Qu’est ce qui a changé ?

vélo.jpg

En tout cas, je remarque ce qui n’a PAS changé… J’ai toujours un vélo rouge.. même si je suis passé du tricycle au vélo couché…

Je porte toujours des habits avec des girafes… à la différence que j’ai dessiné moi-même la girafe actuelle

Vous pouvez retrouver toutes les photos de cette série Avant-maintenant dans la galerie des photos avant-maintenant.

Documentation à propos de grands tours à vélos

Quelques références et exemples de randonnées, grand-tours et tour du monde à vélo

Voici de quoi s’inspirer pour faire des tours à vélo à traverse le vaste monde !

 

Le plus facile:
http://www.echallens-venise.ch/

Une variante de notre traversée des alpes:
http://www.globovelo.ch/nos-voyages/2003-suisse-vers-coire-par-les-cols/

Tant qu’à faire regarde les dénivelés du Grimsel et de la Furka…
http://montagnes.over-blog.fr/article-21989409.html

St-Jacques de Compostelle… et autres
http://eco-voyageur.blogspot.ch/p/saint-jacques-de-compostelle.html

Tour du monde en vélo couché et tandem…
http://www.tour-du-monde-tandem-handbike.fr/

Le parcours de Marco Ausderau en vélo couché…
http://www.geolives.com/tracking/marco.php

… et son site qui plante tout le temps…
http://www.acrosscontinents.ch/

Encore un tour du monde en vélo couché…
http://tourdumondeenbent.free.fr/equipement_cadres.html

Encore un tour du monde en vélo couché…
http://www.globicyclette.fr/

Et puis… encore un petit…
http://portraitdeplanete.blogg.org/

Là c’est plutôt l’afrique à vélo:
http://voyage.jeremiebt.com/materiel/
C’est là que j’ai découvert « le bâton à chien » dans le matériel de voyage.. c’est pratique pour éloigner les chiens enragés !

Des Indes aux Andes… toujours en vélo couché !
http://desandesauxindes.wordpress.com/

Pour tout ceux qui n’ont pas de site web, il y a le forum des voyages… voici la section « voyage à vélo »:
http://voyageforum.com/forum/voyager_a_velo/

Voici un couple de pote des scouts qui ont fait un tour du monde en tandem…
http://www.tandemotions.ch

Et pour terminer…. un ami qui a été jusqu’au mon Ararat à vélo..
http://www.rohner-bacs.ch/velo2002/

Voilà… il y a de quoi faire… et c’est là que tu vois la suprématie du vélo couché…

 

Pour s’équiper en vélo couché en suisse, voici l’adresse du magasin où j’ai acheté mon vélo…

http://velocouche.ch

Un petit aperçu de mon vélo couché….

vélo couché hp speedmachine dans un champ.jpg

 

martouf à vélo dans la neige.jpg

 

Quelques photos des mes tours en vélo à moi….

 

Boudry – Locarno, à vélo

TessinAVelo

Tour du lac de Neuchâtel à vélo

tourDuLacVélo

 

Il n’y a pas de mauvaises conditions, il n’y a que des gens mal équipés – faire du vélo en hiver

Il n’y a pas de mauvaises conditions, il n’y a que des gens mal équipés…. est un proverbe que j’aime souvent prononcer.

Je le trouve très vrai.

Là où je l’utilise le plus, c’est quand il des gens s’étonnent de me voir à vélo en hiver et par tous les temps. Dans le vent, la neige, la tempête…

martouf à vélo dans la neige.jpg

J’ai appris dernièrement qu’à l’origine ce proverbe est norvégien: Det finnes ikke dårlig vær, bare dårlige klær!

Ce qui peut se traduire en français par:  il n’y a pas de mauvais temps, seulement de mauvais vêtements.

Donc oui, il est possible de faire du vélo pratiquement toute l’année dans toutes les conditions. Expérience faite, en 2 ans et demi de vélo, je crois qu’il n’y a qu’une dizaine de jours par année où la neige est trop importante et que je décide de laisser mon vélo au garage.

Si j’étais un peu plus casse-cou, je crois que je pourrai faire du vélo toute l’année!

Cependant, il y a quelques passages de forêt ombragés où la neige reste plus longtemps que je devrai éviter. Ce matin j’ai un peu patiné dans une couche de 5 à 10cm de neige molle qui fond. Quand elle était gelée ça roulait mieux !

Comment s’équiper pour faire du vélo en hiver quand il fait froid ?

Pour ne pas faire partie des gens mal équipés, comment faut-il s’équiper ?

Voici donc une petite vidéo sur le sujet:

La liste des points importants de l’équipement de vélo en hiver:

  • un foulard pour préchauffer l’air que l’on respire. Quand on fait des effort physique, on respire fort. Si on avale des grandes gorgées d’air froid, on risque d’avoir le gosier gelé et donc de tomber malade.
  • des lunettes de tempête. (les mêmes que pour le ski) Non seulement c’est pratique quand il pleut, quand il neige. Mais en plus, ça protège du froid. Ça tient chaud. Ça évite d’avoir les yeux qui pleurent.
  • une bonne veste. C’est en fait ma veste de ski.
  • une bonne paire de gants. Des moufles pour avoir les doigts au chaud. Ce n’est pas possible de tenir longtemps un guidons froid.
  • des élastiques de jambes…. matériel utilisé dans l’armée suisse qui est détourné ici pour fermer les canons de mes pantalons et éviter ainsi que l’air s’engouffre dans mes pantalons pour me geler.
  • un bonnet, sous le capuchon de la veste. Par ce que notre énergie corporelle est surtout utilisée pour réchauffer le cerveau. Mais malheureusement, c’est aussi un des parties du corps la moins bien isolé. Si on évite les pertes de chaleurs à la tête. On peut utiliser le surplus de chaleur pour chauffer les parties moins vitale, comme les pieds ! Moralité. Si tu as froid aux pieds. Mets un bonnet !

… bon tu auras remarqué, j’ai pas un vélo très courant ! C’est un vélo couché. Il faudra donc adapter certains aspects.

Vélo couché dans les transports publics

Le vélo couché dans les transports publics suisses

En juillet 2012, j’ai eu l’occasion de faire une petite virée en vélo couché à travers la suisse. C’est à dire, de partir le lundi matin de Boudry pour arriver le mercredi soir à Bellinzona.

Petite subtilité du parcours, il faut traverser les Alpes.

L’itinéraire a été le suivant:

Lundi: Boudry – Meiringen  (146km, 1300m de dénivellation à la montée)
Mardi: Meiringen – Andermatt (donc les cols du Grimsel et de la Furka)
Mercredi: Andermatt – Bellinzona (donc le col du Gottard)

Jeudi: Bellinzona – Locarno…. journée tourisme, plage et glaces artisanales ! 
Vendredi: retour à Boudry en train.

TessinAVelo

Le vélo sur le car postal

Pour des questions d’organisation, d’horaire, de motivation, etc….. nous avons un peu triché… la moitié du col du Grimsel a été fait en car postal !

En effet, les cars postaux suisses sont bien équipés. Ils ont des portes vélos !!

Toute la question était de savoir si mon vélo couché allait pouvoir passer sur le porte vélo du car postal !

Renseignements sur le web

Avant de me retrouver au milieu de la montagne sans pouvoir aller sur le car, j’ai tenté de me renseigner. D’abord sur le web, les cars postaux ont de la documentation.

Dans un document pdf qui décrit les conditions de transport des vélos, on trouve:

 

Les vélos spéciaux (tandem, vélo couché, tricycle, etc.), qui ne peuvent pas être accrochés au porte-vélos ou qui mesurent plus de 2 mètres sont exclus du transport. Il en va de même pour les remorques à vélo dont la largeur excède 60 cm.

Ainsi je m’en vais chercher les caractéristiques de mon vélo couché pour savoir la longueur qu’il a. Le constructeur indique entre 1,8 et 2,1 m !  Ça ne m’avance guère. En effet, le pédalier est adapté au conducteur. Ainsi, la longueur est variable. Je vais donc mesurer mon vélo. Il fait 1.86m !!

Youhouhou… premier critère, ok !

Puis, second critère: est-ce que mon vélo couché peut être accroché au porte vélo ??

Les photos du site des cars postaux ne me sont pas d’une grande utilité.

IMG_2394.JPG

Renseignement à la centrale des cars postaux

Comme il est nécessaire sur pas mal de lignes de faire une réservation pour les vélos. L’occasion se présente de demander à la personne qui fait les réservations si les vélos couchés passent ??

Réponse de l’apprentie qui gère les réservations: Niet !!!  … gloups… c’est pas tellement ce qui est indiqué dans le pdf… moi je me dis que ça passe quand même. Tant pis… je ferai le Grimsel complet à vélo !

Le test grandeur nature

IMG_2392.JPGUne fois à Meiringen, voyant des cars arrêtés en pause, je tente de baragouiner en allemand pour demander aux chauffeurs qui discutent par là, si par le plus grand des hasards mon vélo couché passe sur leur porte vélo ??

Aucun ne semble savoir !!!  (suis-je vraiment le seul à avoir une telle bête ?)

Je demande si je peux tester. Et c’est ce que je fais.

Je pose mon vélo dans un sens et puis dans l’autre, et je teste mes sangles… et je trouve le moyen d’attacher mon vélo sur le porte vélo du car postal.

Je le sais maintenant. Oui, il est possible de transporter un vélo couché sur un car postal.

La technique

La plupart des vélos sont accrochés avec la roue avant en haut. Mais avec un vélo couché qui a une roue de 20″ à l’avant. Ça ne marche pas !

La roue est trop petite pour passer dans le support. En revanche, ma roue arrière de 26″ est standard et s’accroche très bien au support. Le vélo a donc la tête en bas.

roue de vélo couché sur un porte vélo de car postal.jpgEn bas, j’ai le guidon. Avec son équilibre, il se retourne. Donc j’ai fais des tests pour l’attacher avec des sangles. Mais finalement ce n’est pas nécessaire. Il suffit de retourner le guidon et de le mettre contre le bas. (chose qui est arrivé par hasard en portant le vélo.)

Puis, la roue avant est quand même juste trop petite pour que le support soit parfait. Il y a un peu de jeu. Il est nécessaire d’attacher le vélo pour éviter que les rayons soient écraser par le porte vélo durant le voyage.

Après quelques kilomètres tout s’est bien passé, le car a bien transporté mon vélo. Il est en bon état. Merci.

Vélo couché dans le train

Transporter un vélo dans un train n’est pas si aisé que l’on pourrait croire.

Déjà, il faut payer ! Il est possible d’avoir une carte journalière pour vélo (CHF 12.-). Ou alors, si l’on peut mettre son vélo dans une housse officielle. Il est possible de faire passer son vélo pour bagage. En général, il faut enlever la roue avant pour mettre le vélo dans la housse. Chose qui ne change rien à la longueur d’un vélo couché !! 😛

De plus, il est nécessaire de réserver si l’on prend un ICN (CHF 5.-). Ce qui n’est pas très pratique. Donc on a évité les ICN pour rentrer.

vélo dans un train.jpgDonc je ne sais toujours pas si mon vélo couché passe dans le porte vélo très très bas de plafond de l’ICN ?

Ne pas prendre l’ICN impose de prendre un trajet pas tout à fait conventionnel qui n’est pas fourni directement par les automates à billets ! Il faut faire attention.

Nous avons du faire 3 changements de train ce qui est un peu stressant quand on a en plus les bagages, et qu’il faut trouver le bon wagon en 3 minutes.

Premier train pour traverser le Gotthard, nos vélos voyages en wagons fourgon. Il y a de la place. Mais beaucoup de vélo et le miens se retrouve tout de sous vu qu’il n’est pas accroché aux supports du plafond. Mais ça va.

Second train, une superbe voiture régionale qui a un planché de plein pied avec une place pour vélo spacieuse et des ceinture du sécurité pour vélo !

garage à vélo dans un train à 2 étages.jpgC’est le genre de train parfait ! Ce sont les mêmes que l’on peut trouver sur la ligne du val de travers et que j’ai déjà souvent expérimentés.

Troisième train. Un train à deux étages !

Il y a un étage du bas réservé aux vélos. Le support en épis ressemble beaucoup à ce que l’on voit dans la rue. Et comme dans la rue, mon vélo couché et sa petite roue de 20″ ne passe pas dans le support.

Pas grave. Je pose mon vélo à côté. C’est aussi possible.

Quatrième train. Une nina.

Le porte vélo est vertical. Comme pour le car postal. C’est uniquement avec la roue arrière en haut que le vélo peut être accroché. Succès !

vélo couché dans un train à 2 étages.jpg

Donc voilà. J’ai testé pour vous, les transports publics en suisse avec un vélo couché.

Il ne me reste plus que le bateau à tester. Mais mes expérience avec mon VTT sur les bateaux du lac de Neuchâtel me laissent penser qu’il n’y a aucun problème. Les vélos sont embarqué et parqué l’un à côté de l’autre sans supports particulier.

vélo couché dans un train.jpgTant qu’à faire, si l’on veut voyager à vélo…. autant voyager sur le vélo ! C’est quand même plus simple !

 

Pente à vélo

Pente à vélo

Le vélo, c’est génial. Mais quand ça monte ça devient tout de suite moins drôle !!

Les pentes sont souvent exprimée en pour cent. Qu’est ce que ça veut dire ?

On prend comme base un triangle rectangle. La longueur représente la distance parcourure à plat et la hauteur la dénivellation.

Hauteur sur longeur = pente (on la multiplie par 100 pour avoir des pourcent)

En trigonométrie on dirait que la pente est la tangeante de l’angle. C’est le côté opposé sur l’adjascent.

Mais tous ces calculs ne permettent pas de se représenter si une montée est dure ou facile.

Comme j’ai l’habitude de faire réégulièrement des montées de diverses pentes j’arrive à me faire une idée si on fait correspondre la pente qu’elle ont.

Voici un site web qui indique le détail des pentes sur un trajet à vélo.

http://www.flattestroute.com

 

Pont de Boudry

Tous les jours, je monte le pont de Boudry, c’est facile. C’est un pont gabarit autoroute, même s’il n’est pas l’autoroute. C’est donc un pente douce.

Dénivellation: 37m
Distance: 870m
=> pente = 4.25%

La Brena – Gare de Corcelles

Pour monter depuis Auvernier jusqu’à Corcelles, peseux…

Dénivellation: 90m
Distance: 1760m
=> pente = 5%

Neuchâtel: les cadolles depuis vauseyon en passant par l’av des alpes

C’est mar route préférée pour monter dans les hauts de Neuchâtel. La pente va bien elle est tout à fait supportable.

Dénivellation: 80m
Distance: 1000m
=> pente = 8%

Neuchâtel: Fontaine de la rue du rocher depuis le bas de la Boine par Pertuis du sault

Mon collègue m’a lancé un défi de passer par là. C’est tout droit en haut !! Lui sur son vtt il grimpait nettement mieux que moi avec mon vélo couché.

Dénivellation: 110m
Distance: 750m
=> pente = 14%

 

Neuchâtel: Av de la gare depuis la serre jusqu’au giratoire.

Petite bout très court. Mais avec très souvent la pression d’avoir le bus juste derrière !

Dénivellation: 13m
Distance: 245m
=> pente = 5%

 

Montée depuis le port de Bevaix à l’atlitude du plateau au dessus

Bien raid. Mais très très vite passé. Facile.

Dénivellation: 26m
Distance: 256m
=> pente = 10%

Petit Cortaillod à Haut du bas de sachet

Route impressionnante dans les vignes. Mais pas si terrible. Le plus dur est de passer les gendarmes couchés. Là c’est rude. La pente est assez variables. Il y a des bouts plus pentus que d’autres.

Dénivellation: 40m
Distance: 500m
=> pente = 12%

Le col du Grimsel

J’ai commencé à m’intéressé à ces pentes pour me faire une idée de la difficulté de ce col que je risque de bientôt faire…. ça c’est de la longue montée !

Voici le profil de pente en détail fait par un cycliste bien sportif !

Dénivellation: 2165m
Distance: 26km
=> pente = 6%

éclairage et dynamo pour vélo

Choix d’éclairage pour mon vélo

Comme, je roule quand même souvent la nuit avec mon vélo couché. J’ai besoin d’un éclairage efficace.

C’est une chose que je n’avais pas très bien évaluée au moment de décider de faire du vélo mon moyen de transport proncipal.

En effet, j’ai commencé à utiliser sérieusement le vélo au mois de juin. Donc au moment de l’année où les jours sont les plus longs. Donc je n’ai pas pensé et été confronté tout de suite à la nuit. Puis assez rapidement, j’ai remarqué qu’autant le matin que le soir mon trajet quotidien allait se faire passablement de nuit !

La nuit, à vélo, il est indispensable d’avoir un éclairage. Il a deux fonctions:

  • voir
  • être vu

J’ai donc opté en catastrophe des mini lampes clignottantent à installer sur le vélo. Une blanche à l’avant et une rouge à l’arrière.

Actuellement, la plupart de ce genre d’équipement fonctionnent sur pile. Ce qui n’est, à mon avis, pas très pratique. Il faut toujours changer les piles !

En ce qui concerne la fonction d’être vu. Je crois que c’est pas trop mal. Ces petites lampes clignottantes font leur boulot.

Pour ce qui est de la fonction de voir. Quand je passe sur les bouts de piste cylcable qui ne sont pas éclairée, dans la forêt, ou en bordure d’autoroute avec les phares des voitures qui m’éblouissent, clairement (:P), je ne vois rien. Mes mini lampes ne servent à rien.

J’ai donc opté pour la lampe frontale en plus. Heureusement, j’ai une lampe frontale de course. Une lampe frontale Petzl MYO XP, qui est, à mon avis ce qu’il se fait de mieux en terme de lampe frontale. (J’utilise le modèle de 2009… le modèle actuel éclaire encore mieux… mais il bouffe aussi plus d’énergie et donc limite le temps que l’on peut éclairer. On voit que l’on tient 5h… alors que les première lampe à LED de Petzl tiennent 2 semaines ! Ainsi en spéléo on doit maintenant avoir 2 lampe, une pouvoir éclairer un max.. et une secours au cas où l’on resterai bloqué sous terre plusieurs jours)

(Dans mon expérience de spéléo, j’ai eu l’occasion d’aller dans la grotte de la cascade à Môtiers avec 2 de mes cousins. Chacun avait une lampe MYO XP. La grotte était tellement mieux éclairée avec 3 de ses lampes qu’avec d’autres lampes lors de mes visites précédentes, que j’ai eu l’impression de redécouvrir totalement la grotte)

En mode normal, cette lampe éclaire à 85 lumens. En mode boost (20s max) elle éclaire à 150 lumens. Ce qui permet d’avoir uen lumière de 0.25 lux à 97m.

Cette lampe éclaire donc très loin et bien, surtout pour une seule LED !

… en novembre 2012.. ma lampe frontale est morte !! 🙁

J’ai donc fait l’achat d’une lampe MagicShine Mj-872 de 1600 lumen. (voir en bas de la page pour plus de détail…)

Le magasin où j’ai acheté mon vélo couché, (à Yverdon) vend aussi des lampes pour vélo.

Faisons la lumière sur les unités

Petit rappel d’unité dans le domaine de la lumière pour bien comprendre.

Une source lumineuse émet des photons avec une certaine intensité lumineuse. On parle de candela. Ce nom est dérivé du latin et signifie chandelle. En effet, historiquement, on calculait l’intensité lumineuse en nombre de bougies standards équivalentes !

Cette source de lumière émet un flux de photons dans toutes les directions. On parle donc de flux lumineux que l’on mesure en lumens. Un lumen, c’est le flux qui est émit dans un angle solide d’un stéradian par une source lumineuse d’un candela.

C’est donc le flux normalisé d’un bout de la sphère où vont les photons. Cette unité de mesure est un peu particulière, car c’est une unité subjective. Nous ne sommes pas sensible de la même manière à la lumière suivant la couleur. La couleur que nous voyons le mieux c’est le vert de longueur d’onde de 555 nanomètres. Voir la sensibilité de l’oeil suivant les couleurs sur l’image en lien..

Ainsi, suivant la longueur d’onde l’énergie utilisée pour avoir la même impression de quantité de lumière n’est pas la même !

Jusqu’ici nous avons vu la lumière émise du point de vue de la source. Mais finalement ce qui nous intérese le plus souvent, c’est du point de vue du récepteur. De ce qui est éclairé. On parle d’éclairement lumineux. Comme souvent à cherche à éclairer des surfaces, un livre, un bout de route. On va utiliser une unité de mesure qui est liée à la surface plane: le lux.

Un lux, c’est l’éclairement reçu sur un mètre carré par une source de un lumen de flux lumineux. (le tout réparti de manière uniforme)

Donc après un petit voyage dans ces unités, il est peut être plus facile de comprendre les caractéristiques techniques des lampes qu’on me propose.

C’est un peu la jungle, on a pas l’impression que tous les constructeurs comprennent ce qu’ils disent. Ou en tout cas, on est certains que les commerciaux n’ont rien compris. Il y a souvent un doux mélange entre ceux qui parlent en lux ou en lumen. C’est pas facile de comparer.

Voici quelques exemples pour se faire une idée.

Petzl prend pour base qu’un éclairement de moins que 0.25 lux est la nuit. Cette limite correspond à ce qu’éclaire la pleine lune. (sur wikipedia je trouve que cette éclairement de la lune est à 0.5 lux !) C’est sur cette base que Petzl nous indique qu’une lampe peut éclairer jusqu’à une certaine distance.

  • Les rues et routes sont éclairées ente 15 et 50 lux.
  • une salle de bal: 50 lux
  • un lieu d’habitation vers 100 – 200 lux
  • appartement bien éclairée 200 – 400 lux
  • une cuisine 500 lux
  • salon de coiffure 500 lux
  • un lieux de travail de 200 à 3000 lux
  • l’éclairement par le soleil directement: 120 000 lux !
  • éclairement par le ciel bleu à midi : 20 000 lux !
  • ciel nuageux à midi: 10 000 – 20 000 lux
  • guichet de banque: 500 lux
  • aube ou crépuscule: 400 lux
  • ciel étoilé sans lune: 0.002 lux
  • spots de stade la nuit: 1500 lux

Ainsi, on arrive à se faire une idée un peu plus précise de ce que représente un éclairement en lux.

On voit que nous arrivons déjà faire un certain nombre d’activité dans un environnement éclairé par quelque dizaines de lux. C’est dans cette gamme que se situe les lampes frontales et de poche que l’on nous propose.

Puis, nous sommes habitué à vivre avec un éclairement de quelques centaines de lux quand nous sommes à l’intérieur. Nous avons des lumières d’apoint pour les tâches qui demandent un meilleur éclairage. Nous arrivons dans la gamme des quelques centaines de lux à quelques milliers.

Puis l’on remarque que l’extérieur est beaucoup plus lumineux que n’importe quel intérieur, même par temps couvert on arrive déjà plus de 10 000 lux. Voir le double en éclairage indirect par beau temps et pur finir de l’ordre de 100 000 lux en plein soleil!

Il peut donc y avoir un facteur 1000 entre l’intérieur et l’extérieur ! On comprend pourquoi il est plus facile de faire des photos dehors !

Dans la mesure du possible, pour économiser de l’énergie, il est toujours mieux de s’éclairer à la lumière naturelle extérieure, même par temps nuageux. ça ne coûte rien et c’est meilleur.

Ainsi il existe même des systèmes pour guider la lumière naturelle du soleil dans les coins les plus reculés d’une maison. Voici quelques exemples, de ce qui se fait, du puit de lumière à la fibre optique.

Encore plein de références sur les unités de lumières sur ce site…

Source d’énergie pour éclairage de vélo

Comme je le disais plus haut, la mode est actuellement aux piles comme source d’énergie pour les phares de vélo. C’est bien mais pas top. Il faut les changer toute le temps, et ce n’est pas très écologique. Le rendement des piles est assez mauvais.

Pourtant, il me semble qu’il y a quelques années tous les vélos équipés d’éclairage étaitent munis d’une dynamo pour produire l’électricité nécessaire à l’éclairage.

C’était une solution intelligente. Mais c’est vrai qu’il y avait pas mal de petits désagréments. La dynamo qui frotte au pneu saute, n’a pas un rendement exceptionnel, et glisse quand le pneu est mouillé.

Actuellement, il existe un autre type de dynamo. La dynamo de moyeu.

La dynamo est placée directement à l’intérieur du moyeu de la roue. Ce qui augmente son rendement et évite que la pluie influence la production d’électricité.

Il faut juste que la dynamo soit compatible avec la roue 20″ que j’ai à l’avant de mon vélo couché. Je crois que ça ne pose aucun problème. La roue avant est ma seule possibilité de mettre une dynamo de moyeu vu qu’à l’arrière j’ai déjà les vitesses dans le moyeu !

L’inconvénient de la dynamo de moyeu, c’est qu’on ne peut pas l’enlever ! Donc forcément, elle freine toujours un peu. Mais c’est négligeable. Certains estiment la perte de performance à 1% (je ne sais plus où j’a lu ça..)

Voici une étude plus complète sur le rendement et les performances des dynamos de moyeu.

Phare de vélo

Une fois que l’on a une source d’énergie, il faut mettre le phare. Il existe plusieurs type, mais actuellement il serait stupide de prendre autre chose qu’un phare à LED.

Que prendre comme phare ?

  • un phare directemet branché sur la dynamo
  • un phare branché sur des accus mais qui se recherche via n’importe quelle source d’énergie ?

Là j’hésite. Depuis que j’ai vu le super phare trelock qui éclaire à 70 lux. Comme dit plus haut, il me faut un éclairage très puissant. D’après ce que je vois des phares branchés directement sur dynamo, ils n’éclaire pas autant. Chez trelock le plus puissant est à 40 lux.

Le phare trelock qui éclaire à 70 lux s’alimente via un accu interne. Il se recharche via un port usb. Ainsi je peux le recharger depuis mon ordinateur au besoin. Mais le mieux c’est qu’il se charge via une dynamo. Il faut donc trouver un chargeur. Le e-werk semble faire l’affaire.

J’ai eu l’occasion de voir un phare de vélo X fire Helios 1200 lumens ! .. C’est vraiment impressionnant ce que ça éclaire !

Je vois que les lampes de vélo deviennent enfin assez costaud pour rivaliser avec les phares de voitures.

Voici un échantillons de ce qui se fait en lampes de vélo.

Magicshine à 1200 lumens. A voir comment je peux fixer une telle lampe sur mon vélo couché.

Régulateur / chargeur universel pour vélo

Le e-werk est un régulateur de tension / courant qui se branche à la sortie de la dynamo, il fourni ensuite un courant continu avec plusieurs règleage de tension et/ou courant possible.

Le e-werk est compatible avec de nombreus appareils comme des téléphone, des gps, des lecteurs mp3, iPhone..

Il est fourni avec plein de câble, dont le fameux connecteur USB que j’aurai besoin pour recharger le phare trelock. Reste plus qu’à savoir si c’est compatible avec la tension et courant qu’il faut !

Comme le montre cette discussion, il est également possible de mettre un chargeur de pile usb sur l’e-werk et d’ainsi charger différentes piles en roulant. Ce qui peut être pratique pour charger les nombreuses piles des appareils que j’ai en voyage, lampe frontale, appareil photo, gps…

Ainsi j’ai ma propre centrale électrique sur mon vélo !

http://voyageforum.com/voyage/dynamo_dans_moyeux_utilise_comme_chargeur_D3412504/

Pour être vu

Pour être vu à vélo la nuit, il y a aussi des moyens originaux.

On peut utiliser la roue comme espace artisitque…

http://www.lecyclo.com/produits/securite/eclairages/avant/monkey-light-eclairage-sur-roue-de-velo.html

http://www.lecyclo.com/velo/securite/eclairages/avant/eclairage-vert-personnalisable-sur-roue-velo-6.html

Liens

http://www.cyclociel.com/pieces_detachees/eclairage.html

Recommandations sur le forum:

Son => Schmidt Original Nabendynamo

  • son28 comme dynamo => 225€
  • ON 20 R plutôt que la SON 28 pour un vélo de rando, car elle produit plus d’énergie à basse vitesse et est plus légère. Toutes les infos sur le site nabendynamo.de
  • e-werk comme chargeur => 106€

=> cher, mais bonne qualité !

E-werk:

Tension de 2,8 à 13,3 V et courant de 0,1 à 1,5 A. => dans la limite de 16w

La dynamo son 20R a été renommée son delux. Elle était légalement limitée aux roue 20″ pour atteindre les 3W 6v nécessaire à avoir une luminosité suffisante avec une ampoule incandescente. Depuis que l’on utilise des LED, cette obligation est tombée, et l’on peut utiliser cette dynamo sur plusieurs type de roue. D’où son renommage !

Il y a aussi des dynamo schimano.

http://www.shimano-eu.com/publish/content/cycle/sfcc/fr/fr/catalogues/0.-MainContent-0005-DownloadFile.tmp/036_044_fre_270444_Dealer%5B1%5D.indd.pdf

charge…

Le chargeur est un convertisseur qui transforme les 6V 0.5A de la dynamo en tension et courant nécessaires à la charge de tes accus. Par exemple si tu charges 2 accus AA, soit à peu près 3 V en charge (2 x 1.5 V), tu les charges à 1 A (en négligeant les pertes du chargeur) (2 x 1.5 V x 1 A = 3W)

Le plus simple est de raisonner en puissance :

2 accus AA Ni-Mh de tension nominale 1.2 V et 2.7 Ah de capacité c’est 2 x 1.2 x 2.7 = 6.5 Wh

Ta dynamo fournit 3 W, il te faudra donc pédaler 6.5/3 soit un peu plus de 2 h pour charger tes 2 accus.
Ce petit calcul néglige tous les pb de rendement convertisseur et charge, mais je pense que l’ordre de grandeur est bon, probablement moins de 3 h pour charger 2 A.

Pour charger un iPhone

Pour le Iphone 3GS voici ce que j’avais mis
V:entre 4.2 et 5.6
A:entre 1 et 1.2

réponses de Tichodrome

Je pense que l’utilisation « normale » de l’eWerk, c’est régler la tension à la valeur dont on a besoin et le courant correspondant à la puissance max de la dynamo : par exemple 5V 0.6 A pour un chargeur USB et une dynamo 3W (et encore ça néglige les pertes de l’eWerk). Ne pas perdre de vue que le courant est une limite, la valeur réellement débitée dépendra de ce qui est branché)

Pour tes « piles » AA, dont je suppose qu’il s’agit d’accus Ni-Mh :
Normalement ça se charge à courant constant. Tu choisis une tension juste supérieure à celle de tes accus en charge et tu choisis le courant en fonction de ce que peut fournir ta dynamo, ou un courant plus faible, quitte à charger plus longtemps mais avec moins d’effort.
3.5 V devraient suffire (y’a pas 4 V sur l’eWerk) mais comme il n’y a pas de limite de charge, en théorie tu risques la surcharge (à 3W tu dois charger en 2 bonnes heures des accus 2.7 Ah). B&M préconise une tension plus faible (2.8 V pour 2 accus) pas suffisante pour charger à 100% mais qui évite le risque de surcharge.

Pour l’accu Li-Ion c’est différent, ils se chargent à tension constante (avec limite en courant en début de charge). Une 3.7 V se charge à 4.2 V, tension prévue par M. B&M. Pour le courant, c’est comme les accus Ni-Mh : tu règles à ce que peut fournir la dynamo, ou tes jambes…

Pour la résistance au roulement tu as raison : ce sont tes mollets qui fournissent l’énergie électrique qui arrive aux accus (plus les pertes dans la dynamo, l’eWerk…) et donc moins ça consomme, moins ça force. Le « courant » réglé sur l’eWerk est juste une limite.

Tests de dynamo…

http://www.bikequarterly.com/VBQgenerator.pdf

un site de passionnés.. http://fahrradzukunft.de/11/nabendynamo-lade-adapter/

Difficile de sortir 12v avec une dynamo de 6v !

En revanche, avec la Dymotec S12, ça fonctionne impec. Réglé à 12.6V 500 mA pour charger une batterie de netbook, l’eWerk débite déjà significativement (+ – 200 mA) vers 7 – 8 km/h et les 500 mA sont atteints dès les 13 – 15 km/h.

GPS Garmin 705

5V – 1.0A max qu’il y a de noté sur le chargeur. J’ai donc mis sur 4.9V (pas de 5V) et 1.0A sur l’e-werk et ça marche au poil

La batterie tampon de l’e-werk

La doc de la batterie tampon de l’e-werk ( 1400 mAh )

Peut être chargée et utilisée en même temps. C’est vraiment un tampon. Prévu pour sortir du 5v, 800mA pour un chargeur USB.

le chargeur e-werk est un chargeur intelligent il s’arrête de charger quand la batterie tampon est pleine comme à peu près tous les chargeurs aujourd’hui. il se contente d’effectuer une charge de maintenance

utilisation du cache battery 461A

– l’appareil ne peut pas simultanément fonctionner et être en charge
tu charges l’appareil le soir avec le cache battery rechargé dans la journée en roulant

Encore un autre accu à charger pour charger le reste…

http://www.ruedespiles.com/chargeurs-de-piles/chargeurs-haut-de-gamme/instant-charger-duracell-recharger-vos-appareils-mobiles-p-800.html

Une expérience de charge directe des piles derrière le e-werk

voir l’original..

Retour d’un mois d’utilisation de l’e-werk
globalement RAS et plutôt très bon :
– chargement de 2 piles AA (R6) : j’ai soudé une prise pour pile 9V au bout d’un cable libre et utilisé un petit boitier 2 piles AA avec bornes de piles 9V. Chargement initial selon les recommandations de B&M a 2.8V et j’avais mis 1A en limite : bilan ça chargeait clairement pas à fond (piles de 2300 et 2500 mAh). Je suis passé à 3.2v/1A et ça chargeait nickel mais trop fort, j’ai un jeu de piles dont le plastique autour s’est tout ratatiné sous la chaleur… mais elles marchent nickel ouf 🙂 Passage à 3.V/0.5A et là parfait. Ca tiédit tout juste et je charge mon jeu de piles à priori en 2 jours… le 1er soir c’est un peu « mou » (ça ne charge pas bien mon iphone avec mon convertisseur 2 piles AA->USB) mais le 2e soir c’est parfait. Mon GPS (etrex Vista HCx) considérait néanmoins les piles comme chargées au bout du 1er soir (mais il a tendance à être optimiste je trouve, genre il tient 2.5 jours sur un jeu de piles, et pendant 1.5 jours il considère les piles comme à 100%).

Pour ceux qui veulent charger plus vite, je pense qu’on peut mettre qqch autour de 700/800 mA sans trop de souci mais 1A c’est too much.

– chargement de mes batteries photo (li-ion 3.7V) : soudure d’un connecteur de pile 9V aux bornes « côté batterie » du chargeur d’origine (en l’ayant ouvert) et utilisation du même cable e-werk que pour les piles AA. Réglage identique au chargeur d’origine (4.2V / 700 mA) : nickel. En pratique pas trop utilisé car c’est plus simple de laisser trainer un chargeur d’appareil photo dans les sanitaires

– chargement de l’iphone en direct : pas testé désolé (si je peux éviter je préfère)

Côté fixation and co : moyeu dynamo Shimano « 80 » dans la roue de la remorque (extrawheel 28 pouces) et fixation de l’e-werk dans une petite pochette fixée sur la remorque, e-werk et trucs à charger eux-même dans un ziploc fermé (sauf passage du fil vers la dynamo). RAS même sous la pluie.
Retrait du système le soir et mise en place d’un des petits capuchons en caoutchouc au bout du fil restant.

Sincèrement après les bidouilles du solaire (mauvais temps / fragilité des panneaux rigides, des soudures…), je trouve cette solution vraiment fiable. On peut réellement compter dessus et c’est rassurant. Pour des piles AA par exemple, pas besoin d’emporter de chargeur « mural ». Si jamais on avait une merde avec l’e-werk il reste les piles alcalines qu’on irait acheter dans un supermarché, mais ça reste peu probable donc autant partir léger 🙂

briatol…

retour expérience également

dynamo son
roue 26
e-werk

avec ca j’alimente mes phares avant et arrière, je peut également charger soit mon iphone 3g soit mon caméscope .

plus besoin de trouver une prise de courant.

je precise que je peux faire fonctionner les phares et recharger le iphone ou le camescope en meme temps.

conclusions

  • Il faut charger des piles en direct derrrière le e-werk.. c’est plus rentable.
  • il faut utiliser la batterie de tampon pour charger des appareiles en usb 5v

L’autonomie électrique en voyage…

voici un blog spécialisté dans l’autonomie électrique en voyage à vélo couché !

Mon choix pragmatique pour l’éclairage sur mon vélo

Ma lampe frontale est morte mystérieusement après 4 ans de bon et loyaux services. (Petzl myo xp)

J’ai donc décidé d’inverstir dans un phare de bonne puissance pour mon vélo. Histoire que je puisse enfin voir la nuit sur les chemins non éclairés et avec les yeux ébloui par l’autoroute en sens inverse juste à côté de la piste cyclable.

Après de nombreuses recherches, j’ai trouvé de nombreux système d’éclairage avec qui éclairent la route avec plus de 1000 lumen.

J’ai finalement opté pour l’achat d’une lampe MagicShine Mj-872 de 1600 lumen. Cette lampe est incroyable elle éclaire comme un phare de voiture !!

Voici des vidéos de démonstration pour en savoir plus:

En intérieur, cette lampe suffit à allumer une pièce entière !

Le vélo couché

Voici maintenant quatre mois que j’ai commencé mon expérience de faire du vélo mon moyen de transport principal.

En quatre mois, j’ai parcouru 2464 km !

Fin août 2010, à l’occasion des mes 1000 premiers kilomètres de vélo. J’avais déjà évoqué sur ce blog la liste des avantages et inconvénients à utiliser le vélo comme moyen de transport principal.

vélo couché hp speedmachine dans un champ.jpgLe principal inconvénient que j’avais trouvé au vélo, c’est la position inconfortable qui est imposée par la machine et en particulier la selle qui est un véritable instrument de torture.

J’avais déjà évoquer le remède: le vélo couché !

Et oui, j’ai trouvé le moyen de rendre mes voyages à vélo beaucoup plus confortables:

J’ai fais l’acquisition d’un vélo couché.

Voici maintenant un mois que je roule en vélo couché. J’ai déjà parcouru plus de 750km avec ce vélo. J’ai maintenant suffisamment de recul et d’expérience pour en parler.

Quand je roule avec ce vélo couché, j’ai un peu de peine à me fondre dans le paysage. Il y a toujours de nombreuses personnes qui sont très intriguées par cette étrange machine sur laquelle je me déplace.

J’observe systématiquement des gens qui suivent mon passage des yeux, certains interrompent même leur conversation pour signaler à leur interlocuteur de ne pas louper cet étrange cycliste. J’entends fréquemment des gens me faire des remarques: Est-ce que c’est bien ?
Est-ce que c’est facile ?
Excellent !
Moi j’arrive pas déjà avec un vélo normal alors bravo !

Ce dernier mois, partout où je me rend, de nombreuses personnes engagent la conversation avec moi pour en savoir à propos de mon vélo couché. Je n’ai jamais autant parlé avec les voisins que depuis que j’ai ce vélo !

Ainsi je vais reprendre et répondre ici à certaines questions qui me sont fréquemment posées.

Pourquoi utiliser un vélo couché et pas un vélo normal ?

Je l’ai dit plus haut, ma raison principale de base était de pouvoir me débarrasser de cet instrument de torture qu’est la selle.

Mais finalement le vélo couché à de nombreux autres avantages. Malgré le fait que le vélo à un rendement très bon, le vélo couché a un rendement encore meilleur ! Ceci principalement pour deux raisons. La première est due au fait qu’en étant couché on fait une prise au vent moins grande et donc le vélo couché est plus aérodynamique.

La seconde raison est également liée à la position couchée du corps. Le système cardiovasculaire est tout à plat, ainsi on évite au coeur de devoir pomper beaucoup pour compenser la pression entre le haut et le bas du corps. Ainsi on se fatigue moins pour le même résultat.

Pourquoi on ne voit pas plus de vélos couchés si c’est si bien ?

En 1934, l’union cycliste internationale a fixé des normes pour définir ce à quoi ressemble les vélos qui sont acceptés pour les courses. Le vélo couché a été ainsi exclu de la visibilité médiatique ! Cependant, ces 2-3 dernières années la diversité des vélo augmente. On voit de plus en plus de vélos électriques, pliables, trike, des remorque, etc..

Le vélo couché est donc naturellement aussi une alternative au vélo classique.

Est ce que c’est facile ?

martouf sur son vélo couché.jpgOui, c’est facile, mais au début il faut réapprendre un nouvel équilibre dont on a pas l’habitude avec un vélo normal. Avec un vélo couché, on se penche aussi dans les virages, mais on se penche en étant sur le dos ce qui est déroutant au début.

En plus d’apprendre un nouvel équilibre, on se rend rapidement compte que ce ne sont pas les mêmes muscles qui travaillent! Il faut donc aussi tout un temps pour se reformer une musculature adaptée.

Le plus dur au début, c’est le démarrage. En étant couché, on a les pieds parterre, mais dans une telle position que l’on arrive pas à donner juste une petite impulsion pour commencer à pédaler. Il faut directement commencer à pédaler vite pour avoir une vitesse suffisante pour garder l’équilibre.

Il ne faut pas oublier de mettre une petite vitesse pour partir, sinon c’est foutu ! Heureusement, je dispose de vitesses qui sont dans le moyeu de la roue. Ainsi je peux changer de « plateau » à l’arrêt, ce qui est très pratique.

Et la montée c’est dur ?

A la montée, comme avec n’importe quel vélo, il faut utiliser des petites vitesse. Un vélo couché grimpe tout aussi bien qu’un vélo droit. La seule subtilité, c’est que l’on ne peut pas se mettre en danseuse !

En vélo couché, j’ai quand même remarqué que l’équilibre est plus difficile à tenir à très faible vitesse. Il faut donc essayer d’aller le plus vite possible à la montée. (ce que tout le monde fait naturellement sans se poser la question) Ceci est beaucoup plus facile quand on a la musculature des cuisses adaptées au vélo couché.

C’est pas dangereux dans la circulation ?

Le vélo couché est légèrement plus bas qu’un vélo normal. Ainsi il effectivement moins visible dans une circulation au milieu de véhicules hauts. Mais pas beaucoup plus qu’un autre vélo.

Malheureusement, j’ai l’impression que l’ensemble des voitures sont en train de devenir de plus en plus hautes et grosses. L’obésité ne frappe pas que les conducteurs, mais les voitures aussi !

Pourquoi voit on, en pleine ville, de nombreux 4×4 toujours plus gros ? Certaines personnes aiment conduire ces voitures car elles se sentent plus en sécurité au volant de ces tanks. Et qu’en est il de ma sécurité de cycliste ou de piétons ? C’est plutôt droit le contraire.

C’est tout le débat qui se fait autour de l’initiative dite de « l’interdiction des tanks urbains » qui a été lancée par les jeunes verts. J’étais justement hier soir à un débat à ce propos et le constat, c’est que le débat autour de la voiture est très passionnel !

La voiture n’est pas qu’un moyen de transport, c’est un symbole de réussite sociale, c’est un espace et un moyen de liberté.

Toucher à la sacro-sainte voiture c’est très vite toucher à des valeurs bien ancrées. Personnellement, j’ai de la peine à comprendre pourquoi autant de gens associent ces valeurs avec la voiture.

Pour moi, le vélo offre beaucoup plus de liberté. (parcage facile, moins cher en carburant, en assurance et en entretien).

Si quelqu’un à besoin d’une grosse bagnole pour être vu et regardé. Alors il faudrait qu’il achète un vélo couché. Là c’est garanti de ne pas passer inaperçu !

Le parlement a également débattu de cette initiative des tanks urbains lors de sa dernières session. Il veut lancer un contre projet qui reprend la limitation d’émission de Co2, mais ne fait rien du tout pour tenter d’améliorer la sécurité des piétons et cycliste face à ces tanks.

Il ne reste donc plus qu’à militer pour des pistes cyclables séparée des routes. Ce que j’ai la chance d’emprunter sur la majorité de mon parcours habituel à vélo.

Comment faire pour transporter des bagages ?

sacoches sur vélo couché.jpgUn des premiers problèmes qui s’est posé avec mon nouveau vélo couché, c’est comment je vais transporter mes affaires ? Jusque là j’utilisais un sac à dos. Mais avec un siège. Je le mets où le sac à dos ?

J’ai donc investi dans un porte bagage et des sacoches. J’ai des superbes sacoches qui me permettent de transporter tout ce que j’ai besoin. J’ai deux fois 40l de volume à disposition. Les sacoches sont parfaitement étanches, elle peuvent se transformer en sac à bandoulière si je ne les poses pas sur le vélo. C’est très bien conçu.

Jusqu’à présent j’ai transporté jusqu’à 17kg de bagages dans mes sacoches. On sent bien, surtout à la montée, qu’il faut fournir l’effort pour les transporter, mais c’est beaucoup plus facile qu’avec un sac à dos sur un vélo droit qui reporte tout le poids sur la selle ! Donc tout va bien, les sacoches c’est parfait !

Où est ce que tu as acheté ce vélo ?

Pour ceux qui veulent aussi goûter aux joies du vélo couché, il n’y a pas 36 magasins où se fournir. J’ai acheté mon vélo à Yverdon chez velocouche.ch.

Il y a possibilité d’aller faire des essais presque tous les samedi après-midi. La zone industrielle juste à côté est équipée en route mais n’a pas de bâtiments ! C’est un endroit parfait pour s’essayer grandeur nature au vélo couché en toute sécurité. Il y a de tout. Montée, descente, ligne droite, giratoire !

Alors n’hésitez pas à aller y faire un tour !

Inconvénients ?

Et finalement alors ? Il y a des inconvénients ?

Le seul inconvénient dont j’ai fais les frais, c’est qu’en quatre mois de vélo, j’ai maigri d’au moins 5kg ! Et là où ça me joue des tours, c’est que je ne supporte plus autant bien l’alcool qu’avant !!

5kg de graisse spongieuse permettaient de mieux absorbe l’alcool. Maintenant il faut que je me réhabitue à ma nouvelle masse, que je boive moins !

Boire ou conduire il faut choisir !

1000 km de vélo

panneau vélo.jpgIl y a maintenant presque deux mois, j’ai commencé à expérimenter le vélo comme moyen de transport principal.

Après, ces quelques semaines de vélo, ce matin, j’ai passé le cap symbolique des 1000km !
… et je suis toujours en vie !

Au bout de 1000km, je me suis dit qu’il est temps que je fasse un petit bilan et que je partage un peu mon expérience de cycliste.

Le vélo c’est convivial

En effet, entre cycliste, il n’est pas rare que tout le monde se salue. C’est très drôle de voir souvent les mêmes personnes à peu près au même endroit sur le parcours. ça prouve que je ne suis pas le seul à me déplacer à vélo.

Dans les transports publics je ne retrouve pas cette convivialité. Il y a plein de monde, mais la plupart du temps tout le monde s’ignore. Les places dans le tram se remplissent toujours selon un ordre qui me fait penser au remplissage des couches électroniques d’un atome !

En bref, les gens s’éloignent le plus possible les uns des autres. Chaque personne prend une place à 2 ou a 4 pour lui. Quand la place est prise, il y a les diagonales des places à 4, pour être ni en face, ni à côté de quelqu’un. Ensuite vient le face à face des places à 2 et enfin il est autorisé de s’asseoir directement à côté de quelqu’un d’autre !

tram littorail.jpgSi quelqu’un s’avise de déroger à ces règles implicites, par exemple en s’asseyant juste à côté d’une autre personne alors qu’il y a encore de nombreuses places disponibles dans le compartiment, c’est le malaise assuré !

En voiture, la convivialité c’est encore pire. La voiture est toujours une extension du domicile de son ou sa propriétaire. Le propriétaire d’une voiture a toujours l’impression qu’on va entrer dans son intimité dès qu’on s’approche trop  de son véhicule!

La voiture est le seul endroit où l’on peut écouter la musique que l’on veut à fond sans déranger les voisins. La voiture est bientôt le dernier refuge de liberté pour les fumeurs invétérés !

Tous ces facteurs ont pour conséquence que la route devient une longue chaine de gens enfermés dans leur bulle-domicile-dernier-refuge-de-liberté-où-faut-pas-me-faire-chier. Au moindre petit incident, à la moindre petit contrariété il n’est pas rare de voir les conducteurs de voiture s’énerver.

– tut-tut.. vas-y avance… conducteur du dimanche…
– rraaaaaaa… encore une femme au volant…
– chi** l’autre abrutis qui n’avance pas avec son tracteur…
– bam… la vieille qui traverse… plus vite mémé… Pourquoi ces retraités qui ont toute la journée de libre se baladent toujours aux heures de pointes !!!

Bref… voilà quelques exemples qui montrent que l’usage de la voiture peut vite rendre agressif !

En me déplaçant à vélo je fais mon sport de la journée

En effet, il semble que dans notre belle société automatisée où tous nos esclaves machines font tout à notre place, notre corps ne sert bientôt plus à rien. Notre corps est un vestige du temps où il fallait courir quelques heures derrière son steak avant de pouvoir le manger.

macbook de martouf au soleil.jpgDe nos jours, l’effort physique est de plus en plus rare. Surtout pour les gens qui ont un métier autant difficile que le mien, où l’effort physique du métier consiste à déplacer les doigts de quelques centimètres pour pianoter sur un clavier d’ordinateur.

Ceci, c’est quand après un quart d’heure de cogitation, les méandres de mon cerveau ont trouvé un superbe algorithme de 2 ligne à écrire !

On appelle cette nouvelle maladie des temps modernes, la sédentarité.

Oui, en effet, c’est de plus en plus considéré comme une maladie. Il semble que notre corps interprète ce refus de bouger comme une envie de se laisser mourir !

La sédentarité, c’est donc mourir à petit feu !

Pour remédier à cette maladie. Il suffit de faire fonctionner son corps. D’après les savants calculs de certains grands penseurs, il suffit de faire 30 minutes par jour de léger effort (juste de quoi transpirer légèrement) pour se prémunir contre cette terrifiante maladie qui va décimer les humains du 21ème siècle.

Ce remède miracle parait facile. Mais statistiquement, il semble que peu de gens mettent en pratique ce principe.

  • un tiers de la population ne fait jamais d’effort physique
  • un tiers de la population fait un peu d’effort physique, mais moins que 30 minutes.
  • un tiers de la population bouge suffisamment pour ne pas être frappé de sédentarité

En effectuant mes déplacements quotidiens à vélo, je m’assure une heure par jour pour lutter contre la sédentarité.

Pour ceux qui veulent plus de détails je recommande d’écouter l’avis du médecin Pietro Majno dans une conférence dans le cadre de l’Autre Salon.

A vélo il est facile de s’arrêter n’importe où

graffiti bouh.jpgA vélo il est quasiment toujours possible de s’arrêter quasi immédiatement et partout. C’est quelque chose qui parait anodin et à laquelle je n’avais pas pensé. Mais pour quelqu’un comme moi qui aime bien faire des photos. Il est vraiment pratique de pouvoir s’arrêter et dégainer l’appareil le plus vite possible dès qu’un sujet ou une situation intrigante débarque.

C’est ainsi que ma collection de photos d’art urbain peut s’agrandir aisément. Il y a de nombreux tags qui disparaissent très vite. Il faut les photographier dès qu’on en a l’occasion !

Un autre arrêt que je fait actuellement et qui était impossible auparavant. C’est mon arrêt quotidien à la plage pour aller me baigner dans le lac !

Je crois que je ne me suis jamais autant baigné dans le lac que cet été. La piste cyclable passant juste à côté de la plage, un quart d’heure de pause me suffit pour aller vite me tremper et faire quelques brasses dans le lac. C’est un incroyable moment de fraicheur après la chaleur de l’effort à vélo. C’est un bon moyen de se réveiller le matin. Je recommande cet exercice à tout le monde.

A vélo, plus de stress des horaires

Horloge dans l eau.jpgComparé à mon habitude des transports publics où il est question d’horaires en permanence. Le vélo c’est magique ! Je voyage quand je veux, à mon rythme. Je n’ai pas besoin de stresser pour vite finir ce que j’étais en train de faire avant de partir.

Plus besoin de pester sur les bus qui sont en retard, ou pire en avance… et qui te passe devant..

Depuis que je fais du vélo, mon rapport au temps s’est encore plus assoupli. J’ai passé un étape importante voilà deux ans quand mon réveil est mort et que je ne l’ai jamais remplacé. Mon horloge biologique est nettement plus efficace pour cette tâche, je ne vois pas l’utilité du réveil.

Actuellement en me libérant des horaires minutés des transports publics je passe une seconde étape importante qui me libère du stress du temps.

La pluie ça mouille

Voilà un point un peu moins rigolo pour faire du vélo. C’est quand tu te réveille le matin et que tu vois une grosse pluie battante accompagnée de rafales de vents !

t-shirt ça roule pour moi.jpgMais rien ne me fait peur. Il n’y a pas de mauvaises conditions, il n’y a que des gens mal équipés !

La pluie sa mouille, oui. Mais après la pluie vient toujours le beau temps. Même en étant trempé jusqu’aux os, il y a toujours moyen de se sécher et de se rechanger pour mettre des habits sec.

Il ne faut juste pas oublier de prendre des habits de rechanges avec.

C’est d’ailleurs ce que je fais tous les jours, même en temps normal. J’ai toujours un t-shirt de vélo dans lequel je transpire, et quand j’arrive à destination je remet un t-shirt ou une chemise sèche. ça permet tout de suite de se sentir plus à l’aise.

Je me suis d’ailleurs fait un t-shirt exprès pour le vélo, avec un superbe slogan:
ça roule pour moi !

Pour les gens qui veulent aussi un tel t-shirt il y a moyen d’en acheter directement sur la boutique des t-shirt marfouf. 😛

La selle est un instrument de torture

Le point le plus négatif que je trouve au vélo, c’est la selle !

La selle de vélo doit avoir été inventée par un grand inquisiteur qui voulait torturer des hérétiques !

De plus, certains médecins disent que l’on risque la calcification du scrotum à rester trop longtemps sur une selle de vélo. Ou pire encore des troubles érectiles !

Un vélo couché Nazca Fuego. Un des modèles que j’ai testé samedi dernier.

C’est par ce que je fais du vélo que je suis la cible des spammeurs qui font l’apologie du viagra ?

Heureusement, il y a une réponse très efficace à ce problème de selle de vélo…… le vélo couché !

Samedi dernier je me suis rendu à Yverdon dans un des rares magasins de suisse romande qui est spécialisé en vélos couchés. Pour plus d’info: www.velocouche.ch

J’ai passé l’après-midi à tester ces bêtes étranges au premier abord, mais qui une fois domptées sont d’un confort sans égal à leurs cousins à selles !

L’expérience est tellement intéressante qu’elle fera l’objet prochainement d’un article un peu plus détaillé.

Je suis accro à l’information

Cette expérience cycliste m’a prouvé ce que je soupçonne depuis un moment:

Je suis accro à l’information !

Dans les transports publics, j’ai l’habitude depuis de nombreuses années de lire de nombreux livres. Je suis même l’heureux propriétaire d’un bouquin électronique qui me permet de lire tout texte qui intéressant que je découvre au cours de mes vagabondages sur le web.

Mais voilà qu’à vélo, ce n’est pas très facile de lire un livre !

C’est un grand drame pour mon cerveau accro à l’information. Comment va-il pouvoir avoir sa dose d’information ?

J’ai trouvé la parade !   ….. l’iPod !

J’ai exhumé mon iPod pratiquement pas utilisé que j’avais acheté pour survivre à un cours de répétition militaire où j’avais pour tâche de faire la lessive pendant 2 semaines ! (après avoir roulé des sacs de couchage pendant 10 jours 8h par jours l’année d’avant !)

Vive l’armée ! 😛

Ainsi j’ai fais le plein de podcast d’émissions de radio toutes plus intéressantes les unes que les autres.

Voici quelqu’une des mes sources d’information:

Voilà, avec toutes ces sources mon cerveau a sa dose quotidienne d’information.

La circulation à vélo

J’avais déjà évoqué le cirque que peut être la circulation à vélo dans une ville.

vtt acrobatique sport de rue neuchâtel.jpgJ’aimerai préciser qu’actuellement tout va beaucoup mieux. Après un mois et demi où la piste cyclable a été squatté à la suite, par le cirque knie et sa ménagerie, le NIFFF et son cinéma open air, qui a été repris par le cinéma open air de la ville, puis les stands pour la fête du 1er août et ensuite le festival des sports de rues (photo ci-contre avec le vtt acrobatique) …maintenant la voie est libre !

J’ai également compris quelques trucs qui facilitent la circulation en ville pour les vélos. Le principal: les giratoires c’est bien !

Lorsqu’il faut traverser une route, le vélo est toujours le parent pauvre. Le feu de la piste cyclable est terriblement long. La route trop dangereuse. Au passage pour piéton, dès que l’on a un vélo dans les mains personne ne s’arrête. Mais le giratoire permet de vite s’insérer dans la circulation. C’est bien !

Une autre chose que j’ai apprise à vélo: Les scooter c’est affreux, ça pollue comme 15 voitures ! En pleine circulation derrière une voiture, il est possible de respirer. Mais dès que l’on doit suivre un scooter. Je m’arrête et je vais cracher mes poumons un moment !

Le moteur du scooter est une calamité de rendement et de pollution. J‘encourage les gens qui veulent un scooter à acquérir un scooter électrique rien que pour me laisser une chance de ne pas mourir d’un cancer des poumons en étant non fumeur !

En bref…

Voilà merci d’avoir lu jusqu’ici ce long bilan de mon expérience de 1000km de vélo.

En résumé, le vélo, c’est génial. J’ai quasiment trouvé une parade à tous les désagréments. Et de toute façon les avantages que j’y trouve sont nettement plus encourageant que les inconvénients.

Ainsi après avoir fait 1000 km de vélo, c’est parti pour les 1000 suivants !

Posts navigation

1 2