Néologisme

Liste de néologismes

La langue évolue, le langage change, des mots nouveaux apparaissent.

Petite tentative d’identifier ces nouveau mots et à quel moment ils arrivent dans le language courrant.

1990 – 2000

  • web
  • télécharger
  • downloader
  • mail
  • natel
  • mobile
  • laptop
  • webcam
  • GPS
  • Wifi

2000 – 2010

  • iPod
  • Podcaster
  • googeliser
  • clé USB
  • iPhone
  • Jailbreak

2010 – 2020

  • iPad
  • liseuse (de livre électronique)
  • smartphone

Phrases

Je viens de télécharger le nouveau podcast de toto sur mon iPhone.

J’ai googeliser le nom de ce gars trop swag et je l’ai ajouté sur facebook.

Evolution de la manière d’exprimer quelque chose de positif

  • Très bien
  • Super bien
  • hyper bien
  • Méga bien
  • Giga bien
  • trop cool
  • trop
  • swag

La suisse multilingue se déglingue

La suisse multilingue se déglingue, c’est le titre d’un livre de José Ribeaud.

Ce livre dénonce la dérive des continents linguistiques suisses. José Ribeaud explique ceci:

röstigraben.jpgLe romanche va bien. Il y a seulement 30 000 locuteurs, ils sont tous bilingues, mais au moins ils savent le romanche. L’italien disparait gentiment, il y a des communes italophones des grisons qui sont quasiment obligées de parler l’allemand.

Les suisses romands apprennent l’allemand, puis sont les sujets de moqueries des suisses-allemands qui ne parlent pas l’allemand, mais un des 100 dialectes suisse-allemands !

Les suisses allemands détestent l’allemand !

L’allemand n’est pas du tout apprécié par les suisses allemands. C’est une langue étrangère. Pire, c’est la langue des « envahisseurs allemands« .

Il semble qu’en tant que romand, on ne se représente pas bien le ressentiment grandissant des suisses allemands envers les allemands et donc envers l’allemand.

Lindsay_German_monster.jpegBeaucoup de postes de travail qui demandent des compétences pointues sont donnés aux meilleurs, et parfois, ces meilleurs, sur un large bassin de population, sont des allemands.

Souvent on trouve des cadres allemands dans les entreprises, ou dans les hôpitaux. Ainsi, les ordres viennent en allemand, en hoch deutsch et pas en dialecte.

L’allemand est devenue la langue des ordres, de la hiérarchie. Ce qui accentue le ressentiment contre cette langue.

Paradoxalement, il y a actuellement environ 250 000 allemands en suisse contre près de 5 millions de suisse allemands. C’ est moins que les italiens ou les serbes.

Proportionnellement, il y a plus de français en suisse romande que d’allemands en suisse allemande, et le ressentiment est moindre en suisse romande.

Peut être que les relations franco-suisse-romande se passent mieux car la langue est plus proche?

Ce qui distingue des français en suisse romande, c’est surtout leur manière de prononcer certains nombres.

Soixante-seize au lieu de septante-six pour le nombre: 76.

Mais ça énerve déjà pas mal de monde.

Ainsi on peut mieux comprendre (peut-être) la réaction des suisse-allemands à défendre leurs dialectes.

Que faire pour cimenter la suisse multilingue ?

  • Faut-il que les suisses romands apprennent le Schwyzerdütsch plutôt que l’allemand ? Mais lequel des 100 dialectes ?
  • Faut-il que les suisses allemands soient obligés de mieux apprendre et de parler l’allemand plus souvent ?
    Vu comment HarmoS est combattu en suisse alémanique. Ce n’est pas gagné !
  • Faut-il que l’on trouve une cinquème langue nationale pour réconscilier tous les suisses ? L’anglais ou plutôt le swiss english est la solution qui prend du terrain !

Il faut se rendre compte que les deux langues les plus parlées de Suisse sont le Schwyzerdütsch et le swiss english !

Swiss english

Pour bien comprendre que le swiss english est bien présent dans notre quotidien, allons faire un tour du côté d’un symbole de la suisse, dans le temple de la consommation: la Migros !

J’ai observé les noms des articles. De plus en plus, il y a des articles qui ont un nom principal en anglais, puis il est écrit le détail, en 2 ou 3 langues nationales, en dessous.

lait sojaline.jpg

Parfois, ce n’est pas vraiment la description du produit, mais c’est la marque qui est en anglais. « anas’best« , « truc line… » (bioline, naturaline, sojaline), « actilife« … etc..

red and hot chips.jpg

Le rayon des « chips » est vraiment un bon exemple d’évolution vers le swiss english. On part avec du bon français… « chips provençales » pour arriver à « oinion rings« , et « paprik shells » en passant par « wave« …  via des termes un peu internationaux comme « curry mix« …  Le terme paprika est concurrencé par « red & hot » !

oinion chips.jpgwave chips.jpg


Au rayon produits laitiers, on trouve ce qui est le symbole de cette suisse multilingue. Les briques de lait arborant l’inscription « milch, lait, latte ».

 

milch lait latte.jpg

Actuellement, on trouve ces fameux emballages à côté de ceux où il est juste marqué « Milk » !  (Calcium ou vita)

Une sorte spéciale de lait est de type « Drink« … et oui, le lait ça peut se boire !

lait milk.jpglait ice koffe choco drink.jpg


 

Parfois on peut ajouter un peu de véritable « swiss chocolate » et l’on obtient un bon « choco drink« .

hot chocolate.jpg

Au rayon riz, on trouve du « wild rice mix » et du « quick rice » comme grand titre, avec le détail en 3 langues en dessous.

wild rice.jpgquick rice.jpg


 

Si l’on se balade au rayon cosmétique, on trouvera de nombreuses « Body lotions » et certaines sont même « 2 in 1: body and hair« . Ceci sans parler du traditionnel  « shampooing » qui est prononcé à la manière française depuis des siècles.

Le rayon cosmétique partage certains slogans comme « Fresh and cool » avec le rayon des bonbons et autres « chewing gum« .

Au rayon boissons, en face du « Red Bull » et autres « Energy drink M-Budget » (budget => français ou anglais ?), le rayon « Ice Tea » est assez parlant. Rien n’est écrit dans d’autres langues !

ice tea migros.jpg

On y trouve de nombreuses variantes. Il y a le Ice Tea « lemon« , « peach« , « classic« , « light« , « mint-lime« , « strawberry-kiwi » (mit vitamin C !!)

… et une partie de ceci est disponible au « Migros take away« .

migros take away.jpg

fair trade banane.jpgIci, j’ai pris l’exemple Migros, mais les autres enseignes sont semblables. Si l’on va à la « coop city« , on peut trouver de nombreux articles « fine food« , ou « fair trade« .

A la saison des soldes, on trouve de plus en plus de magasins qui sont « SALES ». Pas très joli dans la suisse proprette !

J’avais déjà écrit un article à ce propos pour ceux qui veulent voir à quoi ressemble une ville sale.

dosenbach magasin sale.jpg

 

Ceci n’est pas près de s’arrêter… les jeunes sont encouragés à jouer avec le jeu « Mountain mania » proposé par Migros…

Le swiss english est en route….  Let’s go party….

party.jpg

De quoi notre avenir sera fait ?

Comment déceler les tendances qui marquerons notre avenir ?

graphe.pngBeaucoup de gens cherchent à savoir de quoi l’avenir sera fait. Beaucoup de gens ont leur petite technique de boule de cristal.

Les technocrates et économistes aiment bien faire des graphes avec les données actuelles, puis prolonger les courbes pour montrer de quoi sera fait l’avenir. C’est en général totalement faux. Surtout si l’on fait appel a des courbes exponentielles.

C’est avec ce genre de raisonnement que les gens du 19ème siècle pensaient que les grandes villes seraient envahie d’une couche de 2m de crottin de cheval au 20ème siècle !

Qui avait prévu que l’on roule majoritairement au pétrole ?

Si l’on se plonge dans le monde de la bourse, on y découvre plein de gens qui inventent des techniques pour effectuer des placements sûrs. D’une certaine manière, il tentent de prédire l’avenir.

Les mathématiques sont infaillibles

banque-euro.pngEn 1997, MM. Merton et Scholes ont même été récompensés en recevant le prix de la banque de suède en mémoire d’Alfred Nobel (trop souvent faussement nommé prix Nobel d’économie) pour leur contribution dans le modèle de Black-Scholes, un modèle mathématique sensé assurer des placements sûrs.

Forts de leurs croyance en ce modèle, MM. Merton et Scholes ont créé la société Long Term capital Management. Même le nom de cette société transpire de confiance absolue dans leur technique de prédiction de l’avenir.

Résultat, en 1998, (une année après leur récompense ! ) cette société est en quasi faillite. Faisant courir un risque majeur au système bancaire international.

La toute puissance des mathématiques pour prédire l’avenir, et en laquelle croyaient beaucoup d’économistes, s’effondre. Ce ne sont pas les mathématiques qu’il faut blâmer, mais le fait que ces gens ont construit un modèle mathématique correct sur des hypothèses fausses !

Les événements marquant de l’année (pas) vu par les médias

samsung-djmx1_SAMSUNG_OMNIA.pngChaque année, en décembre, les médias nous font une petite rétrospective des événements marquants de l’année écoulée. Certains médias poussent jusqu’à tenter de montrer quels seront les événements qui marqueront l’année d’après.

C’est ainsi que Xavier Colin s’est risqué à cet exercice, dans l’émission Geopolitis sur la TSR, qui avait pour titre: Bonnes ou mauvaises nouvelles ? que nous réserve 2011.

Cette émission nous fait découvrir quelques mariages princiers agendés et de nombreuses élections un peu partout dans le monde.

… Rien de très dur à prévoir… mais on ne sais jamais… Cette émission nous apprend que l’Egypte se rendra aux urnes pour élire un successeur à Hosni Moubarak, ce qui n’est pas faux… mais personne n’avait prédit qu’une révolte populaire mettrait précipitamment fin au règne du Raïs.

Personne n’avait prédit que l’auto-immolation d’un jeune marchand de légumes tunisien déclencherait des manifestations. Personne n’avait prédit que ces manifestations se répandraient dans tous le monde arabe grâce aux vidéos faites avec un téléphone samsung galaxy spica, par le cousin du marchand de légume martyr…

(étrange que samsung n’ai pas encore fait de pub pour son galaxy en disant que c’est un téléphone révolutionnaire !! 😛 )

Conclusion, cette émission Géopolitis était très intéressante, mais déjà totalement dépassée par les événements à peine un mois après sa diffusion !

Conclusion bis, on ne peut pas prévoir l’avenir. C’est peine perdue de tenter de le faire. Les événements majeurs qui influent vraiment sur nos vies et sur la marche du monde sont des événements totalement imprévisibles !

Les événement majeurs sont totalement imprévisibles

cygne_noir_sur_le_lac_de_thun.jpgC’est ce qu’essaie de faire comprendre l’auteur Nassim Nicholas Taleb dans son livre « Le Cygne noir ». Notre cerveau est piégé par de nombreux biais cognitifs qui lui font croire qu’il maitrise l’avenir. Mais l’expérience nous montre que c’est un hasard sauvage qui dirige l’avenir du monde !

Pour en savoir plus, voici le résumé que j’ai fait de ce livre…

Dans son livre, Taleb parle du principe d’induction. On pourrait aussi l’appeler, jusqu’ici tout va bien… donc il n’y a aucune raison pour que ça ne continue pas comme ça !

On a l‘impression que le futur continue toujours comme le passé, et ce sentiment se renforce. Pourtant rien ne garanti qu’un jour un événement ne viendra pas tout bouleverser.

C’est l’exemple de la dinde qui est bien nourrie toute l’année. Plus le temps passe, plus elle est en confiance, ça fait tellement longtemps que ça dure que ça n’a aucune raison de changer. Ceci jusqu’à la semaine avant Noël, où la dinde passe à la casserole !

attention-nucléaire.pngJusqu’ici tout va bien. Notre centrale nucléaire n’a jamais eu de problème, il n’y a aucune raison que ça ne change…

C’est bien ce que pensaient nos amis japonnais et le monde entier avant qu’un tremblement de terre d’une magnitude jamais vue combiné à un tsunami n’endommage sérieusement quelques réacteurs nucléaires…

Bien que les japonnais soient préparés aux séismes et tsunami, cette catastrophe n’était pas prévue et ses conséquences dépassent tout ce que l’on avait imaginé.

En dehors des conséquences directes de l’accident, les conséquences sur le monde entier se font sentir.

Si, en début d’année, j’avais parié que la ministre de l’énergie de notre belle confédération, Doris Leuthard, allait prononcer un moratoire sur la construction de nouvelles centrales nucléaires, je crois que personne ne m’aurait cru !

Zut… j’ai loupé l’occasion de me faire un beau pactole !

Les événements les plus imprévisibles peuvent avoir des conséquences majeures sur nos vies et la marche du monde.

La loi de Murphy

dé-multiface.pngUne fois un accident arrivé, beaucoup cherchent à trouver des coupables, des systèmes de sécurité qui ont mal été conçus, la cause du problème. Ceci souvent afin d’apprendre de ces erreurs et de concevoir un système infaillible.  Mais est-ce vraiment possible de concevoir un système infaillible ?

N’est pas le propre de l’accident d’être un événement négatif contre lequel toute les sécurités ont été vaines?

Comme le dit la loi de Murphy: Tout ce qui peut potentiellement foirer…. va foirer !

Cette loi me semble empreinte d’une grande sagesse. Finalement, il faut considérer que toute chose est faillible.

Il faut être prêt a assumer les conséquences de tout accident, sachant que même si la probabilité est faible et que l’on fait tout pour qu’il ne se passe pas, il risque bien d’arriver un jour !

Déceler les tendances

Même si les grands événements de l’histoire sont bien souvent totalement imprévisibles. Il reste souvent possible d’identifier quelques grandes tendances qui sous-tendent l’histoire du monde.

Emannuel Todd a développé une théorie dans laquelle il explique que ce sont les systèmes familiaux qui déterminent l’évolution des sociétés humaines. Il arrive à prédire l’avenir de quelques civilisations en se basant sur des facteurs démographiques comme le taux de fécondité, le taux de mortalité infantile et l’alphabétisation.

Dans l’émission Babylone sur la RSR en février dernier, il explique comment s’est fabriqué le terreau favorable à la révolution qui a eu lieu en Tunisie et qui se propage dans d’autres pays.

gens.png

Dans le domaine, des technologies, Howard Rheingold, a su déceler de nombreuses tendances avant qu’elle ne deviennent une réalité de tous les jours. Il a principalement étudié les communautés virtuelles sur internet, ou comment rendre les foules intelligentes. C’est d’ailleurs le titre d’un de ses livres dont mes notes de lectures sont disponibles par ici…

Sa technique est assez simple. Il observe les nouvelles possibilités de la technologie et il tente d’imaginer ce que pourrait donner un monde où cette technologie est appliquée à large échelle. Si la technologie apporte un plus par rapport aux comportement sociologique humain. Alors c’est une tendance à suivre.

Si l’on prend des élèves qui bavardent, en classe, entre eux, par des petits billets de papier qui circulent. Si on leur fourni des téléphones qui envoient des SMS, ou, mieux connectés sur Facebook, ça va marcher. Rien n’a fondamentalement changé. La technologie n’a fait qu’amplifier un comportement déjà présent.

La langue influence la manière d’appréhender le futur

Languages-Europe.pngUn paramètre que l’on néglige certainement, c’est la manière qu’ont les gens d’appréhender le futur.

Est ce qu’il sont actif ? passif ? Est ce que le futur est un libre arbitre ou un destin ? Dans certaines langues, on va chercher le futur et dans d’autres on attend qu’il vienne.

Selon les langues, le futur n’est pas construit de la même manière. A mon avis la langue conditionne souvent notre manière de penser.

Suivant mes maigres connaissances polyglottes voici quelques exemples de construction du futur dans quelques langues. J’espère que je ne me suis pas planté ! 😛

En arabe, une phrase au futur se construit en composant si dieu le veut (inch Allah) + le présent.

En anglais et en allemand on utilise les verbes vouloirs (i will… et werden), de même qu’en français et en anglais c’est le verbe aller qui est utilisé. (je vais aller faire… i’m going to…)

En finlandais l’action est plus passive, on laisse venir. En effet, c’est le verbe venir qui est utilisé.

Dans les langues latines, le futur est un temps qui est prévu. En grec ancien et en chinois, il y a un concept d’obligation au présent pour former le futur.

En allemand, même si le futur existe, c’est de plus en plus le présent mêlé au contexte qui est utilisé pour parler de futur. En hongrois, il faut prendre ou saisir le futur, c’est bien ce que signifie le verbe frog qui est utilisé pour construire le futur.

Et pour finir…

En guise de conclusion finale, je dirai que l’histoire est souvent faite d’événements totalement imprévisibles qui mettent en place une tendance latente depuis longtemps mais que peu de monde avait remarquée.

Donc pour tenter de savoir quel sera notre futur, il ne reste qu’à voir de quel terreau de tendances est fait notre présent.

Le futur est totalement ouvert à n’importe quel événement imprévisible. Pour se préparer, il vaut mieux avoir l’esprit ouvert et être capable d’imaginer même l’inimaginable.

Que sera le prochain événement majeur qui bouleversera l’histoire de l’humanité ?

Peut-être la rencontre avec une race extra-terrestre ? Qui sait ?

ovni.png

Vert pomme jaune citron

Communiquer, ce n’est pas facile. Pour transmettre une pensée, le moyen que l’on utilise le plus couramment c’est de la transformer en mot et de parler.

Le décodage inverse sera fait dans l’autre sens par le destinataire du message.

Pour simplifier, pour aller plus, vite, souvent nos illustrons nos propos à l’aide d’une culture commune.
Nous utilisons des expressions toutes faites, des préjugés. Nous généralisons les cas particuliers…

Parfois ça aide à communiquer… et parfois c’est l’inverse qui se produit..

Le monde n’est pas absolu… il est relatif.. et divers…. Tout existe, et chaque personne a une perception différente de son environnement. Chaque personne a une culture différente.

Après ces quelques phrases abstraites voici directement et en couleur l’illustration de ce que j’avance…

Pour désigner un jaune, on utilise souvent l’expression: jaune citron.
Pour désigner un vert, on utilise souvent l’expression: vert pomme.

Mais la vérité est toute autre, voici donc une pomme et un citron en photo….

vert pomme jaune citron.jpg

Alors qui est jaune et qui est vert ?

Pour communiquer, il faut un langage commun et il faut une culture commune. (une culture de pomme et de citron :P)

Donc aujourd’hui, j’encourage tout le monde à faire attention en communiquant. A faire attention que votre interlocuteur saisisse bien le message que vous avez voulu envoyer.

La manière la plus simple, est la rétroaction, le feedback. Reformuler en sens inverse ce que l’autre a compris. Ainsi les deux interlocuteurs peuvent remarquer ce qu’ils n’ont pas bien transmis ou compris.

Dans les divers moyens de communication que nous avons a disposition, l’interactivité n’est souvent pas très grande. Les feedback limités.. la comphrension se dégrade… la communication devient catastrophique, les malentendus pourrisent la vie…

Ainsi le sms ou les e-mail sont des moyens de communication traitres… ils faut les utiliser avec prudence. Un message peut très vite être interpréter de la mauvaise manière.

Dans une communication de vive voix, face à face,  55% de la communication passe par les gestes du corps et les attitudes, 38% de la communication passe par le ton de la voix, et seulement 7% passe par le contenu du message.

Dans un e-mail ou un sms, pas de voix, pas d’attitude…. seul 7% de la communication passe… inquiétant !

Heureusement que l’on a inventé les smiley…. 😀 😛

La rhétorique de la communication de masse

Rhétorique de la communication de masse

Le ton journalistique: petite leçon de formatage

Le ton des reportage TV est calibré et travaillé. Les phrases ne sont pas choisies au hasard. Voici quelques règles qui permettent de construire un bon reportage de notre époque.

Règle 1:

– une saga tu feras avec n’importe quoi.

Il faut user des termes d’épopée, de grandes batailles, de récit héroïque pour parler….  de futilité… (gadgets, appareil électro-ménagés..)

Règle n°2:

– Ton sujet tu personnaliseras.

Il faut utiliser le prénom des gens dans le reportage. Par exemple: Tous les matins, Martin se lève à 5h00..

Règle n°3

– Les questions tu poseras à tour de bras.

Comment ?.. pourquoi ?.. qui est ??

Règle n°4

– Les phrases tu inverseras.

Son image, elle y travaille chaque jour. Des molusques comme ça, il les vend toute l’année…

Règle n°5

– Le clouttage tu pratiqueras.

Il faut construire le début de sa phrase en reprenant la fin de la phrase de son interlocuteur.

ha ha ha…. moi j’ai rien dit…..  Elle ne dit rien, mais… on a compris !

Règle n°6

– Des tics du langage tu employeras.

  • Ce matin là… (CML-syndrom)
  • direction… le congo… l’internat… etc.. (direction-syndrom)

Règle n°7

– Avec des expressions toutes faites, ton beurre tu feras.

Utiliser de nombreuse expressions.

Règle n°8

– Une voix de batteleur tu paufineras.

Comment manipuler les masse, leçon avec Oskar (ou presque)

Aujourd’hui, la leçon consiste à apprendre à bien faire passer un mensonge.

Un mensonge bien présenté est bien souvent plus efficace qu’une vérité mal dite.

Le but du jeu est de faire croire qu’une banane c’est bleu.

Règle n°1

– Mettre en doute et démolir la vérité:

Quand les bananes ne sont pas mûres, elles sont vertes…. c’est bien la preuve qu’une banane n’est pas toujours jaune !

Règle n°2

– Déformer les propos de l’adversaire en l’accusant de mentir, ce qui le forcera à corriger ce qu’il a dit avec une phrase allant dans notre sens:

Faut pas nous prendre pour des crétins, quand on vient nous dire que toutes les bananes sont toujours jaunes, c’est quand même un peu simpliste…

On a dit les bananes sont jaunes. Pas toutes les bananes sont toujours jaunes.

Donc l’adversaire sera obligé de corriger: Je n’ai jamais dit que toutes les bananes sont jaune.

L’adversaire commence à tenir des propos proche du manipulateur !

Il suffit de lui faire remarquer: Alors vous admettez que les bananes peuvent être d’une autre couleur ?

Et voilà… le doute s’installe !

Règle n°3

– Le bon sens populiste. Il faut être proche de la vie pratique du peuple.

Mon bon, monsieur, si vous faisiez plus souvent, les courses, si vous faisiez plus souvent la cuisine vous même, vous sauriez que si on laisse trop longtemps des bananes dans une coupe à fruit elles deviennent brunes !

Voilà, on a donc réussi à prouver qu’une banane ça peut être jaune, vert ou brun, donc dire qu’une banane c’est jaune. N’est pas la vérité!

La vérité est mise en doute. Il est temps de faire passer le mensonge.

Règle n°4

– La question de point de vue et les chiffres

Les couleurs c’est n’est qu’une question de point de vue. Ici même j’ai la preuve scientifique que les bananes sont bleues pour 95%, je dis bien 95%…… des daltoniens !

L’adversaire va tomber dans le piège: Si vous prenez en compte les daltoniens forcément…. restons sérieux s’il vous plait.

Et là, il faut lui dire que l’on aime pas du tout que l’on dénigre cette tranche de population qui sont aussi des citoyens. Tout ça, simplement par ce ue l’on a pas le même point de vue !

Règle n°5

– Toujours faire des citations

Rien ne vous permet de dire que les daltoniens ne voient pas des bananes bleues ? Tout est relatif comme disait Einstein !

Les citations c’est génial, on ne peut pas les remettre en cause !

Langue de bois

La langue de bois est un sport très pratiqué par de nombreux politiciens. Voici un exemple en vidéo de la manière de faire un beau discours en langue de bois en tirant au sort sur le moment des mots.



FRANCK LEPAGE – LANGUE DE BOIS
envoyé par Tarnyko. – Regardez plus de vidéos comiques.

Frank Lepage http://www.scoplepave.org

Pour tout ceux qui aimeraient s’exercer à ce sport. Il est possible d’utiliser le générateur automatique de discours en langue de bois.

Importance de l’ordre des mots

Le language est un moyen étrange et peu fiable pour communiquer. Parfois il suffit d’inverser deux mots dans une question pour transformer une réponse négative en réponse positive.. ou inversément !

Prenons exemple du curé torturé par une question théologique grave. Il s’adresse à son évêque et lui demande: Puis-je fumer en priant ? L’évêque scandalisé lui répond expressément par la négative.

En revanche, si le curé avait posé la question dans l’autre sens: Puis-je prier en fumant ?; Il est fort probable que l’évêque aurait accepté avec joie !

Cet exemple est des plus frappant quand à la place qu’un mot doit avoir pour changer le cours des événements !

Changeons le monde avec des mots !

Autre exemple:

  • savoir faire
  • faire savoir
21 Sep 2006 : 16:31