notes à propos du livre psychologie des foules de Gustave Le Bon

Voici mes notes à propos du livre Psychologie des foules de Gustave Le Bon.

Ce livre a été publié en 1895. Mais il semble toujours actuels.

Ce livre a inspiré tous les plus grands dictateurs du 20ème siècle. (Hitler, Staline, Mao, …) C’est ainsi qu’ils ont appris les techniques pour manipuler les foules.

Mais pour contrebalancer tout ces sombres personnages, leur opposants ( Roosevelt, Clemenceau, Poincaré, Churchill, de Gaulle) aussi on lu ce livre.

Il est donc intéressant de savoir quelles sont les théories avancées dans cet essai. Vu que c’est finalement des idées qui ont pas mal influencées le 20ème siècle !

L’ère des foules

  • un changement de civilisation se fait lorsque les idées du moment changent, lorsque les valeurs changent. Et non par ce que quelqu’un provoque un changement tout seul. Il faut l’influence de la foule. Une personne seule ne fait rien.
  • Après l’ère des rois, voici l’ère des foules. Le 20ème siècle sera dirigé par les foules.

Caractéristiques et effets d’une foule

  • la foule est bête, mais forte dans l’action.
  • pour une foule, le meilleur impôt est la TVA, on ne la remarque pas tellement elle est diluée. Un impôt plus faible, mais en une seule fois, sera très impopulaire !
  • Une foule = un groupe d’individus qui vont dans le même sens, vers les mêmes buts.
  • Un groupe d’individu rassemblé au même endroit, mais n’agissant pas ensemble n’est pas une foule ! (au sens de foule psychologique)
  • la foule est plus que la sommes des individus. (effet d’émergence)
  • une foule regroupe les sentiments des individus, mais par leur intellect.
  • la foule donne un sentiment d’invincibilité. (du fait d’être anonyme et non-responsable de ses actes)
  • dans la foule, il y a facilement une contagions des idées des autres. L’intérêt général peut être mis en avant par une personne qui habituellement est très individualiste.
  • la foule transforme immédiatement des suggestions en actes.
  • la foule place les individus dans un état proche de l’hypnose. => soumise à l’hypnotiseur.
  • les foules créent des miracles ! Elles sont sujettes à la contagion des idées. Si une personne déclare avoir vu un miracle il est très probablement que cette idées se propage même chez ceux qui n’ont rien vu ! Ainsi les foules sont responsables de beaucoup de supposés miracles.
  • De plus, si un miracle a été vu par de nombreuses personnes on le crois plus volontiers. Alors qu’en fait on devrait accorder moins de crédit si c’est une foule qui rapporte un événement.
  • une foule est un mauvais témoins et jury de tribunal
  • On a vu plusieurs cas de suggestion qui se sont propagé par les foules dans les tribunaux. On a vu des mères reconnaitre le cadavre de leur enfant alors que c’était faux et ceci acrédité par tout le voisinage !  Il suffit d’une petite suggestion, ici mêlée avec une forte attente pour que la réalité se transforme. Une couleur d’habit, une cicatrice et voilà que l’on construit le reste de l’histoire.
  • Il y a le cas des marins à la recherche d’un navire en perdition. Si la vigie annonce qu’elle voit quelque chose, il y a tellement d’espoir et d’attente que tous les marins verront le bateau, même s’il n’existe pas.
  • C’est également ainsi que des esprits très critique se feront bluffer par un magicien. Seuls ils résisterons, en foule, le magicien a tout pouvoir !

Inertie de la foule

  • Une foule prend beaucoup de temps a assimiler une idée. Il a fallu tout le siècle des lumières pour que les idées mûrissent, se simplifient et pénètre l’âme des foules pour donner la révolution française.
  • les foules ont beaucoup d’inertie. Une idée met du temps à être acceptée, mais elle prend du temps à être remplacée par une autre.
  • Ainsi les vieilles idées restent longtemps et il faut composer avec pour pouvoir gouverner.
  • Une foule est très conservatrice.
  • une foule ne raisonne pas.
  • une foule comprend uniquement les analogies. Même fausses. (syllogisme). Le verre est transparent, la glace est transparente. Donc le verre et la glace sont pareil !
  • une foule généralise tous les cas particuliers

Une foule est irrationnelle, elle aime les mythes

  • l’Histoire est influencée très fortement par les mythes et légende. Ce sont les événements irréel qui font l’histoire. L’irréel est plus fort que le réel. => bref c’est à cause des foules.
  • Les grands événements impressionnent plus que les petits. Si un transatlantique coule, tout le monde en parle. Alors qu’on ne parle pas des 1000 petits bateaux qui coulent chaque années sur cet océean en faisant plus de morts.
  • les mots n’ont pas le même sens suivant la culture dans laquelle on se trouve. Le mot démocratie signifie un état fort pour les latins, alors que le même mot signifie le moins d’état possible chez les anglo-saxons.
  • les foules sont religieuses => elles cultivent l’intolérance et le fanatisme.
  • les foules suivent les sentiments pas la raison.
  • pour gouverner une foule, il faut être dieu ou rien !
  • L’empire romain était dirigé par un empereur dont on faisait le culte religieusement.
  • Ce n’est pas la puissance militaire de 30 légions romaines qui a tenu les millions de sujets de l’empire romain. C’est le sentiment religieux que l’empereur est un dieu. Qu’il a des pouvoir magique ! (C’est pareil pour un pharaon qui est chef d’Etat et dieu en même temps)
  • Il y a 2 facteurs qui influencent les foules, les facteurs lointains et les facteurs immédiat. La révolution française est un des meilleurs exemples. Les écrits des philosphes et scientifiques des lumières sont les facteurs lointains qui ont préparé le terrain au changement qui s’est déclenché avec des facteurs immédiat comme la résistance de la cour à voiloir faire certaines réforme.
  • Les types généraux de facteurs lointains sont: la race, les traditions, le temps, les institutions, l’éducation. (il me semble que l’on traduirait actuellement le terme de race par celui de culture. En tout cas, c’est ce que j’en comprend des brèves explications dans ce livre. L’auteur ne s’étale pas tellement là dessus vu qu’il a déjà écrit un ouvrage complet à propos de « la race »)
  • les foules sont traditionnalistes. Une civilisation passe sont temps à construire des traditions puis les détruires pour progresser. Les foules sont le plus grand frein au progrès.
  • Pour s’accomoder avec cette inertie des foules, pour avoir une bonne constitution, il faut la retoucher lentement. Jamais d’un seul coup. Ne s’occuper que de ce qui est utile sur le moment au problème courant.
  • C’est l’âme d’une foule d’un pays qui le dirige, pas les institution. Ainsi, il n’est pas possible d’imposer la démocratie. Il faut qu’elle vienne d’elle même.
  • La décentralisation c’est bien, mais si l’inertie des foules est majoritairement pour la centralisation. Un système décentralisé ne marchera pas.
  • l’instruction (de type bourrage de crâne si je comprends la description qu’en fait l’auteur) est dangereuse. Il n’y a pas de place pour tous les instruits dans le système. => Donc les instruits se révoltent. Il vaut mieux priviliégier l’apprentissage.

Les mots sont des boutons pour activer des idées

  • Il y a des mots qui sont magiques. Ex: liberté, égalité, démocratie.
  • La puissance d’un mot est liée à l’image qu’il évoque et est tout à fait indépendante de sa signification réelle.
  • un mot est un bouton pour appeller une image.
  • les mots sont « figé » mais les idées qu’ils évoquent change au fil du temps.
  • si l’on veut se débarrasser d’une connotation négative d’un mot, il faut changer le mot qui désigne une même chose.
  • Voici quelques exemples: la gabelle => impôt sur le serl, la taille => contribution foncière
  • un travail essentiel d’un homme d’Etat est de rebabtiser avec des mots neutres ce que les foules ne supportent pas.
  • un terme bien choisi permet de faire passer des idées odieuses.

Comment diriger une foule

  • seule l’expérience compte. Pas les explications. De plus, l’expérience doit être refaite par chaque génération. (On présente le cadavre de César, on ne fait pas qu’annoncer sont assassinat)
  • pour convaincre une foule, il ne faut pas l’attaquer de front. Il faut aller dans le même sens. Puis détourner l’idée. (voir faire le contraire de ce qui était annoncé une fois la foule dissipée et le calme revenu.)
  • une foule a toujours besoin d’un meneur
  • caractéristique du meneur:
    – il a la foi
    – il est lui même pris dans son idéologie. Il s’hypnotise lui même.
    – il est un homme d’action. Pas de raison.
    – il s’agit souvent de gens demi aliénés !!
  • les foules aiment les puissantes suggestions. Les paroles pleines d’intensité.
  • les foules déplacent des montagnes
  • une foule n’a pas de volonté propre elle cherche qui en a.

Techniques du meneur

  • l’affirmation sans essais de preuve, de justifications qui risquerai d’engager le débat. => des slogans !
  • la répétition => faire entrer le slogan en tan que réflexe
  • la contagion => les idées sont contagieuses. Ex: toutes les révolutions de l’année 1848 en europe. (Plus proche de nous, dans le monde arabe en 2011)
  • l’humain est naturellement imitatif => l’origine de la contagions dans les foules
  • ce n’est pas avec des arguments, mais avec des modèles que l’on guide les foules. => convaincre par l’exemple.
  • => c’est ainsi que la mode se propage. (est-ce que là derrière il y a une envie d’appartenance à un groupe ?? En tout cas, le fait d’avoir fait des fils blanc pour les iPods était une grande idées pour se démarquer et lancer la mode !)
  • la nouvelle idée ne dois pas être trop loin de l’ancienne. Sinon, il y a trop de chose à changer pour l’imiter !
  • le meneur doit avoir du prestige.
  • le prestige inhibe tout raisonnement, hypnotise. Une affirmation est tout de suite juste si elle provient d’une source prestigieuse.

Le prestige

  • le succès est une des bases du prestige
  • c’est toujours avec fureur que les foules de croyants brisent les statues de leur anciens dieux.
  • il y a deux types de prestige: acquis et personnel
    => acquis = fonction ou titre de noblesse
    => personnel = il y a des leader naturel comme l’était Napoléon
  • on reconnait la fin d’une croyance quand elle est discutée. Une vraie croyance est un dogme qui va tellement de soi qu’elle n’est jamais remise en cause.
  • une croyance bien ancrée est plus tenace qu’un dictateur.
  • => voir les croyances religieuse: Bouddha, Jésus, mahommet ne sont plus là et pourtant leur pouvoir de prestige est toujours là. On ne discute pas leur paroles. (dans le cercles des croyants)

Différents types de foule

  • Le jury: c’est une foule positive.
  • C’est le seul contrepoid à des magistrats professionnels qui n’ont pas assez de recul.

Comment gagner des élections ?

  • il faut du prestige. => S’imposer sans discussion
  • pourquoi il y a peu d’ouvrier élus ? => ils pense que les gens de leur milieu n’ont pas de prestige !
  • flatter l’électeur => faire des promesses
  • écraser l’adversaire par répétition et contagions
  • Ex: prétendre que personne n’ignore un crime commis par son adversaire => il devra se justifier ! La meilleure défense aurait été de retourner une attaque en lançant aussi des affirmations.
  • programme écrit pas trop catégorique. (on risquerait de nous l’opposer plus tard)
  • programme oral très excessif
  • utiliser les mots magiques (démocratie, liberté, etc..)
  • les votes sont toujours dans les mains des marchands de vins !!! (effectivement, on a un conseiller d’Etat vigneron !)

Passer de la barbarie à la civilisation en poursivant un rêve, puis décliner et mourrir dès que ce rêve à perdu de sa force. Tel est le cycle de la vie d’un peuple !